Partagez | 
 

 Bûlures et T-shirt [PV Wolverine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Jean Grey
Mutante de niveau Oméga

Nombre de messages : 102
Date d'inscription : 03/02/2013
Localisation : Institut Xavier
Clan : Xmen
Age du personnage : 33 ans
Pouvoirs : télépathie et télékinésie
Profession : Médecin
Points de rp : 35

MessageSujet: Bûlures et T-shirt [PV Wolverine]   Sam 9 Mar - 11:26

C'était une matinée comme les autres, je m'étais levée tôt pour prendre mon petit déjeuné au calme dans la salle à manger. Assise à une table face à la baie vitrée, je contemplais les premiers rayons du soleil tout en buvant un thé.
J'aimais prendre mon temps pour savourer ses petits moments de paix. Penchée sur ma tablette tactile, je faisais défiler les pages d'un livre que j'avais téléchargé la veille. Il s'agissait d'un polar sur fond de recherches archéologique très bien écrit qui s'intitulait "Tonnerre sur la cité perdue". Je le dévorais tout en grignotant mon croissant encore chaud jusqu'à ce qu'un rappelle de mon emplois du temps s'afficha en plein milieu du texte.


Citation :
9h00: séance d'entrainement libre en salle des danger
10h00: séance découverte de pouvoir en salle des dangers avec grand débutants

*Je dois préparer le matériel à l'infirmerie au cas où il y ait des blessés.*

Ces tablettes étaient très pratiques et je devais avouer que je ne me passais plus de la mienne. Il y avait tout dedans: ma musique, mes livres et surtout mon emploi du temps qui bien qu'il ne soit pas surchargé était tout de même précis.
Il était à peine 8h00 et les étudiants commençaient à affluer pour prendre leurs petits déjeuné avant les cours qui débutaient à 9h00. J'avais donc beaucoup de temps pour me préparer mais je ne devais pas trainer.


Après avoir ouvert les portes de l'infirmerie j'allumais la radio pour écouter les informations. Cela me permettais de me tenir au courant de l'évolution de la situation des mutants et donc de garder un lien avec le monde extérieur.
Sachant par habitude quel type de petits bobos les élèves auraient en sortant de leur entrainement, j'avais placé sur un plateau près de la table d'examen une bonne quantité de pansements, de bandages et de désinfectant. Les enfants avaient tendance à n'en faire qu'à leur tête et parfois cela dérapait en provoquant des petites égratignures.

Une fois prête je m'assied à mon bureau pour examiner et enregistrer les dossiers des derniers arrivants sur la base de donnée de l'Institut afin d'être prêt à soigner nos jeunes mutants rapidement. Il me fallait de nombreuses informations sur leur caractéristiques mutantes afin d'éviter des allergies ou des intolérances à certains produits fréquemment utilisés en médecine. C'était un travail long qui demandait de la concentration.
Tout à coup une alarme provenant de la salle des dangers me tira de mes recherches. Il était 9h45 et il s'agissait de l'entrainement solo. Ne sachant pas qui était blessé j'y courus avec ma trousse de premiers secours afin de prodiguer les premiers soins aux blessés pendant qu'ils seraient transportés à l'infirmerie.

Sur place je vis un groupe de quatre jeunes garçons âgées de 16 à 18 qui étaient penchés au-dessus d'un corps inerte fumant.


"Ecartez-vous et apportez le brancard!" Leur ordonnais-je en m'agenouillant près du blessé dont l'odeur de peau brûlée me donnait des haut-le cœur. Logan était inconscient et il semblait très mal en point.
Une fois allongé à l'infirmerie, je commençais à examiner Logan. Son corps était couvert de coupures assez profondes et de brûlures au 3ème degré. Même s'il pouvait se régénérer seul je ne pouvais pas le laisser allongé sur le sol sans soins.


*C'était la 3ème guerre mondial là dedans?*

J'enfilais une paire de gants et je commençais par lui faire une injection d'antidouleurs. Puis je lui ôtais les restes de vêtements brûlés qui lui recouvrait le corps afin de nettoyer ses plaies. Connaissant bien Logan, je savais qu'il ne tarderait pas à se réveiller et il risquait d'avoir une réaction imprévisible comme lors de notre première rencontre. Alors, pour qu'il ne soit pas surpris en ouvrant les yeux je lui parlais tout en poursuivant ses soins.

"Logan...
Ouvre les yeux...
Logan...
C'est Jean."

Revenir en haut Aller en bas
http://ddstvavatarland.free.fr/index.php
avatar

Wolverine
Mutant de niveau 4

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 24/05/2012
Localisation : Institut Xavier, ou perdu au milieu de rien
Clan : Xmen
Age du personnage : bien plus vieux que ce qu'il semble
Pouvoirs : Régénération, griffes (3 à chaque mains) en adamantium, sens surdeveloppés
Profession : Prof à l'institut Xavier
Points de rp : 60

MessageSujet: Re: Bûlures et T-shirt [PV Wolverine]   Lun 11 Mar - 10:56

En y réfléchissant bien, Logan avait toutes les raisons du monde d’être de mauvais poil. D’accord, on pouvait penser que c’était un état permanent chez lui mais, là, disons qu’il était encore de plus mauvaise humeur que d’habitude. Une élève s’était faite agressée par sa faute – sans qu’il ne sache pourquoi – et dès qu’il essayait de la croiser pour lui poser des questions, elle redoublait d’effort pour l’éviter ou lui sortir une excuse bidon pour s’éclipser. Il devait trouver une solution pour qu’elle lui parler et vite mais, là, surtout, ce qu’il avait besoin s’était de se défouler. Longtemps il avait hésité ennuyer Scott, une cible facile mais pas trop dans son assiette en ce moment. Il avait pensé à se défouler sur quelques élèves mais, il imaginait déjà se faire hurler dessus par tout le reste de l’institut. Finalement et, surtout par défaut, il avait décidé d’aller dans la salle des dangers.

Il prit un malin plaisir à allumer son cigare dans les couloirs de l’institut, histoire de laisser cette odeur – pour beaucoup, désagréable – embaumer tout sur son passage. Avec un peu de chance on viendrait le critiquer et il pourrait se mettre en pétard sans que ça paraisse trop abuser. Malheureusement, il ne croisa personne sur son chemin, personne sur qui hurler, personne à qui placer une ou deux phrases de son cru. Décevant ! Tant pis, il entra dans la salle, régla la difficulté à son maximum parce que, de toute façon, il ne craignait rien grâce à son pouvoir et il aurait l’impression d’avoir un peu de défi. Ou peut-être que, simplement, il aimait se faire mal ce qui, dans son cas, n’était pas inenvisageable.

Les choses commençaient bien, il en arriva même à douter du niveau de difficulté qu’il avait mis. Peut-être qu’après le coup fumeux fait avec Edward aux élèves de l’institut, quelqu’un avait décidé de baisser le niveau max pour éviter l’incident qu’ils avaient créés. Un coup de génie, d’ailleurs, selon lui. Dommage que cet avis n’est pas été partagé par tout le monde. Enfin, il n’avait pas envie de repenser à ce genre de chose et s’acharna sur un ennemi créé de toute pièce par la salle des dangers. Ça avait même quelque chose de frustrant de savoir qu’il était en train de dégommer une personne qui n’était pas vraiment réel.

Il devait être 9h30 quand tout commença à partir en cacahuète. Un ennemi avec un lance rocket – est-ce qu’on avait idée d’utiliser ce genre d’arme ?! – le visa. Et, bordel, il visait bien. Logan sentit ses pieds quitter le sol quand la rocket explosa non loin de lui. Déjà qu’il avait bien morflé avant cette attaque mais, cette dernière semblait avoir décidé de l’achever. Enfin, lui, il ne se rendit compte de rien parce que, finalement, après s’être sentie emporter, tout devint flou, puis noir et, enfin, inexistant. Simulation de merde ! Il était inconscient quand la salle des dangers fut stoppée, quand on vint le récupérer à l’intérieur sans qu’il puisse s’en rendre compte. Dommage qu’il ne soit pas conscient, il n’avait réussi à énervé personne avec l’odeur de son cigare mais, il aurait au moins été fier de rebuter certain avec l’odeur de brûlé qu’il devait dégager à ce moment bien présent. Pourquoi fallait-il toujours qu’il soit inconscient quand les choses pouvaient être marrantes ?

Quand les choses commençaient à reprendre consistance autour de lui, ce fut d’abord une voix. Cette voix qu’il aurait pu reconnaitre entre mille et qui le fit penser qu’il était en train de rêver. Il existait toujours une trace « Jean » quelque part en lui, même si il refusait de l’avouer à qui que ce soit, lui le premier. Il devait rester sur l’idée qu’il avait tourné la page, c’est ce qu’il y avait de mieux à faire parce que, sinon, il ne deviendrait qu’un choix par défaut, rien de plus. Ce n’était pas son rôle, pas don envie. Faire une croix sur la jeune femme était la décision la plus sage qu’il avait pu faire jusqu’à présent. D’ailleurs, depuis qu’elle était de retour à l’institut, il avait pris un soin particulier à la croiser le moins de fois possible, sur un lapse de temps aussi court qu’il était permit. Bien sûr il n’avait rien contre elle, il ne lui en voulait même pas pour le professeur Xavier, ça n’avait pas vraiment été elle et puis, il faut avouer, qu’il avait grave déconné en lui bridant ses pouvoirs sans la prévenir. Il aurait été sur les dents aussi à la place de Jean.

Bref il avait réellement pensé que cette voix venait directement de son esprit mais petit à petit les choses se faisaient plus précises, plus nettes et il fut forcé de constater que ce n’était pas un rêve. Elle était vraiment en train de lui parler. Bonne idée parce qu’il avait à peine sentit quelque chose sur son torse que son premier réflexe – qu’il refoula grâce à sa voix – aurait été de se redresser d’un coup en éliminant la menace. Au lieu de ça, il attrapa la main de Jean pour la faire arrêter ses soins alors qu’il ouvrait déjà les yeux.

Laisse tomber, ça va se remettre tout seul. Et comme il voulait prouver ses dires, il chercha à se redresser mais la douleur le remit allongé en quelque secondes. Bientôt…

Il avait vraiment cherché à l’éviter et là il commençait à maudire cette simulation qui, en plus de l’avoir foutu KO – pas cool pour son égo – il venait à se retrouver là dans une scène qui n’était pas sans lui rappeler sa première rencontre avec le médecin de l’institut ce qui était loin d’être une bonne chose pour les efforts qu’il déployait envers Jean.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jean Grey
Mutante de niveau Oméga

Nombre de messages : 102
Date d'inscription : 03/02/2013
Localisation : Institut Xavier
Clan : Xmen
Age du personnage : 33 ans
Pouvoirs : télépathie et télékinésie
Profession : Médecin
Points de rp : 35

MessageSujet: Re: Bûlures et T-shirt [PV Wolverine]   Lun 11 Mar - 16:56

Logan commençait à revenir à lui. Cela se voyait à ses paupières qui frémissaient de plus en plus. Je me demandais ce qui pouvait bien se passer dans sa tête mais je respectais l'intimité des gens qui m'entourait. C'était l'une des premières règles que Charles m'avais enseigné et je l'avais toujours respecté.
A l'aide d'un coton je nettoyais en douceur les plaies qui lui recourait le corps. Les effets de son facteur autoguerisseur étaient déjà visibles. Les saignements s'étaient arrêtés et les entailles disparaissaient progressivement. Quand sa main saisie la mienne, la chaleur qui s'en dégageait me surpris. Toutefois, ce contacte n'était pas désagréable. Mais je devais rester distante. Il fallait que je m'en tienne au choix que j'avais fais il y a longtemps même si c'était plus dure que je l'avais imaginé. Les sentiments que j'avais éprouvé jadis n'avait pas leur place dans cet endroit.


*Soit professionnelle Jean.*

Logan me demanda d'arrêter ce que j'avais commencé mais ne pas le soigner ou tout simplement tenter de le soulager allait à l'encontre de mon devoir de médecin. Et en tant que gros dure macho, il tenta de se relever pour me prouver qu'il allait bien. J'allais lui demander de se tenir tranquille le temps que toutes ses plaies se soient cicatriser mais il semblerait que la douleur ait fait le travail à ma place.

"Tu es pire qu'un gosse.
Tu ne changera jamais.
C'est ce que j'aime avec toi."


Tout en douceur je reposais sa main sur son abdomen rompant le contacte humain qui me manquait en ce moment et releva le dossier du lit pour qu'il soit plus à son aise. J'approchais le plateau sur lequel j'avais déposé en avance quelques produit et je pris du sérum physiologique et un nouveau jeu de compresse pour lui nettoyer le visage.

"Tu ferais mieux de rester tranquille jusqu'à ce que tu sois totalement remis. Je sais que tu n'as pas besoin de soins, mais je ne peux pas te laisser souffrir ou ne pas te faire transporter ici parce que tu guéri vite."

Les traces de sang sur son visage et son torse était quelque chose qui me dégoutais. En fait, toutes les formes de souffrances me dégoutais quelque soit la personne. Et ça manière de faire m'agaçais. Il faudrait qu'il arrête d'agir en solitaire car même si presque rien ne peut le tuer, un jour cela lui jouera des tours.

"Ne bouge pas s'il te plais." Lui dis-je d'une manière qui lui ferait comprendre que c'était un ordre. "Laisse-moi au moins enlever le sang que tu as sur le visage, après tu iras prendre une douche. Il y a des vêtements de rechange dans le placard à côté de la douche. Quand tu auras retrouvé visage humain je t'examinerais".

Lorsque j'eus terminé, je jetais les compresses et mes gants dans la poubelle à côté de moi.

"Qu'est-ce qui c'est passé?"

Revenir en haut Aller en bas
http://ddstvavatarland.free.fr/index.php
avatar

Wolverine
Mutant de niveau 4

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 24/05/2012
Localisation : Institut Xavier, ou perdu au milieu de rien
Clan : Xmen
Age du personnage : bien plus vieux que ce qu'il semble
Pouvoirs : Régénération, griffes (3 à chaque mains) en adamantium, sens surdeveloppés
Profession : Prof à l'institut Xavier
Points de rp : 60

MessageSujet: Re: Bûlures et T-shirt [PV Wolverine]   Sam 16 Mar - 9:47

Désolé, semaine un peu chargée (beaucoup)

Un très léger grognement accompagna la phrase de Jean quand elle annonça qu’il était pire qu’un gosse. Il se serait bien défendu, il aurait bien expliqué que ça n’avait rien à voir que c’était juste une réalité : Il allait guérir, il le faisait toujours. Il le faisait tellement que ça ne l’inquiétait même plus de foncer dans le tas et de se retrouver complètement criblé de balle. Ça passait, ça finissait toujours de cette manière l’empêchant de l’imaginer ce que ça serait le jour où son pouvoir l’abandonnerait. Il n’y avait pas de raison que ça arrive, pourquoi songer à ce genre de chose ? Il avait donc prit la remarque de la mutante comme une critique mais, très vite, sans qu’il ne sache pourquoi elle semblait explique que ce n’était pas une mauvaise chose. Elle aimait ça. Bordel ! Elle ne l’aidait pas vraiment sur ce coup-là, il n’avait pas besoin de savoir ce qu’elle aimait ou non chez lui, c’était bien trop tentant de jouer sur les côté positifs.

