Partagez | 
 

 Mauvais plan [Élirys]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Edward Livingston
Humain

Nombre de messages : 261
Date d'inscription : 17/04/2010
Localisation : New York
Age du personnage : 32 ans
Pouvoirs : aucun
Profession : Détective (a son compte,peut aider la police ou Mars investigation)
Prof à l'institut Xavier
Points de rp : 231

MessageSujet: Mauvais plan [Élirys]   Ven 5 Avr - 17:16

« Edward t’as dénoncé. »
« Il a quoi ? Tu sais quoi ? En fait, laisse tomber ! »

Élirys se leva mais elle ne pouvait pas partir, pas comme ça. William se leva dans le même mouvement et passa le bras au-dessus de la petite table, du café où ils étaient installés, pour lui attraper le poignet. Attendant qu’elle se retourne vers lui, il lui adressa un regard implorant, lui demandant muettement de ne pas partir. Pas maintenant, c’était trop dangereux. Lui demandant de s’asseoir à nouveau, poliment, il retrouva sa place et la lâcha une fois qu’elle accepta. Sur ce coup il détestait Edward. Depuis longtemps il connaissait ses méthodes, il savait jusqu’où il était capable d’aller mais là… L’envoyer voir Élirys alors que William ne cautionnait pas cette méthode, c’était abusé, même en venant d’Edward.

« Écoute moi, s’il te plait. »

Le moment n’était pas évident, il avait redouté cette discussion mais Edward ne lui avait pas laissé le choix. Comme à chaque fois. Oui Edward avait balancé la jeune femme qui se trouvait fasse à lui mais peut-être pas comme elle devait l’imaginé. Il ne s’y était pas bien pris, n’avait pas choisi le meilleur angle pour lui dévoiler ce qu’il avait à dire. En fait, en y réfléchissant, il n’était pas convaincu qu’il y avait une bonne manière de dire ce qu’il savait. William avait juste imaginé que de balancer la chose directement le débarrasserait rapidement de sa révélation mais, au lieu de le laisser finir, elle avait manqué de quitter la discussion. Levant une main, il demanda à Élirys de lui laisser deux secondes, juste le temps pour lui de remettre ses idées en place et de lui expliquer au mieux la situation.

« Le dernier travail qu’il t’as demandé, tu t’en souviens ? Quelle question, bien sûr qu’elle s’en souvenait, ça ne datait pas de bien longtemps. Eh bien, il voulait que tu entres dans leurs ordinateurs et que tu laisses une trace d’un passage pour pouvoir te dénoncer par la suite. Élirys, et il ne pouvait pas faire plus sincère, je te promets que je n’en savais rien »

Edward avait encore bien caché son jeu. Il avait contacté la jeune hackeuse pour qu’elle s’introduise dans l’ordinateur d’un groupe de personne qu’il recherchait. Il lui avait demandé de laisser une trace d’un piratage pour que, après, il puisse les contacter et leur dire qu’il avait été sur leur ordinateur pour récupérer des preuves de leurs agissements. Le but, selon lui, était juste de leur faire peur pour les forcer à se montrer afin qu’il puisse réellement les appréhender. Mais, Edward avait menti à Élirys. En fait, il avait même menti à William, sûrement parce qu’il savait qu’il aurait été incapable de cautionner ce qu’il avait prévu.

« Il a fait de toi un appât pour les forcer à se montrer. »

Il était désolé de lui annoncer ça, Edward s’était juste servie d’elle lui mettant une cible en plein milieu du front. William maudissait son compagnon, au plus haut point, parce qu’il ne se sentait pas bien en face de cette jeune femme. Il s’en voulait de ne pas avoir compris le plan d’Edward plus tôt. Même si William était conscient de ne jamais réussir à suivre les raisonnements d’Edward, là, il aurait au moins dû essayer pour éviter cette confrontation qui n’avait rien de plaisante. Là où il lui en voulait le plus c’était de mettre Élirys dans cette situation et de décider de la mettre au courant pour qu’elle reste sur ses gardes, tout en étant incapable de le faire lui-même. Ce n’était pas William qui aurait dû se trouver là mais bien Edward, au moins, c’est lui qui aurait à affronter la réaction de la jeune femme.

Élirys n’avait rien de la petite fille innocente mais rien ne justifiait qu’elle soit impliquée dans l’une des histoires d’Edward, encore moins dans ses plans tordus. Même avec ses défauts, ses activités peu légales, William l’aimait bien. Elle avait toujours eut ce petit côté attachant et cette façon de prendre les choses – sauf quand on lui annonçait qu’elle avait été dénoncé – de manière amusante. Quand elle était là, il n’avait jamais réussi à être de mauvaise humeur parce qu’elle avait toujours réussi à avoir ce petit geste, cette petite phrase, qui lui donnait envie de sourire. Le temps incalculable qu’il avait passé avec Edward lui avait toujours prouvé que ses plans fonctionnaient mais, là, même en le sachant, William était incapable de cautionner.

C’était égoïste et il ne savait pas pourquoi il réagissait de cette manière mais, une chose était certaine, il n’avait pas envie qu’elle lui en veuille. Il ne se souvenait pas avoir déjà réagi de cette manière, ayant cette tendance à vouloir défendre Edward dans n’importe quelles situations. Pas cette fois et il se refusait à se demander pourquoi. Tendant les mains, il attrapa celle d’Élirys dans un geste qu’il voulait réconfortant. Pour elle ou pour lui ? Il n’avait pas la réponse à cette question.

