Partagez | 
 

 Le chaos ou la vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Alex Perterson
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 20/08/2013
Clan : Damnés
Age du personnage : 28
Pouvoirs : Régénération osseuse
Profession : Barman
Points de rp : 36

MessageSujet: Le chaos ou la vie   Dim 29 Sep - 20:40


Ma grand mère un jour m'a dit "Messy is what you need". En référence au chaos que représentait ma vie; Mes problèmes avec mes parents, l'autorité, le fait que j'ai voulu m'émanciper à 16 ans alors que je n'étais même pas orphelin et que ma grand mère était là pour jouer les tuteurs. Bref, tous mes actes de rébellion jusqu'à mes plus grandes conneries universelles en passant par tout ce que je dois encore pour les Damnés. C'est à se demander si, effectivement, ce n'est pas comme ça que je suis heureux. En réalité, je crois que c'est ça. Je suis heureux comme ça. Les soirées mondaines, les robes longues, les trucs classes et glamour, c'est pas mon domaine, c'est pas mon truc. C'est pas ce que je fais. Je sais que certains membres des Damnés sont très portés sur ce genre de choses. C'est sûr que c'est tellement plus intéressant de jouer les Dames du Monde dans une escroquerie qui vise à salir le nom d'un politicien un peu trop dérangeant dans le monde mutant, plutôt que de se salir les mains comme moi dans les sous-sol de New York pour y planquer des preuves.

Non, la véritable question que je me pose c'est…  Quand on voit à quel point ma vie est un véritable bordel, encore plus aujourd'hui qu'il n'y avait encore une semaine où tout était "normal". Huit jours plus tôt, j'avais encore ma vie comme elle devait l'être : mon bar, mes activités, des jours tranquilles et d'un coup, me voilà à devoir planquer mes propres preuves accablantes, retrouver ma petite soeur qui s'avère aussi peu de confiance que moi. Ce n'est plus du chaos, c'est le niveau encore au-dessus. La dernière fois qu'une fille a tenu plus d'une semaine avec moi, elle s'est trouvée enceinte et mariée - à moi - et quand le chaos s'est transformé en enfer démoniaque, j'ai tout foutu en l'air et j'ai recommencé à zéro. Alors voilà ma question : qu'est-ce qui me dit que l'histoire ne se répète pas ?

A force de réfléchir, je n'ai même pas sursauté quand le téléphone s'est mis à vibrer. J'ignorais totalement l'heure qui devait être mais je n'entendais que les bruits de la rue au loin. J'ai soulevé le téléphone pour que la vibration ne la réveille pas et j'ai baissé les yeux pour la regarder dormir. Mon intention n'était aucunement de la réveiller et qui plus est, c'était le téléphone que j'utilisais pour les Damnés. Ce qui signifiait : qu'elle ne devait pas entendre, même si elle le voulait. J'ai inspiré profondément et j'ai pris son bras délicatement pour lui rendre tout en décrochant. A voix basse, je me suis éloigné pour rejoindre la salle de bain, ébouriffant mes cheveux de ma main libre.

L'avantage de Jack, c'est que ses appels étaient souvent concis, je n'avais même pas besoin de parler. La plupart du temps. Je me suis frotté un oeil en m'asseyant sur le bord de la baignoire et j'ai demandé quand et où je devais y être. Comme d'habitude. Je ne posais jamais d'autres questions, ça ne me regardait pas. Et je cernais suffisamment Jack pour savoir que je n'avais pas envie de savoir ce qu'il faisait de son propre temps libre. Assurément il ne voulait pas savoir ce que je faisais du mien. J'ai raccroché, finalement mais mes premières questions, personnelles, continuaient de tourner dans ma tête. Dans la salle de bain, on entendait mieux le brouhaha du bar sous les plancher, ce qui signifiait qu'il n'était peut-être pas si tard. En réalité, je perdais souvent la notion du temps quand elle était là.

"Messy is what you need", elle me disait. Je ne sues plus très sûr d'être d'accord avec ça. Soupirant, je me suis redressé et je suis sorti de la salle de bain et j'ai éteint la lumière en m'assurant qu'elle dormait toujours - ou alors elle faisait semblant mais j'en doutais… Ce n'était pas son genre. Pas vrai ? Je suis revenu poser le téléphone sur la table de nuit et je me suis légèrement penché vers elle pour lui écarter une mèche de son visage. Si ça, c'était mon chaos alors je voulais bien me damner. Ah. Mais je l'étais déjà. Non ?