Si tu veux, la prochaine fois, je pourrais taper du pied en demandant une glace. Au moins, me traité de gosse sera justifié !

Aucune expression ou ton particulier dans sa phrase, c’était à son image : un peu brut de décoffrage. Pourtant ce qui était un état général chez lui, demandait un effort tout particulier devant Jean. Il n’avait aucune envie de réagir avec elle comme il réagirait avec tout le monde, elle avait une place particulière et en avait pleinement conscience. Mais, il se devait de faire un effort, de ne rien laisser transparaitre en sachant que si elle décidait d’aller faire un tour dans sa tête, tous les efforts qu’il déployait ne serviraient à rien.

Elle avait rompu le contact qu’ils avaient et Logan – peut-être à tort, il n’en savait rien. Ce n’était pas lui le télépathe – compris qu’elle cherchait à mettre de la distance comme pour lui rappeler qu’il n’avait pas été son choix final. Il détourna le regard faisant mine de se concentrer sur le plateau qu’elle avait apporté pour le soigner, alors qu’elle expliquait être incapable de ne pas le soigner. Pff, les médecins et leur code de déontologie à la con, a toujours croire qu’ils devaient sauver le monde entier. Ce qui était certain c’est que ça l’énervait qu’on s’occupe de lui, il avait cette désagréable sensation d’être un assisté qu’il fallait soigner, choyer et, si ça n’avait pas été Jean, ça ferait longtemps qu’il aurait sauté de la table pour aller faire un tour ailleurs. Il n’avait jamais aimé les hôpitaux, les infirmeries ou tout ce qui s’en rapprochait.

Tu sais que je pourrais passer la journée à t’entendre donner des ordres, si on était dans un autre cas de figure ?!

Regard entendu pour bien laisser comprendre le sous-entendu derrière sa phrase. C’était tendancieux d’aller sur ce terrain mais il s’était dit que la meilleure façon de faire comme si de rien n’était, c’était encore de faire comme avant. Ce qui ne comprenait pas en revanche c’était le fait qu’elle insiste pour lui nettoyer le visage alors qu’elle comptait l’envoyer sous l’eau où, justement, il pourra enlever les traces de sang sur son visage. Un demi-sourire passa sur ses lèvres quand il releva les yeux vers elle.

Je ne suis pas certain de pouvoir réussir à tenir debout tout seul. J’vais sûrement avoir besoin d’aide.

C’était un peu stupide de parler comme il aurait pu le faire quand elle était encore avec Scott mais, pour l’instant, il ne savait pas vraiment comment il devait s’y prendre avec elle. Peut-être que, dans le fond, il espérait que ça l’énerve et qu’elle finisse par tourner les talons et s’enfuir de la pièce. Au moins, il n’aurait plus à faire un effort considérable pour essayer de penser à elle de manière strictement professionnelle, comme une simple collègue.

Un simple moment d’inattention pendant une simulation. Il haussa les épaules. Ça arrive même aux meilleurs.

Ce genre de réponse aurait pu passer avec n’importe qui mais, Jean, elle le connaissait et pouvait très bien remarqué ce demi-sourire forcé, c’est air faussement nonchalant quand il avait répondu. Il n’y avait probablement qu’elle pour comprendre que quelque chose le préoccupait même si il était persuadé de ne rien avoir laissé paraitre. Jean avait toujours eut cette capacité à le comprendre, s’en était même flippant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jean Grey
Mutante de niveau Oméga

Nombre de messages : 102
Date d'inscription : 03/02/2013
Localisation : Institut Xavier
Clan : Xmen
Age du personnage : 33 ans
Pouvoirs : télépathie et télékinésie
Profession : Médecin
Points de rp : 35

MessageSujet: Re: Bûlures et T-shirt [PV Wolverine]   Dim 17 Mar - 17:04

[HRP: pas de soucis je sais ce que c'est et j'ai pas mal de choses aussi à faire de mon côté. Prend ton temps je ne suis pas pressée. ]

Egale à lui-même, Logan exprimait parfois sa désapprobation en grognant un peu comme un animal. C'était tellement simple avec lui de savoir ce qu'il avait en tête ou s'il appréciait ou non quelque chose. Il n'avait sans doute pas aimé de se faire traiter de gosse et il me le faisais bien comprendre. Toutefois je sentais qu'il avait comprit qu'il ne s'agissait que d'une petite boutade amicale car il en rajoutait un peu.

Pourquoi pas! Cela pourrait être amusant et qui sait... Je pourrais toujours te mettre une fessée et t'envoyer au coin.Dis-je avec un léger sourire sur un ton faussement sévère.

C'était le genre d'échanges que j'appréciais avec Logan, un brin de sérieux avec un brin de folie. Toutefois je préférais ne pas aller trop loin car l'individu n'étant pas de nature très patient il ne fallait pas trop jouer car je risquais d'y laisser des plumes.
Quand il me dit qu'il aimait que je lui donne des ordres mais dans une autre situation je le regardais d'un air surpris avec le sourcil droit levé qui me donnait l'aire de penser *mais qu'est-ce qu'il me dit celui-là?*. Mais en le regardant, son yeux, l'expression de son visage je compris le message caché. Bien que flattée, et plus encore je sentais qu'il était nécessaire que l'on discute sérieusement tous les deux.

Logan...
Je...

Les mots étaient difficiles à prononcer et cela me faisait rougir. Pour être plus sereine je m'assis sur mon tabouret à roulettes de manière à être à peu près à la hauteur de Logan sans a passer deux heures debout. Brusquement mon visage se ferma car quelque chose dans ma tête voulait passer une porter sans que je ne lui en ai donné l'autorisation.


*Jean, laisse la place à la passion qui te ronge de l'intérieur, tu l'aime cède fais ce que ton cœur te dicte.*

*Non Phoenix, je ne ferais rien avec qui que ce soit tant que deux personnalités s'affronteront dans ma tête, cesse de me dicter ta volonté.*

Quand mon petit combat intérieur cessa, je me détendis et je regardais de nouveau Logan d'un aire triste. Je ne savais pas s'il avait remarqué ce qui s'était passé l'espace d'une seconde toute au plus. Je trouvais cela vraiment très gênant. Montrer mes faiblesses et mes problèmes était quelque chose que je détestais.

Je... *Mince! mais je ne devrais pas être aussi gênée, je ne suis plus une collégienne de 16 ans je sais parler à la fin!*Me dis-je en levant les yeux au ciel exaspérée par mon attitude et le manque d'autocontrôle dont je faisais preuve en ce moment. Dans un soupir qui avait pour unique but de me faire retrouver mes moyens je entais de prendre la parole.

Excuse-moi.
J'ai un peu de mal en ce moment, les gens, ce que j'ai fais... C'es compliqué d'être ici et de supporter les regards masqués et les chuchotements. Heureusement que je n'utilise pas ma télépathie sinon je risquerais de faire une belle dépression nerveuse.

Je rapprochais mon tabouret du lit de Logan pour discuter plus tranquillement avec lui au cas ou un élève entrerait de manière inattendue dans l'infirmerie. Si les choses avaient été différentes j'aurais bien aimé jouer à ce petit jeu avec lui. Devais-je lui dire? Devais-je lui faire encore plus de mal? Serait-il mieux pour tout le monde que je disparaisse jusqu'à ce que je sois "guérie". Mais dans ce cas il faudrait que je leur explique que j'avais un problème et là... Qu'adviendrait-il de moi?

Pour le moment je ne peux pas penser à ce genre de choses. Ni avec toi, ni avec Scott, ni avec qui que ce soit. Je ne veux plus faire de mal même si je souffre énormément de solitude.

La simplicité, c'est ce qu'il y avait de mieux dans ce genre de situations. J'espérais que Logan comprendrait ma démarche.
Quand il me demanda si je pouvais l'aider à se lever je lui sourie, contente qu'il prenne enfin un peu plus soin de lui. La Jean médecin revint à la charge je voulu utiliser le tensiomètre mais je laissais tomber. En voyant l'objet il risquait de me dire que ce n'était pas nécessaire pour lui. A la place je lui donnais un verre d'eau et un paquet de gâteaux secs. Avec les dégâts que son corps avait dû réparer il devait avoir besoin de reprendre quelques forces.

Je ne pense pas que ce soit nécessaire.
Un peu de repos, ses quelques gâteau et tu te sentiras comme neuf. Comme tu le dis si bien, ça va se remettre tout seul.
Quoi qu'il en soit, fais attention à toi. Personne ne sait jusqu'où va ton pouvoir et je ne voudrais que tu ailles trop loin. Il y a eut assez de morts comme ça et je ne veux pas te pleurer.

Je lui fis une petite tape amicale sur l'épaule accompagnée d'une clin d'œil. Enfin pas avant 80 ans.

Logan essaya de m'expliquer ce qui s'était passer en simulation. Il aurait tout simplement eut un moment d'inattention. Mais quelque chose clochait. Ca ne ressemblait pas à Logan de commettre ce type d'erreurs. Il lui arrivait de faire le fanfaron avec son pouvoir en jouant le machos qui ne craint rien en prenant une balle ou une flèches. Mais là... Il était tout de même dans un état très grave et se faire pratiquement exploser c'était un peu gros même pour lui.

Ok...
Tu sais que je n'utilise pas ma télépathie à tout bout de champs sur les gens qui m'entourent à leur insu. Toutefois, n'oublie pas que je te connais, et que je suis loin d'être une idiote.
Faire l'imbécile pour impressionner les élèves en leur montrant les conséquence d'une petite erreur pour leur faire peur, ça passe.
Mais là... Tu as vu dans quel état tu étais?
Qu'est-ce qu'il y a?
Et ne me ment pas... Je le saurais, et ça c'est de l'intuition féminine.

J'étais visiblement inquiète et légèrement furieuse car je n'aimais pas qu'on me mente aussi mal. Je savais que certains X-Men le faisait pour me ménager, mais de la part de Logan je ne l'acceptais pas.
Revenir en haut Aller en bas
http://ddstvavatarland.free.fr/index.php
avatar

Wolverine
Mutant de niveau 4

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 24/05/2012
Localisation : Institut Xavier, ou perdu au milieu de rien
Clan : Xmen
Age du personnage : bien plus vieux que ce qu'il semble
Pouvoirs : Régénération, griffes (3 à chaque mains) en adamantium, sens surdeveloppés
Profession : Prof à l'institut Xavier
Points de rp : 60

MessageSujet: Re: Bûlures et T-shirt [PV Wolverine]   Mer 20 Mar - 14:22

Lui mettre une fessée ? Ça allait dans le sens de ce qui venait d’être dit et avait plus tendance à le faire sourire – avec un très léger air de défi, oserait-elle vraiment ? – qu’autre chose mais, parce que ça venait d’elle. Le premier qui osait le menacer de ce genre de chose, même pour rire, risquait plus de finir en rondelle que de récolter un léger haussement du coin des lèvres. « Mouais… Tu pourras toujours essayer » grogna t’il doucement sans aucune animosité. Il y avait, pourtant, quelque chose qu’il aimait et détestait en même temps chez Jean : cette capacité à se rendre sérieuse, sa façon à elle de recadrer les choses sans le laisser complètement dériver. Ce qu’elle fit une fois de plus en prononçant son nom pour se stopper par la suite, sans qu’il comprenne pourquoi elle était en train de rougir. Bonne chose pour lui ? Ou pas ? Il n’en savait rien, décrypter les gens n’avait jamais été son point fort.

Il avait envie de lui dire de laisser tomber, que ça n’avait pas la moindre importance. De lui dire qu’il n’avait aucune envie d’entendre ce qu’elle avait envie de lui dire. Logan avait beau comprendre qu’elle ne l’avait pas choisie, qu’il devait faire une croix définitive sur elle – ce qu’il pensait pourtant avoir fait – il n’avait aucune envie de l’entendre de sa bouche à elle. Pas encore. Alors oui, il allait lui dire de se taire mais elle entra dans une sorte de réflexion dont il était complètement exclu ce qui le dissuada de répondre quoique ce soit. Quand elle posa à nouveau son regard sur lui, tout ce qu’il trouva à faire c’est lui renvoyer un regard interrogateur sur ce qui venait de se passer.

Logan avait beau estimer que les choses étaient compliquées pour lui, il devait bien admettre que ça devait l’être encore plus pour Jean. C’est ce qu’il décida d’en déduire en la voyant tenter de s’exprimer pour, finalement, réussir à sortir plus de deux mots d’affilés. Elle s’excusait… Elle s’excusait tout le temps, en fait, donnant presque l’impression de ne pas réussir à faire ce qu’elle avait vraiment envie. Le tout était de savoir de quoi elle avait envie, deux personnalités se disputant le même corps ça ne devait pas être facile tous les jours. Le problème était que l’une de ses personnalités – elle - avait du mal avec le regard des autres. Un truc que Logan ne comprendrait jamais, même avec tous les efforts du monde. Cela dit, il ne comprenait pas plus le fait que des personnes puissent en vouloir à Jean, c’était quand même un peu la faut du prof à roulettes avec ses idées de bloquer Phœnix, sans même en avertir la principale intéressée.

Tu devrais vraiment laisser tomber l’avis des autres, ça leur passera et si ce n’est pas le cas…

Pas besoin de finir sa phrase, la tête qu’il faisait à ce moment-là montrait qu’il fallait laisser tomber dans ce cas-là, que ces gens n’en valaient pas la peine. Il ne savait vraiment comment faire pour lui dire que ce n’était pas de sa faute… Pas totalement. Que le prof avait franchement déconné sur ce coup là – c’est à lui qu’il en avait voulu quand il avait dû monter rejoindre Jean pour la tuer – mais expliquer ça à Jean et elle réfuterait tout en bloc.

Il ne trouva rien à répondre à sa dernière phrase. Il lui en voulait presque de cette réponse parce que ça laissait un espoir que, peut-être, plus tard, quand les choses se seront tassés, elle pourrait à nouveau envisager quelque chose. Il aurait préféré qu’elle ne laisse aucune possibilité, ça aurait grandement simplifié les choses. Finalement en revenir à ses blessures l’arrangeait bien, même si il la regarda de manière étonnée quand elle lui refila des gâteaux dans les mains. Sérieux, elle le prenait vraiment pour un enfant ?

T’inquiète, je n’ai pas prévu de mourir… Pas tout de suite en tout cas.

Il avait encore quelques affaires à régler même si celle en prévision ne le rassurait pas tant que ça. Donc, il comptait bien rester en vie, au moins jusqu’à ce soir. Après, il fallait bien qu’il admette qu’il ne savait pas comment les choses allaient se passer. Et, comme il devait bien s’en douter, Jean comprit assez vite que quelque chose clochait, assez en tout cas pour lui faire la morale sur le fait qu’elle le connaissait et ainsi de suite… Il ne put s’empêcher de sourire quand elle parla d’intuition féminine mais, ce fut un sourire que très léger en vue de ce qui le tracassait.