« Je ne sais pas ce qu’il compte faire mais, si j’ai bien compris quelque chose avec Edward c’est qu’il ne laisse rien au hasard. S’il a décidé de me dire ça ce matin, et qu’il m’a demandé de venir te le dire, c’est qu’il y a une raison. Je ne sais pas laquelle mais, y a forcément quelque chose. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elirys M. Winston
Humaine

Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 26/03/2013
Localisation : New York ou Londres
Clan : neutre
Age du personnage : 26 ans
Pouvoirs : Aucun
Profession : Dans la création de logiciel
Hackeuse
Points de rp : 99

MessageSujet: Re: Mauvais plan [Élirys]   Ven 5 Avr - 22:12

Élirys était énervée, comme jamais elle ne l’avait été. Tellement qu’elle avait été plus que déterminée à quitter ce café, à ne plus rien à voir avec Edward, avec William et avec qui que ce soit. Il l’avait dénoncé et elle n’arrivait même pas à y croire. Si une main ne l’avait pas retenue, elle serait partie sans rien demandé de plus. Elle ne voulait plus rien entendre venant de William, trop en colère. Mais, quand elle se retourna vers lui, il avait eu ce regard. Elle avait plissé les yeux, soupiré et s’était même hurler dessus mentalement pour ne pas avoir trouvé le courage de suivre sa première idée. Au lieu de partir, comme elle le voulait, elle retourna sur sa chaise. Les bras croisés, le regard qui n’avait plus rien d’amical, elle se braqua mais décidé de l’écouter.

Si elle n’avait pas envie de l’écouter, elle avait quand même envie – besoin – de savoir pourquoi Edward lui avait fait ça. Leur collaboration durait depuis tellement longtemps, jamais il ne l’avait dénoncé alors qu’il avait très vite deviné qu’elle n’était pas une intermédiaire. Pourtant, au début elle avait été méfiante, trouvant dangereux que quelqu’un sache qu’elle était Dante. Puis du temps, beaucoup de temps, était passé et elle lui avait accordé sa confiance parce qu’il n’avait jamais trahi son secret. En fait, si, il l’avait trahi en le disant à William mais, les deux faisaient presque une seule et même personne alors elle s’y était faite. Et là, après plusieurs années, il venait de la balancer. Ce qu’elle avait pu être bête de lui faire confiance.

William commença ses explications et elle se montrait un peu moins braqué comprenant qu’elle n’avait pas bien comprit quelque chose. Quand il avait dit qu’Edward l’avait dénoncé, elle avait pensé qu’il l’avait dénoncé à la police mais, à en croire les explications de William, il ne l’avait dénoncé qu’aux personnes qu’elle avait hacker. Ca n’avait aucun sens et cela devait se voir à la tête qu’elle faisait. Quittant sa posture, elle posa ses avant-bras sur la table. William assura qu’il n’avait pas été mis au courant et, à voir sa tête, elle ne pouvait que le croire. Elle comprit, par la même occasion, que ce n’était pas après lui qu’elle en avait mais après Edward qui l’avait trahie sans qu’elle ne sache pourquoi. Elle avait un tas de questions à poser à William mais préféra se taire afin de le laisser finir ses explications.

Quoi ?

Elle s’était promis de ne rien dire, de le laisser finir mais, là, elle avait l’impression de nager en plein délire. Un appât. Elle était un appât ? Sérieusement ? Elle savait Edward bizarre, souvent border line mais de là à faire d’elle un appât en la dénonçant ! Mais qu’est-ce qu’il lui avait pris de prendre contact avec ce type ? Ce jour-là, elle aurait mieux fait de faire planter son serveur, ça lui aurait évité bien des ennuis. Elle sentait sa colère lui revenir en flèche, avec l’envie d’exploser sur ce pauvre William qui s’était retrouvé avec la tâche ingrate de tout lui expliquer. Et alors qu’elle allait se mettre à hurler un tas d’injure – et elle en avait beaucoup en stock – William lui attrapa une main. Une réaction qui la surprit tellement qu’elle en oublia de lui hurler dessus.

Cette attitude était surprenante, elle savait qu’il était complètement différent d’Edward. Tellement qu’elle s’était même demandé à plusieurs reprises comment deux personnes comme elles pouvaient se supporter. Elle les imaginait même ensemble, les sentiments ne se contrôlant pas, ça aurait expliqué comment ils arrivaient à se supporter, sans parler du fait qu’ils avaient vraiment l’air d’être un vieux couple. Donc, oui, ce contact avait quelque chose de perturbant mais elle décida de le prendre comme une forme de diplomatie, ce dont William était doué contrairement à son homologue anglais. Et elle comprenait d’autant plus ce geste quand il continua de parler. Elle faisait partie d’un plan, sans même le savoir et, il fallait qu’elle le sache aujourd’hui.

T’es en train de me dire quoi là ? Que c’est aujourd’hui qu’on va me chercher parce que je suis entrée sur l’ordinateur de la mauvaise personne ?

Elle retira sa main de celles de William, ça commençait à faire trop. A aucun moment elle ne croyait à ce qu’elle venait de dire, le ton avait d’ailleurs été ironique. Elle avait abandonné l’idée de pouvoir comprendre les raisons d’agir d’Edward et ça ne lui avait jamais posé de problème jusqu’à aujourd’hui. Jusqu’à ce que ce soit elle qui fasse partie de ses plans. Elle remit une mèche de cheveux derrière son oreille, signe de nervosité chez elle, avant de poser un regard las sur William.

En gros, Edward m’a volontairement filé un boulot pour que soit un appât. Ok… Son regard se fit plus froid. Je t’ai écouté maintenant c’est toi qui va le faire. Tu diras à ce cher Edward qu’il aille se faire voir. Et elle restait polie. Qu’il m’oublie pour ces prochains plans, pour ses demandes d’aides et, en fait, qu’il m’oublie pour tout. Et, pendant qu’on y est, fais pareil !

Sur quoi elle se releva et, cette fois, il pourrait essayer ce qu’il voulait pour la retenir, hormis la force physique, aucun regard larmoyant ou désolé ne la retiendrait. Enervée, elle donna même un coup dans sa tasse de thé qui tomba sur la table, laissant le liquide se répandre du côté de William et, elle quitta le café. Si elle avait toujours essayé de garder le sourire, elle n’arrivait même pas trouver une raison suffisante pour y arriver cette fois-ci. Dehors, une personne la bouscula ce qui l’énerva encore plus. Après avoir lâché une insulte à cette personne, Ély s’embarqua dans une petite ruelle histoire de pouvoir esquiver les gens sur l’artère principale.