Toujours sur la pointe des pieds, je me suis éloigné à nouveau pour aller vers ma cuisine. A force de ruminer, j'étais mort de soif.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Amy Earnshaw


Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 04/09/2013
Localisation : Quartier chinois
Clan : réseau d'aide aux mutants
Age du personnage : 27 ans
Pouvoirs : Surforce
Profession : Assistante de Naveen
Points de rp : 9

MessageSujet: Re: Le chaos ou la vie   Lun 30 Sep - 0:32


Le chaos ou la vie

La vie m'apportait énormément de surprises en ce moment et je ne savais pas comment réagir à tout cela. Je n'oubliais pas la promesse que je m'étais faite à moi-même, ne jamais prendre le dessus, mais je prenais goût à ma vie propre. Je n'avais plus envie d'être seulement derrière le rideau. Bien sur, j'en profitais et bien plus que personne ne l'espérerait, mais ce n'était pas et ne serait jamais réellement ma vie. Dire que quelques temps plus tôt je ne me serais pas poser ce genre de question. Qu'est-ce qui a changé ? Un homme... Vous me direz que je suis idiote, mais vous avez tord.

Cet homme, je peux sentir sa présence à mes côtés, sa respiration dans mon cou, sa chaleur contre moi et sa main dans la mienne. Il était la raison de mes tourments et mon grand plaisir. Je ne savais pas quoi faire, surtout que ma présence ne semblait pas le déranger, bien au contraire, même si je n'irais pas jusqu'à dire que mes sentiments étaient réciproques, surtout que je n'arrivais pas à mettre des mots dessus. Il fallait que cela finisse, que je mette un terme à cette histoire avant de me perdre et de perdre Amy... Mais je ne pouvais pas, je me sentais vraiment exister à ses côtés.

Je restais ainsi, me posant de nombreuses questions, je ne sais combien de temps. Toujours est que si le calme n'eut pas raison de moi, la fatigue elle me prit et m'entraîna avec elle, heureuse d'être là avec lui. Je ne regrettais absolument pas ce choix de revenir encore et encore le voir et j'eus l'impression qu'il me rejoint dans mes rêves. Ou bien était-ce simplement un rêve. Aller savoir !

Toujours est-il que je fus tirée du sommeil par des mouvements, une absence. Cela avait commencé par un bruit, que j'avais immédiatement occulté, ayant l'habitude des bruits de la ville, pas toujours bien amortis par les murs. Seulement les mouvements me ramenèrent doucement à l'éveil. Cela brisa le calme qui avait accompagné mon sommeil. Je finis par comprendre ce dont il s'agissait en le sentant debout près de moi. Ce n'était pas la première fois qu'il me quittait au beau milieu de la nuit. Les autres fois, c'était Amy qui s'enfuyait.

Bien sur, de plus en plus je me demandais ce qui le poussait dehors au beau milieu de la nuit. Sauf qu'entre nous il y avait comme des barrières sur ce genre de sujet, un respect de nos vies respectives, sans qu'on en ait parlé. Je le laissais donc faire, sentant sa main effleurer mon visage, finissant de me réveiller, sans bouger. J'hésitais à lui révéler mon éveil, mais je finis par décider de ne pas l'embêter avec ça. Je me retrouvais seule dans la chambre, bougeant enfin pour prendre possession de tout le lit. Je pouvais encore sentir la chaleur de son corps et son odeur dans les draps. Je me demandais ce que ça faisait de se réveiller dans les bras d'un homme et pouvoir s'y blottir, cherchant à retenir les dernières brides de sommeil.

Je l'entendis alors dans la cuisine bouger des verres, qui tintèrent, traîtres qu'ils étaient. Et si finalement je profitais encore un peu de sa présence avant son départ. Je me levais doucement, glissant mes pieds nus hors du lit et couvrant ma nudité d'une chemise abandonnée sur une chaise. Je n'avais pas envie de remettre mes vêtements, il aurait largement le temps de s'en aller sinon. J'allais donc le rejoindre en cuisine, restant un instant dans l'encadrement et l'observant se servir.

