Partagez | 
 

 Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar

Raven Darkhölme
Humaine

Nombre de messages : 231
Date d'inscription : 06/04/2013
Clan : Fédéraux
Age du personnage : Inconnu
Pouvoirs : Métamorphe
Profession : Agent du SHIELD
Points de rp : 152

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Ven 31 Mai - 2:58

J'avais fini par croiser les bras. Ma question de mon métabolisme revenait chaque fois qu'on faisait mention de ma mutation. J'ai alors haussé les épaules et roulé des yeux. Alors que je réfléchissais en vitesse lumière, concentrée sur l'écran, Elirys a à nouveau fait une tentative de percée d'identité. A croire que cette jeune humaine avait tout pour plaire avec son caractère bien trempé. J'aimais ça. Sauf quand on s'en prenait à mes collaborateurs/co-équipiers/partenaires. J'ai ouvert grande la bouche en voyant son geste, mais c'était trop tard, s'abattre sur la tête de Jack. C'était lui qui pouvait se téléporter mais moi qui ne savait plus où j'étais d'une seconde à l'autre ?!

J'ai tendu les mains vers lui pour lui encadrer le visage et j'ai grimacé. Jack avait juste eu le temps de tourner la tête pour comprendre que quelque chose clochait quand la souris lui avait éraflé la joue. J'ai alors tourné la tête vers Elirys. J'étais furieuse, tellement furieuse que j'entendais des éclairs dans ma tête. Si elle pensait que jusque là je ne lui voulais aucun mal, elle venait de commettre une très grave erreur. Mes yeux lançaient des flammes, ma voix se transformait et tous mes muscles étaient bandés sous la colère. Un laps de temps, un léger silence et elle était morte à mes yeux. Alors ma voix a à nouveau retenti dans le hangar.

– Mais c'est pas possible, vous êtes pire que des écoliers ! C'est pas bientôt fini vos conneries d'enfantillages, vous avez quel âge ?!

Heureusement, elle signait déjà sa reddition. Et elle avait plutôt intérêt sinon son clavier, c'était moi qui lui faisais bouffer. Si Elirys appartenait à Jack, Jack m'appartenait, c'était ainsi. Je l'ai observée reprendre sa place comme si de rien n'était. Cette humaine était un monstre... Pire que Jack, finalement ! Etait-ce seulement possible ? J'ai secoué la tête, la laissant faire, à des années lumières de ce qu'elle venait de lire à l'écran. Me penchant à nouveau sur Jack, j'ai passé mon pouce sur sa mâchoire pour mieux voir sa blessure. Mon visage exprimait du dégoût mais pas seulement. J'essayais de faire qu'il arrête de gigoter pour mieux voir la plaie. Ces trucs en plastique, c'était du solide mais les petits débris qui en éclataient était tranchants comme des lames arabes. Je l'ai regardé brièvement et j'ai secoué la tête, traduisant un "Si seulement tu l'avais pas méritée, je pourrais faire quelque chose pour toi..."

– J'ai une bouteille d'eau et des mouchoirs dans la voiture. On va nettoyer ça. Mais je crois qu'on va devoir aller aux urgences te faire un petit point de suture.

Je me suis redressée et j'ai regardé Elirys, qui me faisait dos. Elle avait de la chance, j'avais encore besoin d'elle. Là où elle avait de la chance c'est qu'elle ne possédait pas le statut de Jack. Aussi ne méritait-elle pas la colère que lui avait connue un peu avant. Je ne m'attardais pas sur elle. J'ai brièvement jeté un oeil à mes mains avant de les essuyer sur mon pantalon. Je maudissais, à cet instant, Elirys de tous les noms alors que je lui passais à côté pour sortir à mon tour chercher mon kit de survie de fortune. Dans un "je reviens, je notifiais dans mes yeux à Jack de ne pas commettre d'erreurs et de rester tranquille.

J'ai laissé la porte du hangar ouverte pour garder un oeil et une oreille sur eux. J'ai ouvert ma portière pour y prendre la bouteille ainsi que la boîte à gants pour trouver des mouchoirs. Seulement... Je n'allais pas revenir avec un simple paquet de mouchoirs et une bouteille d'eau du robinet à moitié bue. Elirys m'avait mise... Très en colère.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
avatar

Jack Elis
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 148
Date d'inscription : 07/04/2013
Localisation : New York, chez les damnés, en train de filer une séance ou en train de jouer les mec sociable
Clan : Damnés
Age du personnage : 27 ans
Pouvoirs : Téléportation
Profession : Psychologue (a son compte, intervenant pour la police, les orphelinats,...)
Chasseur de tête pour les damnés
Points de rp : 140

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Ven 31 Mai - 23:39

    Se téléporter évitait bien des soucis, seulement, fallait-il encore voir venir le problème. Dans le cas de Jack, avoir tourné la tête vers Raven avait été son erreur, celle dont Élirys s’était servie. Quand il l’avait senti bouger, le temps qu’il reporte son attention sur elle, c’était déjà trop tard. Un choc au niveau de la joue, lui fit lâcher une injure, qui était prononcé plus sur le coup de la douleur que de la colère. Mais, allez faire la différence entre les deux. Instinctivement, il avait porté une main à sa joue et, en la regardant à nouveau, il avait vite compris qu’il était ouvert. La sensation, qu’il avait ressentie le long de sa joue, l’avait déjà mis sur la voix avant de vérifier.

    Gérer la douleur, s’occuper du reste après. L’action était à peine terminée que Raven était déjà là, les mains sur son visage. Jack semblait être sous le coup de la surprise, comme si il ne comprenait pas ce qui venait de se passer. Ce qu’en réalité, il avait très bien saisi, il avait assez mal pour le comprendre. Comme il trouvait que c’était bon signe de voir Raven venir aussi vite vers lui, ce qui pourtant, ne se voyait aucunement dans son attitude. D’ailleurs, elle semblait vraiment énervée et, venait de dire quelque chose en regardant Élirys qui avait pourtant l’air de s’adresser aussi à lui. Raven avait fini par reporter son attention sur lui et, c’est qu’elle avait presque l’air inquiète alors que Jack, de son côté, semblait faire un effort considérable pour ne pas éclater la hackeuse.

    _ Ça va !

    Son ton était un peu grognon, alors qu’il dégageait sa tête des mains de Raven. Réaction typique, du mec qui n’aime pas qu’on s’occupe de lui, qui joue les durs, qui n’a pas mal alors que ça se voyait sur son visage. Au moins, la douleur, il n’avait pas besoin de la simuler. Et malgré le fait qu’il avait l’air déconcerté par ce qui venait de se passer, en réalité, il réfléchissait déjà à un tas de chose : Le regard que Raven avait sur Élirys. Cette dernière qui n’était plus sous « surveillance » avec un ordinateur entre les mains. La manière dont il allait réagir. La manière que Raven avait de réagir.

    Il laissa Raven aller à la voiture, parce que ça ne servait à rien de l’en empêcher et parce que, dans le fond ça l’arrangeait bien. Une petite explication allait bien devoir arriver avec la petite brune. Il avait simplement levé les yeux vers Raven, avant qu’elle ne parte, dans un hochement de tête à contre cœur. Ok, je ne lui ferais rien. C’est ce que voulait dire son geste mais, il le faisait parce qu’elle lui avait demandé muettement. Elle était partie, laissant la porte ouverte – manque de confiance ? – ce qui lui laissait quelque chose comme deux minutes.

    Dos à la porte, il fit en sorte de retourner la chaise ou se trouvait Élirys, sans même prévenir. Ses mains bloquant celle de la jeune femme sur chaque accoudoir, le forçant à se pencher un peu vers elle. Et, parce que c’était elle, il ne s’embarrassa pas de faire passer le moindre sentiment sur son visage. Il aurait beau faire tous les efforts du monde, il ne serait pas crédible à ses yeux. Autant la jouer franc jeu. Son ton était plutôt bas, c’était à elle qui s’adressait et à personne d’autre.

    _ A quoi tu joues Ély ? Parce que, là, y a un moment où va vraiment falloir que tu te calme.

    On ne pouvait pas vraiment dire qu’il lui en voulait parce qu’il était au-dessus de ce genre de considération, même la colère ne faisait pas partit de son panel de possibilité. De dos, et vu la manière dont il la bloquait, on pouvait franchement se demander s’il n’allait pas juste la fusiller sur place. Ce n’était vraiment pas le cas, il avait juste besoin qu’elle comprenne que, s’il était son assurance-vie, il n’allait pas non plus pouvoir faire des miracles si elle se mettait tout le monde à dos. Il avait besoin, voulait, comprendre ce qui se passait dans cette petite tête brune qu’il n’arrivait jamais à totalement déchiffrer.

    _ Trouver un mot de passe, regarder des dossiers c’est tout ce qu’on te demandait, c’est si compliqué que ça d’en s’en tenir juste à ça ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elirys M. Winston
Humaine

Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 26/03/2013
Localisation : New York ou Londres
Clan : neutre
Age du personnage : 26 ans
Pouvoirs : Aucun
Profession : Dans la création de logiciel
Hackeuse
Points de rp : 99

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Sam 1 Juin - 21:46

Élirys avait pris la décision de ne rien répondre à Raven mais, elle trouvait qu’elle avait une drôle de notion du mot enfantillage. Pour elle, ça n’avait rien d’aussi innocent et gentillet que peuvent l’être deux écoliers, pour reprendre ses termes. Elle ne voulait pas répondre parce que c’était le moment idéal, celui où les deux autres étaient concentrés sur Jack. Ouvrant une nouvelle commande, Élirys venait d’envoyer un transfert vers un endroit qu’elle pourrait retrouver facilement, où elle pourrait regarder tranquillement ce qui lui échappait maintenant. Le transfert était en cours alors, elle referma aussi vite cette fenêtre de commande pour ne pas la rendre évidente sur l’écran.

