Partagez | 
 

 Arrête ton cinéma! [PV Douglas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Calisto Del Alba
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 213
Date d'inscription : 04/08/2010
Localisation : Sur un radeau sans océan, sur une planète sans Univers.
Clan : Xmen
Age du personnage : 20 Ans
Pouvoirs : Voler (avec deux grandes ailes dans le dos) / Projection de plumes tranchantes comme des couteaux.
Profession : -Étudiant
Points de rp : 221

MessageSujet: Arrête ton cinéma! [PV Douglas]   Lun 2 Mai - 22:12



[HJ: suite de
Cliquez ici ]

Calisto se glissa dans le hall. Naturellement un peu effrayé par toute cette grandeur, n'ayant une fois de plus que peu conscience des codes sociaux dont il se fichait éperdument, le jeune homme glissa sa main dans celle de son cadet sans autre prétention que de ne pas le perdre dans la foule. Encore moins qu'un baiser sur la joue, tenir la main d'un autre garçon lorsque l'on est âgé de 20 ans n'était pas vu comme un phénomène « normal ». Ainsi, malgré le tourbillon que formait la foule compacte et dense-pressée comme toujours, même lorsqu'il s'agissait de loisirs.- certains leur jetaient des regards intrigués, amusés ou dégoûtés c'était selon... Même un ou deux parurent admiratifs de voir deux homos se montrer ainsi en public avec une certaine discrétion vu qu'ils ne s'embrassaient pas à perdre haleine mais s'affirmant quand même. Voilà qui devrait donner à Douglas un avant goût de ce qui l'attendait si un jour il décidait de faire son coming out. Il avait grâce à Calisto-bien malgré ce dernier.- une illustration du jugement des gens...

Heureusement, comme ils n'étaient pas non plus des stars et que parmi tous ces gens ils étaient plutôt insignifiants, deux petits points de plus parmi les adeptes du cinéma, tous n'étaient pas non plus intéressés par le manège du blondinet qui pour une fois était silencieux, ils avaient plus importants à faire que s'intéresser à la scène. Pourtant la tête que tirait Calisto valait la peine d'être vue; il avait l'air tout à fait désarçonné et serrait fort la main de son ami comme un petit frère l'eût fait. Le gamin débrouillard des rues était devenu un gosse de 7 ans perdu dans l'immense foule qui n'a que son frangin comme référence. Toutefois, intérieurement, tenir la main de Douglas lui procuraient d'autres pensées que celle d'un chaste enfant. Il ne saisissait pas vraiment le message mais cela lui faisait plaisir et il espérait que son ami ne voudrait pas qu'il le lâche... Calisto leva la tête vers les affiches. Sur l'une d'elles une créature bleue à l'aspect félin trônait fièrement, c'était très ironique de voir les gens sortant de cette salle émerveillés alors qu'ils détestaient et avaient peur des vrais mutants... Le nom du film était « Avatar », il y en avait d'autres sinon, avec des espèces d'humains mutants, des superhéros qui avaient des dons. Peut-être que les gens les supportaient mieux parce que leur pouvoir venait d'un accident chimique ou autre? Allez savoir... Mais même ceux qui n'avaient pas de dons avaient l'air de héros parfaits sur leur affiche, souriant de toutes leurs dents blanches. Ce qui se déroulait ici dépassait totalement Calisto qui ne semblait pas trop dans le coup. Attendant d'arriver au guichet, il laissa son ami le guider, leur ouvrant ainsi les portes sur un monde aux lumières tamisées et aux bruits étouffés, un monde intime malgré la foule qui y résidait, comme si chaque siège était une planète à part.

Quoiqu'il en soit, le jeune homme était totalement subjugué, il avait bien sûr déjà vu la télévision mais avec des couleurs qui sautaient et un écran sale... Ici, les héros avaient l'air vrais et non pathétique comme sur l'écran crachotant de chez eux, quand l'électricité ne coupait pas bien sûr. Devant eux, une femme servait des pop corn dont le mutant avait déjà entendu parler... Rien que l'entrée du cinéma était un film à part.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Douglas Ramsey
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 217
Date d'inscription : 29/12/2010
Localisation : Institut Xavier
Clan : apprenti Xmen
Age du personnage : 18 ans
Pouvoirs : Traducteur universel
Profession : étudiant en ingénierie informatique
Points de rp : 170

MessageSujet: Re: Arrête ton cinéma! [PV Douglas]   Sam 7 Mai - 10:31

    Calisto ne se fit pas désirer et bien vite, les deux jeunes hommes se rendirent au cinéma. Après avoir mit les restes de leur dîner dans son sac, Doug dû sérrer les dents en voyant son camarade prendre mille et une précautions lors de leur descente de l’immeuble, ce n’était pas comme s’il avait dû le monter tout seul pour venir, n’est-ce pas ? Enfin, pour faire plaisir, le traducteur ne fit aucun commentaire. Force était de constater que l’ange connaissait bien la ville, en effet. Ils arrivèrent à destination plus vite que ce qu’il aurait pensé.

    Le cinéma était… bondé en fait, ce devait être l’heure de rush pour les salles obscures, ou le soir cinéma de la semaine, ou les deux. Dans tous les cas, il n’était pas facile de circuler, ce qui expliquait peut-être pourquoi l’ange lui avait attrapé la main. Douglas faillit sursauter. Un tel comportement ? En public ? Il était à deux doigts de lui lâcher la main et de lui faire la leçon, mais en voyant l’air paniqué sur le visage de son camarade, il déglutit, préféra ne rien dire et se contenta même de lui serrer gentiment la main comme pour rassurer l’enfant qu’il était. Ceci dit, l’enfant qu’il accompagnait allait subir le pouvoir de l’esprit calculateur de celui que Kitty Pryde surnommait « Cypher ». Certes Calisto était un garçon très débrouillard, mais là il était dans un lieu tout nouveau avec toute une foule autours de lui, bref, un milieu qui devrait lui faire perdre tous les moyens, ou en tout cas suffisemment pour que Doug se risque à laisser sa malice s’exprimer.

    Le traducteur tira un peu sur la main de son ami pour lui faire signe de se rapprocher, lui-même approchait sa bouche de l’oreille de l’adolescent. Suffisemment pour être entendu mais aussi pour sentir son agréable odeur. Heureusement, lorsqu’il avait une idée en tête, rien ne pouvait l’en détourner, pas même quelques battements de cœurs précipités.


    - Il faut que j’aille aux toilettes, attends-moi là, surtout ne bouge pas sinon je ne pourrai pas te retrouver.

    Avec de telles paroles, un newbie prendrait très facilement peur. C’était utiliser les craintes de Calisto et c’était pas vraiment moral, mais c’était pour la bonne cause, au final. Doug s’en alla en s’assurant que son ami ne le suivait pas. Et puis même si Calisto bougeait, Doug avait l’habitude d’être au milieu d’une foule et de retrouver ses parents, alors retrouver les traces d’un adolscent terrifié qui portait un manteau trop chaud pour un intérieur de cinéma ; un jeu d’enfant.

