Partagez | 
 

 Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

Jack Elis
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 148
Date d'inscription : 07/04/2013
Localisation : New York, chez les damnés, en train de filer une séance ou en train de jouer les mec sociable
Clan : Damnés
Age du personnage : 27 ans
Pouvoirs : Téléportation
Profession : Psychologue (a son compte, intervenant pour la police, les orphelinats,...)
Chasseur de tête pour les damnés
Points de rp : 140

MessageSujet: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Mar 28 Mai - 11:49

    Il l’avait prévenu, il serait derrière chacun de ses pas et, bien que cette affirmation n’était pas tout à fait exacte, il essayait de s’y tenir un minimum. Cette fois, la suivre, n’était pas le but, il avait un bien meilleur plan, un peu trop quitte ou double à son goût, pour un tas de raison, mais, il se devait d’essayer. Si tout se passait selon son idée, il y gagnerait forcément quelque chose, il ne savait pas comment, ni quand, ni où mais il ne faisait jamais rien sans une possibilité intéressante pour lui-même. Finalement, sa plus grande incertitude se trouvait devant lui, à plusieurs mètres, marchant dans la rue sans se douter de ce qui pourrait bien se passer.

    Son téléphone à la main, les yeux rivés dessus, comme les trois quart de la population, il continuait, régulièrement, de lever les yeux sur sa position afin de ne pas le perdre de vue. Il ne pouvait pas agir ici, pas dans cette rue où trop de gens passaient mais, il savait, qu’elle finirait par dévier, par prendre cette longue ruelle où personne ne passait jamais ou, si peu. C’était là, qu’il mettrait son plan en route. Il voulait s’interroger sur le bienfait de toute cette histoire mais se l’interdisait scrupuleusement parce que, dans le fond, il savait qu’il n’était pas capable de réfléchir convenablement quand il s’agissait d’elle. Garder le contrôle de la situation c’était… Il n’avait jamais réellement réussi à le faire en réalité, trop imprévisible, trop… Trop elle.

    Il savait d’où était venue cette idée pour aujourd’hui, savait qu’il en était responsable. Peut-être qu’un jour elle finirait par définitivement regretter d’avoir croisé son chemin un jour, peut-être même que c’était déjà le cas. Il avait beau avoir décidé de rester à distance raisonnable d’elle, de la surveiller de loin, il devait transgresser cette règle. Il y avait tellement plus de chose en jeu qu’elle, ça dépassait de loin le statut de simple humaine qu’elle pouvait avoir. Élirys avait beau avoir ce petit quelque chose de différent pour lui, ce truc qu’il n’expliquait pas, il en restait toujours lui dans les grandes lignes. Ses plans, en premier.

    La petite brune s’engouffrait, maintenant, dans la ruelle en question alors que Jack, de son côté, mettait son téléphone portable dans la poche arrière de son jean. Il avait toujours trouvé plus intéressant de le mettre à cet endroit, plutôt que dans la poche de sa chemise ou celle de sa veste. Allez savoir pourquoi ! Ella avait bien avancé, c’était à son tour d’y entrer, il ne se pressait pas parce que, finalement, en une fraction de seconde et le déclenchement de son pouvoir – après s’être assuré qu’ils étaient bien tous les deux -, il se retrouva devant elle. C’est ce qu’il aimait bien dans ce pouvoir, pas de risque de faire comprendre à une personne qu’elle est suivit, juste, il se pointait, soudainement, devant elle, sans prévenir.

    Et, là, devant Élirys, il leva légèrement les bras dans un haussement d’épaule avec ce visage qu’il voulait dire « Hey ouais, c’est moi, heureuse ? », il savait pertinemment que ça ne servait à rien de créer une expression devant elle, elle savait qui il était, ce qu’il avait été. Si une personne pouvait se vanter de connaitre sa vie, c’était elle, cette simple humaine aux cheveux bruns. Et, finalement, à son geste il avait décidé d’ajouter deux mots, dans un sourire qui, dans le fond, n’annonçait rien de bon.

    _ Salut Ély.

    La dernière fois que ça s’était passé de cette manière, elle avait juste reculé à son approche. Montrer qu’elle n’avait pas peur alors que ses pas en arrières avaient prouvé tout le contraire. Il ne l’imaginait pas faire cette erreur deux fois, quoiqu’en fait, il n’en savait rien. Mais, dans le doute, il s’était préparé, si elle fuyait dans l’autre sens, elle n’aurait pas fait deux pas, qu’il serait devant elle une nouvelle fois. La téléportation, un pouvoir merveilleux quand on y réfléchit bien. C’est, finalement, d’un pas calme et assuré qu’il commença à réduire les cinq mètres qui devaient les séparer.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elirys M. Winston
Humaine

Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 26/03/2013
Localisation : New York ou Londres
Clan : neutre
Age du personnage : 26 ans
Pouvoirs : Aucun
Profession : Dans la création de logiciel
Hackeuse
Points de rp : 99

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Mar 28 Mai - 13:11

Prends une voiture, un taxi, n’importe quoi mais, ne rentre pas seule le soir. Ces petites recommandations, banales, bancales et inutiles, elle les avait écoutées en hochant la tête, souriante, tout en se disant que ce n’était pas important, que tout arrivait aux autres mais, pas à elle. Ély avait grandi et appris le jour où elle s’était retrouvée dans un appartement, enfermée, torturée, seule, que tout n’arrivait pas qu’autres, qu’elle n’était pas à l’abri encore moins quand on compte un sociopathe à tendance psychopathe dans son entourage mais, elle était trop fière, trop têtue et trop bornée pour apprendre de cette leçon. Il ne changerait pas sa vie, plus qu’une volonté, elle en avait fait une philosophie. Elle était trop consciente que changer sa vie et ses habitudes ne constituaient pas un frein. Pas à lui.

Ce soir-là, comme de nombreux avant, elle appréciait la sensation que lui procuraient ses converses sur le sol. Une chose futile mais, elle savait se contenter de si peu. Un grand café venant d’un Starbuck lui réchauffait la main pendant qu’elle prenait garde de ne pas le renverser sur son jean, ou cette petite veste en cuir noire qu’elle affectionnait tant. Par expérience, elle savait que les couvercles de ce café étaient parfois précaires, qu’une simple pression de la main suffisait à le faire sauter assurant une catastrophe qu’on ne réglait que par un bon passage en machine. Plus son café refroidissait, plus elle s’éloignait du centre-ville, de son passage et de son animation. Certains pensent que New York ne dort jamais. C’est vrai mais, pas dans tous les coins de la ville, pas dans la direction qu’elle prenait. Chemin obligatoire pour retrouver son logement.

Prendre un taxi. Drôle d’idée. Elle l’aimait ce coin, cette tranquillité. Elle l’aimait tellement, impossible de s’empêcher de passer par cette petite rue, coincée entre des rangées d’immeubles, trop souvent oubliée par les gens qui préféraient les grandes artères. Elle ne les enviait pas, ces gens, qui oubliaient que la tranquillité d’une petite rue avait aussi son charme. D’un coup, sans prévenir, sans qu’elle ne s’y soit préparée ou qu’elle s’en doute, quelqu’un venait d’apparaitre devant elle. Si Élirys n’avait pas compris sur l’instant qui s’était, son corps tout entier lui en donnait la réponse en se raidissant soudainement, son cœur loupant un battement.

Lui. Jack.

Elle avait ouvert la bouche, sans la possibilité d’emmètre le moindre son pendant qu’il restait là, devant elle, comme une évidence qu’elle ne partageait pas. Elle restait là, interdite, se pensant incapable de bouger à la manière d’un lapin pris dans le croisement de feux de voiture. Elle était prise dans ce sourire, cette attitude, qui lui donnait envie de fuir et de rester à la fois. Il avait toujours été qu’une succession de sentiment contradictoire pour elle, dans lesquels elle ne trouvait aucun équilibre tant ils étaient opposés. Jamais elle n’avait eu autant envie de fuir en voyant quelqu’un, tout en ayant envie de se liquéfier par un simple sourire. Et ce surnom, SON surnom, entre ses lèvres… Le pire électrochoc de sa vie, sans être capable de déterminer si c’était une bonne ou une mauvaise chose.

Un pas en avant. Elle s’était mise à secouer la tête, vivement, pour reconnecter les quelques neurones de logique qu’elle avait, rallumer un instinct de survie dont elle avait besoin face à lui. Deuxième pas, elle ne ferait pas comme la dernière fois, elle ne jouerait pas les filles qui n’ont peur de rien. Elle avait donné, vu ce que cela pouvait apporter. Une fois, pas deux. Troisième pas. Elle venait de se retourner, aussi rapidement que ça lui était permis pour courir dans le sens inverse. Elle ne cherchait même pas à trouver une logique dans son action, la seule chose qui importait était de fuir, vite et loin. Un sursaut dans une exclamation, en comprenant qu’il était de nouveau face à elle. Élirys n’avait pas conscience de ce qu’elle était en train de faire, c’était seulement l’expression d’une peur sans failles, d’un sentiment d’insécurité et d’un stress trop important. Il était à peine apparu devant elle, qu’elle avait balancé son bras en avant, en appuyant sur son gobelet, pour balancer le café qu’elle avait réussi à garder dans les mains par un miracle qu’elle n’expliquait pas. A peine avait-il quitté ses mains qu’elle avait à nouveau fait volt face pour s’enfuir dans l’autre sens, pendant qu’un coin de son cerveau s’acharnait à faire taire la partie qui lui disait que ça ne servait à rien, que c’était perdu d’avance, parce que c’était lui.

En fait, elle les enviait ces gens qui préféraient les grandes artères.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jack Elis
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 148
Date d'inscription : 07/04/2013
Localisation : New York, chez les damnés, en train de filer une séance ou en train de jouer les mec sociable
Clan : Damnés
Age du personnage : 27 ans
Pouvoirs : Téléportation
Profession : Psychologue (a son compte, intervenant pour la police, les orphelinats,...)
Chasseur de tête pour les damnés
Points de rp : 140

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Mar 28 Mai - 16:48

    Rien à faire, ça avait ce petit quelque chose de plaisant de voir une personne avoir peur de vous, en un seul regard. Du coup, et juste pour la forme, il se mit à élargir un peu plus son sourire. C’est d’ailleurs parce qu’il était dans un état d’esprit consistant à faire semblant d’avoir des expressions, qu’il leva les yeux au ciel dans un soupir quand elle décida de lui tourner le dos pour fuir. Sérieusement, elle imaginait vraiment que ça pouvait changer quelque chose ? Pas le temps de finir de se poser la question qu’il s’était à nouveau téléporté devant elle, un grand sourire sur les lèvres.

    Il allait lui dire qu’elle avait pris la mauvaise direction et que, à bien y réfléchir, il n’y avait pas de bonne direction. Sauf que voilà, c’était ce moment-là qu’elle avait choisi pour lui envoyer sa boisson en pleine figure. Sérieusement ? Il regarda, presque incrédule, sa chemise, tout en s’essuyant le visage d’un revers de la main, après avoir passé cette dernière sur son jean. Alors, d’une elle venait de lui jeter son café à la figure et, de deux, elle se permettait de partir en courant. Où va le monde ? Parfois, il en venait à se dire que tout foutait le camp et, surtout, qu’il n’était pas question de la laissé partir. Ély… Merveilleuse Ély, pourquoi tu cours ?

    Il se téléporta une nouvelle fois mais derrière elle, une main à la naissance des cheveux pour la retenir. Dans cette même action, il l’avait attiré un peu en arrière pour, finalement, la plaquer contre un mur. La main qui avait servi à l’attraper, avait fini sur sa gorge. Il serrait un peu, pas trop, le but n’était pas vraiment de la tuer mais, au moins, ça lui éviterait de hurler. Si on pouvait éviter de mêler les voisins à tout ça, ça serait une bonne chose. Même que, cette fois, il avait fait attention à ne pas la plaquer trop fort sur le mur, la dernière fois l’avait été suffisamment pour qu’elle en tombe dans les pommes ce qui ne l’arrangeait pas cette fois. Il était face à elle, bien assez proche pour sentir une des mèches de cheveux d’Élirys lui passer sur la joue.

    _ J’ai changé d’avis Ély.

    Une référence directe à la dernière fois où ils s’étaient vus, cette fois où il se trouvait obligé de la tuer et qu’il ne l’avait pas fait. Un peu grâce à elle, et ce programme qu’elle avait mis en place. Ca l’arrangeait bien, ça lui donnait comme une excuse de la garder en vie mais, franchement, elle ne le savait pas et c’était mieux ainsi. Il avait besoin qu’elle puisse croire ce qu’il était en train de dire. Sa main se serrait un peu plus contre sa gorge alors qu’il gardait son visage à quelques centimètres du sien.

    _ Je tente ma chance, finalement..

    Il se fendit même d’une moue un peu désolé qui, à bien y regarder, n’avait rien de crédible. C’était pour la forme, une manière comme une autre de prouver que ce qu’il était en train de faire n’avait pas le moindre incident sur lui. Sa main, sur la gorge d’Élirys, se fit plus agressive, sa dernière phrase fut prononcé dans un murmure à peine audible.

    _ Bonjour Élirys. Au revoir Élirys.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Raven Darkhölme
Humaine

Nombre de messages : 231
Date d'inscription : 06/04/2013
Clan : Fédéraux
Age du personnage : Inconnu
Pouvoirs : Métamorphe
Profession : Agent du SHIELD
Points de rp : 152

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Mar 28 Mai - 17:44

J'avais repris mes habitudes. Lever, manger, radio, travail, bar, débauche, dodo, cauchemar, dodo. Mais je les avais reprises avec un certain automatisme pour ne pas dire un aspect fantomatique. Je n'étais devenue, peu à peu, que l'ombre de moi-même. Tout ça en attendant de meilleurs jours, un meilleur plan, une aube nouvelle. J'avais beau être dans les ennuis jusqu'au cou, je n'avais jamais perdu espoir, je m'étais simplement résignée et j'avais simplement décidé que pour l'instant, j'essayerai de saisir ce que certains mutants appelaient "une chance". Pour moi, ce n'était pas une chance... C'était un enfer. Mais nous reviendrons à ça plus tard.

Les talons de mes bottes résonnaient sur le trottoir alors que je remontais à ma voiture. Vous savez ce qu'on dit sur ces ruelles ? Il y a toujours un imbécile pour faire valoir sa loi. Ce genre là, j'en faisais personnellement mon affaire. Admettons que ce soir-là, j'avais eu envie de faire un tour de patrouille. Voilà qui n'entrait pas dans la description de mon poste au SHIELD mais après tout, j'avais des moyens. Moi aussi je pouvais jouer les anges de la nuit, non ? Et puis, ça m'amusait. Mutant ou pas mutant, New York était une ville dangereuse. Et j'étais humaine à présent. Alors je devais m'adapter et faire... des humains, les nouveaux "miens".

Au détour d'une rue, j'ai perçu de l'agitation, un visage faiblement éclairé par l'éclat de la lune. J'ai alors baissé la tête pour mieux voir à travers la vitre et j'ai vu cette jeune femme courir pour sa vie. Les sourcils froncés je me suis demandée ce qui pouvait bien l'effrayer à ce point jusqu'à ce que je le vois, apparaissant subitement dans son dos pour la plaquer contre un mur. J'ai doucement garé ma voiture en double file - personne passait par ici, c'était bien connu, de plus, j'avais ce pourquoi j'étais venue - et je m'en suis extirpée, gardant suffisamment de calme pour ne pas être repérée trop vite. Laissant le moteur tourner à seulement quelques petits mètres, je n'entendais pas ce qu'il disait. J'étais une ombre dans cette nuit, mon imperméable noir se fondaient dans l'obscurité et je marchais sur la pointe des pieds pour que mes talons ne se fassent pas entendre.

Lentement, j'ai tendu le bras vers l'assaillant pour n'entendre que ses dernières paroles. Posant le canon de mon arme contre sa tempe, qu'il sente la froideur du métal contre sa peau brûlante, le cliquetis caractéristique d'une arme qu'on engage lui répondait.

– Tic tac fit le lapin blanc en courant après l'horloge. "Je suis en retard, je suis très en retard..." Crois-tu qu'il parlait à la grande Faucheuse ? Si j'étais toi, j'éviterais de trop réfléchir à la réponse pour l'instant...

J'ai appuyé le canon sur sa tempe pour l'inviter à docilement s'écarter de la jeune femme. Les dents serrées, j'ai repris,la voix telle un murmure :

– N'y songe même pas... Une balle serait logée dans ta tête avant même que tu aies le temps de dire "Maman".

Je faisais référence à sa téléportation, bien sûr, je lavais vu faire et c'était assez impressionnant, je dois reconnaître... Mais c'était malheureusement à cause de ce genre d'actes que les mutants étaient crucifiés sur les places publiques depuis des années. Je me suis décalée pour entrer dans son champs de vision et appuyer encore l'arme sur sa tempe. Sans quitter un instant les yeux bleus de Jack, je me suis adressée à la jeune femme.

– Monte dans la voiture.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
avatar

Elirys M. Winston
Humaine

Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 26/03/2013
Localisation : New York ou Londres
Clan : neutre
Age du personnage : 26 ans
Pouvoirs : Aucun
Profession : Dans la création de logiciel
Hackeuse
Points de rp : 99

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Mar 28 Mai - 18:51

Sa course avait pris fin aussi vite qu’elle avait commencé avec cette désagréable sensation dans le cou puis, le mur. Ne pas s’évanouir. Ne pas s’évanouir. C’était la seule chose qu’elle avait en tête pendant qu’elle le regardait sans comprendre ce qui était en train de se passer. Elle avait envie de lui demander combien de fois il comptait lui rejouer cette scène, pourquoi il voulait la refaire maintenant, qu’est-ce qui avait changé. Aucune de ses questions ne trouvait le chemin de sa gorge, il y avait seulement cette main qu’elle avait connue dans beaucoup d’autres circonstances avant qu’elle ne se montre hostile envers elle.

Élirys ne bougeait plus, le temps de comprendre ce qu’il venait de lui dire, ce que ça signifiait. Elle n’y trouvait pas de sens mais réfléchir maintenant ne lui servirait rien, sauf à perdre du temps. Une main et un pied en appuis sur le mur, elle était en train de pousser dessus comme elle pouvait, son autre main cherchant à retirer celle de Jack. Se dégager, s’enfuir, réfléchir plus tard. Elle avait beau essayer, son gabarit ne l’aidait pas face à un Jack déterminé dans une tâche qui l’impliquait beaucoup trop. Les deux mains sur lui, elle essayait de le pousser sans plus de réussite qu’à son premier essai. Essayer de lui crever les yeux, de le frapper à l’endroit où s’était susceptible de lui faire le plus mal. Il y avait tellement de choses bien à faire pour qu’elle réussisse à se dégager, des actions auxquelles elle aurait pensé chez elle, installée confortablement devant son ordinateur.

Soit pas stupide Jack, t’es vraiment prêt à perdre tout ce que tu as construit ici ?

