Partagez | 
 

 Quand le soleil se couche, le fantôme sort... [Calisto]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Ryan Miller
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 13/04/2011
Clan : Fédéraux
Age du personnage : 39ans
Pouvoirs : Invisibilité
Profession : Traqueur de mutant...
Points de rp : 19

MessageSujet: Quand le soleil se couche, le fantôme sort... [Calisto]   Mar 26 Avr - 9:35

Une journée de plus venait de s'achever pour Miller ainsi que pour toutes les personnes vivant à New York. Et comme à chaque fois qu'il avait fini sa journée, il fit le même rituel. Tout d'abord, il avait commencé par retourné au QG des fédéraux, pour que sa nourrice lui dise qu'il n'avait plus rien à faire ici et qu'il pouvait rentrer chez lui. Bien entendu le terme nourrice n'est pas à prendre au sens stricte, Miller était obligé de se coltiner un humain à chaque mission qu'on lui confiait, c'était une garantie pour le gouvernement d'avoir un oeil sur lui. Il faut comprendre que très peu de personnes chez les fédéraux n'avaient une totale confiance en lui, il essayait de faire avec, cependant la plupart du temps il n'y arrivait pas. L'homme chargé de sa surveillance était loin d'être le premier à tenir ce rôle, en à peu près trois ans au sein des fédéraux, Miller avait fait virer onze agents qui étaient chargés de le surveiller. Pour lui ce n'était qu'un jeu, il savait pertinemment qu'il ne se ferait jamais virer, peut être tuer certes, mais virer jamais. Enfin il est préférable de revenir sur les actes du fantôme si joliment surnommé par ses collègues de travail, avant que l'on ne perde sa trace. Il avait prit la voiture de fonction qu'on lui avait donné pour ses déplacement, bien sûr c'est une berline noire. Si vous demandez à Miller ce qu'il pense des fédéraux, il vous répondra qu'ils ont sûrement la classe avec leurs costards noirs, leurs lunettes noires et tout ça, mais qu'ils ne sont pas très discret. Imaginez vous sur l'autoroute, là vous voyez une berline noire suivie de près par un 4X4 noir roulant à vive allure, pensez vous réellement que ce sont juste des adolescents en train de faire la course ?

Sur la route, il fut bloqué dans une embouteillage, et comme tout bon conducteur il avait passé son temps à klaxonner et à râler sur les autres automobilistes. Bien entendu il roulait la vitre ouverte pour pouvoir fumer une cigarette tranquillement au volant, et les gens l'entendait parfois dire des insanités. D'habitude il serait tombé sur quelqu'un d'aussi énervé que lui et il aurait commencé à descendre de sa voiture pour aller embrouiller l'autre, mais aujourd'hui il ne l'avait pas fait. On pouvait décrire Miller en quelques mots, mais on ne pouvait pas dire de lui qu'il était un conducteur courtois et poli. Son appartement n'était qu'à quelques minutes à vol d'oiseau, mais avec cette embouteillage il lui avait fallu une bonne demie heure pour enfin arriver chez lui. Une fois descendu de sa voiture, il alla dans le hall de son immeuble et se dirigea vers sa boîte au lettre. Il ne se faisait pas d'illusion, personne ne lui avait écris puisqu'il n'avait pas beaucoup d'amis dans cette ville, bien qu'il ait grandi ici dans une autre vie. En plus il n'avait sûrement pas de facture, puisque c'était le gouvernement qui se chargeait de l'héberger. Il regarda donc les publicités brièvement, puis il en regarda une plus longuement et s'écria.


« Wahou !! 30% de remise sur un cheeseburger... »

Bien qu'il fit une tête joyeuse lorsqu'il vit ça, il reprit son sérieux presque immédiatement, il s'en fichait royalement. D'ailleurs il jeta les publicités qu'il avait reçu dans la poubelle qui n'était pas très loin, mais il avait tout de même gardé le remise sur le cheeseburger. C'était un nouveau restaurant qui venait d'ouvrir pas très loin qui avait eu cette idée, et comme Ryan aime faire des économies, il irait sûrement y faire un tour. Après cela, il monta rapidement les escaliers pour aller dans son appartement pour prendre une douche. D'ailleurs, à peine il avait poussé la porte de son appartement qu'il avait déjà commencé à se déshabiller. Il entra dans la douche et commença à se laver avec ce nouveau savon qui est censé faire rappliquer toutes les femmes à proximité lorsque l'on en met. Et vous savez quoi ? Miller se rendit compte que cette publicité était mensongère.

Après cela, il passa une bonne partie de la soirée à regarder la télé, comme chaque soir après tout. Et il se posa la même questions que les jours précédent celui ci. Allait-il sortir faire un tour ? Et avant même de répondre à sa propre question, qu'il s'était posé à lui même, il avait déjà enfilé sa veste et était déjà sorti de son appartement. Là ou il allait, les fédéraux n'étaient généralement pas très bien accueilli, et cela allait lui permettre de semer les deux agents qui avaient été chargés de le surveiller. Enfin bref, il décida donc d'aller au Coyote Ugly, certainement l'endroit préféré du mutant. Là ou vous pouvez trouver de l'alcool et des femmes à moitié nue, vous passerez sûrement une bonne soirée, selon Miller en tout cas. Il fit appel à un taxi, il n'aimait pas le métro, et sa voiture sentait beaucoup trop les fédéraux pour les gens habitant à Hell's Kitchen. Une fois arrivé devant ce lieu magique, le mutant donna sa commission au chauffeur de taxi, et se dirigea vers l'entrée. Il salua les videurs, et pénétra dans le bâtiment, rien que la première respiration vous donne l'impression d'entrer dans un nouveau monde. La première chose que Miller décida de faire, dans ce lieu, était de se commander une bière. La serveuse lui apporta presque aussitôt, et il en but une gorgée immédiatement après avoir remercié la serveuse. La soirée commençait bien...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Calisto Del Alba
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 213
Date d'inscription : 04/08/2010
Localisation : Sur un radeau sans océan, sur une planète sans Univers.
Clan : Xmen
Age du personnage : 20 Ans
Pouvoirs : Voler (avec deux grandes ailes dans le dos) / Projection de plumes tranchantes comme des couteaux.
Profession : -Étudiant
Points de rp : 221

MessageSujet: Re: Quand le soleil se couche, le fantôme sort... [Calisto]   Mar 26 Avr - 10:39

*Saloperie de fédéraux! *

Calisto s'extirpa de l'endroit exigu où il s'était caché, son manteau était heureusement intact, sans lui, impossible de déambuler en ville. C'était son passe droit pour évoluer dans la société même si le mutant demeurait quand même en marge. Son corps souple et élancé se redressa et le jeune homme époussiéta ses habits, il tenta même de se recoiffer avant de faire passer son sac par l'entrée aménagée par ses plumes tranchantes. Des gendarmes-mais pour lui c'était tous des fédéraux. Même le plus petit agent de circulation était un homme dangereux.- l'avaient repéré alors qu'il essayait de vendre des CD de musique au noir. Il fallait bien se nourrir hein et comme voler n'était décidément pas sa tasse de thé, le mutant s'était trouvé un petit travail. Lequel ne plaisait pas forcément au gouvernement même si, loin d'être un dealer le blond n'était pas une priorité, ce n'était pas un clandestin malgré ses origines clairement étrangères et il ne vendait pas de drogue; cependant c'était le "souffre douleur" parfait du petit gendarme de base, Calisto était un excellent entrainement pour eux avant qu'ils ne s'attaquent à de gros calibres, plus forts et surtout entourés tandis que le mutant lui exerçait en solo. C'était risqué car les bandes lui demandaient souvent un tribu que le jeune homme ne pouvait pas payer; mais contrairement à ce que laissait penser sa maladresse légendaire et sa boulet'attitude, il n'était pas si mauvais que ça en revendeur...

