Partagez | 
 

 Il y avait bien longtemps ! [PV Adam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Emily Williams
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 150
Date d'inscription : 10/11/2011
Localisation : Institut Xavier
Age du personnage : 18 ans
Pouvoirs : Contrôle de la température des corps environnants
Profession : Etudiante en biologie
Points de rp : 91

MessageSujet: Il y avait bien longtemps ! [PV Adam]   Lun 9 Sep - 10:33

Il y avait des jours comme ça où la journée s'annonçait longue, longue... et que rien ne semblait pouvoir l'égayer. Enfin, je parlais ici de mâtinée, mais l'aprem ne semblait pas vouloir déroger à la règle, du moins pour l'instant. C'est donc dans une habitude bien rodée que je me levais ce matin, déjà découragée par ce qui m'attendait. J'aurais aimé un peu de mouvement, mais le cours n'était pas un de mes référés et j'avoue avoir pensé à le sécher et proposer à Max de nous faire une virée, mais il devait rattraper son retard, ce n'était pas pour que je le pousse à en prendre plus.

Enfin, au moins, la présence de Max, à l'heure, et la tête du professeur, valait le fait de s'être levé ce matin. Ce n'était pas la première fois, mais chaque fois cela me faisait bien rire et cela me faisait aussi plaisir de le voir surprendre ses professeurs, leur prouver qu'il n'était pas qu'un flemmard comme beaucoup semblaient le penser. Malheureusement, une fois assise, cet enthousiasme baissa rapidement et je me mis à prendre des notes automatiquement. J'en profitais aussi pour commencer le rattrapage dans le dos du prof ou juste faire des commentaires à son sujet.

Il y avait pas à dire, tout ça ça m'avait manqué ! Notre complicité revenait au galop après tout ce temps loin l'un de l'autre. Je faisais bien attention à ce que je faisais, il ne faudrait pas que nous fassions virés de cours. Mais je savais comment faire et puis j'étais l'une des meilleures élèves, alors ça aidait un peu le prof à fermer les yeux sur notre attitude.

Midi arriva avec un grand plaisir et nous sortîmes. Je reçus alors un sms qui me fit soupirer. Parfois je détestais mes professeurs. J'expliquais que j'avais un truc important à finir pour la fac en urgence, tout en levant les yeux au ciel avant de le laisser en lui disant de ne pas m'attendre s'il avait un truc à faire. De toute façon, on pourrait toujours se retrouver le soir même. Je remontais donc dans ma chambre dont mon coin allait finir par crouler sous les livres, classeurs et autres affaires de cours. Je ne parlais même pas de mon armoire qui étonnement n'avait pas encore craquée vu qu'elle me servait de rangement et contenait la quasi-totalité de mes habits. Quasi, puisque j'en portais.

Enfin, je montais rapidement, pressée de finir ce travail. J'allais rentré quand soudain je vis quelqu'un que je n'avais pas vu depuis longtemps : Adam. Non il y avait dix milles ans au moins que je ne l'avais pas vu ! Je courus donc derrière lui, laissant de côté ce travail. J'arrivais derrière lui et lui tapotais sur le bras un grand sourire aux lèvres. J'avais vite appris que le jeu "qui c'est ?" marchait pas avec lui.

- Adam ! Ca fait un bail. Qu'est-ce que tu deviens ? Parait que tu t'es trouvé un appart !

Bon j'arrêtais là, sinon j'allais surement le faire fuir et moi je voulais mes réponses ! Donc, il pouvait toujours essayer de fausser compagnie, il en était hors de question, même s'il était en intervention super importante, de tout manière ce serait pas la première fois que je viendrais.

- Alors ? Et ne t'avise même pas d'essayer de t'échapper, ça marchera pas !

Je replaçais mon sac sur mon épaule, bien plantée sur mes deux jambes, attendant une réponse. Je lui offris un sourire en coin, sachant bien que l'expansivité n'était pas vraiment son truc.

- Tu m'as manqué tu sais.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Adam Tenseï
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 430
Date d'inscription : 14/01/2012
Localisation : New York
Clan : apprenti Xmen
Age du personnage : 21 ans
Pouvoirs : Précognition / Postcognition
Profession : Coach sportif
Points de rp : 470

MessageSujet: Re: Il y avait bien longtemps ! [PV Adam]   Lun 9 Sep - 16:52

— Voilà. Et puis vous soufflez. Comme ça. Posément.

La cliente pantelait comme un chien qu’on aurait fait courir pendant trois kilomètres et Adam, quant à lui, fixait des yeux l’horloge, sur le mur de la salle de gymnastique. Les cours avaient finalement commencé et il était devenu étudiant — lui qui n’avait jamais cru retrouver une salle de classe de toute son existence. Et avec les études était venu le principal démon de la vie universitaire américaine : les frais d’inscription.

