Partagez | 
 

 Une nuit au musée....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Sierra Marrek
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 03/09/2013
Localisation : New York
Clan : neutre
Age du personnage : 21 ans et demi ^^
Pouvoirs : Bouclier de protection et champs de force
Profession : Hôtesse d'accueil à la Galerie d'Art.
Points de rp : 22

MessageSujet: Une nuit au musée....   Dim 22 Sep - 13:37

Sierra soupirait sans doute pour la dix-septième fois aujourd'hui. Comme tous les jours depuis presque un mois maintenant, elle travaillait à la Galerie d'Art de Soho. C'était son rêve ou du moins le début de son rêve donc elle devrait être heureuse... Seulement voilà, elle avait imaginé autres choses comme job. Certes ce n'était qu'un job étudiant mais elle y mettait du cœur et cela aurait pu être une fabuleuse expérience si elle n'avait pas cet idiot de manager sur le dos en permanence.
Nan mais vraiment, qui a fichu un goujat pareil.

Pour la vingtième fois aujourd'hui, Sierra faisait le tour du département préhistorique où son idiot de manager l'avait placé avec pour tâche d'empêcher les visiteurs de "dégrader odieusement nos merveilleux spécimens" selon les dires exacts du dit manager.

Sierra n'a pas pour habitude de juger les gens surtout pas au premiers regards mais cette fois-ci, elle avait immédiatement deviné que cet énergumène finirait par lui taper sur le système.

Depuis quatre semaines maintenant, Sierra qui avait été engagé comme hôtesse d'accueil, avait enchaîné les tâches ingrates sans jamais rouspéter, car elle savait qu'il fallait toujours commencer en bas de l'échelle mais aussi parce qu' au final elle aimait bien effectuer toutes ces tâches. Seulement voilà, elle voulait faire autres choses de ces journées qu'ouvrir les portes aux clients ou les dissuader de toucher les œuvres.
C'est vrai quoi, après tout elle disposait d'un diplôme d'histoire de l'art avec mention qui valait bien qu'on lui confie un travail à responsabilité. Sierra ne demandait pas de décrocher la lune mais au moins qu'on lui confie plus de choses.

Sierra soupira à nouveau, posté sous le gigantesque squelette d'un diplodocus vieux de plusieurs milliers d'années et qui à présent prenait un peu la poussière, quand le manager fit son entrée. Avec son teint pâle, ses cheveux gras et son costume décoloré, on aurait presque pu croire qu'il sortait d'un vieux film policier des années 80.


- Ha, Sierra vous êtes là.
*Bien sûre que je suis là, c'est là où vous m'avez posté depuis ce matin, je n'ai pas bougé depuis que vous êtes venu m'observer il y a moins de 20 minutes, crétin ! pensa t-elle.*
- Comme vous n'avez rien à faire, je vous ai trouvé une occupation. Ces messieurs sont enfin venus pour réparer notre système électrique qui nous fait défaut dans le département d'Histoire politique. Ce n'est pas trop tôt soi dit en passant...
*Et allez, encore son air hautain. Ce qu'il m'agace quand il parle comme ça... soupira Sierra intérieurement.*
- Bref, je souhaiterais que vous escortiez ces messieurs les techniciens vers les compteurs électriques situés entre les statues de cire de Abraham Lincoln et Thomas Jefferson...

Sierra pencha sa tête sur la droite et jeta un coup d'œil aux techniciens en question. Ils avaient plutôt la tête de mercenaires que d'agents technique mais les apparences sont parfois trompeuses.
Les trois hommes faisaient tâche dans le décor avec leur combinaison bleu et leur boîte à outils dans la main. La casquette d'un des homme à l'effigie de leur société était même trop grande pour lui et ne cessait de retomber sur son front. Un autre portait des chaussures à bout pointu, Sierra avait toujours pensé que ce genre de chaussures n'étaient agréable à porter que dans un bureau et non sur un chantier. Enfin le troisième dévisageait de manière abusive et impatiente Sierra, ce qui la mit mal à l'aise.

Sierra revint sur son manager et répondit le plus poliment possible :

- Bien sûr monsieur Edgard, avec grand plaisir.

