Partagez | 
 

 Histoire de squatts [Emily-zombie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Ethan Petroviczh
Humain

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 06/07/2011
Localisation : Hôpital général - New York
Clan : réseau d'aide aux mutants
Age du personnage : 34 ans
Profession :
Chirurgien esthétique (parce qu'il le vaut bien)

Points de rp : 11

MessageSujet: Histoire de squatts [Emily-zombie]   Lun 30 Jan - 13:13

Mettant un pied devant l’autre, Ethan était furieux. Ou plutôt blasé. Blasé, parce que son imbécile de chauffeur avait tout simplement oublié de venir le récupérer à la sortie de l’un de ses cours…

Chaque pas supplémentaire tendait pourtant à faire disparaître cette exaspération au profit d’une fatigue de plus en plus présente, parce qu’Ethan n’était pas réellement taillé pour les longues marches. Du haut de ses 1m40 et avec une jambe un peu plus raide que l’autre, l’homme avait clairement du mal à se déplacer à grande vitesse, et son envie de rentrer rapidement chez lui pour virer ce chauffeur incompétent l’incitait à presser le pas beaucoup plus que de raison… Cet empressement venait peut-être aussi du fait qu’il n’avait pas spécialement envie de trainer dans Hell’s Kitchen tout seul de nuit, parce qu’il fallait bien admettre qu’il ne pourrait échapper à personne s’il se mettait en tête de partir en courant. La nuit tombait peu à peu, faisant naître des ombres peu rassurantes dans les rues qu’Ethan empruntait.

De temps à autre, il croisait quelques personnes elles aussi particulièrement pressées d’arriver ailleurs ; ce quartier avait une certaine réputation et personne n’avait réellement envie d’en faire les frais en faisant une mauvaise rencontre ou de débarquer au beau milieu d’un règlement de comptes entre bandes. Ethan quitta la rue peu éclairée pour déboucher dans une rue de Soho beaucoup plus passante, et ralentit l’allure pour soulager sa jambe droite que la marche rapide avait mise à rude épreuve.

La faim se fit sentir lorsqu’il passa devant la troisième boulangerie de la rue, et Ethan ne tarda pas à s’arrêter pour observer l’intérieur de l’échoppe au travers de la vitrine. A peu près tout ce qui était comestible à l’intérieur déchaîna son estomac affamé, et Ethan se décala légèrement pour attraper la poignée de la porte. Quelque chose l’incita à ne pas poursuivre lorsqu’il repéra deux personnes assez suspectes en grande conversation un peu plus loin. Ce qui rendait ces personnes suspectes, c’était surtout cette manière qu’elles avaient de regarder sans cesse au-dessus de leur épaule, un peu comme si elles craignaient d’être surprises par quelqu’un…

Sans trop prendre la peine de réfléchir, Ethan oublia son estomac pour se rapprocher discrètement des deux hommes, qui s’étaient à présent engagés dans une rue attenante. Le jeune homme tenta au maximum de presser le pas sans paraître suspect – donc en faisant mine de regarder les vitrines alentours. Son attention focalisée sur l’itinéraire des deux hommes lui valut de heurter deux personnes occupées elles aussi à flâner, et Ethan s’excusa très brièvement avant de lui aussi s’engager dans la ruelle. Après quelques pas, il fut surpris d’apercevoir les deux hommes en grande discussion et se dissimula derrière une poubelle (comme quoi, c’était pratique de se planquer quand on avait la taille d’un enfant de 12 ans).

Ouais, une mutante, j’te dis, et j’en ai la preuve !
On pourrait en tirer un sacré paquet de blé, c’est bon ça…

L’un des deux hommes balaya la ruelle du regard, s’attendant presque à y découvrir quelqu’un qui n’avait rien à y faire. Bien dissimulé derrière un obstacle particulièrement odorant, un mouchoir plaqué devant son nez et sa bouche, Ethan ne perdait pas une miette de la discussion, comme à chaque fois qu’il était question de mutants. Seulement, ce qu’il avait entendu ne lui servait pas à grand-chose pour l’instant, parce qu’il ne savait rien de cette mutante sur le point d’être vendue pour un bon prix…