Elle aurait voulu y mettre plus de volonté, plus de voix mais il l’en empêchait à serrer trop fort. Elle n’avait pas envie de mourir, pas ici, pas comme ça, pas maintenant. Le manque d’air était un facteur à prendre en compte mais les deux derniers mots de Jack avaient suffi à la faire s’agiter dans tous les sens, comme elle le pouvait et, comme par magie, du coin de l’œil, elle vit le canon d’une arme se poser sur la tempe de Jack. La main qui la retenait venait de la lâcher devant un visage étonné de la part d’Élirys qui se demandait comment on pouvait sortir de telles répliques dans ce genre de circonstance. L’air lui revenait dans les poumons, la faisant tousser avant qu’elle ne puisse avoir le temps de remercier cette femme sortie de nulle part qui, en plus, lui disait de monter dans la voiture.

Élirys avait brièvement hoché la tête dans un d’accord toujours trop bas. Pas le moindre regard vers Jack, elle pouvait bien lui coller une balle dans la tête, qu’elle ne trouverait pas de raison de le plaindre, pas maintenant. Trop heureuse de s’échapper de cette situation, elle se mit à courir en direction de la voiture. Sa main était posée sur la portière, prête à l’ouvrir quand son cerveau se remit à fonctionner.

Dans un mouvement, elle se décida de regarder derrière elle. Elle avait déjà vu la police en action, les voyait toujours s’annoncer quand ils débarquaient quelque part mais, là, cette femme s’était juste pointée avec son arme. Trop de gens se prenaient pour des super-héros, elle ne trouvait pas que c’était une raison suffisante pour les suivre aveuglement. Elle lui était reconnaissante mais, si elle avait bien appris quelque chose avec Jack, s’était de ne pas faire confiance à la première personne venue.

Lâchant la portière qu’elle avait tenue à peine quelques secondes, Élirys s’était mise à courir dans la rue pour rejoindre la première artère principale qui lui tomberait dessus, pour entrer dans le premier bar qu’elle trouverait d’ouvert, n’importe où du moment qu’il y a des gens autour. Ce n’était pas cette femme qui l’inquiétait mais le fait que Jack était capable de lui retourner le cerveau, qu’il puisse partir et qu’il n’ait plus qu’à reprendre là où il s’était arrêté.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Raven Darkhölme
Humaine

Nombre de messages : 231
Date d'inscription : 06/04/2013
Clan : Fédéraux
Age du personnage : Inconnu
Pouvoirs : Métamorphe
Profession : Agent du SHIELD
Points de rp : 152

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Mar 28 Mai - 20:21

Spoiler:
 

Vous savez, quand vous intégrez la police fédérale sans en avoir jamais eu la vocation, il y a certains réflexes qui ne viennent jamais. Pour ma part, j'avais usé des armes (et de moi-même) pendant si longtemps que l'idée même de m'annoncer m'était totalement sorti de l'esprit. Je me sentais assez bête, à vrai dire, d'ailleurs. Une simple erreur, un détail pareil... Jack s'écartant, la jeune femme a suivi mon ordre. Et je pensais que tout finirait bien à partir de ce moment. Commençant à reculer sans quitter Jack de mon arme, j'ai soudain entendu des pas de course.

Des pas de course ?

– Hey !

J'ai vivement tourné la tête et la fille avait détalé comme un lapin. En repassant tous les paramètres dans ma tête, je me suis rendue compte que j'étais encore loin d'être tout à fait humaine. Pour ainsi dire... je n'avais pas été le bras droit de Magneto pour rien. Pestant dans ma barbe inexistante, je me suis retournée vers Jack mais celui-ci avait disparu. j'ai alors regardé partout autour de moi avant de monter à mon tour dans ma voiture en vitesse. Bien que j'en possède une, Elirys était plutôt endurante ! Quand je l'ai enfin aperçue, j'ai roulé en ouvrant ma fenêtre.

– De rien, hein !

Allant de la route à elle, j'ai poursuivi. Très franchement, de vous à moi... Qui ne possédait pas d'arme à New-York ? Et où était la sienne ? Une bombe au poivre et le type est moitié canné. C'était l'accessoire type de la fille dont l'art excelle particulièrement dans la fuite.

– Il peut revenir à tout moment !

M'assurant que Jack ne nous poursuivait pas alors que je regardais dans mon rétro, je me suis finalement arrêtée près d'elle et j'ai ouvert la portière du passager. Nous nous passerons du cliché "Come with me if you want to live", mais mon regard était tout aussi parlant. D'accord, j'arrangeais UN PEU la vérité. Mais sincèrement, j'avais rarement vu quelqu'un courir à ce point en ayant le diable aux trousses. Jack avait dû lui flanquer une de ces trouilles... J'aurais pu en prendre de la graine mais à présent, jouer la méchante, ça m'ennuyait. Peut-être que je m'accommodais bien, finalement !

– Tout va bien, tu seras en sécurité avec moi, je te le promets. Je m'appelle Raven, je suis agent fédéral. Laisse-moi au moins te ramener chez toi ! Ou peu importe où tu veux. C'est mon quartier, je faisais une dernière patrouille en rentrant chez moi quand je t'ai vue courir. On recense pas mal de cas d'agression dans le coin, appelle ça de la conscience professionnelle si tu veux.

Je lui ai souris autant que possible dans ce genre de situation et j'ai acquiescé en tendant la main vers elle. Je pouvais éviter un cliché mais pas l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
avatar

Elirys M. Winston
Humaine

Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 26/03/2013
Localisation : New York ou Londres
Clan : neutre
Age du personnage : 26 ans
Pouvoirs : Aucun
Profession : Dans la création de logiciel
Hackeuse
Points de rp : 99

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Mar 28 Mai - 21:34

Je rêve !

Elle était en train de courir tout ce qu’elle pouvait, un instinct de survie ayant repris le relais sans quoi elle n’aurait jamais été capable de courir aussi vite et aussi loin. Elle y avait mis tellement d’efforts que cela avait quelque chose de frustrant et d’énervant de voir cette femme la rattraper aussi rapidement avec une voiture. La voiture, c’est ça qu’elle aurait dû prendre pour fuir. Son exclamation c’était seulement l’expression de cette frustration d’avoir l’impression de donner tout ce qu’elle avait en vain.

Il avait suffi, à cette femme, de suggérer que Jack pouvait revenir pour qu’elle se retourne vivement, manquant de trébucher, la crainte de le voir derrière elle. Agent fédéral. Élirys s’arrêta, une main au-dessus de sa hanche, posant son regard sur elle. Tout ce qui touchait à Jack la mettait sur les nerfs et, elle venait de se surprendre en train de se demander si cette femme pouvait vraiment être agent fédéral. Des coups, c’est ce qu’elle aurait dû se mettre à douter de tout le monde dans ce genre de moment. Ca expliquait l’arme, ça expliquait l’air complètement serein qu’elle avait pu avoir, ça expliquait tellement de choses qu’elle ne voyait pas de raison d’en douter.

Et votre badge… il est où ?

Il fallait vraiment qu’elle reprenne son souffle, ne pas réussir à aligner une phrase correctement l’énervait. Tout l’énervait. La femme, à l’intérieur de la voiture, ouvrit sa boite à gant pour lui montrer et Élirys ne put s’empêcher de soupirer de soulagement. Elle avait tellement envie de voir ce badge, de croire qu’elle était vraiment ce qu’elle disait être, qu’elle n’en demandait pas plus. Elle avait simplement envie d’arrêter de courir, de rentrer chez elle, de s’y enfermer et de ne plus réfléchir. En secouant la tête, elle laissa échapper un désolé, parce qu’elle se sentait stupide de ne pas l’avoir cru.

Un dernier regard derrière elle et, elle prit la décision de monter dans cette voiture où la main tendue vers elle avait quelque chose de réconfortant. C’est en s’installant qu’elle prit conscience des tremblements qui parcouraient son corps. Une fois la portière fermée, ses mains furent enfouies entre ses jambes croisées. La chaleur de la voiture n’avait rien enlevé à son anxiété mais elle se sentait un peu coupable d’être partie comme ça.

Je suis désolée, je ne sais pas ce qui m’a pris. Je… J’ai juste voulu fuir… je crois.

Dans un autre soupir, sa tête était venue s’appuyer sur le dossier du fauteuil. Elle avait eu peur et ne pensait pas que c’était retombé si elle devait en croire son rythme cardiaque. Se concentrant sur la route, elle était en train de pointer une direction, en tendant le bras.

C’est la prochaine à droite et, après la seconde encore à droite et, ça ira bien. Un sourire fatigué étirait légèrement ses lèvres. Merci.

Son cerveau reprenait de l’activité pendant qu’elle s’imaginait déjà rentrer chez elle. Il allait falloir qu’elle fasse quelque chose de concret pour Jack, il ne pouvait plus être une menace constante au-dessus de sa tête. Elle savait qu’il n’avait pas le moindre sentiment, c’est ce qui le rendait plus dangereux à ses yeux. C’est à cette réflexion qu’elle posa son regard sur Raven.

Heureusement que vous passiez par là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Raven Darkhölme
Humaine

Nombre de messages : 231
Date d'inscription : 06/04/2013
Clan : Fédéraux
Age du personnage : Inconnu
Pouvoirs : Métamorphe
Profession : Agent du SHIELD
Points de rp : 152

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Mar 28 Mai - 23:33

J'ai soufflé de soulagement lorsque la jeune fille est enfin montée dans la voiture. Je l'ai regardée s'installer et une fois dans le silence de la voiture, je l'ai observée un instant. Elle tremblait et tout son corps traduisait d'un trouillomètre à zéro. J'ai légèrement entrouvert les lèvres sous la stupéfaction de la situation que j'avais sous les yeux. J'avais envie de frapper ce satané mutant jusqu'à lui faire avouer les lus grands secrets de sa mère.

– Mais enfin, qu'est-ce que c'était ?! Pourquoi ce type s'en est pris à toi, comme ça ?

Pensait-elle sincèrement que j'allais me contenter de la ramener sans poser de questions ? C'était mal connaître Raven. Des questions, elle en avait plein mais elle secoua la tête, exaspérée et j'ai accroché sa ceinture avant de redémarrer. Parfois, je jetais un oeil sur elle et elle me faisait de la peine.

– D'où est-ce que tu le connais ?

Je voulais avoir le temps de discuter alors je roulais tranquillement, m'arrêtant à tous les feux et regardant fréquemment dans mes rétros pour une trace de Jack. Mais rien. A un feu rouge, j'ai laissé ma main tomber sur ma cuisse et me suis tournée vers elle.

– Il sait où tu habites ? Si c'est le cas, tu devrais venir dormir chez moi, au moins cette nuit. Et demain, on ira au poste porter plainte. J'habite pas très loin, je rentrais juste chez moi, c'est ma route. En plus il fait pas bien chaud, je connais un sans abris dans ma rue, je voulais m'assurer qu'il n'avait besoin de rien mais il n'était pas là.

Et c'était vrai, en plus !

– Tiens...

Je me suis penchée sur elle pour ouvrir la boîte à gants et j'en ai sorti un morceau de papier et un vieux stylo. Appuyée sur mon volant, j'ai écrit mon nom - en secouant frénétiquement ce stylo qui refusait de marcher correctement - et noté mon numéro de téléphone pour lui donner. Croyez le ou non mais je n'étais pas une si mauvaise personne. Bon d'accord, j'avais mes accès de colère et mes barbaries mais... Je commençais à prendre goût d'être du "bon côté" de la barrière. Le SHIELD n'était pas si mauvais que ça après tout (de mon point de vue. Lui tendant le morceau de papier, j'ai redémarré la voiture en enclenchant mon clignotant.

– Au moindre soucis, tu peux m'appeler. Nous avons les moyens de maîtriser des mutants comme lui. Tu m'appelles, promis ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
avatar

Elirys M. Winston
Humaine

Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 26/03/2013
Localisation : New York ou Londres
Clan : neutre
Age du personnage : 26 ans
Pouvoirs : Aucun
Profession : Dans la création de logiciel
Hackeuse
Points de rp : 99

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Mer 29 Mai - 13:46

J’en sais rien…

Élirys venait de passer une main sur son visage, les yeux clos en essayant de faire le point sur ce qui venait de se passer. Un soupir plus tard, ses yeux retrouvaient le paysage qui défilait mais, elle n’y voyait pas plus clair. Il avait changé d’avis pour une raison qu’elle ignorait. Ca n’avait aucun sens. Elle cherchait à démêler un tas de choses dans sa tête quand une nouvelle question se fit entendre. Elle redressa un peu la tête, tiqua à peine une seconde à ce qu’on venait de lui dire. Ce qu’elle ne comprenait pas c’était pourquoi, Raven partait du postulat qu’elle le connaissait déjà. Arrête ta psychose Ély, elle fait seulement son boulot. Ca sortait peut-être de statistique, les gens qui se faisaient agresser l’étaient, en grande partie, par des gens qu’ils connaissaient. Elle n’en savait rien, elle ne se tapait pas tous les rapports de police à lire avant de se coucher. Élirys alla poser son regard sur la femme qui conduisait, dans un léger mouvement de tête.

Je ne le connais pas. Et, franchement, je ne sais pas ce qui vient de se passer. Enfin, je veux dire… je rentrais juste chez moi et Pouff. Elle imita une sorte d’explosion avec ses mains. Il était là.

Raven avait l’air de bonne foi, Élirys ne lui enlevait pas ça mais, l’histoire était compliquée et elle n’était pas certaine de savoir ce qu’elle voulait faire. Le dénoncer ou non. C’était un terrain glissant, il savait ce qu’elle faisait dans la vie. Elle n’avait rien contre Raven, ni même contre les fédéraux ou une autre autorité mais, quoi qu’elle puisse dire ça ramenait à ce qu’elle faisait. Il n’était pas concevable de dire à une personne qu’elle ne connaissait, en plus d’être chez les fédéraux, qu’elle entrait dans des systèmes pour y faire un peu sa vie.

Raven avait vraiment l’air de prendre son boulot à cœur. Elle y était sûrement rentrée par vocation plus que par défaut pour en venir de proposer à Élirys de venir chez elle. Elle n’avait pas envie de dormir chez quelqu’un, elle voulait rentrer chez elle et retrouver son univers parce que c’était là qu’elle se sentait le plus en sécurité. Dans un réflexe, alors qu’elle cherchait toujours quoi répondre, elle poussa ses genoux pour permettre à Raven d’attraper quelque chose. Ce fut au tour d’Élirys de prendre le papier qu’elle lui tendait, dans un sourire.

Merci mais, du coup, je pense qu’il est préférable que je rentre chez moi. De toute façon. Elle montra le papier qu’elle avait dans les mains. Si jamais j’ai un problème, je saurais qui appeler.

Ça la rassurait dans un sens mais si elle n’espérait pas avoir besoin de ce numéro mais, sans oublier le fait de ne pas vouloir s’imposer, elle trouvait que c’était une très mauvaise idée de dormir chez une personne avec un métier comme le sien. Fallait voir comment elle avait été à l’aise avec son arme devant Jack et cette assurance qu’elle mettait en disant pouvoir maîtriser un mutant comme lui – d’ailleurs, il était où maintenant ? -, elle n’avait rien de la femme enfermée dans un bureau toute la journée. Sans chercher critiquer les méthodes, ils devaient avoir un protocole mais, si maitriser un mutant consistait à le laisser filer pour suivre la victime, elle serait mieux chez elle.

Et puis, si je ne rentre pas, c’est mon copain qui risque de s’inquiéter comme pas permis. Ses épaules tressautèrent légèrement. Ou croire que je passe la nuit chez un autre et j’aime autant éviter.

Aucun petit ami chez elle mais elle imaginait que ce n’était pas inscrit de manière visible sur elle, ça lui donnait une bonne excuse pour rentrer sans avoir à dire qu’elle ne voulait pas aller chez Raven. Une manière polie pour dire qu’elle préférait être chez elle sans que cela ait un rapport avec Raven.

Et, en allant au poste de police demain, vous voulez que je vous demande ?

La question était dans le ton de la conversation, comme une preuve qu’elle irait bien demain. Il y avait plus que ça. Élirys s’interrogeait sur le nombre de psychologue qui travaillait avec la police, ou les fédéraux, en se demandant combien il pouvait y avoir de probabilité pour que deux personnes pouvant travaillé dans le même secteur ne se soient jamais rencontrés. Elle n’était pas certaine que Jack travaille avec les fédéraux, ce qui réduisait les probabilités, parler de poste de police, ce n’était pas si anodin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Raven Darkhölme
Humaine

Nombre de messages : 231
Date d'inscription : 06/04/2013
Clan : Fédéraux
Age du personnage : Inconnu
Pouvoirs : Métamorphe
Profession : Agent du SHIELD
Points de rp : 152

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Mer 29 Mai - 15:32

Avez-vous déjà tenté de maîtriser un mutant de cette catégorie ? Ce que j'aimais appeler des Jumpers ou des Sliders, ces mutants pouvant aller où ils voulaient dans le temps et l'espace, étaient probablement les plus dangereux. Capables de bouger les montagnes pour arriver à leur fin, Pyro, à côté, ce cher abruti congénital, ce n'était à mes yeux qu'une mouche dans une ruche à la reine. On ne maitrise pas des mutants comme Jack avec un simple Glock. Ce sont des missions qui se préparent, s'apprennent et se répètent. Pour tout vous dire, je n'avais aucune envie d'enseigner ce genre de choses à Elirys. Elle avait ses méfiances et j'avais les miennes. Et qu'elle refuse de se réfugier chez moi, c'était bien dommage, selon moi. Tant pis. J'aurais au moins essayé, c'était le moins qu'on puisse dire. Et elle avait un petit copain, comme c'était mignon. J'ai jeté un oeil sur elle avant de rouler des yeux.

– Si tu as peur de ton copain comme ça, c'est qu'à mon sens, ça devrait pas être ton copain, pour commencer.

J'avais beaucoup de mal à la croire sur un certain aspect de son histoire. J'ignorais pourquoi mais ça ne collait pas. J'ai tapoté mon volant du pouce et à sa question, j'ai jeté un regard au rétro cherchant toujours un Jack dans la lumière.

– Je suis agent fédéral, pas de la police de New York. Je ne travaille pas au même endroit et je n'ai pas la même juridiction. Je peux éventuellement d'accompagner oui par contre, si tu veux. Mais si tu dis mon nom à la police de rue, je doute qu'ils sachent de qui tu parles en dehors de ceux que je connais personnellement. Pourtant...

D'accord, je n'avais pas de patience. J'ai claqué mes doigts plusieurs fois en faisant une moue un peu crispée comme si je cherchais à dire quelque chose.

– J'ai l'impression que tu ne me dis pas tout et j'oserais presque dire que tu me mens.

M'arrêtant à un feu, la sécurité enfant s'est déclenchée pour bloquer les portes et je me suis à moitié tournée vers elle, un bras sur mon dossier, les sourcils froncés. J'étais on ne peut plus sérieuse.

– Tu me mens, ça se sent ! Pourquoi et sur quoi précisément, j'en sais rien. Un mutant comme celui-ci n'attaque pas par hasard et j'ai vu ton regard, tu étais terrifiée. Bon sang, tu étais morte de trouille ! Tu sais, il y a des tas d'affaires d'agressions non résolues parce que des personnes comme toi préfèrent se protéger de leur agresseur plutôt que laisser la police faire leur boulot ! C'est pour ça que je fais des rondes en rentrant chez moi parce que j'essaye de faire que mon quartier, celui dans lequel je vis, évolue et où j'aurais peut-être des enfants à élever un jour, soit vivable et en sécurité. Alors je suis peut-être pas commode mais tu sais des choses sur ce gars-là, faut le dire. Si tu as peur qu'il te tombe dessus alors entoure toi de personnes capables de te protéger ! Et ton copain - si tu en as bien un - ne pourra rien face à un téléporteur de ce genre !