Elle crut entendre son nom et se retourna pour voir, plus loin, William. Elle ne l’entendait pas et se douta bien qu’il essaya de dire quelque chose mais, elle se retourna à nouveau. Pas envie de l’écouter. Peut-être qu’elle aurait dû parce que, face à elle, sans qu’elle n’ait rien vu venir un homme avait une arme braquée sur elle. C’est drôle elle s’était imaginée toute sorte de réaction si sur ce genre de chose lui arrivait et, dans tout ce qu’elle avait imaginé, il n’y avait pas sa réaction. Lever les bras, ouvrir la bouche sans qu’aucun son ne sorte et rester complètement paralysée.

Il y a une voiture garée plus loin, tu vas me suivre.

Hors de question qu’elle fasse ça et alors qu’elle allait lui répondre quelque chose allant dans ce sens, l’homme s’écroula au sol pour laisser apparaitre, derrière lui, un Edward fier de lui. Élirys ne pu s’en empêcher, elle se mise à lui sourire et, dans le même temps, lui décrocha la meilleure droite qu’elle avait en stock. Elle allait le tuer, elle ne savait pas comment mais, c’était la seule chose dont elle avait envie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Edward Livingston
Humain

Nombre de messages : 261
Date d'inscription : 17/04/2010
Localisation : New York
Age du personnage : 32 ans
Pouvoirs : aucun
Profession : Détective (a son compte,peut aider la police ou Mars investigation)
Prof à l'institut Xavier
Points de rp : 231

MessageSujet: Re: Mauvais plan [Élirys]   Dim 7 Avr - 2:15

Il fallait bien se douter que cette histoire d’appât n’allait pas lui plaire. Et pour le centième fois – voire plus – William se demandait encore comment Edward avait pu faire une chose pareille. Mais si Will ne comprenait pas le plan de son ami, ce que venait de dire Élirys, avec une ironie certaine, était probablement bien plus vrai que ce qu’elle pouvait imaginer. Un truc s’alluma dans le cerveau de William, c’était parfaitement logique, ça collait très bien avec les idées d’Edward. La dénoncer, attendre qu’ils viennent s’en prendre à elle en se mettant à découvert et les arrêter. Et si Edward ne lui en avait parlé qu’aujourd’hui c’est qu’effectivement, il y avait de grandes chances que les choses se fassent aujourd’hui. La jeune femme avait retiré sa main, et il la regarda fuir sans rien pouvoir y faire, un peu déçu avant qu’elle ne se remette à parler.

William se prit tout en pleine figure, sans rien pouvoir y faire parce qu’elle avait raison. Il avait même l’impression d’être triste d’être passé dans la catégorie des personnes qui ne devaient plus chercher à la voir. Une envie sourde de la retenir se faisait sentir mais il chercha à la faire taire. Que pouvait-il faire ? La retenir pour lui dire qu’elle avait sûrement raison, que c’était aujourd’hui qu’on s’en prendrait à elle ? Mauvaise idée, lui balancer un truc du genre ne ferait que la braqué un peu plus. Il cherchait pourtant encore ce qu’il pouvait lui dire alors qu’elle quittait le café. Dans son cerveau tout était en train de se mélanger : Élirys qui partait. Une menace sur elle. Edward et ses plans foireux… Assez d’élément pour comprendre qu’il ne pouvait pas la laisser partir seule. Il balança un billet sur la table et partit en courant du café, à droite. Elle était partie à droite. Il eut à peine le temps de l’apercevoir alors qu’elle tournait dans une ruelle et il allait s’y engager quand quelqu’un le stoppa.

« Edward ?! »

****

Edward avait suivi William quand il était partit pour aller rejoindre Élirys, préférant de loin laisser ce genre de discussion à son ami qui possédait bien plus de diplomatie que lui. Tout s’était mis en place comme il l’avait prévu et, il n’était même pas désolé pour la jeune femme. Elle s’en remettrait après tout. Quand elle s’était levée pour quitter le café, Edward s’était mis en route et, la connaissant – et surtout en voulant qu’elle quitte l’artère principale – il avait baissé la tête pour la percuter légèrement. Assez en tout cas pour qu’elle soit blasée et décide de s’engager dans une ruelle sans personne à l’intérieur. William, en preux chevalier, avait suivi de près mais Edward l’avait arrêté au passage.

« Suivez-là, je fais le tour rapidement. »
« Vous pouvez m’expliquer ? Vous saviez que ça serait aujourd’hui ? »
« Croyez moi, William, vous n'avez pas envie de perdre de temps à parler. »

William sembla réfléchir un instant mais, la phrase d’Edward avait été assez percutante pour qu’il se mette à suivre la jeune femme alors que lui, partait déjà de son côté pour faire le tour. Tout était une question de temps et ils n’en avaient pas beaucoup. C’est William qui eut un premier visuel sur Élirys, bien plus loin dans la ruelle. Une certaine panique l’emporta et il hurla son nom. Elle se retourna et il en fut soulagé avant de voir un autre homme se faufiler derrière elle. Il lui cria de faire attention, de courir, de ne pas se retourner, elle n’avait rien entendu de tout cela et avait fait le contraire. William se mit à courir aussi vite qu’il le pouvait.

De son côté Edward avait pu se servir de ses connaissances de la ville pour arriver sur les lieux rapidement. Il était derrière un homme qui demandait à Élirys de le suivre jusqu’à une voiture. Sans attendre plus longtemps et, surtout à cause du caractère parfois imprévisible de la jeune hackeuse, Edward préféra l’assommer de manière efficace. Quand l’homme s’écroula, il se retrouva face à Élirys, un sourire sur les lèvres qui voulait dire « Tu as vu comment je t’es sauvée, là ? » Et en guise de réponse, une douleur impressionnante sur sa joue.

«Hmmm... Méritée ! »

C’était plus une réflexion à lui-même qu’autre chose et il avait bien cru qu’elle allait encore lui sauté dessus si William n’était pas arrivé à ce moment-là pour la retenir. Peut-être qu’il aurait dû envisager ce genre de réaction un peu plus tôt mais décida de profiter de l’étreinte de William pour s’adressa à elle.