- Tu me sers un verre aussi ? Je m'approchais et déposais un baiser fugace sur ses lèvres. Encore une urgence ?

Je lui souris doucement, m'appuyant contre la table centrale. Etais-je jalouse ? Non ! Enfin, pas trop... Je savais qu'il avait des aventures, je savais aussi que s'il partait ce n'était surement pas pour ça. Mais je ne pouvais m'empêcher d'y penser, surtout qu'il restait très discret à ce sujet. Enfin, à chaque fois mes questions restaient partielles, ne fouillant pas trop loin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alex Perterson
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 20/08/2013
Clan : Damnés
Age du personnage : 28
Pouvoirs : Régénération osseuse
Profession : Barman
Points de rp : 36

MessageSujet: Re: Le chaos ou la vie   Lun 30 Sep - 6:24

Est-ce que j'avais des aventures ? Assurément, j'en avais une oui, qui venait de me rejoindre. Mais sinon, bizarrement... Non. Il faut se dire qu'à présent, je me faisais d'autant plus discret qu'avant. J'imaginais assez ma soeur laisser ses yeux traîner et je ne pouvais pas prendre le risque de traîner avec des gens que je ne connais pas. Pas en ce moment. Quelqu'un pourrait lancer une alerte disparu sur mon père, un des voisins par exemple. Non, je n'étais pas parano, j'étais prudent. Si j'ai réussi à être où je suis aujourd'hui sans passer par la case prison en me contentant de la garde à vue, c'est que je fais bien mon travail, non ?

J'avais la tête dans le frigo quand elle est arrivée et je me suis redressé avec une brique de lait. Je l'aurais bien bue sans verre mais... J'ai sorti mes bonnes manières pour une fois, j'ai pris deux verres avant de recevoir son baiser. C'était toujours quelque chose d'étrange avec elle. J'étais là et en même temps... Je l'étais pas. Je vous l'ai dit : je perdais facilement la notion du temps. Mais je n'ai pas souri. J'ai secoué doucement la tête en versant le lait dans les verres.

– Je t'ai réveillée, je suis désolé.

Je me suis tourné pour lui tendre un verre et j'ai relevé les yeux vers elle. La réveiller, je faisais ça souvent. Et à chaque fois j'étais désolé car j'aimerais encore plus qu'elle continue de dormir, que je la rejoigne et que je m'endorme à mon tour. J'aimais dormir, ça me permettait de déconnecter du monde. Et... Je devais reconnaître que j'aimais dormir avec elle. Elle avait quelque chose d'apaisant, me demandez pas quoi, je l'ignore. Quand moi je me levais, ça la réveillait. Quand elle s'enfuyait en pleine nuit, je continuais de ronfler. Le matin venu, je me disais simplement qu'elle était partie travailler. Je ne savais même pas ce qu'elle faisait. Jusque là, j'avais joué la carte du "J'aime bien ne rien savoir" mais je ne suis pas sûr que ce soit une très bonne carte à jouer en ce moment. Et en même temps, elle m'apparaissait si magique tant que je ne savais rien d'elle. Comme si tout était possible. Alors non, elle ne demandait rien, je ne demandais rien. Mais à la regarder, comme ça, dans sa chemise - une des miennes, non ? - et bien je n'avais pas envie de gâcher ça.

– Non, je ne bouge pas, j'avais juste soif.

J'avais du travail pour demain, mais il me fallait du temps pour réunir les éléments. Je l'ai dévisagée de haut en bas à nouveau, portant le verre à mes lèvres et j'ai eu un très léger rire. J'ai bu mon lait d'une traite avant de mettre le verre dans l'évier et de m'approcher d'elle. J'ai inspiré profondément en portant mes mains à ses hanches pour lui sourire.

– Hey, je trouve que c'est une remarque intéressante pour quelqu'un qui est rarement là le matin quand je me réveille.