Elle devrait plus trop tarder, elle squatte dans cet immeuble depuis quelques jours…
Qu’est-ce qui me dit qu’elle aura pas décidé de changer de coin ?
Rien, mais les monstres sont pas très bien vus en ville… Alors si elle en est réduite à squatter, c’est qu’elle a pas les moyens de zoner dans un palace, si tu vois ce que je veux dire…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Emily Fischer
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 04/01/2012
Localisation : Squatte dans l'ancien appartement de sa soeur
Clan : neutre
Age du personnage : 15 ans
Pouvoirs : Putréfaction ainsi que résistance à l'environnement et à la douleur
Profession : Vagabonde, ancienne collégienne
Points de rp : 12

MessageSujet: Re: Histoire de squatts [Emily-zombie]   Ven 3 Fév - 22:26

Il y a des jours comme-ça où l'on est toujours de bonne humeur, c'est mon cas aujourd'hui. Non, je suis encore la mutante la plus pitoyable de la galaxie, mais ça ne m'empêche pas d'être contente. Quelle bonne idée j'ai eu d'installer ma nappe faisant office d'échoppe non loin d'un nouveau bar spécial gothique bourgeois. En une heure, mon stock de poupée morbide en état de putréfaction avancé c'est écoulé. Du coup, une après-midi à flâner en ville. Sans oublier de passer à la boutique de tissus m'acheter de quoi reprendre mon activité bien rémunérée. Si ce serait plus facile de simplement faire la manche dans les métros ? Ho, je suis vagabonde peut-être, mais ni clodo ni SDF ! Moi, je sais ou dormir la nuit en toute sécurité et presque avec le confort. J'ai juste encore cassé un lit avec ce fichu pouvoir, heureusement que le canapé est encore a peu près solide. Mmh rien que d'y penser, je suis pressée de retrouver l'appartement. Tiens, il me reste quelques pièces. Ma nature économe et la tentation d'une boulangerie sur mon chemin ne sont hélas pas compatible, et le peux de volonté que j'ai face à ce choix me pousse naturellement vers la porte de celle-ci.

Bon, il à a juste un enfant qui campe devant la porte mais je suis plus grande, je vais m'imposer ! De trop bonne humeur pour ne pas laisser quelqu'un m'empêcher de me réserver quelque pains au chocolat. Allez, bouge ! Je peux plus résister !

OOps, en me rapprochant de lui, je remarque que l'enfant, hé ben il est pas si jeune que ça. Ho la patate, c'est un adulte de petite taille. Il fait une mine étrange à épier deux autres étranges gugusses. Ha ! Ca y est, ils s'en vont et le petit homme les suit sans même me remarquer. Super ! A moi la boulangerie !
Quelques minutes plus tard, je suis a nouveau sans le moindre sou en poche mais avec un bon sac remplie de pain dans les bras. Et comme Chiffon, ma poupée, ne mange rien, ça m'en fera d'autant plus pour moi toute seule ! J'esquisse même un sourire en marchant dans la rue, c'est bien rare qu'il me faut le souligner. La boulangère m'en a offert deux en plus car en fin de journée, autant liquider le surplus. Qui suis-je pour l'en empêcher après tout ?

Au moins, je peux m'empiffrer d'une couque sur le chemin de l'appartement. Marcher lentement, sans prendre garde au monde qui m'entoure. Oui comme d'habitude, mais cette fois, je le fais sans broyer des idées noires ! Allez, encore une ruelle et je suis chez moi. Toujours par la porte de derrière pour ne pas éveiller les soupçons, mais bon, il n'y a jamais personne qui trainent dans cette impasse. Beuh, bien sur pour me contre-dire, il y a deux types qui discute non loin de la porte. Hé mais je les reconnais, ce sont les deux gars de tout à l'heure ! Qu'est-ce qu'il foutent là ? Et je fais comment moi pour me faufiler dans le loft de ma sœur ! Je pourrais simplement avoir l'air naturel et ouvrir la porte mais je suis un peu méfiante, c'est vrai qu'ils ont des têtes louches. Ils se sont trompés de quartier, c'est pas Hell's Kitchen ici.

... Je ferais bien demi-tour moi, faire mine de rien, me retourner et me promener encore un peu le temps qu'ils se décident à filer autre part. De toutes façon, je ne suis qu'une gamine, c'est pas en me braquant qu'ils vont faire de l'argent. Donc pas d'intérêt pour eux, et si ça se trouve, ils ne m'ont même pas remarquer. Allez, on tourne les talons et basta...