Fort heureusement, Adam avait de l’argent de côté. Mais le mutant n’avait aucune envie de s’exposer à de mauvaises surprises en puisant trop abondamment dans ses économies, aussi avait-il conservé, mais avec des horaires réduits, son emploi de coach dans une salle de sport du centre de New York. Il fallait dire qu’il y était autant appréciées par les clientes ravies de trouver de la chair fraîche et ferme que par les sportifs et sportives un peu plus accomplis, qui pouvaient profiter de conseils précis et circonstanciés, nés d’une longue pratique.

Il n’empêchait : ce n’était pas exactement l’activité la plus palpitante du monde et, en cette fin d’après-midi, il n’avait qu’une seule envie : filer vers les douches, puis se changer et rejoindre l’Institut, pour reprendre petit à petit contact avec le monde auquel il devait tant. Depuis quelques semaines, plusieurs mois même, il avait un peu perdu de vue la vie et les activités du Manoir Xavier, mais maintenant que sa propre existence était tout à fait remise sur les rails, des projets se formaient, encore un peu confus, dans son esprit.

La dernière cliente expédiée, il prit donc une douche express, troqua l’uniforme sportif et volontairement moulant de la salle de sport pour ses habits de ville et embarqua dans sa voiture, naviguant tant bien que mal dans les bouchons new-yorkais pour regagner l’Institut. Une bonne heure plus tard, il déambulait un peu au hasard dans les couloirs, découvrant de nouveaux visages, non sans toutefois en retrouver qu’il connaissait déjà.

Adam n’avait jamais été le pensionnaire ni le plus expressif, ni le plus accessible des lieux, mais il avait aidé en quelques années bon nombre de ses camarades, soit à rattraper un retard scolaire, soit à s’initier aux sports de combat, deux exigences très courantes entre les murs du manoir, et il y avait ainsi acquis une certaine popularité. Il serra donc des mains, sourit, échangea quelques mots avec ceux qui connaissaient le mieux et qui désiraient s’informer des dernières nouvelles de sa vie — qu’il ne donnait alors qu’elliptiquement.

Il était en train de parcourir les dortoirs où il avait si longtemps séjourné quand une présence familière s’annonça à sa conscience quelques secondes avant d’apparaître. Les yeux noirs d’Adam se posèrent sur Emily et, avec un sourire discret mais sincère, il répondit simplement :


— Content de te voir.

La jeune femme devait être habituée depuis le temps à la sobriété avec laquelle il manifestait la plupart de ses sentiments. Quant à lui, il ne comptait certes pas s’éclipser de si tôt : c’était précisément pour discuter avec ses amis qu’il était revenu hanter les couloirs de l’Institut. Il inclina la tête vers l’escalier, au bout de ce couloir-là, et déclara :

— Viens, on va chercher un truc à grignoter aux cuisines. J’ai faim.

En même temps, il avait toujours faim. Il laissa Emily récupérer son sac de cours et se dirigea vers l’escalier. Au bout de quelques secondes, avec un sourire aimablement moqueur, Adam fit remarquer :

— C’est qu’t’as grandi dis donc. Encore un peu, et on dirait presque une adulte. Tu vas p’t’être pouvoir conduire des voitures, un jour, si ça s’trouve.

Avec Emily, Adam s’était découvert un rôle jusqu’à lors un peu inédit pour lui : celui de grand frère. Dernier né de la famille, il avait généralement été l’objet de toutes les inquiétudes et ce rôle d’être fragile à protéger n’avait pas été écarté par les manifestations dévastatrices de son pouvoir. Bien sûr, depuis, son tempérament fait de sang-froid et de calme maîtrise lui avait donné de l’ascendant sur bien des gens, mais avec Emily, les choses étaient très différentes : il y avait dans cette sûreté une tendresse secrète.

Les deux jeunes gens dévalèrent les escaliers.


— J’ai trouvé un appart’, oui. J’ai trouvé beaucoup de trucs, en fait.

C’était un bel euphémisme. Adam esquissa l’un des sourires mystérieux dont il avait le secret et poussa la porte des cuisines, pour venir aussitôt fureter dans les placards aux biscuits : il les connaissait bien. Il sortit un paquet de barquettes à la fraise, du lait du frigo, se percha sur un tabouret et entreprit de goûter, comme le grand garçon absolument mature et adulte qu’il était.

Il poussa le paquet en direction d’Emily.


— Mange, ça t’f’ra grandir.

Pendant ce temps, Adam tira son téléphone portable de sa poche et se mit à fouiller dans le répertoire des photographies.

— J’ai aussi trouvé…

Il posa l’appareil devant son amie, avec une photographie en plein écran.

— …lui.

Adam irradiait le bonheur comme Tchernobyl la radioactivité.

— Évidemment, là, il fait un peu l’idiot.