Sierra espérait intérieurement que son manager ne prête pas attention à son air hypocrite qui devait sans doute s'afficher sur son visage. En attendant, elle se contenta d'indiquer du bras droit une direction aux techniciens.
- Par ici je vous prie.

Sierra les laissa passer puis alla s'engager quand un groupe de nouveaux visiteurs fit son entrée. Elle leur céda le passage à nouveau puis rejoignit les techniciens dans la pièce d'à côté.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Freïja S. Kendrick
Mutante de niveau 4

Nombre de messages : 103
Date d'inscription : 24/02/2011
Localisation : Club des Damnés de Londres
Clan : Damnés
Age du personnage : 984 ans
Pouvoirs : Métamorphe et télépathe
Profession : Historienne
Illustratrice pour livres de fantasy
Points de rp : 62

MessageSujet: Re: Une nuit au musée....   Mer 25 Sep - 14:30


    L’immortalité avait du bon... Cette sensation de nostalgie qui vous tient lorsque vos yeux se posent sur un objet ou une image qui fait remonter en vous un flot complexe mais plaisant de souvenirs. La nostalgie. Un merveilleux arôme qui, lorsqu’il était dénué de peine, remord ou autre blessure sentimentale, pouvait donner à votre quotidien un parfum fantastique. Et plus on vivait longtemps, plus ce genre de plaisir venait à votre rencontre. Naturellement, chaque endroit apportait un type de nostalgie différent... Mais une de celles dont Freïja se délecte le plus était celle que l’on pouvait retrouver au musée. Installer son regard sur une représentation de personne que la mutante avait connue lui procurait généralement une grande satisfaction. Voir le regard que les autres en avait était également fort sympathique.

    Ainsi, en cette journée dédiée au musée, Freïja prit plaisir à lire les diverses notes qui décrivaient tel ou tel personnage historique. Les plus drôles étaient celles qui mentionnaient les grands penseurs qui avaient fait un tour en France afin de développer leur esprit lumineux. L’Externelle se souvenait bien de leurs manies et de leurs préférences lors des nuits de débauche qu’elle avait partagée avec eux ou simplement observées de loin. Bien sûr, elle ne connaissait pas personnellement toutes les personnalités présentées, mais les échos qu’elle en avait reçus n’étaient pas dépourvus d’amusements.

    Si certains estiment que l’expérience du cinéma était sacrée au point de ne pas pouvoir tolérer une interruption par le biais d’une conversation impromptue ou une sonnerie de téléphone malvenue, la métamorphe pour sa part préférait vivre une visite de musée dans un isolement temporel. Les anachronismes l’irritaient. Ainsi une personne qui tient une conversation téléphonique sans prendre la peine de se montrer discret lui était intolérable. De même, elle trouvait insultant pour un visiteur de devoir assister à une réparation ou toute sorte de tâche technique qui pourrait parfaitement se tenir en dehors des heures d’ouverture. Tout cela pour dire que la présence des trois électriciens ne l’enchantait pas le moins du monde. Autant amener un homme préhistorique à un bal de charité. Toute de blanc vêtue ; imperméable élégant aux boutons sophistiqués noirs, bottes simplistes blanches, tailleur blanc agrémenté de quelques petites touches de noir, la mutante observait la scène : une jeune employée accompagnait les trois techniciens en direction du lieu de sacrilège, sous les yeux de Messieurs Lincoln et Jefferson. Ce n’était pas comme si Freïja leur vouait une admiration sans borne, mais tout de même... La métamorphe continuait de leur lancer des regards courroucés en biais pendant que les trois employés s’attelaient à leur tâche. Ils n’étaient pas excessivement bruyants, loin de là, mais ils faisaient tellement tâche dans cet environnement sacré qu’elle ne pouvait pas s’empêcher d’exprimer une animosité froide. N’y tenant, plus, elle finit par s’approcher d’eux pour voir ce qu’ils faisaient : à savoir bidouiller des fils électriques, un domaine dont elle ne possédait qu’un minimum de connaissance. Ses pas firent assez de bruit pour interpeler l’un d’eux qui leva la tête et plongea son regard dans celui de l’historienne. Contact télépathique.