" Hiiiiiiii "

Et boufffff, mon sac de la boulangerie à terre. C'est que... C'est que ! Euh comment dire, c'est qu'il fait peur le nain entre deux poubelles ! A hauteur d'homme, il passerait presque inaperçu, mais à ma hauteur d'Emily Fischer + 2 centimètre de semelles, il tombe pile dans mon champ de vision alors que je faisais demi-tour. Et du coup, ça explique mon cri de surprise dans la ruelle. Je lui lance ensuite un regard aussi interrogateur que vexé et ramasse aussi vite que possible mon paquet. C'est qu'il se passe des trucs bizarre dans cette ruelle ce soir. J'ai pas envie d'en connaître la suite. Et si les deux autres types ne m'ont pas remarqué précédemment, cette fois-ci, c'est râpé. Holala et dire que la journée était parfaite jusque là. Je le sens pas ce coup-ci, et si je me stresse même inutilement, mon autre moi va encore ressortir, il faut vraiment que je file !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ethan Petroviczh
Humain

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 06/07/2011
Localisation : Hôpital général - New York
Clan : réseau d'aide aux mutants
Age du personnage : 34 ans
Profession :
Chirurgien esthétique (parce qu'il le vaut bien)

Points de rp : 11

MessageSujet: Re: Histoire de squatts [Emily-zombie]   Lun 13 Fév - 21:00

C’était comme à chaque fois : dès que le mot mutant était prononcé, Ethan ne pouvait pas s’empêcher d’aller fourrer son nez dans les affaires des gens qui, en toute honnêteté, ne le regardaient pas le moins du monde.

Dans ce cas précis, il s’agissait d’une jeune fille présumée mutante que deux individus louches attendaient en bas de chez elle. Ethan ne savait pas comment ils connaissaient la mutation de celle-ci ni pourquoi ils lui en voulaient – même s’il s’en doutait – et c’était justement pour cela qu’il était encore dissimulé entre deux poubelles avec l’espoir très clair d’en apprendre plus et de peut-être se rendre utile… Après tout, c’était à ça que servait son appartenance au Réseau d’aide aux mutants, alors il ne pouvait pas tout simplement rentrer chez lui à pieds et se dire que cette adolescente se débrouillerait toute seule. Sa curiosité n’y survivrait pas…

Lorsqu’une silhouette passa sur sa gauche, Ethan s’arrêta même de respirer l’espace de quelques secondes pour éviter de faire le moindre bruit susceptible de trahir sa présence dans cette ruelle. Mais au moment où elle se retourna sans prévenir pour faire demi-tour, Ethan n’eût même pas le temps de se dissimuler davantage entre les poubelles, et sa mine de nain renfrognée à cause de l’horrible puanteur des poubelles effraya suffisamment l’adolescente pour lui arracher un cri… Ethan sursauta également, parce qu’il ne s’était pas attendu à être surpris, ou du moins pas de cette manière, et il la vit ramasser son sac et s’éloigner avec suffisamment de précipitation pour qu’il comprenne qu’elle n’était vraiment pas à l’aise. Il se baissa pour l’aider à ramasser son sac, lui glissant quelques mots à voix basse :

Désolé de vous avoir fait peur… Les deux types là-bas ont quelque chose de louche et attendent visiblement quelqu’un, alors… - Il ne songea qu’à ce moment précis qu’il n’aurait pas été d’un très grand secours à cette mystérieuse cible si elle s’était faite agresser sous ses yeux. - … c’est un peu stupide, mais je pensais pouvoir me rendre utile en me cachant là.

Eh, mademoiselle ! Un problème ?

L’un des types venait de l’appeler, pas vraiment certain qu’il s’agissait de la personne qu’il était sensé attendre en bas de chez elle. Ethan lança un regard anxieux de l’autre côté de la poubelle, n’osant pour le moment pas bouger de sa cachette puisque personne ne l’avait remarqué en dehors de l’adolescente. Tout sembla s’accélérer dans la tête du jeune homme :

Vous habitez cet immeuble ? – La question était sans doute un peu trop personnelle pour qu’elle paraisse normale. – Ces deux hommes projettent d’attraper une mutante qui habite ici pour la vendre à je ne sais qui… Et ça m’aiderait beaucoup si vous pouviez lui dire de faire attention à elle, si par hasard vous la connaissez. Il paraît qu’elle squatte un appartement de cet immeuble…