Il eut une moue songeuse puis admit :

— En fait, il fait tout le temps l’idiot, ou presque, sur les photos.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Emily Williams
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 150
Date d'inscription : 10/11/2011
Localisation : Institut Xavier
Age du personnage : 18 ans
Pouvoirs : Contrôle de la température des corps environnants
Profession : Etudiante en biologie
Points de rp : 91

MessageSujet: Re: Il y avait bien longtemps ! [PV Adam]   Lun 16 Sep - 18:14

HJ:
 

Pourquoi fallait-il toujours que les professeurs décident au dernier moment d'avancer un devoir à faire ? De demander des trucs en plus au dernier moment ? Surtout que tout le monde n'habitait pas sur l'université. Enfin, ce n'était pas comme si j'avais eu le choix et je préférais se dire qu'heureusement je n'avais rien prévu et que je pouvais le faire ce soir là. Enfin, c'est ce que je pensais. Je montais donc les marches jusqu'aux dortoirs en râlant mentalement quand je vis celui qui avait décidé de contrecarrer mes plans. Mais je préférais de loin ce changement là.

J'étais donc allée à sa rencontre, il y avait un bon moment qu'il ne parcourait plus les couloirs de l'Institut et j'avais eu quelques nouvelles d'autres élèves qui l'avaient croisé. J'en étais heureuse, même j'aurais aimé en avoir directement, mais je n'étais pas tout le temps là. Sauf que quand il se retourna vers moi, un léger sourire sur les lèvres et une petite phrase toute simple, je sentis tous ces mois sans le voir s'envoler. Je le retrouvais comme avant, même si je sentais qu'il était... différent. Peut être que de s'être sorti de l'Institut lui avait permis de se trouver... Je comptais bien le savoir.

Je lui souris donc en retour, pas du tout gênée par son laconisme. J'avais appris à le connaitre ! Il me proposa d'aller se poser en cuisine et acceptais, laissant de côté mon travail, ce ne serait pas ma première nuit blanche !

- Allez ! J'ai faim moi aussi.

Il fallait dire que j'avais des journées chargées et que même si je mangeais bien, j'avais souvent faim. Je faisais aussi du sport alors ceci expliquait cela... Nous fîmes alors le chemin inverse et rejoignîmes les cuisines. Il me parla alors de ma taille et mon âge. Je lui tirais la langue, amusée. Je n'étais plus une gamine, mais j'appréciais sa façon d'être avec moi, il jouait le rôle du grand frère que je n'avais jamais eu et il avait toujours été là.

- Hey oui ! J'ai 18 ans. Pour ce qui est du permis, on verra hein... Au vu de ce que ça donne sur la route, je préfère encore le bus. Mais je suis sure qu'avec un bon prof, j'apprendrais vite à bien conduire !

Faire des sous-entendus, moi ? Jamais ! Je m'assurais simplement de le revoir un peu plus souvent que ces derniers temps. Mais j'aimais bien l'idée d'apprendre avec lui à conduire, surtout que je me sentais en sécurité en sa présence, et ce n'était pas seulement dû à son pouvoir ! C'était juste lui. Il n'était jamais question de pouvoir ou d'ascendant, juste une amitié et une fraternité toujours présente.

- D'autres trucs ? Comme quoi ?!

Je faisais l'idiote, ne sachant pas vraiment de quoi il parlait, mais m'amusant de sa faculté à laisser échapper des morceaux d'informations. C'est pourquoi, à chaque fois, je poussais un peu les choses, histoire d'être sure qu'il continuera sur sa lancée. Hey, j'avais bien dit que je voulais tout savoir ! Une fois arrivés à la cuisine, j'allais m'installer sur un tabouret, me mettant un peu plus haute en calant une jambe sous moi. J'aimais me mettre en position instable. Pendant ce temps, il s'occupait de notre repas, j'avais confiance. Il me tendit les barquettes et je m'en saisis avant de lui répondre amusée.

- Tu sais qu'il y a peu de chance que je grandisse plus ! Je resterais toujours et à jamais plus petite... Aussi, j'étais mal partie pour te dépasser.

Je ris, si j'avais laissé entendre une pointe de regret, elle avait totalement disparu en parlant de sa taille à lui. J'enfournais une barquette avant de me servir du lait. Ca c'était un goûté comme je les aimais. Il sortit son portable et je fis en sorte de ne pas me montrer trop curieuse. Il avait souvent tellement de choses en tête qu'il notait des trucs sans aucun rapport avec la discussion. Ou que le rapport m'échappait aussi... Enfin, cela ne me dérangeait jamais et là j'en eus pour ma curiosité. Je découvris un jeune homme que j'aurais pu qualifier de mignon si j'avais eu l'esprit et le coeur libre pour ça. Je relevais les yeux vers Adam en comprenant ce qu'il voulait dire. C'était donc ça !

- Ah ça, ça a l'air d'être quelqu'un qui aime bien oui. Je comprends mieux ta disparition soudaine ! Tu voulais me le cacher hein ? Tu me crois capable de le faire fuir ?