    Ainsi parti, Doug se faufila jusqu’au guichet. Il se fit petit pour que Calisto ne le voit pas. La foule aida pas mal. La plupart avait déjà leurs billets ; les deux mutants étaient arrivé à la dernière minute, juste avant le début des séances. Douglas ne dû attendre que deux groupes avant de pouvoir prendre ses tickets. A ce moment, ce fut le moment ou tout le monde commençait à entrer en salle, il en profita pour aller acheter le traditionnel popcorn. Si c’était la premiere fois de Calisto au cinéma, autant lui faire goûter ce célèbre met. Son méfait accompli, le traducteur revint vers son ami, enfin en tout cas il essaya.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Calisto Del Alba
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 213
Date d'inscription : 04/08/2010
Localisation : Sur un radeau sans océan, sur une planète sans Univers.
Clan : Xmen
Age du personnage : 20 Ans
Pouvoirs : Voler (avec deux grandes ailes dans le dos) / Projection de plumes tranchantes comme des couteaux.
Profession : -Étudiant
Points de rp : 221

MessageSujet: Re: Arrête ton cinéma! [PV Douglas]   Lun 9 Mai - 20:43

-Euh... Je viens avec toi! J'ai aussi envie...

Essayant d'adopter un ton sûr, le jeune homme ne parvint qu'à avoir l'air encore plus inquiet. La foule l'oppressait. Il avait failli aller dans une boîte de nuit ou plutôt un genre de bar une fois avec Alexia, une femme rencontrée au hasard dans une rue et il avait déjà circulé dans de petits "bouis-bouis" pour écouler une quelconque marchandise plus ou moins légal mais jamais le mutant n'était entré dans un cinéma... D'autant plus un cinéma de New York. Les panneaux lumineux l'impressionnaient autant que la foule, de même que la technologie avancée des écrans télés plats qui diffusaient les publicités des films à venir en couleur. Certes Calisto vivait dans la rue et passait donc parfois devant des magasins de télévisions haute définition mais c'était très rare puisqu'il passait plus de temps dans le chantier ou en l'air, voler étant bien plus facile pour circuler et se protéger puisqu'il pouvait tout voir de là-haut; sans compter que lorsqu'il marchait, le mutant trainait plutôt dans des quartiers mal famés dont la description hérisserait le poil de son ami si protecteur envers lui... Remarque que l'ange n'était pas mieux, surtout lorsqu'il avait tenu à descendre les marches à pied avec son camarade parce que même si ce dernier était monté seul, avec la pluie ça glissait plus. Quels sacrés zigotos, quel duo comique ils formaient!

Quoiqu'il en soit, le Mallorquin ne fut pas assez rapide pour rejoindre l'adolescent, il fut bousculé par une petite famille apparemment plus pressée que les autres qui croyait que son temps était plus précieux que celui des personnes qui faisaient la queue. Ces derniers reçurent un chapelet d'injures différent à chaque passage en force de la part du père qui était un véritable mastodonte mais nul n'osait vraiment agir vu la carrure du paternel. Calisto s'en fichait personnellement, il se retira même de la queue pour attendre son ami à l'abri. Enfin à l'abri... A peu près disons. Le jeune mutant posa ses yeux bleus sur l'entrée qui était barrée par un homme aux lunettes noires, ce dernier prenait les tickets puis en déchirait un bout; bizarre car les gens ne disaient rien. Au bout d'un moment l'ange comprit que c'était pour "prouver" qu'il avait vu que les gens avaient payé.

Épris du même désir de malice que Cypher, le surnommé Nuggets observa la scène pour essayer de découvrir comment on payait ici, il crut comprendre le système, assez rapide à la détente lorsqu'il le voulait bien et se dirigea vers le guichet, enfin... Pas au bon bien entendu et bientôt il fut remis au beau milieu de la foule. Perdu, le jeune homme chercha alors les toilettes sauf qu'il y en avait plusieurs... Furieux et impatient désormais, le blond déambulait comme il le pouvait, impossible de rester où Douglas lui l'avait dit en serrant gentiment sa main pour le réconforter-la honte avait songé Calisto, son camarade devait le prendre pour une mauviette!- puisque tout le monde se bousculait et que le mutant ailé avait voulu jouer au malin. Il se dirigea vers des toilettes, autant y aller puis lorsqu'il en sorti après avoir fait ce que tout le monde y fait en général-un point commun entre les mutants et les humains! comme quoi, ils n'étaient pas si différents, pourquoi tant de haine?- et avoir piqué quelques petites lingettes de lave main puis ressortit, cherchant à regagner sa place.

Lorsqu'il y parvint, le mutant aperçu Douglas... Enfin pour la 20 ème fois au moins mais cette fois c'était la bonne! Le blond se dirigea vers le brun et mit tant d'élan dans ces retrouvailles rassurantes qu'il se cogna contre le dos de son camarade, le poussant et bousculant ainsi tous les gens aux alentours. Bah... Il avait sa réputation de boulet à maintenir quand même bien que désormais les choses semblent aller mieux côté paroles malheureuses. Il ne pouvait tout de même pas laisser le prix à un autre pour les gestes catastrophiques, pas vrai?

les pops corn eurent de la chance-quoique, entre finir dans une bouche avide et dans le trou d'un aspirateur poussiéreux, laissaient quelques doutes quant à la notion de chance.- et restèrent dans leur paquet. Calisto surprit regarda les espèces de ronds blancs-jaunes qui avaient l'air de nuages caramélisés puis son ami. Il savait quand même ce qu'était le pop corn! Même sa télé noir et blanc avec des bandes de grisaille diffusait des publicités et les gens parlaient, puis bon le pop corn c'était mythique! A l'égal que le cinéma, le jeune homme savait ce que c'était, il en avait côtoyé de près mais jamais mangé autrement. Mais comment Douglas avait eu ça? Aux toilettes? Sûrement pas! On ne lui en avait pas donné à sa sortie lui. De plus comme il avait eu la même idée malicieuse, le mutant devina plus ou moins que le traducteur s'était joué de lui... Il avait peut-être été aux toilettes mais en tout cas il avait acheté ce produit pour lui. Tsss encore du couvage ça!

-T'as été prendre ça en plus d'être allé au toilettes! Tu m'as bien eu... Mais c'est moi qui payera le film alors!

Oui mais bien sûr Calisto... T'as pas un train de retard là? Non pas du tout...

[HJ: vu que c'est ton perso qui choisit, tu peux décrire le type de film etc et ne te prive pas de les faire entrer voir commencer le film, le monde qu'il y a^^ mon perso te suis de toutes manières même s'il ne te tiens plus la main xD Si c'est un film qui fait peur par contre, tu risques de vite l'avoir sur tes genoux rah, je ne te le répèterai jamais assez je crois... J'aime tes rps!!! Comment Douglas a trop arnaqué Calisto le pauvre, il n'a rien compris ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Douglas Ramsey
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 217
Date d'inscription : 29/12/2010
Localisation : Institut Xavier
Clan : apprenti Xmen
Age du personnage : 18 ans
Pouvoirs : Traducteur universel
Profession : étudiant en ingénierie informatique
Points de rp : 170

MessageSujet: Re: Arrête ton cinéma! [PV Douglas]   Sam 14 Mai - 17:53


    Heureusement, Doug n’eut pas à chercher longtemps car Calisto ne tarda pas à le retrouver en lui fonçant dessus par dérrière. Une chance tout de même que les pop corns ne comptent pas parmis les dommages collatéraux. Enfin, il y avait eut plus de peur que de mal. L’ange cru que Doug n’avait acheté que les pop corns, le traducteur eut un sourire malicieux et dû se retenir d’éclater de rire. Son ami était vraiment crédule parfois, à moins que c’était lui qui cachait bien son jeu, peut-être ne s’attendait-il pas à autant de malice de la part de Douglas… Si c’était le cas, il risquerait d’être déçu.

    - Heu désolé, j’ai déjà acheté les tickets, mais faut se dépêcher maintenant, sinon il n’y aura plus de place.