« Je sais que vous m’en voulez mais, croyez-moi j’avais une très bonne raison. Et il leva la main pour lui interdire de parler parce qu’il n’avait pas fini. Il faut que je leur mette la main dessus et c’était la seule solution… Hmm, enfin, disons que c’était l’une des solutions les plus faciles à mettre en place. Il claque des doigts pour capter son attention. Élirys, on a pas beaucoup de temps, d’autre vont arriver en voyant que leur ami – et il désigna l’homme au sol – ne reviens pas. Vous allez vous laissez emmener, et on vous suivra. Tout va bien se passer. »

Sur quoi, sans même lui laisser le temps de répondre il passa devant elle, attrapa William pour aller se planquer derrière quelques poubelles qui n’étaient pas loin. William essayait bien de protester mais savait que contre Edward il n’y avait pas grand-chose à faire. Finalement, il n’aurait pas dû retenir Élirys, et la laisser s’en prendre à l’anglais
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elirys M. Winston
Humaine

Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 26/03/2013
Localisation : New York ou Londres
Clan : neutre
Age du personnage : 26 ans
Pouvoirs : Aucun
Profession : Dans la création de logiciel
Hackeuse
Points de rp : 99

MessageSujet: Re: Mauvais plan [Élirys]   Dim 7 Avr - 15:47

Une claque et tout ce qu’il trouvait à dire c’était « méritée», même pas un mot d’excuse, rien ? Ca l’énerva encore un peu plus, assez pour préparer sa deuxième attaque. Elle n’avait peut-être pas fait de boxe toute sa vie, ni même de réel sport de combat mais, il y a une chose qu’il faut savoir : Ne jamais contrarié une femme ! Et Élirys était quelqu’un d’assez hargneuse quand elle le voulait bien. C’est au moment où elle allait lui sauter dessus, en balançant tout son répertoire d’insulte qu’elle sentie une main l’attraper au niveau de la taille. Elle avait beau se débattre, William restait plus fort qu’elle. En fait, les deux anglais s’en prirent plein la figure, du moins, verbalement, étant donné qu’elle n’était capable que de faire ça.

Le regard qu’elle lança à Edward n’avait rien d’amical quand il essaya d’ouvrir le dialogue. Une bonne raison. Elle essaya de lui retourner un coup de poing, largement évité. Elle crut même grogner de frustration, se sentant obligée de l’écouter. Donc, pour faire court : Il existait d’autre solution pour faire ce qu’il voulait mais il avait préféré l’envoyer à l’abattoir. Elle voyait rouge mais, un claquement de doigt lui fit reporter son attention sur Edward qui, à aucun moment n’exprimait le moindre remord vis-à-vis de ce qu’il avait fait. Bordel, il lui faisait confiance ! Sauf qu’elle était loin d’être au bout de ses surprises. Elle avait sérieusement bien entendu ce qu’elle venait d’entendre : se laisser embarquer ? William la lâcha.

Tout va bien ?? Les deux commençaient déjà à partir. Edward ? Edward !

Elle passa les mains sur son visage, regarda le corps inerte qui était au sol en espérant que tout ça ne soit qu’un mauvais rêve, ou une mauvaise blague venant d’Edward. Réfléchir était la seule chose à faire, et, en plus, elle savait le faire. Elle mit son cerveau en route mais, en fait, il ne se passa pas plus d’une minute entre le départ des deux hommes et le moment ou deux autres arrivèrent devant elle. Ok, Edward ne déconnait pas en fait. Les deux arrivants regardèrent leurs compagnons au sol puis Élirys, l’air étonné. Tout ce qu’elle trouva à faire ce fut d’hausser les épaules.

Bin ouais les gars, la prochaine fois, faut en envoyer plusieurs à la fois.

Les deux hommes évaluèrent la jeune femme face à eux, cherchant à savoir si elle avait vraiment pu faire ça toute seule mais, personne d’autre n’était en vue. Ils échangèrent un regard, l’air de se demandé ce qu’il devait faire alors qu’Élirys se demanda si elle devait profiter de ce temps pour s’enfuir. Ce qu’elle tenta de faire avant que deux armes ne se braquent sur elle dans un même mouvement. Ok… Elle allait rester là, en fait.

Si j’ai un conseil à vous donner les gars, gardez-moi en vie sinon vous allez le regretter.
Ah ouais, et tu vas faire quoi du haut de ton 1m50 ?
60… 1 mètre 60. Elle y tenait mais secoua vite la tête en se disant que ça n’avait pas la moindre importance dans ce genre de situation. Elle devait trouver quelque chose et vite. J’ai créé un programme et, si je n’y réponds pas toutes les 12h, toutes les informations collectées sur vos ordinateurs vont arriver au commissariat.

Faux, complètement faux mais fallait bien quelque chose et c’est ce qui lui avait semblé le plus logique. E, y repensant c’était superflu dans la mesure où le premier homme lui avait demandé de la suivre, c’est qu’on ne voulait pas la tuer en pleine rue de cette manière. Mais elle essayait de se rassurer en se disant qu’elle gagnait un peu de temps, si Edward était après eux c’est qu’ils avaient des choses à se reprochés et qu’ils n’avaient pas envie de voir leurs trucs finir chez la police.

Suis-nous.

Au moins ça avait le mérite d’être claire. Les deux hommes cachèrent leurs armes et, l’un devant, l’autre derrière, ils escortèrent Élirys jusque dans la prochaine artère où une voiture attendait. Si elle se sortait vivante de cette endroit, elle allait tuer Edward. Une pensée qui lui donnait un peu d’espoir et d’envie de survie. Elle était à peine arrivée dans la voiture qu’elle lâcha un Aieuhh en regardant étrangement l’un des hommes qui venait de lui enfoncer une aiguille dans le cou. Tout se flouta, elle tenta bien de résister à cet effet mais, très vite ce fut le trou noir.

Enfin réveillée ?