Derrière elle, Jack assurait qu’il allait bien. Dommage. Pendant que Raven parlait déjà d’hôpital. Tant mieux. Tout cela lui avait fait du bien, ce n’était qu’un simple retour des choses pour cette journée, pour l’avoir enfermée chez lui pendant deux jours, pour lui avoir fait croire qu’il allait la noyer encore et encore. Elle n’arrivait même pas à estimer être quitte et se trouvait même bien loin de tout ce qu’il avait pu lui faire subir. En plus, comme une conne, elle avait réussi à se faire mal. Son regard retombait sur sa main, paume ouverte, montrant plusieurs petites coupures superficielles à cause de la souris qui avait éclaté. Ce n’était pas grave, le mot hôpital était sorti, Jack avait plus mal qu’elle, ça valait bien ces quelques coupures.

Les pas de Raven se firent entendre dans un éloignement. Elle l’avait dit, il fallait qu’elle aille à sa voiture. Le temps qu’elle comprenne qu’elle allait se retrouver seule avec Jack, elle s’était déjà retournée sans le vouloir. Toujours assise sur sa chaise, elle baissait les yeux vers ses mains comprenant qu’elles étaient bloquées par celles de Jack, sur qui elle relevait le regard. C’est là qu’elle vit sa blessure, qu’elle comprit ce qu’elle avait fait et, pour ne pas changer, elle se détestait de s’en vouloir.

C’était le monde à l’envers, lui en train de lui demander à quoi elle jouait. Cela lui semblait tellement irréel qu’elle en clignait des yeux, dans un air étonné. Toutes les actions qu’elle avait faite pouvaient avoir une explication mais, lui… A quoi il jouait ? Rien que le fait qu’il lui pose la question venait de l’énerver.

C’est à moi que tu poses la question ? Elle en avait même eu un rire entre la nervosité et l’hallucination la plus totale. Tu me balances à la première fédérale que tu trouves, tu fais en sorte que je me retrouve ici avant d’avoir donné l’impression de vouloir me tuer et… Putain, Jack, c’est à moi que tu demandes à quoi je joue ?

Le fait d’avoir été balancé était la chose qu’elle cautionnait le moins. Elle n’aimait pas les autres points de son histoire, elle aurait même préféré ne jamais le rencontrer mais qu’il parle de ce qu’elle savait faire à une personne comme Raven, non, elle ne pouvait pas l’accepter. Il savait bien qu’elle cachait cette information qu’il n’avait eu que sous cette forme de torture qu’il avait employée avec elle. Elle ne savait pas ce qu’il avait à gagner dans cette histoire, et encore moins ce que ça pouvait lui faire que Raven retrouve ses pouvoirs ou non. Plus elle y réfléchissait, plus elle se disait que ça ne la regardait pas, qu’elle n’avait pas envie de savoir et qu’elle voulait, seulement – si ce n’était pas trop demandé – rentrer chez elle.

Vous l’avez votre code, qu’est-ce que je fais encore ici ? J’suis pas mutante, je ne comprendrais pas mieux que vous ces rapports alors, fouillez, regardez et laissez-moi rentrer chez moi !

Il y avait une sécurité à contourner à intervalles réguliers. Elle n’avait rien d’obligatoire mais l’action permettait de ne pas pouvoir remonter à cet ordinateur, à l’endroit où ils se trouvaient, ni de remonter aux dossiers consultés. Mais, ils n’étaient pas obligés de le savoir et elle ne voyait pas l’intérêt de leur dire. Élirys se sentait, donc, en droit de demander de rentrer chez elle, ils avaient ce qu’ils voulaient, qu’ils se démerdent pour leur recherche. Elle avait fait son taf. A un moment, elle avait songé à laisser une trace de son passage, qu’au SHIELD on comprenne le dossier qui avait été consulté pour pouvoir faire un lien avec Raven mais elle s’en était abstenue. Malgré ce que pouvait en penser Jack, elle n’avait pas tellement dévié de ce qu’on lui avait demandé de faire

Quoique, je crois que je suis encore capable de te regarder parler encore longtemps car, vu l’état de ta joue, je suis certaine que cela doit te faire mal à chaque fois.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jack Elis
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 148
Date d'inscription : 07/04/2013
Localisation : New York, chez les damnés, en train de filer une séance ou en train de jouer les mec sociable
Clan : Damnés
Age du personnage : 27 ans
Pouvoirs : Téléportation
Profession : Psychologue (a son compte, intervenant pour la police, les orphelinats,...)
Chasseur de tête pour les damnés
Points de rp : 140

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Dim 2 Juin - 0:50

    Évidemment que c’était à elle qu’il posait la question, est-ce qu’elle voyait quelqu’un d’autre de présent ? D’une, Raven n’était pas la première venue. De deux, son plan aurait été génial si elle n’avait pas décidé de fuir la voiture. De trois, en aucun cas, il ne se sentait obligé de se justifier auprès d’elle. Encore moins alors qu’elle venait de lui éclater une souris dans la tronche. Ce qu’elle venait de faire, c’était presque à se demander s’il devait la tuer ou l’embrasser pour cette audace. Il ne savait rien quand il s’agissait d’elle, ça en avait même quelque chose de perturbant. Ce qui aurait pu se voir si Jack n’était pas Jack.

    Rentrer chez elle. C’est lui qui s’était mis à sourire. Mignonne petite Élirys… Croyait-elle vraiment que les choses allaient être aussi simples ? Qu’elle pouvait faire ce qu’elle venait de faire et qu’il la laisse tout simplement repartir comme si de rien n’était ? Un sourire qui ne fit que s’intensifier quand elle parla de la douleur qu’il pouvait avoir en parlant… Elle avait oublié de préciser qu’il avait aussi cette douleur quand il se mettait à sourire. Un mal de chien mais, franchement, il s’en foutait parce que ça valait le coup. Son sourire n’avait rien d’amical ou de chaleureux, c’était ce genre de sourire froid qui n’annonçait rien de bon alors qu’il était là, penché vers elle. D’ailleurs il se pencha encore un peu plus pour n’avoir qu’à murmurer quelques mots.

    _ Laisse-moi rétablir les choses.

    Sans prévenir, sans même l’avoir remarqué jusqu’à présent, il appuya avec beaucoup de force sur la main d’Élirys. Les choses étaient simples : l’impact de la souris avait forcément été fait sur la main de la jeune femme. Et, à cet instant, si Jack devait vraiment espérer quelque chose c’est qu’Élirys garde quelques morceaux de souris dans la main qui s’enfonceraient encore un peu plus en lui écrasant la main contre l’accoudoir. Il ne serait pas le seul à souffrir, il n’y avait pas de raison à cela. Et c’est en appuyant qu’il continua.

    _ Ce jour où tu as cru, stupidement avoir un contrôle sur MA vie, tu as justes écris les règles de ce jeu. Tu te souviens « derrière chacun de tes pas » tu croyais quoi ? Que tu pourrais retourner à ta petite vie tranquille ? Il secoua doucement la tête dans un sourire à lui vriller le crâne sous la douleur. Tu as perdu le contrôle de ta vie, le jour où tu as décidé de faire un programme contre moi.

    Parce qu’en fait, il s’agissait bien de ça. Elle avait cru pouvoir influer sur sa vie à lui – ce qui était vrai – et qu’il ne pouvait pas laisser passer ce genre de chose. Elle avait perdu tous les droits qu’elle avait sur sa vie à ce moment-là… D’accord, peut-être avant mais, ça lui donnait une bonne raison de le faire maintenant, ce n’était seulement sujet à un quelconque sentiment qu’il n’arrivait même pas à comprendre. Elle lui appartenait. Putain de jeu dangereux, il le savait très bien mais, ça n’avait pas la moindre importance parce que, au bout du compte, c’est lui qui gagnerait. Il gagnait toujours même si des chemins imprévus étaient pris en cours de route.

    _ Une dernière chose, Ély… Et là, il appuya vraiment très fort sur sa main, qu’elle est mal, qu’il en soit le responsable parce qu’il l’avait décidé. Raven n’est en rien la première venue. Un ordinateur ou pas entre les mains, tu ne lui arriveras jamais à la cheville.