Les choses sont un peu compliquées en ce moment. J’ai juste l’impression que quand je règle un problème, un autre arrive et que c’est toujours des personnes de l’institut qui prennent pour des choses dont je ne me souviens plus.

Aucune hésitation, il n’aimait pas tourner autour du pot. Soit il ne répondait pas, soit il le faisait de la manière la plus simple possible. Et vu que c’était Jean, il n’avait pas de raison de lui cacher quoique ce soit, comme elle l’avait dit, elle le connaissait que trop bien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jean Grey
Mutante de niveau Oméga

Nombre de messages : 102
Date d'inscription : 03/02/2013
Localisation : Institut Xavier
Clan : Xmen
Age du personnage : 33 ans
Pouvoirs : télépathie et télékinésie
Profession : Médecin
Points de rp : 35

MessageSujet: Re: Bûlures et T-shirt [PV Wolverine]   Sam 23 Mar - 15:33

Logan semblait intrigué par moi, ou plutôt mon attitude. Enfin qui ne le serait pas? *Il a dû voir ce qui s'est passe...* Bien que cela m'ennuie je fis abstraction de ce petit débordement de mon double qui était finalement sous mon contrôle. Quand l'homme, en face de moi, le roi des je m'en foutistes, me disait qu'il serait mieux que je ne tienne pas compte de ce que pense les autres. Je me dis que c'était un bon conseille et que j'aimerais bien l'appliquer. Toutefois pour une personne comme moi qui à basé sa vie sur l'opinion de l'autre ce n'est pas évident d'emprunter un tel virage. *Ce serait peut être une bonne chose.* Mais comment pourrais-je dire à ceux qui ne cessent de porter des jugements sur ma vie qu'ils feraient mieux de s'occuper de la leur. Je connais bien une manière mais elle est trop direct et brutale. *Je devrais prendre exemple sur Logan.*

Il faudrait qu'un jour tu m'apprenne à envoyer balader les gens. Dis-je dans un léger soupir.
Mais par contre ne compte pas sur moi pour faire ton fameux doigte d'honneur. Petit clin d'œil. Je n'ai pas tes griffes moi!

En revenant dans un registre plus sérieux et plus professionnel, Logan m'assura qu'il ne voulait pas mourir et donc qu'il n'avait pas de tendance suicidaire. Avec certains de mes patients je préférais m'en assurer et en voyant l'importance des blessure qu'il présentait, même s'il s'agissait de Wolverine, je me posais tout de même quelque questions. Il fallut un peu de temps à Logan pour commencer à me parler de ce qui le tracassait. Avec lui je faisais preuve d'une grande patience car sa personnalité était particulière et ses traumatismes nombreux. Il parlait, c'était déjà bien.
Logan m'expliquait qu'il n'arrivait pas à avoir la paix. Que les problèmes qu'ils devait gérer s'enchainaient et à en voir la mine qu'il avait sur le moment j'avais l'impression que c'était plutôt grave. Quand il parla de son passé oublié et de personnes de l'Institut qui auraient eut quelque chose je fus intriguée. Personne ne m'avait dit qu'il y avait eut des problèmes. Dans un sens, c'était normal étant donné que presque personne ne me parlait. Mais là cela commençait à être grave car s'il y avait eut de blessés ou autres j'aurais dû être mise au courant. A moins que certains aient décidé de me mettre sur la touche, soit pour me préserver, soit par manque de fiabilité...


Des personnes de l'institut ont été prises à partie à cause de choses qui se sont déroulées il y a longtemps et dont tu ne te souviens plus? Mais personne ne m'en a parlé...
Tu as été attaqué? Il y a eu des blessés?


Agacée par ce manque d'informations je commençais à m'emporter. Je me levais brutalement de mon tabouret pour faire quelques pas afin de me calmer. Perdre le contrôle ici ne serait pas une bonne idée. Je me tenais devant mon bureau, les poings serrés, en colère. Que devais-je faire? *Avant de faire des conclusions hâtive, je ferais mieux de me renseigner.* Tendue, je m'approchais de nouveau de Logan, tout en le fixant.

Si je peux t'aider à résoudre tes problèmes tu peux compter sur moi. Nous avons déjà essayé de raviver des bribes de ton passé et peut être qu'avec du temps on pourrait te libérer de ce fardeau qu'est l'inconnue.
Toutefois ce que je ne comprend pas et n'admet pas c'est que personne ne m'aie parlé qu'il y avait un soucis de ce type en ce moment.
Dis m'en plus...


Revenir en haut Aller en bas
http://ddstvavatarland.free.fr/index.php
avatar

Wolverine
Mutant de niveau 4

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 24/05/2012
Localisation : Institut Xavier, ou perdu au milieu de rien
Clan : Xmen
Age du personnage : bien plus vieux que ce qu'il semble
Pouvoirs : Régénération, griffes (3 à chaque mains) en adamantium, sens surdeveloppés
Profession : Prof à l'institut Xavier
Points de rp : 60

MessageSujet: Re: Bûlures et T-shirt [PV Wolverine]   Lun 25 Mar - 0:29

Les griffes c’est pour l’effet de style. C’est très facile à faire sans, tu devrais essayer. Il lui aurait bien répondu qu’il pouvait lui apprendre un tas de chose si elle voulait, qu’il suffisait de demander mais en vue de la tournure des choses il préféra s’abstenir, préférant ne répondre que sur cette histoire de griffe et de geste que certain trouvait presque indécent. Mais, pas sur moi. De préférence.

Il fallait le connaitre un minimum pour comprendre que c’était dit sur le ton de l’humour. Quelque chose d’assez compliqué à décelé chez lui, qui semblait toujours parler d’un air bourru, ironique ou énervé. A croire qu’il ne connaissait pas d’autres registres. C’était faux, juste qu’il ne savait pas les manier avec autant de dextérité que certaine autre personne. L’avantage c’est que c’était bien plus facile pour lui de revenir sur quelque chose de sérieux par la suite, ce qui semblait être le cas avec jean qui ne comprenait pas ce qui s’était passé, suite à un manque d’information. Étrangement, ça rassura Logan qu’elle ne soit pas au courant, au moins, il n’était pas le seul à avoir été mis de côté dans cette histoire. Elle avait un tas de questions qui s’enchainaient, elle avait même l’air énervé et, il le comprenait très bien. Cependant, et histoire de tenter de la calmer – et non pas par peur d’elle et de ce que pourrait donner un énervement de sa part – il se redressa et attrapa sa main une fois qu’elle fut proche. Se mettant ainsi en position assise, les pieds penchant dans le vide et face à elle.

Hey… Une fois qu’il fut certain d’avoir son attention, il relâcha le contact qu’il avait avec elle. Tu n’es pas la seule à ne pas avoir été mise au courant. Il semblerait qu’il y a eu un manque d’information sur ce coup-là.

Il ne savait pas encore pourquoi mais, il s’occuperait de cette question plus tard, quand il aurait réglé le problème Daken. Sauf que, avant ça, il n’avait pas envie qu’elle se sente à l’écart et, il n’avait pas envie de lui cacher ce genre de chose. Après tout, peut-être qu’elle pourrait aider l’élève en question sur un point de vue psychologique, ce dont il était incapable.

Voilà ce que je sais. Hella Healt, une élève ici, a été agressée devant l’institut en rentrant une nuit.

Rien que ça, ça le faisait culpabilisé. C’est lui qui avait été la chercher en prison et quand il avait vu son besoin de liberté, il lui avait dit qu’elle pouvait sortir la nuit venue tant qu’elle ne se faisait pas prendre par les profs. S’il n’avait pas autorisé ce genre de chose, elle serait peut-être restée bien tranquillement à l’institut et rien de tout ça ne serait arrivé. En fait, en y réfléchissant bien, si il ne l’avait pas approché, elle n’aurait même pas eut à vivre ce qui lui était arrivé.

Elle a été agressé parce qu’on voulait m’atteindre. Apparemment la personne qui a fait ça avait laissé un message sur elle et des éléments pour que je le retrouve mais comme on m’avait caché ce genre de chose, j’ai préféré me renseigner ailleurs pour savoir où le trouver.

Et c’est là que tout ce compliquait parce que ça faisait un an que Logan gardait secret ce qui l’unissait avec Laura, de l’endroit où elle venait. Et il était impossible pour Logan d’expliquer clairement ses recherches sans parler de cette gamine-là. Daken avait foutu un drôle de bordel dans sa vie et, encore, ça n’impliquait pas toutes les révélations qu’il aurait en le rencontrant sans en avoir conscience pour l’instante.

Hella m’a expliqué que le mutant qui lui avait fait ça avait les mêmes pouvoirs que moi. J’ai été me renseigner auprès de Laura Kinney, parce que… Parce qu’elle aussi à les même pouvoirs que moi **en fait passe toi de lui dire que Laura a été créée par Arme X à partir de ton ADN pour te tuer** et je me suis dit qu’elle le connaissait peut-être. Il planta son regard dans celui de Jean. Et, je sais où le trouver maintenant.

Enfin il espérait qu’il serait à l’endroit dont lui avait parlé Laura parce que sinon, il allait devoir mener son enquête différemment et ça impliquait hurler sur quelques personnes de l’institut ce qu’il préférait éviter en vue de son état de nervosité en ce moment. Il n’annonça pas non plus qu’il comptait aller à l’endroit donné par Laura, ce soir même. Pas la peine d’inquiéter Jean et, surtout, il n’avait pas envie de l’impliquer. Il se foutait complètement qu’elle est deux personnalité, il se foutait de ce qu’elle était capable de faire sous l’emprise du Phoenix par contre, il se souvenait très bien de l’épreuve psychologique – et physqiue – de ce que ça avait été de la tuer pour l’arrêter. Hors de question qu’il remette ça, bien trop heureux de la voir encore en vie pour retenter l’expérience.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jean Grey
Mutante de niveau Oméga

Nombre de messages : 102
Date d'inscription : 03/02/2013
Localisation : Institut Xavier
Clan : Xmen
Age du personnage : 33 ans
Pouvoirs : télépathie et télékinésie
Profession : Médecin
Points de rp : 35

MessageSujet: Re: Bûlures et T-shirt [PV Wolverine]   Ven 29 Mar - 22:53

Logan pris mes mains dans les siennes ce qui me surpris et me fit marquer une pause. Cela ne dura qu'un instant mais il avait trouvé un moyen simple et efficace pour que je lui accorde toute mon attention. Il m'expliqua que lui aussi avait été écarté de la chaine de l'information. Bien qu'il avait l'aire de penser que ce n'était qu'un incident moi ça me faisais penser à un vieille adage: l'information c'est le pouvoir. Celui qui la contrôle, dirige ceux qui en ont besoin. Etais-ce une sorte de manipulation cachée ou tout simplement une bourde grossière? Impossible à savoir pour le moment, mais demain je commencerais à me renseigner sur ce qui se tramait ou non dans mon ou notre dos.
Cela fait trop longtemps que je me morfond seule dans mon coin. Il est temps pour moi de reprendre ma vie en mains et d'agir. Car, personne ne le fera à ma place.


*Ceci est une attitude positive!*

Bien que je sois concentrée sur ce que Logan m'expliquais, je bouillais intérieurement d'envie d'avancer dans mes recherches mais aussi d'aider Logan.
Il parlait d'une nouvelle qui se prénommait Hella Healt, j'avais vu passer son dossier sur mon bureau mais elle ne s'était pas encore présentée ici. A vraie dire l'infirmerie n'était pas un passage obligatoire. Après tout nous ne sommes pas une institution militaire où il faut savoir à tout moment quel est l'état de santé des soldat. Mon but ici était de prendre soins des élèves présent lorsqu'ils en avaient besoin.
Apparemment elle aurait été agressé devant l'institut dans l'unique but de provoquer Logan. En une action ils avaient commis trois grosses erreurs. La première, agresser une personne devant chez nous. La seconde, agresser une de nos protégées. Et la troisième, la plus dangereuse pour le provocateur, agresser une des protégées de Logan.
Le connaissant, il ne lâcherait pas cette histoire avant de l'avoir définitivement réglée à sa manière et je ne pouvais qu'approuver sa démarche et sa décision.


*Il ou elle est mal parti....*

Toujours attentive, je laissais Logan parler. C'était assez rare qu'il se lance dans des explications aussi précises et longues, il fallait que j'en profite. C'était aussi pour moi la seule occasion que j'aurais d'accéder à ces informations.
Il semblerait donc que l'individu qui aurait attaqué la jeune fille soit un mutant qui aurait les mêmes pouvoirs que Logan. Cela ne m'étonna pas vraiment. Après tout, La petite Laura possédait le même type de mutation ainsi qu'un certain Dent de Sabre. Comme il s'agit souvent de mutation discrète, dans des cas ou le mutant soit d'un petit niveau ce pouvoir pourrait même ne pas être remarqué par le porteur.


Quand il prononça "Et, je sais où le trouver maintenant." J’eus l'impression qu'il s'apprêtait à partir en guerre. Et le connaissant, rien au monde ne pourrait le faire changer d'avis, même pas la fin du monde. Alors autant le laisser faire.

D'accord... Dis-je dans une soupire.
Je n'ai pas encore rencontré cette jeune fille. Bien que je n'ai pas envie de l'ennuyer je pense qu'il serait bien que je la rencontre pour faire un point avec elle sur son état et sur ses besoins. Etant nouvelle, elle n'a peut être pas l'habitude de ce genre de choses. Il ne faut pas laisser une enfant sans soutien après ce genre d'expériences...

Toute en réfléchissant à ce que j'allais dire ou plutôt comment j'allais formuler mes paroles je pris un gâteau sec dans le paquet posé près du lit. Et machinalement je grignotais tout en regardant Logan en l'imaginant régler son compte au monstre capable de s'attaquer à une enfant. J'étais contre la violence, mais tendre l'autre joue alors que tout le monde veut notre mort est inutile.

Je dois avouer que l'individu qui à fait ça est culotté, voir inconscient.
Comment peut-il croire qu'il s'en sortira indemne?
Par contre, que tu règle se problème toi-même est une chose que je conçois parfaitement. Et que je respecte. Mais s'il te plait n'implique pas plus la jeune Laura à ce genre d'affaires. Je ne sais pas jusqu'où elle est impliquée vu que tu tiens certaines informations d'elle car elle fait beaucoup de progrès au niveau comportemental et je voudrais que ça continue.
Quand à toi, fais ce que tu as à faire mais reviens entier ici.
Quoiqu'il arrive, dis-toi que tu peux compter sur moi, n'hésites pas à me demander de l'aide ou tout ce que tu veux.
D'accord?