Bon, dans un sens ce n’était pas ses affaires et personne ne lui avait rien demandé, mais Ethan avait un amour et une curiosité pour les mutants qui l’empêchaient de simplement partir en considérant que la cible de ces deux hommes parviendrait à se débrouiller pour leur échapper seule…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Emily Fischer
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 04/01/2012
Localisation : Squatte dans l'ancien appartement de sa soeur
Clan : neutre
Age du personnage : 15 ans
Pouvoirs : Putréfaction ainsi que résistance à l'environnement et à la douleur
Profession : Vagabonde, ancienne collégienne
Points de rp : 12

MessageSujet: Re: Histoire de squatts [Emily-zombie]   Sam 18 Fév - 21:02

Et dire que cette journée avait si bien commencée. Il est écrit quelques part que jamais Emily Fischer ne connaitra un seul jour de répit sans qu'un événement étrange ne se passe. Et comme cette Emily c'est moi, et que l'événement étrange se déroule à l'instant, je suis encore dans de beaux draps. Si le plus simple à faire, c'est de partir sans demander mon reste, le petit homme des poubelles m'aide à ramasser mon sac et m'informe de la situation. Au même instant l'un des deux types m'a remarqué et me demande quel genre de problème j'ai...

Ça craint ! Ça craint et ça craint ! Bien sur qu'il y a un problème ! C'est quoi tout ce monde ici, et surtout , surtout, pourquoi ils veulent d'une mutante aussi pitoyable que moi ? Car je ne connais qu'une seule personne qui squatte cet immeuble et ils l'ont devant les yeux. Ho le stress, et quand je stress c'est pas bon. Pas bon du tout même ! J'ai pas envie de leur offrir ma mutation sur un plateau, surtout qu'ils n'ont pas l'air sur de leur fait. Bon, le petit homme est toujours dans l'ombre des poubelles, ils ne l'ont pas aperçu de là où ils sont, je lui répond donc en chuchotant. Est-ce que je dois lui faire confiance ? Non, je n'ai confiance en personne ! Si même mes parents m'ont dénoncé, qu'est-ce qu'un parfait inconnu peut me faire de pire ?

" Non, je ne connais aucune mutante qui squatte dans cet immeuble ! De toute manières, elle est partie depuis longtemps ! Et en plus non, je ne l'ai jamais vue ! Je ne savais même pas qu'il y avait une mutante ici, et je n'habite pas dans cette rue non plus ! "

Euh... Je suis si embrouillée que je m'emmêle les pinceaux. Je ne sais même plus ce que je lui ai dit, mes idées ne sont plus en place et...et..et !
Stop, reprends ta respiration Emy ! Et répond aussi aux deux loubards avant qu'ils ne se posent plus de questions. Déjà, de leur point de vue, me voir marmonner à une poubelle, je suis bonne pour l'asile. Ils cherchent une mutante de toute façon, pas une gamine à moitié dingue. Alors, je dois retrouver mon calme et éviter de me putréfier sur place. Allez, j inspire profondément...

" Non, Non. Aucuns problèmes messieurs. je rentrais juste chez moi. Euh non, pas chez moi ! J'allais faire uen course, et c'est un raccourci, oui c'est ça ! Mais euh, je vais partir, je viens de voir que j'ai oublié mon argent. "

Ouf, si ils attendent quelqu'un qui rentre chez elle et que je leur annonçait ça, j'étais trahie. La, je me redresse et je fais demi-tour. Sans me retourner, ni rien. Ils vont m'oublier, ils vont oublier qu'une mutante squatte par ici et je vais pouvoir rentrer chez moi. Je n'ai nul part où aller et le peu d'affaires que je possède sont dans l'appartement. Je sais, je vais passer par l'entrée principale ! Et ni vue, ni connue je serais dans le loft ! Mais, maintenant que je me remet à pensée, une question me vient à l'esprit. Je me retourne de nouveau vers les poubelles pour demander à l'homme qui s'y cache.

" Euh... Pourquoi ils voudraient revendre une mutante ? Ce sont des monstres d'après ce que je sais. Surtout celle qui traînait dans cet immeuble. "
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ethan Petroviczh
Humain

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 06/07/2011
Localisation : Hôpital général - New York
Clan : réseau d'aide aux mutants
Age du personnage : 34 ans
Profession :
Chirurgien esthétique (parce qu'il le vaut bien)

Points de rp : 11

MessageSujet: Re: Histoire de squatts [Emily-zombie]   Jeu 8 Mar - 17:28

(Avec un petit peu de retard pour cause de vacances… )

Malgré un QI supérieur à la moyenne, Ethan pouvait parfois agir de manière beaucoup plus stupide que ce que ses capacités étaient sensées lui suggérer. Ca avait même était très précisément le cas lorsqu’il avait déballé son histoire à cette jeune fille qui l’avait découvert à épier comme une commère entre deux poubelles, et le moins que l’on pouvait dire, c’était qu’il avait clairement l’air suspect en plus d’avoir perdu quelques cases à cause de la forte odeur de détritus… enfin si c’était possible.