    L’employé qui n’en n’était pas vraiment un finit par baisser les yeux, rappelé par son labeur. Mais Freïja savait de quoi il retournait maintenant. Ou du moins, elle en avait une petite idée, et cela n’avait rien de plaisant. La mutante se détourna de ce spectacle des plus détestables sans pouvoir rien faire. Impuissante, elle s’approcha de la jeune employée qui surveillait les trois agents d’entretien. Le regard de la jeune femme était trop différent de celui de ces malotrus pour qu’elle fasse partie du complot. L’âge et l’expérience permettaient à l’Externelle de pouvoir juger les gens de manière relativement correcte. Un fois arrivée à son niveau, elle s’adressa à elle e manière discrète afin de ne pas être entendue par les autres.

    – Si je puis me permettre, je vous conseillerais de garder un œil vigilant sur ces hommes... Ils ne sont pas aussi honnêtes qu’ils le paraissent.

    La voix assurée, le regard scrutateur et sincère, Freïja se mit à jauger la jeune femme. Pourquoi elle ? Parce qu’elle ne semblait pas être assez usée par la vie au point d’écarter les propos d’une inconnue. Parce qu’elle semblait assez ouvert et assez intelligente pour faire quelque chose, ou au moins réfléchir à ce qu’elle venait d’entendre...


Dernière édition par Freïja S. Kendrick le Sam 5 Oct - 18:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sierra Marrek
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 03/09/2013
Localisation : New York
Clan : neutre
Age du personnage : 21 ans et demi ^^
Pouvoirs : Bouclier de protection et champs de force
Profession : Hôtesse d'accueil à la Galerie d'Art.
Points de rp : 22

MessageSujet: Re: Une nuit au musée....   Lun 30 Sep - 15:24

Sierra avait conduit comme on le lui avait demandé, les trois hommes vers le département politique, puis les avait guidés entre les vitrines et bustes en cire des politiciens qui se sont succédés durant les siècles jusqu'à ceux de Thomas Jefferson et Abraham Lincoln. Sierra s'était toujours demandé pourquoi les deux hommes avaient été placés l'un en face de l'autre.
Pour la petite leçon d'histoire, les deux hommes avaient 40 années d'écart. Ils avaient été tous deux président des Etats-Unis d'Amérique et avaient été élus des siècles après leurs morts, des personnages les plus influents et respectés d'Amérique. Il y avait beaucoup à dire sur ces deux hommes et une phrase revenaient en tête, une phrase apprise en cours d'histoire politique justement : "vénérer Washington, aimer Lincoln et se rappeler Jefferson"

Sierra n'avait jamais vraiment compris ce que cela voulait dire. En attendant, elle dévisageait les statues de cire une par une jusqu'à ce qu'un toussotement l'a ramena à la réalité. Les techniciens derrière elle s'impatientaient. Sierra secoua la tête et se tourna vers eux

- Le panneau électrique se trouve ici.

Elle pris son collier d'où pendait une multitude de clé et en sortie une petit étiqueté système électrique secondaire qu'elle enfonça dans la serrure.
La porte ouverte Sierra regarda rapidement le panneau : des fils de toutes les couleurs, des lumière clignotantes... Tout ça faisait grimacer Sierra qui n'y comprenait rien. Elle se contenta de se retirer et laissa les trois hommes s'activaient.