Après les pièces détachées d'ordinateur, le voilà vendeur de rêves, de musique! Un vieux walkman sortit comme par enchantement de sa poche lorsque le mutant le récupéra avec attention, c'était l'appareil qui permettait à ses acheteurs de voir si les CD'S fonctionnaient bien. Calisto s'était fourni auprès d'un autre vendeur et maintenant il essayait d'avoir de l'argent en faisant une marge de bénéfices, la base même du marché. Proposant une gamme de choix très large allant du classique au rap le plus violent, il espérait toucher un peu plus de clientèle. Quoiqu'il en soit, le gendarme avait bien cassé son élan et désormais il avait peur de proposer sa marchandise à un policier en civil...

Le mutant pensa donc au Coyote Ugly, un endroit mal famé où ses jolies miches de petit androgyne angélique ne devraient pas trop traîner mais il n'avait pas le choix; la vente devait continuer s'il voulait manger autre chose que du poisson dérobé au port. Le blond ne négligeant rien passa toutefois par les douches publiques, il y pénétra par un carreau de fenêtre cassé et s'y lava avec ardeur. Le client n'aimait pas la misère, ils ne prenaient pas en pitié, ils étaient dégoûtés... Donc autant ne pas avoir l'air suspect à leurs yeux, pas vrai? Le mutant une fois propre se rhabilla et vola jusqu'à l'arrière du bâtiment. La nuit aidant, il était tranquille pour se déplacer et le gain de temps, d'énergie et de monnaie en moins à payer pour le bus était énorme! Enfilant de nouveau son grand manteau dès l'atterrissage, lequel était aussi pratique pour cacher ses ailes que pour ranger ses CD, le mutant pénétra dans le bar... Ici, pas de fédéraux normalement, la racaille qui y régnait les lyncheraient s'ils savaient que l'un d'eux se trouvait là; et les pauvres avaient sûrement peur de salir leur bel uniforme. C'était donc avec un pincement de coeur moins fort que le mutant put se faufiler et commencer à proposer sa marchandise.

Deux babascools achetèrent un CD des années 70 après avoir écouté la musique sur son Walkman, un rappeur faillit lui mettre son poing dans sa tronche en l'appelant Mademoiselle et en lui susurrant qu'il avait eu de la chance car il ne frappait pas les dames... Un autre babascool avait voulu lui proposer un joint et une mutante munie de pics sur la tête lui avait rendu une plume qu'elle avait vue tomber de sous son manteau, lui demandant s'il vendait aussi des oreilles (xD). Le jeune homme proposa sa marchandise à toutes ces personnes, pour l'instant un seul CD de vendu mais il était là depuis peu, l'endroit pouvait donc se révéler fructueux. Se dirigeant vers le comptoir, Calisto finit par aborder un homme différent... Ce dernier avait une allure parfaitement humaine, mais il était plus vieux que la moyenne d'âge de ceux qui fréquentaient le quartier... Enfin de l'avis de Calisto qui n'était pas un très fin observateur avouons le! Une serveuse lui demanda cequ'il voulait. A contrecœurs, le mutant utilisa l'argent du CD pour prendre un cocktail au fruits sans alcool; il ne pourrait pas rester sans consommer, il fallait donc se sacrifier pour tenter de faire des bénéfices.

Approchant l'individu, Calisto attendit de voir si ce dernier était occupé ou pas; s'il l'était mieux valait attendre pour ne pas le mettre de sale humeur et avoir une chance de lui refourguer un monceau de rêve... Chopin, Michel Berger le français en passant par Sniper ou Joey Star, il avait tout dans ses poches pour exhausser les désirs musicaux de cet homme. Maintenant, restait à le convaincre... Prenant un ton enjoué et un air énergique -la tête du pauvre type fatigué et affamé faisait fuir le client qui le prenait pour un junkie... Parfois même pour une fille junkie - le jeune homme lui sourit et sortit son Walkman qu'il posa sur le comptoir, le tout sans trop se rapprocher pour ne pas avoir l'air envahissant. Bah oui, à force de s'en prendre une à chaque tentative de pot de colle, il avait commencé à intégrer certaines petites choses. Comme quoi, vendre de la musique aidait à se socialiser... Youpi.


-Hola amigo... ça va? Dis moi ça te dis un petit peu de musique? J'ai tout ce qu'il faut pour t'envoyer au pays des rêves. J'ai tout... Classique, espagnol, et même nos amis français! Tu peux écouter avant aussi pour voir que c'est pas de l'arnaque!

Le Mallorquin attendit patiemment ensuite, sirotant son verre. Il espérait avoir été convainquant et assez "délicat" pour une fois.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ryan Miller
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 13/04/2011
Clan : Fédéraux
Age du personnage : 39ans
Pouvoirs : Invisibilité
Profession : Traqueur de mutant...
Points de rp : 19

MessageSujet: Re: Quand le soleil se couche, le fantôme sort... [Calisto]   Mar 26 Avr - 11:36

Ryan n'était pas du genre à aller accoster des gens pour leur faire la discussion, et depuis qu'il a découvert ses pouvoirs, il a eu tendance à se replier sur lui même. Il n'était donc pas très étonnant qu'il n'ait pas beaucoup d'amis dans cette grande ville. C'était peut être dû aussi au fait qu'il estimait n'appartenir à aucun groupe, les humains le considèrent comme un sale mutant, et les mutants le considèrent comme un traître, alors comment voulez-vous qu'il se fasse des amis ? Cela ne le gênait tout de même pas pour vivre sa vie, enfin si on peut appeler ça une vie. Il y a quelques années il était très heureux, et il était loin d'être l'homme qu'il est aujourd'hui. A cette époque là il aurait probablement jamais mis les pieds dans une boîte de strip-tease, sa femme l'aurait sûrement égorgé en rentrant. Il ne s'était toujours pas remis de sa mort, et il ne s'en remettrait peut être jamais, il pensait que c'était de sa faute, et en quelque sorte il avait raison mais il était loin de connaître toute la vérité sur cette affaire.