    Sur quoi il se redressa, relâchant ses mains et l’emprise qu’il avait pu avoir sur elle durant ces quelques instants. Qu’elle ne s’imagine pas avoir une quelconque importance à ses yeux. Non, elle ne devait surtout pas le croire parce que c’était la stricte vérité. Elle en était dangereuse, rien que pour ça. Mais, il n’avait pas menti, Raven n’était pas la première venue. Elle n’avait rien du simple pion dans un plan qu’il aurait pu monter, ça allait bien au-delà de ça. Et si jack devait être parfaitement honnête, il aurait même pu dire que Raven était à l’image de ce qu’il se faisait de la personne idéale, si on lui avait permis de ressentir les choses normalement. Et sans parler de la possibilité de ressentir, Raven était même un idéal logique qu’il ne voyait pas comme tel à cause d’un tout petit et infime détail incarné en la personne d’Élirys.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elirys M. Winston
Humaine

Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 26/03/2013
Localisation : New York ou Londres
Clan : neutre
Age du personnage : 26 ans
Pouvoirs : Aucun
Profession : Dans la création de logiciel
Hackeuse
Points de rp : 99

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Dim 2 Juin - 15:30

Elle détestait le voir s’approcher de cette façon, créant cette forme de boule à l’estomac. Elle détestait ce sourire qu’il pouvait faire dans ce genre de moment, ni les premiers qu’il avait prononcés. Un frisson dû à une crainte venait de lui remonter dans toute la colonne vertébrale. Élirys tentait vraiment de garder un air serein et confiant mais, cela ne le tromperait pas. Elle aurait aussi voulu se téléporter. Loin de lui, sans avoir à entendre ce qu’il voulait lui dire, cela n’annonçait rien de bon. Il ne lui laissait même pas le temps de réfléchir à ce qui pouvait l’attendre qu’elle sentait sa main s’écraser contre le bras de la chaise. Son dos, son bras… Non, tout son corps venait de se crisper d’un coup sous cette nouvelle douleur décrite dans une plainte qu’elle se força à taire rapidement.

Elle ne voulait plus crier, pas à cause de lui mais tout son visage traduisait une douleur certaine qu’elle essayait pourtant de contenir en se mordant la lèvre inférieure. Si Élirys avait eu envie de se plaindre de cette douleur ce n’était rien comparée à ce qu’il était en train de lui dire. Son univers tout entier venait de basculer avec seulement quelques mots. Elle secouait la tête en écarquillant les yeux. Non, non et non. Sa vie lui appartenait. Elle mordait un peu plus fort sur sa lèvre inférieure pour s’empêcher de lui hurler dessus, pour lui dire qu’il pouvait la laisser, qu’elle n’avait jamais créé le moindre programme. Mais elle s’y refusait, persuadée que c’était la seule chose qui la maintenait en vie. Ce faux programme était censé lui sauver la vie, pas le donner à quelqu’un.

Il était horrible. Lui dire que toute cette situation était de sa faute à elle. Non, elle ne craquerait pas maintenant, pas devant lui. Le pire c’est qu’elle était en train de le croire, de se rejeter la faute sur elle-même alors qu’une petite partie de son cerveau était en train de lutter pour lui faire comprendre qu’elle n’y était pour rien, que c’était de sa faute à lui, qu’elle n’avait fait que trouver un moyen de se protéger. Elle essayait, en vain, de dégager sa main. Ne plus avoir mal, ne plus l’écouter, ne plus le croire.

Il appuyait encore plus fort mais, elle était incapable de dire ce qui lui faisait le plus mal. Sa main ou ce qu’il venait de dire. Elle était seulement en train de prendre conscience qu’elle voulait que Raven ne soit rien, seulement une pièce dans un plan qu’il aurait. Élirys avait depuis longtemps cherché à comprendre pourquoi elle réagissait de cette manière avec lui, pourquoi les choses étaient si compliquées et comment il était possible d’aimer une personne qu’on détestait plus que tout au monde. Elle ne savait même pas si elle devait regretter son année passée avec lui parce que, après tout, cela avait été tout ce qu’elle pouvait attendre mais les répercussions n’avaient pas été prévues.

Il avait lâché sa main et, Élirys l’avait rapidement mise dans son autre main en cherchant à voir les dégâts pendant qu’il reprenait ses distances. Elle n’était pas certaine qu’il puisse se rendre compte du poids qu’il venait de libérer chez elle en s’éloignant, elle avait à nouveau l’impression de respirer. Elle avait mal et il ne s’agissait pas seulement de sa main. Inspirant profondément, elle venait de relever la tête vers lui.

Ne rêve pas Jack. Ma vie m’appartient, ce n’est qu’une question de temps mais, tu n’en feras plus partit.

Elle n’avait aucune idée de comment faire mais il était hors de question qu’elle ne soit qu’un jouet qu’on contrôle. Elle ne savait même pas pourquoi elle avait dit quelque chose comme cela, qui pouvait être prit comme une menace alors qu’elle ne possédait aucun plan en tête. Tout ce qu’elle voulait, c’était qu’il arrête de penser qu’elle était contrôlable, qu’il pouvait décider de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Raven Darkhölme
Humaine

Nombre de messages : 231
Date d'inscription : 06/04/2013
Clan : Fédéraux
Age du personnage : Inconnu
Pouvoirs : Métamorphe
Profession : Agent du SHIELD
Points de rp : 152

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Dim 2 Juin - 18:29

Jetant un oeil sur eux avant de me retourner vers la voiture, je me disais qu'il n'y avait pas intérêt à ce que je me la coule douce. Je n'avais déjà pas confiance ni en l'un, ni en l'autre mais encore moins en elle. Je n'avais pas très envie de la laisser seule avec celui qui était probablement le meilleur équipier qu'il me manquait depuis que j'étais entrée dans cette vie morne. J'ai ouvert ma portière, me penchant pour récupérer la bouteille d'eau dans le compartiment bas et j'ai posé un genou sur mon siège pour récupérer mes paquets de mouchoirs dans la boîte à gants, ainsi que mon arme. Je me suis redressée, posant le tout sur le toit. J'ai poussé un profond soupir à moitié exaspéré par leur comportement. Ils m'épuisaient. Je ne savais pas ce qu'il clochait chez eux mais si cette petite maligne ne se calmait pas, j'allais bientôt demander de très vives explications. Je me suis à nouveau penchée pour déclencher l'ouverture du coffre et j'ai contourné ma voiture en rangeant mon arme au creux de mes reins, coincée dans ma ceinture, sous mon veston. J'ai regardé le coffre s'ouvrir devant mes yeux, les poings sur les hanches. A dire vrai, je ne sais pas trop ce que j'y cherchais mais je voulais trouver une illumination, quelque chose qui me ferait dire "Mais bien sûr" pour tous nous sortir de là dans la joie et la bonne humeur.

Une roue de secours sous une plaque, une paire de chaussures de rechange, un vieux bonbon à la violette, un pack de munitions de secours dissimulé dans le pneu... Et un kit de premiers secours. Tiens donc. Un léger sourire en coin, j'ai récupéré le boîtier et j'ai fermé le coffre d'un coup sec. Récupérant la bouteille d'eau et les mouchoirs sur le toit, je suis revenue vers l'entrée du hangar, mesurant des pas discrets alors que je voyais Jack penché sur Elirys. Mais à quoi est-ce qu'il jouait... Qu'est-ce qu'il pouvait bien trafiquer, c'était un mystère. J'ai fait quelques pas à l'intérieur quand il se redressait, le suivant des yeux. J'ai refermé la porte derrière moi et me suis approchée d'eux à nouveau.

– En attendant, maintenant, ta vie, c'est moi qui en fais partie.

Ma voix était très calme. D'un regard vers Jack, je lui ai signifié de se calmer et de la laisser tranquille, pour la dernière fois. Ce n'était pas un ordre, un simple conseil d'ami à ami. Ca suffisait. Je me sentais comme une arbitre entre eux deux sans connaître les paramètres de leur relation. Je n'avais pas entendu ce que Jack avait dit à Elirys et ce n'était pas plus mal car si lui ne ressentait rien, ce n'était pas mon cas, de la même façon que la hackeuse. Comprendrait-il ça ? Ou en jouait-il ? A ce moment présent... Je n'en avais absolument aucune idée.

Je suis venue jusqu'à eux et j'ai posé le kit de secours sur la table où était posé l'ordinateur sans lever les yeux sur eux. Leurs querelles ne m'intéressaient pas plus que ça. Tout ce que je voulais à présent, c'était en finir. Mais pour ça, il me fallait encore décider d'une chose...

– Allez, viens poser ton derrière de playboy sur cette table que je limite les dégâts.

J'ai relevé les yeux sur Jack et lui ai indiqué d'un coup de menton de venir pour que je m'occupe de lui. Quant à Elirys, j'ai posé mon regard sur elle. J'avais revêtu de mon masque impassible où aucune colère ne pouvait s'échapper de moi, ni de tendresse ou quoi que ce soit d'autre de sentimental. Mais m'adressant aux deux, j'ai repris en posant mes deux mains sur le bord de la table.

– Voilà comment je vois les choses. Vos différends, j'en ai rien à carrer du moment que j'ai ce pourquoi nous sommes ici tous les trois, c'est à dire : comprendre pourquoi je ne suis ni du genre humaine, ni du genre mutant, autrement dit : le cul entre deux chaises et autant vous dire que je suis pas loin de choper des hémorroïdes que votre petite guéguerre rend d'autant plus douloureux. Merci donc d'attendre que je ne sois plus là avec une envie particulière propre à chacun de vous deux car je vous rappelle... Que c'est moi qui aie une plaque en règle ici. Alors le prochain qui lève la main sur l'autre, je jure de m'énerver pour de bon et croyez-le ou non mais mutante ou pas, ça changera rien.