J'ai entendu qu'on klaxonnait derrière mais j'ai ouvert la fenêtre et j'ai hurlé une grossièreté comme j'en avais le secret avant de me retourner vers Elirys, un index brandi vers elle. La voiture de derrière a commencé à me dépasser et avec elle, d'autres ont klaxonné. Mais je m'en fichais totalement. Ce qui m'intéressait, c'était elle et elle seule.

– Alors tu as le choix... Tu peux changer ta vie maintenant et décider de ne plus avoir peur ou bien continuer de trembler au moindre détour d'une rue parce que dis-toi que sans info, personne ne pourra rien pour toi et tu vivras dans la peur jour après jour que Dieu fait jusqu'à ce qu'un jour, il finisse par te tomber dessus et cette fois je passerais par là par hasard et aucune patrouille de quartier n'aura le temps de t'entendre.

Je parlais vite et sèchement. Je lui faisais peur ? Tant mieux. Elirys n'était pas un cas isolé et je voulais qu'elle en prenne conscience. De plus, la plupart des agents, de la police ou d'ailleurs, aimaient traiter les victimes avec délicatesse... Ce n'était pas mon cas. Il fallait qu'elle comprenne et il fallait que MOI je comprenne ce qu'il s'était passé. Enumérant sur mes doigts, les sourcils hauts, j'ai repris.

– Programme de protection de témoins, surveillance rapprochée, sécurisation du périmètre, agent spécial attitré... Aujourd'hui les moyens de se protéger des assaillants, qu'ils soient mutants ou pas, d'ailleurs, sont bien plus actifs et efficaces qu'avant !

Si elle cherchait à protéger Jack, quelque chose m'intima de ne pas rendre le parti d'un humain lambda mais de garder un état neutre. Mutant ou pas mutant, j'avais un job à faire, il fallait qu'elle comprenne ça. J'ignorais sa position dans ce cas particulier, d'ailleurs. Mon coude sur le volant, alors que le feu repassait au rouge, j'ai acquiescé.

– Tu veux me dire la vérité ? Si tu ne le fais pas, tant pis et je ne t'embêterai plus jamais, c'est promis. Mais si tu le fais, je peux t'aider. Alors, qu'est-ce que tu décides ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
avatar

Elirys M. Winston
Humaine

Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 26/03/2013
Localisation : New York ou Londres
Clan : neutre
Age du personnage : 26 ans
Pouvoirs : Aucun
Profession : Dans la création de logiciel
Hackeuse
Points de rp : 99

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Mer 29 Mai - 17:08

Ce n’est pas une question d’avoir peur. Elle avait posé un regard étonné sur Raven avant de secouer la tête. Enfin, c’est pas grave…

Tout ce qu’elle voulait c’était éviter une hypothétique dispute avec un hypothétique copain dans l’état d’esprit bien réel qu’elle avait en ce moment. De toute façon, qu’elle est une vie amoureuse ou non, elle n’était pas convaincue que ça puisse regarder une personne – aussi sympathique qu’elle était – qu’elle voyait pour la première fois. Déjà qu’elle n’était pas du genre à déballer sa vie à des gens qu’elle connaissait mais, une vie hypothétique à une inconnue, il ne fallait pas trop rêver. Élirys avait posé son regard sur la main de Raven en se demandant si c’était un signe d’anxiété ou de perte de patience mais, le regard qu’elle jetait régulièrement dans les rétroviseurs, laissait plus penser à la première hypothèse.

Il y avait quelque chose de soulageant dans le fait qu’elle ne travaille pas pour la police, un infime doute dans l’esprit d’Élirys commençait doucement à s’envoler. Ca donnait moins de probabilité pour qu’elle ait pu croiser Jack dans le cadre de son métier. Élirys venait de poser son regard sur Raven, levant légèrement les yeux au moment où elle disait avoir l’impression de la voir mentir. De mémoire, Élirys ne se souvenait pas être montée dans cette voiture pour subir un interrogatoire.

Sérieusement ? Le mec à juste essayer de me tuer et, j’aurais pas dû avoir l’air terrifier parce que je ne le connais pas ?

Elle venait de lever un bras dans un geste d’incompréhension et en se disant qu’elle n’aimait vraiment pas les flics avec leurs instincts à la con qui leurs donnaient souvent raison. Que Raven ait raison ou non, ça ne changeait rien. Élirys ne pouvait pas balancer Jack sans se balancer elle-même ou, faire en sorte que ce soit lui qui la balance. Elle parlait, quand même, d’un type qui bossait pour la police. Elle avait tourné la tête, un court instant, pour voir les voitures les dépasser. Ce fut au tour d’Élirys de se tourner un peu plus vers Raven. Elle avait bien écouté, tout entendu mais, ça ne changeait strictement rien aux raisons qui faisaient qu’elle se taisait. Elle leva les mains comme si elle était simplement en train de jeter l’éponge.

Écoutez, j’ai strictement rien contre vous, je vous suis même reconnaissante pour ce qui vient de se passer mais, là, tout de suite, j’ai seulement envie de rentrer chez moi et de ne plus penser à ce qui vient de se passer. Ses épaules remuèrent légèrement pendant qu’elle avait une moue désolée sur le visage. Je ne changerais pas ma vie à cause de ce qui vient d’arriver alors…

Elle n’avait pas besoin d’aide, pas avec la fierté qu’elle avait, encore moins avec Jack. Elle ne voulait pas mettre les compétences de personnes en doute mais, enfin, elles étaient en train de parler d’un mutant capable de se fondre dans n’importe quelle société en faisant croire qu’il était le parfait petit citoyen. Combien même, il se faisait arrêter, elle n’avait aucune chance si ça se finissait avec sa parole contre celle de Jack. Ce n’était pas qu’elle voulait être pessimiste mais, un minimum réaliste sur la situation. Il n’y a que dans les films que les choses finissent bien.

Elle préférait de loin trouver une solution toute seule que de finir dans un programme pour témoin, ou avoir une vie régenté par des fédéraux. Ce qui serait vraiment un comble en vue de sa situation. Tout ce qui lui fallait c’était du temps pour trouver quelque chose parce qu’il y avait forcément quelque chose à faire.

Si ça vous dérange de me déposer chez moi, je rentre à pied ce n’est pas un problème.

Il y avait peu de chances qu’il soit resté dans le coin et, si c’était le cas, flic ou pas… Enfin, elle ne pensait pas qu’il s’arrêterait à ce genre de détail. De son point de vue, Jack avait juste été surpris dans la ruelle parce qu’il n’avait pas pu prévoir que quelqu’un allait arriver mais que ça le stopperait pas pour autant. En fait, elle n’en savait rien, elle n’avait pas menti en disant qu’elle ne savait pas qui était Jack, elle l’avait connu sous tellement de visage différent.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Raven Darkhölme
Humaine

Nombre de messages : 231
Date d'inscription : 06/04/2013
Clan : Fédéraux
Age du personnage : Inconnu
Pouvoirs : Métamorphe
Profession : Agent du SHIELD
Points de rp : 152

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Mer 29 Mai - 18:18

J'ai poussé un profond soupir. J'avais face à moi une petite maligne, bien plus qu'on aurait pu le croire en la regardant vite fait. A ça, j'ai eu un sourire et finalement, j'ai acquiescé.

– Non, bien sûr que non, je te ramène.

Une fois le feu vert, j'ai redémarré. Je trouvais ça dommage pour plusieurs raisons. L'une d'elle était que je n'en apprenais pas plus sur Jack, ce qui me rendait passablement grognon. Je trouvais ça assez injuste d'ailleurs, c'était un peu comme s'il pouvait me piéger n'importe quand, dès qu'il le voulait. C'était de bonne guerre ! Après tout, c'était ça le jeu. Ami ou ennemi, à bien y réfléchir, ce n'était ni l'un ni l'autre, tout était une question de timing et de situation. A un moment, à un endroit, d'une certaine façon. Un homme à plusieurs visages, pouvant être à mille endroits à un seul instant finalement. D'un autre côté, je trouvais ça dommage... Pour Elirys. Passant devant la rue qu'elle m'avait désignée sans m'y arrêter, j'ai poursuivi.

– Tu sais ce qui est assez pratique dans le fait d'être humaine ?

J'ai tourné la tête vers elle, un léger sourire en coin puis j'ai reporté mes yeux sur la route.

– C'est que quand on a possédé une mutation qui vous déforme, il est impossible pour qui que ce soit de vous reconnaître. C'est un petit peu comme une seconde chance, on se dit "Ouah, c'est cool, je vais pouvoir jouer au flipper avec mes gosses dans le jardin et le labrador qui me lèchera les orteils comme si c'était des petites saucisses apéro", tu vois ? L'autre avantage c'est que très peu de personnes sont à même de me reconnaître, de savoir qui je suis... Mon véritable nom, ma véritable identité, d'où je viens etc. Dans certains cas, c'est une pression, un ultimatum qu'on porte jour après jour, à la moindre faute, t'es morte. Dans d'autres ça permet d'intégrer des services plutôt haut placés... Dans la première option, on se retrouve à faire des alliances selon l'intérêt. Dans la deuxième, ça nous permet de porter une arme en toute légalité et en plus, on est bien payé pour !

Je lui ai souris un peu plus.

– Malheureusement, l'inconvénient de cette seconde chance, c'est de perdre une partie de soi. Quelque chose qui fait qui nous sommes... et alors maintenant... Et bien plus rien. On est vide, c'est comme s'il n'y avait plus rien qui ait vraiment de l'importance. Alors on va, on vient, on cherche une raison de vivre et puis un jour...

A peine quelques minutes après avoir démarré du feu, je me suis garée sur le parvis d'un entrepôt. Plutôt petit, il était surtout haut. C'était un ancien garage à voitures dont la rénovation en club avait été avortée. Aujourd'hui, il était en attente de traitement contre je ne sais quel truc qui pue ou qui est cancérigène... Je ne me préoccupais pas de tout ça mais je n'en avais pas vraiment pris l'habitude depuis.

– Il se trouve que quelqu'un allume une lumière au bout d'un tunnel. Prends ça comme un espoir ou comme une chance.

J'ai coupé le moteur et me suis tournée vers elle. Je ne souriais plus. Faire semblant, c'était marrant cinq minutes mais pas plus.

– Fut un temps on connaissait mon nom mais pas mon visage car j'étais trop imperceptible, inaccessible, trop rapide pour les appareils photos et puis je suis timide. Aujourd'hui, les choses sont différentes. Mais j'entends bien à ce que tu les changes à nouveau. Et que tout redevienne comme avant.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
avatar

Jack Elis
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 148
Date d'inscription : 07/04/2013
Localisation : New York, chez les damnés, en train de filer une séance ou en train de jouer les mec sociable
Clan : Damnés
Age du personnage : 27 ans
Pouvoirs : Téléportation
Profession : Psychologue (a son compte, intervenant pour la police, les orphelinats,...)
Chasseur de tête pour les damnés
Points de rp : 140

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Mer 29 Mai - 19:06

    Les choses ne s’étaient pas vraiment passées comme elles le devaient. Pas tout à fait. A la base, c’était pourtant simple, lui faire peur, qu’elle trouve de l’aide en Raven et qu’elle monte dans cette putain de voiture. Mais, non, il avait fallu qu’elle se barre. Jack ne savait pas vraiment si il devait en pleurer ou en rire parce que ça foutait une partie de plan en l’air, et parce que, en même temps, c’était Élirys. Cela dit, comme il n’était pas vraiment disposé à faire l’un ou l’autre, il préféra s’abstenir et puis, à quoi bon faire semblant maintenant qu’il était seul ? Raven avait couru après Élirys, il s’était juste assuré que l’humaine monte dans la voiture, avant de récupérer la sienne et de passer chez lui se changer. Le café, sur lui, ce n’était pas une chose dont il raffolait spécialement. Pour ce qui était de les suivre : à quoi bon ? Si un problème s’était produit, Raven aurait téléphoné. Probablement.

    Se changer avait été rapide, reprendre sa voiture pour aller vers l’entrepôt aussi mais c’est quand il passa devant une devanture qu’il se rappela l’heure qu’il était. Il fit une halte dans un magasin spécialisé pour, ensuite, remonter dans sa voiture et aller à l’endroit convenu. De loin, il avait vu la voiture de Raven et aurait juré de voir des ombres bouger à l’intérieur. Bon, puisqu’elles n’étaient pas encore dans l’entrepôt, il attrapa les trois petites boites en cartons qu’il avait achetés et, en une fraction de seconde, il se téléporta à l’arrière de la voiture de Raven.

    _ Je vous ai manqué ?

    Il était là, comme si c’était normal, avec ses boites à pizza dans les mains, et ce sourire sur les lèvres. Et sous cette apparence totalement décontracté il était obligé de se poser certaine question. Pourquoi Élirys était pleinement consciente. Techniquement, elle n’était pas censée se laisser faire, à moins d’avoir l’impression d’avoir une alliée. Et, dans ce cas de figure, qu’est-ce qu’elle avait pu dire ? Interrogations qu’il passa sous silence, en plus de ne rien laisser paraitre. Il leva légèrement les boites qu’il avait dans la main.

    _ J’ai ramené à manger. Il posa un air qui ressemblait à un doute en regardant sa complice du soir. Raven, je ne savais pas ce que tu voulais, alors j’ai pris le truc basique.

    On aurait même dit qu’il espérait que ça lui irait. Pour Élirys, il ne s’excusa pas, ne posa pas de question parce que, de toute façon, il savait très bien la pizza qu’elle préférait. Il s’approcha de la portière arrière et allait l’ouvrir quand il comprit qu’il ne pouvait pas le faire. D’un autre côté, ça parraissait logique. Une nouvelle fois, il se tourna vers Raven.

    _ Je te laisse les pizzas, tu nous retrouve à l’intérieur ? Et… Il lui assura un léger sourire dans petit clin d’oeil. Bien joué.

    Il ne savait pas comment elle s’y était prise pour convaincre Élirys de monter dans sa voiture sans l’assommer ou sans la menacer mais, en tout cas ça avait fonctionné alors, ça méritait d’être souligné, non ? Sur quoi, il posa une main sur l’épaule d’Élirys et avant même qu’elle ne se dégage il se téléporta avec elle dans l’entrepôt. En soi, il aurait très bien pu prendre les pizzas avec lui mais, il avait besoin de ses deux mains, une fois arrivé l’endroit voulu avec une très légère avance sur Raven. Une liberté de mouvement et de temps qui lui permis d’attraper Elirys par les épaules, histoire d’avoir toute son attention.

    _ Ély, fais juste ce qu’on te demande, d’accord ?

    C’était à elle de tout comprendre avec cette phrase parce qu’il n’avait pas le temps de faire guère plus avant l’arrivée de Raven. Fallait juste que les choses se passent bien, qu’elle ne dise rien, qu’elle arrête de faire ça « Élirys » parce que, qu’il le veuille ou non, il voulait qu’elle reste en vie. Vraiment, ça sonnait comme une vraie demande. Autour d’eux, un entrepôt comme on peut imaginer ceux qui sont désert à la petite différence près qu’on pouvait aussi y voir du matériel informatique. Au moins, elle risquait de vite comprendre pourquoi elle était là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elirys M. Winston
Humaine

Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 26/03/2013
Localisation : New York ou Londres
Clan : neutre
Age du personnage : 26 ans
Pouvoirs : Aucun
Profession : Dans la création de logiciel
Hackeuse
Points de rp : 99

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Mer 29 Mai - 20:11

Merci.

Elle avait lâché ça dans un soupir de soulagement, contente d’en rester au simple fait de la ramener. Élirys avait remis sa tête en appuie sur le dossier, voyant la fin de cette journée trouver une fin. Sa rue approchait, elle se voyait déjà dans son lit. Sa rue venait de passer et elle se redressa dans un Hey. Elle avait imaginé que Raven avait simplement oublié le chemin, elle voulait lui rappeler mais… Elle nageait en plein cauchemar à écouter un tas de choses qu’elle avait du mal à comprendre. Elle écoutait mais, sa main était venue jusqu’à la portière qu’elle essayait d’ouvrir en vain. Raven continuait de parler comme si c’était normal, comme s’il n’y avait aucun problème dans cette voiture.

Élirys avait le choix. Soit, elle hurlait en s’acharnant sur la portière qui ne risquait pas de céder, soit, elle écoutait en essayant de comprendre quelque chose dont elle pourrait éventuellement se resservir plus tard. Son corps tout entier votait pour la première solution, c’est le deuxième qu’elle avait choisi. Humains, mutants, tout semblait être conditionné autour de ça. Élirys passait les mains sur son visage en se demandant dans quoi elle venait de se fourrer, pendant que Raven disait, en fait, avoir été mutante. C’est ce qu’elle comprenait à ce discours un peu étrange qui semblait venir d’ailleurs.

L’endroit qu’elle avait devant elle n’avait rien de l’endroit où elle vivait. Un soupir se fit entendre pendant qu’elle tournait la tête vers Raven, dont plus rien ne lui donnait envie de sourire. Elle avait fini par comprendre les grandes lignes mais ne voyait pas ce qu’elle pouvait faire. Elle était la simple humaine qui ne faisait pas grand-chose, il n’était pas concevable dans son esprit que cette femme – vraiment chez les fédéraux – puisse savoir comment elle occupait son temps. Elle protégeait trop bien ce secret pour cela, il n’y avait que deux personnes au courant et… Jack… Élirys souriait maintenant, ce qui était plus nerveux qu’autre chose en posant ses yeux sur Raven.

C’est pas mon problème. Élirys la regardait de manière à lui faire comprendre que c’était comme ça et pas autrement et, si elle avait pu se sentir concerné par le problème, la manière de faire n’y était pas. Et combien même ça le saurait, j’fais pas redevenir les gens mutants.

Elle ne voyait pas ce qu’elle pouvait y faire et n’avait pas envie de faire la moindre chose. Elle avait beau être résignée, elle n’allait pas faire quoique ce soit pour elle. Et jack avait débarqué, de nulle part, la faisant sursauter et chercher à ouvrir la porte même en sachant que ça ne servait à rien. Elle était stupide, ce n’était pourtant pas faute de lui avoir appris à ne jamais monter dans la voiture d’un inconnu. Et lui, avec ses pizzas, ce qu’elle avait envie de lui faire bouffer, les trois en même temps pour qu’il s’étouffe avec. Ils étaient de mèche et, elle n’avait rien vu venir. D’un coup, elle se redressa avec ce regard interrogateur sur le visage, comment ça ils se retrouvaient à l’intérieur ?

Élirys n’eut pas le loisir de se poser plus de questions qu’elle se retrouvait dans l’entrepôt. Elle ne savait pas si c’était une question de désorientation, ou de corps qui n’était pas habitué mais elle avait la sensation que sa tête tournait de manière horrible. Sans avoir le temps de s’orienter elle se trouvait face à un Jack qui lui demandait de faire ce qu’il demandait. De ses deux mains, elle le repoussa aussi fort qu’elle en était capable.

Parce que tu penses sérieusement que ça va se passer aussi simplement que ça ?