J'ai souri un peu plus, assez malicieux. Ca ne me dérangeait pas qu'elle ne soit plus là le matin. En fait, pas que ça m'arrangeait mais ça évitait de trop s'installer. Bien que je l'appréciais, j'ignorais ce qu'elle pouvait ressentir et je n'avais pas spécialement envie de ressentir quoi que ce soit, moi-même. Ce n'était pas de mauvaise volonté, c'était pour la protéger. Autant elle que moi, d'ailleurs. Ce genre de relation, ce n'était pas pour moi. J'en étais incapable, il y avait trop de zones sombres et c'était une fille bien qui méritait sûrement mieux qu'un type comme moi. Et puis, soyons francs envers soi-même : je ne pouvais pas avoir quelqu'un à qui je tenais sur ma route, c'était me tirer une balle dans le pied. Surtout en ce moment. Quoique Cosima songe ou pense, je ne pourrai jamais lui fournir avant un moment. Et d'ici là, elle ne sera déjà plus là avant même que je ferme les yeux. Doucement, j'ai pincé son menton entre deux doigts en la dévisageant autant que possible dans la pièce sombre, juste éclairée par les lumières de la ville provenant de la fenêtre de la chambre.

– C'est l'heure pour les jolies demoiselles de retourner fermer leurs jolis petit yeux avant que le jour viennent abîmer leur douce peau.

J'ai haussé les sourcils et lui ai embrassé le front. C'était, d'une certaine manière, ma façon de lui dire "Ne t'en fais pas, tout va bien." Je n'étais même pas sûr qu'elle s'inquiète, d'ailleurs. En tout cas, que j'éprouve des sentiments pour elle ou non, ça ne changeait pas grand chose, je prenais soin d'elle. Quoi, je n'étais pas non plus aussi ingrat que les gens voulaient bien le croire ! Non, bien au contraire ! De plus, elle n'était pas un danger pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Amy Earnshaw


Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 04/09/2013
Localisation : Quartier chinois
Clan : réseau d'aide aux mutants
Age du personnage : 27 ans
Pouvoirs : Surforce
Profession : Assistante de Naveen
Points de rp : 9

MessageSujet: Re: Le chaos ou la vie   Mar 1 Oct - 11:26

Cela ne me dérangeait pas de me réveiller seule dans le lit, je pense que je lui faisais assez souvent le même coup moi-même. Je commençais à me demander si un jour Amy ne captera pas qu'elle a tendance à se réveiller au même endroit. Enfin, j'ai le temps de voir venir. Et puis s'il s'en va, je pourrais toujours rentrer à mon tour et couper un peu ses réveils dans cet appart. Je ne savais pourquoi mais quand je dormais, j'avais plus de mal à garder le contrôle et au réveil, le plus souvent c'était Amy qui était là. Heureusement ça n'avait jamais créer d'ennuis.

Enfin, pour une fois c'était bien moi qui me réveillait et allait rejoindre Alex dans la cuisine. Je fis le moins de bruit possible, ne voulant pas lui faire peur. Je n'aimais pas non plus qu'on arrive dans mon dos alors que je pensais être seule. Et puis, comme ça, j'avais une très belle vue. Je devrais faire ça plus souvent ! Enfin, je finis par lui signaler ma présence. Il sortis la bouteille et s'excusa de m'avoir réveillée. Je lui souris et écartais d'un geste ses excuses.

- Ce n'est rien. Ca me permet de profiter encore un peu de ta présence.

Je lui offris un sourire charmeur, prenant le verre qu'il m'offrait, dans un pose qui se voulait légèrement provocante. Légèrement, parce que s'il devait partir, je n'allais tout de même pas le retenir, quelque soit la chose qu'il avait à faire. Et aussi parce que j'étais quand même un peu fatiguée. Enfin, il m'expliqua qu'il avait juste soif et mon sourire s'agrandit. J'en étais heureuse, même si une pointe de culpabilité me traversa l'esprit. Mes interrogations de la veille pointèrent le bout de leur nez, mais je les dégageais, j'aurais bien assez de temps pour y réfléchir plus tard.

Je bus une gorgée alors que lui déposait son verre dans l'évier. Je le posais à côté de moi en le voyant s'approcher. Une main se posa sur son avant bras et l'autre sur son épaule. Je respirais et pouvais sentir son odeur, celle qui n'avait pas quitté la chambre tout à l'heure. Il parla de mes esquives nocturnes personnelles et je ris. Il ne m'avait jamais demandé pourquoi je ne restais jamais le matin quand lui ne partait pas et j'en étais reconnaissante. Si ma sœur servait son explication, moi je savais ce qu'il en était et je n'avais vraiment pas envie qu'il me prenne pour une folle.