Absolument aucune vérité dans mes paroles, je le taquinais totalement. Je ne me serais jamais permise de m'immiscer dans la vie amoureuse d'Adam, enfin, sauf si l'homme en face lui faisait du mal ! Là il avait intérêt à courir loin, je n'étais pas du genre à laisser faire. Mais je n'avais aucune raison de le faire, surtout au vu du regard d'Adam quand il en parlait. Il semblait heureux et j'en étais contente pour lui.

- Et il a un nom ce "Lui" ? Ça sera plus pratique quand même !

Toujours sur le ton de la plaisanterie, j'étais curieuse, mais je ne voulais pas le "pousser" à me donner des informations alors je posais mes questions de cette manière. Mais redevenons sérieux quand même.

- Tu l'aime ? C'est sérieux pas vrai ?

Ce n'était pas vraiment des questions, je pouvais lire la réponse dans son regard. Je le connaissais assez pour ça, ça se voyait comme le nez au milieu de la figure. Je le sentais heureux !

- Vous avez emménagé ensemble ? Raconte-moi ta nouvelle vie !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Adam Tenseï
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 430
Date d'inscription : 14/01/2012
Localisation : New York
Clan : apprenti Xmen
Age du personnage : 21 ans
Pouvoirs : Précognition / Postcognition
Profession : Coach sportif
Points de rp : 470

MessageSujet: Re: Il y avait bien longtemps ! [PV Adam]   Lun 16 Sep - 18:50

Donner des cours de conduite, lui ? Plus d’un policier de New York en aurait des sueurs froides : Adam conduisait certes très bien, mais pas très légalement et il doutait être le professeur le plus raisonnable en la matière, du moins pour une débutant. Il se promit néanmoins intérieurement de suivre les progrès de sa cadette dans le domaine pour, lorsqu’elle serait prête, lui faire découvrir le monde fascinant de la conduite sportive. Ça pouvait toujours servir — si un jour elle était poursuivie par un gang de motards fous.

Adam, qui n’était pas du genre à laisser la nourriture longtemps loin de soi, récupéra le paquet de biscuits, le vida pour moitié, empila les barquettes en face de lui et poussa de nouveau le gâteau vers Emily, dans un partage équitable qui ne le satisferait pas longtemps — mais heureusement les placards étaient pleins encore. Nul doute que depuis son départ, l’Institut devait avoir fait de considérables économies en nourriture.

Une fois que son amie se fût dûment extasiée devant la merveille de la nature qu’était Salem (personne n’en doute) et même si « ça a l’air quelqu’un de bien » n’était pas ordinairement la réaction que son fiancé tatoué de la tête aux pieds suscitait chez ceux qui l’observaient pour la première fois, Adam reprit son téléphone, contempla à son tour la photographie d’un air songeur, avant de laisser échapper un soupir ravi d’adolescente en fleur, qui menaçait dangereusement sa réputation de froideur inaccessible, et de ranger finalement l’appareil.

— Il s’appelle Salem. Il vient ici, de temps en temps.

Ce qui était assez pour dire qu’il était un mutant. De temps en temps ou, plutôt, rarement : mais Adam avait essayé de pousser Salem à visiter l’Institut pour recueillir, sur son pouvoir, d’autres conseils que les siens. Depuis peu, les deux garçons s’étaient engagés dans un programme d’entraînement destiné à éviter la rupture d’anévrisme à Salem et la mort par convulsions à Adam, et si ce dernier commençait à maîtriser les différentes étapes de formation d’un mutant, il n’eût pas été fâché de voir les connaissances de son fiancé, dans le domaine, se diversifier.

Lorsqu’Emily l’interrogea sur ses sentiments, Adam se contenta de hocher gravement la tête. Avant de s’engager dans le récit qu’elle lui réclamait depuis qu’il l’avait croisée dans le couloir.

— Eh bien… Je l’ai rencontré au garage où il travaille, tu sais, en stage, en même que sa formation de mécanicien. Je crois que c’était très… rapide, entre nous. Au début, j’avais toujours ma chambre ici, lui un petit studio, mais ce n’était pas très pratique, et puis on avait besoin l’un de l’autre. Alors je suis venu vivre dans le studio, et on a cherché quelque chose de plus grand. On a un appart, maintenant, près du centre culturel. C’est assez sympa.

Beaucoup plus en tout cas que les quelques mètres carrés du studio dans lequel ils avaient vécu plusieurs semaines, tout en haut de l’immeuble, sans ascenseur et sans beaucoup d’intimité non plus. Adam avala une gorgée de lait avant d’hésiter, puis de se faire un peu timide et de glisser, l’air de rien, comme si ce n’était qu’un détail dans cette histoire d’appartement :

— On s’est fiancés et on se marie dans six mois.