Voilà qu’elle commençait à s’énerver. Ce qui était surtout à cause du fait qu’elle savait que ça ne servait à rien d’essayer de sortir. La téléportation c’était vraiment un pouvoir merdique. Elle s’étonnait à se demander ce qui pouvait y avoir entre lui et Raven, ce n’était pas le moment, ce n’était pas censé la regarder. En remontant un peu avant il avait l’air de vouloir la tuer, maintenant il lui demandait de coopérer. Elle allait finir par devenir barge avec ce mec. Et comme à chaque fois qu’elle s’énervait, elle se sentait obligée d’agiter les mains dans tous les sens.

T’as un sérieux problème Jack, tu le sais au moins ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Raven Darkhölme
Humaine

Nombre de messages : 231
Date d'inscription : 06/04/2013
Clan : Fédéraux
Age du personnage : Inconnu
Pouvoirs : Métamorphe
Profession : Agent du SHIELD
Points de rp : 152

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Mer 29 Mai - 20:53

Résignée ou pas, je n'avais pas bougé. Elle aurait pu s'énerver sur la portière que j'aurais simplement souri. J'ai penché la tête à ses "pseudo menaces". C'était une réplique logique. Qui aurait bien pu vouloir m'aider en de telles circonstances mais personne ne lui avait demandé son avis alors sa réaction m'importait peu. Elirys était une pièce du puzzle dans mon plan et Jack en était le coin pour me repérer dans un océan encore bien obscur. Si je ne pouvais faire confiance en lui alors je ne pouvais faire confiance en elle. C'était un fait. Ceci étant établi, il devrait de ce fait savoir qu'en cas de problème - avec Jack sous entendu - elle avait mon numéro afin de me joindre à n'importe quel moment.

Quand on parle du loup, on lui voit la queue, le voir apparaître à l'arrière de ma voiture n'était qu'une formalité. J'ai penché la tête avec une moue désabusée. "Bien joué" ? Franchement, Jack, tu peux faire mieux... Cette partie du plan m'avait permis d'être seule avec Elirys pour en apprendre plus sur le mutant. Malheureusement... La jeune femme était bien loyale et loin d'être un ingénue. Pour ça je la respectais. Au clin d'oeil de Jack, je crois que je l'ai fusillé du regard en plissant les paupières. Mais de qui il se fichait ? Je procédais à des missions d'infiltration pour le gouvernement qu'il n'était même pas dans les poches de son paternel !

J'ai récupéré les pizzas alors qu'il emmenait Elirys. Tout s'était en fait passé très vite. Jack n'était pas du genre lent, il était efficace ! Je me suis alors retrouvée seule, dans ma voiture tout coup bien silencieuse à réfléchir à ce que j'avais dit à Elirys plus tôt. Je n'avais pas menti. J'avais omis des détails mais je ne lui avais jamais menti. De mes yeux, je fixais la porte du hangar avec pour seul bruit de fond un chien coursant un chat dans les poubelles du coin. Jack me poussait à jouer à un jeu mais parfois j'avais envie de jouer, d'autre non. Amis ou ennemis, je pense que notre relation était destinée à être aussi complexe que vertigineuse, toujours sur le fil du rasoir. Pour l'heure... Jack et moi étions amis ! Des amis avec des intérêts pas forcément communs. Ce qui m'ennuyait, c'était qu'il connaisse les miens mais que je ne connaisse pas les siens. J'ai pris une part de pizza et l'ai portée à mes lèvres. J'étais tellement affamée... Soupirant, j'ai secoué la tête et ouvert la portière.

– Connard...

Je me suis dépatouillée des pizzas pour sortir et j'ai claqué la porte avant de me diriger vers l'entrée d'un pas décidé mais revanchard. J'obtiendrai probablement plus d'informations sur lui par le biais d'Elirys mais plus tard... Ce n'était pas le moment, encore. Il m'a fallu quelques accoups pour réussir à pousser la porte coulissante avec les pizzas dans un bras et ma part encore pas dévorée dans l'autre.

– Oh ça oui il le sait mais il se soigne, c'est promis ! Je paye ses séances chez le psychiatre.

Je suis passée à côté de Jack et j'ai mordu dans ma part de pizza en approchant mon visage du sien, provocatrice telle qu'il me connaissait.

– Mais il a fait un effort aujourd'hui, il a apporté à manger !

J'ai jeté les pizzas sur le bureau avant de les désigner de l'index à Elirys pour qu'elle se serve.

– Et pourquoi ça se passerait autrement ?

J'ai pris une nouvelle part de pizza et me suis positionnée derrière l'ordinateur que j'avais installé plus tôt dans la journée. Je me suis frottée la main sur la cuisse et puis j'ai relevé le menton pour la regarder.

– J'ai pris cet ordinateur au SHIELD seulement les données qu'il comporte sont confidentielles. Je n'en ai pas le code, Jack ne peut pas avoir le code et j'ai besoin de ce code. Je voudrais, s'il te plaît... Que tu déniches ce foutu code afin que je puisse accéder à mon dossier, celui qu'ils conservent sur moi depuis que je les ai rejoints, la première fois. Je pense que dans ces dossiers, il y a celui qui parle de mes contrôles sanguins mais aussi des analyses d'ADN depuis qu'on m'a injecté ce fichu sérum.

Laissant passer un temps, j'ai terminé ma dernière bouchée de pizza puis j'ai essuyé le coin de mes lèvres en me regardant le bout des doigts, désinvolte.

– Les conditions sont à négocier bien sûr.

J'ai relevé les yeux pour les regarder l'un et l'autre. Il y avait quelque chose. Je savais d'emblée qu'Elirys connaissait Jack mais je ne savais pas comment ni pourquoi ni les circonstances. Et je détestais ce paramètre fantôme. Elle le protégeait d'une certaine façon. Je n'en étais pas sûre et je ne savais pas non plus pourquoi mais ça ne me plaisait pas.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
avatar

Jack Elis
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 148
Date d'inscription : 07/04/2013
Localisation : New York, chez les damnés, en train de filer une séance ou en train de jouer les mec sociable
Clan : Damnés
Age du personnage : 27 ans
Pouvoirs : Téléportation
Profession : Psychologue (a son compte, intervenant pour la police, les orphelinats,...)
Chasseur de tête pour les damnés
Points de rp : 140

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Mer 29 Mai - 21:33

    A peine arrivé, déjà repoussé ce qui, dans un sens, avait une certaine logique. Il avait même réussi à ne pas se prendre de baffe cette fois donc, il n’allait pas se plaindre. Et, non, il ne pensait pas que ça allait être aussi simple mais, sincèrement, il l’espérait. Pourquoi il fallait toujours qu’elle complique les choses ? A sa manière, Jack n’aimait pas cette situation. Raven et Élirys dans le même espace, c’était un calcul trop risqué, trop aléatoire. La deuxième en savait beaucoup trop sur lui, la première… Bin disons qu’il préférait avoir un contrôle sur les informations qu’elle pouvait avoir de lui. Mais, si les choses se passaient bien, si aucune des deux ne commençaient à faire des choses bizarres alors, il avait un tas de chose à gagner dans cette histoire.

    Élirys estimait qu’il avait un sérieux problème, il leva légèrement les mains dans un haussement d’épaule l’air de dire « Qu’est-ce que tu veux… c’est comme ça ». Et Raven qui s’était pointé à ce moment-là pour annoncer qu’elle lui payait des séances chez le psy. Tu vois, je me soigne… ce qu’il aurait probablement dit à Élirys en temps normal mais, là, il préférait s’abstenir et ne pas la provoquer inutilement. Pour ce qui était de cette histoire de bouffe.

    _ Je t’ai même pris une campionne, sans champignons.

    Il venait de balancer ça comme pour demander une trêve, il faisait un effort, il fallait qu’elle fasse un. Il alla se servir à son tour, dans sa pizza, pendant que Raven expliquait pourquoi elle avait besoin d’Élirys. Elle y mettait même des formules de politesse, de manière ironique, on pourrait même se demander pourquoi Élirys n’accepterais pas. Il ne chercha même pas à savoir comment Raven avait pu voler un ordinateur au SHIELD, dans la pratique il s’en foutait royalement. Ce qu’il ne comprenait pas en revanche c’était pourquoi elle ouvrait les négociations avec une fille qui avait eu assez de jugeote pour ne jamais lui dire ce qu’il voulait savoir, même après un an de relation ensemble.

    Le paramètre dont il se méfiait dans cette histoire c’était surtout le fait qu’ils allaient lui mettre un ordinateur entre les mains et que, à partir de là, elle était capable de trop de chose. Il en avait fait les frais une fois. De l’autre côté, c’était Raven dont il se méfiait parce que si elle venait à décider qu’Élirys ne leur était plus d’aucune utilité… Disons, qu’il préférait que la petit brune reste en vie.

    Malgré les interrogations qu’il avait, Jack restait toujours calme, mangeant sa part de pizza tranquillement. Il n’était du genre à regretter donc il ne commencerait pas maintenant sur ce qui était en train de se passer. Cela dit, si ça pouvait se finir le plus vite possible, il y verrait un certain intérêt. Il fit le tour du bureau, comme si il avait juste envie de se dégourdir les jambes et profita du moment où il était dos à Élirys pour lancer à un regard à Raven l’air de lui demander pourquoi elle s’amusait à ouvrir des négociations.

    En même temps, il pouvait le comprendre, c’est sûrement ce qu’il aurait fait en ne connaissant pas une personne. Ce qui n’était pas le cas dans la situation présente. Cela dit, il n’avait aucune envie d’aller contre l’avis de Raven, du moins, il était généralement mal venu de montrer une désaccord au sein de ce qui semblait être le même camp.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elirys M. Winston
Humaine

Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 26/03/2013
Localisation : New York ou Londres
Clan : neutre
Age du personnage : 26 ans
Pouvoirs : Aucun
Profession : Dans la création de logiciel
Hackeuse
Points de rp : 99

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Mer 29 Mai - 22:22

Élirys avait plissé les yeux au moment où Raven était passé près de Jack, ne relevant même pas ce qu’elle aurait pu trouver drôle, dans d’autres circonstances, avec cette histoire de psychiatre. Pour que ça puisse relever de l’humour, il aurait été préférable de parler de psychologue. C’était de la mauvaise volonté de sa part, elle en était bien consciente mais, elle n’avait aucune envie de faire bonne figure devant ses deux personnes. Un court instant elle avait pris un air trop chou sur le visage, la même tête qu’elle aurait faite si on l’avait demandé en mariage… En beaucoup moins crédible.

Oh… Tu t’en souviens.

C’est en reprenant son air fermé qu’elle leva son majeur de sa main droite parce qu’elle n’en avait rien à faire de cette pizza même si elle était exactement comme elle la prenait d’habitude. Pour ce qui était de la question de Raven, Élirys leva les yeux au ciel pour réfléchir dans un Oh… Et bien… Elle était en train d’énumérer mentalement toutes les raisons qui pouvaient faire que cela se passe autrement et, après une ou deux secondes elle reposa son regard sur Raven.

Parce que je crois qu’en fait, Jack, Elle posa son regard sur lui, en me demandant de faire ce qu’on me demande était surtout en train de me demander, ses yeux allèrent sur Raven, de me rien faire d’autre que ce qui était demandé.

Elle n’avait pas pensé au fait de parler de lui mais surtout à la dernière fois où ils s’étaient vus. Jack lui avait demandé de prouver qui elle était, elle s’était servie de ça pour s’assurer de rester en vie. C’était dans ce sens-là qu’elle était partie. Ce qu’elle comprenait de la demande de Jack, pour le moment, c’était de ne rien faire de stupide avec un ordinateur. Elle avait un tas de lacune mais, il fallait être particulièrement stupide pour ne pas comprendre à quoi elle servirait alors qu’un ordinateur était là. Elle ne savait pas ce qu’elle devait faire mais cela avait forcément un rapport avec ce qu’elle faisait de mieux. Un facteur inconnu qui avait vite trouvé une explication avec les paroles de Raven. Elle trouvait presque rassurant qu’une organisation se passait de filer un code à quelqu’un comme Raven, qui était capable de s’associer à jack, d’enlever une personne – parce qu’il s’agissait bien de ça – pour la traîner dans un entrepôt.

Ce qu’elle comprenait, surtout, c’était que jack avait dit qui elle était à quelqu’un qui travaillait avec les fédéraux. Dommage qu’elle ne soit qu’une humaine parce qu’il n’y avait pas que sa pizza qu’elle avait envie de lui faire bouffer à cet instant. Dire qu’elle n’était pas capable de le faire ne pouvait pas être crédible, négocier, en revanche… Elle croisa les bras contre elle, ce qui n’avait rien d’un geste visant à se renfermer ou se protéger.

Je veux l’assurance de rentrer chez moi après et qu’on me laisse tranquille par la suite. Exigence qu’elle était obligée de poser même si elle savait que c’était débile. Jamais elle ne les croirait quoi qu’ils disent ou promettre. Que lui, et elle pointait Jack du doigt, s’en aille parce que, en fait, ce n’est pas son problème. Elle haussa les épaules en laissant ses bras retomber contre elle. Et, je ne peux rien faire sans un café.

A aucun moment elle ne disait accepter de les aider, ce qu’elle cherchait surtout, c’était de gagner du temps pour trouver une idée de génie qui lui permettrait de faire quelque chose et de se mettre à l’abri dans un avenir qu’elle voulait aussi long que possible. Si elle avait l’ordinateur, elle avait un tas de possibilités s’ouvrant à elle, il ne restait plus qu’à trouver la meilleure d’entres elles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Raven Darkhölme
Humaine

Nombre de messages : 231
Date d'inscription : 06/04/2013
Clan : Fédéraux
Age du personnage : Inconnu
Pouvoirs : Métamorphe
Profession : Agent du SHIELD
Points de rp : 152

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Mer 29 Mai - 22:44

Au regard de Jack, j'ai haussé un simple sourcil. Il s'attendait à quoi, à ce que je la séquestre sur la chaise avec des liens aux chevilles des fois qu'elle refuse à nouveau de monter dans ma bagnole ? Je l'ai regardé me passer non loin, ne lui donnant aucune réponse, pas même silencieuse. Mais aux répliques de la jeune femme, j'ai souri. Jetant un oeil à Jack et revenant à elle, j'ai même pouffé de rire en me penchant pour prendre une nouvelle part. Si elle n'en voulait pas, il y en aurait plus pour Jack et moi. Haussant les épaule et la bouche pleine, j'ai souris à Jack.

– Elle a du caractère, j'aime ça.

Je n'étais pas comme Jack, je n'allais jamais droit au but. Parfois, il fallait emprunter le plus long des chemins pour arriver précisément là où nous voulions aller. Il fallait jouer, anticiper, appréhender et calculer au fur et à mesure. Jack pouvait se montrer trop imprudent, trop pressé et pourtant dans ses yeux, on pouvait y voir tous les calculs défiler dans le reflet de son iris. Je savais que les négociations ne plairaient pas à Jack mais je savais surtout que celles-ci étaient primordiales pour amadouer Elirys, c'était même une case obligatoire du plan. Depuis le début, il s'agissait de la faire venir de son plein gré. Il s'avérer que la jeune femme avait plus que son propre libre arbitre. C'était bien la seule chose qu'elle m'avait apprise de sa relation avec Jack : elle ne lui faisait aucune confiance. Aussi, je savais ce qu'elle allait me demander - ou du moins avais-je eu l'intuition que son nom sortirait de la boule de loto. Je n'en avais rien dit par anticipation car je voulais que ce soit elle qui se montre, et non moi qui lui demande de confirmer ce que je semblais avoir vu juste. Alors quand elle a prononcé le nom de Jack, j'ai immédiatement levé l'index pour la couper, jetant ma part de pizza dans le carton.

– Hin hin !

J'ai secoué la tête et je me suis approchée d'elle. Je me souvenais de ces jours où n'importe qui me reconnaissait de loin et savait déjà d'emblée qu'il allait mourir. Il ne savait juste pas quand. Ni comment. Mais il savait au moins pourquoi. Aujourd'hui les choses étaient différentes et si ma mutation était assez "monstrueuse" pour ne reprendre que les termes déjà employés, mon regard d'humaine portait bien moins ses effets. Néanmoins, la détermination dans mon regard suffisait à montrer mon sérieux et l'aspect indiscutable de mes paroles.

– Tu rentreras chez toi, oui. Mais je l'ai pas dit, je crois, Jack ne fait pas partie des négociations. Je ne l'ai pas dit ?

J'ai penché la tête sur le côté sans la quitter des yeux, ce même regard que Jack avait déjà connu mais à un degré plus élevé.

_ Jack ne fait pas partie des négociations.

J'ai jeté un oeil à Jack avant de reporter mon attention sur elle.

– Mais j'ai dit que je te ramenais. Je suis une personne de promesse, quand je dis quelque chose, je le fais. Alors oui. Je te ramènerai.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
avatar

Jack Elis
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 148
Date d'inscription : 07/04/2013
Localisation : New York, chez les damnés, en train de filer une séance ou en train de jouer les mec sociable
Clan : Damnés
Age du personnage : 27 ans
Pouvoirs : Téléportation
Profession : Psychologue (a son compte, intervenant pour la police, les orphelinats,...)
Chasseur de tête pour les damnés
Points de rp : 140

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Mer 29 Mai - 23:24

    Charmant ce doigt qu’elle avait relevé. Essayez d’avoir des bonnes attentions alors que, techniquement ça n’a pas d’importance, et voilà ce que vous récupérez ! Vraiment charmant. Sa pizza avait bien plus d’attrait pour le moment. Il ne releva rien de ce qu’elle pouvait dire non plus, comme si ça n’avait pas la moindre importance, que tout le monde passe dessus. Ça lui allait bien. Ce qui l’intéressait, dans sa mesure, c’était les conditions qu’elle pouvait poser. Il fronça légèrement les sourcils en l’entendant. Le fait qu’elle demande qu’il parte n’était pas ce qui le faisait réagir, de toute façon il s’y refusait parce qu’il ne les laisserait pas toutes les deux, pas avec une Raven jouant sur le rôle de la « gentille » qui veut aider et être conciliante.

    Ce qui l’interpelait le plus c’est ce qu’elle n’avait pas dit. Il y avait une différence majeure entre laisser quelqu’un tranquille et le tuer. L’un n’avait jamais empêché l’autre et, par expérience, elle s’en sortait pas mal avec les mots. Il s’était attendu à ce qu’elle demande de rester en vie, ce qu’elle n’avait pas fait. Un oubli ? Peut-être ou, peut-être pas finalement. Si elle ne le demandait pas, c’était peut-être aussi, parce qu’elle ne craignait pas que ça puisse arriver. On pouvait croire qu’il réfléchissait trop mais, c’était un peu son boulot et, des deux, c’est encore Élirys qu’il connaissait le mieux.

    Raven s’était approché d’Élirys pendant que lui restait avec sa part de pizza, à réfléchir. Son regard se posa sur l’ordinateur et il secoua doucement la tête avant de reporter son attention sur les deux femmes. Au moins, il n’avait pas besoin de se battre pour rester ici. Une bonne chose. Et Raven… Cette grande Raven qui répondait. Le café passa à la trappe, à croire que personne n’avait envie de partir de cette pièce, sauf Élirys. L’envoyer aller le chercher elle-même n’était pas envisageable. Ce qui l’était, pendant une fraction de seconde, c’était de dire à Raven de lui accorder cette volonté mais, l’idée était arrivée aussi vite qu’elle était repartie. Lui dire de sortir revenait trop à dire qu’il voulait rester seul avec Élirys.