Disons que dans la mesure où je ne regardais qu'Elirys par dessus l'écran, je m'adressais surtout à elle, plus qu'à Jack. Lui n'avait pas peur de moi. Mais je voulais qu'elle, elle ait peur de moi.

– Si tu veux rentrer chez toi sans que je t'ouvre ton magnifique petit visage en deux comme mon collègue ici, tu vas gentiment te remettre au travail et extraire tous les fichiers, dossiers et informations qui comporteraient mon nom sous toutes ses formes, même les plus ahurissantes. C'est ça, ta véritable assurance vie, très chère. Le tout sans même ciller un instant, je veux entendre les mouches voler. Je t'ai donné ta chance, tu n'en as pas voulu alors si j'ai un conseil à te donner : accepte cette dernière option que je t'offre et fais ce qu'on te dit sinon je te fais la promesse que quoi qu'il se passe entre les beaux yeux bleus, derrière moi, et toi... Je le lâche sur ta misérable petite vie comme un chien affamé et tu auras beau crier dans la ruelle la plus sombre du monde entier... Personne ne t'entendra.

Comprenez que j'ignorais totalement d'où elle venait ni quel était son problème avec Jack mais elle restait une humaine. Faible, vulnérable et insignifiante. Je n'étais pas de sa race, je n'étais pas de chez elle, nous ne venions pas du même monde, ni des mêmes gènes. Si j'étais encore assez débile pour faire suffisamment confiance à Jack pour le tourner contre une humaine, je commençais à perdre patience.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
avatar

Jack Elis
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 148
Date d'inscription : 07/04/2013
Localisation : New York, chez les damnés, en train de filer une séance ou en train de jouer les mec sociable
Clan : Damnés
Age du personnage : 27 ans
Pouvoirs : Téléportation
Profession : Psychologue (a son compte, intervenant pour la police, les orphelinats,...)
Chasseur de tête pour les damnés
Points de rp : 140

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Lun 3 Juin - 11:59

    Si Jack pouvait apprécier quelque chose dans la vie, c’était ça : Voir la façon dont un visage pouvait se décomposer quand il annonçait quelque chose. Voir la manière dont elle tentait de garder le dessus pour ne pas trop montrer qu’elle avait mal. Voir la tête qu’elle faisait quand elle comprenait ce qu’il était en train de dire. Parce que, c’était typiquement, à ce moment bien précis qu’il savait qu’il gagnerait, qu’il avait déjà gagné. Si Jack n’avait pas le moindre impact dans sa vie, pas le moindre contrôle, elle ne ferait pas cette tête qui voulait dire que, quelque part, elle savait que c’était vrai. Comprendre une situation, c’était le premier pas vers son acceptation et, forcément, sa victoire à lui. Elle ne voulait pas qu’il rêve, il se mit à sourire. Ça lui faisait mal mais ça n’avait pas la moindre importance. Il gagnerait !

    Un jeu. Juste un jeu dont les règles changeaient continuellement. Le dernier changement en date étant Raven, entrant dans l’équation et estimant que c’était elle qui était dans la vie de la petite brune. Et au regard qu’elle jeta à Jack, il lui répondit par un air interrogateur. Il était calme, parfaitement calme et ce depuis un bon moment. Il n’y avait aucune raison de lui demander de l’être même muettement. Il tenait à ce que Raven reste une alliée pour lui, au moins durant le temps qu’il y trouve un intérêt – ce qu’il avait. Mais, il était possessif, il ne partageait pas et si Raven commençait à estimer avoir des droits sur Élirys, les choses ne se passeraient peut-être pas si bien que ça. Mais, dans la mesure où les choses ne se passaient pas si mal que ça, pour le moment, il ne vit pas l’intérêt de le faire remarquer. C’est plutôt docile qu’il alla se poser sur le bureau et parce qu’il n’était pas stupide au point de croire qu’il n’avait pas besoin de soin.

    Il écouta même attentivement ce qu’elle pouvait dire. Pas qu’il se sente concerné ou qu’il la craignait mais il voulait savoir si une menace pouvait planer sur la petite tête brune face à l’ordinateur. C’était lui et lui seul qui pouvait décider de son avenir. Il ne cilla pas non plus quand elle parla d’ouvrir le visage d’Élirys. L’idée ne lui plaisait pas mais, il n’avait pas envie que ça puisse se voir. Est-ce que Raven pensait qu’il voulait la tuer ou quelque chose dans ce genre ? Si c’était le cas, les choses étaient même encore mieux que ce qu’il pouvait imaginer. Il préférait qu’elle puisse penser ça, plutôt que de comprendre qu’il n’était pas capable de la tuer. Personne d’autre à part lui ne devait savoir qu’Élirys était sa faiblesse, même pas la première concernée.

    Jack n’avait pas l’air énervé, il avait surtout l’air fatigué, comme s’il espérait vraiment que tout ça trouve une fin, que l’autre face son boulot, que Raven puisse avoir assez d’infos pour estimer que c’était suffisant et que tout le monde rentre chez soi. Cela dit, il préférait qu’elle n’ait pas trop d’information non plus, ou qu’elle ne comprenne pas comment faire revenir ses pouvoirs. Si la théorie à Jack était bonne, il voulait le garder pour lui et être celui qui lui permettrait de les retrouver. Et, en guise de trêve, il n’ajouta rien à ce que venait de dire Raven, pour qu’Élirys puisse se mettre au travail, qu’elle arrête de faire n’importe quoi et que tout le monde soit content. Il tourna la tête vers Raven, avant de poser son regard sur le kit de premier secours.

    _ Ils délivrent des cours de premier soin chez les fédéraux ?

    L’espace d’un court instant, on pouvait même voir un certain doute. Parce que, bon, il s’agissait de son visage quand même alors si on pouvait éviter de faire n’importe quoi, ça serait plutôt cool. En vrai, il s’en foutait un peu mais, comme le commun des mortels, il devait bien faire comme s’il s’inquiétait pour ce genre de chose. Appuyé, sur le bureau, il y avait même mit les deux mains pour être plus stable et qu’elle puisse s’occuper de lui comme elle lui avait proposé. Et oui, il avait bien noté le mot « playboy » et aussi une référence à ces yeux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elirys M. Winston
Humaine

Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 26/03/2013
Localisation : New York ou Londres
Clan : neutre
Age du personnage : 26 ans
Pouvoirs : Aucun
Profession : Dans la création de logiciel
Hackeuse
Points de rp : 99

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Lun 3 Juin - 13:49

Élirys venait de rouler des yeux à l’arrivée de Raven. Si les choses devaient continuer de cette manière, elle allait peut-être songer à mettre sa vie en bourse, si tout le monde voulait une place dedans, elle pourrait peut-être en faire un moyen de revenu. Une pensée qui n’avait rien de sérieux mais, cela commençait à être fatiguant parce qu’elle n’avait rien demandé, parce que sa seule erreur avait été de croiser la route de Jack. C’était même impressionnant de voir comment tout pouvait basculer à cause d’une seule personne.

Dans un soupir, parce qu’elle comprenait qu’elle ne rentrerait pas chez elle tout de suite, Élirys pivotait à nouveau sa chaise pour se mettre face à l’écran de l’ordinateur. De son côté, Jack obéissait bien gentiment pour se mettre sur le bureau et que Raven lui procure les soins dont il avait besoin. Une fois devant l’écran, elle levait les yeux vers Raven qui donnait une explication sur la suite des évènements. Jusqu’à présent, Raven avait toujours donné l’impression d’être plus ou moins de son côté et, apparemment, il était clair que ce n’était plus le cas maintenant. Sa façon de dire les choses aurait même pu faire sourire Élirys si la situation avait été différente. Et, aussi fou que ça puisse paraître, la seule chose qu’elle décidait de réellement retenir c’était qu’elle s’énerverait sur le premier relevant la main sur l’autre. Instinctivement, Élirys posait son regard sur Jack en se demandant comment elle pouvait l’énerver sans rien faire. Si elle disait quelque chose, qu’il ne voulait pas la voir dire, est-ce que ça serait suffisant pour qu’il tente quelque chose et qu’il s’attire les foudres de Raven ?

L’idée était tentante mais les risque trop élevés, elle venait de secouer la tête doucement en reportant son attention sur son écran d’ordinateur. Raven la menaçait clairement, chose à laquelle Élirys avait tendance à mal réagir. Mais l’assurance que Raven pouvait mettre dans sa façon d’être, n’aidait pas vraiment à jouer les filles qui s’insurgent pour un oui ou pour un non. Élirys relevait les yeux vers Raven.

Si j’extrais les fichiers, cela va se voir et ils ne mettront pas longtemps pour savoir d’où ça vient. Si le SHIELD cache que tu as encore ton gène alors s’ils apprennent que tu fais des recherches dessus, ça risque d’être mauvais, non ?