Le mutant était resté au bar à regarder les filles plus loin qui dansaient pour de l'argent, lorsque son attention se porta sur un jeune homme qui venait de rentrer. Ryan n'était pas du genre à juger les gens, enfin si... Mais ce soir il ferait une exception, aucun jugement sur personne, il se l'était promis avant de sortir. Et puis quand il vient ici, la plupart du temps c'est pour ne penser absolument à rien. Il continua tout de même à l'observer, quelques fois il détournait le regard pour admirer une danseuse ou pour mater une serveuse qui passait. Il fut tout de même surpris par la commande du jeune qu'il avait remarqué, un cocktail sans alcool n'était pas la boisson la plus demandé ici. Il fit tout de même abstraction de ça et but une gorgée de sa bière, lorsqu'il entendit une voix, lorsqu'il se retourna il vit l'homme à la boisson non alcoolisé. Il était en train de lui proposer des cd de musique, en entendant ça, le mutant eut un petit sourire, il ne comptait pas acheter de cd bien entendu, mais au lieu de l'envoyer paitre, il préféra utiliser l'ironie.


« Je suis un grand fan de Lady Gaga et Britney Spears, t'aurais pas leurs derniers albums par hasard ?... »

Miller était très doué pour garder son sérieux dans ce genre de situation, la plupart du temps les gens hésitaient à demander si il était sérieux ou non. Sur ce coup là, il faut bien avouer que ce n'était qu'une plaisanterie, il écoutait très peu de musique hormis lorsqu'il était en voiture, et en plus il n'aimait pas du tout les chansons de ces deux artistes. Bien évidemment il peut écouter une de leurs chansons une ou deux fois, en voiture ou dans un lieu ou il n'a pas le choix de la musique, mais lui faire écouter un cd de vingt titres minimum, il faut pas pousser. Le mutant appela alors la serveuse qu'il lui avait servi une bière. Il la connaissait un peu puisqu'il venait régulièrement ici, mais il n'arrive jamais à retenir son prénom, pourtant elle est sympa. Il la regarda marcher vers lui, et prit le verre du jeune homme qui venait de lui proposer des cd.

« Ca te dérange pas de mettre ce truc sans alcool loin de ma vue ? Et sert lui tout ce qu'il veut à condition que ce soit de l'alcool par pitié... Et met moi un shooter de vodka, s'il te plaît. »

Miller ne demandait pas l'avis du jeune homme, peut être qu'il voulait uniquement boire un cocktail de fruits, mais si il voulait discuter avec le mutant il allait devoir boire avec lui. Cela ne dérangeait pas Ryan de payer la consommation du jeune mutant, il estimait que l'argent devait être dépenser lorsqu'on en a encore le temps. La serveuse ramena alors le shooter qu'il avait commandé, et demanda au jeune mutant ce qu'il voulait boire. Miller regardait les gens qui étaient à l'intérieur du bar. Et il remarqua deux hommes visiblement bien éméchés, qui furent gentiment raccompagnés par les videurs. Suite à ça, il but son shooter d'une traite, avant de reposer le petit verre sur le bar.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Calisto Del Alba
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 213
Date d'inscription : 04/08/2010
Localisation : Sur un radeau sans océan, sur une planète sans Univers.
Clan : Xmen
Age du personnage : 20 Ans
Pouvoirs : Voler (avec deux grandes ailes dans le dos) / Projection de plumes tranchantes comme des couteaux.
Profession : -Étudiant
Points de rp : 221

MessageSujet: Re: Quand le soleil se couche, le fantôme sort... [Calisto]   Mar 26 Avr - 12:22

-Si si j'ai!... Ah... C'est de l'ironie... Nan?!

Bah oui forcément! Calisto avait eu un petit temps d'attente avant que l'impact n'ait lieu. Le jeune homme soupira tristement, il n'aimait pas qu'on se moque de lui! Après tout il faisait de son mieux pour survivre hein... Enfin généralement la dérision ne le gênait pas, mais là Calisto n'était pas vraiment en état de la supporter après son coup de stress avec ces saletés de policiers! enfin, il reprit rapidement du poil de la bête lorsqu'il remarqua que l'individu ne continua pas dans sa lancée et l'invita à rester. Son visage se fendit toutefois d'un air un peu niais lorsque l'inconnu lui demanda comment il pouvait oser présenter un coktail de fruits devant ses yeux... ben... Que répondre à ça? Était-ce encore de l'ironie?

-De l'alcool par pitié? Mais euh, je ne faisais rien de mal avec ma boisson... C'est bon en plus!

Le mutant était étonné de l'autorité de cette personne. Il eut un flash et revoyant sa mère s'enfiler bouteilles sur bouteilles puis son père faire de même, bien que sobre aussi c'était une sacré saleté, le Mallorquin hésita franchement. Il avait inconsciemment peur de tomber dans les mêmes vices que ses parents, c'était intolérable pour lui... Et encore le blond avait mis de l'eau dans son vin, car avant il ne supportait même pas qu'une personne à ses côtés soit en train de boire de l'alcool, exactement comme son interlocuteur ne semblait pas supporter les coktails de fruits... Néanmoins les accès d'intolérance de Calisto face à quelqu'un buvant de l'alcool étaient plus justifiés sans aucun doute.

Pourtant le jeune était intrigué par cet homme qui ne semblait pas ivre. Pouvait-on vraiment boire un petit peu sans se souler pour autant? Sans frapper ses enfants ensuite ou les délaisser totalement à la merci du père? Oublier de faire les courses et d'aimer son fils? L'invitation était sympathique bien qu'autoritaire, elle surprenait Calisto qui se voyait payer son verre du coup... Lorsque la serveuse se pointa devant lui, le mutant était pris entre deux feux. Il poussa un petit soupir... Autant profiter de ce cadeau même si c'était de l'alcool, ça apaiserait un peu sa soif et il pouvait garder le cocktail de côté. Au point où Calisto en était, il n'avait pas beaucoup à perdre; de plus il se sentait apte à résister à la boisson. Justement, ayant vu ses parents sombrer, l'ange se disait qu'il serait capable de voir venir le moment fatidique et de ne plus toucher à rien, surtout que là, il allait simplement prendre un verre!

Sa méfiance s'était transformée en assurance petit à petit, il avait tout calculé et cela paraissait être un bon choix. Peut-être même finirait-il par convaincre ce client potentiel d'acheter qui sait! Hochant la tête le mutant le remercia d'un petit sourire timide avant de demander à la serveuse de garder précieusement son cocktail. Pas question de gâcher cette boisson achetée par obligation pour pouvoir rester ici... Il la boirait plus tard, même s'il n'avait plus soif, ce serait toujours ça de nourrissant pour son corps. Et puis autre chose l'intéressait avec le verre d'alcool, c'était qu'on offrait un bol entier de biscuits apéritif... Donc de quoi manger même si c'était bien maigre.

-Euh... Un verre de vin s'il vous plaît, un de ceux qui vont avec les gâteaux ...

Calisto failli rajouter "ceux qui sont gratuits" mais il se dit que ça ne se faisait pas. Le jeune homme n'y connaissant absolument rien en alcool avait donc prit quelque chose de pas très fort et surtout accompagné avec les cacahuètes qui pourraient combler un tout petit peu sa faim. Mettant le bol entre les deux -bah oui, affamé mais pas égoïste quand même et un minimum reconnaissant aussi!- puis sourit à l'homme étrange.

-Merci, c'est gentil pour le verre...

Il n'avait d'ailleurs aucune idée du liquide ambré qui voguait dans son verre à pied d'ailleurs. Il avait juste prit le moins cher et le plus attrayant. Premièrement parce que ce n'était pas lui qui payait... Deuxièmement c'était une habitude et troisièmement, encore cette excuse pour trouver de quoi manger même si c'était d simples cacahuètes. En plus c'était bon les cacahuètes!