Et presque aussitôt, comme s’il espérait noyer cette information capitale dans un flot de paroles, il reprit le cours de son récit :

— Sinon, on a trois chatons, enfin maintenant, c’sont des chats. On devait en adopter un à l’origine, mais Salem a pas pu résister, du coup on est pas envahi. Là, il continue sa formation de mécano’. Moi, j’ai fait un peu d’politique, j’sais pas si t’as vu, j’étais dans les journaux, parfois.

Il n’avait pas occupé la première page : en tant que chargé de mission puis stratège, il était resté plutôt dans l’ombre de la campagne électorale de Martha Orckmann, mais de temps à autre, il y avait eu une ou deux mentions de son rôle dans la campagne, la combinaison issu de l’émigration-gay-mutant ne manquant pas d’attirer l’attention des journalistes et de différents groupes militants pour les droits de l’une des trois catégories.

— Mais finalement, c’était pas pour moi. Trop de pressions, je veux dire, en plus de mon pouvoir : fallait que j’arrête de cumuler, sinon j’allais finir cingler. Du coup, Salem m’a forcé à prendre des vacances et à réfléchir à mon avenir. Reprendre des études, ça paraissait une bonne solution. Alors à la rentrée, là, je vais être en école d’architecture. C’est c’que j’avais toujours voulu faire, mais, tu sais…

Il haussa les épaules. À l’Institut, il y avait beaucoup de jeunes mutants qui avaient dû ou cru devoir renoncer à leurs rêves en raison des aléas de leurs pouvoirs et celui d’Adam était certainement l’un des plus éprouvants. Longtemps, le jeune homme s’était contenté, après sa carrière sportive, de petits emplois sans envergure, effectués par nécessité plutôt que par vocation, et il avait fallu que Salem débarquât dans son existence pour qu’il comprît qu’il avait le droit d’aspirer à autre chose.

— À côté d’ça, j’ai un p’tit boulot, dans une salle de sport. Tu sais, genre coach. C’est pas super excitant, mais ça paye pas trop trop mal et les horaires, surtout, sont corrects. Voilà. C’est tout.

« C’est tout » était une drôle de façon de résumer l’avalanche de changements qui s’était opéré dans sa vie et qui l’avait transformé, du coursier solitaire et mélancolique qu’il était, toujours au bord de l’autodestruction, en étudiant d’architecture prêt à se marier qui élevait trois chats (et un fiancé) dans un appartement du centre, après avoir fait une (brève) carrière en politique. Certaines choses ne changeaient ainsi pas et Adam avait un don pour aborder l’exceptionnel avec une désarmante nonchalance.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Emily Williams
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 150
Date d'inscription : 10/11/2011
Localisation : Institut Xavier
Age du personnage : 18 ans
Pouvoirs : Contrôle de la température des corps environnants
Profession : Etudiante en biologie
Points de rp : 91

MessageSujet: Re: Il y avait bien longtemps ! [PV Adam]   Mer 25 Sep - 23:14

Ma proposition pour la conduite n'avait réellement été dite que sur le ton du rire. Je savais qu'il conduisait plutôt bien dans l'ensemble. Mais je voulais bien apprendre à conduire à sa façon... peut être plus tard. Enfin, il faudra que j'y réfléchisse plus tard, j'avais déjà l'âge de le faire et en dehors de quad ou moto rapidement, je n'avais pas vraiment de notion. J'aurais bien le temps de travailler tout cela, dans une ville comme New-York, le permis de conduire n'était pas indispensable et je n'avais pas les moyens de me payer une voiture.

Enfin, le paquet fut vite partagé entre tous les deux et je savais qu'il n'allait pas faire long feux avec lui. Je crois que ses passages à l'Institut étaient marqués par la disparition en grande quantité des biscuits, gâteaux et tout ce qui se mangeait. Je voyais que ça au moins n'avait pas changé ! Il me donna le nom de son copain : Salem. Je ne me faisais aucune idée préconçue à son sujet que ce soient ses tatouages ou son attitude. A vrai dire j'avais pleins d'ami qui en avaient et ce n'étaient pas pour autant des délinquants ou quoi. Mais j'espérais pouvoir le rencontrer un de ces quatre.

Son "il vient ici de temps en temps" me souffla qu'il s'agissait aussi d'un mutant. D'un côté, je me disais tant mieux, pas besoin de secret entre eux, de cachotteries... Enfin, je ne savais pas comment ce dernier avait pris les activités d'Adam, mais au vu de la joie de ce dernier, tout avait l'air de bien aller. Ma curiosité me poussa à lui poser plus de questions sur eux deux, leur histoire...

Finalement, je n'eus pas à le pousser beaucoup pour subir une avalanche d'informations. Et beh, il avait quand même changé, même j'avais la chance qu'il soit plutôt loquace avec moi. Ça faisait beaucoup de choses, mais j'en retins plusieurs : mécanicien, l'appart, la rapidité de la relation. Enfin, je ne pouvais pas juger, mais pour moi si c'est fort, il n'est pas besoin de connaitre une personne depuis dix-milles ans pour faire des projets.