    Oui enfin, vu le film qu’il avait choisi et les goûts de la plupart des gens, il y avait peu de chance que la salle soit bondée, mais c’était surtout une excuse pour clore le débat et aussi pour prendre son ami par la main en le traînant dans la bonne direction. Il avait un peu honte de l’avouer, mais il aimait tout contact avec son camarade, sachant que celui-ci était perdu dans un cinéma, qu’il fallait officiellement se dépêcher et que ce genre de contact ne dérrangeait apparemment pas Calisto, Doug en profitait, sachant tout de même que ces excuses n’étaient pas forcément valables… Au final, il n'était pas si désolé que ça.

    Le traducteur les enmena donc vers ladite salle, le vigile valida leurs tickets et ils purent entrer. La salle n’était pas la plus grande, c’était même certainement une des plus petites de ce cinéma, et il y avait déjà environs une dizaine de personnes réparties plus ou moins régulièrement sur les sièges rouges. Etant donné la réduction quasi-immédiate d’activité autours d’eux, Doug se dit qu’il n’était plus « nécessaire » de tenir la main de son ami, il la lâcha donc mais avança en lui faisant signe de l’imiter. Par chance, l’endroit de prédiléctions de Doug dans tout cinéma était libre : le dernier rang. Chose rarissime tout de même… Il décida donc de s’installer là et d’encourager Calisto à faire de même, à côté évidemment. Une fois l’ange installé, il se décida à lui parler un peu du film qu’ils s’aprêtaientt à voir. Doug espérait vraiment que cela allait lui plaire, mais d’après ce qu’il savait de Calisto, il y avait de grandes chances pour que cela fasse mouche.


    - Le film se situe en Amérique du Sud, c’est l’histoire de deux amis qui décident de partir à l’aventure et explorer leur continent. Ah, et c’est en espagnol aussi, il y a des sous-titres, mais on peut en faire l’impasse assez rapidement.

    Il guettait une quelconque réaction pour savoir s’il avait fait le bon choix, on ne savait jamais. En attendant et pour se retirer un peu de stress, il lui tendit le récipient à pop corns, non sans garder un sourire sur les lèvres, bizarrement, il était assez enthousiaste à l’idée d’être là pour le premier vrai cinéma de son camarade…


[HS voici un lien pour le film en question, http://fr.wikipedia.org/wiki/Carnets_de_voyage je l'ai vu il y a un bail, mais il me fait un peu penser à Calisto ^^]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Calisto Del Alba
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 213
Date d'inscription : 04/08/2010
Localisation : Sur un radeau sans océan, sur une planète sans Univers.
Clan : Xmen
Age du personnage : 20 Ans
Pouvoirs : Voler (avec deux grandes ailes dans le dos) / Projection de plumes tranchantes comme des couteaux.
Profession : -Étudiant
Points de rp : 221

MessageSujet: Re: Arrête ton cinéma! [PV Douglas]   Dim 22 Mai - 12:49

[HJ: je l'ai vu aussi mais il y a très longtemps également, en cours d'espagnol ]

-mais mais mais....

Calisto perdu dû suivre et arrêter d'essayer de s'opposer au petit malin. Il fut un peu contrarié de s'être fait doublé de la sorte mais quitte rapidement sa mauvaise tête en entrant dans le cinéma. Ouvrant de grands yeux éblouis le mutant contempla l'écran géant qui était si proche de lui, si net contrairement à ces projections en plein air faites avec les moyens du bord. Son regard azur n'avait de cesse de se poser partout, même les sièges délicatement rembourré représentaient une merveille pour le jeune homme qui suivit son camarade, intimidé par la grandeur de la salle. Peu de personnes étaient présentes et Douglas les fit s'installer au fond après lui avoir lâché la main, ce que regrettait un peu l'intéressé mais n'ayant plus d'excuse pour lui la reprendre, le garçon s'en contenta et s'installa à côté de son camarade; faisant de son mieux car les sièges étaient plutôt étroits... Heureusement que le jeune homme était tout mince et qu'il était du genre à ne pas attraper chaud facilement parce qu'il devait garder son manteau.

Enfin comparé à toutes ses expériences, allongé sur le haut d'une colline, ces conditions étaient bien plus confortables. Il se réjouit donc plutôt que de se plaindre et oublia vite ses quelques griefs contre les sièges qui finalement lui convenaient une fois bien installé. Bon d'accord, il s'écrabouillait bien quelques plumettes comme une fille aux trop longs cheveux se les arracheraient en s'asseyant dessus mais bon. S'intéressant à son cher ami, le mutant l'écouta, émerveillé comme depuis qu'il était entré ici. Soudain l'écran s'alluma et Calisto bondit presque sur place, surprit par la force du son lui qui n'entendait quasiment rien planqué sur sa colline lors des fameuses projections en plein air. Il resta captivé par la publicité qui prenait une toute autre valeur que sur sa télé en noir et blanc minable.

-J'espère que ça ne va quand même pas te gêner pour la langue du coup...

Le jeune homme avait oublié sa pseudo colère contre son camarade, aux premières paroles en espagnol du film malgré l'accent différent il fut captivé. Les paysages étaient merveilleux et Calisto avait l'impression de voler en même temps que la caméra au-dessus du lac... Il frissonna un peu quand Che Guevara et son ami se rendirent dans le camp des lépreux mais il admira leur courage. Amusé en les voyant sur un vélo, chargé comme des mules il rit, ayant juste assez de conscience pour ne pas le faire trop fort. Se tournant vers son ami le blond plus heureux que jamais posa la tête sur l'épaule de ce dernier sans calculer une seule seconde les conséquences de ses actes, il était juste bien...

-Gracias...

Fermant les yeux un moment, le Mallorquin continua à voir le film dans sa tête, se fiant au doux chant de sa langue maternelle quoique légèrement altérée puisque certaines paroles uniquement utilisées en Amérique Latine ne correspondaient pas et que l'accentuation. Il rouvrit finalement les paupières et montra du doigt un paysage qui lui plaisait particulièrement.

-C'est là que j'aimerais bien aller vivre un jour, dans un endroit pareil!

Calisto baissa la voix sous les regards des occupants sièges de devant qui s'étaient retournés. Il se ratatina sur lui même et se contenta donc de garder son bonheur pour lui. Il y eu bien un moment où une femme embrassa Che Guevara et le jeune homme quitta sa bulle de joie pour quelques interrogations. S'il ne se laissait pas vivre en cet instant, il perdrait tout... Ou vivrait dans le mensonge; qu'y avait-il de mal à se laisser aller quand il ne s'agissait pas de faire du mal? Emprunt de cet élan, le blond prit doucement la main de son ami sans arrières pensées spéciales. Il avait juste envie de lui la tenir; pas besoin d'excuses valables ou non cette fois. En chercher... Voilà qui n'était pas valable.

-J'ai peut-être les ailes mais toi tu as l'auréole

Chuchota-t-il avec tendresse.

-Je ne crois toujours pas en Dieu mais je crois aux anges maintenant.

Un petit sourire illumina son visage grâce à la lumière de l'écran, il posa ses yeux dans ceux de son ange, espérant capter son regard. Le film était passionnant certes mais son camarade encore plus. Suite à cela, comme toujours il changea de registre sans aucun souci et entreprit d'attraper un pop corn. Regardant la chose de manière suspecte le jeune homme inspecta la sucrerie dans tous les sens avant de le manger et les yeux levés au ciel avec un air comique d'en savourer tout le goût. Le test passé il décida que c'était délicieux et osa en prendre quelques uns -mais pas trop non plus.- dans sa main pour les manger. Ayant fini le mutant reprit le fil de l'histoire, la tête posée sur l'épaule de son ami qui pouvait le dégager s'il voulait d'un simple petit coup amical. Totalement détendu, il vivait sans doute l'une des plus belles journées de son existence et regretta une fois de plus ces dernières semaines catastrophiques. Franchement Calisto revivrait tous les malheurs du monde une fois de plus, juste pour avoir le droit de refaire ce jour.