La jeune fille sembla d’ailleurs consciente que quelque chose était bizarre, parce qu’elle répondit également à voix basse, de manière à empêcher les deux autres de l’entendre ou même de la remarquer, jusqu’à ce qu’eux-même ne finissent par l’interpeler… Elle avoua ne connaître aucune mutante, ce qui était la réponse standard fournie par les gens qui ne connaissaient effectivement aucun mutant. Là où ça devenait intéressant pour Ethan, c’était juste après, lorsqu’elle déclarait que cette mutante était partie depuis longtemps, mais qu’elle ne l’avait jamais vue… Bon, comment pouvait-elle savoir que la mutante était partie si elle ne l’avait jamais vue ? Peut-être les ragôts entre voisins. Allez, admettons. La suite fut encore plus surprenante, parce que la jeune fille déclara qu’elle ne savait même pas qu’il y avait une mutante dans cet immeuble, et que de toute façon elle n’habitait pas dans cette rue.

Il y avait eu tant d’incohérences en si peu de temps qu’Ethan n’avait rien trouvé à répondre dans un premier temps et était resté littéralement bouche bée, fixant son interlocutrice avec une certaine incompréhension. Avant qu’il n’ait le temps de formuler une ultime question pour vérifier un détail, les deux voyous avaient interpelée la jeune fille, et elle avait tâché de leur répondre avec clarté et brièveté… ou du moins, autant de clarté que celle dont elle avait fait preuve en répondant à Ethan un peu plus tôt. Même si la réponse suffit à dissiper leur suspicion, pour Ethan il y avait quelque chose qui clochait dans son discours. Il fut fut tiré de ses réflexions par une question cette fois-ci bien logique de la part de la jeune fille, et il commença par secouer la tête avec un certain dépit…

Monstre ou non, pour certains les mutants sont l’occasion de se faire un peu d’argent. Un peu comme les combats de chiens… mais avec des gens. Mais parfois, c’est pire… - Il marqua une pause le temps de jeter un œil à l’entrée de l’immeuble. - Enfin c’est assez horrible, et ça m’ennuierait de rentrer dans les détails pendant que cette mutante se fait peut-être attraper…

Même si les paroles de la jeune fille étaient plus que confuses, ça ne permettait pas à Ethan de conclure qu’elle était la mutante que les deux voyous attendaient au bas de cet immeuble. Le contexte actuel et les médias avaient fait en sorte de maintenir les gens dits « normaux » à l’écart des mutants en leur faisant miroiter leur sécurité, et parce qu’un humain n’était pas sensé se préoccuper du sort d’un mutant, cela expliquait la nervosité de ces derniers lorsque quelqu’un commençait à poser des questions… Peut-être que cette jeune fille était une amie de cette mystérieuse mutante, et peut-être qu’elle essayait simplement de la protéger en prétendant ne pas la connaître. Seulement même si c’était louable, ça ne satisfaisait pas la curiosité du petit homme. Il se tourna de nouveau vers Emily après avoir jeté un œil à l’entrée de l’immeuble où les deux voyous attendaient toujours :

Ecoutez, je sais que vous la connaissez et que vous pensez bien faire en prétendant qu’elle n’est plus là. Mais est-ce que vous pensez sincèrement qu’elle serait capable de se défendre seule face à ces deux grosses brutes ?

La question qui était sensée arriver après était « et toi, tu penses pouvoir l’aider comment du haut de tes 1m40 ? », mais Ethan avait pris l’habitude de ce genre de choses. Néanmoins, la gamine semblait sympathique et il n’avait pas envie de lui crier dessus tout de suite, même pour lui faire prendre conscience du fait qu’une vie était peut-être en danger pendant qu’elle jouait à l’oie blanche…

Il lui crierait dessus après.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Histoire de squatts [Emily-zombie]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Histoire de squatts [Emily-zombie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men Extended :: NEW YORK CITY :: SoHo-