-Vous venez souvent ici?

La question qui tue... Le truc banal au possible! Bah oui mais fallait bien commencer par quelque chose non? Le jeune homme posa ses yeux bleus dans ceux de son étrange bienfaiteur qui fournissait pas de l'eau aux assoiffés comme lui tel Dieu mais du vin non transformé...

-Moi c'est la première fois! Au fait, je m'appelle Calisto et vous?

Comme toujours, le blond se disait qu'il ne risquait rien en offrant un simple prénom. Ici, il savait que la plupart de la clientèle était mutante et que peu se cachaient. C'était l'antre de la perversion, des marginaux, un peu comme la cour des miracles du XXI ème siècle en quelques sortes. Calisto sourit à cette image. L'homme en face de lui avait l'air d'avoir assez d'argent pour payer un verre à un inconnu... Même pas une jolie fille mais plutôt un jeune garçon au visage angélique certes, mais un garçon quand même (et il était trop innocent pour penser à un "vieux" homosexuel qui aimait les jeunes proies fraîches. Heureusement d'ailleurs car ça aurait sûrement compliqué les choses!), sans le sou ni connaissances du milieu, ne pouvant donc rien lui rapporter! Ce client calme avait l'air d'avoir une certaine classe quand même, ne serait-ce que dans son ironie que Calisto trouvait subtile. Avec son air de dire "comment oses-tu présenter ça devant moi" ou encore " d'alcool par pitié" il lui faisait penser à James Bond, son assurance tranquille donnait envie de discuter avec lui; de plus Calisto avait un peu besoin de se poser, il ne s'était pas encore remis de l'altercation avec les gendarmes à vrai dire! L'inconnu en face de sa personne était également plus vieux que la clientèle habituelle... Il devait avoir environ le double de l'âge du mutant ailé... Intrigué, ce dernier posa son popotin sur un de ces hauts tabourets et chipa une Cacahuète dans le bol en attendant une éventuelle réponse. Il avait à peine remarqué le chahut avec les videurs qui avaient fait quitté l'endroit à deux clients visiblement éméchés, trop absorbé par le mystérieux inconnu payeur de verres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ryan Miller
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 13/04/2011
Clan : Fédéraux
Age du personnage : 39ans
Pouvoirs : Invisibilité
Profession : Traqueur de mutant...
Points de rp : 19

MessageSujet: Re: Quand le soleil se couche, le fantôme sort... [Calisto]   Mar 26 Avr - 15:42

Miller eut un léger sourire lorsqu'il lui demanda si sa petite réplique sur Lady Gaga et Britney Spears était ironique, mais il ne le regarda pas. Il se contenta de boire sa bière normalement, tout en fixant droit devant lui. Miller n'était peut être pas du genre sociable à certains moments, mais la plupart du temps il savait se montrer poli lorsqu'on lui parlait, et ce n'était pas très souvent il faut bien l'avouer. Il était du genre à se méfier de tout le monde, mais le jeune homme ne semblait pas être une menace pour le mutant, et de toute façon si il se révélait être menaçant envers lui, le mutant saurait se défendre. Mais il doutait fortement que ce jeune homme puisse se montrer menaçant envers quelqu'un. Il le fixa alors pour répondre à sa question, pour savoir si l'agent fédéral mutant avait ironisé, par une autre question.

« A ton avis ? »

Il détourna à nouveau le regard vers les gens qui étaient à l'intérieur du Coyote Ugly, observer les gens était son passe temps favoris. En plus avec son pouvoir il lui arrivait parfois d'en espionner certains pour le plaisir, c'était le petit côté sympathique de son pouvoir. Même si cela lui demandait un certain effort de concentration pour ne pas réapparaître juste en face des gens. Certaines fois, il lui arrivait encore de perdre le contrôle de son pouvoir, lorsqu'il est en proie à des émotions fortes comme la colère par exemple. Cela lui rappela le jour ou il a découvert son pouvoir, et ce ne fut pas un événement très joyeux pour lui, ses parents l'avaient tout de même foutu à la porte, il ne faut pas l'oublier. Il se demandait parfois qu'elle aurait été sa vie, si ses parents ne l'avaient pas rejetés, sa femme aurait continué à vivre, mais il n'aurait pas pu avoir tout les évènements heureux qu'il a eu. Son mariage, la naissance de son fils, et en prime l'illusion d'avoir une vie à peu près normale.

« Je n'ai jamais dis que c'était mal de ne pas boire d'alcool, mais t'es dans un bar ici, si tu n'es pas là pour consommer ça ne sert à rien de venir... D'ailleurs qu'est ce que tu fais dans ce quartier ? On peut pas dire que c'est le plus fréquentable de New York... »

Ryan était plutôt du genre curieux, et même si il est plutôt fréquent de voir des jeunes dans ce quartiers, on ne peut pas dire que celui ressemble à tout les autres. Il le trouvait bien trop poli pour venir d'ici, ce quartier est malfamé et les jeunes qui y traînent sont, la plupart du temps, en train de tourner mal. Il y avait beaucoup de gangs ici, c'est pourquoi les fédéraux et la police essayait d'éviter au maximum ce quartier, même si ils font parfois des apparitions pour montrer qu'ils représentent la loi. Le mutant avait parfois du mal à savoir ou était sa place, lui qui aurait préféré combattre pour la cause mutante plutôt que de traquer les mutants. Si on lui avait laissé le choix il ne serait sûrement pas au service du gouvernement, mais il n'avait pas le choix, il lui fallait retrouver l'assassin de son fils et autant utiliser les ressources qu'on lui avait mis à sa disposition pour ça. Il fit un bref signe de la main lorsque le jeune mutant le remercia pour le verre qu'il venait de lui offrir, pour lui montrer que ce n'était pas grand chose. Il enchaîna alors avec plusieurs questions, d'habitude c'était Miller qui posait les questions et il n'avait franchement pas l'habitude qu'on s'intéresse à lui comme ça, il trouva ça presque étrange, mais il y répondit tout de même.

« Régulièrement, pour oublier que j'ai pas mal d'ennemis qui verraient bien ma tête sur une pique... »

Il faisait référence aux humains qui haïssent les mutants, et aux mutants qui haïssent les fédéraux. Ryan avait les fesses entre deux chaises, et il en était conscient, ce n'était pas une situation très enviable, mais il faisait avec après tout il ne pouvait rien faire pour remédier à ça. Les fédéraux ne le laisseront pas partir si gentiment après quelques années de services, ils avaient besoin de lui, et tant que lui avait besoin d'eux il ne pouvait rien faire du tout.

« Moi c'est Ryan... »

Il le fixa un bref instant et regarda son manteau, et la première chose qui lui vint en tête en regardant son manteau, c'était qu'on pouvait sûrement cacher pas mal de choses en dessous. On lui avait appris à faire attention à de petits détails tel que celui ci, pour lui c'était devenu banal d'essayer d'analyser des gens. Bien entendu parfois il se trompait, les trois quarts du temps il avait tort, mais il continuait d'essayer pourtant, il fallait bien qu'il essaye d'entraîner ses sens.