    Raven venait de finir en lui disant qu’elle lui promettait de la ramener, de son côté, il venait de finir sa part de pizza et commença à approcher. C’est une fois arrivé à hauteur de tout le monde qu’il posa un regard qui se voulait interrogateur sur Élirys.

    _ Tout le monde aurait une requête commune, celle de rester en vie. Il la regardait comme pour essayer de décrypter quelque chose chez elle qu’il n’avait pas réussir à saisir. Pourquoi pas toi ? Un sourire passa sur ses lèvres. Et ne me fais pas croire que tu ne fais pas la différence entre être laissé tranquille et mourir.

    Il avait ce besoin compulsif de comprendre les choses et, là, quelque chose lui échappait. Si jack avait fait partit de ses personnes complètement normal aux yeux de la société, c’est à ce moment qu’il se serait dit qu’avoir donné le nom d’Élirys était une mauvaise idée. Qu’il aurait dû faire des recherches, trouver une autre personne capable de faire la même chose, ou même de s’en prendre à une scientifique. Ça aurait été moins risqué.

    Il ne vit pas l’intérêt de revenir sur ce que Raven avait accepté, ou refuser parce qu’il restait d’accord avec ce qu’elle avait dit. Élirys allait devoir s’exécuter sans son café et puis, elle n’en n’avait pas vraiment besoin, il l’avait vu faire sans. Une demande qui semblait donc inutile. Qu’est-ce qu’elle cherchait à faire ? Qu’il s’éloigne, qu’à défaut d’accepter qu’il parte on l’envoie chercher un café ? Elle voulait parler à Raven ? Hors de question, il avait passé trop d’effort avec cette dernière pour donner l’impression d’être capable de ressentir des choses, c’est d’ailleurs ce qui avait permis de rejeter l’option « tu t’en fou » qu’elle lui avait sorti un soir, une nuit.

    Il n'était pas même pas certain de savoir qui était la plus dangereuse des deux. Raven, c'était indéniable mais la seconde avec ce qu'elle savait...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elirys M. Winston
Humaine

Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 26/03/2013
Localisation : New York ou Londres
Clan : neutre
Age du personnage : 26 ans
Pouvoirs : Aucun
Profession : Dans la création de logiciel
Hackeuse
Points de rp : 99

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Jeu 30 Mai - 0:01

Élirys ne cherchait pas à donner l'impression d'avoir du caractère, on ne lui donnait pas vraiment le choix. Elle aurait pu se rouler en boule dans un coin et pleurer toutes les larmes de son corps, qu'elle ne sortirait toujours pas d'ici. Elle jouait le jeu parce qu'elle n'avait que ça à faire. Raven s'approchait et, dans un réflexe qu'elle maudissait déjà, elle avait fait un pas en arrière avant de s'interdire d'en faire un deuxième. Évidemment que cette femme l'impressionnait et lui faisait peur mais, malgré tout elle n'arrivait pas à la voir comme une mauvaise personne. Elle n'en savait rien mais, elle avait seulement l'air d'avoir besoin de retrouver ce qu'elle avait perdu, ce qu'elle était. C'est en tout cas ce qu'Élirys avait compris du discours que Raven avait eu dans la voiture. Ce qui jouait en sa défaveur c'était les associations qu'elle avait et qui faisait qu'Élirys lui trouvait un côté inquiétant.

Oui on la ramènerait chez elle. Non jack ne partirais pas. Ce n'était pas si vieux, Élirys se souvenait encore très bien de ce qu'elle avait demandé et il y avait quatre exigences dans ses négociations, pas deux. Mais, elle laissa passer, ce n'était pas important. Elle se foutait du café et elle n'était pas capable de les croire sur parole, bien que le fait de ne pas répondre à tout était une façon de ne pas donner de promesse alors, ce qui était dit avait un peu plus de valeur. Mais, sur un plan manipulation psychologique, elle ne préférait pas s'avancer parce qu'elle était bien mal placée pour en comprendre tous les tenants et les aboutissants.

J'ai jamais dit que je voulais qu'on me ramène mais, que je voulais rentrer. Je saurais très bien le faire toute seule, merci.

C'était aussi pour rappeler qu'elle savait très bien ce qu'elle avait dit et qu'elle savait à quoi on n'avait pas répondu. C'est jack qui se décidait de faire comprendre qu'elle jouait sur les mots avec ce qu'elle n'avait pas demandé. Élirys haussa les épaules en levant le regard sur lui. Fallait vraiment qu'il arrête de sourire.

Parce que tu es mon assurance-vie, Jack. Ce n'était pas plus compliqué que cela. Si tu avais dû me tuer, tu l'aurais fait chez toi l'autre fois. Tu as trop à perdre pour le faire.

Elle avait retourné cette question dans tous les sens dans la voiture. Ça n'avait pas de sens de vouloir la tuer maintenant alors qu'il était ce qu'il était et qu'il aurait pu le faire depuis un moment. Il ne ressentait rien, il n'y avait aucune raison de l'avoir laissé en vie la première fois, à moins, de vouloir garder la vie qu'il avait actuelle. Ce qu'elle était n'entrait pas en ligne de compte avec lui, juste la vie qu'il s'était construit. C'est pour ça qu'elle pensait qu'il ne la tuerait pas, sinon ça n'avait pas de sens, pas de logique avec ce qu'il était. Élirys était en train de poser son regard sur les deux, tour à tour.

Je ne trouverais pas ce code, il va falloir vous débrouiller autrement mais je ne vous aiderais pas.

Élirys était resté droite, elle avait seulement secoué un peu la tête mais, intérieurement, c'était l'ébullition. Son coeur venait de s'enflammer, son cerveau lui hurlait qu'elle était folle, son corps voulait s'enfuir en courant. Elle le cachait comme elle pouvait mais, elle n'était pas aussi douée que d'autre personne et quelques signes devaient la trahir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Raven Darkhölme
Humaine

Nombre de messages : 231
Date d'inscription : 06/04/2013
Clan : Fédéraux
Age du personnage : Inconnu
Pouvoirs : Métamorphe
Profession : Agent du SHIELD
Points de rp : 152

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Jeu 30 Mai - 0:27

Plus de cinquante années de maîtrise, de calme exercé en diverses disciplines du monde entier afin de conserver cette paix intérieure qui me permet de rester imperturbable même quand l'envie de tordre un cou me prendre aux tripes jusqu'à me faire gigoter les épaules d'impatience. J'avais eu raison d'attendre qu'Elirys s'ouvre d'elle même. Je ne m'étais surtout pas attendue à une telle chose. Est-ce que je l'avais envisagée ? Au regard d'Elirys dans la ruelle : oui. Est-ce que j'en avais calculé la mesure ? A la proposition initiale de Jack : non. En une seule phrase, elle venait de me faire comprendre que Jack s'était ouvertement foutu de moi. Est-ce que je le prenais bien ? Non. Est-ce que j'allais lui faire bouffer son pédigrée de mutant, ce n'était pas impossible. Pourtant, je suis restée là. Froide, les dents serrées, le regard sur Elirys sans ciller. Jack était à côté de moi, je sentais son odeur, je sentais sa présence et petit à petit montait en moi une colère sourde et aveugle, une colère qui ne manquerait pas d'exploser au moindre faux pas de Jack. Je sentais cette chaleur me monter du ventre et dans la poitrine pour venir se loger dans la pression exercée de mes dents les unes contre les autres. Et ce sang dans mes tempes faisant résonnance avec les battements de mon coeur. Jack n'était donc pas dans une soirée "amis" mais "ennemis". Très bien, je m'en accommoderai.

J'ai porté mes mains jointes sur mes lèvres - un réflexe pour m'empêcher de montrer que je tremble de colère - et j'ai continué de fixer Elirys, réfléchissant mes paroles dans ma tête. J'ai finalement cligné des yeux et j'ai profondément inspiré en me raclant la gorge. Secouant la tête, j'ai lentement enlevé mon manteau et j'ai pris une voix fort calme et basse pour lui répondre. Vous savez, ce genre de voix que vous prenez quand vous êtes émotionnellement au bord d'une falaise très dangereuse mais que vous tentez de garder votre calme pour la simple protection de votre entourage.

– Si, tu vas m'aider.

Je me suis détournée des deux pour aller poser mon manteau sur le dossier de la chaise. Doucement, faisant racler les pieds du siège sur le sol, je l'ai tirée pour l'inviter à venir s'asseoir.

– Tu vas m'aider et Jack aussi. Il va aller te chercher ce café, il va même t'en ramener deux, et toi... Tu vas pirater ces fichiers. Tu vas le faire parce que... Si toi tu n'as pas peur de mourir ou si tu penses que ton assurance-vie te couvrira encore longtemps, sache que ce n'est peut-être pas le cas de certains membres de ta famille ou de ton entourage, j'entends par là également ton cher et tendre qui t'attend à la maison. Sache aussi qu'en tant qu'agent fédéral, j'ai accès à certains outils, certaines... facilités pour te trouver. Te traquer et te briser. Combien y a-t-il d'Elirys d'une vingtaine d'années dans le pays, à ton avis ? Jack sera le dernier de tes soucis, crois-moi. Alors que si tu m'aides, non seulement tu gagnes ma gratitude, ma parole mais ton assurance-vie, ce sera moi.

J'avais levé mon index, montrant tantôt Jack, tantôt moi, tantôt elle.

– Être invisible des fédéraux, comme des mutants, tu penses que c'est trop peu payé pour avoir réparé une injustice ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
avatar

Jack Elis
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 148
Date d'inscription : 07/04/2013
Localisation : New York, chez les damnés, en train de filer une séance ou en train de jouer les mec sociable
Clan : Damnés
Age du personnage : 27 ans
Pouvoirs : Téléportation
Profession : Psychologue (a son compte, intervenant pour la police, les orphelinats,...)
Chasseur de tête pour les damnés
Points de rp : 140

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Jeu 30 Mai - 1:17

    Ok… On arrivait dans le moment qu’il ne voulait pas voir arriver. C’était si compliqué que ça de comprendre qu’elle devait la boucler, s’asseoir sur une chaise, faire son truc et rentrer chez elle ? Non, il fallait qu’elle l’ouvre qu’elle dise des choses qu’elle n’avait pas à dire et, qui, en plus étaient fausse. Jack s’en foutait royalement de la vie qu’il avait ici, elle ne lui faisait ni chaud, ni froid. Qu’il doive la recommencer ailleurs n’était pas le problème. Il la gardait en vie pour une autre raison mais, préférait de loin la version qu’elle avait. Il s’était retenu de faire un pas de plus, d’attraper Elirys, de la téléporter avec lui ailleurs en lui demandant ce qu’elle avait dans la tête. Faire ça maintenant était une mauvaise idée. Raven était là. Il avait à peine posé les yeux sur elle, qu’il voyait déjà sa mâchoire se contracter. Ce n’était pas censé se passer comme ça.

    Il reporta son regard sur Élirys, une envie de la foudroyer sur le champ. Une envie, une réelle putain d’envie de le faire. Et soyez sur que ce n’était pas le genre de Jack d’avoir une envie quelconque. Ce qui était con, c’était de ne pas en profitez, pour une fois qu’il voulait le faire – ça aurait arrangé pas mal de ses problèmes liés à cette fille -, étant donné que Raven était là. Il avait besoin de la garder de son côté, autant que ce soit possible, il avait besoin qu’elle récupère ses pouvoirs pour une raison bien précise. C’était ça le plan, pas qu’une simple humaine vienne foutre la merde. Raven ne donnait plus le choix, fallait entendre le ton qu’elle venait d’utiliser, et il profita qu’elle se détourne pour regarder Élirys.

    Ses lèvres remuèrent dans quelque chose de simple « S’il te plait », et on ne pouvait pas mieux dire quelque chose de manière muette. S’il te plait, Élirys, arrête tes conneries. Jusque-là, il pouvait encore tout expliquer de manière parfaitement logique, fallait juste qu’elle arrête de parler. Tout sonnait comme une véritable demande chez lui. Il n’y avait rien d’exagérer dans son expression alors, ce n’était peut-être pas aussi bien qu’une personne qui avait des sentiments mais, au moins, il y avait quelque chose de sincère dans ce qu’il faisait. Son prénom fut prononcer et il se retourna. Aller chercher le café. Il haussa un sourcil, les yeux rivés sur Raven.

    _ Je ne quitte pas cet endroit. On ne pouvait pas faire plus calme, posé et neutre comme ton

    Après tout, on ne revenait pas sur une négociation. Elle pouvait dire et faire ce qu’elle voulait, il ne la laisserait pas avec Élirys. Jack allait faire signe à Raven de s’arrêter, de ne pas menacer son entourage mais préféra se raviser. Il n’y avait pas grand monde à menacer chez Élirys, il n’était pas certain que l’argument puisse avoir un impact quelconque mais vu l’état d’esprit de Raven, il ne préféra rien dire. Par contre il tourna la tête vers Élirys, un regard interrogateur sans même le vouloir quand il fut question d’un « cher et tendre » chez elle. Elle avait quelqu’un ? Il faut voir dans le besoin de contrôle, un certain besoin de possession. C’était comme ça. Qu’elle est quelqu’un dans sa vie, d’une certaine manière, l’ennuyait sans qu’il ne puisse l’expliquer. Ce n’était pas pour rien qu’il préférait qu’elle est peur de lui et qu’elle reste loin. Elle était un danger.

    Mais le plus immédiat c’était Raven, qui semblait vouloir en finir. Les choses prenaient une tournure un peu étrange, Raven devenait l’assurance-vie d’Élirys si, cette dernière acceptait de l’aider. Il fallait qu’elle le fasse parce qu’il n’avait pas prévu d’avoir Raven contre lui pour le moment, ce qu’elle deviendrait obligatoirement si elle en venait à pourrir le vie d’Élirys. Raven et lui, c’était déjà quelque chose de difficilement explicable, une relation qu’on ne pouvait mettre dans aucune boite. Si elle faisait ce qu’elle disait, cette relation allait vite entrer dans la boite « ennemi » et, les intérêts de Jack n’y étaient pas. Garder quelque chose sur le fil du rasoir, était hautement plus risqué mais plus interessant.

    D’un mouvement de tête, il invita Élirys à avancer et à aller sur cette chaise, qu’elle trouve ce code et que tout le monde sorte de là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elirys M. Winston
Humaine

Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 26/03/2013
Localisation : New York ou Londres
Clan : neutre
Age du personnage : 26 ans
Pouvoirs : Aucun
Profession : Dans la création de logiciel
Hackeuse
Points de rp : 99

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Jeu 30 Mai - 6:51

Il y avait quelque chose qu’elle ne comprenait pas. Elle les regardait tous les deux et quelque chose clochait. Jack, pour commencer, qui était en train de la fusiller du regard comme si elle avait dit ce qu’il ne fallait pas. Raven, de l’autre, qui avait l’air de se contracter. Elle avait cette impression de ne pas être sa place, d’être dans quelque chose qui la dépassait et qu’elle ne pouvait pas comprendre. Mais leurs réactions, à tous les deux, ça avait l’air de venir d’un autre monde. Elle expliquait la réaction de Raven par un manque de patience face au refus qu’elle venait de prononcer mais, c’était surtout le regard que Jack lui avait lancé après qu’Élirys est parlé qui l’interpellait. Et alors que Raven lui tournait le dos, que Jack lui demandait de se taire, Élirys commençait à sourire à son attention, sa bouche s’ouvrant légèrement comme si elle venait de comprendre une chose importante. Raven ne savait pas… Elle ne savait pas pour Jack, sinon pourquoi lui demander de se taire, pourquoi ne pas répondre ?

Elle avait regardé Jack dans un air de défi, avec cette impression d’avoir enfin quelque chose dans les mains. Très vite, elle enleva ce sourire, pour reporter son attention sur Raven qui lui expliquait le choix qu’elle avait. Les aider ou détruire sa vie. Un choix très intéressant qui, ne ressemblait pas vraiment à un choix. Raven pouvait bien décider de s’en prendre à sa famille. Elle n’en avait plus depuis longtemps. Du moins, elle n’était pas encore au courant que ses parents jouaient les morts quelque part et, qu’elle avait un parrain qui traînait en ville. Pour ce qui était de ses amis… Personne ne s’attardait sur une fille comme Élirys qui était capable d’oublier père et mère pour rester sur son ordinateur alors, on avait vite tendance à la lâcher. Son petit ami ? Raven n’y avait pas cru, pourquoi en parler ? Élirys reposa son regard sur Jack qui venait de la regarder étrangement et, là, elle avait l’impression d’être en plein cauchemar. Qu’est-ce que ça pouvait bien lui foutre ?

Non, ce qui la dérangeant vraiment c’était le reste des menaces, elle avait seulement envie qu’on la laisse tranquille dans son coin. Et, puis, l’idée d’être invisible aux yeux de tout le monde avait un côté attrayant. Si, cela avait été proposé par une personne en qui elle avait pu avoir une confiance aveugle. C’était Jack son assurance-vie mais, Raven proposait de reprendre ce rôle. Un court instant, elle se demanda où est-ce qu’elle était tombée. Le monde devait avoir cessé de fonctionner normalement. Elle venait de fermer les yeux, un instant, le temps de réfléchir à ce qu’elle devait faire. En les ouvrants, elle redressa la tête dans un soupir. Elle opterait pour une hypothétique protection, plutôt que l’assurance d’une vie compliquée. Elle avança d’un pas, leva la tête vers Jack à cause de cette réaction qu’il avait eue un peu avant. Dans un sourire et un haussement d’épaule :

Ça fait trois ans, va falloir que tu te fasses une raison.

Et elle avança vers la chaise. C’était puéril comme réaction mais, elle avait besoin, envie, de lui faire comprendre que si elle voulait parler, elle le ferait, qu’il soit là ou non. Parce que, ça devait bien être pour ça qu’il avait refusé d’aller chercher les cafés. Arrivée près de Raven, elle posa ses yeux sur elle.

Injustice, j’en sais rien, quand on voit ce dont vous êtes capable sans mutation…

Elle n’avait pas vraiment envie de savoir ce que cela pouvait donner avec. Son ton avait même été bas, elle baissait les bras. Avec quoi elle pouvait rivaliser. S’asseyant sur la chaise, elle passa une jambe pliée sous elle. L’ordinateur était correct, c’était déjà ça de pris. Les mains sur le bureau, elle s’avança pour être face au clavier, à côté duquel se trouvait une souris sans fil qu’elle regarda un court instant, souriant intérieurement. C’était toujours ça de gagner. Son regard alla se fixer sur l’écran. Entrer dans un système du SHIELD, sérieusement, ils auraient pu lui filer un truc de moins compliqué. Elle quitta l’écran un moment pour revenir sur Raven.

Les analyses de sang et ADN, vu que ça a l’air d’être ça qui est recherché, ils ont été faits par un laboratoire externe ou pas ? Parce que ça sera plus facile et plus fiable d’entrer dans leur système à eux, que de faire du forcing dans celui du SHIELD.