Ses yeux collaient encore et elle essaya vraiment de les ouvrir. Tout restait flou mais, en voulant bouger, elle comprit rapidement qu’elle était attachée à une chaise dans ce qui semblait être une cave. La voix qui venait de lui parler était celle d’un homme mais elle n’arrivait pas encore à bien définir les contours de son visage. Elle secoua la tête, elle recommença encore plus fort en pensant que ça allait lui permettre de se réveiller un peu mieux. Un bruit de chaise se fit entendre et l’homme s’installa en face d’elle à califourchon.

C’est quoi cette histoire de programme.
Dératiseur.
Quoi ?
Le dératiseur… Elle releva la tête vers lui dans un sourire. C’est mon programme. Cool comme nom, non ?

Jamais de sa vie elle ne s’était pris un coup de poing comme celui-là. Elle avait la furieuse impression d’y avoir laissé au moins trois dents en un bout de sa mâchoire, sans pouvoir s’empêcher de passer sa langue sur cette douleur pour être certaine que tout était encore là. Pourquoi ce genre de personne n’avait jamais eu le sens de l’humour dans leur attribut ? Cela dit, ce poing eu au moins l’avantage de la réveiller et de distinguer un peu plus ce qui se passait autour d’elle
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Edward Livingston
Humain

Nombre de messages : 261
Date d'inscription : 17/04/2010
Localisation : New York
Age du personnage : 32 ans
Pouvoirs : aucun
Profession : Détective (a son compte,peut aider la police ou Mars investigation)
Prof à l'institut Xavier
Points de rp : 231

MessageSujet: Re: Mauvais plan [Élirys]   Sam 13 Avr - 22:56

De sa planque, Edward ne put que sourire en voyant et écoutant Élirys qui, même dans la panique, dans une situation qu’elle ne connaissait pas et ne comprenait pas, trouvait le moyen de sortir les bonnes phrases au bon moment. Edward était probablement un enfoiré de première sur un tas de chose mais c’était un enfoiré qui savait ce qu’il faisait et le choix d’Élirys pour cette « mission sans son accord » n’avait pas été anodin. Il l’avait déjà vu travaillé, il l’avait déjà tenté de la poussée à bout et, hormis cette claque qu’il venait de se prendre, elle était toujours restée maître d’elle-même. Sans parler de cette sorte d’humour qu’elle gardait et de cette façon de retourner une situation. C’était parfaitement inutile de demander à être garder en vie, si on prenait le temps de lui parler, c’est qu’on voulait l’interroger mais ça n’empêchait pas Edward d’apprécier cette recherche d’explication qu’elle avait donné.

« Et maintenant ? Lança William une fois que la hackeuse fut emmenée »
« Et bien… On y va… »

William avait, très souvent – trop ? -, été en désaccord avec Edward, même en sachant que le détective voyait toujours juste mais, jamais il n’avait autant en désaccord avec lui. Cependant, il n’était pas certain d’être parfaitement neutre dans cette histoire, ce n’était pas la première fois qu’Edward se servait de quelqu’un. Si ce n’avait pas été Élirys, peut-être aurait-il été moins touché par cette affaire. Il n’arrivait pas à s’enlever de la tête que ce qui était en train de se passer était une énorme erreur, tout en cherchant à rester concentré sur la route et surtout sur le véhicule qu’il suivait. Edward, bien qu’incapable de conduire sans provoquer d’accident, avait tout prévu, jusqu’à cette voiture qui leur permettait de suivre la jeune hackeuse.

« C’est pour ça que j’évite tout sentimentalisme ! »
« Edward ! »
« Tout ce que je dis, c’est que… »
« … Je sais très bien ce que vous êtes en train de me dire. »

Il l’énervait avec cette faculté de rentrer dans la tête des gens sans même être télépathe. William connaissait le refrain par cœur : Avoir des sentiments s’était agir de manière non rationnelle, faussé un jugement et ainsi de suite. Là, ce n’était vraiment pas le moment de lui faire un cours sur ce genre de chose. Il lui aurait même bien dit que cela n’avait rien à voir, que c’était le plan en lui-même qui était foireux mais, force était d’admettre qu’Edward ne se plantait pratiquement jamais. Il y avait sûrement un fond de vérité même si, pour William, il appréciait beaucoup Élirys mais que cela n’allait pas plus loin.

Edward bien qu’insistant en temps normal comprit qu’il était préférable de ne rien ajouter cette fois-ci. William était sur les nerfs et cela n’était pas une bonne chose, il avait besoin de lui et de ses capacités. Alors, tout le reste du trajet, il le passa à cogiter dans son coin. Tout se passait bien, malgré ce que pouvait en penser son voisin, la destination lui était inconnue mais c’est celle qu’il cherchait depuis un moment. L’homme qu’il suivait depuis un moment, Mat Follow, était très prévoyant, laissant que peu de trace derrière lui. Il avait bien un appartement dans lequel Edward avait déjà été faire un tour mais rien n’y était exploitable et, il avait compris qu’il existait un autre endroit qui lui était inconnu. Envoyé Élirys jouer l’appât contre sa volonté donnait de grande chance de découvrir cette endroit, Follow ne se risquerait pas à l’emmener chez lui.

Ils roulèrent depuis un bon moment quand ils arrivèrent dans l’un des endroits les plus mal famé du Hell, plus loin, les hommes sortaient la jeune femme de la voiture pour la mener dans une maison dans un tel état de délabrement qu’on aurait pu la croire inhabité depuis bien longtemps. William s’était garé, à une distance assez raisonnable pour ne pas être découvert. Le moteur éteint, Edward le sentait dans l’attente d’explication, d’élaboration de plan, de n’importe quoi en fait du moment que ça le rassurait sur ce qui allait suivre. Après avoir attrapé son portable et fait quelque chose avec que William ignorait totalement, il se décida enfin à ouvrir la bouche.

« On y va. »

Quoi ? Comme ça ? Des questions qui restèrent entres les lèvres de William. De toute façon, Edward était déjà sorti de la voiture en direction de la maison, William ne put que suivre le mouvement et, puis, il avait une parfaite confiance dans les capacités d’Edward à s’en sortir dans ce genre de situation. Ils approchèrent tous les deux de la maison pendant qu’Edward faisait… Bin, en fait, il faisait son « Edward ». William ne comprenait jamais vraiment ce qu’il faisait, ça le dépassait complètement. Tout ce qu’il savait c’est que son ami, apprenait un tas de chose en observant, un art selon lui.