« Il est chouette ton manteau... Qu'est ce que tu caches en dessous ?... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Calisto Del Alba
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 213
Date d'inscription : 04/08/2010
Localisation : Sur un radeau sans océan, sur une planète sans Univers.
Clan : Xmen
Age du personnage : 20 Ans
Pouvoirs : Voler (avec deux grandes ailes dans le dos) / Projection de plumes tranchantes comme des couteaux.
Profession : -Étudiant
Points de rp : 221

MessageSujet: Re: Quand le soleil se couche, le fantôme sort... [Calisto]   Mar 26 Avr - 16:20

-Oui bon... Si je faisais de l'ironie dans ma langue, vous comprendriez pas forcément!

Le jeune homme était piqué au vif semblait-il mais en réalité, il s'amusait bien désormais. De toutes manières Calisto pouvait se montrer susceptible mais c'était souvent éphémère. Son regard malicieux se posa sur l'homme qui un instant arrivait à lui faire oublier ses petits soucis bien qu'il les prenne avec plus de philosophie qu'avant désormais.

*Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir pas vrai?!*

Ryan puisque tel était son petit nom l'amusa encore plus juste après avec sa remarque sur les consommations! Comme lui, il n'avait pas l'air de venir de ce monde, la différence? Calisto venait réellement de ce milieu! Il était aussi poli parce qu'on lui l'avait enseigné à l'institut et que la gentillesse avait toujours été dans son gêne. Certains avaient le talent pour faire de la poésie, d'autres du dessin? Et bien lui c'était de parler correctement malgré l'endroit d'où il débarquait. Enfin... Pour ne pas lui offrir toute la gloire, il fallait préciser aussi que le fait qu'il soit étranger aidait énormément. En espagnol Calisto n'était pas non plus un charretier mais ayant apprit l'anglais dans les bouquins, il avait forcément un phrasé un peu plus élevé que sa vraie classe sociale. Le jeune homme avait eu des livres écornés pour essayer d'apprendre cette langue mais l'intérieur était rempli de jolies phrases figées dans le temps, ancien bouquin où l'on savait encore apprécier la langue de Shakespeare comme il fallait. Son langage cependant n'avait pas non plus un air guindé, il avait trop fréquenté les bras fonds d'Angleterre pour rester protégé des gros mots ou autres petites choses du genre qui constituaient la honte de toute langue.

L'individu avait cependant une autre différence avec lui, il était visiblement plus riche que Calisto, bien nourri et loin d'être aussi paumé que les autres... Pas de piercing, de tatouages étranges, de regard égaré. Ce type était clean, il n'avait probablement dans le sang que ses deux petits verres de liquide bizarre; Faisant un blocage sur l'alcool le Mallorquin n'avait pas reconnu la vodka, et il n'avait pas non plus entendu la commande de l'homme, trop axé sur sa réflexion bizarre.

-Bah le coéckétail -fit-il en massacrant le mot si difficile à prononcer pour un hispanophone.- il était proposé dans le menu donc par définition je consommais...Et ce que je fais ici... Bah je me balade! Et puis la clientèle est plus réceptive à défaut d'être fréquentable. Et vous? Sans vouloir vous vexer, vous êtes plus âgé que la plupart des clients quand même... Mais c'est bien, ça montre que vous êtes ouvert d'esprit!

Fit-il en relevant bravement le menton comme pour défier son adversaire et bienfaiteur à la fois. Bien entendu son sourire trônait toujours sur ses lèvres douces, paraissant combler un peu ses joues creuses, comme si un bon moment accompagné de deux ou trois cacahuètes et d'une discussion farfelue avec un parfait inconnue pouvaient remplir ce que la faim avait creusé.

-Des ennemis? Han... Je n'y crois pas! Aucune reconnaissance pour les bienfaiteurs de la cacahuète... Pfft, mais où va le monde!

Le mutant eut un petit rire, il osa enfin après avoir regardé son verre de vin comme on contemple un poison tremper ses lèvres dedans. Le jeune homme trouva le goût sucré et doux, c'était agréable... l'était-ce plus que la vie pour que sa mère ait choisi de ce noyer dans ce nectar étrange? Calisto reposa le verre comme s'il était horrifié de ne pas en être immunisé, de ne pas détester ce bon liquide... Il le reprit bientôt mais sa main tremblait légèrement. Devenant plus sérieux en croyant deviner un air affligé à son comparse, le garçon inclina légèrement la tête après avoir osé reprendre une gorgée.

-Vous ne pouvez pas partir pour qu'ils vous lâchent? Ou aller à la police? Je sais... ça paraît naïf, mais disons que l'on devrait y penser, parce que des fois ça marche. Bon dans d'autres cas non c'est sûr, mais des fois les gens n'y songent même pas, et c'est quand on leur dit qu'ils trouvent enfin la paix!

Le jeune homme s'embrouillait un peu dans son anglais. Il aimerait bien aider Ryan; quelque chose lui disait que cette personne avait déjà dû penser à cette option de la police. C'était apparemment quelqu'un d'honnête sans histoire; enfin... Quand on a de vrais ennemis c'est qu'on faisait un truc louche quand même... Disons un minimum quoi! Mais pourquoi la police n'aurait pas prit sa déposition? Et pourquoi surtout un type aussi classe que lui n'y aurait pas pensé? La première question ne le regardait pas, il ne devinerait jamais ce qui se passait à moins que Ryan ne lui raconte tout! Quant à la seconde, il pensait en effet que l'homme avait songé à la solution et que sa proposition ne servait à rien... C'était une personne intelligente, il avait sûrement réfléchi à tout ce qu'il pouvait faire pour s'en sortir! Mais s'il n'y avait pas moyen de se sauver... C'était si triste! Impensable... Il y avait encore de l'espoir puisqu'il était en vie non? Peut-être que Ryan voyait tout trop noir comme Calisto il n'y avait pas si longtemps. Ah mais pourquoi Ororo Munroe sa sauveuse n'était point ici? Elle si sage?!

Bon, n'en sachant rien, le mutant préféra se taire, il avait enfin comprit que se mêler des affaires d'autrui ne pouvait que lui apporter des ennuis. Calisto poussa un petit soupir et envoya le bol de cacahuètes vers Ryan pour essayer de le consoler. La suite de la conversation le surprit un peu et le mit sur ses gardes, le jeune homme ramena son manteau sur lui et ferma un bouton pour cacher ce qu'il avait à cacher.

-Ce ne serait pas drôle si je vous le disais... C'est plus marrant quand ça reste secret! Comme ça vous pouvez imaginer ce que vous voulez... Sauf la drogue! Y'en a pas.

Le jeune homme plaisantait mais il était intérieurement très gêné et avait peur de commettre une de ses fameuses bévues! Il savait que ce bar contenait pas mal de mutants mais s'agissait pas de tomber sur le seul type intolérant du coin même si ce serait du suicide pour lui de fréquenter un tel endroit et d'exposer ses idées racistes-mais c'était peut-être pour ça qu'il avait des tonnes d'ennemis nan?-

-J'ai une idée... Vous me dites un truc secret et je vois si ça vaut le coup et je fais pareil, je vous dis ce qui vous intéresse! Mais faut que ça vaille la peine hein...