Sierra les observait un peu en retrait quand elle sentit un souffle à son oreille et des mots :
– Si je puis me permettre, je vous conseillerais de garder un œil vigilant sur ces hommes... Ils ne sont pas aussi honnêtes qu’ils le paraissent.
Sierra sursauta dans un premier temps. Quelqu'un s'était glissée derrière elle sournoisement et l'avait prise par surprise. Sierra avait horreur de ça.
Elle se recula pour faire face à la personne sournoise et la dévisageait. c'était une femme plutôt belle, mais belle d'un ancien temps. Comme si elle était un peu décalée par rapport à notre époque. Elle n'était pas vielle ni pervenche non juste.. décalée. Sierra l'observa du coin de l'œil et se rendit compte qu'elle n'avait toujours rien répondu. Enfin c'est pas comme ci on lui avait posé une question non plus. Les paroles de la jeune femme lui revint en mémoire.
Ces hommes ? Pas honnêtes ? dans le sens louches veut-elle dire ?
Sierra reporta son regard sur les techniciens qui travaillent en silence mais sans se gêner les uns les autres, comme des fourmis dans une fourmilière, chacune a une tâche... en silence... Ok, Sierra n'y connaissait pas grand chose mais en général les techniciens se parlaient pour se dire ce qui n'allaient pas sur le système qu'ils réparaient mais là rien du tout.
Sierra fronça les sourcils et se tourna vers la jeune femme qui lui avait parler. Encore une fois, Sierra fut gênée par celle ci mais elle n'aurait su dire ce qui n'allait pas chez elle. L'un des techniciens se releva et Sierra et la visiteuse durent se pousser pour le laisser passer. Il revint quelques secondes plus tard avec une sorte de machine à calculer. Une sorte de compteur Geiger, Sierra n'en savait rien mais c'est autre chose qui attira son regard et le rendit perplexe. Elle inspira silencieusement et demanda au technicien qui repassait devant elle:

- Ne devriez-vous pas retirer votre chevalière avant de manipuler des câbles électriques ?

Les trois techniciens s'arrêtèrent et regardèrent la chevalière en question : une grosse bague en acier avec un joyau d'argent à l'intérieur, des chevalières que l'on donne à des étudiants d'université quand ils font un acte important tels que remporter un championnat de foot ou décrocher un doctorat ou encore rejoindre une fraternité.
Celui qui la portait se pressa de dissimuler sa main dans sa poche et lança un regard noir à Sierra. Le second qui était agenouillé devant le panneau électrique, sourit à Sierra et lui répondit :
- Laissez nous faire mademoiselle. Nous n'en aurons pas pour très longtemps, vous pouvez reprendre votre poste. Nous ne voudrions pas vous déranger dans votre travail de guide avec cette charmante dame.
Ok, Sierra ne lisait pas dans les pensées, mais à voir son sourire forcé et son intonation de voix, l'homme en question ne se montrait pas très honnête en effet, comme l'avait souligné la visiteuse mystérieuse. Par ces mots, Sierra comprenait tout autre chose: "- Pose pas de question, laisse nous faire notre taff, et dégage fissa gamine !!" Oui en gros c'est ce qu'elle avait compris.

Elle fixa l'homme un moment et jugea plus prudent de se retirer: l'homme au sol lui souriait toujours mais l'homme à la chevalière lui la fixait toujours d'un regard noir. Sierra se retourna vers la visiteuse et tenta de prendre une voix professionnel de guide :
- Je suis désolée madame mais cette zone est en travaux actuellement par conséquent je vais devoir vous demander de vous diriger ailleurs. Avez-vous vu notre exposition du jour, la politique américaine à travers l'art ? Nous avons plusieurs tableaux qui représentent nos plus grands présidents.
Par ici, je vous prie.

Sierra tendit son bras vers une autre partie du département à peine éloignée des techniciens.
*Comme ça je vais pouvoir garder un œil sur eux, pensa t-elle en se déplaçant.*
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Freïja S. Kendrick
Mutante de niveau 4

Nombre de messages : 103
Date d'inscription : 24/02/2011
Localisation : Club des Damnés de Londres
Clan : Damnés
Age du personnage : 984 ans
Pouvoirs : Métamorphe et télépathe
Profession : Historienne
Illustratrice pour livres de fantasy
Points de rp : 62

MessageSujet: Re: Une nuit au musée....   Sam 5 Oct - 18:57


    Les premiers instants d’une rencontre étaient souvent déterminants. Pour Freïja, c’était le moment de juger du potentiel d’un tiers. Si elle ou quelqu’un d’autre pourrait en tirer quelque chose d’utile, voire même de précieux, les perles rares, comme leur nom l’indiquait, n’étaient pas courantes mais existaient bel et bien. Pour l’employée du musée, les choses commencèrent par une surprise que Freïja jugea exaspérée, il n’y avait pourtant rien d’étonnant à être interpelé de cette façon lorsqu’on faisait partie du personnel d’accueil des visiteurs. Mais bon, passons, la réaction principale que la mutante guettait était celle provoquée par les informations qu’elle venait de transmettre. Et l’historienne ne fut pas déçue. La jeune femme ne laissa pas grand chose paraître, mais elle était maintenant sur ses gardes et exprimait, par son attitude, ses regards et ses propos, les doutes qui l’habitaient. La métamorphe pouvait presque voir les rouages de sa réflexion se mettre en place. Ses observations furent néanmoins interrompues par la conscience professionnelle de son sujet d’intérêt. Outre l’aspect agaçant de ce rappel à l’ordre, Freïja y vit une capacité intéressante à rester dans son rôle et tenir la position qu’on lui a donnée. Elle était sérieuse cette petite.