« Quatre… Ils sont quatre. »

William hocha la tête, ça lui allait bien, ne pas chercher à comprendre sinon Edward lui sortirait tout une tirade sur le pourquoi du comment il en était arrivé à cette conclusion et, c’était une perte de temps en sachant Élirys à l’intérieur de cet endroit. Ce qu’il ne comprenait pas, en revanche, c’est pourquoi Edward frappa à la porte plutôt que d’entrer en toute discrétion. Il allait lui poser la question quand la porte s’ouvrit sur un homme qui regardait les deux autres d’un air un peu étrange.

« C’est pour quoi ? »
« On vient récupérer la jeune femme qui se trouve ici. Dans un semblant de sourire, Edward ajouta. Et pas de son plein gré. »
« Je ne vois pas de quoi vous parlez. »
« Je vous explique la situation : Je suis entré dans l’ordinateur de ce qui vous sert de chef mais, pour être certain qu’il sorte de sa cachette, j’ai fait croire que c’était la jeune femme que vous avez récupérer. Il continua comme si c’était une évidence. Si je m’étais dénoncé, il aurait cru à un piège et jamais je n’aurais pu le trouver. »
« Elle nous a pourtant dit avoir créé un logiciel »
« Une simple employée qui a appris son rôle par cœur. »

L’homme semblait hésiter et, finalement, sortant l’arme qu’il avait dans les mains, il demandé aux deux anglais de le suivre à l’intérieur. Tous descendirent au sous-sol ou se trouvait le dénommé Mat et Élirys sur une chaise. Avant, ils avaient été fouillé par deux autres hommes, vidés de leurs portables et de l’arme gardait étrangement sur lui assez souvent. Mat Follow regarda ses coéquipiers ramener les deux anglais avec un regard interrogateur.

« Il dit que c’est lui qui est entré dans l’ordinateur ? »

Trois minutes plus tard, ils étaient tous les deux attachés à une chaise alors que les hommes remontaient pour ce qu’Edward avait envie d’appeler un conseil de guerre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elirys M. Winston
Humaine

Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 26/03/2013
Localisation : New York ou Londres
Clan : neutre
Age du personnage : 26 ans
Pouvoirs : Aucun
Profession : Dans la création de logiciel
Hackeuse
Points de rp : 99

MessageSujet: Re: Mauvais plan [Élirys]   Jeu 18 Avr - 16:08

L’homme qu’elle avait en face d’elle n’eut pas le temps de lui poser plein de question que, déjà, quelqu’un descendait. Élirys fut incapable de ne pas laisser transparaitre une certaine surprise en voyant les deux anglais emmener par un des hommes qui, en plus, expliquait qu’Edward avait avoué être le hackeur entré sur l’ordinateur de l’homme. Elle se passa bien de le contredire préférant de loin que ce soit lui qui devienne la cible plutôt qu’elle. Limite, elle serait même heureuse si on lui proposait de participer à quelques coups qu’on mettrait à Edward. Il l’avait foutu dans ce merdier alors elle aurait bien voulu lui faire comprendre qu’il avait déconné sur ce coup-là. Mais dans la mesure où ils étaient tous les trois attachés, elle n’allait pas pouvoir faire grand-chose. Les autres hommes quittèrent la pièce la laissant seule avec les deux anglais. Elle tourna la tête vers celui qui l’avait entrainé là-dedans.

Edward, je te promets que si on sort vivant de cet endroit, c’est moi qui te tues.

Edward la vouvoyait. Il vouvoyait tout le monde à sa connaissance mais, ça faisait bien longtemps qu’elle avait arrêté de se prendre le chou avec ce genre de chose. Vouvoyer les gens la saoulait. De toute façon, elle était bien trop énerver contre lui pour témoigner d’un peu de respect dans une façon de parler. Ses menaces profanées (en sachant qu’elle ne serait pas capable de les mettre en œuvres) elle décida qu’il était temps de comprendre ce qui était en train de se passer.

C’est quoi ce bordel ? Et maintenant ? C’est enchainé sur une chaise que tu comptais nous sortir de là ?

Elle ne comprenait pas où il voulait en venir. Il ne pouvait pas simplement appeler les flics, ou même venir lui-même sans se faire avoir pour la sortir de là ? Non, cet abruti c’était fait attacher sur une chaise ce qui n’arrangeait rien à la situation. Elle se savait un peu sévère parce qu’elle ne l’avait jamais vu ne pas avoir de plan mais, là, il lui échappait complètement. Les deux hommes qui étaient partis ne mirent pas longtemps à revenir. Et celui qui l’avait frappé un peu plus tôt reprit sa place que la chaise qu’il s’était sorti.

Voilà le problème : Vous êtes deux à dire avoir fait quelque chose et, franchement, je me fou de savoir qui a fait quoi. Ce qui m’intéresse en revanche c’est de savoir si un logiciel existe vraiment. L’un de vous se décide à répondre ?

Tour à tour, il posa son regard sur Edward et sur Élirys mais, aucun des deux ne semblaient disposer à répondre à sa question. Enfin, elle aurait bien dit oui mais, comme elle imaginait qu’Edward avait un plan, elle préférait ne rien répondre. De toute façon, il était préférable qu’il pense que c’était Edward qui était entré dans son ordinateur plutôt qu’elle. Mat Follow passa une dernière fois son regard sur les deux et se contenta d’hausser les épaules en voyant que personne ne voulait répondre.

Personne ? Très bien. Il se releva et attrapa l’arme qu’il avait sur lui. En moins de deux pas il était devant William et pointait le canon de son arme sur le front de l’anglais. C’est le seul qui ne semble rien à voir dans l’histoire, donc… Je compte jusqu’à trois et si je n’ai pas de réponse… Je ne vais pas vous faire un dessin.