Le petit jeu était lancé, Calisto quoique méfiant espérait pouvoir éluder ses doutes sur l'homme. Si il se révélait être une personne de son "espèce" ça ne le gênerait pas trop de révéler ce que cachait son manteau... Surtout que si l'homme insistait il finirait bien par commettre une ânerie et ce serait lui le perdant. Autant anticiper.

-Alors Ryan... Mutant ou pas? Avec preuves si c'est le cas!

Ici, Calisto pensait ne pas risquer grand chose mais quand même il se trouva culotté de balancer ça tel une bombe... (enfin discrète car il avait chuchoté bien entendu) Mais après tout Ryan ne se gênait pas pour demander ce qui se cachait sous son manteau, chose évidemment très personnelle! le Mallorquin n'étant pas assez doué pour mentir et faire comme si rien n'était avait succombé au coup de flair impressionnant du fin limier, du coup il tâchait de limiter la casse en cas de découverte... Et ce n'était finalement qu'un jeu tout ça, un grand jeu où le prix à payer pouvait être la vie. Mais pourquoi pas?! Il n'avait que 20 ans, était jeune et agile, n'avait rien à perdre et était dans un lieu "sécurisé"... Autant s'amuser! Parler de la mutation était quelque chose qui lui manquait. En effet le garçon n'en rencontrait jamais qui aient comme lui une mutation visible, du coup il ne savait pas qui était quoi et ne pouvait donc jamais partager son expérience sur la chose... Si cet homme en était un, ils pourraient parler avec plus de liberté sans cacher une partie de leur nature. Ce serait plutôt pas mal non?

Bien entendu... Calisto n'avait pas imaginé que sa question directe avec ses réactions précédentes laissaient penser qu'il en était lui même un porteur du gêne X et cachait sa mutation. Il lui fallait encore faire pas mal de chemin avant de s'intégrer à la société et de cesser de dire des bêtises.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ryan Miller
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 13/04/2011
Clan : Fédéraux
Age du personnage : 39ans
Pouvoirs : Invisibilité
Profession : Traqueur de mutant...
Points de rp : 19

MessageSujet: Re: Quand le soleil se couche, le fantôme sort... [Calisto]   Mar 26 Avr - 21:25

Cela faisait longtemps qu'une personne n'avait pas passé autant de temps à lui parler, d'ailleurs il trouva même que le jeune homme avait la langue bien pendue. Bien sûr il ne pensait pas que c'était mal de parler beaucoup, il était tout simplement pas habitué à ce qu'on lui fasse la discussion. Les seules fois ou il devait écouter une personne pendant plus de dix minutes c'était au cours des briefing ou on lui explique ce qu'il devait faire pour attraper un mutant. Il trouvait ces briefing plus qu'ennuyeux, parfois il lui arrivait même de s'endormir quelques instants, et une autre fois il avait essayé de quitter la salle avec son pouvoir mais sans résultat. Lorsqu'il entendit le jeune homme parlait de sa langue, il comprit immédiatement qu'il n'était pas du pays, en même temps tout le monde l'aurait compris tout de suite aussi. Mais il ne préféra pas lui demander d'où il venait, il préférait finir sa bière tranquillement, et une fois qu'elle fut vide, il en recommanda une autre. Et le temps que la serveuse arrive avec sa bière, le jeune mutant fit une remarque sur le fait qu'il était probablement le plus âgé de l'assemblée. Il ne s'attendait pas qu'il lui dise une chose pareille, il est vrai qu'il approchait grandement du cap des quarante ans, mais quand même il est pas en si mauvaise forme que ça. Il se mit alors à sourire, il n'était pas du genre à tout prendre au premier degrés de toute façon.

« Ouvert d'esprit ? Non ça montre juste que j'aime boire des bières en regardant des filles danser. Je vois pas ou est l'ouverture d'esprit là dedans. »

Il avait été surpris par cette petite remarque, mais ce n'était rien en comparaison de la suite de la discussion. Il ne s'attendait pas à ce qu'il lui donne des conseils sur la façon dont il pourrait se débarrasser de ses ennemis. Il n'avait pas voulu prétendre qu'il avait besoin d'aide, et très franchement ce n'était pas une chose qu'il appréciait. Il faut le comprendre en même temps, personne ne l'avait jamais aidé, et il estimait n'avoir besoin de l'aide de personne. Ça le vexait un peu qu'un jeune puisse lui donner des conseils sur quoique ce soit. Une seule personne l'avait aidé, mais c'était il y a bien longtemps, et il avait du prétendre être une autre personne, si il lui avait révélé qu'il était mutant cette personne ne lui aurait jamais apporté son aide. Ce jeune mutant n'avait aucune idée de ce qu'il avait pu traverser au cours de sa vie, et il ne pouvait pas lui en vouloir pour ça. En plus de ça, il avait l'air plutôt sympa alors il ne voulait pas non plus se montrer désagréable. Mais le problème était tout de même là, il ne voulait pas confier ses problèmes à quelqu'un d'autre, ce serait comme faire confiance à une autre personne, et pour lui il en était hors de question. Sa femme a été l'une des seules personnes en qui il ait eu une confiance absolue, et à qui il pouvait tout confier, enfin depuis qu'il a découvert qu'il était mutant. Il préféra tout de même jouer franc jeu avec le jeune mutant, Miller n'avait pas sa langue dans sa poche de toute façon.

« Écoute, t'as tes problèmes, et j'ai les miens, alors on va faire en sorte de pas tout mélanger si tu veux bien... »

Calisto se mit alors à éveiller la curiosité du mutant lorsqu'il se mit à parler de son blouson, il n'avait rien contre le fait que ce mutant soit bavard, mais là il commençait à en dire un peu trop selon Ryan. Si il voulait garder son secret intact il devrait apprendre à savoir à qui il pouvait se confier et à qui il ne le devait pas. Miller se mit tout de même à réfléchir à quoi pouvait bien servir ce blouson, il ne voulait pas partir du principe que c'était un mutant sur le simple fait qu'il est obligé d'en traquer un par jour. Il but alors une gorgée de sa bière avant de lui répondre, mais avant qu'il ne puisse dire quoique ce soit il lui demanda si il était mutant ou non. Et là, il comprit que son manteau devait cacher la mutation du jeune homme, enfin il avait tout de même de gros doutes à ce sujet. Il ne voulait pas le savoir, après tout c'était un agent fédéral maintenant.

« Je pense que je vais garder mes secrets pour moi... »

Il se leva alors de sa chaise, et entraîna le jeune avec lui, il voulait s'éloigner de l'oreille indiscrète de la barmaid et des serveuses, ainsi que de tout ceux qui pourraient les entendre. Il fallait bien le dire, il n'était pas du genre à étaler sa vie à un inconnu, et avec son gêne mutant il ne pouvait pas se le permettre. Il ne voulait pas se montrer odieux envers lui, mais il n'avait pas vraiment le choix, il voulait lui faire comprendre que divulguer son secret à un inconnu n'est pas envisageable si on est mutant.