    – Si vous le dites...

    Sur ces paroles relativement énigmatiques, l’Externelle prit la direction que lui avait indiquée la jeune employée. Elle nota également qu’elle la suivait, non sans lancer des regards suspicieux aux hommes. Concernant ces phénomènes, Freïja était maintenant persuadée qu’ils étaient sur un mauvais coup... et qu’en plus ils étaient stupides, il suffisait de voir le manque de réalisme dont ils avaient fait preuve suite à la remarque fort à propos de l’employée. En somme, cela faisait d’eux un groupe dangereux. Heureusement, l’oiseau moqueur qu’elle était se riait du danger. Arrivant dans la salle des peintures, l’Externelle se positionna face à un tableau qui lui permettait de garder un œil sur les indésirables mécaniciens. Mais en regardant la pendule qui ornait un mur de la salle, elle vit que l’heure de la fermeture n’allait pas tarder à sonner. Bon timing, messieurs, comme ça ils pourront profiter de la fermeture pour commettre leur méfait... ou attendre une heure plus tardive. Dans tous les cas, elle saurait les accueillir. Certes, elle ne comptait pas les arrêter toute seule, mais elle observerait de loin le plan d’action de la jeune femme qu’elle venait d’aborder. Celle-ci se montrait bel et bien intriguée et semblait garder un œil vigilant sur ces oiseaux de mauvais augure. En attendant de voir l’évolution des choses, Freïja remarqua la présence d’une agent de sécurité. Son sexe et son statut étaient une aubaine pour la mutante qui commençait à concevoir une stratégie. La métamorphe s’approcha de l’employée qui s’appelait, comme l’indiquait son badge, Rona. Et bien soit, cette nuit, Freïja sera dans la peau de Rona.

    – Excusez-moi mademoiselle, à quelle heure le musée va-t-il fermer ?
    – Dans une vingtaine de minutes madame.
    – Je vous remercie. déclara la mutante tout en posant la main sur celle de sa bienfaitrice, un geste un peu exagéré pour l’occasion, mais qui pourrait passer pour une simple politesse poussée à l’extrême.

    Ayant collecté les caractéristiques physiques de Rona, Freïja n’avait plus qu’à les utiliser pour prendre son apparence, mais ce n’était pas encore le moment. Pour l’instant, elle prit la direction de la sortie et ne manqua pas de remarquer qu’un des hommes de la mystérieuse maintenance quittait également le musée... pour se diriger vers un fourgon. La mutante sortie son téléphone pour appeler son chauffeur qu’elle attendra en bas des marches qui mènent au musée, non sans jeter de réguliers coups d’œil vers le fourgon qui semblait être la base des viles opérations en cours.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sierra Marrek
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 03/09/2013
Localisation : New York
Clan : neutre
Age du personnage : 21 ans et demi ^^
Pouvoirs : Bouclier de protection et champs de force
Profession : Hôtesse d'accueil à la Galerie d'Art.
Points de rp : 22

MessageSujet: Re: Une nuit au musée....   Lun 14 Oct - 19:39

Sierra abandonna rapidement la visiteuse dans la section "nouvelles expos". Elle repassa devant les trois techniciens qui avaient repris leurs activités toujours en silence. Cela intriguait beaucoup Sierra. Les trois hommes s'activaient sans avoir examiner au préalable ce qui n'allait par sur le tableau électrique. Cela intriguait beaucoup Sierra qui fronça les sourcils devant eux sans s'arrêter. Elle traversa la salle et aperçut dans le couloir Rona, l'agente de sécurité.
Avec son visage de latina, sa peau marbré et ses rondeurs sous son uniforme, elle avait tout d'un représentant de l'autorité. Sierra avait eue déjà l'occasion de discuter avec elle et de boire quelques verres dans la cafétéria du quartier du personnel. Rona était divorcée et sans enfants mais elle était encore jeune et en bonne santé, elle avait le temps. Recalée à deux reprises aux concours d'entrée de l'académie de police, elle s'était tournée vers le job d'agente de sécurité. Ses rondeurs masquaient en vérité une activité sportive, plusieurs heures de musculation, jogging et arts martiaux. Sierra pensait du bien de Rona, sur le point professionnel.