Le problème n’était pas de rentrer en contournant les sécurités mais d’être vu. Ils ne devaient pas embaucher n’importe qui là-dedans et, plus elle se faisait discrète, mieux elle se portait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Raven Darkhölme
Humaine

Nombre de messages : 231
Date d'inscription : 06/04/2013
Clan : Fédéraux
Age du personnage : Inconnu
Pouvoirs : Métamorphe
Profession : Agent du SHIELD
Points de rp : 152

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Jeu 30 Mai - 9:20

Si j'avais des doutes sur la sincérité d'Elirys quant à un éventuel petit ami, c'était à présent confirmé. Mais à présent, reprenons depuis le début. La voix de jack a soudain déclenché chez moi une ébullition faisant déborder le verre d'eau bouillante. Si sa voix à lui était calme, posée et neutre, la mienne a percé dans le silence.

– Alors trouve un moyen de ramener ce putain de café !

Je m'énervais et je savais parfaitement que ce n'était pas une bonne idée. Ce n'était pas dans mon intérêt, encore moins dans celui d'Elirys. J'ai serré mes mains sur le dossier de a chaise pour m'efforcer de rester calme pour le bien de tout le monde. Jack se trompait. Sur toute la ligne, il pensait que j'étais quelqu'un que je n'étais pas, il devait très probablement penser que même en tant que mutante, j'étais une arme nucléaire. C'était faux. Ma proposition d'aide et de protection étaient sincères. Je jouais ma vie ici alors je n'avais pas le temps de jouer de petits jeux ! Jack, par contre, commençait à être pris au piège des siens.

Je n'avais pas espéré, un seul instant, que le provoquer en parlant de cet éventuel petit ami, aurait une réaction. Mais il venait de confirmer, tout seul, le doute qu'Elirys avait planté dans ma tête quelques secondes plus tôt. Je crois même que je commençais à beaucoup l'apprécier. Elle jouit de la même manière que moi, elle connaissait ses intérêts et ne es quittait pas des yeux. Elle était maligne et audacieuse. Je ne savais rien d'elle, absolument rien, Jack avait volontairement omis de me donner des informations sur elle en dehors de sa passion pour l'informatique. Je n'avais ni nom, ni adresse en dehors de son quartier, ni âge, ni informations sur sa famille. En avait-elle seulement ? Je ne savais pas mais je finirais bien par l'apprendre, de toute façon. Jusque là, elle s'ouvrait plutôt facilement mais elle s'imaginait peut-être que Jack avait déjà parlé d'elle alors qu'elle pouvait parler franchement. Et bien non, jeune Elirys, bienvenue dans l'incroyable monde de Jack l'embrouille.

La réaction de Jack n'a pas pu m'échapper puisqu'il était ma cible. Je vous laisse alors imaginer les dégâts qu'Elirys causait avec sa réponse. J'ai senti mes lèvres s'étirer, un sourire naître sur mon visage alors que je fixais Jack pour qu'il comprenne. Mon sourire ne cessait de grandir, mes yeux bleus plantés dans les siens. Maintenant il savait. Nous marchions tous les deux sur des braises et il savait à présent que je pouvais le piéger d'une façon ou d'une autre. Je ne savais as encore comment d'ailleurs mais le fait même qu'Elirys se détourne de lui pour se rapprocher de moi ? J'espérais qu'il avait mal. Au moins un peu, d'autant qu'elle n'avait pas réfuté l'idée du petit ami ! Très bien, partons donc du principe que la jeune fille avait eu une aventure avec notre cher mutant - notifiez dans le dossier que 'issue de la relation n'a pas dû être très glorieuse vu les différentes réactions d'Elirys depuis le début. Qui n'avait pas eu une aventure avec Jack, très franchement ? Mais maintenant, la balle était dans mon camp. Alors qu'elle s'asseyait, je l'ai suivie du regard.

– Imagine ce que je peux faire avec.

Mais pour moi, tout ça était une profonde injustice, peu importait ce que j'avais fait avant ou non. On m'avait volé ma vie. Dans un sacrifice, normalement, on ne se plaignait pas, on en subissait les conséquences. Dans mon monde à moi, quand on vous trahit, ce n'est plus un sacrifice, c'est une exécution. Jack avait menti par omission, tant pis, je ne lui disais pas tout non plus et... En fait, si je n'appréciais guère la situation, ce petit jeu me plaisait néanmoins. J'ignorais comment il y parvenait, s'il essayait même d'y arriver mais chaque contact avec Jack me rendait plus forte, me rappelait qui j'étais, me redonnait confiance en moi car il faisait ressortir de moi tout ce que j'étais réellement. Comment vouliez-vous que j'aie le désir de le détruire dans de telles conditions ?

Après l'avoir à nouveau longuement observé, les mains sur le dossier de la chaise dans le dos d'Elirys, mon sourire toujours là pour lui dire que je savais et qu'il savait avoir commis une très grosse erreur et en même temps qu'il avait eu une excellente idée... mon regard l'a enfin quitté pour contourner la jeune hackeuse et venir m'asseoir sur le bord du bureau. Comme je le disais : Jack pensait tout savoir de moi. Mais si j'avais voulu, à un seul instant, faire du mal à Elirys, ça se saurait et ça voulait simplement dire qu'il n'avait pas écouté quand j'avais parlé. J'ai croisé les doigts sur mes cuisses pour me pencher légèrement vers elle et j'ai secoué la tête.

– Non, j'étais une mutante recherchée, ils n'avaient pas vraiment envie de révéler leur plan à n'importe qui, ils ont procédé aux tests eux-mêmes. D'où la confidentialité des informations auxquelles je n'ai pas moi-même accès. Je voudrais que tu trouves s'ils ont décelé quelque chose qui cloche dans mon organisme ou mon métabolisme, si je suis toujours sous les effets du sérum et si ce n'est pas le cas, je voudrais que tu m'aides à comprendre pourquoi je suis toujours humaine après toutes ces années. Bon alors, ils viennent ces cafés ?

Je me suis retournée, tendant une main vers Jack avec un visage à la limite de 'exaspération.

– Je sais pas moi, y a bien un truc à emporter pas loin qui peut nous livrer ! Tu achètes des pizzas mais y a même pas de soda avec. A défaut d'avoir à manger dans tes placards, t'as bien un portable dans une poche, non ? La prochaine fois, c'est moi qui m'occupe du catering.

A quel degré Jack n'aimerait pas ma façon de faire, je l'ignorais mais je l'apprendrais vite dans son regard. J'ai sorti mon téléphone de la poche de mon manteau et je lui ai tendu en haussant les sourcils, provocatrice jusqu'au bout du string, lui demandant un silencieux "Tu veux le mien, peut-être ?". A quelle sauce il me dévorerait un jour, je n'en avais pas non plus la moindre idée. Mais tout ça se payerait à un moment donné, d'une façon ou d'une autre, j'en étais convaincue et il savait que je savais. Mais se doutait-il que j'aimais ce petit jeu ? Me reportant sur Elirys, j'ai inspiré profondément en me glissant du bureau pour m'accroupir à côté d'elle, une main sur le bras du siège. J'ai baissé les eux un instant avant de lever l'index qui était posé sur lavant bras de la chaise.

– Elirys, si tu m'aides...

J'ai relevé la tête en donnant un léger coup de menton pour écarter ma frange de mes yeux et pouvoir plonger mon regard dans le sien. J'ai cligné des yeux et le fait que je sois plus bas qu'elle était une façon pour moi de me soumettre à elle. Suffisamment pour qu'elle comprenne que je n'étais pas là pour m'en prendre à elle, que ce n'était pas dans mon intérêt.

– Selon comment tu t'en sors, je peux même t'assurer une belle vie. Tu pourrais faire tout ça légalement, intégrer toi aussi le SHIELD. Tu sais que les pirates doués font de belles carrières, quand on y réfléchit. J'ai ce pouvoir. J'ai le pouvoir de décider avec qui je veux travailler. Et il se pourrait que j'ai envie de travailler avec toi. Tu serais à l'abris et ça, je peux te le promettre.

Si elle pensait que je ne faisais ça que par bonté d'âme, elle se carrait le gros orteil jusqu'au fond du pif. Elirys était sur le point d'apprendre quelque chose d'une extrême importance à mon sujet - notez dans le dossier que j'avais une confiance toute particulière en ses capacités et aucun doute quant à sa réussite - et il n'était plus question de la garder éloignée. L'avoir près de moi lors de mission comme un agent sur place qui serait mes yeux et mes oreilles à distance et qui, en plus, connaissait une part de ma vie, c'était un atout. Songez-y un instant. Une fois entrée dans la confidence, Elirys était un atout majeur dans mon plan car je n'aurais même plus besoin de lui mentir. J'ai relevé les yeux sur Jack un instant mais sans aucun sourire, cette fois. Et doucement... Elle m'aiderait, avec Jack, à retrouver ma vie, avec le sentiment d'accomplir quelque chose de juste. Parce que... Au final, c'est ça le plus important : faire ce qui est juste même si ça demande d'en passer par des procédures particulières. Jack savait comme moi que la voie la plus simple n'était pas une option. De toute façon, aucun de nous deux n'aimait la facilité et encore moins la simplicité.

Et alors que je souriais à Elirys, quelque chose me disait que ce n'était pas non plus son cas. Jack avait parlé d'une relation... une unique, la seule qui était arrivée jusqu'à son frigo. Si je ne faisais pas fausse route, alors... Elirys venait de créer un trio dont il lui serait bien impossible de sortir. pas que nous ne voulions as lui rendre sa vie, quellle qu'elle fut, mais parce qu'à présent, les choses ne seraient plus pareilles.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
avatar

Jack Elis
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 148
Date d'inscription : 07/04/2013
Localisation : New York, chez les damnés, en train de filer une séance ou en train de jouer les mec sociable
Clan : Damnés
Age du personnage : 27 ans
Pouvoirs : Téléportation
Profession : Psychologue (a son compte, intervenant pour la police, les orphelinats,...)
Chasseur de tête pour les damnés
Points de rp : 140

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Jeu 30 Mai - 19:50

    Élirys avait cette proportion à un peu trop réfléchir et à le faire bien. Elle avait compris, difficile de ne pas le voir avec cette manière qu’elle avait de le regarder. D’ailleurs, il lui avait répondu par un air calme, trop calme peut-être. Enfin, il n’y avait même rien dans ce regard. Elle voulait jouer les grandes, lui échapper, qu’elle le fasse. Elle n’irait pas bien loin, il la rattraperait toujours et, au bout de cette course, c’est lui qui gagnerait. Il ne savait pas comment, il ne savait pas quand, mais, ça se passerait de cette manière. Tout n’était qu’une question de temps. Et, en parlant de temps, il fallait vraiment qu’il commence à se remettre les idées en place. Réagir à tout n’était pas une bonne idée. Chose qu’il comprit quand Élirys avait balancé un truc, en dévoilant un peu trop et que Raven, était là, à le fixer avec son sourire. Il se tourna vers elle, à son tour, et le regard qu’il avait vers elle, l’expression qu’il mettait sur son visage n’avait qu’une signification : « Et alors ? ». Un peu comme si Jack lui demandait muettement ce qu’elle ferait de cette information, ce que ça pouvait bien lui foutre.

    Que les choses soient claires, ça l’emmerdait qu’elle puisse avoir des infos. Élirys était son point faible. Le genre de chose à ne pas avoir face à une femme comme Raven, une force qu’il ne concevait pas lui mettre entre les mains. Et c’est pour cette raison qu’il venait de prendre la décision d’arrêter de prendre les choses de cette manière. Trop tard, le mal était fait ? Oui et non, il n’existait rien dans cette situation qu’il n’était pas encore capable d’expliquer. Si quelqu’un avait l’impression qu’il s’était enfermé dans quelque chose, dans une situation délicate, cette personne se trompait. Jack restait Jack et, il avait cette faculté à se retourner, à retrouver ses intérêts dans n’importe quelle situation. Il n’y avait pas de raison que ce qui était en train de se passer ici change quoique ce soit.

    Élirys avait un petit ami ? Pas grave. Si ce type existait, alors il avait juste à profiter du temps qui lui restait parce que sa vie sur cette petite terre n’allait pas durer. Il n’allait quand même pas se prendre la tête avec ce genre de détail. Avait-il déjà précisé que cette petite brune était SA propriété ? Élirys décidait de partir pour aller du côté de Raven ? Peu importe, là encore, ce n’était qu’une question de temps mais c’est de son côté à lui qu’elle finirait par se ranger. Ca l’arrangeait qu’elle aille vers Raven, en fait, parce qu’elle était censée l’aider, parce qu’elle arrêtait de faire sa petite fille caractérielle, parce qu’elle comprenait enfin, que c’était là-bas qu’elle devait être. Il s’était énervé, tout seul dans son coin mais, dans le fond ce n’était pas si grave. Il se reprenait, c’était l’essentiel. Dans le fond, ça permettait, une fois de plus, qu’il était doué de sentiment et qu’il ne prenait pas tout à la légère. Non, maintenant qu’il récupérait un peu de lui-même, il avait beau retourner le problème dans tous les sens, la situation n’avait rien de catastrophique. Il, en aurait même sourit si ça n’avait pas été une action inutile.

    Volontairement, la première fois, il n’avait pas relevé la demande de Raven mais, maintenant qu’Élirys était installée, voilà qu’elle remettait ça. A quel moment, sur le front de Jack, il y avait écrit qu’on pouvait lui donner des ordres et lui parler de cette manière ? Mais, si Jack ne concevait pas cette attitude, Bordel, il restait toujours aussi calme, approchant même des deux femmes quand Raven se mise à sortir son téléphone de sa poche. Il était suffisamment proche pour pouvoir lui répondre, toujours avec cette manière calme, bien un lui, avec un air d’évidence pure sur le visage.

    _ Pourquoi est-ce que je sortirais mon portable quand tu as le tien dans les mains. En levant légèrement les mains, dans un signe d’invitation. Fais là, je t’en prie.

    C’était une bonne chose qu’il se soit retrouvé sinon, à ce genre de phrase il aurait été capable de téléporter Élirys dans la voiture pour revenir ici, seul, et lui demandé de calmer un peu le jeu. Chose inutile, qui ne servit à rien. Demander à Raven de faire quelque chose était aussi tôt prit comme un ordre, dont la seule réponse aurait été ce qu’elle est, ce qu’elle a été, et qu’elle faisait ce qu’elle voulait. Un truc, plus ou moins dans le genre. Elle voulait se faire livrer des cafés, elle avait le téléphone en mains, sérieusement, qu’elle le fasse.

    Il avait continué d’approcher mais c’était posé de l’autre côté d’Élirys, posé devant un ordinateur, son arme de prédilection. Alors, il laissa Raven faire tout son laïus, donner ses explications, et proposer un éventuel boulot. Ce n’est qu’une fois qu’elle eut fini, qu’Élirys donna sa réponse, qu’il se pencha vers cette dernière pour arriver à son oreille, les mains posées sur le bras de l’autre siège. Lui, l’avait vu à l’œuvre, ce qui lui semblait être une raison suffisante pour préciser quelque chose, avec un air des plus neutres… Quoique, il y avait bien ce petit sourire en coin sur les lèvres. Ce qu’il annonça fut juste murmurer dans un souffle, exclusivement à l’attention de l’humaine pure souche, pour que les mots ne lui parviennent qu’à elle et à personne d’autre.

    _ Fais juste un truc de stupide, Ély, et ta tête fini dans le clavier de l’ordinateur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elirys M. Winston
Humaine

Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 26/03/2013
Localisation : New York ou Londres
Clan : neutre
Age du personnage : 26 ans
Pouvoirs : Aucun
Profession : Dans la création de logiciel
Hackeuse
Points de rp : 99

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Jeu 30 Mai - 21:02

Le but, dans ce qu’avait dit Élirys un peu plus tôt, était de ne pas imaginer ce que pouvait faire Raven avec ses pouvoirs. Elle n’avait jamais voulu avoir bonne ou mauvaise conscience et, savoir ce que cette femme était capable de faire, c’était risquer de se voir faire marche arrière. Elle ne devait pas, elle devait penser à elle et seulement à elle. Élirys n’avait jamais eu l’âme d’un héros, pensant constamment au bien-être des autres. Qu’on la trouve égoïste n’était pas son problème, tout le monde l’était plus ou moins, ils ne cherchaient qu’à le cacher. Raven aurait sûrement plus d’impact si elle retrouvait ses pouvoirs, ce qui causerait plus de dommage que si elle était humaine. Ce n’était pas le problème d’Élirys, elle devait d’abord songer à assurer ses arrières. Les autres, eh bien, ils n’avaient plus qu’à apprendre à se débrouiller seuls à leur tour.

Elle n’avait aucune idée de ce qui pouvait se passer entre les deux autres mais les relations n’avaient pas l’air d’être au beau fixe. Raven avait cette façon de lui parler qui donnait l’impression d’une entente précaire. Il existe des alliances qu’Élirys ne pouvait pas expliquer, qui la dépassait. Elle ne comprenait même pas la présence de Jack ici, l’intérêt qu’il pouvait bien avoir dans cette histoire. A aucun moment elle ne le pensait ici pour soutenir Raven ou pour l’aider, il n’était pas vraiment de ce genre-là. Avait-il seulement un genre particulier ? Elle s’en fichait, préférant se concentrer sur ce qu’on lui demandait pour pouvoir en finir au plus vite, écoutant ce que Raven était en train de lui dire.

Qu’elle ait été une mutante recherchée n’étonnait pas vraiment Élirys, impossible de croire qu’elle était devant une personne lambda avec tout ce qui était en train de se passer. Et, parce qu’Élirys n’avait que cela pour elle, elle écoutait et engrangeait les informations. Tout était utile un jour, il fallait juste qu’elle se montre patiente. Vivre une année avec un psychologue… Cela permettait d’apprendre beaucoup de choses. Raven semblait disposer à un tas de choses pour avoir accès à son dossier, même à proposer un boulot à Élirys si elle estimait être satisfaite de son travail. Dans un sourire, parce qu’Élirys ne doutait nullement de ses compétences, elle tourna la tête vers Raven, baissant les yeux pour pouvoir la regarder.

Travailler pour une organisation, ce n’est pas ce que j’appelle la belle vie

Que ce qu’elle fasse convienne ou non, elle s’en foutait parce qu’elle ne voulait pas travailler pour le SHIELD. Sa vie, elle l’aimait comme elle était, comme elle l’entendait. Ces derniers temps, elle ne pouvait pas nier avoir un tas de désagrément, surtout depuis que Jack avait décidé de refaire son entrée. Elle s’en sortirait. Elle s’en sortait toujours. Un soupir se fit entendre, celui qui servait à se dire que c’était parti, qu’elle allait s’y mettre. Les doigts sur le clavier, Jack était à côté d’elle, se penchant pour lui dire quelque chose. Jack, Jack, Jack… Cette manie qu’il avait de faire ça, de se pencher vers les gens, qui lui donnait toujours ce genre de frisson. Sauf aujourd’hui parce qu’elle avait longuement attendu ce moment. Elle savait exactement la manière dont elle allait réagir. Elle venait de le laisser parler mais, parce qu’elle s’était préparée, la réaction qu’elle allait avoir été sûrement différente de celle qu’il avait imaginée. Jack avait fini sa phrase et Élirys se tourna vers lui, étonnée.