Revenir en haut Aller en bas
http://ddstvavatarland.free.fr/index.php
avatar

Wolverine
Mutant de niveau 4

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 24/05/2012
Localisation : Institut Xavier, ou perdu au milieu de rien
Clan : Xmen
Age du personnage : bien plus vieux que ce qu'il semble
Pouvoirs : Régénération, griffes (3 à chaque mains) en adamantium, sens surdeveloppés
Profession : Prof à l'institut Xavier
Points de rp : 60

MessageSujet: Re: Bûlures et T-shirt [PV Wolverine]   Mar 2 Avr - 11:47

Il ne le savait pas mais Jean avait bien raison d’avoir l’impression de voir Logan partir en guerre. C’était tout à fait ça, ça l’était, en tout cas, dans son esprit actuel. On s’en était pris à une élève, à cause de lui, et ça lui donnait suffisamment d’argument pour faire regretter la venue au monde de ce type. A bien y réfléchir, c’était peut-être pour cette raison qu’on lui avait caché des informations : il ne chercherait pas à comprendre, il ne chercherait à donner des excuses, tout ce qu’il ferait c’est de faire en sorte que cette personne ne puisse plus jamais nuire. Du moins, c’était son état d’esprit sur le moment, sans avoir conscience, que les choses seraient bien plus compliquées que ça. Mais, il ne pouvait pas prédire l’avenir et n’avait donc aucune raison de s’inquiéter de sa volonté à vouloir tuer l’homme qui avait ça à Hella.

Ce qu’il apprécia avec jean, c’est qu’elle ne chercha pas à le dissuader à quoique ce soit, encore moins à lui coller une équipe dans les jambes ou lui faire toute une morale sur les bienfaits de réfléchir avant de se lancer dans ce genre d’entreprise. Elle le connaissait assez pour savoir comment il agirait et que, quoiqu’on lui dise, il ne dérogerait pas à son idée. En fait, Jean restait Jean et, elle avait plus l’air de s’inquiéter pour l’adolescente plus que pour lui. Il ne savait pas comment les gens pouvait être aussi altruiste, peut-être même qu’il les enviait parfois mais, il était très mauvais dans ce rôle et il est clair que Jean serait mieux s’y prendre avec Hella que lui pouvait le faire. Ce qu’il se demanda c’est si il devait dire à Jean qu’il avait sûrement traumatiser un peu plus Hella en l’enfermant chez elle pour l’obliger à lui raconter ce qui s’était passé. Seule façon pour lui de connaitre des détails qu’on lui avait cachés.

C’est quand Jean lui demanda de ne plus impliquer une autre élève dans cette histoire qu’il décida de ne rien lui dire sur la manière dont il avait pu s’y prendre avec Hella. Il ne préférait pas imaginer la réaction de Jean si il venait à lui expliquer ce genre de chose et, de manière plus personnel, il espérait pouvoir rester en vie jusqu’à ce soit. Pour ce qui était d’impliquer Laura un peu plus ou un peu moins, il avait bien peur de ne pas avoir le choix. Elle était sa fille en fait, et, du coup, elle avait hérité du côté « je fais ce que je veux de ma vie ». Lui dire de ne pas venir, serait comme lui demander de venir, il espérait juste qu’elle estime que ce n’était pas son problème et qu’elle décide de ne pas venir. N’empêche qu’il se surprit à être content d’apprendre qu’elle faisait des efforts sur un point de vue comportemental, elle avançait probablement plus vite que lui à ce niveau-là et c’était une bonne chose.

Je ne compte pas l’impliquer plus que ce n’est le cas mais… Elle a toujours tendance à en faire qu’à sa tête alors je ne peux rien promettre non plus. Et, pour Hella, si tu estimes que c’est le mieux pour elle, je te fais confiance.

C’est juste qu’il ne voyait pas Hella venir ici docilement et se confier. Quentin qui était bien plus diplomate que lui avait essayé et, finalement, elle l’avait enfermée dehors à la première occasion. Rien n’était simple avec elle, rien n’était simple avec les gens qui ne voulaient pas d’aide et, là, il savait de quoi il parlait vu qu’il entrait dans cette catégorie de personne. C’est d’ailleurs pour ça qu’il avait du mal avec ce qu’elle avait fini par dire, qu’il ne savait pas vraiment comment il devait lui répondre. Compter sur elle ? Il savait qu’il pouvait le faire mais, ces derniers temps, il s’était efforcé de penser que ce n’était pas le cas, plus facile de s’éloigner d’elle de cette manière. Il ne se voyait pas lui promettre de revenir entier parce que, pour une fois, il n’était pas si certain de lui. Il avait aussi de lui dire merci pour son aide, sa proposition, sa présence et sa disponibilité. Pour un tas de chose en fait mais, il ne savait pas, ça compliquait trop les choses et puis, de toute façon, il n’était pas doué dans ce genre de discours.

J’ai forcé Hella à me raconter ce qu’elle avait vécu pour avoir des infos…

Il s’étonnait lui-même de ce qu’il venait de dire, ce n’était pas ce qui était prévu, il devait garder cette information pour lui. Mais, quelque part, dans un coin de son cerveau, il avait envie que les choses soient moins compliquées avec Jean et, il ne connaissait qu’une façon de faire en sorte que ça arrive : qu’elle le déteste. Il n’avait pas réfléchi en parlant mais ce n’était pas plus mal, peut-être qu’elle lui en voudrait assez pour lui tourner le dos et, là, au moins, il saurait qu’il pourrait enfin avancer sans espérer, qu’un jour, elle se décide à changer d’avis sur lui. Et comme elle allait sûrement lui demander ce qu’il entendait par « forcer », il se décida à donner la réponse avant même qu’elle la pose.

Elle m’évitait, alors j’ai fini par aller chez elle, l’enfermer avec moi jusqu’à ce qu’elle se décide à parler.

Bon il évita de dire qu’il avait, en plus, embarquer un autre prof dans cette histoire – qui n’avait apprécié – pour qu’il puisse entrer dans la tête de la gamine si jamais elle ne se décidait pas à parler. Bref, le genre de chose dont il n’était pas fière mais il ne montra aucun remord parce que, finalement, le but était bien de se faire détester, non ? Et pour accentuer ce fait, il se permis même de hausser les épaules comme pour montrer que ça ne le touchait guère, il avait eu besoin de réponse et il avait fait ce qu’il fallait pour.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jean Grey
Mutante de niveau Oméga

Nombre de messages : 102
Date d'inscription : 03/02/2013
Localisation : Institut Xavier
Clan : Xmen
Age du personnage : 33 ans
Pouvoirs : télépathie et télékinésie
Profession : Médecin
Points de rp : 35

MessageSujet: Re: Bûlures et T-shirt [PV Wolverine]   Sam 6 Avr - 13:46

L'histoire dans laquelle il s'était embarqué semblait assez compliquée et plusieurs personnes y avait été impliqué sans le vouloir. Pour le moment ils étaient quatre, Logan, l'objectif, un inconnu qui prend une gamine pour cible afin d'atteindre Logan, Hella, une victime que je ne connais pas et la jeune Laura qui sait des choses.
Une dizaine d'années plus tôt il n'en avait pas fallu plus pour que ma bande d'amis et moi tentions de mettre notre grain de sable dans cette affaire. Mais c'était bien il y a 10 ans et j'avais des responsabilités et j'avais parfaitement compris que mon aide n'était pas nécessaire. J'écoutais Logan me donner des informations au compte goute et ce que j'apprenais ma laissais à la fois perplexe et légèrement agacée.
Il avait donc forcé une gamine qui avait été attaquée et donc traumatisée à lui raconter ce qui c'était passé. Et connaissant l'homme face à moi cela n'avait pas dû être fait avec la méthode douce.

Je n'y crois pas.
Tu as obligé une gamine à parler ou plutôt tu lui a fais le coup de l'interrogatoire pour lui soutirer des informations...
Et je parie que tu lui a fichus une telle peur qu'elle s'en souviendra jusqu'à la fin de ses jours? Est-ce que tu t'es dis qu'il y avait peut être des manières plus douces pour que l'on réponde à tes questions?

J'avais regardé Logan pendant qu'il parlait de ce qu'il avait fait. Le ton détaché, les épaules qui se lèvent à la manière d'une personne qui s'en fiche. Tout était là. Mais j'avais l'impression que quelque chose manquait. Qu'il ne disait pas tout.
Hélas, je ne pouvais rien faire sans utiliser mes pouvoirs de manière persuasive c'est pour cela que je restais assise sur ma chaise sans rien dire. Les choses étaient compliquées selon lui, mais c'est aussi parce qu'il le voulait bien.
Certain d'entre nous auraient pu lui obtenir les nom de l'homme qui voulait l'attaquer. J'aurais pu utiliser cérébro pour localiser cette personne. Mais non. Il fallait que Logan se la joue perso comme d'habitude.


*Je ne peux pas lui en vouloir de tenter de résoudre ses problèmes au plus vite. Il a agit, de la mauvaise manière mais le problème sera réglé...*

Ce qui est fait est fait.
Nous ne pouvons pas revenir sur le passé.
Mais la prochaine fois que tu auras besoin d'informations, demande moi. Quitte à forcer un enfant, autant le faire en douceur de manière à ne pas l'envoyer chez un psy pendant des années.
Dis-toi que lorsque tu fais ce genre de choses il y a toujours un retour de bâton quelques années plus tard. J'espère que Hella comprendra ta situation et qu'elle oubliera cette mauvaises expérience.


En repensant aux personnes impliquées dans son histoire, je n'arrivais pas à comprendre comment la jeune Laura avait pu avoir des informations sur l'inconnu. Quelle était la connexion entre Logan, L'inconnu et Laura. Ces trois individus avaient les mêmes pouvoirs, et je savais que Laura et Logan avaient de nombreux points communs tel que les pouvoirs, les griffes, le caractère...
Intriguée, je me levais de ma chaise pour regarder quelque chose dans les dossiers de mes patients. J'affichais sur mon ordinateur le dossier de Logan et celui de Laura. Le groupe sanguin était le même, mais cela ne répondait pas à la question que je m'étais posée. Le lançais donc discrètement une comparaison d'ADN puis je retournais voir Logan pour tenter d'obtenir des réponses le temps que l'analyse se fasse.


Chez les mutants, beaucoup de donc, capacités sur humaines ou pouvoirs sont semblables. Par exemple la télékinésie chez moi et chez Psylocke permet de faire bouger des objets. Mais chez d'autres mutants les pouvoirs son unique en leur genre.
Avec le Professeur, nous avons remarqué que parfois dans des familles, les pouvoirs ont des points communs entre frères et sœurs, ou entre parents et enfant. Mais cela reste rare.
Ce qui m'intrigue dans tout ce que tu m'as raconté, c'est que tu as à faire à un mutant qui est comme toi. Enfin, ce n'est pas ça qui m'intrigue le plus, car je viens de remarqué quelque chose...
Toi et Laura...
Vous avez énormément de choses en commun. S'il n'y avait que le facteur auto régénérant, je ne m'interrogerais pas, mais il y a les griffes. Toi tu en a trois, mais Laura deux, c'est sans compter votre groupe sanguin qui est le même.
Qu'est-ce que tu ne me dis pas?


Je lui avais parlé calmement, mais je voulais obtenir des réponses. Je préférais que Logan mes les donnes de lui-même plutôt que de lui faire un test dans son dos. Et pour le pousser à parler j'avais décidé de le mettre le dos au mur comme il l'avait sans doute fait avec Hella pour lui montrer à quel point c'est agréable.

Tu sais, que même sans utiliser mes pouvoirs sur toi je peux obtenir quelques réponses à mes question. L'ADN ne ment pas.
Alors parle.

Revenir en haut Aller en bas
http://ddstvavatarland.free.fr/index.php
avatar

Wolverine
Mutant de niveau 4

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 24/05/2012
Localisation : Institut Xavier, ou perdu au milieu de rien
Clan : Xmen
Age du personnage : bien plus vieux que ce qu'il semble
Pouvoirs : Régénération, griffes (3 à chaque mains) en adamantium, sens surdeveloppés
Profession : Prof à l'institut Xavier
Points de rp : 60

MessageSujet: Re: Bûlures et T-shirt [PV Wolverine]   Dim 7 Avr - 12:06

Débile. Il était débile. Son plan lui avait semblé être une bonne idée : décevoir Jean, clôturé ce dossier, passer à autre chose, ne plus en parler. Ce qu’il n’avait pas prévu en revanche, c’est que, quelque part, ça lui faisait mal qu’elle soit énervée ou déçue par lui. Non, c’était un mal nécessaire, en tout cas c’est comme ça qu’il essayait de voir les choses pour ne pas avoir à montrer un quelconque sentiment. Il avait cherché cette sorte de morale venant de Jean et, c’est en l’écoutant qu’il était en train de prendre conscience qu’il ne voulait pas l’entendre. Bien sûr qu’il savait qu’il n’avait pas agi de la meilleure manière. Oui, il savait qu’il y aurait des répercussions. En fait, il avait seulement envie qu’on n’oublie pas que c’était Logan, que le travail d’équipe n’était en apparence pas son truc, et qu’il se foutait des gens. Sauf qu’en fait, c’était lui qu’il avait envie de persuadée sur ces points-là. L’institut lui avait apporté bien trop de chose : des personnes pour qui s’inquiéter, des gens qu’il appréciait, d’autre qu’il aimait dans une mesure plus ou moins grande. Ce genre de chose qui faisait de toutes ses personnes des cibles potentielles d’un passé oublié qui ne cessait de revenir à lui. C’était son point faible et, Daken, venait de prouver que d’avoir des gens dans son entourage était une mauvaise chose. Pour toutes ses raisons, il ne quitta pas son air détaché, comme si Logan s’en foutait complètement.

Je ne vois pas ce qu’il y a d’étonnant. J’avais besoin de réponse. Maintenant c’est bon. Les méthodes douces ne font que retarder les choses. Il posa son regard sur elle. Faut croire que je n’ai aucune patience.

Aucun sentiment particulier dans sa façon de parler, peut-être un peu d’agacement et une envie de faire comprendre qu’il était comme ça et que si ça ne convenait pas, il fallait passer son chemin. Ce qu’évidemment, il cherchait à faire avec Jean, si c’était elle qui ne pouvait plus le supporter, lui et ses mauvais côtés, les choses n’en deviendraient que plus faciles en tout point. Mais, quelle idée de croire que Jean allait lui en vouloir pour ça. « Ce qui est fait et fait » voilà sa conclusion sur ce qui venait de se passer, pas de cris, pas plus de leçon de morale sur son incapacité à faire preuve de diplomatie. Elle ne lui en voulait pas autant qu’il l’aurait souhaité et ça avait quelque chose de rassurant tout en étant décevant. Comment tourner correctement une page quand on vous comprend et qu’on accepte vos travers ?

Je ne m’inquiéterais pas trop pour la gamine si j’étais toi.

Hella venait juste de se faire mettre en charpie par un type à cause de lui et, elle était toujours là gardant ce côté… Euh… Ce côté Hella qu’il avait du mal à définir. L’expérience avait l’air de l’avoir marquée, c’était une certitude mais elle restait elle, avec sa façon de prendre les choses, d’avancer, de répondre. Si, il y a bien une personne pour qui il ne s’inquiétait pas c’était pour elle. Hella saurait se relever et avancer. Il ne savait pas tout du passé de l’élève mais, c’était sûrement le fait que les choses n’aient pas été aussi simples qu’on le souhaiterait pour chaque adolescent, qui lui donnait le caractère qu’elle avait. Elle lui en voudrait sûrement, longtemps voir probablement à vie mais elle avancerait quand même.