Par contre, je bugais sur quelque chose : un mariage ! J'allais dire quelque chose, mais il enchaîna rapidement sur la cohabitation avec des chats, ce qui eut le don de me faire sourire, mais il ne pouvait pas compter sur le fait que je me tairais sur son mariage. Il parla ensuite de son boulot dans la politique et c'est vrai que maintenant qu'il le disait je me souvenais de quelques articles qui m'avaient interpellés.

- Oui j'en ai lu. Je ne savais pas que ça t'intéressait !

Il parla ensuite de ce qu'il avait fini par faire pour éviter de devenir fou. C'est vrai que déjà avec ses pouvoirs, ce n'était pas la joie, alors si en plus il faisait dix-milles trucs en même temps... Finalement je me dis que je l'aimais bien ce Salem, il marquait des points sans même le savoir. C'était peut être ce dont avait besoin Adam d'une certaine façon. Quelqu'un pour le guider !

- Tu reprends tes études ? A l'univ ? On s'y croisera surement ! Si tu as besoin d'un guide ou quoi, n'hésite pas ! J'étais enthousiaste, cela nous donnerait l'occasion de se croiser plus souvent. L'architecture... Sympa comme choix ! J'espère que ça te plaira et c'est cool que tu te relance là dedans. Et oui... je sais ! Mais je suis heureuse que tu trouve enfin ton chemin et ta vie.

Il était vrai qu'avec ses pouvoirs il n'avait pas pu envisager l'avenir avec beaucoup de clarté. Mais étrangement, il semblait enfin capable de se poser et heureux de l'être. Même si je percevais quelques doutes, mais normal, c'est nouveau. En tout cas, s'il avait besoin, je serais là ! Il parla ensuite de son boulot et je me retins de rire. Malgré son homosexualité, il avait tendance à attirer les regards des femmes et je n'imaginais même pas le pic d’adhérents qu'avait dû connaitre la salle.

- C'est sur qu'avec l'appart à payer et tout, c'est plus simple si tu bosse aussi. Je sais pas pourquoi, mais je suis sure que tu fais fureur ! Je lui souris en disant ça, taquine. C'est tout, hein ? Ta vie a changé presque du tout au tout et c'est comme si il t'était rien arrivé ? Ça me rassure... je commençais à me demander si tu avais été remplacé par quelqu'un d'autre ou quoi ! J'éclatais du rire franc, histoire qu'il ne s'imagine pas un instant que je ne pouvais pas penser qu'il pouvait réussir, je voulais juste le taquiner. Je suis heureuse de te voir comme ça, tu es heureux et... apaisé !

J'étais admirative de voir l'avancée qu'il avait fait dans sa vie. Je n'avais jamais imaginé le voir comme ça. Mais je n'oubliais pas ce petit détail qu'il avait essayé de noyer sous l'avalanche. J'eus un sourire angélique avant de lui poser LA question.

- Alors comme ça vous allez vous marier ?! J'suis invitée j'espère !

Ou l'art de mettre les pieds en plein dans le plat !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Adam Tenseï
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 430
Date d'inscription : 14/01/2012
Localisation : New York
Clan : apprenti Xmen
Age du personnage : 21 ans
Pouvoirs : Précognition / Postcognition
Profession : Coach sportif
Points de rp : 470

MessageSujet: Re: Il y avait bien longtemps ! [PV Adam]   Sam 28 Sep - 10:09

Il avait haussé évasivement les épaules, mais même quelqu’un comme lui, quelqu’un d’assez peu doué pour se rendre compte de l’intérêt qu’on pouvait lui porter, n’avait pas été sans remarquer le zèle avec lequel certaines quadragénaires pleines d’ambition venaient désormais soulever les haltères dans la salle de sport. Zèle auquel il opposait toujours un professionnalisme indifférent, ce qui ne faisait qu’augmenter le charme de son inaccessibilité et relançait la machine. Il s’était déjà vu proposé plusieurs fois un rôle de coach privé, sans doute plus lucratif — mais il se méfiait.

Un grand sourire accueillit par contre le résumé d’Emily : oui, sa vie avait changé du tout au tout. Il se sentait beaucoup mieux et il n’avait pas besoin de l’exprimer littéralement : son aura mélancolique avait cédé la place à une assurance calmement rayonnante. En revanche, il avait toujours faim : cela, au moins, ça ne changeait pas. Il se releva pour fouiller à nouveaux dans les placards et revint s’installer devant son verre de lait avec un second paquet de biscuits.

— T’inquiètes pas, j’suis toujours le même. Toujours sage, sérieux, discipliné, etc.

Ben voyons. Plus sérieusement, il reprit :

— J’dirais peut-être pas que je suis apaisé, enfin pas totalement, mais heureux, ça oui, maintenant. Y a quelques mois en arrière, j’pensais pas que ce serait possible.