En bref, l'arrivée de Rona rappelait à Sierra qu'en tant que hôtesse d'accueil, elle devait annoncer la fermeture de l'établissement. Elle décroche la combiné du téléphone murale qui servait également de micro et annonça de sa voix la plus claire et la plus professionnelle :
- Mesdames et Messieurs, la Galerie d'Art va bientôt fermer ses portes, nous vous demandons de bien vouloir rejoindre le hall principal. Le personnel vous remercie de votre visite et espère vous revoir très prochainement.
Sierra, satisfaite raccrocha le combiné et salua d'un coup bref de la tête Rona qui venait justement de guider l'étrange visiteuse de blanc vêtue vers les portes de sortie. "Encore une personne étrange, pensa t-elle."

Sierra soupira et après avoir fait le tour du département d'histoire politique, elle se rendit vers le centre de contrôle un étage en-dessous par un accès réservé exclusivement aux personnels. Ce soir, ce n'était pas à elle de fermer les portes. Elle croisa dans le couloir d'autres employés mais au lieu de tourner à droite pour rejoindre les vestiaires du personnel, elle frappa à la porte à gauche. Un homme dans la trentaine jeta un coup d'œil par une petite vitre, l'examina et lui ouvrit.
- Salut Sierra, ça y est ta journée est enfin terminé ?

- Bonsoir Phillip, oui et c'est pas trop tôt. Dis-moi, je peux rentrer ? Je dois voir Gustave, c'est important.
Phillip lui répondit intrigué :
- Tu sais, je n'ai pas le droit de te faire entrer normalement...
Sierra se contenta de lui faire la moue, il sourit et s'effaça pour lui permettre d'entrer. Sierra passa la porte et se dirigea vers une multitude d'écrans de télévision où se reflétait les différentes pièces de la galerie. Mais c'est le fauteuil devant ces écrans qui l'attira.
- Bonsoir Gustave.
L'homme, un cinquantenaire bien bâtis, se tourna vers elle et la salua d'un grand sourire chaleureux. Sans faire plus de cérémonie mais après une courte discussion, Sierra vint au but.
- Dis moi Gustave, tu veux bien jeter un coup d'œil sur la bande de rigolos qui répare le système électrique de l'établissement. Ils sont l'air... louches.
Gustave lui sourit et tenta de la rassurer. Après quelques minutes de discussions Sierra abandonna les deux hommes et se dirigea vers les vestiaires, vides à présent. Sierra était la dernière. Elle se pressa de se changer, attrapa son sac et rejoint la sortie de la Galerie, la porte de service. Elle fit un coucou de la main à la caméra au-dessus de la porte se sachant observer par Gustave et la verrouilla d'abord avec la clé ensuite par un code.

Direction le café d'en face. Il n'était que 20h et Sierra n'avait pas cours demain. Aller boire un verre au café qui faisait face à la Galerie avant de rentrer lui semblait une bonne idée. Elle pourrait ainsi cogiter sur les étranges personnes qu'elle avait rencontré aujourd'hui : cette femme habillée luxueusement de blanc et la bande d'uluberlu en combinaison d'ouvrier.



hors rp:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Freïja S. Kendrick
Mutante de niveau 4

Nombre de messages : 103
Date d'inscription : 24/02/2011
Localisation : Club des Damnés de Londres
Clan : Damnés
Age du personnage : 984 ans
Pouvoirs : Métamorphe et télépathe
Profession : Historienne
Illustratrice pour livres de fantasy
Points de rp : 62