« Je te conseillerais d'éviter de parler de ce genre de choses avec des inconnus, les mutants ont pas la côte en ce moment et pas mal de monde rêverait de casser du mutant crois moi... Si t'es un mutant vit selon le principe que pour vivre tout court vivons caché. »

Il se saisit alors d'un billet dans sa poche, ce n'était que dix dollars, mais lorsqu'il ressortit sa main il n'y avait rien. Il prit alors la main du jeune mutant et y déposa le billet qui était toujours invisible. Lorsqu'il lâcha le billet, il réapparut, et Miller put tranquillement retourner chercher sa bière pour aller chercher une place plus près des danseuses. Il espérait quand même qu'il ait compris la leçon, sinon il ne donnerait pas cher de sa peau le jour ou il rencontrera des fédéraux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Calisto Del Alba
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 213
Date d'inscription : 04/08/2010
Localisation : Sur un radeau sans océan, sur une planète sans Univers.
Clan : Xmen
Age du personnage : 20 Ans
Pouvoirs : Voler (avec deux grandes ailes dans le dos) / Projection de plumes tranchantes comme des couteaux.
Profession : -Étudiant
Points de rp : 221

MessageSujet: Re: Quand le soleil se couche, le fantôme sort... [Calisto]   Mar 26 Avr - 22:28

Et m*** encore une boulette, et oui Calisto était le roi, vous aviez oublié? Sans doute parce qu'il avait battu son record de temps à parler avec une personne sans déclencher une catastrophe! En fait c'était presque un don mutant... Ouais, en fait les ailes c'était du carton à côté de ce pouvoir de semeur de zizanie! Néanmoins, pour une fois il ne se laissa pas démonter! Bon d'accord, il avait été trop "gentil" en essayant de l'aider et en se mêlant de ses affaires, mais pour la suite, pas d'accord du tout! Il trouva d'ailleurs son aplomb alors qu'avant il se serait lamenté sur son sort de pauvre petite victime.

-J'ai jamais dis que je l'étais... -Un sourire fendit ses lèvres.-c'est vous qui vouliez savoir ce qu'il y a sous le manteau, mais qui vous dit que c'est un truc de mutant? et puis, je sors pas ça n'importe où, ici c'est spécial, ici pas de problèmes ou presque... Mais la vie sans dangers c'est pas drôle, en plus, j'vous ai bien découragé de fouiller vous aussi.

Le jeune homme eut un petit sourire. Il était désolé pour s'être mêlé de ses problèmes et un tout petit peu triste que son aîné se referme comme une huître après s'être montré si curieux et avoir ainsi "lancé" le jeu... Mais ça ne faisait rien, après tout, Calisto était habitué, et puis il était moins déprimé qu'avant! Surtout que maintenant le garçon apprenait à corriger ses erreurs en les comprenant, en sachant ses torts, et là il en avait.

-Désolé, j'aurais pas dû proposer ça, c'était bête de ma part... Et je sais pour ce qui se passe dehors, enfin, ça veut pas dire que je suis ce que vous croyez que j'ai dis que j'étais sans doute!

C'est alors que le billet dans sa main disparu et Calisto comprit que finalement, l'homme lui avait dévoilé son secret. Faudrait savoir! On joue ou on ne joue pas? Ok ce type était un inconnu et l'espagnol n'aurait peut-être pas dû se dévoiler au grand jour, mais là ce n'était pas vraiment sa boulette attitude qui l'avait fait réagir de la sorte, plus un je m'en foutisme! Ryan l'avait entrainé loin des oreilles indiscrètes et le mutant s'était laissé entrainé, il haussa les épaules après la conversation de ce dernier; son regard attentif montrait qu'il écoutait, mais ses paroles prouvaient elles que bien qu'il soit au courant des risques, désormais, ça ne lui faisait plus grand chose. Il laissa Ryan partir puis le rejoignit, il parlait très doucement pour ne pas être entendu sauf par lui. Démontrant qu'il avait réfléchit et qu'il faisait plus attention encore aux oreilles, mais la conversation n'était pas terminé. Évitant aussi de mentionner le mot mutant, il prenait toutes les précautions dont il était capable, un vrai effort pour lui!

-Vous n'avez pas tort, loin de là... Mais moi, maintenant, je préfère vivre vraiment... J'évalue les risques un minimum, comme quand je vous ai proposé "l'échange"... et je joue. Je n'ai plus rien à perdre. Ici, c'est assez sécurisé, alors le risque était moindre, et même s'il existe... Tant pis. Je fais attention à ne plus mettre les autres en danger comme je l'ai déjà fait deux fois, ça m'a servit de leçon. Mais ma vie à moi, maintenant...

Le jeune homme eut un petit sourire pour son mystérieux interlocuteur, il s'apprêta à repartir, le laissant là avec un drôle d'air joyeux sur la figure. Il n'avait rien... Si Douglas! Et c'était pour lui que Calisto faisait un minimum attention, sinon il serait carrément pire, mais sinon, il avait décidé de ne plus se prendre la tête; Ryan avait voulu commencer un petit jeu? Calisto avait suivi à fond... Ir avait eu faim, il lui avait proposé un "cass" dans le port. Le mutant fondait ses propres principes moraux, son propre style de vie, il estimait que se cacher lorsque le risque était moindre était prudent mais "inutile", parce qu'il ne voulait pas vivre à moitié, pas prendre le risque de passer à côté de quelque chose par peur. Tant pis, un jour il mourrait de toutes manières! Et puis ce bar n'était pas le refuge des mutants?

Se préparant à s'en aller, Calisto se tourna une dernière fois vers l'homme.

-Je disais "ouvert d'esprit" parce que ça fait joli de dire ça. Plus que de dire votre phrase sur les filles que vous regardez, et c'est moins long aussi. Et relax, vous n'êtes pas si vieux, promis, j'ai exagéré.

Se disant, le jeune homme par un tour de passe passe qu'il avait déjà effectué avec une gamine ferma la main qu'il avait auparavant subtilement glissé sous son manteau. Juste retour des choses, comme pour le billet, il prit la paume de Ryan et en ouvrant ses doigts, une plume blanche apparut, laquelle fut déposée dans ceux du mutant qui rendait apparemment les objets invisibles. -le tout très discrètement bien sûr, n'abusons pas de la stupidité de ce pauvre Nuggets- Alors? Qu'est-ce que Calisto avait comme don? Celui de faire apparaître un objet quelconque? Soit le contraire de Ryan, son antonyme parfait, ou alors autre chose peut-être. Le petit jeu ne s'était pas arrêté. Il ne se moquait pas de l'homme, il l'avait écouté et apprit la leçon mais ne se démontait plus. Il avait 20 ans... Mais il n'avait pas grand chose à perdre, tout à gagner!

-Encore merci pour le verre et les conseils amigo...