Un bon indicateur de ce changement était précisément cette phrase qu’il n’eût pas prononcée entre d’autres circonstances : même avec ses amis proches, comme l’était Emily, Adam n’avait jamais eu l’habitude de beaucoup se livrer. Pourquoi, en effet leur aurait-il fait partager les horreurs qui traversaient en permanence son esprit, sans avoir jamais rien de plus doux, dans son existence, pour les balancer ? Désormais, les choses étaient très différentes — mises en perspective, en quelque sorte.

Nouveau sourire à l’évocation du mariage. Pendant bien des semaines, il avait été un projet somme toute un peu lointain que Salem et lui avaient fait, sans peut-être penser qu’il se réaliserait vraiment un jour, mais depuis peu, les deux jeunes gens prenaient des mesures actives pour le mettre à exécution.

— Tu seras invitée, évidemment. Cela dit, on en est encore aux conseils de guerre.

Il se versa un deuxième verre de lait.

— C’est super compliqué à organiser, en fait, et évidemment, on va pas payer quelqu’un pour le faire. Mais du coup, là, on fait des listes pour tout, et des plans, et on cherche des trucs et des machins, des dates à la mairie, des salles, la restauration, les fleurs, tout ça.

Étrangement, aucun des deux jeunes hommes n’avait eu la pensée sexiste de se décharger de l’affaire sur l’une ou l’autre de leurs mères. L’organisation avait beau être compliquée, elle faisait partie du plaisir : Adam et Salem étaient ravis de passer des heures à naviguer dans les emplois du temps de la mairie à la recherche de la date qui correspondrait à toutes les autres dates. Un plaisir irremplaçable.

— Mais, à peu près, disons que ce sera dans six mois, en gros. C’est ce qui est prévu, en tout cas. On s’est donnés une date comme ça, pour que ça avance un peu. Maintenant, évidemment, ça met la pression.

De fait, Adam était un peu nerveux. Comme d’habitude dans son cas, il eût été impossible de le deviner : son calme olympien ne se laissait pas si facilement altéré. Mais à l’intérieur, il lui arrivait de paniquer à l’idée que les fleurs ne seraient pas prêtes à temps et qu’il allait faire un plan de table pour que ses amis issus de milieux très, très différents pussent avoir quelque chose à se dire et à dire à la famille de Salem.

— Enfin, au pire, on recrutera. J’suis sûr que tu rêves de plier des serviettes pendant cinq heures de suite, la veille du jour J, hein ?

Il plaisantait à moitié, bien sûr : il allait leur falloir un peu d’aide, c’était certain. Ceci étant dit, il ne souhaitait pas monopoliser la conversation, autant parce qu’il voulait rattraper le temps perdu sur la vie d’Emily et parce que sa pudeur habituelle le poussait à ne pas s’étendre plus qu’il ne l’avait déjà fait sur des questions qui le touchaient de si près. Il enchaîna donc.

— Mais enfin, assez parlé de ma vie maritale. Toi, là. Telle que j’te vois, j’suis sûr que t’es pas restée sage.

Même s’il n’était pas là pour exercer sur elle sa déplorable influence.

— Ça s’passe comment, ici ? Le pouvoir, tout ça.

Il avait hésité à glisser une plaisanterie comme « t’as congelé personne ? », mais dans le cas où Emily eût connu un petit dérapage, mieux valait éviter de retourner le couteau dans la plaie.

— Et puis, je sais pas, le reste. Les études ? Un p’tit boulot ? Un p’tit ami ?

Avec un air (faussement) sérieux, il déclara :

— J’espère que t’as pas d’petit ami. T’es beaucoup trop jeune pour ça.

Dit celui qui allait se marier à vingt-et-un ans.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Emily Williams
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 150
Date d'inscription : 10/11/2011
Localisation : Institut Xavier
Age du personnage : 18 ans
Pouvoirs : Contrôle de la température des corps environnants
Profession : Etudiante en biologie
Points de rp : 91

MessageSujet: Re: Il y avait bien longtemps ! [PV Adam]   Jeu 24 Oct - 13:41

[HJ : Désolée du retard, j'espère que ça t'ira :)]

Genre il ne pouvait pas voir l'intérêt qu'on pouvait lui porter ! Enfin, c'était vrai qu'à ce niveau là, il n'était pas observateur, surtout avec les femmes, mais quand même... Je parie qu'il faudrait être aveugle pour ne pas le voir -et encore, elle devait surement ronronner. Je savais qu'il savait se défendre, que ce soit contre des malfrats ou des dames trop entreprenante, sinon je me serais inquiétée pour lui.

Je crois que sa manière de résumer les choses quand on parlait de lui me ferait toujours rire. Il fallait dire que la plupart des gens avait tendance à raconter en long, en large et en travers leur vie. J'aimais bien son laconisme, sauf quand il s'agissait ainsi de points importants de sa vie. Cela me rassurait au moins sur un point, il était resté le même au fond et je le reconnaissais. Il me rassura d'ailleurs à ce sujet en se descrivant. Je ne retins pas un petit rire. Ah oui, ça c'était tout lui, il n'y avait aucun doute !