Sérieux ?

Une exclamation spontanée. A peine prononcée, elle tourna la tête vers Raven avec cet air mi- étonné, mi- septique, un brin moqueur bien qu’elle tentât de le cacher. D’ailleurs, en posant son regard sur Raven, elle donnait l’impression d’avoir fait une erreur et elle se détourna d’elle pour reposer son regard sur Jack. C’est d’un ton bas qu’elle venait de se décider de dire autre chose mais, la surprise de ce qu’elle semblait avoir entendu l’empêchait de le faire seulement à l’attention de Jack.

Et elle t’a cru ?

Elle avait dit ça mais il était possible de comprendre que c’était, aussi, un enfoiré de première classe. A croire que ce qu’elle venait d’entendre était le scoop du siècle et qu’elle ne cautionnait pas. Tout cela s’était passé très vite et de manière qui semblait vraiment être spontanée. Elle l’avait préparé, retourner dans sa tête, attendant seulement le moment où Jack se déciderait à lui dire quelque chose, rien qu’à elle. L’entente était si fragile, elle voulait seulement la briser. En tout cas, personne ne pouvait lui reprocher de tenter sa chance.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Raven Darkhölme
Humaine

Nombre de messages : 231
Date d'inscription : 06/04/2013
Clan : Fédéraux
Age du personnage : Inconnu
Pouvoirs : Métamorphe
Profession : Agent du SHIELD
Points de rp : 152

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Jeu 30 Mai - 21:45

– Hey !

J'ai levé les mains en les regardant l'un après l'autre, les sourcils hauts. On leur avait jamais appris que les messes basses, c'était malpoli ? J'allais poser ma main sur la clavicule d'Elirys pour attirer son attention vers moi afin qu'elle se reconcentre mais tout ce que j'ai vu, c'est la main de Jack lui attraper la tête pour lui baisser vers le bureau.

– JACK !

J'ai juste eu le temps de mettre ma main vers l'avant de la tête d'Elirys que celle-ci s'écrasait sur le clavier. Poussant un léger cri de douleur, je me suis soudainement redressée pour voir mon Jack se contenter de hausser les épaules d'un air désabusé. Tirant de mon chemin la chaise avec Elirys assise dessus, j'ai parcouru le mètre qui me séparait de Jack avant de le choper par le col et je me suis mise à le secouer en le faisant reculer.

– Mais t'es complètement malade ! Qu'est-ce qui te prend depuis tout à l'heure !

Je l'ai relâché d'un coup en le poussant en arrière, mes yeux dans les siens. J'ai alors observé une seconde de silence en le dévisageant avec intensité puis j'ai jeté un oeil à Elirys, pour m'assurer qu'elle allait bien avant de reporter mon attention sur Jack, montrant la jeune fille d'un index désapprobateur. Et que Jack tente de me couper ne fonctionnerait pas. Je n'étais pas tellement furieuse, j'étais surtout en danger. De mon point de vue, les réactions de Jack rendait la situation totalement instable, ce qui rendait Elirys instable et par conséquent, notre plan. Et ça, je ne pouvais l'accepter. Je devais remettre Jack dans le droit chemin.

– Elle est censée être là de son plein gré pour nous aider, je te rappelle ! Tu m'as dit que tu connaissais quelqu'un, pas que tu tenais une gamine en otage ! Ca suffit les conneries, Jack, on est ensemble dans ce bateau ou on échoue tous les deux je te rappelle ! Alors concentre-toi, bon sang ! C'est quoi ces messes basses, hein ? Pourquoi elle t'a fui ? Tu me répondras pas, je le sais, tu ne réponds jamais qu'à ce qui te donne de l'intérêt. Je fais pareil, mais on n'obtient pas des gens ce qu'on veut en utilisant la force et uniquement la force ! Ils t'apprennent pas ça chez tes potes ?!

Des deux mains contre son torse, je l'ai à nouveau poussé violemment pour le faire reculer, le regard sévère et le front plissé.

– Merde, Jack !

J'essayais réellement de le remettre dans le droit chemin. Nous nous expliquerions plus tard, sans Elirys. En attendant... J'ai pointé mon index vers lui, puis vers moi.

– J'ai besoin de toi avec moi, là, tout de suite. Pas contre moi. C'est clair ?

J'étais toujours dos à Elirys, aussi, je me permettais de donner à Jack le visage qu'il me connaissait chaque fois que nous n'étions que tous les deux. Un visage plus sincère, peut-être et plus conciliant. Mais j'avais réellement besoin de lui. Dans ces missions, ce qu'il me manquait, c'était mon côté mutant. Et ce côté, aujourd'hui, c'était Jack. Sans lui, je n'étais qu'une humaine vulnérable. C'était impensable. Je l'ai fixé de longues secondes, cherchant ce qui clochait chez lui depuis la ruelle, mes yeux passant dans les siens, l'un après l'autre. C'était quoi ? De l'amour ? De la haine ? Un paquet à livrer qui le faisait pas rêver ? Une rupture pas conventionnelle ? Qu'est-ce que c'était ! J'étais persuadée qu'il s'agissait de la fille dont il m'avait parlée mais celle-ci n'était qu'une gamine, était-ce vraiment possible ?

J'ai cligné des yeux et finalement, je les baissés et j'ai secoué la tête en me retournant vers Elirys. Cette petite était beaucoup plus maligne que ce que je pensais. J'ignorais ce que Jack lui avait glissé à l'oreille mais quelque chose me disait que sa tentative était très risquée. On ne s'essaye pas à ce jeu de diviser pour mieux régner lorsqu'on ignore qui on a face à soi et encore moins les paramètres constituant une relation. Je me suis rapprochée d'elle, agitant légèrement ma main et j'ai soupiré en prenant mon téléphone sur la table.

– Je vais commander des cafés. Pour tout le monde.

Serrant les dents, j'ai relevé les yeux sur elle. j'étais dans une colère folle contre elle. Vous savez, on dit que les gens ne voulant pas être protégés, et bien il ne fallait pas les protéger. Je n'étais pas tout à fait d'accord. Elle avait refusé mon offre. Pas la belle vie ? De qui elle se fichait, je n'avais pas ce que je voulais mais je manquais juste de ma mutation. Si j'avais ma mutation et que je gardais mon poste au SHIELD, croyez-le ou non mais il y a de fortes chances que je sois la femme la plus heureuse et la plus vernie du monde. Mais Elirys voulait jouer la grande, se débrouiller seule. Parfait. Je lui ai montré l'ordinateur de l'index, sans équivoque.

– Mets-toi au boulot.

Elle avait, malheureusement pour elle, grillé les mauvaises cartouches sur sa tentative, la réaction de Jack l'avait prouvé. M'éloignant de quelques pas, j'ai lancé un regard à Jack et j'ai commencé à pianoter pour trouver un mcdo ou un truc à emporter, je sais pas... N'importe quoi avec du café dedans.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
avatar

Jack Elis
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 148
Date d'inscription : 07/04/2013
Localisation : New York, chez les damnés, en train de filer une séance ou en train de jouer les mec sociable
Clan : Damnés
Age du personnage : 27 ans
Pouvoirs : Téléportation
Profession : Psychologue (a son compte, intervenant pour la police, les orphelinats,...)
Chasseur de tête pour les damnés
Points de rp : 140

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Jeu 30 Mai - 22:19

    Jack ne chercha pas à comprendre ce qui n’avait pas été clair dans sa mise en garde il avait, juste, agit. Pas faut de l’avoir prévenu. Alors oui, il avait fait en sorte de lui éclater la tête contre le clavier. Le but n’était pas de la tuer, juste qu’elle comprenne, qu’elle arrête ses conneries. Raven avait réagi vite, tant mieux pour elle, tant mieux pour Élirys, en fait, il s’en foutait. C’était juste ce qu’il devait faire, et c’est pour ça qu’il avait regardé raven dans un haussement d’épaule. C’était comme ça, et puis c’est tout. Mais, non, apparemment, ce n’était pas tout étant donné qu’il vit Élirys, sur sa chaise, glisser pour dégager un passage entre Raven et lui.

    Il baissa le regard pour voir la main de Raven l’attraper, avant de relever les yeux vers elle l’air de lui demander ce qu’elle comptait bien faire. Elle croyait quoi, au juste, l’impressionner ? Lui remettre les idées en place ? En fait, si Jack devait avoir un air sur le visage, c’était celui du type blasé. L’expression qu’il voulait, qu’il avait choisi pour la circonstance pendant qu’elle lui sortait toute une tirade. Il ne comprenait pas pourquoi les gens posaient des questions en sachant qu’ils n’auraient pas la réponse. La gamine, en question, était bien plus que cela et, en fait, il faisait bien ce qu’il voulait avec elle, fallait juste qu’elle se rentre ça dans le crâne. Après qu’elle l’ait poussé une première fois et, avant la seconde, il s’était légèrement penché vers elle, dans un sourire sans la moindre chaleur.

    _ Raven, soit gentille, arrête de poser des questions quand tu sais que tu n’auras pas les réponses.

    Il avait l’air irrité, énervé, malgré le ton calme. C’était parfait, c’est ce qu’il voulait. Vu comment les choses étaient partie, il n’avait que ça à faire de toute façon. Elle avait besoin de lui dans son camp, bien. Il se mit droit, leva une main raide à son front, dans une imitation de salut militaire ironique, plus qu’autre chose. Il avait vraiment l’air de s’en foutre en fait, comme si ça aurait donné la même chose qu’elle lui dise quelque chose ou une autre. Intérieurement, tout allait bien mais il ne laissa rien paraitre. Il avait eu des réactions depuis le début, il devait continuer à en avoir. On ne calme pas les gens si facilement alors il se devait de rester dans ce rôle. Raven se poserait des questions, il se pouvait même qu’il lui donne des réponses. Pas ici, bien sûr mais, il avait des explications plausibles à apporter. Puis il avait repris sur un ton bas, qui ne regardait que Raven.

    _ C’est toi qui décide mais quand elle aura pris l’ordinateur en main et que, dans le pire des cas, elle nous mettra dans la merde tous les deux ou, dans le meilleure des cas, elle n’y mettra que toi… Peut-être qu’on reparlera du pourquoi j’suis tendu à l’idée qu’elle soit là…

    A croire qu’en fait, c’était ça qui l’inquiétait et il n’eut même pas de mal à donner l’impression qu’il parlait en connaissance de cause étant donné que c’était réellement le cas. Un sourire forcé plus tard, raven revenait sur Élirys et lui s’éloigna, sans même regarder les deux autres femmes.

    _ j’vais les chercher ces putains de café.

    Honnêtement, il n’avait aucune envie de les laisser toutes les deux mais il devait se tenir à ce rôle, celui du type qui avait vraiment besoin de prendre l’air, d’aller respirer un bon coup et de se remettre les idées en place. Il avait quitté l’entrepôt en marchant et, une fois, dehors, la porte refermée, il s’arrêta. Si Élirys ne s’amusait pas à balancer tout ce qu’elle savait alors les choses n’étaient pas si mal. Sérieusement, malgré tout ce qu’il pouvait laisser passer, malgré ses erreurs de parcours dans cette histoire, il pouvait s’en sortir. Dire qu’il le ferait facilement était un peu trop utopiste mais, non, il ne doutait pas vraiment.

    Un air complètement neutre était revenu sur son visage, le sien, le vrai, celui de tous les jours quand il n’y avait personne pour le voir. Il se souvenait avoir vu un café pas loin. Son pouvoir en action, il arriverait à faire un allé retour assez rapidement. Y a des fois, où il aimerait quand même pouvoir se déplacer où il le voulait exactement, ça aurait mis encore moins de temps mais, il composait avec ce qu’il avait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elirys M. Winston
Humaine

Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 26/03/2013
Localisation : New York ou Londres
Clan : neutre
Age du personnage : 26 ans
Pouvoirs : Aucun
Profession : Dans la création de logiciel
Hackeuse
Points de rp : 99

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Jeu 30 Mai - 23:14

La main de Raven avait bien amorti le coup. Joli réflexe. Mais, même avec cette main, elle avait senti l’action de Jack passer, sa tête s’était mise à tourner un court instant en sentant qu’elle était repoussée en arrière. Dans la confusion de son état, elle vit Raven passer devant elle. Élirys avait une main qui passait de son front, jusqu’à bout de son nez. Elle était même en train de se frotter, comme si cela allait suffire à faire passer la douleur plus rapidement. Elle en arrivait même à se demander si elle pouvait simuler une contusion ou autre chose y ressemblant... Hmm. Peu probable.

L’idée d’Élirys avait été simple, semer un doute, les amener à se hurler dessus, fuir. Dans l’ensemble ce n’était pas trop mal parce qu’ils étaient réellement en train de s’expliquer, même si elle n’avait pas prévu que ce soit à cause de l’action de Jack. Ce qu’elle n’avait pas vu venir en revanche c’était bien cette action en question, qui la rendait dans l’incapacité de se lever sur-le-champ et de fuir. Même si Élirys n’en avait jamais douté, elle devait bien se rendre à l’évidence qu’elle n’avait pas leur caractère et qu’elle n’était pas capable de voir toutes les possibilités d’une situation. Elle passa une main sous son nez endolori avant de la regarder. Aucun saignement. Merci la main de Raven.

Dans toute cette agitation, celui qu’elle comprenait le moins c’était Jack. Elle devait même avouer avoir posé un regard interrogateur sur lui pendant que Raven le poussait. Elle ne l’avait jamais vu s’énerver et, pourtant, elle en avait passé du temps avec lui. Elle ne croyait pas une seconde à tout ce panel d’expression qu’il pouvait avoir parce qu’elle savait qui il était et ce qu’il était capable de simuler. Pourquoi donner l’impression d’être énervé ? Elle ne comprenait pas et elle aurait beau chercher encore et encore qu’elle ne comprendrait toujours pas. Ce qu’elle avait fait était un échec mais elle se devait d’essayer, l’occasion avait été trop tentante. Tant pis pour elle.

Élirys frotta son visage, dans une petite grimace, une dernière fois avant de remettre sa chaise devant l’ordinateur, s’étonnant de voir Jack partir. Il avait cherché, depuis le début, à rester. Ce n’était tellement pas son genre d’abandonner et elle en arrivait à se demander ce qu’il avait pu dire à Raven qu’elle n’avait pas pu entendre. Elle avait réellement voulu qu’il parte parce qu’elle ne pouvait pas s’empêcher d’être tendue quand il était présent mais, elle n’aurait pas su l’expliquer, elle ne se sentait pas si à l’aise que ça à rester ici, seule, avec Raven. Jusqu’à présent Raven avait toujours donné l’impression d’être du côté d’Élirys, elle n’avait même rien fait contre elle. Mais, ils étaient ensemble, elle ne savait pas à quel point mais, ils étaient bien ensemble dans cette histoire.

Revenir sur cet écran d’ordinateur avait quelque chose de réconfortant, qui l’obligeait à se concentrer sur une tâche et arrêter de réfléchir à ce qui était en train de se passer autour d’elle. Pour la deuxième fois, elle posa les doigts sur le clavier, sans poser la moindre question, sans réagir à ce qui venait de se passer, sans donner d’explication. Elle n’en avait aucune envie mais sa chance de sortie était devant elle, dans ce code à trouver. Elle se mise à pianoter les touches, les yeux rivés sur l’écran qui lui faisait face, laissant apparaitre des lignes de commande. Elle n’aurait jamais su comment expliquer ce qui se passait dans sa tête dans ce genre de moment, c’était simplement un langage qu’elle avait appris, qu’elle connaissait et qu’elle comprenait. Ce genre de casse-tête qu’elle aimait sans savoir pourquoi.

Élirys avait l’air concentrée mais, si on venait à lui parler, elle était capable de répondre à croire que son cerveau avait la capacité de se séparer en deux pour suivre plusieurs choses en même temps. Un fait qui n’avait pas toujours été le cas, quand elle avait commencé, elle n’entendait même pas quand on lui parlait. Les choses étaient, peut-être, simplement plus faciles maintenant. Quant à son visage, il passait par tout un panel d’expression. Parfois ses yeux étaient en train de se plisser pour se concentrer, à d’autre moments elle faisait claquer sa langue avant de pianoter un peu plus vite sur le clavier en cherchant à passer par un autre chemin et, puis, on pouvait la voir sourire pendant qu’un autre panneau de commande s’affichait. Par contre, il ne fallait pas se leurrer, entrer dans ce genre de système ne se faisait pas en deux minutes, trop de protection à détourner, trop de leurre à envoyer ailleurs pour s’ouvrir d’autres portes

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Raven Darkhölme
Humaine

Nombre de messages : 231
Date d'inscription : 06/04/2013
Clan : Fédéraux
Age du personnage : Inconnu
Pouvoirs : Métamorphe
Profession : Agent du SHIELD
Points de rp : 152

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Jeu 30 Mai - 23:41

J'avais relevé la tête à l'annonce de Jack puis je l'avais suivi du regard alors qu'il sortait. Non, je n'étais pas heureuse de cette situation et non je n'aimais pas élever la voix, encore moins face à lui. J'ai gardé mon regard sur la porte pendant un moment. Je me demandais toujours ce qu'il avait dans la tête et pourquoi j'étais incapable de le deviner. Ca me minait et ça me frustrait. Jack était encore plus insaisissable que moi et ça m'agaçait. Me frottant le visage, j'ai poussé un profond soupir avant de me désintéresser de la porte pour revenir vers Elirys. Je l'ai observée à son tour, me demandait si c'était vraiment ça le genre de Jack. Bof, je n'étais pas tellement étonnée. Mais s'il était si tendu à l'idée qu'elle soit là, alors pourquoi l'avoir choisie elle, pour ce boulot ? Je n'avais pas été si stricte dans le choix de la personne que nous voudrions avoir. J'avais même fait confiance à Jack sur ce coup-là. Contournant Elirys par derrière, j'ai jeté un oeil à l'écran. Des aptitudes de pirates, j'en avais quelques unes mais uniquement pour les petites missions d'infiltration. Ce genre-là nécessitait réellement quelqu'un qui savait de quoi il s'agissait et comment y travailler vite et bien.

Je me suis assise à côté d'elle, sur le bord du bureau et j'ai regardé mon téléphone, résistant à l'envie d'envoyer un message à Jack. J'ai à nouveau observé Elirys en pleine concentration. J'en avais fini de tenter d'établir un lien avec elle. Elle n'en faisait qu'à sa tête. Qu'elle nous donne ce que nous cherchions et que chacun rentre chez soi. Je crois que j'étais profondément déçue. J'avais peut-être imaginé pouvoir faire confiance à Jack, et je m'étais trompée. Finalement, j'ai rangé mon téléphone, à quoi bon ?

Jack et moi étions là-dedans ensemble, oui mais comme il me l'avait fait rappeler, c'était surtout ma vie qui était ici en jeu. Mais j'étais nettement moins tendue que lui et je craignais beaucoup moins ce qu'elle pourrait découvrir car il n'y avait rien d'inédit - normalement. Ce n'étaient que des vérifications, des pistes à explorer. J'ai quitté Elirys des yeux pour regarder l'écran, un sourcil haut. Etait-ce vraiment si simple que ça pour elle ? Et à nouveau, j'étais incapable de rester là sans rien faire, juste attendre. Je me suis relevée et en passant derrière elle pour faire quelques pas, j'ai glissé :

– Et moi qui croyais qu'il préférait les blondes écervelées...