Et si Logan avait cru que les choses s’arrêteraient là, il se mettait de le doigt dans l’œil, la griffe avec ! Jean cogitait, il aurait dû s’en douter. Elle avait toujours été intelligente et bien plus visionnaire sur certaine chose que lui ne pouvait l’être. Si la tendance à Logan était de s’arrêter aux apparences et à ce qu’on lui disait pour foncer dans le tas, Jean était plus réfléchie, analysait beaucoup plus et tiquait sur des paroles auxquels il n’aurait jamais prêté attention. Au début il ne comprenait pas trop où elle venait en venir en lui parlant de pouvoirs similaires – surtout après qu’elle est fait quelque chose avec son ordinateur – mais quand elle commença à parler de Laura il comprit où elle venait en venir. Une discussion qui déviait sur quelque chose qu’il ne voulait pas, ce qu’il fit comprendre par ce qui pouvait s’apparenté à un grognement. D’ailleurs, si ça n’avait pas été Jean, autant dire qu’il se serait déjà levé pour prendre la direction de la sortie, agrémentant le tout de sa griffe du milieu sortie en guise de salut. Il laissait des passes droits à cette femme qu’il ne laissait à personne d’autre.

3. Parce qu’il ne fallait pas non plus s’attendre à ce qu’il réponde gentiment, ce chiffre était sortie de la manière bourrue qu’il pouvait avoir quand quelque chose ne lui convenait pas. Elle a 3 griffes aussi, y en a une sur ses pieds.

Ok, ça faisait 6 en tout, comme chez lui mais ce n’était pas très important. Il était également conscient qu’il ne répondait pas vraiment à sa question mais, il n’en avait pas l’attention. En tout cas pas avant qu’elle ne commence à parler d’ADN. Faut croire qu’il y avait des sujets sensibles et que celui-là en faisait partie. Assez en tout cas pour qu’il se relève, l’air un peu trop mauvais, qu’il s’approche de jean, sorte trois griffes qu’il avait sur une main et, sans prévenir, d’un coup, il sectionna les câble de l’ordinateur qui ne put que s’éteindre. Le bureau ou était posé l’ordinateur était maintenant entre eux deux, les mains posés sur ce dernier, Logan se pencha légèrement vers Jean.

Et si maintenant on passait à la manière douce que tu préconise tant, plutôt que de me menacer avec des tests ADN ?!

Cela dit, il avait été cool, il aurait pu balancer l’ordinateur à l’autre bout de la pièce et le rendre inexploitable. Un brin de lucidité lui avait quand fait pensé qu’elle avait peut-être des recherches importantes dans cet ordinateur et que, de ce fait, il était préférable de ne pas y toucher. Elle n’aurait que les câbles à remplacer. Il y avait une chose importante à comprendre dans cette histoire : si ça n’avait tenu qu’à lui, il n’aurait rien dit de plus sur Laura. Au pire, Jean découvrait que Laura était sa fille, ce n’était pas si grave. Mais, d’un autre côté, Logan avait envie d’aider Laura et, si lui ne pouvait pas le faire par manque de fibre paternelle et diplomatie, Jean serait probablement plus apte à le faire. Et, si elle devait le faire, elle devait savoir l’histoire. Alors, si Logan se décidait à parler ça n’avait rien à voir avec ses envies, ni avec le fait qu’il n’avait pas envie de cacher à Jean. Si il se décidait à le faire c’est parce qu’il pensait que ça pouvait être bénéfique pour Laura, rien de plus.

Oublie ton test ADN, y a forcément des similarités, elle a été créée à partir du mien. Sa tournure de phrase, bien qu’étrange, était tout à fait justifiée. Il ne l’avait pas faite lui-même, elle sortait d’un laboratoire. Il soupira. Des gens ont pensé que le meilleur moyen de me tuer était de refaire la même mutation sur quelqu’un d’autre et de l’élever dans ce sens. Un haussement d’épaule plus tard. Elle a dû hériter du même esprit de contradiction que moi étant donné que je suis toujours en vie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jean Grey
Mutante de niveau Oméga

Nombre de messages : 102
Date d'inscription : 03/02/2013
Localisation : Institut Xavier
Clan : Xmen
Age du personnage : 33 ans
Pouvoirs : télépathie et télékinésie
Profession : Médecin
Points de rp : 35

MessageSujet: Re: Bûlures et T-shirt [PV Wolverine]   Lun 29 Avr - 16:32

[HJ: désolée pour l'attente j'étais vraiment débordée et crevée ces derniers temps mais me revoilà!]




Ces derniers temps les gens avaient tendance à me mettre à l'écart et omettre certaines informations importantes. N'aimant pas être la 5ème roue du carrosse je m'étais mise à fouiner discrètement pour grappiller des nouvelles que l'on voulait me cacher pour m'épargner.
Même si je pouvais tout savoir d'une personne en quelques instants je ne le faisais pas par simple respect mais parfois il y avait des limites. J'avais confiance et Logan et je savais que c'était réciproque. Toutefois son comportement commençait à me pousser à bout. J'étais partagée entre préserver le peu de choses qu'il y avait encore entre nous et laisser libre court à ce qui faisait partie de moi: la télépathie.

Toute cette histoire avec la jeune Hella m'agaçait mais je prenais sur moi. Je faisais en sorte de garder mon calme quel que soit les circonstances pour éviter de perdre le contrôle du démon qui dormait au fin fond de mon esprit.
Son air détaché était affligeant. Il était comme ça, je le savais, je l'avais accepté et changer les gens pour qu'ils correspondent aux critères que vous jugez acceptables ne sers à rien. Je le savais par expérience étant donné qu'on l'avait fait sur moi.

Je le regardais sans rien dire assise sur mon fauteuil derrière mon écran d'ordinateur. En lui disant que l'ADN ne mentait pas je savais que j'aurais au pire une réaction de colère et au mieux une réponse. Logan me surpris en me donnant une réponse. Quand il prononça le chiffre 3 je ne saisi pas de quoi il parlait. J’eus à peine le temps de dire
"3 Quoi?" que Logan avait ajouté qu'il s'agissait de Laura et qu'elle avait une troisième griffe au niveau du pied.
En tant que médecin je me mis à réfléchir sur l'emplacement possible de cette griffe et la manière dont elle fonctionnait où pouvait être utilisée par la jeune fille. Alors que j'étais plongée dans mes pensée Logan l'air furieux s'était brusquement approché de mon bureau, avait coupé tous les câbles de mon ordinateur avant de s'appuyer sur le plateau tout en se penchant au dessus de moi menaçant.
Cette action me pris totalement au dépourvu et la surprise me fis perdre un peu contenance. Par réflexe je m'étais reculée brusquement et j'avais failli perdre l'équilibre à cause de la chaise qui tourne sur elle-même. Mon cœur battait la chamade et alors que je me levais pour me rapprocher de mon interlocuteur je fixais Logan avec un regard noir.


*Fallait pas faire ça... By By Jean*

Immobile, je le fixais pendant qu'il s'expliquait. Comme ça, la gamin était un clone créée par je ne sais qui dans le seul but de tuer Logan.
Tout ce temps, tous ces non-dit, tous ces mensonges pour quoi? Cacher le lien qu'il avait avec Laura pour soi-disant nous protéger. C'était pathétique. Nous étions tous lamentables.


Tout ça pour ça? Dis-je sèchement. Doucement, mes poings se serraient, je respirais profondément tout en fixant Logan. Tu te prend pour qui? Tu nous prend pour quoi? connard! Criais-je visiblement agacée par tout ce cirque grotesque.
Oh pauvre Logan! Tu es pathétique. Tu es en colère après certaines personnes de l'institut qui te cachent des informations pour te protéger mais il serait bien que tu te rendes compte que tu n'es pas mieux qu'eux car toi aussi tu le fais.
Tu crois quoi? Hein?
Qu'on est une bande de minables pas capable de se défendre? Qu'on attendaient l'arrivée du messie Wolverine pour nous sentir en sécurité?
Réveille toi.
S'il y a des problèmes ici c'est la faute de tout le monde. Et tu es dans le lot.


Je me rapprochais de lui, mes yeux brillaient. Il ne me faisait pas peur, au contraire, il me faisait pité. Quand mon visage fut proche du siens. Je me mis à parler à vois légèrement basse. Ôte tes mains de là crétin.

[HJ les problèmes Psy c'est marrant! défoule toi si tu veux, je m'adapte.]
Revenir en haut Aller en bas
http://ddstvavatarland.free.fr/index.php
avatar

Wolverine
Mutant de niveau 4

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 24/05/2012
Localisation : Institut Xavier, ou perdu au milieu de rien
Clan : Xmen
Age du personnage : bien plus vieux que ce qu'il semble
Pouvoirs : Régénération, griffes (3 à chaque mains) en adamantium, sens surdeveloppés
Profession : Prof à l'institut Xavier
Points de rp : 60

MessageSujet: Re: Bûlures et T-shirt [PV Wolverine]   Jeu 2 Mai - 21:43

Le but n’avait pas été de lui faire peur. Enfin, si, peut-être un peu de manière involontaire, comme une sorte de menace à peine voilée : Ne touche pas à ma vie, ne m’approche pas. Il n’y pouvait rien, il était comme ça. Il était le premier à ne pas fouiller dans la vie des gens, alors pourquoi tout le monde semblait absolument vouloir savoir un tas de chose sur lui ? N’avait-il pas, aussi, le droit de garder des choses secrète et, par-là, il entendait des choses dont il se souvenait. Il était parfaitement conscient qu’un certain mystère planait autour de lui, il n’y pouvait rien. Foutu perte de mémoire alors, après tout, il était en droit de protéger certaine information qui lui était connue. Encore plus quand ça impliquait d’autre personne. Laura, la première n’avait pas voulu que son histoire se sache parce qu’elle ne voulait pas qu’on la prenne, et la traite, comme le pauvre petit projet sortit du gouvernement. Elle voulait le même traitement de faveur que les autres. Est-ce que Logan était à blâmer de vouloir respecter cela ? Alors, oui, il avait été brusque dans ses gestes mais c’était uniquement parce qu’il ne pouvait pas laisser passer le fait qu’on le mette dos au mur !

Le problème de Logan avait toujours été le même. Il agissait, élaborait ses plans qu’après. Il fonçait, ne réfléchissait qu’en suite. Et si, pour une fois, il avait fait un effort il aurait compris que faire peur à Jean n’était pas la meilleure idée qu’il avait pu avoir. Ca n’avait rien à voir avec le Phoenix, il s’en foutait, il s’en était toujours désintéressé en fait. Par contre, qu’elle est peur de lui, c’est ça qui le dérangeait qui, dans un coin bien enfouie, brisa quelque chose. Il s’en voulait mais demeurait bien trop fier pour le dire à haute voix ou pour même le montrer dans son comportement. Mais ce n’est pas parce qu’il ne montrait rien, qu’il ne ressentait rien. Un trait de famille, apparemment.

Ce n’est que quand jean reprit la parole qu’il comprit que quelque chose clochait. Il haussa un sourcil, comme il savait si bien le faire, en ayant l’impression de se retrouver quelques part en arrière. Quand c’était elle qui avait été allongée sur cette table de l’infirmerie, quand il avait vu pour la première fois le Phoenix et que ses oreilles en avaient profité pour entendre tout un tas de reproche venant de sa part. Comment avait-il réagit à l’époque ? Il ne savait même plus, il n’avait pas réfléchit, il avait juste agit. Il encaissa, tout ce qu’elle pouvait dire, il l’écouta, sans même broncher. Quelque part il se disait que ce n’était pas elle, qu’il ne devait pas tout prendre au pied de la lettre. Le problème c’est que c’était bien elle, une partie en tout cas et qu’il allait devoir apprendre à vivre avec. Ca ne changeait rien, à aucun moment il n’avait voulu la changer après tout. Il encaissa tout son laïus et quand elle lui demanda de retirer ses mains, il leva les yeux vers elle dans un sourire.

Et c’est tout ? Tu sais, je préférais encore quand tu étais capable de réfléchir, au moins un tout petit peu. Avec l’une de ses mains, il approcha son index de son pouce pour illustrer ses propos. Ou t’utiliser ta télépathie quand tu as un doute parce que, là, tu saurais que je cache des informations qu’on m’a demandé de cacher, ce qui reste complètement logique en vue des circonstances.

Merde, pour une fois qu’il n’était pas en tort, il n’allait pas juste se taire et hocher la tête bêtement. Déjà qu’il ne le faisait pas quand il était en tort, donc bon… On lui aurait sûrement dit qu’il jouait un jeu dangereux, que la seule chose à faire était de ne pas énerver Jean dans ce genre de moment. Le problème c’est qu’il était lui, qu’on ne pouvait pas lui demander d’avoir peur et, dans le fond, il avait bien plus confiance en elle qu’il ne voulait bien l’admettre lui-même. Ce qui était stupide, parce que, si on y regarde bien, elle avait quand même été capable de tuer le professeur.

Tu vois y a quand même une putain de différence entre le fait que je cache des infos concernant un personne qui le demande et le fait qu’on me cache des infos qui ME concerne. Alors, tu es gentille mais, tu évites de me hurler des choses parce que TOI, tu en a marre qu’on te cache des trucs !

Non parce que, dans les faits, elle en avait aussi marre que lui d’être mise à l’écart. Il était celui qui lui filait des informations et, en plus de ça, c’est encore sur lui que ça retombait. La prochaine fois qu’il décidera de faire une simulation, faudra qu’il y réfléchisse à deux fois ou, au moins, qu’il s’assure que Jean n’est pas à l’infirmerie si c’est pour que ça se finisse comme ça ! Peut-être que son rôle aurait dû être d’apaiser les choses mais, sa journée était particulièrement pourrie, sans parler des derniers jours donc, son seuil de patience – déjà bas à la base – avait été atteint depuis bien longtemps. Il releva les mains.

Tiens, et tu les vois mes mains ? Il les reposa sur ce foutu bureau. Bin je les fou où je veux !

Age mental : 4 ans, peut-être un peu moins. Cela dit, ce n’était pas une nouveauté chez lui, suffisait de le voir avec Scott pour comprendre qu’il pouvait avoir des attitudes complètements débiles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jean Grey
Mutante de niveau Oméga

Nombre de messages : 102
Date d'inscription : 03/02/2013
Localisation : Institut Xavier
Clan : Xmen
Age du personnage : 33 ans
Pouvoirs : télépathie et télékinésie
Profession : Médecin
Points de rp : 35

MessageSujet: Re: Bûlures et T-shirt [PV Wolverine]   Mar 7 Mai - 12:39

Depuis toujours on a voulu me brider, me museler ou tout simplement me mettre en prison. Il est vraie que dès que j'ai été libre j'ai commis des petites erreurs, mais quand on a jamais eu l'occasion de vivre on ne peut pas savoir ce qui est bien ou mal.
Il y a quelques mois, j'ai eu l'occasion de savoir ce qu'était la vie et j'avais beaucoup apprécié certains côtés. Ce qui me dérangeais c'était la complexité des relations humaines. Les gens, des êtres qui disent savoir ce qu'ils veulent mais dès qu'ils sont près du but fond machine arrière.
Cette fois-ci j'avais bien envie de profiter de mon évasion sans toutefois tout détruire autour de moi. Après tout j'apprenais vite et les efforts que déployais Jean pour m'absorber avait pour effet de me rendre un peu plus elle. Par contre aujourd'hui ce sera à son tour de devenir un peu plus moi.