Peut-être à cause de la situation déjà bien étrange pour elle, Élirys imagina le mur de derrière être repeint avec le cerveau de William. Brièvement, elle eut un haut le cœur avant de se reprendre. Elle n’avait aucune envie de voir ce genre de chose arrivé, c’était très bien à la télé mais pas dans la vraie vie. Surtout quand la cervelle en question appartenait à une personne qu’elle connaissait. 3… Le décompte avait déjà commencé et Élirys posa son regard sur Edward. Qu’est-ce qu’ils devaient faire maintenant ? C’était quand même lui le spécialiste des situations pourris. 2… Pourquoi est-ce qu’il ne disait rien ? Avait-il aucun remord à perdre son ami ? Ou alors, peut-être qu’il avait déjà analysé la situation et qu’il savait que l’homme n’oserait pas tirer. Le « 1 » allait arriver et l’homme lui semblait plutôt déterminer alors qu’Edward ne réagissait toujours pas. Putain d’anglais qui pourrait continué à boire un thé tranquillement à une terrasse pendant que le monde s’écroule autour d’eux.

Vous êtes stupide ou quoi ? Elle avait hurlé sur Mat Follow. Sérieusement ? On est deux à se dénoncer comme des débiles pendant que lui ne dit rien, à quel moment vous comprenez que c’est lui qui a tout monter et qui nous livre en pâture ?!

Et dans le « il » elle avait désigné William d’un signe de tête. C’était le seul truc qui lui était passé par la tête et, d’une certaine manière, elle trouvait que c’était crédible. Techniquement, Edward et elle s’était dénoncés très facilement, contrairement à William qui n’avait encore rien dit et qui, pourtant, était là comme pour surveiller ce qui était en train de se passer. Ca paraissait assez logique en tout cas pour que l’homme hésite en regardant William. Elle était même sûre que, dans un coin de sa tête, Mat avait l’envie de tuer tout le monde pour se sortir de ce casse-tête mais ne pouvait rien faire tant qu’il existait la menace d’un logiciel fictif pouvant envoyé le contenu de son ordinateur à la police.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Edward Livingston
Humain

Nombre de messages : 261
Date d'inscription : 17/04/2010
Localisation : New York
Age du personnage : 32 ans
Pouvoirs : aucun
Profession : Détective (a son compte,peut aider la police ou Mars investigation)
Prof à l'institut Xavier
Points de rp : 231

MessageSujet: Re: Mauvais plan [Élirys]   Mer 15 Mai - 19:59

Edward ne trouva rien de mieux à faire que de sourire, légèrement parce que ça ne restait pas vraiment son genre. Mais fallait voir la tête de la jeune femme quand elle les avait vus débarquer, lui et William. Un vrai bonheur. Elle promit de le tuer mais, il n’y croyait pas vraiment, ne prenant pas ce genre de menace au sérieux. De toute façon, Edward suivait son plan, en tout cas les grandes lignes parce qu’avec Élirys, il y avait une sorte de terrain inconnu avec des réactions qu’il avait parfois du mal à prévoir. Il avait l’impression que, des fois, elle agissait sans la moindre logique, répondant à une simple envie du moment. Pourtant, en général, les gens intelligent – et elle l’était, ça ne faisait plus de toute – suivait une ligne de conduite, une logique même de manière inconsciente. Elle, non. Elle trouvait un truc bien sur le moment, elle le balançait, réfléchissait ensuite. Beaucoup trop spontanée pour essayer de prévoir quoique ce soit, enfin, pas tout. Il hocha tout de même la tête, pour répondre à sa question.

« Oui… Non… je vais nous sortir de là mais, y a de grande chance que je ne fasse sans être enchainé. C’est quand même plus pratique sans être entravé. »

Il avait conscience de ne pas répondre à ses interrogations. Ce qu’elle voulait c’était un plan mais, il fallait le connaitre, Edward ne balançait jamais ses idées. Pas avant le bon moment et, indéniablement, ce n’était pas l’heure. En plus il n’avait pas envie que son plan se sache parmi d’autres personnes qu’Élirys et William, ce qui aurait été foiré si il avait parlé vu que, déjà, Mat Follow revenait. Élirys avait foutu un beau bordel avec son histoire de logiciel, c’était la seule préoccupation de l’homme qui, décida de menacer William pour avoir la réponse à sa question.

William ne comprenait rien – si c’était la seule fois encore ! – mais, en moins de deux, il avait une arme contre son front. En bon anglais qu’il était, il ne se mit pas à paniquer mais n’aurait pas refusé une tasse de thé pour passer ce mauvais moment. Il avait été tenté de poser un regard interrogateur sur Élirys qui venait de le balancer en sachant très bien que c’était elle la hackeuse. Mais ce regard l’aurait trahi. Il y avait sûrement une bonne raison à ça. Ah, oui, le garder en vie, faire douter Mat Follow parce qu’Edward n’avait rien répondu à la question posé. Il se demanda même si ce silence ne devait pas être prit comme une tentative de meurtre sur sa personne. Si Élirys n’avait rien dit, Mat aurait tiré, Edward n’avait rien dit.

Non Edward n’avait rien répondu parce que mat n’aurait pas tiré de toute façon, il avait besoin de réponse, il devait garder des atouts dans son sac. Edward pariait sur le fait qu’il aurait frappé William, l’aurait torturé mais il ne l’aurait pas tué, sinon il perdait le seul moyen de pression qu’il avait sur Ely et sur Edward. Mais il avait fallu qu’Élirys dise quelque chose et qu’elle sème encore plus le doute. Edward n’aurait pas été Edward qu’il se serait déjà levé pour l’embrasser sur le front. Ca relevait presque du génie de faire douter les gens comme ça, en se montrant plus que convaincante. Il n’aurait pas les mains liées qu’il aurait presque pu frapper des mains pour la féliciter. En réalité, il aurait pu le faire parce que ça faisait un moment qu’il était le seul à retenir ses liens en place, s’étant dégagé quelques temps après s’être fait attacher.