Dans la forme la question était tout ce qu’il y a de plus innocent. C’était surtout à Raven de savoir si elle voulait avoir ses fichiers et risquer d’avoir le SHIELD sur le dos ou si ce n’était pas préférable de seulement les consulter sur place et de ne rien risquer. La réalité… Était peut-être un peu différente. Élirys était capable d’extraire les fichiers, elle venait de le faire pour se les envoyer mais, hormis Jack qui l’avait vu faire un truc, personne ne savait comment elle travaillait. Pour ce qui était de sa question, ce n’était pas si anodin que cela. Raven voulait faire partie de sa vie. Très bien. Elle allait en faire partie mais, il ne fallait pas croire qu’Élirys ne chercherait pas à avoir des armes contre elle. Quant-elle voyait la femme qu’elle avait en face d’elle, il fallait bien qu’elle trouve de quoi se défendre, ce qu’elle faisait doucement en commençant par cet envoi de fichier qu’elle avait mis en place un peu plus tôt. Elle avait fini par hausser les épaules en reportant son attention sur l’écran.

En fait, ce n’est pas mon problème. Une extraction donc.

Elle avait reposé ses doigts sur le clavier, laissant une de ses mains un peu en surface à cause de ce qu’avait fait Jack un peu avant. Le but de s’y donner l’impression de s’y mettre était de leur empêcher de réfléchir trop longtemps, de prendre une décision rapidement. Risquer de donner une indication au SHIELD ou, miser sur une sécurité et consulter sur place. Et même s’ils choisissaient la deuxième option, ce n’était pas très grave, elle savait déjà qu’elle ne leur donnerait pas cette extraction. Leur donner les informations qu’elle avait finie de s’envoyer, c’était apparenté à du suicide pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Raven Darkhölme
Humaine

Nombre de messages : 231
Date d'inscription : 06/04/2013
Clan : Fédéraux
Age du personnage : Inconnu
Pouvoirs : Métamorphe
Profession : Agent du SHIELD
Points de rp : 152

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Lun 3 Juin - 15:27

Spoiler:
 

Je me suis redressée alors que Jack venait se mettre plus près de moi, sans quitter Elirys des yeux. Je commençais moi aussi à fatiguer de cette situation pour le moins instable et imprévisible. Je n'étais pas habituée à ne pas contrôler tous les événements qui survenaient autour de moi. Malgré le ton innocent de la jeune femme, j'ai haussé les sourcils à sa question. J'avais alors la désagréable impression qu'on m'avait menti sur la marchandise. Ce genre de petits détails ne devait pas être un problème pour elle, c'était même plutôt pour ça qu'elle était là… Non ? Mon regard a dû faire mouche car elle s'est remise au boulot. Si elle ne protégeait pas l'extraction, je le saurais très vite. Et ce jour-là, ce serait moi qui lui ferais peur dans la rue. Ou pas. Je n'avais toujours pas décidé quoi faire de cette petite personne. Sortant du kit des petits sachets, je l'ai observée se remettre au boulot. Enfin un peu de calme… Je n'avais pas envie qu'elle me donne une raison de m'en prendre à Jack. Vraiment pas. Je voulais qu'il reste de mon côté. C'était mon assurance vie moi. Et j'avais besoin de lui. Baissant les yeux sur le sachet pour l'ouvrir en deux, j'ai souri au commentaire de Jack. Sacré playboy...

– Aurais-tu oublié quel âge j'ai et combien de vies j'ai encore dans mon karma ?

J'ai levé une main pour encadrer son visage, lui faisant pencher la tête en arrière pour mieux y voir, me servant de la lampe au plafond. Concentrée à nettoyer sa plaie, je jetais parfois un oeil à Elirys.

– Des blessures, j'en ai vu des tonnes et j'ai guéri de bien nombre d'entre elles, des balles aux lames en passant par certaines griffes, vois-tu…

J'ai écarté ma main pour le regarder avec un léger sourire malicieux mais bien plus humain que je n'aurais voulu le montrer.

– De plus, avec trois enfants, ton bobo, je le trouve plutôt digne d'un bisou qui guérit et ça fera l'affaire. Alors ne t'en fais pas, ta gueule de sexy boy aura encore bien des conquêtes à faire tomber sous la coupe de ton sourire, crois-moi.

N'importe quel espion ou agent sous couverture aurait vu ce genre de paroles totalement déplacées et très risquées. Ce n'était pas faux. Cependant, ma longévité n'était un secret pour personne, tout le monde ignorait juste avec exactitude mon âge. Quant à mes enfants, le premier était encore plus insaisissable que moi, le second était ce que je pouvais qualifier de traître, et la troisième provenait d'une adoption de coeur et non légale. Et elle bénéficiait de la protection de l'Institut. Alors, en soi… je n'avais pas grand chose à craindre. Je restais Mystique. Me remettant aux petits soins, non sans un regard à notre jeune amie, j'ai posé les yeux dans ceux de Jack. Je voulais aussi rendre Elirys curieuse. Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison que le fait d'être considérée comme la méchante ne me rendrait absolument aucun service. Mes menaces n'étaient pas en l'air, pour ça non mais je voulais qu'elle saisisse le sens des chances que je lui offrais qui n'étaient pas uniquement dans mon intérêt personnel, que j'étais capable de penser à son propre intérêt, même si celui-ci restait combiné au mien. Savez-vous combien il est difficile de s'entourer ? Une alliée comme Elirys ne serait pas du luxe dans ma position. Aussi avais-je tenté de l'amadouer de cette manière. Est-ce que ça marcherait ? Je n'en étais pas sûre. Mais mes méthodes étaient bien loin de celles de Jack. C'était sûrement pour cette raison que notre duo fonctionnait si bien. Le bon et le mauvais flic…

– Ca va que ce n'était qu'une souris en plastique…

J'ai souri à Jack à nouveau avant de baisser les yeux pour prendre des pansements qui feraient office de points de suture en attendant. Alors que j'appliquais avec délicatesse le sparadrap sur la joue de Jack, j'ai repris d'une voix plus basse, comme si je pensais à voix haute, soufflant doucement sur sa peau pour écarter des cheveux qui me gênait. Tout le monde pensait que j'étais si brute et si peu délicate, mais c'est parce que personne n'avait voulu parler de ma façon de traiter les personnes que j'estimais digne de ma compassion. Jack en avait déjà eu la preuve, qui plus est.

– Pour un homme réputé pour son calme et son sang froid ainsi que son aptitude à l'analyse, je te trouve bien impulsif, ce soir…

J'ai redressé la tête pour le regarder, mes deux mains encadrant son visage, un sourire sur le mien.

– Voilà, tu es hideux, maintenant mais ce n'est l'affaire que de quelques jours, tu penses que tu survivras ?

Je lui ai souri un peu plus, lui donnant un léger caresse sur la joue puis je me suis décalée pour fermer la boîte. Contournant la table, je suis venue me placer derrière Elirys, posant une main sur le dossier de sa chaise pour me pencher légèrement sur elle.

– Où en es-tu ?

J'avais employé le même ton innocent qu'elle. Je vous l'ai dit : je la voulais à mes côtés… J'ai alors sorti une petite chose de ma poche que j'ai posée à côté de l'ordinateur.

– Envoie toutes les informations là-dessus.

Si j'acceptais qu'Elirys fouille dans les dossiers du SHIELD, ce n'était pas vraiment le cas pour Jack. Je préférais qu'il ne sache que ce que je voulais bien qu'il sache sur moi. Et puis j'ai vu la main de la jeune femme qui devait trembler sous la douleur de la paume. Les blessures qui faisaient le plus mal étaient souvent les plus superficielles. Et je me souvenais alors de Jack appuyant sa main sur celle d'Elirys. Agir ou ne pas agir ? Je n'en savais rien… C'était probablement une bonne idée mais probablement aussi poussée hors limite. J'ai jeté un oeil à Jack. Elle devait se ranger de mon côté, d'une façon ou d'une autre, mais elle devait le faire de son plein gré. Ca avait été mon plan depuis le début. Je ne pouvais me permettre qu'un seul recrutement. Quand bien même son différend avec Jack était ennuyeux, le fait qu'ils se connaissent était un plus à ne pas négliger. J'avais déjà mon équipe d'extradition humaine dans ma tête. Je ne souhaitais pas en changer. Il me fallait simplement un peu de temps.

Alors d'un coup je me suis redressée, portant les mains à mes hanches, écartant de ce fait les pans de mon veston.
– Quand tu auras fini, tu pourras partir.

Jack et moi communiquions souvent de façon silencieuse et j'entendais que cela continue. Tout ce que j'essayais de lui dire, c'était de me laisser faire, que je savais ce que je faisais.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
avatar

Jack Elis
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 148
Date d'inscription : 07/04/2013
Localisation : New York, chez les damnés, en train de filer une séance ou en train de jouer les mec sociable
Clan : Damnés
Age du personnage : 27 ans
Pouvoirs : Téléportation
Profession : Psychologue (a son compte, intervenant pour la police, les orphelinats,...)
Chasseur de tête pour les damnés
Points de rp : 140

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Lun 3 Juin - 16:14

    Il avait écouté ce qu’Élirys avait dit et, putain, quelle garce ! Rien n’était innocent chez elle, c’était ça le problème. La petite humaine sans défense qu’elle était, ne l’était pas tant que ça finalement, elle savait où elle allait, où elle mettait les pieds. Peut-être qu’il aurait dû réagir à ce qu’elle venait de dire parce que, si elle merdait, elle envoyait le SHIELD sur les recherches que faisait Raven. Mais, non, il avait préféré se taire en ne relevant pas ce qu’elle venait de dire. Parce que, ne sachant pas comment les choses pouvaient évoluer, dans un sens, il avait envie qu’elle puisse se protéger de Raven. Une adversaire à une pas négliger et à qui il ne pouvait pas vraiment faire confiance, tout était trop fragile avec elle. A la place de Raven, il aurait demandé à la petite brune ce qu’elle comptait faire, ce qu’elle avait en tête. Mais, vu que Raven ne disait rien, il en fit autant avant que ça passe pour de l’acharnement. Mais, si quelque chose venait à mal tourner, on ne pourrait pas dire qu’il avait essayé de prévenir à de nombreuses reprises.