Je ne pouvais pas enlever à Elirys son caractère malin et audacieux. C'étaient des qualités que j'appréciais.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
avatar

Jack Elis
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 148
Date d'inscription : 07/04/2013
Localisation : New York, chez les damnés, en train de filer une séance ou en train de jouer les mec sociable
Clan : Damnés
Age du personnage : 27 ans
Pouvoirs : Téléportation
Profession : Psychologue (a son compte, intervenant pour la police, les orphelinats,...)
Chasseur de tête pour les damnés
Points de rp : 140

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Ven 31 Mai - 0:25

    Il se retrouvait devant une liste impressionnante de choix de café avec, encore une fois, aucune idée de ce que pouvait prendre Raven. L’idée de demander au serveur un somnifère lui traversa l’esprit. En endormir une des deux avait comme quelque chose de fortement tentant pour lui mais, c’était un café pas une pharmacie et il était pressé. Un café, un Thé et un café noyé dans du lait. Il avait les trois bock dans les mains quand il quitta les lieux le plus normalement possible et, à la première ruelle de trouver, il s’engouffra dedans. De téléportation en téléportation, il arriva directement dans l’entrepôt où Élirys était devant l’ordinateur et Raven, en train de marcher et de balancer quelque chose. Non loin des deux femmes, il les regarda tour à tour, ses trucs à la main, dans un air de réflexion avant de finalement, hausser les épaules devant une évidence.

    _ En réalité, j’ai une préférence pour les brunes avec un vrai vécu.

    Et par vrai vécu, il entendait de nombreuse année et, non pas, de rester devant un ordinateur à hacker des systèmes. Il n’était pas partit bien longtemps mais, on pouvait voir que ça lui avait fait du bien. Il s’approcha des deux femmes et posa lé café au lait sur le bureau, sans un mot. Puis, il alla derrière Elirys pour aller vers Raven, en lui tendant un autre bock.

    _ Un café ?

    Ou une demande de trève, des excuses à formuler. En fait il y avait un tas de chose dans cette simple main tendu et cette proposition de ce qui aurait pu être qu’un simple café. Il avait l’air d’être en tort, de comprendre qu’il n’aurait pas dû réagir de cette manière. Il s’en excusait muettement dans cette proposition et un léger sourire désolé. Il n’était pas plus prononcé que ça parce que, quelque part, ça n’avait pas l’air d’être son genre de s’excuser. Bref, le genre de réaction qui semblait crédible sur une personne comme lui, même si, au fond, ce n’était pas du tout ce qu’il pensait.

    Depuis le début et pendant encore un moment, de toute façon, ce n’était que ça : un succession de ce qu’il aurait pu être si il avait été capable d’avoir le moindre sentiment, de jouer un jeu sans être cette personne. Raven était ce qu’elle était et, à bien y réfléchir, elle aurait complètement pu être le genre de personne envers qui il aurait pu s’attacher si on lui avait offert plus de possibilité sentimentale. Il ne pouvait dire qu’il l’appréciait, c’était hors de ce qu’il était et, finalement, dans le cas de Jack, la seule chose importante à retenir et qui avait son importance, c’était qu’il ne la détestait pas. Dans son langage à lui, c’était déjà un putain de bon point.

    Quoiqu’il en soit, Élirys semblait faire ce pourquoi elle était là et, du moment qu’elle s’arrêtait à ça, ça lui convenait. C’était ça le plan, ça l’avait toujours été et, qu’importe la méthode employée, ça le resterait. Il désigna Élirys d’un mouvement de tête mais c’était à raven qu’il s’adressa.

    _ elle s’en sort comment ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elirys M. Winston
Humaine

Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 26/03/2013
Localisation : New York ou Londres
Clan : neutre
Age du personnage : 26 ans
Pouvoirs : Aucun
Profession : Dans la création de logiciel
Hackeuse
Points de rp : 99

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Ven 31 Mai - 1:20

Élirys avait simplement sourit à ce que Raven avait pu dire. Elle ne croyait pas une seconde que Jack puisse avoir un style plus qu’une autre, il s’adaptait. S’en était même flippant. Elle venait d’être contredite par Jack qui était arrivé pour avouer une préférence étrange. Elle se maudissait mais, cela avait été plus fort qu’elle, ne se reconnaissant pas dans cette réplique, deux de ses doigts venaient de ripper sur le clavier de l’ordinateur. Sa tête venait de faire un vif mouvement au même moment qu’une insulte muette venait d’être formée par ses lèvres. Retour en arrière, repasser la barrière qu’elle avait failli passer.

Elle avait lâché l’écran une seconde des yeux pour voir son gobelet de café arrivé mais, elle ne leva pas le regard vers Jack. Elle avait même attendu qu’il s’éloigne pour attraper la boisson dans une main, la porter à ses lèvres pendant que l’autre continuait de taper des touches. Café au lait. C’était débile mais elle avait envie d’en sourire et, en même temps, elle se détestait pour cette raison. La contradiction avait toujours été de mise avec lui. Mais, la pizza, le café… Elle voulait bien qu’il ait une bonne mémoire mais rien ne l’obligeait à aller dans ce sens-là. Elle venait de reposer le café sur le bureau quand elle décida de ne pas se prendre le chou là-dessus, elle avait autre chose à faire.

La notion du temps avait disparu, comme à chaque fois qu’elle faisait ce genre de choses. Et puis, sur son écran, il y avait cette petite fenêtre qui demandait un code pour accéder aux fichiers. Cette toute petite fenêtre qui commençait à s’animer pendant que des caractères défilaient, s’arrêtaient, passaient à celui d’après, jusqu’à cette fameuse annonce qui informait que l’accès était autorisé. Elle se redressa un peu, sourire aux lèvres en s’empêchant de hurler sa joie dans un bref mot, comme elle avait l’habitude de le faire chez elle.

Élirys savait qu’elle devait chercher des analyses de sang mais, elle n’était pas obligée de savoir où les trouver. Il y avait, devant elle, tellement de dossier à sa portée que s’en était tentant. Trop. Elle ne devait pas se montrer trop impatiente et ne pas fouiller à la vue des deux autres qui étaient présents. Une décision qui venait de l’orienter vers la recherche du dossier d’analyse, les autres étant cachés dans un coin qu’elle savait pouvoir ouvrir à tout moment.

Elle n’était pas scientifique et, la plupart du temps, elle tombait sur des choses qui ne ressemblaient à rien pour elle. Elle passa de fichier en fichier rapidement, puis revint sur un qu’elle avait passé. Sur le fichier, des annotations, elle plissa les yeux, pencha la tête vers l’écran. Ca ne servait à rien, cela tenait plus du réflexe d’autre chose. Un air étonné venait de passer sur son visage en reculant un peu la tête.

Vos trucs de mutant, c’est bien le gène X. Elle tourna la tête vers Raven, plus précisément, avant de poser son index sur l’écran et de revenir poser son regard dessus. Parce que, là, il est dit qu’il est bien présent.

Ses connaissances sur les mutants n’étaient forcément pas les mêmes que les gens concernés, elle savait ce qu’on en disait mais ne pouvait pas réellement juger de la véracité de ce genre de propos.

Mais c’est bizarre parce que. Elle venait de réduire un peu la page, tout en la laissant visible, avant de revenir à une autre. Parce que là, y a annoté qu’il est de la même nature qu’un enfant qui possède ce gène.

Elle lisait ce qu’elle voyait, il ne fallait pas non plus espérer la voir faire un cours de biologie sur le gène mutant, ils étaient sûrement plus au fait qu’elle sur ce sujet. Parce que, pour elle, cette dernière phrase ne voulait rien dire : c’était un bébé gène ? Qu’il n’avait pas encore ses pouvoirs ? Ce qu’elle ne trouvait pas pour le moment c’était la cause et les raisons qui faisaient que c’était comme ça chez Raven.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Raven Darkhölme
Humaine

Nombre de messages : 231
Date d'inscription : 06/04/2013
Clan : Fédéraux
Age du personnage : Inconnu
Pouvoirs : Métamorphe
Profession : Agent du SHIELD
Points de rp : 152

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Ven 31 Mai - 1:35

Au retour de Jack, j'ai tourné la tête pour le voir. Qu'il surprenne ma réflexion n'avait rien de bien méchant en soi. De toute façon, je savais qu'il ne serait pas long. Me laisser seule avec sa "proie", je ne pense pas qu'il apprécie beaucoup, encore moins qu'il l'ait fait de bonté de coeur. Mais face à sa réponse, j'ai eu un sourire en coin.

– Attention, le dentier te guette.

Et bien croyez-le ou non, je n'ai pas du tout pris sa réplique pour moi ! Il aurait dit que le bleu était la couleur qu'il préférait, alors j'aurais tiqué. Mais non. Ce que j'ai encore moins bien saisi, c'est son approche. J'allais lui dire poliment merci pour le café mais son regard me fit froncer les sourcils. Qu'est-ce qu'il voulait ? Que je le serre dans mes bras ? Je l'ai observé sans saisir son expression. Si c'était une forme de trêve, ne savait-il pas que je ne me formalisais pas de ce genre de choses ? Si j'avais voulu m'excuser pour mes erreurs, je ne l'aurais pas fait. Et lui, oui ? Non, Jack ne s'excusait pas, ce n'était pas logique. Lentement, sans le quitter des yeux, j'ai pris mon café en grommelant un "Merci" qui signifiait plus "Arrête, tu me fais flipper" qu'un réel remerciement. Et pourtant, j'ai esquissé un faible sourire face à son "aveu" silencieux. Si j'avais pu croire à une idylle ou à quoi que ce soit, j'aurais probablement même frôler ses doigts des miens avec une insistance dans le regard. Mais je me suis contentée de ce léger sourire. Ni trop, ni pas assez, une réponse à un sourire par un sourire.

J'ai porté le bock à mes lèvres en tournant la tête vers Elirys à la suite de la question de Jack. J'ai haussé les épaules et j'ai fermé les eux sous le goût du café. J'en avais peut-être plus besoin que Elirys, finalement ! J'ai alors baragouiné un Avé Maria pour ce café avant de me passer la main sur le front, relevant ma frange sur mes doigts. J'ai bruyamment soupiré avant de reporter le bock près de mes lèvres.

– Si tu veux mon avis... C'est pas gagné. Le SHIELD se protège déjà bien mais crois-tu qu'ils laisseraient des fichiers comme ça sur moi ?

J'ai relevé les yeux sur Jack. Ma question ne réclamait pas vraiment de réponse. Et la moue sur mes lèvres traduisaient plutôt un "Je suis pourtant une des mutantes les plus célèbres, non ? J'ai pas droit à la sécurité maximum ?" Mais voilà que Elirys me faisait mentir. Les sourcils hauts, j'ai manqué de m'étrangler avec mon café qu'elle ait déjà trouvé des pistes. Je me suis approchée pour lire par dessus son épaule et j'ai posé mon café à côté du sien, m'appuyant d'une main sur le dossier de sa chaise. Ce qu'elle me disait n'avait pas de sens. Le sérum était censé tuer le gène et maintenant il était là ? J'ai lu le rapport en fronçant les sourcils.

– Ca n'a pas de sens. Pourquoi ça ne fait pas comme tous les autres mutants ? Ca veut dire quoi... Que mes gènes sont ceux que j'avais quand j'étais enfant ?

Je me suis redressée et j'ai gardé le regard droit devant moi. Inspirant profondément, j'ai expiré, commandant à mon corps de changer. Mais rien. Rien du tout. Si tout était bien là, je sentais absolument rien, le néant ! C'était comme me demander de remuer la queue alors que je n'en ai pas ! J'étais à deux doigts de jeter mon café.

– Je ne comprends rien ! C'étaient Charles et Hank qui s'y connaissait en biologie, pas moi ! C'est... C'est une langue inconnue pour moi, tout ça !

Désignant l'écran, j'a fait un pas en arrière. J'étais en fait à deux doigts de m'énerver.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
avatar

Jack Elis
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 148
Date d'inscription : 07/04/2013
Localisation : New York, chez les damnés, en train de filer une séance ou en train de jouer les mec sociable
Clan : Damnés
Age du personnage : 27 ans
Pouvoirs : Téléportation
Profession : Psychologue (a son compte, intervenant pour la police, les orphelinats,...)
Chasseur de tête pour les damnés
Points de rp : 140

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Ven 31 Mai - 2:01

    Du coin de l’œil, il avait vu Élirys accrocher sur le clavier. Rien de plus ou de moins de passa dans son expression, ni dans son attitude, pas qu’il voulait paraitre rabat-joie mais, il l’avait dit : il récupérerait ce qui lui appartenait d’une manière ou d’une autre. Quelqu’un doutait encore du fait que les choses se passaient comme prévues ? Enfin, qu’elles finiront comme prévues.

    Raven avait pris son café et il n’ajouta rien de plus, il ne fit rien de plus. Il ne fallait pas trop lui en demander. C’est quand elle parla des protections que le SHIELD pouvait mettre en place que Jack lui lança un regard qui voulait dire « tu pourrais être étonnée ». Il savait de quoi il parlait, enfin, elle avait juste effacer toute sa vie, en avait créé une autre de toute pièce alors, à aucun moment il n’avait douté des compétences de la petite brune. Oui, ça l’emmerdait qu’elle soit dans cette histoire mais, il avait fallu quelqu’un capable de le faire. Qu’est-ce qu’il aurait pu faire d’autre que la désigner ?

    A la voix d’Élirys, les deux autres s’étaient retournés. Jack s’était approché pour voir de quoi il était question, pendant que Raven ne comprenait pas. En fait, Jack n’avait pas l’air de comprendre plus que ça ce que ça voulait dire, un sourcil relevé il avait l’air de chercher un sens aux notes qu’Élirys montrait. Mais quand Raven avait parlé de ses gènes d’enfant, tout commençait à faire silencieusement un bout de chemin dans sa tête. Elle était toujours une mutante, son pouvoir ne demandait plus qu’à être activé. Avait-il précisé que la psychologie mutante n’était pas une matière à proprement parler mais que ça faisait quand même partit de quelques cours quand on suit un cursus psychologique ?

    _ Un métabolisme différent peut-être ?

    Il donnait vraiment l’air de ne pas en savoir plus qu’elle alors que, dans sa tête, il était déjà en train de passer en revu tout ce qui pouvait être assez marquant pour déclencher une mutation. Choc émotionnel ? Avec elle, très drôle ! Choc physique ? Elle avait déjà fait deux pas en arrière alors venir lui écraser la tête contre quelque chose n’aurait rien d’un effet de surprise. Une main sur le coude de la chaise, jack se pencha un peu vers l’écran.

    _ Tu peux défiler un peu voir ce qu’il y a.

    Il ne s’y connaissait pas vraiment en biologie, ce n’était pas tellement son domaine. Peut-être que quelque chose allait lui parler pendant qu’il regardait plusieurs pages défiler sous les actions d’Élirys qui y mettait, étonnement, pas mal de bonne volonté.

    _ Là. Attend. Il regarda le nouveau contre rendu avant de poser son regard sur Raven sans bouger de position. En tout cas, ils savent que ça n’a rien à voir avec l’injection de sérum mais, ils n’ont pas jugés bon de t’en parler. Ce qui, au final, est bon signe.

    Pourquoi lui cacher à moins de savoir qu’elle avait une possibilité de retrouver ses pouvoirs. La laisser sans cet espoir l’empêchait d’aller chercher plus loin, ce qui, effectivement avait été le cas jusqu’à présent.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elirys M. Winston
Humaine

Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 26/03/2013
Localisation : New York ou Londres
Clan : neutre
Age du personnage : 26 ans
Pouvoirs : Aucun
Profession : Dans la création de logiciel
Hackeuse
Points de rp : 99

MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    Ven 31 Mai - 2:35

Élirys, les yeux sur son écran, se demandait si Raven attendait des réponses de sa part à toutes ses questions. Elle n’en savait strictement rien, elle hésita même à lever doucement la main en rappelant qu’elle n’était qu’une humaine. Une simple humaine, sans ce gène dans l’organisme. Son truc à elle, c’était les ordinateurs, l’informatique et tout ce qui s’en rapprochait, la biologie, la façon dont est foutu un mutant ce n’était pas pour elle. Avec une profonde ironie, elle trouvait la question de Jack très pertinente. Ses yeux roulèrent en l’entendant avant de se remettre sur l’écran.

Elle se demandait si Jack avait vraiment besoin de venir de façon aussi proche. Mais, oui, c’était mieux pour regarder l’écran de l’ordinateur, elle allait faire avec. C’est dans une attitude froide qu’elle passait de pages en pages jusqu’à ce qu’il lui demande d’arrêter. Il tourna la tête et le regard d’Élirys se posa sur la souris sans fil. Ce petit truc inutile quand elle était devant un ordinateur, jusqu’à présent elle avait tout fait au clavier, sans même prendre la souris une seule fois entre les mains. La notion de sans-fil avait son importance. Tout se passa très vite, elle porta la main à l’objet, l’empoigna et elle avait fini par balancer sa main de toutes ses forces, en se levant soudainement, dans la tête à Jack. Elle aurait très bien pu le faire à mains nues mais ça n’aurait pas eu le même impact, elle avait même espéré que la souris éclate sous la force du choc. Seulement pour le plaisir.

Elle ne regarda pas les dégâts qu’elle aurait pu causer, elle avait à peine fini son action – se retrouvant dos à l’ordinateur – qu’elle ouvrait déjà les mains et qu’elle levait les bras en signe de rédemption.

C’est bon, j’ai fini. Enfin, elle en avait fini avec le fait d’essayer de frapper Jack. C’était juste pour m’avoir balancé, traîner ici et passer sa vie à foutre la merde dans la mienne.

Sur quoi, très zen, elle se tourna à nouveau pour reprendre sa place sur la chaise et continuer ses recherches. Elle ne comprenait pas trop de ce qu’elle devait trouver mais, y a bien quelque chose qui allait finir par sortir. Un contre-rendu psy venait de sortir mais ce qui l’interpella surtout c’est qu’il était au nom de Jack Johnson. Elle venait de littéralement bloquer sur cette information. C’est pour ça qu’ils se connaissaient ? Parce qu’il avait été son psy à un moment donné ! Pas étonnant qu’elle ne comprenne rien à ce qui pouvait les unir.

Est-ce que Jack avait mal ? Elle l’espérait sincèrement, avant de secouer la tête et de se remettre dans ses recherches et guettant de l’oreille si les deux se mettaient à parler ou à être occupés à autre chose, histoire de pouvoir s’attarder sur deux trois choses qu’elle avait vu défiler sans trop s’y arrêter. L’action qu’elle venait de faire contre Jack n’était pas aussi futile que ce qu’elle avait pu dire. Elle espérait seulement avoir assez de moment d’inattention pour pouvoir s’envoyer tout ce qu’elle pouvait. Regarder rapidement c’était bien, regarder plus longuement devenait plus intéressant. . Il n’y avait pas de raison qu’ils aient le monopole de l’information ou de la non-information.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~    

Revenir en haut Aller en bas
 

Leçon numéro 1 : ne jamais passer par des ruelles ~ Ély, Raven ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men Extended :: NEW YORK CITY :: Greenwich & West Village-