MessageSujet: Re: Une nuit au musée....   Mar 22 Oct - 14:40


    Son employé n’avait pas tardé et l’avait récupérée devant le bâtiment. La mutante lui demanda de faire un tour de la rue afin d’avoir une vision d’ensemble sur la zone qui allait bientôt lui servir de terrain de jeu. Les intentions des « électriciens » étaient on ne peut plus claires et elle comptait bien s’amuser un peu avec eux. Sans oublier cette employée qui semblait elle aussi intriguée par ses faux réparateurs. Freïja adorait observer les jeunes talents déployer leurs ailes. Elle n’avait pas vraiment scanné l’esprit de la jeune femme, mais elle lui avait semblé intéressante et un assez modeste, une qualité qu’elle appréciait grandement chez les plus jeunes... pour ne pas dire chez tout le monde. Après avoir prit connaissance du quartier, Freïja décida de prendre l’apparence d’une élégante trentenaire, brune, le teint un peu halé, mais sans changer de vêtement, avant de sortir de son carrosse pour entrer dans un restaurant qui faisait face au musée. Elle demanda à ce qu’on l’installa du côté de la fenêtre afin de garder un œil sur la rue et sur le bâtiment. Vu que l’heure du repas approchait, elle se dit qu’il n’était pas trop tôt pour dîner, néanmoins elle commanda quelque chose de léger, au cas où la suite de son petit jeu la force à passer à l’action.  Son chauffeur lui demanda combien de temps elle comptait rester.

    – Je n’en n’ai aucune idée, très cher. Vous devriez rester dans le coin... Allez donc vous prendre un de ces baconburgers que vous adorez tant. Mais je vous conseillerais d’en prendre un seul...  

    Amusé et un peu flatté de constater que sa patronne avait retenu ce genre d’information, le chauffeur professionnel pris congé pour se rendre dans une rue adjacente en quête d’un fast food, prêt à répondre à son portable et à foncer dans sa voiture au cas où. L’historienne elle observait le musée d’un air rêveur en contrôlant parfois le fourgon et ceux qui passaient un peu trop près du véhicule. Vers les huit heures, elle vit quelqu’un sortir de la Gallerie, la fille qu’elle avait abordée et qui avait montré une inquiétude par rapport aux réparateurs. Elle était seule et semblait se diriger à l’intérieur d’un café qui lui aussi faisait face au musée. Avant que Sierra ne rentre dans l’établissement, les deux femmes se croisèrent du regard. Certes Freïja  n’avait pas la même apparence, mais les vêtements similaires devaient sans doute piquer sa curiosité. Cela dit, elle entra quand même prendre son café tandis que la mutante savourait lentement son capuccino. Environ un quart d’heure après avoir croisé le regard de Sierra, Freïja vit un des agents d’entretien suspects sortir du bâtiment pour se rendre à son fourgon dans lequel il disparu une petite minute, avant de ressortir avec un grand sac. Alors qu’il prenait soin de fermer derrière lui, il laissa apparaître la crosse d’un pistolet qui dépassait de son pantalon. Réalisant que l’objet venait d’être exposé, il s’arrêta et pris soin de le cacher avec ses vêtements tout en regardant aux alentours, essayant de voir si quelqu’un l’avait remarqué. Il était trop loin pour voir que deux femmes l’avait aperçu et donc repartit en direction de la Gallerie afin d’accomplir ses sombres desseins en compagnie des autres voleurs. Freïja plissa les yeux et se demanda ironiquement qui pourrait bien imaginer un agent d’entretien armé d’un pistolet ? C’est à ce moment là qu’une coupure de courant eut lieu. La clientèle du restaurant commença à paniquer et le ton monta ici et là, plein de surprise, de panique, beaucoup voulaient téléphoner pour contacter leurs proches ou leurs enfants mais ils réalisèrent qu’il n’y avait plus aucun réseau. Impossible de téléphoner. Tandis que le personnel s’affairait à installer des bougies, Freïja commençait à penser que ces voleurs étaient soit très chanceux, soit très bien organisés. Il était temps de payer l’addition. Heureusement qu’elle avait toujours son chéquier sur elle.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une nuit au musée....   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une nuit au musée....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men Extended :: NEW YORK CITY :: SoHo :: Gallerie d'Art-