J'écoutais sa façon de voir son changement. Bien sur, tout n'était surement pas au mieux, mais en comparaison, il y avait une grande différence. Il disait que jamais il n'aurait pensé en arriver là et moi non plus ou en tout cas pas avant des années. Sa façon de voir les choses et de les exprimer permettait aussi de voir les changements. Il ne me faisait que très rarement part de ses états d'âme, même si ça ne m'aurait pas dérangé de l'aider.

- Moi non plus, je n'aurais pas imaginé te retrouver comme ça. Tu l'as mérité !

Ah le mariage, enfin il en parlait un peu plus. J'eus un grand sourire quand il me confirma que j'étais invitée. J'en étais contente, un bonne occasion de faire la fête et j'étais heureuse qu'ils puissent être ensemble comme ça. Alors ils n'en étaient qu'aux préparatifs ? Et bien, ils avaient encore du boulot à faire ! Je n'osais pas m'imposer pour donner un coup de main, mais je n'aurais rien eu contre le faire. Tant qu'à y participer, autant le faire dans tout !

Je l'écoutais parler de ses doutes, de leur doutes. Allaient-ils y arriver ? Je n'avais pas de doute là-dessus, ils y arriveraient ! Je me doutais que c'était compliqué et tout, mais s'ils s'y prenaient bien, il n'y avait pas de raison.

- Bon courage en tout cas ! Je suis sure que vous allez y arriver. Et oui, j'en rêve... Je fis une moue qui confirmait en apparence ces paroles. Enfin, si vous avez besoin, demandez avant d'en arriver là. Je serais contente d'aider, quelque soit la date et même s'il faut faire une nuit blanche avant pour tout finir ! J'en suis pas vraiment à une près...

Oui pour ce qui était de passer des nuits de sommeil entières, je n'étais pas sérieuse. Si je ne profitais pas maintenant, quand allais-je profiter ? Surement pas quand je bosserais...

Il détourna ensuite la conversation sur moi et j'aurais beaucoup de choses à lui dire. Pas toujours très rose malheureusement. Il passa vite en me disant que je n'étais pas restée sage. Je pris mon air le plus innocent possible.

- Moi ? Pas sage ? Je ne sais pas ce qui te fait dire ça ! Je suis l'innocence personnifiée.

Pas crédible, moi ? Je ne vois pas ce qui vous fait dire ça ! Enfin, assez ris, redevenons sérieux deux secondes. Qu'avait été ma vie depuis ? Déjà deux ! Bon stop...

- Ben les pouvoirs, ça avance pas trop... Je peux plus les utiliser quand je veux, mais je brûle toujours les gens par surprise. J'ai pas l'impression d'avoir une grande puissance, mais ça me dérange pas.

J'aimais bien mon pouvoir comme il était, plus comme une aide que comme réellement une attaque. Après il était toujours utile dans certaines circonstances et cela me suffisait. Je n'étais pas de ceux qui voulait prouver à tous leur supériorité. En parlant des études, il me revint en mémoire cet épisode déplaisant qui à défaut d'être accepté était repoussé au tréfond de mon esprit pour ne refaire surface que dans des moments où on y faisait référence mais que de loin. Sauf que je n'avais pas envie de gâcher ce moment et le repoussais, espérant qu'il n'avait pas assombris mon visage.

- Ben les études, ça va ! Je me suis fait une bande de copains avec qui je bosse, je sors... J'adore ce que je fais ! C'est tellement passionnant le cerveau, tu n'as pas idée de sa complexité...

J'allais enchaîné par la nouvelle à propos d'un petit ami, surfant sur l'enthousiasme entraîné par mes cours quand je fus surprise par ses paroles à ce sujet. Je bloquais un instant, me demandant s'il était réellement sérieux ! Il allait bientôt se marier, il était à peine plus vieux que moi et il me faisait la morale !! J'eus un rire, punaise comment il va le prendre...

- Ben quoi que tu en dises ou en penses, j'ai un petit copain. Tu peux parler de ma jeunesse, M. j-ai-24-ans-et-je-vais-me-marier-dans-six-mois... Il s'appelle Max, il est élève ici ! Il est très gentil et je le connais depuis longtemps, même avant l'Institut.

J'avais tout dit d'une traite. Je ne savais pas qu'il serait à ce point protecteur sur ce sujet là. Cela me faisait plaisir et en même temps, je ne savais pas comment il prendrait la nouvelle. Surtout qu'il devait un peu le connaître et je ne connaissais pas son opinion. Finalement, il y avait peut être beaucoup de sujet à éviter...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Il y avait bien longtemps ! [PV Adam]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il y avait bien longtemps ! [PV Adam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men Extended :: QUARTIERS GENERAUX :: Manoir des Xmen :: le manoir :: 1er étage - dortoirs des élèves-