Logan était visiblement décidé à me tenir tête et à me faire comprendre qu'il n'y était pour rien dans cette situation. Mensonges, cachoteries, non-dit... Pourquoi Jean se bornait-elle à se faire pardonner de personnes qui ne lui feront plus jamais confiance? Pourquoi en prenait-elle pas directement les informations dont elle a besoin directement à la source? Fierté, loyauté, promesses, respect tout un tas de piliers qui fessait de Jean quelqu'un d'ennuyeux et de faible. Pas mieux qu'un paillasson.

Quand je le regarde, je vois un homme qui sait ce qu'il veut, qui est prêt à tout pour arriver à ses fins et qui sait ce que c'est qu'un sacrifice. L'un de mes derniers souvenirs de lui est une belle preuve de tout ce que Scott ne sera jamais. Pourquoi a-t-elle choisi cette chiffe molle qui l'a lâchement laissée tombée. Logan, lui serait sans doute encore auprès d'elle. *Jean... Il faut que je répare tes erreurs... C'est à mon tour de profiter un peu de la vie...*
Face à l'homme qui m'avais tuée la dernière fois, je passais machinalement ma main sur mon abdomen en repensant à la douleur que j'avais ressentie. Sur l'instant je ne savais pas si je devais me venger ou si je devais oublier. Quel serait la chose qui me serait le plus profitable? Profiter de la vie ou entendre des cris et me retrouver avec toute une bande de mutants bien pensant avec des envie de meurtre à mon égard. *Cette fois je vais tester la vie, le pardon peut être quelque chose d'interessant.* Dire qu'il pense que je ne suis pas capable de réfléchir...

Sa manière de faire me fis sourire. Il savait qui il avait en face de lui et il restait le même. Il était impressionnant. Doucement je m'éloignais de lui pour m'assoir sur le bureau. Une manière comme une autre pour être proche de lui. Détrompe-toi mon choux. Je suis capable de réfléchir contrairement à ce que tu peux penser.
Pour ce qui est de la télépathie, tu sais que je ne suis pas Jean et je comprend pourquoi tu as fais ce que tu devais faire. Mais pour ce qui est de Jean... La grande Jean, celle qui ne fera jamais ci, ou jamais ça, trop droite pour faire ce qu'il faut. Elle ne comprendrait pas.

Pourquoi on parlait toujours d'elle? Cette femme ennuyeuse qui s'est retrouvée mise à l'écart. Un peu par ma faute, mais elle est tout de même responsable de sa situation. Au lieu d'attendre les autres, elle devrait allez vers eux.
Quand il me fit le coup de j'ai l'esprit de contradiction rien que pour t'enquiquiner et je te le prouve cela me fit rire. *Qu'est-ce que c'est que ces vêtements tristes... Ma fille si tu veux une vie, faut la provoquer!* Je posais doucement ma main sur le menton de Logan. Tu as bien raison bébé. A peine avais-je prononcé ces quelques mots je l'embrassais brièvement pour ne pas lui laisser le temps de réagir ou dire quoi que ce soit. Une fois fait je descendais vivement du bureau. Je jetais cette horrible blouse sur la table.

La plus grosse erreur de Jean c'est d'avoir choisi Scott et il y en a beaucoup d'autres. Je ne ferais pas les mêmes.
Et puis, tu sais quoi? Tu as raison. J'en ai marre que tous le monde me cache la vérité. Et tu sais quoi? Non bien évidement...
Si les gens qui sont ici ne sont pas capables de m'accepter et bien qu'ils aillent se faire foutre. Moi je me casse! Oh, et je pense que tu devrais faire pareille. Viens avec moi...
Je m'approchais de nouveau de Logan, je lui caressais le visage, puis son torse nu. J'ai envie de toi. Dis-je tout bas. En me mordant la lèvre inférieur.
Revenir en haut Aller en bas
http://ddstvavatarland.free.fr/index.php
avatar

Wolverine
Mutant de niveau 4

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 24/05/2012
Localisation : Institut Xavier, ou perdu au milieu de rien
Clan : Xmen
Age du personnage : bien plus vieux que ce qu'il semble
Pouvoirs : Régénération, griffes (3 à chaque mains) en adamantium, sens surdeveloppés
Profession : Prof à l'institut Xavier
Points de rp : 60

MessageSujet: Re: Bûlures et T-shirt [PV Wolverine]   Jeu 16 Mai - 0:41

Ça avait quelque chose de douloureux de la voir passer la main sur son abdomen. Oui, il y avait enfoncé ses griffes. Non, il ne l’avait pas fait de gaité de cœur. Il devait le faire, il y avait trop de gens en jeux derrière, trop de vie à préserver. La prochaine fois qu’on lui dirait qu’il ne pensait qu’à lui, il devrait peut-être se souvenir de rappeler ce qui s’était passé à Alcatraz ! Mauvaise idée, en fait, ce n’était pas le genre de chose dont il était fier, encore moins de celle qu’il voulait se souvenir. Logan n’était pas télépathe mais il savait que quelque chose ne tournait pas rond, il connaissait la femme qui était en face de lui, ou plutôt, il connaissait celle qui s’y trouvait avant. Elle était là, assise sur le bureau et… Bordel… Pourquoi est-ce qu’il avait fallu qu’il la trouve aussi belle ?

Le problème – qui n’en était pas vraiment un pour lui – c’est que Jean n’était pas simplement une attirance physique, ça allait bien plus loin que ça. Il était question de caractère, de façon de voir les choses, de… Pff, il aurait pu dresser une liste impressionnante de ce qu’il apprécier chez Jean qui ne soit pas physique. Celle qu’il avait envie de lui disait le comprendre mais que Jean ne le pouvait pas. Voilà. Voilà pourquoi c’était Jean qu’il aimait, parce que c’était elle qui le foutait face à ses erreurs, elle qui lui apprenait à être un peu meilleur au fil de tu temps, elle qui, tellement de chose…

Alors ok, ça restait un mec, d’autant plus qu’il était attiré par elle, en fin par sa forme physique alors quand elle se décida à l’embrasser, il n’eut pas le cœur de se reculer, de l’éviter, de balancer un truc ou même de la balancer elle. Il avait fait tellement d’effort pour éviter ce moment. Et voilà qu’il avait juste envie de profiter, de voir si il avait bien faire taire ses sentiments ou si ils étaient juste enfouis quelques part avec l’envie de ressortir. Il aurait fini par retrouver ses esprit à un moment où à un autre mais, elle provoqua cette prise de conscience bien plus vite qu’il ne l’aurait fait lui-même. C’est elle qui parla de Jean, c’est lui qui se rappela qu’elle n’était pas elle, que ce n’était pas elle qu’il avait envie d’embrasser.

C’est drôle parce qu’ils seraient quelques années en arrière il aurait été d’accord sur un tas de chose : oui, c’était débile d’avoir choisi le gamin. Oui, il serait partit avec elle parce que c’est la seule chose qu’il avait eu envie de faire quand il était arrivé ici parce que, ouais, il se foutait bien des autres et de ce qu’ils pouvaient penser. Enfin ça, il s’en foutait toujours un peu, mais bon… Elle s’était approchée et il venait d’attraper la main qu’elle avait sur un visage. Un sourire se dessina sur ses lèvres, ce qui, étrangement, n’annonçait rarement quelque chose de bon chez lui.

Si tu as envie de partir, tu devrais le faire. Un jour, j’ai voulu faire la même chose, on m’a dit que je ne faisais que fuir. Et bin, tu sais quoi ? C’était juste vrai alors, non, je ne pars pas. Pas avec toi. Si c’était Jean qui lui avait demandé ? En fait il ne préférait pas songer à ce qu’a de figure. T’es la seule à penser que personne ne veut d’accepter ici. Personne ne t’a mise à la porte que je sache et, pourtant, ils avaient tous des bonnes raisons de le faire. Il haussa les épaules. Mais si tu préfères croire que le monde entier t’en veut plutôt que faire des efforts. Ouais, effectivement, il serait peut-être temps de songer à partir.

Soyons honnête, il n’avait aucune envie de voir Jean partir mais, dans le fond, si c’était ce qui était le mieux pour toutes les deux, pour qu’elles trouvent un terrain d’entente… Vraiment, il réfléchissait trop sur des choses dont il ne comprenait même pas le fonctionnement. Et, en plus, il n'aimait pas quand c'était lui qui avait le rôle de rabat-joie. Et puis, franchement, il était en train de faire un sérieux effort pour oublier les derniers mots qu’elle venait de prononcer. Instinct masculin, ou animal, comme vous voudrez, n’empêche que quand une femme comme elle vous dit qu’elle a envie de vous, y résister ca relève d’un self control assez impressionnant.

Et, non, désolé, ça ne marche pas comme ça. Ce n’est pas parce que tu veux que tu as. Ce n’est pas un secret, ça ne l’a jamais été, ça a toujours été Jean et juste Jean, celle que tu vois beaucoup trop droite pour comprendre quoique ce soit alors, qu’en fait, elle est bien plus que ça.

Ce genre de phrase ce n’était pas si anodin que ça, par – faible – expérience, ça avait toujours été en parlant le plus sincèrement possible qu’il avait des chances d’entrevoir Jean, qu’elle essaye de reprendre le contrôle. En fait il ne savait absolument pas comment ça fonctionnait. Sérieusement, faudrait que les mutants songe à créer un mode d’emploi, surtout quand on vite avec une espèce d’entité comme le Phoenix. D’ailleurs il ne savait même pas ce que c’était exactement. Double personnalité ou il y avait réellement deux personnes ? Comment ça se passait dans cette petite tête si compliquée, est-ce qu’elle se battait pour savoir qui aurait le contrôle ? Un jour, il faudra qu’il demande à jean comment ça fonctionne, ce qu’il devait faire pour l’aider mais, SURTOUT, il fallait qu’il arrête de penser à ce genre de chose. Elle n’était pas Jean et ne respectait probablement autant l’intimité de la pensée des gens.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jean Grey
Mutante de niveau Oméga

Nombre de messages : 102
Date d'inscription : 03/02/2013
Localisation : Institut Xavier
Clan : Xmen
Age du personnage : 33 ans
Pouvoirs : télépathie et télékinésie
Profession : Médecin
Points de rp : 35

MessageSujet: Re: Bûlures et T-shirt [PV Wolverine]   Dim 19 Mai - 11:18

Il était claire que je ne m'attendais pas à cette réaction de sa part. Il faisait véritablement la différence entre moi et Jean. En l'écoutant parler et en lisant les pensées qui lui passaient pas le tête je comprenais que ce n'était pas qu'une histoire de visage et d'attirance physique. Sur le coup cela me déstabilisais et je m'éloignais de lui.
Je voulais comprendre pourquoi il ne cédait pas à mes avances, pourquoi il préférait la femme que j'avais muselé. Les humains étaient bien plus compliqués que je le pensais et c'était intéressant. Si ces avances avaient été faites par la véritable Jean, donc d'une autre manière, il se serait laissé faire. Toutefois, il en avait eut envie, mais c'était il y a longtemps.


C'est dommage que tu ne veuilles pas partir avec moi. J'aurais pu te faire voir ou vivre des choses incroyable. Mais je vois que tu ne veux pas de moi. Toutefois, dis-toi que si je voulais vraiment que tu fasses quelque chose, tu l'aurais fais. Manipuler un esprit est un jeu d'enfant. Mais ça ne serait pas amusant.

Il avait du mal à me repousser, je l'avais senti quand je l'avais embrassé. Il me suffisait de pousser quelques éléments dans son esprit pour qu'il soit à mes pieds. Mais cette fois-ci je voulais apprendre comment ils fonctionnaient c'est pour cette raison que je ne le manipulais pas.
J'étais donc face à lui. Un ou deux mètres nous séparaient. Je le regardais, je l'écoutais, mais en réalité je l'étudiais tout en analysant Jean et ses tentatives pour reprendre le dessus. Ainsi, jamais elle n'oserait manipuler une personne à son avantage car elle pensait que les actions et réactions qui en découleraient seraient juste une illusion temporaire. Tôt ou tard l'être asservie reprendrait le véritable cours de sa vie et cela se serait retourné contre moi. Tuer serait donc nécessaire.


Rien n'est facile avec vous. La fuite est la seule chose que je peux faire si je veux vivre. Et même si je part, vous ne me laisserais pas en paix car vous ne voulez qu'une chose... Elle.
Vous avez acceptés que Jean revienne mais vous avez oublié que je suis et serais toujours en elle et c'est ça qui vous posent problèmes. C'est pour cela qu'elle croit que vous l'évitez tous. Elle sait que vous me haïssez pour ce que j'ai fais à toutes ces personnes. Elle connait la peur que je provoque chez vous car pour moi vos vies ne représentent rien.
Vous n'êtes qu'une bande d'hypocrites et vous ne vous en rendez pas compte. Et après c'est moi le monstre?


Pourquoi je parlais avec lui? Pourquoi je restais ici? Je perdais mon temps dans cet endroit mais il y avait comme quelque chose qui me retenait dans cette infirmerie. Je ne savais pas trop ce que c'était mais ce n'était pas normal. Lorsque Wolverine disait que seul Jean comptait le blocage me paraissait plus fort. *Alors c'est toi qui m'empêche de partir... Jean, lâche prise.* C'était donc cela que je provoquais chez elle quand je tentais de prendre le contrôle. C'était une sensation des plus désagréables et il fallait que je me concentre pour me débarrasser de son emprise. Si l'homme en face de moi remarquait que quelque chose clochait et qu'il me perturbait Jean pourrait reprendre le contrôle. *Pas question Jean!*
Ca n'avait duré qu'un bref instant et je me mis en marche vers la porte de l'infirmerie. Je posais la main sur la poignée puis je me retournais vers Wolverine.

Je sais qu'il n'y a qu'elle qui compte pour vous, mais il va falloir que vous compreniez que je suis aussi là. Xavier, et Jean pensent que je suis une sorte de double personnalité, mais ce n'est pas tout à fait ça.

Grâce à Jean je savais qu'il avait des problèmes avec sa mémoire. Quelque chose l'en avait privé et cela lui rendait la vie compliquée. Je pourrais ouvrir des portes pour qu'il se redécouvre progressivement. Mais Jean refusait de le faire car selon ce qu'on lui avait appris, il ne fallait pas qu'elle tente d'arranger ce type de problèmes car les risques étaient trop grands. Moi je prendrais le risque.