- Exact ! Un prêté pour un rendu en quelque sorte... Mais j'ai des affaires à récupérer chez moi avant d'aller travailler... Ma main jouait dans le creux de son épaule tandis que je parlais. Des choses très... très secrète ! Ça serait dommage que je doive te tuer parce que tu auras vu quelque chose par accident non ?

Je relevais les yeux vers lui, ma main continuant à tracer des cercles et mon autres caressant son autre bras. Je n'étais absolument pas sérieuse, même si je savais qu'il était hors de question que j'amène quoi que ce soit qui touche au veilleur ou au réseau. Auquel cas, je serais vraiment mal s'il les découvrait ! Enfin, ça n'arriverait pas. Amy n'emportait jamais d'affaires quand elle sortait et il ne venait jamais chez nous.

Je ris doucement quand il me dit qu'il était l'heure pour moi d'aller dormir. J'aimais sa façon d'être avec moi, il était gentil, prévenant et j'aimais aussi être complimentée. Ben oui, un compliment fait toujours plaisir ! Je frémis quand il déposa un baiser sur mon front. J'ignorais ce qu'il comptait faire, mais je ne m'étais pas... enfin, pas trop, il n'était pas du genre à avoir des problèmes avec le premier venu, ce serait plutôt à l'autre de s'inquiéter !

- Y a-t-il une chance pour que mon beau damoiseau me rejoigne avant que je ne dorme ?

Je haussais un sourcil, me redressant doucement, brisant notre étreinte que j'aurais bien aimé voir durer malgré tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alex Perterson
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 20/08/2013
Clan : Damnés
Age du personnage : 28
Pouvoirs : Régénération osseuse
Profession : Barman
Points de rp : 36

MessageSujet: Re: Le chaos ou la vie   Mer 2 Oct - 17:57

Elle appréciait la vue ? Vous savez, dans mon genre, j'étais pas glamour. Je cherchais même pas à l'être. Je savais que ça servait à rien et puis ce n'était de toute façon pas ce que je cherchais. Pour moi, la beauté, c'était quelque chose de tellement surfait. D'accord, j'adore les jolies filles, oui, j'ai une préférence pour les blondes. Si elles savent être sexy, c'est un plus, bon… Mais avant tout, c'est du charme. Et je sais pas si j'en avais moi-même mais je savais que le charisme, ce n'était pas une légende. Et ça, je savais que j'avais réussi à l'acquérir. Alors le charme et la beauté, ce que je m'en fichais… Cosima était une très jolie fille, j'avais de la chance. Je ne me posais pas la question de savoir pourquoi moi mais plutôt… Pourquoi moi ! Je veux dire qu'elle a l'air brillante, intelligente, elle est belle et pourtant, il y a cette part de sombre en elle que je n'arrive pas à déchiffrer. En fait, ce n'est pas que je me dévalorise face à elle, je me demande avant tout ce qu'elle fait là. Ca n'a pas l'air d'être sa place, en réalité. Mais je reconnaissais ne rien savoir d'elle, finalement. Alors si mes potes les tatouages lui plaisaient, alors… De quoi irais-je me plaindre ?!

Vous savez, autre chose… Quand les gens disent en riant "je devrais te tuer pour ça", la plupart du temps, ce n'est pas un mensonge. Je parle par expérience des autres et de moi-même. Est-ce que c'était son cas ? Aucune idée et très sincèrement, je n'avais vraiment pas envie de me poser cette question là. Je me savais déjà pas mal à l'épreuve des balles alors… Je l'ai laissée jouer avec ses mains en lui souriant. Si ça l'amusait alors j'étais content. Je crois qu'à force de m'être tout cassé, je ne ressentais plus rien. Serrer ma mère dans mes bras, je ne ressentais rien. Recevoir un poing dans la mâchoire, je ne ressentais rien. Une femme jouant de ses doigts sur moi ? Je ne ressentais rien… La seule chose finalement que je ressentais, c'était ma soeur contre moi. Etonnant sachant qu'on ne partageais pas totalement le même patrimoine génétique mais je me sentais plus proche d'elle que n'importe qui et ce, depuis sa naissance.