Une femme embrassa Che Guevara de nouveau, il eut envie de faire de même avec Douglas mais il voulait aussi suivre l'histoire alors il se retint, se contentant de savourer ce moment délectable où il se sentait enfin en sécurité et aimé. La scène était clichée, digne d'un film à l'eau de rose mais Calisto s'en moquait bien. Premièrement il n'avait aucune culture de cinéphile, et deuxièmement le bonheur est souvent dû à la même chose, il était donc cliché par nature mais qu'est-ce que ça faisait du bien... Parce que oui c'était du déjà vu des centaines de fois, mais du déjà "existé" c'était tellement plus rare!
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Douglas Ramsey
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 217
Date d'inscription : 29/12/2010
Localisation : Institut Xavier
Clan : apprenti Xmen
Age du personnage : 18 ans
Pouvoirs : Traducteur universel
Profession : étudiant en ingénierie informatique
Points de rp : 170

MessageSujet: Re: Arrête ton cinéma! [PV Douglas]   Lun 6 Juin - 19:49


    Doug savoura sa victoire face à un Calisto assez boudeur. Le traducteur n’était pas peu fier de son « méfait », mais il n’en fit aucun commentaire pour ne pas irriter son ami. Cependant, il garda son sourire victorieux pendant un petit moment.

    Au cinéma, Doug était un peu comme chez lui, non pas qu’il s’y laissait aller plus que d’ordinaire, mais il s’y sentait bien, en sécurité. Les salles obscures étaient pour lui comme des bulles dans lesquelles il pouvait s’enfermer et regarder, écouter voire même vivre des choses qui lui sont inaccessibles dans le monde extérieur. En gros pour lui, être dans une salle de cinéma c’était un peu comme être dans une église (pour un croyant). Ou plutôt cela lui faisait le même effet et le rendait intérieurement serein, et n’est-ce pas le but d’un croyant lorsqu’il va à l’église ?

    Il s’installa confortablement sur son siège et observa Calisto faire de même. A ce moment, il pensa qu’il avait oublié un paramètre en proposant de regarder un film : le confort de son ami qui avait une anatomie particulière. Il avait complètement oublié ses ailes. Pourtant c’était la première chose que les gens, Douglas compris, voyaient lorsqu’ils rencontraient Calisto sans son « cache-plumes ». Le voilà qui devait rester sous son manteau pour ne pas se faire remarquer, sans parler du siège qui devait sûrement lui froisser les plumes. Il n’avait pas prit cela en compte et s’en voulut immédiatement. Et son ami qui s’inquiétait des problèmes de langue qu’il pouvait rencontrer.


    - Je vais pouvoir gérer la langue, ne t’inquiète pas, mais toi avec le siège, ça va aller ?

    Comme s’il y’avait véritablement possibilité d’arranger cela. Mais cela ne l’empêchait pas de poser la question, comme quoi il n’écoutait plus vraiment sa raison qui pourtant avait un rôle majeur dans à peu prés tout ce qu’il faisait…

    C’est donc tous les deux avec des inquiétudes plus ou moins fondées qu’ils regardèrent le film. Comme à son habitude au cinéma, Doug arrivait parfaitement à faire abstraction des autres clients, le tout sans faire de bruit ; tout un art. De ce fait, il n’arriva pas (ou ne voulu pas) trouver d’excuse pour repousser la tête d’ange de Calisto lorsqu’elle se posa sur lui en lui disant « gracias ». Doug ne répondit rien, rien d’audible en tout cas, car il souriait, satisfait de son idée et heureux d’être là.

    A un moment, Calisto reprit la parole, le problème, c’est qu’il fut un peu trop bien entendu par le reste de la salle. Doug avait oublié de lui expliquer cette petite règle tacite entre les spectateurs dans un cinéma, mais l’ange la comprit de lui-même assez rapidement. Le traducteur ne pu s’empêcher d’avoir un sourire amusé, il dû même s’empêcher de rire. Malheureusement, la surprise et le fou rire de Douglas l’empêchèrent de bien noter l’image dont parlait son ami. Si bien qu’il n’avait aucune idée de l’endroit dont il rêvait. Bah, il lui demandera à la sortie en attendant, il fallait gérer un nouvel excés poétique de la part de l’ange. Il eut un rire amusé mais secoua la tête négativement avant de poser son regard sur son ami.


    - Je suis loin d’être un ange, rassure-toi.

    Ce n’était pas faute de vouloir, mais en cet instant et même plus généralement en compagnie de Calisto, Doug ne se sentait pas vraiment l’âme d’un ange. Heureusement qu’il n’y avait pas de télépathe à portée… normalement. Pour ne pas avoir à argumenter son affirmation, il reposa son attention sur le film, au moment où un autre baiser y fut échangé. Là, il se força à mettre son cerveau sur pause pour ne pas avoir à réfléchir, notemment à réunir des éléments tous bêtes. Ils étaient deux, il avait payé, Calisto avait la tête sur son épaule et enfin leurs mains étaient collées l’une à l’autre la plupart du temps… Non, ce ne pouvait pas être ce qui semblait, non, cela ne devait pas… Vite, un pop corn. Flûte, il percuta ladite main de son ami. Ce fut donc rouge écrevisse que Doug attendit qu’il fut servi avant d’en prendre lui-même. Lui qui voulait justement s’occuper pour ne pas avoir à penser, enfin pas trop. Heureusement, à l’écran, les embrassades s’étaient arrêtées et l’histoire pouvait enfin continuer.
    Du moins jusqu’au générique de fin…



[je suis mille fois désolé pour le retard et pour mon manque d’inspiration, la vie réelle me pique toutes mes forces en ce moment. Promis j’essaierai de me rattraper !]

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Calisto Del Alba
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 213
Date d'inscription : 04/08/2010
Localisation : Sur un radeau sans océan, sur une planète sans Univers.
Clan : Xmen
Age du personnage : 20 Ans
Pouvoirs : Voler (avec deux grandes ailes dans le dos) / Projection de plumes tranchantes comme des couteaux.
Profession : -Étudiant
Points de rp : 221

MessageSujet: Re: Arrête ton cinéma! [PV Douglas]   Jeu 16 Juin - 9:50

La scène était mièvre, clichée, tout ce que l'on veut mais c'était leur scène à eux, la seule, l'originale. Dans le noir ils étaient juste bien. En tout cas c'était ce que ressentait Calisto qui voyait sa gêne s'envoler en fumée. Pourquoi s'en faire pour les autres, pour les on dit ou les que penseront-ils? Le jeune homme ne s'en était jamais vraiment préoccupé jusqu'à maintenant, et bien que ça ne lui ait pas toujours réussi, pourquoi ne pas suivre cette voie? cette fois au moins le mutant était conscient de ne pas faire de bêtises, il était avec une personne qu'il appréciait énormément et son instinct lui disait que cette chose ne pouvait absolument pas être rédibitoire. La main chaude de son ami se confondit avec les pops corns et Calisto sourit en la frôlant, s'imaginant attraper par inadvertance le doigt de son camarade et essayer de le manger. Ce n'était pas une pensée cochonne ou autre. Loin de là! C'était un amusement primaire de gamin qui n'avait jamais vraiment eu l'occasion de jouer avant.