    _ Je ne peux pas oublier ce que je ne sais pas… Il posa son regard dans celui de Raven. Je suis seulement au courant qu’on ne peut pas t’enlever un réel vécu.

    Alors là, si on revenait un peu en arrière, au moment où il était revenu avec les cafés, on ne pouvait plus vraiment douter de qui il visait quand il avait parlé de ses préférences féminines. Il se laissa faire, en penchant la tête en arrière et en la laissant le soigner pendant qu’il écoutait ce qu’elle disait. Ses blessures, ses enfants. Ses enfants ?! Il redressa la tête, l’air complètement ahuri, comme si ça lui semblait improbable qu’elle, Raven, puisse avoir des enfants. Soyons clair, dans les faits il s’en foutait complètement. Enfin, disons que ça ne lui faisait ni chaud, ni froid mais qu’il comptait bien conserver cette information dans un coin de sa tête. La tête qu’il avait faite était le seul truc qui prouvait qu’il avait bien entendu mais il ne comptait pas poser de question sur ça. Pas le moment. Au lieu de ça, il posa ses yeux dans ceux de cette femme.

    _ Qui a dit que je voulais encore bien des conquêtes ?!

    A peine à murmure, avant de laisser passer un sourire, l’air de dire qu’elle pouvait comprendre ce qu’elle voulait de cette phrase. Par contre, au même titre qu’Élirys, Raven ne faisait rien au hasard. Parler de sa vie, de ses enfants, ce n’était pas anodin. Est-ce qu’elle cherchait à faire jouer une sorte de solidarité féminine, prouvé qu’elle restait une femme avec des sentiments ? Parce que, si c’était le cas, il était clair qu’elle ne le faisait pas pour lui. Dire que c’était lui la manipulateur, bordel, fallait voir Raven à l’œuvre. Elle venait de poser les pansements et, sur le visage de Jack, on pouvait voir un très léger étonnement face à la manière dont elle s’était occupée de lui. La seule chose qu’elle laissa passer sur tout ce qui venait d’arriver était une question, s’étonnant de l’impulsivité dont il avait pu faire preuve. La regardant, il haussa un peu les épaules.

    _ Il a des situations plus faciles à gérer que d’autre.

    En clair, il n’était qu’un homme, soumis à un tas de sentiment comme tout le monde qui avait le droit de dérailler de temps en temps. Etre mutant n’avait jamais enlevé un côté humain. Ça ne servait à rien de chercher à nier ce qu’elle venait de dire, tout avait été fait dans ce sens. Qui irait dire, hormis Élirys, qu’il n’était pas capable de ressentir la moindre chose après ça. Alors, finalement, il avait posé son regard sur elle, ayant l’air de réfléchir de manière un peu exagérer avant de hocher la tête.

    _ Si ce n’est que quelques jours, j’vais tenter de survivre. Puis, il ajouta un sourire. Mais, si je n’y arrive pas, j’aurais le droit de t’appeler ?

    Il avait même trouvé le moyen de pencher un tout petit peu la tête quand elle lui avait caressé la joue. Un geste très léger, avant qu’il ne se relève dans un merci, et qu’il aille aussi voir ce qu’était en train de faire Élirys. Raven avait même assuré à Élirys qu’elle pourrait partir une fois qu’elle aurait tout mit sur une clé. Jack, de son côté, avait doucement hoché la tête. Ok. Il laissait faire Raven. De toute façon, l’idée que la petite brune puisse rentrer chez elle lui convenait parfaitement. Le tout étant qu’elle s’arrête à ce qui lui est demandé. En fait, la seule chose qu’il avait envie de faire comprendre à Raven, de manière muette, était qu’elle fasse attention. Élirys n’avait peut-être pas de mutation mais, elle avait un ordinateur entre les mains, ça pouvait être tout aussi dangereux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elirys M. Winston
Humaine

Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 26/03/2013
Localisation : New York ou Londres
Clan : neutre
Age du personnage : 26 ans
Pouvoirs : Aucun
Profession : Dans la création de logiciel
Hackeuse
Points de rp : 99

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Lun 3 Juin - 17:08

Jack, en une phrase, venait de confirmer le fait qu’il n’avait pas parlé d’elle en ramenant les cafés. Elle le savait déjà mais là, en plus de le confirmer, il avouait parler de Raven. Elle avait envie d’en rager sans même comprendre pourquoi. Pour ne plus y penser elle venait de se concentrer sur l’ordinateur et aussi sur ce que Raven pouvait bien raconter. Cette femme était dangereuse et, en plus, elle avait l’air d’avoir le vécu pour l’être. Franchement, Élirys commençait vraiment à douter de sa capacité à faire face à des gens comme cela.

Personne ne semblait vouloir douter du fait qu’elle était capable d’extraire des fichiers d’un ordinateur. Très bien. Elle pianotait sur son ordinateur en sachant très bien ce qu’elle faisait et se sentait même libre de tout mouvement puisque les deux autres étaient en train de faire leurs petits trucs de leur côté. Le premier qui osait dire qu’elle était jalouse, se prenait un clavier dans les dents. Elle n’avait pas de raison de l’être. Elle n’avait pas de raisons logiques de l’être. Mais qu’est-ce qu’il pouvait l’énerver avec ses petites phrases, ils voulaient peut-être qu’elle les laisse tranquille tous les deux ?

Le fait que Raven ait trois enfants l’étonnait parce que ça la rendait humaine, soucieuse de personne qui pouvait lui être proche. Ca l’étonnait et, en même temps, pas tant que cela parce qu’elle n’avait jamais été réellement hostile. Elle était seulement déterminée à avoir des réponses à ses questions, ce qu’Élirys pouvait comprendre. Elle l’aurait même aidé avec plaisir si les choses avaient été faite différemment mais pas dans ces conditions-là et encore moins maintenant qu’une sorte de colère sourde lui montait à la tête. Voir Jack se comporter comme cela avec Raven, c’était irritant. Le transfert qu’elle s’était fait était fini, plus de trace visible à l’écran. Et quand, Raven décida de venir pour voir comment ça se passait, elle pouvait voir à l’écran des dossiers qui passaient.

Je prépare tout ce que je trouve pour le transfert.

C’était exactement ce qui était en train de se passer à l’écran. Élirys venait de prendre ce que Raven lui avait donné pour mettre les données dedans mais quand l’objet fut inséré dans l’ordinateur, l’écran se mit à faire des choses étranges. Tous les dossiers se refermaient les uns après les autres. Une injure venait de passer entre les lèvres d’Élirys qui donnait l’air de se mettre en alerte combat. Pencher sur son écran, ses doigts se remettant à pianoter aussi vite qu’elle le pouvait, en essayant de rattraper les dossiers qui étaient déjà en train de la fuir.

Non, non, non. Pas maintenant. Allez.

Elle se parlait à elle-même et avait vraiment l’air d’essayer de rattraper le truc en se concentrant dessus. Si quelqu’un décidait de lui parler à cet instant, elle ne répondrait même pas en se focalisant sur ce qui était en train de se passer. Elle avait beau luter, le dernier dossier venait de s’enlever de l’écran et dans un léger bruit, l’ordinateur venait de prendre la décision de s’arrêter. Élirys baissa la tête dans un soupir en secouant la tête, comme dégoutée de ce qui venait d’arriver. Le tout allait d’être de l’expliquer aux deux autres.

Ok… Euh… Elle se gratta l’arrière de la tête, n’osant même pas poser son regard sur l’un des deux. Je n’ai pas pu passer la protection. On parlait du SHIELD quand même. Mais, elle relevait les yeux vers Raven, la bonne nouvelle c’est qu’au moins tu sais que tu as toujours le gène et qu’il le cache.

Elle avait ce regard qui demandait si elle pouvait toujours rentrer chez elle, sans même oser poser la question. Élirys venait de tout miser sur son droit à l’erreur face au SHIELD, qu’on lui accorde le bénéfice du doute. Les protections elle les avait contournées, elle s’était envoyé les fichiers. Par contre, quand ils en étaient à discuter et se soigner, cela n’avait pas été si compliqué de faire un tout petit programme, de rien du tout, qui devait tout effacer au fur et à mesure à la tentative d’un nouveau transfert. Cela avait été encore plus facile de chercher à le contourner avec les mauvaises méthodes.