« Très bien. Vous avez tous décidez de la jouer comme ça. Alors je vais reprendre où j’en étais avec Elle. Et il désigna Élirys. Et quand l’un de vous se décidera à parler, vous me faites signe. »

Matt Follow perdait patience et alla directement vers Élirys. A voir la manière dont il tenait son arme, il y avait fort à parier que c’est la crosse de son arme qui rencontrerait le visage de la jeune femme. Il passa devant Edward et ce n’est qu’après qu’il décida de se débarrasser de ses liens. Tout se passa assez vite en fait. Matt avait levé la main pour frapper Élirys, Edward s’était redressé et s’était servi de sa chaise pour l’écraser contre la tête de Matt. L’autre homme mit trop de temps à réagir et à pointer son arme sur Edward, quand il tira, l’anglais avait donné un coup dans sa main pour dévier le tir avant de l’assommer.

« Il me semble que le tir à du alerter plusieurs personnes dans cette maison. Il serait peut-être utile de nous détacher rapidement. »
« Je crois, au contraire, qu’on a tout notre temps. Un bruit de fracas se fit entendre à l’étage et Edward pointa son regard sur William dans un léger sourire. Les renforts arrivent. »

Avant de quitter la voiture, il avait prévenu un contact qu’il avait dans la police. Il avait juste fallu un peu de temps pour qu’ils arrivent. L’intrusion d’Élirys dans l’ordinateur de Matt avait donner bien assez de preuves pour l’arrêter, et, vu, qu’en plus ils arriveront avec une preuve, en flagrant délire, de séquestration, Edward ne s’inquiétait plus de l’avenir de Matt. C’est donc le plus tranquillement du monde qu’il alla détacher William, puis Élirys.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elirys M. Winston
Humaine

Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 26/03/2013
Localisation : New York ou Londres
Clan : neutre
Age du personnage : 26 ans
Pouvoirs : Aucun
Profession : Dans la création de logiciel
Hackeuse
Points de rp : 99

MessageSujet: Re: Mauvais plan [Élirys]   Jeu 16 Mai - 17:15

Spoiler:
 

Tuer Edward était dans sa liste des choses à faire, juste après « avoir le courage de tuer quelqu’un et apprendre à le faire ». En soit, ce n’était pas compliqué d’appuyer sur une gâchette, du moins c’est ce qu’elle supposait mais, les conséquences devaient être un peu plus difficile à avaler. Avec un peu de chance, il lui resterait encore le restant de sa vie pour améliorer ces points-là. Pour l’heure, tout ce qu’elle voyait c’était Matt qui s’approchait vers elle, son bras se lever et… Elle ferma les yeux, aussi fort qu’elle le pouvait en attendant de recevoir le coup. Rien… Toujours rien… Doucement, elle ouvrit un œil, puis les deux en s’étonnant de voir le type au sol et Edward s’occuper du deuxième type. Ok… Elle avait fermé les yeux combien de temps pour qu’autant de chose se soit produites ?

Un coup de feu s’échappa de l’arme du deuxième homme, dans un réflexe elle se baissa, finissant par se dire que c’était débile vu que le coup n’était absolument pas dans sa direction. Les réflexes, on ne pouvait vraiment pas les contrôler. Ce qui était sûr c’est qu’elle était entièrement d’accord avec William : les libérer avant que les renforts n’arrivent. Un court instant elle bloqua sur la réponse d’Edward qui ne voyait pas ce qui était urgent étant donné que c’était ses renforts à lui qui arrivait. En fait, elle ne cherchait plus à comprendre quoique ce soit venant de lui, de ses idées bizarres et de sa façon de faire vraiment limite. Le jour où elle avait décidé d’aller vers lui pour lui proposer de l’aide, elle aurait vraiment dû s’abstenir en vue de ce que ça donnait aujourd’hui.

Edward s’approcha pour la libérer, elle se mise à sourire. Elle était contente de savoir qu’elle allait bientôt être libre mais, ce qui la faisait vraiment sourire c’est que : Une fois ses mains de libre, elle se redressa, se plaça face à Edward et lui retourna la meilleure claque qu’elle avait en stock. Deuxième fois dans la journée, non ? William était là donc toute tentative de meurtre sur Edward était impossible – même si elle n’y songeait pas réellement – alors elle s’arrêta là. En fait, non, elle avait envie de lui hurler quelque chose mais fut couper en plein élan quand une armée de policier arriva en bas, en braquant tous leurs armes sur eux.

Dans un réflexe et parce qu’ils l’avaient demandé, elle leva les mains. Elle ne voyait pas comment expliquer la situation et, heureusement, il semblerait que les flics comprirent assez vite ce qui se passait. La présence d’Edward devait aider. Au moins il aurait servi à quelque chose de positif dans la journée. De manière très étonnante l’un des flic s’approcha d’eux pour leur dire que, s’ils ne voulaient pas être impliqués, ils feraient mieux de partir sur le champ. Putain d’enfoiré d’Edward qui avait des passes droits que jamais elle n’aurait. En fait elle aurait pu lui dire un tas de chose mais elle n’avait aucune envie de se battre avec lui, pas aujourd’hui, pas ici. Alors, elle préféra faire ce que le flic leur avait conseillé, elle monta à l’étage suivit par les deux anglais et, sans leur dire au revoir, elle décida de continuer son chemin. Si l’un des deux lui proposa de la ramener, ou décida simplement de l’interpeller, elle le snoba aussi simplement que cela.

Tout en marchant vers la bouche de métro la plus proche, elle décida de ne plus rien à voir à faire avec les deux anglais. Réaction qu’elle avait à chaud en sachant très bien que, demain, elle aurait déjà fait l’impasse sur cette décision. Elle devait avoir un côté maso, ou un truc dans le genre mais, l’action lui changeait de ses ordinateurs et, du coup, ça avait quelque chose d’agréable. Peut-être que si elle n’avait pas été hackeuse elle aurait été aventurière, un truc dans le genre. Un goût qui se transmettait surement dans les gènes mais, ça, pour le moment, elle l’ignorait complètement. Elle savait que quelque chose clochait avec ses parents mais, elle n’avait aucune piste pour l’instant.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Mauvais plan [Élirys]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mauvais plan [Élirys]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men Extended :: NEW YORK CITY :: Hell's Kitchen-