Seulement ce comportement enfantin ne pouvait pas être le seul à apparaître à son âge, surtout quand il y avait mine de rien une attirance certaine entre eux. Confusément Calisto sentait quelque chose se tisser, il avait peur d'aller trop vite et de tout gâcher mais d'un autre côté, réaction normale, surtout venant de sa part lui qui était assez joueur avec le destin, l'ange avait envie de prendre le risque pour gagner le jackpot. Oh il ne savait pas trop quel était le lot gagnant mais savait en revanche que ça lui plairait s'il le gagnait. Il en était sûr, l'amitié ne lui suffisait pas, il était devenu peut-être trop gourmand de bonheur mais d'un autre côté si on n'alimentait pas les braises de ce dernier il mourrait. Alors il fallait le porter vers le haut, lui donner de nouvelles branches pour qu'il brûle encore plus. Une image encore mièvre oui, mais elle lui plaisait énormément!

-Euh oui... ça va. Je ne suis pas si gros. Merci

Calisto pouffa discrètement, il essayait de détendre l'atmosphère mais sans trop réussir avouons le, d'ailleurs son petit rire heureusement seulement audible pour son camarade cessa bien vite. Calisto se détacha du film, aussi fantastique était-il et aussi coupable se sentait-il à l'idée de rater cette merveille le mutant pensait au jeune garçon à ses côtés. Il avait tellement envie de plus, l'amitié n'était pas pour eux, il en était certain en plus! Songeant à leurs chatouilles pendant le repas et bien d'autres choses encore; lorsqu'arriva la fameuse fin attendu du film l'angelot revint sur terre juste à temps pour contempler la scène. Oui c'est vrai, c'était une femme qui embrassait le héros, mais c'était aussi vrai qu'ils en avaient mis du temps avant de s'avouer leurs sentiments et qu'à cause de ça ils avaient failli se perdre. Et si dans sa situation précaire Calisto risquait un jour d'être séparé à jamais de Douglas? Il regretterait toute sa vie de ne pas avoir tenté! Bon si c'était sa tentative qui les séparait ce serait encore pire mais... Comment supporter de rester dans le non dit? Ce n'était pas le blondinet ça!

-Tant mieux en effet, au moins je peux te garder sur terre avec moi alors... Et tu sais, j'ai envie de faire pareil...

Murmura-t-il désignant l'écran du menton et enlaçant un peu plus fortement les doigts de son camarade. Enfin résonnait cet écho presque inaudible mais tellement fort à la fois, dénouant enfin le problème avec le risque de voir Douglas disparaître à jamais. Calisto pouvait le rassurer en bafouillant que si le traducteur ne voulait pas ça ne faisait rien mais ce serait un mensonge. Il aurait pu lui dire que leur amitié aurait continué quand même sans qu'il n'essaie plus jamais, ça aurait été la vérité mais ça aurait gâché ses aveux et procuré un abri de plus à l'hypocrisie qui s'était déjà installée entre eux en quelque sorte. Non, il fallait être franc désormais, quitte à se brûler les ailes, enfin métaphoriquement parlant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Douglas Ramsey
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 217
Date d'inscription : 29/12/2010
Localisation : Institut Xavier
Clan : apprenti Xmen
Age du personnage : 18 ans
Pouvoirs : Traducteur universel
Profession : étudiant en ingénierie informatique
Points de rp : 170

MessageSujet: Re: Arrête ton cinéma! [PV Douglas]   Sam 25 Juin - 21:09



    Evidemment, Doug n’avait pas fait allusion au poids de son camarade, poids qui ne devait pas peser bien lourd en fait (sans compter les ailes au moins). Mais on ne pouvait pas changer Calisto, pas vrai ? Toujours le même angelot décalé sans arc ni auréole pour lui donner une fonction claire et précise. Car on pouvait dire que tout ce qui concernait son ami était un peu flou aux yeux du traducteur, comme si une paire de lunettes couvertes d’une buée plus ou moins épaisse obstruait le spectacle. Où son ami vivait-il ? comment faisait-il… pour tout, pour tenir le coup, pour survivre ? et surtout, qu’est-ce qu’il pouvait bien ressentir pour lui ? et lui pour lui ? Même la syntaxe des pensées de Douglas n’était pas limpide, c’était vous dire le trouble qui régnait dans sa tête, et aussi, c’était assez nouveau, dans son cœur. Pour donner le change, ou pour se trouver une raison de retarder l’échéance, Doug rit silencieusement à la réponse de l’ange blond et se reconcentra sur la toile. Même son esprit devait s’occuper d’autre chose que de ce festival d’émotions qui avait lieu entre et à l’intérieur des deux adolescents. Sa concentration si bien dosée et dirigée ne fut destabilisée qu’à deux ou trois reprises lorsque leur mains se frôlaient durant l’acquisition de pop corns. A ces moments là, Doug se faisait violence pour ne pas imaginer tout ce qu’un contact si innocent pourrait provoquer… jeux de mains, jeux de vilains... En parlant de jeu de vilain…

    La déclaration-proposition de Calisto failli étrangler Doug qui pourtant n’avait pas avalé de popcorn depuis quelques scènes, pour cause, il y en avait plus. Plus de popcorn, plus de quoi occuper des mains qui pourraient le trahir par leur agitation. Pris de court, le cerveau de Doug ne pu établir toutes les connexions nécessaires, ou plutôt, pas les bonnes, pas celles qui le reliaient à son cœur ET à sa raison. Les plus entraînées, les plus studieuses se firent et automatiquement, un flot correspondant en découla.


    - Un échange buccal ? Je ne suis pas expert en ce genre de pratique, mais si cela te tient à cœur, je te conseillerais de trouver un ou une partenaire doté(e) d’une certaine expérience en la matière, en tout cas, si c’est la curiosité scientifique qui…

    A cet instant, les connexions commençaient à se faire, petit à petit. Le problème, c’est que du coup, pour ne pas paraître bizarre, Doug essaya de se montrer cohérent avec les propos qu’il venait de tenir tout en voulant se dépétrer du bazar qu’il venait d’ajouter à la situation.

    - Enfin… avec un physique comme le tien et les critères de beauté contemporains je doute que tu aies de véritable difficulté à trouver quelqu’…

    Les connexions arrivaient encore, et avec elles, un embarras grandissant ainsi qu’un bégaiement des moins élégants.

    - Mais… tout ça bien sûr… dans l’hypothèse où tu n’as toi-même que peu voire aucune expérience en matière de baiser… Ce qui, après réflexion, n’est probablement… pas… le cas étant donné ton… ta… tes…

    Connexion complète. Douglas se rendit compte de toutes les bêtises qu’il venait de formuler et le rouge ne tarda pas à lui monter aux joues. Il avait les mains moites, un peu tremblantes, il les cacha.Il avait envie qu’on l’enterre vivant, il se sentirait moins desespéré. Sur ses dernières paroles, il préféra se taire oui, c’était sûrement la solution la plus raisonnable. Se concentrer sur le générique de fin ? Non, ce serait bien trop impoli, surtout après… ça. Doug ne put que déglutir et regarder son ami dans les yeux en espérant de toutes ses forces que celui-ci ne le prenne pas pour un sociopathe… ou encore un robot déffectueux... ou encore un alien envoyé sur terre à cause d’une erreur de l'administration galactique…

[hj : mouhahahaha ! j’suis plutôt fier de moi, j’avais pourtant aucune inspiration au début… pauvre Doug, j’espère que tu vas apprécier ^^]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Calisto Del Alba
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 213
Date d'inscription : 04/08/2010
Localisation : Sur un radeau sans océan, sur une planète sans Univers.
Clan : Xmen
Age du personnage : 20 Ans
Pouvoirs : Voler (avec deux grandes ailes dans le dos) / Projection de plumes tranchantes comme des couteaux.
Profession : -Étudiant
Points de rp : 221

MessageSujet: Re: Arrête ton cinéma! [PV Douglas]   Dim 26 Juin - 14:00

[HJ: pauvre Calisto surtout o_O ^^ sinon super ton rp! ^^ jespère que mon post sera à la hauteur ]

Malgré l'obscurité générale du cinéma, les pâles réminiscences de lumière permettaient à Calisto de voir son compagnon. Le résultat ne fut pas celui escompté cependant. Son ami semblait plus s'étrangler qu'autre chose; le blond avait l'impression qu'il aurait pu lui prédire sa mort sous 24 h qu'il aurait fait la même tête. Le jeune homme tourna la tête vers le générique, sous les écritures la femme était immobile, scotchée pour l'éternité dans les bras de son héros qui souriait de toutes ses dents blanches.