Moi, je peux t'aider pour ta mémoire. Je lui souris puis j'ouvrais la porte. Au revoir.
Revenir en haut Aller en bas
http://ddstvavatarland.free.fr/index.php
avatar

Wolverine
Mutant de niveau 4

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 24/05/2012
Localisation : Institut Xavier, ou perdu au milieu de rien
Clan : Xmen
Age du personnage : bien plus vieux que ce qu'il semble
Pouvoirs : Régénération, griffes (3 à chaque mains) en adamantium, sens surdeveloppés
Profession : Prof à l'institut Xavier
Points de rp : 60

MessageSujet: Re: Bûlures et T-shirt [PV Wolverine]   Mar 21 Mai - 0:29

Elle s’était éloignée, un instant mais, honnêtement, Logan n’était pas réputé pour sa capacité à comprendre les gens et, la raison qui la poussa à agir comme ça lui échappa complètement. Un regret qu’il avait parce que s’il était capable de la comprendre, il pourrait essayer de l’aider. Il s’était toujours estimé mauvais dans ce domaine, manque de compréhension, manque de tact, manque d’un peu tout dans les relations humaines. Tout ce qu’il arrivait à dire c’était ce qui lui passait par la tête et, il parait, que ça ne peut pas fonctionner comme ça, qu’il y a des façons de dire les choses et d’autres qu’il fallait garder. C’était tellement compliqué et il manquait cruellement de patience pour apprendre ce genre de chose.

Je sais.

C’était sobre, concis. Pas besoin d’en dire plus parce que tout était dans ces deux mots. Oui, il savait qu’elle pouvait le contraindre et qu’il ne pourrait rien y faire. Oui, il savait qu’il pouvait voir d’autres choses avec elle et quitter cette vie un peu trop rangée de l’institut. Mais non, il ne le ferait pas et, même sans lire dans les pensées, il suffisait d’entendre le ton qu’il avait employé pour y décelé un « merci », parce qu’elle ne l’obligeait pas, parce que, d’une certaine manière, elle respectait son choix. Il n’avait rien contre elle, même ce qu’elle avait fait ne le turlupinait pas plus que ça. Dans le fond, il comprenait. A la limite, il pouvait lui reprocher de lui prendre Jean. Sa Jean. Mais, elle avait aussi le droit de vivre.

Elle avait raison, et il le savait. Le problème n’était pas tellement elle mais le fait que tout le monde y voyait Jean. Elles étaient tellement différentes que les gens préféraient le médecin à Phoenix. Il ne se retrouvait pas dans ce qu’elle disait parce que ce n’était pas comme ça qu’il voyait les choses. Jean, elle, ça ne lui faisait pas peur, la situation était juste étrange et compliqué. Mais, il comprenait que ça puisse être perçu de cette manière, et il devait même y avoir un fond de vérité. Elle était celle qui avait tué le professeur, les gens pardonneraient à Jean parce qu’elle n’était pas elle-même. Ca ne voulait pas dire qu’il lui pardonnait à Elle. Et, franchement, il ne voyait pas ce qu’il pouvait y faire, ça n’avait jamais été le genre à rassembler tout le monde lors d’une grande réunion pour exposer son point de vue. Faire évoluer les mentalités ce n’était pas son truc, ça demandé trop de relationnel et quand on a pour vocabulaire des grognements, c’était un peu compliqué.

Il avait envie de lui dire un tas de chose mais ne savait pas comment les formuler. Est-ce qu’il existe des cours de relationnel à l’institut ? Il pourrait peut-être en suivre un ou deux de manière incognito, non ? Mais voilà, elle était déjà à la porte qu’elle balançait une vérité que personne n’avait eu envie d’entendre. Même lui, en y réfléchissant bien. Elles étaient deux. Il ne savait pas vraiment ce qu’elle était exactement mais, Jean et elle, cohabitait, l’une ne pouvait pas aller sans l’autre. Il ne savait pas pourquoi mais, soudain, il eut l’image de jean soulevant leurs moyen de locomotion avant de se faire engloutir par les vagues. Ca deuxième année qu’il passait à l’institut, si ses souvenirs étaient bons. Pff, il avait l’impression que ça faisait une éternité. Quoiqu’il en soit, il fallait bien se rendre à l’évidence d’une chose : ce n’était pas Jean qui les avaient sauvés ce jour-là.

Elle ajouta qu’elle pouvait l’aider pour sa mémoire, ce qui eut le don de lui remettre les pieds sur terre et de sortir de ses pensées. Super mais, en fait, il s’en foutait pas mal pour le moment. Il ne s’agissait pas de lui, même si c’était bon à savoir, qu’il avait un tas de chose qu’il voulait connaitre. Le sujet, ce n’était pas lui. Mais il s’était un peu foiré sur ce coup là, elle avait déjà ouvert la porte et annoncer son départ. Il s’en voulait mais ne sait pas ce qu’il aurait pu dire. Alors, comme souvent, c’est ce qui lui venait à l’esprit qui prit le dessus.

Hey, tu viens à peine de débarquer, ça serait con de déjà partir. Tu sais, les gens ici ne sont pas obtus, ils ont juste besoin d’apprendre et de comprendre. Ça c’est jamais fait du jour au lendemain.

Après tout, ce que les gens savaient d’elle c’est qu’elle avait des pouvoirs incontrôlables et d’une puissance impressionnante et, en plus, elle avait tué Xavier. Normal que ça fasse flipper mais, les gens ici, c’étaient probablement ceux qui étaient le plus apte à comprendre et à pardonner, remettre une ardoise à zéro et recommencer. Il ne savait comment ils faisaient, il en était bien incapable.

Et puis, j’sais pas moi, tu devrais peut-être commencer par te donner un prénom. Parce que, le Phoenix, c’est un peu comme Cyclope ou tornade, c’est too much.

il était loin d’oublier Jean dans tout ça et il la préférait largement à Elle mais, chacun avait le droit à une chance, non ? Il ne disait pas non plus qu’il voulait juste la voir Elle, parce qu’il voulait que Jean revienne mais, peut-être qu’elles pouvaient trouver un terrain d’entente ? Peut-être qu’il était trop optimiste aussi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jean Grey
Mutante de niveau Oméga

Nombre de messages : 102
Date d'inscription : 03/02/2013
Localisation : Institut Xavier
Clan : Xmen
Age du personnage : 33 ans
Pouvoirs : télépathie et télékinésie
Profession : Médecin
Points de rp : 35

MessageSujet: Re: Bûlures et T-shirt [PV Wolverine]   Sam 25 Mai - 16:05

Toutes ces paroles étaient ennuyeuse et ne menaient à rien. Quoi que je dise ou fasse le résultat serait le même: l'homme que Jean aime secrètement et que je trouve aussi à mon gout ne m suivra jamais volontairement. Et si je le forçais à le faire le résultat serait inacceptable car les pantins n'ont pas d'âmes et ile leur manque une chose subtile qui fait toute la différence: le libre arbitre. Je préfère être seule qu'accompagnée d'une chien obéissant. Ce qui m'avais intéressée chez lui c'est qu'il n'avait pas eu peur de me tenir tête. Dans ce monde des hommes comme lui sont rares, autant le laisser.

Il parlait peu mais il émanait tout un tas de choses intéressantes de son esprit. Ce qui était intéressant avec lui c'est que ces paroles étaient toujours le reflet de ses pensées. Il ne se cachait pas derrière cette pseudo intimités que les humains adorent tant: leur esprit. Une si petite chose mais pourtant tellement intéressante et bien trop fragile. Découvrir les secrets cachés des gens et m'en amuser est tellement divertissant. Mais comme le dirait Jean: c'est mal.
*Satanée rabat-joie.* Comment les gens peuvent-ils autant aimer cette femme.
Depuis que j'avais pris le contrôle du corps de Jean j'usais de son pouvoir de télépathie sur le mâle dominant que je convoite. Adossée au chambranle de la porte, je le regardais tout en espionnant la moindre de ses penser pour tenter de le manipuler sans y arriver. Il est trop instable et donc imprévisible. En ce moment il était en train de se remémorer un souvenir.
*C'est quoi ce mal de tête...* Il s'agissait d'une de mes premières manifestations dans ce corps et il en concluait que c'était moi qui les avais sauvés. En réalité, ce n'était pas vraiment moi, mais plus Jean qui utilisait mes pouvoirs. Mais ça il n'avait pas besoin de le savoir.

Quand il me suggéra de rester ici pour laisser le temps aux gens de me connaitre je faillis lui dire d'aller de faire foutre et que je n'avais pas de temps à perdre avec ces insectes. La patience ne faisait pas partie de mes qualités et il semblait l'ignorer. C'était Jean l'être parfait qui était un exemple de patience avec son entourage.


Pourquoi faire?
Rester ici, dans cet endroit lugubre, fermée entre quatre murs avec des gens qui ne fond que penser à quel point Jean est un exemple... Oui.. Sainte Jean... L'emmerdeuse oui.
Ça c'était de la provocation car j'aimais jouer avec lui. J'ai mieux à faire. La dernière fois que j'étais libre on c'est servie de moi. Magnéto a profité de ma faiblesse il doit payer. Après je ne sais pas... Peut-être que je vais me mêler de vos conflits stupides en le réglant définitivement. Tout un programme!

Il me surpris quand il me demanda pourquoi je me faisais appeler Phoenix, il expliquait qu'un vraie non, quelque chose de plus humain serait mieux pour m'intégrer. Hélas je ne voulais pas m'intégrer à ces gens. Qu'ils m'adorent à la limite oui mais être leur égale... Non.

Phoenix, c'est à la fois qui je suis et ce que je suis.

Cette réponse était peut être simpliste mais elle résumait bien les choses. Toujours entrain d'espionner ces pensées, je le surpris à penser que moi aussi j'avais le droit de vivre. C'était gentil de sa part mais au fond de lui il ne voulait qu'une chose. L'autre.
Mon mal de crâne s'intensifiait et je commençais à me sentir étrange. C'était comme si les choses autour de moi étaient moins limpide. Quelque chose de chaud coulait de mon nez. En m'essuyant avec un mouchoir la couleur rouge m'inquiéta. Car je savais grâce à la mémoire que cela n'était pas bon signe pour les gens qui utilisaient beaucoup leur pouvoirs comme je venais de le faire. Il fallait donc que je parte vite sinon je risquais d'être piégée ici.
Je jetais un regard noir et menaçant vers Wolverine pour qu'il se tienne loin de moi. Ce n'était pas le moment pour qu'il me fasse perdre le contrôle. En me tournant vers le couloir, les images autour de moi semblèrent perdre consistance tout en s'assombrissant. Et merde! Lâchais-je en perdant connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
http://ddstvavatarland.free.fr/index.php
avatar

Wolverine
Mutant de niveau 4

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 24/05/2012
Localisation : Institut Xavier, ou perdu au milieu de rien
Clan : Xmen
Age du personnage : bien plus vieux que ce qu'il semble
Pouvoirs : Régénération, griffes (3 à chaque mains) en adamantium, sens surdeveloppés
Profession : Prof à l'institut Xavier
Points de rp : 60

MessageSujet: Re: Bûlures et T-shirt [PV Wolverine]   Dim 26 Mai - 13:58

Pourquoi rester ? Il dû y réfléchir pendant, deux secondes, avant de comprendre qu’il n’avait pas de raison à lui donner parce que ce n’était pas à lui de lui donner des raisons de le faire mais, c’était à elle de les trouver. Il haussa les épaules en secouant la tête pour faire comprendre qu’il ne répondrait pas à sa question. Trouver des raisons à des gens pour rester, c’était comme les influencer, un truc dans le genre. On ne pouvait pas forcer les gens à rester, ils devaient le faire parce qu’ils le voulaient, parce qu’ils trouvaient des raisons de le faire. Il était encore moins capable de prôner les bienfaits de l’institut. Il était persuadé que c’était ici que les gens étaient le plus capable de comprendre et d’évoluer, il avait d’ailleurs dit un truc dans ce genre à Malicia, un jour. Mais elle était jeune, elle avait besoin d’aide et était paumée. Phoenix, s’était autre chose et il n’avait aucune l’envie de la considérer comme une adolescente qui ne savait pas ce qu’elle faisait. Et, si Logan devait être totalement honnête, s’il avait tué une personne de l’institut, il se serait déjà barré depuis longtemps. Bien que cette réflexion ne servait pas à grand-chose parce que ça n’avait rien de comparable.

Et pas la peine d’insister pour lui demander un prénom, elle voulait celui qui la définissait. Ok, c’était son choix et, d’une certaine manière, ce n’était pas son problème. De toute façon, dans cet institut, on s’habituait assez vite à appeler les gens par des surnoms qui le faisaient toujours aussi marrer. Fallait voir la tronche des autres le jour où il avait demandé à Xavier si son surnom, à lui, s’était roulette. A croire qu’ici, on ne rigole pas avec un pseudo. Enfin peu importe, une odeur particulière lui arriva qu’il n’identifia pas tout de suite. Ce fut le cas quand Phoenix eut dans les mains un mouchoir devenu écarlate à certains endroits. Il avait ouvert la bouche, prêt à lui demandé ce qui se passait et bien plus inquiet que ce qu’il voulait bien le croire mais, le regard qu’elle lui porta le dissuada de poser la moindre question. Ne rien demandé n’empêchait pas une certaine crainte et de rester en alerte.

Elle se tourna, vacilla et il était déjà en train de la rejoindre en courant. Il n’était pas doué d’hyper-vitesse, si bien qu’il dut arriver en se baissant en avant pour la rattraper prêt du sol, avant qu’elle ne le touche. Et merde. Panique. Il regarda autour de lui, dans le couloir. Personne. Il n’était pas médecin lui, qu’est-ce qu’il était censé faire ? Sa première idée aurait été de lui mettre une tarte, parait que ça fonctionne bien mais, il était bien incapable de lever la main sur cette personne. Il posa ses bras de manière à pouvoir la porter et l’emmener sur ce lit de l’infirmerie qu’il avait occupé peu de temps en arrière. A croire qu’avec eux deux (eux trois), c’était une obligation, les rôles devaient toujours s’inversé à un moment où à un autre. Il songea, un instant, à prendre le téléphone pour faire venir quelqu’un de plus compétent mais, si c’était Phoenix qui ouvrait les yeux pour voir qu’un tas de personne s’occupait d’elle, les choses ne seraient peut-être pas bien perçues. Ok, il se donnait 3 minutes pour trouver quelque chose et qu’elle ouvre les yeux, dans le cas contraire, il appellerait quelqu’un. Il préférait déranger Phoenix et qu’elle prenne mal quelque chose, plutôt que de le laisser mourir dans son coin. Mourir ? Non mais, n’importe quoi. Elle n’allait pas mourir, elle n’en n’avait même pas le droit !

Un gant, une serviette, du tissus, n’importe quoi et de l’eau, voilà ce qu’il lui fallait. Il fouilla dans la pièce pour trouver ce qu’il lui fallait et revenir vers jean pour lui poser le truc sur le front. Penché au-dessus d’elle, il poussa, de sa main de libre, les mèches de cheveux qui pouvaient lui revenir sur le visage.