J'ai croisé mes doigts dans son dos, appuyés sur ses reins et j'ai penché la tête en arrière pour la dévisager alors qu'elle parlait. J'aimais bien ce côté instable et familier à la fois. Elle était là finalement assez régulièrement mais c'était toujours très fugace. En fait… Je ne savais tellement rien d'elle que je crois que je la voyais comme quelqu'un d'insignifiant. J'entends par là, que c'était comme si… Elle n'existait pas en dehors d'ici. Elle venait, on se voyait, elle repartait, souvent sans rien dire. Personne ne savait qui elle était autour de moi, on aurait dit un fantôme. Ou… Une conscience. Je lui ai souri depuis mon observatoire et j'ai légèrement ri avant de lui embrasser le front en riant.

– A condition que sa belle accepte de rester un peu le matin, peut-être ?

Beau damoiseau… Si elle redisait ça une nouvelle fois, je crois que je m'offusquais. J'avais l'air d'un pape ? Ma famille était aisée mais j'avais toujours refusé de l'être. Vous croyez que quelque part, j'étais un peu poète ? Je me suis redressé en lui frottant les bras doucement.

– Je vais venir, oui. Je voudrais juste… Regarder un truc vite fait pour le boulot. J'arrive dans cinq minutes, d'accord ?

C'était surtout le "mon" qui m'avait fait réagir, je crois. C'était curieux cette façon de me demander. C'était vraiment quelque chose de familier. Je n'arrivais pas à savoir si c'était une bonne ou une mauvaise chose. Je l'ai laissée revenir vers la chambre en m'arrêtant par le salon, gardant un oeil sur elle. Si elle avait apprécié la vue, j'aurais aimé en faire autant. Les lèvres légèrement entrouvertes, je l'ai observée, attendant de voir si cette fichue chemise allait bien finir par tomber. Je crois… Je dis bien "je crois", qu'il n'y a pas chose plus ravissante qu'une femme nue en pleine nuit face à la lune ! Je vous l'ai dit, je suis sûrement poète en mon âme intérieure. J'ai penché et penché la tête un peu plus jusqu'à ce qu'elle disparaisse totalement, manquant de tomber, les sourcils hauts.

Et puis, j'ai poussé un très profond soupir en secouant la tête. Sacrée Cosima… Je n'en avais jamais connue des comme elle, avant. Redevenant sérieux, je me suis assis sur mon canapé et j'ai ouvert mon ordinateur portable, relevant les yeux vers la chambre pour m'assurer si elle revenait. Pour répondre à la demande de Jack, il me fallait un plan. Et pour ça, il me fallait une équipe. Et pour ça… Bref, vous connaissez la suite. Mon mail envoyé, je me suis frotté le menton doucement et finalement, je me suis levée pour aller la rejoindre. Ca m'avait pris plus de 5min… Est-ce qu'elle dormait à nouveau ? Si ce n'était pas le cas, j'avais l'impression que j'allais me prendre un ronflons. Elles râlaient toutes de me voir me lever en pleine nuit.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Amy Earnshaw


Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 04/09/2013
Localisation : Quartier chinois
Clan : réseau d'aide aux mutants
Age du personnage : 27 ans
Pouvoirs : Surforce
Profession : Assistante de Naveen
Points de rp : 9

MessageSujet: Re: Le chaos ou la vie   Ven 18 Oct - 0:58

Je ne m'attendais pas à ce que ma blague tombe à l'eau. Note : ne pas faire ce genre d'humour aussi tard dans la nuit, ou tôt... Enfin, ce n'était pas très grave, je trouverais bien autre chose, mais pas cette nuit. L'esprit embrumé n'est pas très efficace et puis je ne cherchais pas à faire genre avec lui. Je n'en avais pas besoin. Avez-vous déjà eu l'occasion de quitter un rôle pour être enfin vous-même ? Moi oui, avec lui. Même si je lui cachais des choses, je ne mentais pas !