*Flûte, j'ai dû raté une étape... ça marche pas comme au cinéma...*

Songea-t-il légèrement amer avant de tirer à son tour une drôle de tête lorsque Douglas s'exprima. Il fit même une belle grimace, l'un de ses sourcils se fronçant, pareillement pour son nez et sa bouche esquissant un rictus de dégoût.

-Dit comme ça... Excuse moi mais c'est sûr que ça ne donne pas envie...

Répondit l'espagnol en interrogeant le traducteur du regard. "Échange buccal"... Il avait été chercher où ce terme tout bonnement affreux? Le mutant eut un petit mouvement de recul quand son camarade se mit à débiter tout et n'importe quoi; il avait clairement un air comique et si la situation n'avait pas été aussi "tragique" il en aurait sûrement rit. Bon là l'angelot était surtout vexé quand même. Ses yeux bleus fixaient Douglas avec un air à la fois étonné et terrifié. Le mutant traducteur venait de tuer l'amour avec ses pseudos explications scientifiques et Calisto qui avait eu du mal à exprimer ses sentiments se retrouvait comme un idiot avec son pseudo romantisme à lui. D'un signe réprobateur il secoua la tête négativement et dit simplement sur un ton calme mais un peu triste quand même.

-Tu sais... Si je me suis trompé, tu peux juste me le dire... Sans essayer de te rattraper à ces drôles d'histoires auxquelles je ne comprends rien. Je ne suis pas aussi tordu que ça et j'aurais bien accepté...

Bah oui, Douglas le prenait pour un pervers qu'il fallait absolument éloigner ou quoi? Calisto n'était quand même pas si compliqué que ça si? Bon d'accord, le mutant ailé n'était pas non plus vexé au point de casser son amitié avec le traducteur, le fait qu'il soit encore à côté de ce dernier et loin d'être en colère le prouvait mais il était quand même un peu perdu à cause de la réaction bizarre de son ami. Il s'en voulait aussi d'avoir avoué tout ça même si au fond, le mutant s'en félicitait d'un autre côté... Au moins il était fixé.

L'espagnol leva doucement la tête vers le brun, plus du tout vexé, juste triste et désireux de comprendre ce qui ne collait pas. Enfin c'était assez évident d'un autre côté. Premièrement il était un garçon, deuxièmement pas sûr qu'au contraire de ce que disait son ami, son physique l'aide à faire des conquêtes vu sa silhouette de brindille et son air androgyne... Et puis troisièmement...

-euh honnêtement, c'est... Ce sont les plumes qui te dégoûtent? C'est juste pour savoir, je ne me vexerai pas, ne t'en fais pas. Je suis plus mature que ça quand même et je peux comprendre.

Pour la première fois Calisto se rendait compte de la difficulté que représentait sa mutation, il n'aurait jamais pensé avant que ça le freinerait en amour et même si ce n'était pas le cas pour Douglas, ce le serait pour n'importe qui d'autres, il s'en apercevait désormais. Néanmoins depuis que l'espagnol avait commencé à mûrir il avait cessé de se fâcher pour rien ou de se plaindre en hurlant à la malchance. Au contraire, calmement, alors que tout le monde sortait, les laissant seuls plongés dans le noir désormais total à cause de l'écran éteint. Mais bien vite les lumières se rallumèrent, faisant cligner des yeux à Calisto qui se leva de son siège, ramassant quelques plumes égarées par ci par là et les mettant dans les poches de son manteau^^. C'était comme les oiseaux, il était dans sa mauvaise "période", celle où il changeait de plumage et la promiscuité, le fait qu'il bouge dans le siège lui en avait arraché d'autres. En les collectionnant tiens il pourrait toujours faire des oreillers et les revendre ensuite... Enfin bref, ne songeons pas économie mais amour pour l'instant. Amour et sortie également, parce qu'ils n'allaient pas rester dormir ici quand même.

Prenant le pot de pop corn vide, le jeune homme attendit les directives de Douglas. Le film lui avait un peu donné mal à la tête et le retour à la réalité était dur, il était un peu égaré, limite s'il savait où se trouvait la sortie désormais. Quoiqu'il en soit malgré sa déception le blond était fier de lui, il avait su rester calme et ne parvenait pas à éprouver de colère, il n'avait même pas besoin de se forcer pour se retenir, non... Il était triste mais tranquille; un signe qu'il continuait de mûrir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Douglas Ramsey
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 217
Date d'inscription : 29/12/2010
Localisation : Institut Xavier
Clan : apprenti Xmen
Age du personnage : 18 ans
Pouvoirs : Traducteur universel
Profession : étudiant en ingénierie informatique
Points de rp : 170

MessageSujet: Re: Arrête ton cinéma! [PV Douglas]   Mar 5 Juil - 10:36


    L'ange fut légèrement dépité, comme si on lui avait coupé son élan pour s'envoler. En même temps, à quoi Doug devait-il s'attendre après sa prestation magnifiquement pathétique.Le traducteur eut envie de remonter le moral de son amim de trouver les mots qu'il fallait pour le rassurer et pour lui faire comprendre que c'était de sa faute à lui si... Mettre les choses au clair... Mais il ne trouvait pas les mots, étonnant pour un traducteur, n'est-ce pas ?

    - Non, c'est... je me cache pas... enfin un peu... c'est juste que...

    Le jeune mutant cafouillait horriblement, il en devint limite rouge, rouge de colère, contre lui-même. Mais pourquoi n'arrivait-il jamais à s'exprimer correctement en face à face?! Mais le combat qui avait lieu sur son siège allait bien plus loin que celui des mots. Voulait-il vraiment se faire comprendre par Calisto? En voyant le visage triste de son ami, son... La réponse était juste évidente: oui.

    - C'est moi le tordu...

    Simple, efficace, c'était là tout ce qu'il jugeait bon de dire. Enlever la faute des épaules de Calisto et la mettre sur les siennes. Il allait continuer sur cette lançée lorsqu'il entendit son ami parler de plumes. Là Douglas fut scotché, il ne s'attendait pas du tout àce genre d'interprétation, c'était tellement loin de ce qu'il avait voulu dire, loin de ce qu'il pensait.
    Il fut également pris de court par le retour de la lumière. Dans la salle, les quelques personnes qui étaient venues se levèrent pour partir, Calisto aussi, mais il regardait Doug pour attendre la suite. Par pur reflexe automatique, Doug se leva et se avança en direction de la sortie, ils passèrent par le couloir et se retrouvèrent dehors. Il ne pleuvait plus et, malgrès l'absence de vent, la nuit était plutôt fraîche. Mais cela l'importait peu, car ce qu'il voulait, là maintenant, c'était se faire comprendre.
    Une fois qu'il les eut menés dehors, Doug se retourna, fit face à son ami. Il voulait lui faire comprendre que rien en lui, jusqu'à la moindre plume le dégoutait. L'envie de l'embrasser était des plus violentes mais il choisit de se retenir, jugeant qu'il n'était pas assez romantique lui-même pour être capable de reconnaître le "bon moment".