Raven avait ce qu’elle voulait. Elle était mutante, ses gènes ne voulaient seulement pas activer son pouvoir. Maintenant, si, dans les dossiers qu’elle s’était envoyée, Élirys trouvait comment faire revenir les pouvoirs de Raven alors, là, c’est elle qui possédait le moyen de pouvoir ouvrir de nouvelles négociations.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Raven Darkhölme
Humaine

Nombre de messages : 231
Date d'inscription : 06/04/2013
Clan : Fédéraux
Age du personnage : Inconnu
Pouvoirs : Métamorphe
Profession : Agent du SHIELD
Points de rp : 152

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Lun 3 Juin - 20:34

Encore une fois, croyez-le ou non, mais je suis restée de marbre. Me contentant de la voir s'agiter sur le clavier, j'en étais presque contente... Presque. Voir tout s'effondrer si près du but était censé me réconforter ? Me consoler ? Me dire qu'on n'a rien du premier coup ? A d'autres, je suis qui je suis parce que j'ai marché sur des squelettes pendant des années. Les yeux en demi-lune, fixés sur l'écran qui venait de s'éteindre, pas plus émoustillée que par la superbe de Jack avec sa réplique qui fait vibrer le glas... J'étais là à me demander comment je devais réagir. Bien, mal ? Menaces ? Encouragements, peut-être, pour changer ? Que ce soit très clair entre nous, à défaut que ça le soit entre Elirys et moi... Je n'avais aucune preuve de ce qu'elle avait fait ni comment elle l'avait fait. Mais tout ceci n'était pas innocent. Voyez-vous... Pour obtenir cet ordinateur, j'avais dû d'abord me procurer un pass de la salle dans laquelle il était. Puis un autre pass pour la zone dans laquelle la salle se trouvait avec l'ordinateur. Autant vous dire que quand on fait la prostituée de luxe à prix bradés, on sait ce qui on met à genoux et pour quoi. Mais... Contrairement à ce que Jack aurait pu imaginer en me voyant tordre les lèvres, me questionnant encore sur ce que j'envisageais de faire à Elirys...

Tout ceci faisait partie de mon plan. Oh non bien sûr, pas dans la ligne droite. Elirys m'avait posé des pilonnes de béton à peu près à chaque intersection que j'avais imaginée dans la grille calendaire du plan que j'avais mis en place. Mais tous les chemins mènent à Rome. Par des moyens divers et variés, elle finissait pourtant bien là où je voulais qu'elle soit. Même si j'aurais préféré dans d'autres conditions. Me raclant la gorge, je me suis éloignée jusqu'à la porte de sortie.

– Tu peux partir !

L'ouvrant pour lui rendre la liberté, je me suis tournée à nouveau face à elle et j'ai haussé les sourcils et je lui ai montré le chemin d'un geste de la main.

– Tu ne m'en veux pas de ne respecter ma parole qu'à moitié, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
avatar

Jack Elis
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 148
Date d'inscription : 07/04/2013
Localisation : New York, chez les damnés, en train de filer une séance ou en train de jouer les mec sociable
Clan : Damnés
Age du personnage : 27 ans
Pouvoirs : Téléportation
Profession : Psychologue (a son compte, intervenant pour la police, les orphelinats,...)
Chasseur de tête pour les damnés
Points de rp : 140

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Lun 3 Juin - 21:09

    Sérieusement ? Tout le monde était-il vraiment en train de croire qu’elle avait juste foiré ? Ce qui était certain c’est qu’il savait, maintenant, pourquoi elle avait cette place si particulière dans son mode de fonctionnement. Élirys, mutation en moins, était juste parfaite. Qu’est-ce qu’on pouvait lui dire ? Qu’on n’y croyait pas une seconde, c’est elle qui s’y connaissait en informatique, elle aurait sûrement pu prouver par A+B qu’elle n’avait rien fait sans qu’aucun ne puisse y comprendre quoique ce soit. Et c’est justement parce que c’était Élirys qu’il ne croyait pas une seconde à ce qui venait de se passer. Là, ou il se posait des questions, s’était de savoir ce qu’elle avait bien pu faire parce qu’elle ne partait jamais sans rien en main.

    Raven lui avait ouvert la porte et, sans rien ajouter de plus, Élirys était partie, sans même répondre quoique ce soit. Sérieux, les circonstances auraient été différentes, qu’il en aurait ri. En plus, les choses étaient parfaites. Raven avait un peu d’infos, lui avait sa théorie sur cette histoire et Élirys rentrait chez elle tranquillement. Il ne pouvait pas espérer mieux, pour peu qu’il puisse réellement espérer quelque chose. Un sourire aux lèvres, il s’éloigna de l’ordinateur en direction de la sortie, là où se trouvait Raven.

    Un instant il avait imaginé quitter l’endroit aussi vite qu’il était venu pour ne pas avoir à répondre à des questions mais, à bien y réfléchir, il ne craignait rien. Élirys n’avait rien dit qui ne soit pas rattrapable et il avait déjà toute une histoire en tête alors, pourquoi chercher à fuir aussi rapidement ? Les mains dans les poches, on ne pouvait pas vraiment faire plus zen comme attitude. Arrivé à la hauteur de Raven, il posa un regard interrogatif sur elle.

    _ Rassure moi, tu ne penses pas vraiment qu’elle a juste foiré son coup ?

    Le but n’était pas que Raven se pose des questions parce qu’il préférait la garder loin de la petite brune mais, elle restait une femme intelligente à qui on ne pouvait pas vraiment la faire à l’envers. Il ne demandait même pas de réponse positive ou négative à cette question. Qu'elle l'ai cru ou non n'avait pas d'importance. Ce qu’il se demandait c’était les raisons qui avaient poussé Raven à la laisser partir si facilement. Ça lui allait très bien, il n’allait pas s’en plaindre mais, il ne comprenait pas vraiment.

    _ Tu la veux à ce point de ton côté pour ne même pas l’avoir menacé une seule fois avec ton arme ?

    Chose qu’il avait vu quand Raven s’était mise à ouvrir la porte. Il ne l’avait pas vu avant, et, avec des sentiments, il aurait trouvé ça frustrant de ne pas l’avoir vu avant pour ne pas envisager ce qu’elle aurait pu faire avec une arme. Finalement, au lieu de partir comme il avait pu le songer, Jack s’était appuyé à la porte coulissante. Peut-être qu’il y avait une suite à envisager ? Il y avait peu de chance que Raven se stoppe avec si peu d’informations. Enfin, le but était quand même qu’elle récupère ses pouvoirs et ce qui venait de se passer n’était pas suffisant pour que ce soit le cas.

    Il aurait aussi pu profiter de ce moment pour donner des explications sur son comportement mais, en l’absence de réponse, il ne voyait même pas l’intérêt de se justifier de quoique ce soit. Et puis, elle l’avait dit, ce qui se passait entre Élirys et lui, elle s’en foutait, tout ce qu’elle voulait s’était ses pouvoirs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Raven Darkhölme
Humaine

Nombre de messages : 231
Date d'inscription : 06/04/2013
Clan : Fédéraux
Age du personnage : Inconnu
Pouvoirs : Métamorphe
Profession : Agent du SHIELD
Points de rp : 152

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Lun 3 Juin - 21:29

Et bien entendu, quand l'un mordait, l'autre suivait... Ou pas. Aux pas de Jack vers moi, j'ai réussi pendant un temps à garder mon visage impassible. Puisqu'il ne franchissait pas la porte, je l'ai alors refermée, retrouvant un silence presque parfait dans ce hangar pouvant éventuellement servir de base sécurisée et point de chute en mission.

– Oh si...

Et mon sourire n'a pu rester caché plus longtemps. J'ai penché la tête brièvement et j'ai repris la direction du bureau, passant à côté de Jack en dansant, presque. Sortant l'arme de sous ma veste, j'ai marché à reculons pour lui montrer.

– Cette arme-là ? Elle n'est pas chargée.

J'ai haussé les épaules et une fois à la hauteur de la table, j'ai ralenti. J'ai alors observé l'ordinateur, mon sourire s'estompant alors que je le contournait comme s'il était un ennemi redoutable. Ce qu'il était, d'une certaine façon, d'ailleurs. Mais ce n'était qu'un objet et je ne pouvais avoir peur d'un objet, n'est-ce pas ? Mais celui-ci... C'était le diable. Lentement, j'ai posé le canon de mon arme sur l'écran et je l'ai fermé, petit à petit, jusqu'à entendre le cliquetis de sécurité.

– Tu sais que je suis du SHIELD. Tu sais que leur niveau de sécurité est optimal et presque impénétrable. Tu sais que franchir les parefeux et les niveaux de protection requiert des aptitudes très particulières. Alors tu m'as conseillé quelqu'un. Quelqu'un que tu connaissais. D'où et comment, tu ne l'as pas dit, sûrement pour de très bonnes raisons à tes yeux. Mais tu l'as conduite à moi. Volontairement. Et tu l'as faite asseoir sur cette chaise. Volontairement. Alors oui...

J'ai relevé les yeux sur lui en posant mon arme sur la table.

– Je pense qu'elle a foiré son coup. Et, oui... Je la veux à mes côtés.

Enlevant ma veste, je ne l'ai pas quitté du regard, la chair de poule recouvrant mes bras nus sous la température fraîche du hangar.

– Une jeune femme aussi téméraire, aussi capable et maligne, robuste et intelligente qu'elle est, avec son petit caractère et ses compétences exceptionnelles ? Qui ne voudrait pas d'elle à ses côtés...

J'ai alors posé ma veste sur l'ordinateur pour l'envelopper.