Je lui rendis son sourire alors qu'il ne réagissait pas vraiment à mes caresses mais j'avais déjà remarqué qu'il n'y était pas très sensible. Tant pis, moi j'aimais sentir la chaleur de son corps sous mes doigts et dessiner son corps. J'avais l'impression à chaque fois de le graver dans ma tête, au cas où... Je savais que je ne devais pas y penser, mais je me demandais souvent combien de temps encore mon petit jeu pourrait continuer. Alors oui, je voulais profiter de tous les instants de ma vie. Pourquoi lui ? Je ne savais pas exactement... peut être parce qu'il m'apportait la présence et le réconfort dont j'avais besoin sans me demander plus que ce que je pouvais lui offrir. C'était un arrangement tacite qui nous convenait à tous les deux. Plus tard, peut être, il faudrait réfléchir à autre chose, mais là, j'en profitais.

Mon sourire s'agrandit quand il me demanda de rester le matin. Je savais que je ne pouvais rien lui promettre. En dormant, je perdais le contrôle de notre esprit et lui laissais la place. Il fallait dire que c'était fatigant aussi, garder l'emprise. Mais je ferais un effort demain.

- Il y a peut être moyen... On verra bien demain !

Je restais laconique, espérant vraiment pouvoir rester. Je ne voulais pas lui promettre quelque chose alors que je savais ne pas pouvoir le tenir. Je n'aimais pas ça ! Enfin, ça ne m'engageait à rien et c'était l'essentiel pour moi. Je le sentis se redresser et ses mains caressèrent mes bras suivies d'un frisson qui me parcouru l'échine. Je souris un peu tristement, je n'allais pas l'empêcher de faire ce qu'il avait à faire. Espérons juste qu'il mette vraiment cinq minutes, sinon je ne garantissais pas de rester éveiller.

- D'accord.

Je me dégageais doucement et retournais dans la chambre en prenant mon temps. Je laissais la porte ouverte, moyen de lui rappeler mon invitation à venir vite. Je m'étirais doucement, ne retenant pas un baillement. J'avais beau aimer lui piquer des chemises pour être à l'aise dans ces moments là, je ne les aimais pas pour dormir. Aussi, je me dévêtis, tout en regardant par la fenêtre la beauté de la nuit et de la lune. J'aimais cet astre, j'avais presque l'impression qu'il veillait sur moi. J'aimais sa douce et fraîche caresse sur ma peau. Je me glissais alors dans le lit sans autre formalité, il avait à peine eut le temps de refroidir et je sentis un nouveau frisson me parcourir au contact des draps frais.

Je n'aurais su dire combien de temps je restais éveillée, mais en tout cas, je m'endormis avant son retour. Je ne lui en voulais pas, on ne faisait pas toujours ce qu'on voulait. Je m'endormis donc de mon côté du lit, un bras replié sous moi et l'autre sur le drap qui recouvrait juste mon corps. Finalement, ce petit réveil m'avait permis de trouver le sommeil plus facilement et mes considérations furent complètement oubliées.



C'est la tête lourde et les yeux fatigués que je me réveillais. Je grommelais un instant, la lumière du soleil me gênant, avant de sentir une chaleur autre contre moi. Je me redressais un peu brusquement, utilisant le drap pour me cacher de cette autre personne. Un homme... J'aurais dû m'en douter. La fatigue revint encore peser sur moi plus lourdement. Il fallait que je parte ! Pour éviter toute discussion ou connaissance inutile. Sauf que mon corps ne semblait pas vraiment m'obéir et c'est las que je me laissais retomber dans le lit. Une minute de plus... ne changerait rien... n'est-ce pas ? Et puis... il n'allait pas se réveiller maintenant.....

Je m'étais débattue pour contrer l'arrivée d'Amy. Je n'avais pas pu empêcher son réveil, mais j'avais au moins empêché son départ. Heureusement que Alex avait le sommeil un peu lourd... Ce n'est pas sans mal que je repris le contrôle de mon corps et j'en ressortis encore plus fatiguée. La nuit avait cependant fait son effet et la fatigue resta passagère. Je repris alors une place plus confortable et le regardais. Il allait être content, j'étais encore là !

Je le vis ouvrir les yeux et lui souris. Je dis alors d'une voix encore ensommeillée :

- Bonjour.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le chaos ou la vie   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le chaos ou la vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men Extended :: NEW YORK CITY :: SoHo :: Bao'Bar-