    - Calisto,

    Il réalisa également que c'était peut-être la première fois qu'il l'appelait directement, qu'il utilisait son prénom. Cela lui fit bizarre, comme si ça bouche n'y était pas habituée. Mais Doug chassa cette pensée pour se concentrer sur ce qu'il voulait dire, à savoir, ce qu'il ressentait, chose assurément délicate. Pourtant, il ne rougissait pas, il tremblait juste, un peu. La peur était bien là.

    - Il n'y a rien, absolument rien chez toi qui me dégoute. Au contraire... C'est moi qui... qui ne sais pas... je... je n'arrive pas à...

    Le traducteur buggait et continuait à chercher ses mots jusqu'à ce que quelque chose ou quelqu'un l'arrête. Il espérait de toutes ses forces que son ami lui dise quelque chose, n'importe quoi, mais qu'il l'arrête, ou encore mieux, qu'il comprenne ce que le pauvre blond essayait vainement de formuler.



/hj: j'ai internet au festival, c'est trop cool, et surtout, je suis en état de rp j'peux répondre maintenant, pas sûr de pouvoir le faire tout le temps/
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Calisto Del Alba
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 213
Date d'inscription : 04/08/2010
Localisation : Sur un radeau sans océan, sur une planète sans Univers.
Clan : Xmen
Age du personnage : 20 Ans
Pouvoirs : Voler (avec deux grandes ailes dans le dos) / Projection de plumes tranchantes comme des couteaux.
Profession : -Étudiant
Points de rp : 221

MessageSujet: Re: Arrête ton cinéma! [PV Douglas]   Mer 6 Juil - 10:44

[HJ: Super! et tes exams ça a été? :) ]

Avec un calme étonnant de la part de lui, Calisto se tourna vers son camarade qui parlait, enfin tentait de le faire tout du moins. C'est à ce moment là que l'angelot aimerait posséder un don pareil à celui de son ami histoire de traduire son charabia parce que présentement, l'ailé avait beau faire des efforts, il ne comprenait rien à ce que racontait son cadet. 20 ans sonnait-il le glas de la fougueuse jeunesse pour faire place à la sénilité? Quoiqu'il en soit, sans la moindre once de colère ou d’apitoiement le mutant quitta la salle tranquillement avec Douglas. Il n'avait pas envie de brusquer ou d'obtenir à coup sûr ce qu'il n'avait pas reçu, et il ne mettait pas ça non plus sur le coup de la malchance. C'était différent, le traducteur avait juste besoin de son aide. Le fait d'entendre que ce n'était pas sa mutation qui dégoûtait le dérouta légèrement mais il ne douta plus de la véracité des propos de son compagnon. Attendant la suite, sans intervenir, s'énerver ou tenter de lui tirer les vers du nez, Calisto se contenta de bien refermer son manteau car mine de rien la nuit était assez fraîche mais cette remarque n'était certainement pas la plus importante de la journée. Douglas se retourna vers lui, l'appelant par son prénom avec une voix assez inhabituelle, pouvait-on la qualifier de grave? Certainement, ce moment était primordial pour eux.

Pour beaucoup, leur histoire tenait du film mièvre et tout mignon d'Hollywood où les deux protagonistes étaient encore assez stupides pour trouver des obstacles entre eux quand il n'y en avait pas, uniquement pour essayer de mettre un peu de suspens dans leur histoire d'amour. Le monde n'allait pas cesser de tourner à cause de leur peine de coeur ou aller plus vite grâce à leur amour qui prenait son envol s'ils arrivaient enfin à se parler mais pour eux c'était important. Quoiqu'on en dise, aussi naïve semblait la scène, pour Calisto et Douglas, tout ceci révélait de la tragédie ou du paradis atteint. A 20 ans et 17 ans, l'amour c'était quelque chose quand même! Surtout que leurs sentiments étaient quand même profonds et l'obstacle bien réel entre deux garçons pour commencer et puis si différents malgré tout. L'espagnol encouragea patiemment son comparse d'un petit sourire, il dégagea sa main de son manteau et la posa dans le dos de son camarade d'une manière anodine, comme un ami pourrait le faire.

-Chut. Tu as le temps. ça ne fait rien Douglas. C'est bien si ce n'est pas moi qui gêne, c'est juste autre chose mais ça ne fait rien. Je suis content d'être avec toi, ça me suffit. Si tu y tiens, on peut essayer mais doucement... ça te dis?

Calisto avait cette chance de ne pas avoir à se poser de questions sur "assumer" son homosexualité ou pas. Peu au fait des sujets d'actualités de la société, ayant grandi dans un monde très décalé, au final cette idée ne l'effleurait pas vraiment. Son père avait banalisé le terme en le traitant toujours de chochotte ou de tapette à cause de ses petits airs efféminés malgré lui et de son physique très androgyne mais ça n'avait pas touché le blond plus qu'une autre insulte. Mal éduqué, peu renseigné, le mutant ayant également une nature rêveuse et un mode de pensées étranger à la norme il n'avait vraiment pas prit en compte ce besoin d'assumer. ça lui tombait dessus comme ça mais la seule chose qui l'intéressait n'était pas que Douglas soit une fille ou un homme mais la joie qui en découlait. Si ça le rendait heureux d'embrasser ce garçon ça ne pouvait pas être une mauvaise chose n'est-ce pas?

Certes n'exagérons pas, le jeune homme s'était quand même parfois demandé pourquoi certaines professeures sublimes de l'institut ne lui faisaient rien et pareillement pour quelques jolies adolescentes qui avaient tenté d'aiguiser leurs griffes et dents sur lui en faisant de Calisto leur première "proie", il avait aussi eu peur d'être une "tapette" pas à la hauteur de la vie, trop fragile et malingre mais après tout malgré son physique léger et sa tendance à pleurnicher ces derniers temps il s'en était plutôt pas mal sorti et continuait de mûrir pour apprendre à changer mentalement. Tout ceci lui faisait quitter cette définition de "lopette" au sens péjoratif du terme. Restait le bon côté qui lui promettait le bonheur avec quelqu'un qu'il soit humain ou mutant, fille ou garçon. Le blond hésita légèrement mais il laissa finalement glisser sa main sur l'épaule de son camarade avant de la retirer. Il avait envie de saisir les doigts de Douglas mais même s'il ne le comprenait pas forcément de par son éducation et son chemin différent sans compter son caractère et son âge autres-trois ans de plus ou de moins, ça pouvait jouer énormément- il savait que c'était nécessaire pour son ami. Oui ce temps à prendre, ce calme à montrer dans ces circonstances et toutes cette patience pour un résultat peut-être nul au final... Mais qu'importait, son cadet devait simplement être bien, l'ange n'entrait pas en compte pour une fois... S'effacer de l'équation lui apportait un grand plaisir; enfin il n'était plus le centre du monde et ne réclamait pas mille attentions immédiates. C'est fou comme grandir pouvait en fait faire du bien.

-Toi veux rentrer à l'institut ou rester? Ne t'en fais pas, ne te forces à rien, c'est toi qui choisis et je n'aurais aucune amertume envers tu.