– J'ai toutefois besoin de me protéger. Le SHIELD ne doit jamais pouvoir remonter à moi. L'idée de recrutement devrait pouvoir venir d'eux, pas de moi. Quand ils verront ce dont elle est capable, je n'aurais qu'à émettre l'idée qu'un hacker dans nos rangs... Ce serait vraiment pas du luxe. J'ignore ce qu'ils diront en voyant que la principale concernée par les recherches n'a pas dans l'idée de porter plainte... Mais ce serait moi, je préfèrerais avoir mes ennemis les plus redoutables sous ma coupe que contre moi, si tu vois ce que je veux dire.

Je faisais principalement référence à Jack. Après tout, je venais de décrire notre relation, non ?

– Je peux avoir confiance en elle plus qu'en toi, ce n'est pas du luxe quand on sait que tu es la personne qui s'approche le plus de ce qu'on peut qualifier "de confiance" dans ma vie. Et vois-tu, dans les prochaines semaines... je pense que je vais avoir besoin de personnes sur qui compter.

Prenant mon manteau dans un bras, l'ordinateur couvert de l'autre, je suis revenue vers lui et j'ai relevé le menton pour l'observer avec un léger sourire.

– Elle reviendra. De son plein gré. Plus besoin de menace... Les gens y réagissent mal de nos jours, c'est frustrant mais c'est comme ça. Alors est-ce que je peux compter sur toi ? Ou non ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
avatar

Jack Elis
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 148
Date d'inscription : 07/04/2013
Localisation : New York, chez les damnés, en train de filer une séance ou en train de jouer les mec sociable
Clan : Damnés
Age du personnage : 27 ans
Pouvoirs : Téléportation
Profession : Psychologue (a son compte, intervenant pour la police, les orphelinats,...)
Chasseur de tête pour les damnés
Points de rp : 140

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Lun 3 Juin - 22:19

    Comme c’était à prévoir, il se foutait de savoir si elle avait cru Élirys ou pas, ce n’était pas ce qui l’intéressait dans la question qu’il avait posé. Alors, quand Raven marcha à reculons en lui montrant son arme, il se mit à sourire en secouant la tête. Impossible Raven. Avoir un arme non chargée ne servait à rien hormis pouvoir faire peur à une personne. Élirys n’avait jamais vraiment été perçue comme une ennemi, ou du moins, pas comme quelqu’un qui serait inutile une fois son boulot terminé. C’était bien ça le problème. Elle la voulait à ses côtés ce qui n’était pas acceptable pour Jack, même si ça ne se voyait pas sur son visage. Élirys était à lui et, il avait une fâcheuse tendance à ne pas savoir partager.

    Tout le monde dans cet endroit, même la dernière partie, avait un plan derrière la tête. Il ne savait pas ce que c’était pour Élirys mais comptait y remédier. Pour Raven, elle avait juste pensé à tout, jusqu’à l’ordinateur qui n’avait été touché que par Élirys. Raven n’avait vraiment pas dit des mots à la va-vite, elle voulait vraiment qu’Élirys puisse entrer avec elle au SHIELD pour une coopération. Impressionnant. Mais, à bien y réfléchir, ce n’était pas surprenant. Il s’agissait de Raven après tout.

    Et là, dans la petite tête à Jack, tout allait très vite. Raven ne pouvait pas avoir Élirys et il allait sérieusement falloir qu’il trouve une solution pour que ça n’arrive pas. Et, à dire vrai, il ne savait absolument pas comment il allait s’y prendre, ce n’est pas comme s’il suffisait de lui demander quelque chose gentiment. Puis le fait qu’il a essayé de la tuer ne devait pas jouer en sa faveur.

    _ Alors c’est pour ça qu’il n’y a qu’elle qui à toucher à l’ordinateur. Pour que le SHIELD remonte jusqu’à elle. Il avait l’air de ne pas réussir à cacher son sourire devant ce plan. Tu es… Il semblait chercher le mot adéquat avant de sourire plus franchement. Magnifique…

    A l’écouter, à le voir, le plan de Raven était du pur génie auquel il adhérait complètement. L’adjectif employé ne servait pas à parler d’un point de vue physique mais, c’était un ensemble. Le genre de femme qu’on ne fait plus ou, du moins, qu’on a peu de chance de croiser dans sa vie. Il se décolla de la porte pour pouvoir l’ouvrir quand elle arriva avec son ordinateur sous le bras et se poussa pour lui laisser le passage. Mais il s’arrêta sur son regard à la dernière question qu’elle lui avait posé.

    _ Je t’ai dit que je t’aiderais à retrouver tes pouvoirs. Il n’y a pas de raison pour que je change d’avis.

    Après elle le prenait comme elle le voulait, mais ça ressemblait plus à un oui qu’à autre chose. Mais ils avaient cette relation assez particulière ou dire « oui, tu peux compter sur moi » était un peu trop gros pour pouvoir y croire, les choses pouvant facilement basculer, il fallait juste apprendre à choisir ses mots. Oui, il était de son côté. Oui, elle pouvait compter sur lui. Mais, oui, il ferait passer ses intérêts en premier. Il ne l’avait pas fait jusqu’à présent mais, maintenant, c’était une certitude, Raven n’était pas une personne à sous-estimer. Et si Jack ne voulait pas qu’Élirys fasse partie de l’équation, c’était aussi parce qu’il avait un problème d’exclusivité. Il voulait que Raven ait besoin de lui mais, seulement de lui. Il haussa les épaules, son sourire disparu.

    _ Tu sais, la seule chose que je voulais te dire c’est de faire attention et de ne pas la sous-estimer. C’est ce que j’ai fait et, il leva un peu les mains par dépit, je me retrouve à devoir la garder en vie pour éviter que les flics et les fédéraux ne sachent que je suis chez les damnés.

    Il n’avait pas l’air d’avoir envie de le dire mais, on aurait dit qu’il se sentait obligé de donner un exemple concret de cette méfiance qu’il avait envers Élirys pour qu’elle soit sur ses gardes pour que, d’une certaine manière, il puisse la protéger en la prévenant. Après, elle était grande, indépendante et ne demandait pas à être protégé alors, elle faisait ce qu’elle voulait des recommandations que venaient de faire Jack. En tout cas, c’est comme ça que toute son attitude, ses paroles et sa voix sonnaient : Fais attention Raven. Il eut un mouvement de tête comme pour se remettre les idées en place et jeta un œil à l’entrepôt.

    _ Tu veux que je fasse quelque chose, ou on voit la suite au prochain épisode ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Raven Darkhölme
Humaine

Nombre de messages : 231
Date d'inscription : 06/04/2013
Clan : Fédéraux
Age du personnage : Inconnu
Pouvoirs : Métamorphe
Profession : Agent du SHIELD
Points de rp : 152

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Lun 3 Juin - 22:40

Jack était une douce musique à mes oreilles. A son compliment, mes lèvres se sont étirées en un sourire bien plus large, bien plus sincère. Je prenais plus qu'un compliment, je prenais une récompense. Et puis, alors qu'il s'ouvrait un peu plus sur sa relation avec Elirys, je n'ai pas perdu de ma superbe, me contentant de le dévisager comme s'il était la chose la plus magnifique que je connaisse à mon tour.

– Ca devient une habitude, chez toi qu'on te fasse chanter pour ta couverture. Si j'étais toi, ça commencerait à m'inquiéter.

Je n'avais pas de couverture, j'étais au SHIELD, point barre. Mais Jack lui, jouait un jeu dangereux, c'était un agent double ou presque voire triple. Me rapprochant un peu plus de lui, je l'ai regardé de haut en bas, comme si je jugeais d'une marchandise, que j'estimais la valeur d'une pierre précieuse.

– Je ne la sous estime pas plus que toi. Elle est là où je voulais qu'elle soit. De plus, elle s'est fait mal à la main, je ne serais pas étonnée qu'ils y trouvent plus que des empreintes. Je ne l'ai même pas manipulée, elle y est venue toute seule. Je te l'ai dit, Jack... Les menaces, c'est dépassé, il faut revoir tes méthodes. Quant à ce qu'elle détient sur toi, je me demande s'il n'y a pas plus que ça mais... Disons que ça ne me regarde pas.

J'ai plissé les paupières et acquiescé. Si seulement Jack pouvait se contenter de rester de mon côté... Il était encore trop tôt pour appliquer le plan que je lui réservais, il était d'un niveau supérieur à Elirys et cette dernière possédait le facteur de l'inconnu. Jack, lui, savait qui j'étais et ce dont j'étais capable, aussi, je devrais oeuvrer avec plus de finesse. Quelque chose me disait que tant que j'aurais Elirys dans le bon oeil, il ne serait jamais bien loin... A sa question, j'ai regardé derrière moi le hangar vide.

– Il y a un nid de pigeons là-bas... Ils feront le ménage.

En attendant, j'avais besoin de réfléchir. J'ai passé la porte pour sortir et rejoindre ma voiture. Ce que j'ignorais était ce qu'Elirys allait trouver. Il fallait que j'en comprenne le sens. Et il fallait que je récupère ces dossiers. J'étais persuadée qu'elle les avait. Une fille aussi maligne qu'elle ? Je n'étais pas stupide, cette histoire n'était pas crédible. Ce que je n'avais pas prévu ? Qu'elle me ferait chanter. Cette petite peste avait pris le pouvoir. Mais j'étais patiente.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    

Revenir en haut Aller en bas
 

Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men Extended :: NEW YORK CITY :: Greenwich & West Village-