Allez, reviens s’il te plait.

il faisait ça bien, il y avait même une formule de politesse dans sa phrase, c’est pour dire. L’absence de prénom était parfaitement voulu, parce qu’il se foutait de qui ouvrirait les yeux, l’une ou l’autre, ça lui allait bien. Si l’une était là, c’est que l’autre allait bien aussi. Et oui, il s’inquiétait plus pour Jean mais, il ne s’en excuserait même pas, c’est elle qu’il connaissait le mieux, c’est elle qui avait été dans ses pensées pendant un long moment et qui, d’ailleurs, avait toujours du mal à les quitter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jean Grey
Mutante de niveau Oméga

Nombre de messages : 102
Date d'inscription : 03/02/2013
Localisation : Institut Xavier
Clan : Xmen
Age du personnage : 33 ans
Pouvoirs : télépathie et télékinésie
Profession : Médecin
Points de rp : 35

MessageSujet: Re: Bûlures et T-shirt [PV Wolverine]   Mar 13 Aoû - 20:27

HJ a écrit:
Désolée pour la longue absence, j’ai eu pas mal de choses à faire et quelques petits soucis de santé. Mais me revoilà ! ;-)
Une forte douleur me traversait le crâne. Tout était sombre, il n’y avait pas de bruits, je ne sentais rien autour de moi. C’était comme si je n’étais nulle part ou si je n’avais pas de corps. J’étais dans le néant et j’étais en paix.
Toutefois, doucement, je commençais à ressentir, la froideur du sol et la peur mélangée à de la colère. Ces sentiments n’étaient pas les miens, ils devaient sans doute appartenir aux Phœnix. Brusquement je compris que quelque chose c’était produit et qu’il ou elle avait perdu le dessus. Il fallait donc que je reprenne vite consciente pour bloquer cette entité et continuer de l’absorber progressivement comme je le faisais depuis quelques mois déjà.
L’obscurité c’était changée en lumière pâle mais le mal de crane était toujours présent et plus fort que précédemment. On me portait et on me posait sur une chose que je n’arrivais pas à identifier. Qui s’occupait de moi ? Je pensais tout d’abord à Logan, puis à Scott. J’écartais Scott presque aussitôt car il avait repris sa vie, en m’occultant. Il y avait aussi Quentin, un ami de longue date puis Maximilian, un adolescent avec qui j’aimais passer du temps.


Logan : Allez, reviens s’il te plait.

Ces mots, cette voix lointaine… Elle n’appartenait qu’à une seule personne… Logan.
C’était logique, le dernier souvenir que j’avais me situait dans l’infirmerie et je m’occupais de Logan. Ou du moins, je pensais le faire car dans un sens j’aimerais être celle qui prendrait soin de lui.
Mes sens revenaient lentement. Trop lentement à mon goût. Je posais avec peine ma main gauche sur mon front douloureux sur lequel on avait posé un linge humide et frais. Logan sans doute.
Je plissais le front tout en me concentrant pour arriver à reprendre un tant soit peu de contrôle sur mon corps pour voir, entendre et parler.


Lo… gan… Dis-je d’une petite voix mal assurée.

Cette douleur qui m’affaiblissait et qui me clouait sur ce lit ne m’était pas inconnue. Mes patients me l’avaient parfois décrite et je commençais à comprendre ce qui c’était passé. Phoenix avait certainement dû trop forcer sur mes pouvoirs et mon corps n’avait pas supporté la pression sur mon cerveau d’où le mal de crane.
La seule chose avait c’était rester calme et ne pas bouger tant que je ne me sentirais pas mieux.


Ca…
Ca va aller…

Mon esprit n’était pas aussi vif que d’habitude. Pour que je le ressente ma faiblesse devait être grande. J’avais du mal à me concentrer pour rassembler mes souvenir et même tenter de piocher dans ceux du Phoenix pour savoir ce qui c’était passé. Bizarrement, je ne le sentais pas. Il n’y avait pas cette présence à laquelle je m’étais habituée. J’étais moi, sans aucune voix pour me suggérer ce que je devrais ou ne devrais pas faire et c’était reposant.
Combien de temps resterais-je dans cet état ? Logan resterait-il près de moi ? Devais-je lui suggérer d’appeler de l’aide ? Je ne savais pas. Cela ne me ressemblait pas.


T’en vas pas…
Revenir en haut Aller en bas
http://ddstvavatarland.free.fr/index.php
avatar

Wolverine
Mutant de niveau 4

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 24/05/2012
Localisation : Institut Xavier, ou perdu au milieu de rien
Clan : Xmen
Age du personnage : bien plus vieux que ce qu'il semble
Pouvoirs : Régénération, griffes (3 à chaque mains) en adamantium, sens surdeveloppés
Profession : Prof à l'institut Xavier
Points de rp : 60

MessageSujet: Re: Bûlures et T-shirt [PV Wolverine]   Mer 21 Aoû - 18:37

Spoiler:
 

Son regard passait de l’horloge sur le mur, au visage de Jean. Trois minutes il s’était donné trois minutes avant de paniqué complet et d’appeler de l’aide. D’accord, il paniquait déjà un peu mais, il le faisait bien, ça ne se voyait presque pas… Enfin, disons, qu’il n’y avait personne pour le voir donc, tout allait bien. Elle venait de bouger sa main, et lui, de regarder tout autour de lui. Qu’est-ce qu’il était censé faire maintenant ? L’appeler ? La secouer ? Lui dire quelque chose ? Si un jour il se souvenait de son passé dans son intégralité et qu’il apprenait qu’il avait des notions de médecine, on pouvait être assuré qu’il regrettera de ne pas s’en être souvenu maintenant. Peut-être que la prochaine fois, quand il déposera un élève à l’infirmerie, il regardera comment ça se passe, histoire de savoir quoi faire si la situation actuelle se représente.

C’est son prénom qu’elle prononce, du coup, il ne sait toujours pas qui est réveillé. D’un côté il se dit que vu le ton peu assuré, il doit s’agir de Jean, Phoenix ne laisserait pas passer un état de faiblesse, préférant se taire. Et d’un autre côté, il s’en foutait complètement, c’était son prénom qui avait été prononcé, pas celui de Scott… peut-être qu’il n’avait toujours pas grandi sur certains points.  Toutes ces petites considérations, puériles et inutiles, s’envolent quand elle lui annonce que ça va aller. Il se mit à sourire, ça ressemblait même à un très, très léger rire.

Mouais, j’espère bien.

Se rendant compte que cette réponse sonnait un peu trop comme « j’suis super inquiet pour toi », il se décida, assez vite à rajouter quelques mots.

On n’a pas de médecin remplaçant pour le moment ici.

Il se foutait bien de savoir si quelqu’un pouvait la remplacer ou non, le fait qu’elle soit le seul médecin de l’institut n’était pas la raison de son inquiétude. Il s’inquiétait pour elle, pas pour le métier qu’elle exerçait. Si Jean pouvait lire dans les pensées, savoir ce qu’il pensait, ça ne l’empêchait pas de vouloir sauver les apparences. De toute façon, même sans télépathie, il ne se trouvait pas crédible. Il était plutôt bon, d’habitude, pour donner le change sur ce qu’il ressentait réellement mais… Bordel, dès qu’il s’agissait de Jean, dès qu’elle avait un problème, il perdait tout ce potentiel. Ça aurait même pu l’énerver si il n’était pas aussi inquiet pour elle.

Je ne comptais pas bouger avant les deux prochaines heures. Je te rappel que c’est moi le grand malade qui a besoin de repos… Il leva les yeux au ciel en réfléchissant. Ou d’une douche, j’sais plus.

Elle parlait, ça le rassurait alors il redevenait un peu plus lui-même, avec son humour qui, en générale, ne faisait rire que lui. Mais il reprit assez rapidement un semblant de sérieux.

Qu’est-ce que je peux faire ?

Son regard se porta autour de lui comme s’il était capable de trouver LE truc indispensable pour aider Jean. En fait, tout ce qu’il voyait lui paraissait venir d’une autre planète, il ne savait même pas à quoi servait la plus part des trucs. La médecine, ce n’était vraiment pas son domaine. D’un autre côté, ça semblait assez logique pour un type qui se guérit tout seul sans avoir besoin d’aide médical.

T’as besoin de quelque chose ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jean Grey
Mutante de niveau Oméga

Nombre de messages : 102
Date d'inscription : 03/02/2013
Localisation : Institut Xavier
Clan : Xmen
Age du personnage : 33 ans
Pouvoirs : télépathie et télékinésie
Profession : Médecin
Points de rp : 35

MessageSujet: Re: Bûlures et T-shirt [PV Wolverine]   Jeu 29 Aoû - 14:01

Bien que je sois toujours dans le coton je savais exactement où j’étais mais je ne savais pas trop ce qui c’était passé. La douleur qui irradiait dans mon crane était bien connue. C’était l’effet habituel d’une trop grande utilisation de mes pouvoirs. Il me fallait donc du repos et du calme pendant quelques jours le temps que mon organisme récupère.
Logan avait sa manière bien à lui d’interagir avec les gens. Les réactions qu’il avait en ce moment me faisaient sourire. Je ne pouvais pas trop rire car cela me provoquait une pointe de douleur qui me crispait.
Il disait qu’il n’y avait pas de médecin remplaçant ici, trop fatiguée pour chercher le sens caché dans sa phrase je laissais mon instinct me guider et me faire comprendre que ce n’était rien de plus que sa manière à lui de me dire qu’il était inquiet et qu’il voulait que je me rétablisse au plus vite. Bientôt, je pourrais peut-être écrit le « Logan pour les nulles » comment comprendre et interpréter les paroles et les réactions de Logan en 3 leçon. Sur le coup l’idée me plus et me fit à nouveau sourire dans mon coin.


Il n’allait pas me laisser, cela me rassurait. Il me renvoya les paroles que je lui avais dit quelques minutes ou heures plus tôt enfin, peu importe. Il me rappelait que c’était lui le patient.

Oui c’est vraie…
Tu as besoin d’une douche…


Je le regardais. Il était gentil et doux avec moi. Cela ne cadrait pas avec son apparence rustre et je trouvais cela adorable. Logan voulait savoir ce qu’il pouvait faire. Et sans vouloir le vexer, j’allais lui répondre la même chose qu’il m’avait répondue un peu plus tôt.

Il n’y a rien à faire. Il me faut juste un peu de repos. J’ai sans doute trop forcé sur mes pouvoirs.
Sinon, de quoi j’aurais besoin ?... Heu… Je sais pas… Un peu d’eau pour le moment. Je pense que je pourrais me lever dans une demi-heure.
Est-ce que tu pourrais annuler mes rendez-vous ? Je ne suis pas en état de travailler…
Tu pourrais m’accompagner jusqu’à ma chambre tout à l’heure ? J’ai besoin de sommeil.


Je n’aimais pas m’absenter ou annuler des rendez-vous avec certains de mes patients. Pour certains d’entre eux il était parfois difficile de trouver un moment pour venir me voir. Mais n’étant ni invincible, ni indispensable je préférais prendre soins de moi et me reposer.

Oh, à ce sujet, qu’est-ce qui c’est passé ?

Revenir en haut Aller en bas
http://ddstvavatarland.free.fr/index.php
avatar

Wolverine
Mutant de niveau 4

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 24/05/2012
Localisation : Institut Xavier, ou perdu au milieu de rien
Clan : Xmen
Age du personnage : bien plus vieux que ce qu'il semble
Pouvoirs : Régénération, griffes (3 à chaque mains) en adamantium, sens surdeveloppés
Profession : Prof à l'institut Xavier
Points de rp : 60

MessageSujet: Re: Bûlures et T-shirt [PV Wolverine]   Mer 18 Sep - 19:40

Mouais, merci de me le rappeler.

Un ton qui ne fut pas aussi bourru qu’il l’eut souhaité, tinté par cette foutue inquiétude. Il fut tellement plus simple de resté éloigné des gens, de ne pas avoir à s’attacher, ça rendaient les choses moins compliquées, plus claires aussi. Et, surtout, ça évitait de se sentir impuissant. Là fut bien le problème pour Logan, rien ne fut à sa portée, combien même, il voulut l’aider, il ne sut pas quoi faire. Ce qu’elle confirma très vite, à son grand regret qui se traduisit par un faible grognement de mécontentement.

Il la quitta des yeux, un instant, pour aller chercher ce fichu verre d’eau. Logan en garde malade, fallait vraiment que ce soit elle pour qu’il s’adonne à ce genre d’activités ! Il était revenu verre elle avec le verre qu’elle avait demandé pour lui tendre doucement, voir l’aider à boire si elle en avait besoin.

T’inquiète, je gère pour tes rendez-vous.

Chez Logan ça voulait dire qu’il allait s’en occuper à sa manière. Il ne passerait aucun coup de téléphone – ce qui aurait plus le don de l’énerver qu’autre chose – mais, si quelqu’un se pointait sous prétexte de venir la voir, il l’enverrait ailleurs voir elle y était. Il avait toujours sut être persuasif quand il s’agissait de virer quelqu’un… En plus de bien aimer ce genre d’activité. Ca détendait. Il n’avait pas répondu pour le fait de l’accompagner à sa chambre mais, ça allait de soi qu’il pouvait bien faire ça pour elle.

Pour ce qui s’était passé les choses étaient un peu plus compliquées à expliquer. Il ne savait même pas si Jean gardait des souvenirs de ce que pouvait faire Phoenix. Les trucs cérébraux – encore plus quand il s’agit de pouvoir – ce n’était franchement pas son truc. Dans le fond, il se foutait complètement de la manière dont ça fonctionnait, ça faisait partit d’elle, c’est tout. Mais vu qu’elle posait la question, c’était qu’elle ne devait pas savoir.

Tu sais, le truc du double diabolique qui fait sa crise existentielle. Sympa mais pas très portée sur la compréhension si tu veux mon avis.

Il préférait prendre les choses de manières légères, ce n’était pas ce qu’il faisait habituellement ? A moins de vraiment le connaitre, de toute façon, rien ne semblait avoir de réelle importance pour lui.

Ah ouais, elle m’a proposé de parcourir les routes avec elle aussi. J’te jure l’idée était tentante et elle sait se montrée persuasive.

Ce n’était pas totalement vrai vu qu’il n’avait pas envisagé une seule seconde de s’enfuir avec elle. Dans une autre vie, ou quelques années en arrières, il aurait sûrement accepté mais là ce n’était vraiment pas au programme. Trop de choses à faire ici, à rebâtir. Mais avouer qu’il était dévoué à la cause de Charles et ce qu’il avait construit, ce n’était pas dans ses habitudes. Cela dit, il reprit très vite un ton plus sérieux en posant son regard sur Jean.

Vous allez vraiment devoir travailler pour trouver un terrain d’entente toutes les deux.

La situation allait partir en sucette sinon. Elles étaient trop différentes, avec des envies différentes et une vision de ce qui pouvait être bien ou non, qui ne concordait pas tellement. Elles étaient seulement comme deux opposées qui allaient devoir faire quelque pas en avant pour trouver un milieu sur lequel elles pourraient s’entendre un minimum.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Bûlures et T-shirt [PV Wolverine]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Bûlures et T-shirt [PV Wolverine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men Extended :: QUARTIERS GENERAUX :: Manoir des Xmen :: le manoir :: Couloirs :: Infirmerie-