Fit-il avec un accent plus prononcé que d'habitude, y ajoutant même quelques fautes qu'il ne ferait pas en temps normal.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Douglas Ramsey
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 217
Date d'inscription : 29/12/2010
Localisation : Institut Xavier
Clan : apprenti Xmen
Age du personnage : 18 ans
Pouvoirs : Traducteur universel
Profession : étudiant en ingénierie informatique
Points de rp : 170

MessageSujet: Re: Arrête ton cinéma! [PV Douglas]   Sam 9 Juil - 8:28

/hj: super bien merci, j'ai ma licence ^^./


    Un sourire et une main posée doucement sur son dos furent les premières réponses que Calisto lui offrit, suivies par des paroles douces et réconfortantes comme le traducteur avait espéré en recevoir. Il en fut évidemment soulagé, et pas qu'un peu. Et puis Calisto n'était pas encore découragé par le jeune Ramsey, il y avait encore de l'espoir pour eux. Bien que tiraillé entre une multitude de sentiments contradictoires, Doug savait une chose, il voulait être avec lui. Et cette fois ses incapacité sociales ne pouvaient le leurrer davantage, Calisto le voulait également. Le traducteur déglutit, ce ne fut pas aisé, mais il revint un peu plus léger, libre ? heureux ? Il fallait maintenant répondre à la proposition de cet ange, armé d'un sourire enjoué mais toujours avec une pointe de retenue, de timidité, il fit oui de la tête. Il valait mieux ne pas trop faire confiance à sa langue dans ce genre de situation. Pourtant, il sentait qu'il devait ajouter quelque chose, mais quoi ? Ah oui, montrer sa reconnaissance.

    - Merci

    Son sourire s'agrandit, il eut l'impression d'être un bébé ou un arriéré et s'en sentit gêné, ceci dit, cette gêne là ne le dérrangeait pas plus que ça, étrange... Etrange, le fait de savoir que Calisto voulait de lui lui enlever un poids énorme de l'estomac, pour ne pas dire du coeur. Pourtant, Doug savait qu'un autre poids se ferait bientôt sentir. Mais qu'importe, seul le présent comptait. Peut-être était-ce dû au film qu'ils venaient de voir... Non, il ne fallait pas chercher d'explication, juste savourer l'instant, comme il savait si peu le faire... Puis, finit par arriver la question du "Et ensuite?". Douglas ne fit même pas attention aux fautes et accentuations de son ami, pourtant, celles-ci étaient sûrement révélatrices... Les alternatives: rentrer à l'institut ou rester avec Calisto. Quel choix... Douglas fit mine de réfléchir en se tordant un peu les lèvres pour éxagérer une expression faciale.

    - Ben je t'ai dis que je resterais avec toi pour ce soir, alors je vais tenir ma parole. Si... si ça te vas, bien sûr...

    Un début de phrase assez assuré pour une chute plus craintive et timide. Douglas ne pouvait décidément pas cacher son manque d'assurance bien longtemps. Au moment où il eut finit sa phrase, un flash de lumière éclaira toute la ville, suivi, quelques secondes plus tard par un véritable coup de tonnerre. Exactement comme au début de la soirée, mais en pire, cette fois.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Calisto Del Alba
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 213
Date d'inscription : 04/08/2010
Localisation : Sur un radeau sans océan, sur une planète sans Univers.
Clan : Xmen
Age du personnage : 20 Ans
Pouvoirs : Voler (avec deux grandes ailes dans le dos) / Projection de plumes tranchantes comme des couteaux.
Profession : -Étudiant
Points de rp : 221

MessageSujet: Re: Arrête ton cinéma! [PV Douglas]   Jeu 21 Juil - 4:55

-évidemment que ça ne me dérange pas, et arrête de dire merci pour rien. Viens, rentrons.

Calisto tout heureux semblait déjà avoir oublié l’atmosphère lourde qui régnait peu avant, il était déjà prêt à repartir joyeusement pour d'autres aventures d'un pas guilleret. D'ailleurs le blondinet glissa un bras sous celui de son ami, avant de commencer à marcher d'un air vif, cependant le tonnerre gronda et le mutant ailé leva le nez au ciel, l'air soudainement inquiet. Ah non, pas encore! Et bien si il fallait le croire. Quelle veine ils avaient ces deux pauvres petits... Voilà, pas une seconde à eux entre la foule, un film à la fois passionnant et dérangeant, eux même en guise d'obstacle -disons leur connerie réciproque^^- le climat qui s'y mettait! Calisto pensa brièvement à une prof qui paraissait-il pouvait changer le temps... Ah mais oui, Tornade qui l'avait retrouvé dans cette église avant qu'il ne tombe malade et cinglé par la même occasion. Ororo n'avait pas soigné le premier symptôme mais le deuxième si et l'espagnol lui en devait beaucoup il le savait, toutefois il râla intérieurement contre elle en la prévenant mentalement que si c'était elle qui s'amusait à jouer les Zeus femelle elle allait avoir de ses nouvelles... Enfin bon si une X-Woman reconnue et douée avait des raisons de craindre un freluquet comme lui; ce qui était fort impossible même dans un monde comme celui-ci où l'extraordinaire faisait partie du quotidien.

-Rentrons très vite

reprit Calisto en se mettant à courir, il leva la tête au ciel de nouveau, espérant que l'eau n'allait pas encore chercher à s'amuser avec son plumage et sous un manteau déjà bien lourd cette fois. Souriant finalement, incapable de rester fâché bien longtemps même contre la chance qui semblait décidé à s'éloigner soigneusement de sa vie à jamais, le jeune homme se tourna vers son camarade. Il haussa les épaules puis prit un air taquin. Oh oui; il avait encore trouvé une connerie à faire celui-ci.

-Le dernier arrivé en courant au toit du chantier est une poule mouillée.

Ahah ça allait bien de parler avec ce genre de belles métaphores le volatile, pliant les bras il les bougea comme des ailes sur les côtés puis nargua son ami, il avait bien dit en "courant", s'agissait pas de tricher et de voler mais il était quand même certain de gagner alors qu'il n'était pas à son avantage vu que son corps était dessiné pour le sprint puis l'envol, pas l'endurance.

-côt côt côt on a peur de perdre? Allez, à vos marques, partez!

Sur ce Calisto démarra en trombes après avoir vérifié qu'il ne s'était pas trompé et n'avais pas triché en partant avant le départ, bah oui, il était très pointilleux sur l'honnêteté. Le jeune homme courut comme un gamin, son rire se répercutant en écho sur les murs gris de la ville, quitte à lui faire perdre du souffle et donc lui ravir une chance d'être victorieux. Le mutant ailé se fichait pas mal des flaques, limite s'il ne sautait pas dedans exprès! Lorsqu'il arriva au fameux toit il grimpa 4 à 4 les marches et leva la tête vers cet endroit qui leur avait servi d'abri, cherchant à savoir si son ami était arrivé avant lui et si c'était le cas, quelle surprise ce dernier lui préparait. Dans le doute il alla retira son manteau et alla se cacher derrière un pilier. Enfin si Douglas était ici depuis un petit moment il l'avait certainement vu faire, et s'il débarquait il le verrait aussi parce qu'un bout d'aile dépassait de la cachette. Il n'était pas bien épais mais ses ailes étaient grandes et puis il était trop concentré à essayer de ne pas rire comme un tordu.

[HJ: désolé c'est moyen, il est 7H 00 Du mat, j'ai pas dormi de la nuit et je pars en train pour un mois sans le net (sauf exceptions où j'essayerai de poster mais ça m'étonnerais). Je ne savais plus trop quoi faire pour ne pas te bloquer. C'est un peu gamin et ça ne fait pas trop avancer le truc mais bon fallait bien qu'ils rentrent pour dormir, et si t'as une idée pour faire bouger ou changer ou je ne sais quoi, n’hésite pas, tu peux aussi faire jouer un peu Calisto. Bravo pour ta licence surtout sinon licence de quoi? ]
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Arrête ton cinéma! [PV Douglas]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Arrête ton cinéma! [PV Douglas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men Extended :: NEW YORK CITY :: SoHo-