Le jeune homme commença alors à partir, il avait également apprit à ne pas coller les gens, surtout après les avoir dérangé visiblement. Cependant Calisto n'était pas abattu comme d'habitude, non, il assumait sa maladresse puis sont envie irrépréhensible de jouer avec le feu. Après y avoir goûté, le jeune homme ne pouvait guère s'en passer. Il s'amusait désormais de cette vie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ryan Miller
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 13/04/2011
Clan : Fédéraux
Age du personnage : 39ans
Pouvoirs : Invisibilité
Profession : Traqueur de mutant...
Points de rp : 19

MessageSujet: Re: Quand le soleil se couche, le fantôme sort... [Calisto]   Mer 27 Avr - 10:35

Miller avait l'habitude d'entendre des mutants dire qu'ils ne sont pas mutants, mais c'était normal, même les coupables des pires crimes essayent de faire croire qu'ils sont innocent. Seulement là, il commençait vraiment à douter du fait que ce jeune homme était mutant, ce qui voudrait signifier qu'il lui avait dévoilé une partie de son pouvoir pour rien. Il aurait presque pu commencer à croire qu'il n'était pas mutant, si il avait été surpris, par la manifestation de son pouvoir, un minimum. Le mutant n'avait jamais rencontré d'humain qui n'était pas surpris ou apeuré lorsqu'un mutant fait une petite démonstration. Il fut quand même assez dérangé par l'attitude du jeune homme, il avait été comme lui à une époque, il ne craignait rien parce qu'il n'avait rien à perdre, seulement il s'est avéré qu'il avait eut tord sur toute la ligne. Quoiqu'il arrive on a toujours quelque chose à perdre, il suffit simplement de bien chercher, comme on dit c'est quand on perd quelque chose qu'on se rend compte de sa valeur. Si le mutant avait été dans un mauvais jour, il aurait sûrement mis une claque au jeune homme pour croire qu'il n'avait peur de rien. Il en avait croisé tellement des jeunes comme lui, et la plupart du temps ils ont tous regretté d'avoir parlé ainsi quand le gouvernement se chargeait d'eux. Miller n'était pas du tout fier de ce qu'il était devenu, il n'aurait jamais pensé qu'un jour il traquerait les siens sans relâche. Si il n'avait pas été recruté par le gouvernement, il aurait certainement utilisé ses pouvoirs pour faire payer la mort de sa femme à tout les humains, en gros il se serait rapproché des principes de Magneto. Peut être qu'un jour il trouvera la paix et voudra utiliser ses pouvoirs pour aider les autres, un peu comme les X-men. A cette pensée, il eut une question qui vint se poser à lui. Que fera-t-il dans dix ans ? Continuera-t-il à traquer les mutants ? Sera-t-il en guerre avec l'humanité ? Ou aura-t-il décidé de poser les armes ? Il n'aura pas la réponse à cette question avant longtemps. Il fut surpris de voir le jeune mutant prendre sa main et y déposer une plume, il ne comprenait pas pourquoi il avait fait ça, mais en y réfléchissant bien il comprit que ça devait faire partie de sa mutation. Il regarda alors le jeune homme, avec un air plus que sérieux, si il était bel et bien mutant, il voulait qu'il retienne une chose de cette rencontre avec lui.

« Beaucoup de jeunes, comme toi, ont cru qu'ils n'avaient rien à perdre et ils se sont rendus compte qu'ils avaient tords. Si on cherche bien, tout le monde a quelque chose à perdre. Un père... Une mère... Un enfant... La personne qu'on aime... »

Il fit alors une pause et prit une gorgée de sa bière, rien que de penser à sa femme lui faisait horriblement mal. Il se sentait responsable de ce qui lui était arrivé, il avait besoin de découvrir ce qui s'est réellement passé pour faire son deuil, mais il ne voyait pas comment résoudre cette affaire qui était bien loin derrière lui malgré tout. Il reprit la parole aussitôt qu'il ait fini de prendre une gorgée de sa bière.

« Enfin t'as sûrement pas besoin de mes conseils... »

D'ailleurs, il ne savait même pas pourquoi il lui avait dis tout ça, d'habitude il aurait estimé que ce n'était pas son problème. Peut être qu'il voulait tout simplement que ce mutant là ne se fasse pas prendre par les fédéraux. Il le regarda s'en aller, et se mit à fixer la plume tout en buvant le reste de sa bière. Il demanda alors à une serveuse de lui en ramener une autre. Il se mit alors à repenser à ce jeune mutant, et inévitablement il se disait que leur prochaine rencontre ne sera peut être pas aussi amicale que ce soir. La serveuse lui ramena alors la bière qu'il avait commandé, et Miller se leva pour lui donner un pourboire. Il se dirigea ensuite vers le bar pour payer toutes les consommations qu'il devait payer. Un autre soir, il serait sûrement resté beaucoup plus longtemps à regarder les jolies filles danser, mais ce soir il n'en avait plus envie, il voulait simplement rentrer chez lui. Il déposa alors plusieurs billets sur le comptoir, et s'efforça de finir sa bière le plus rapidement possible. Demain était un autre jour, mais bizarrement chaque journée se ressemblait pour le mutant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Calisto Del Alba
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 213
Date d'inscription : 04/08/2010
Localisation : Sur un radeau sans océan, sur une planète sans Univers.
Clan : Xmen
Age du personnage : 20 Ans
Pouvoirs : Voler (avec deux grandes ailes dans le dos) / Projection de plumes tranchantes comme des couteaux.
Profession : -Étudiant
Points de rp : 221

MessageSujet: Re: Quand le soleil se couche, le fantôme sort... [Calisto]   Lun 9 Mai - 20:08

Les paroles de Ryan frappèrent l'esprit que Calisto qui cette fois n'avait pas agi par maladresse mais par dépit. Il pensa brièvement à Douglas et cela eut le mérite de créer un frisson dans sa colonne vertébrale. Néanmoins le mutant se dit que son camarade arriverait sûrement à s'en sortir sans lui et n'aurait plus d'ennuis lui mot sur le trottoir le bec ouvert... La pensée était pessimiste et plutôt sordide néanmoins et ne voulant plus s’apitoyer sur son sort, le mutant préféra songer à sa chance que le brun à défaut d'être capable de se remettre de sa mort était déjà gentil avec lui et qu'il prenait plaisir à le côtoyer. L'ange avait donc bel et bien à perdre quelque chose. Pas son père ni sa mère ni son frère mais quelqu'un d'autre, un ami trouvé sur le tas, au moment où il avait justement quitté l'institut. Souriant à son interlocuteur, Calisto affichait désormais un visage moins défiant mais juste à peine; il y avait Douglas certes mais le blond n'arrivait pas vraiment à se préserver autant que le traducteur le souhaitait... Il avait besoin d'action; et par moments d'être vraiment lui même. Le jeune homme avait pensé que c'était possible en ce lieu principalement côtoyé par des porteurs du gêne X Mais là encore il avait trouvé quelqu'un pour lui faire la morale.

Morale qui complétaient celles d'Ororo, d'Edward voir même de Maximilian Strauss mais faite de manière assez subtile pour que le mutant en prenne immédiatement compte au lieu d'avoir à tergiverser et laisser sa colère tomber. Décidant d'être entre les deux, de garder un peu de son air rebelle mais de faire plus attention quand même désormais-l'étau se resserrait!- le jeune homme se dégagea gentiment de l'espace "privé" de conversation aménagé de manière provisoire et imaginaire puis répondit d'un air bravache mais également reconnaissant... Un peu des deux à la fois, leçon apprise oui mais il ne voulait pas trop le montrer.

-ça peut servir, sait-on jamais. Adios Amigo, que te vaya bien aquella noche! [Salut l'ami, que cette nuit te sois propice.]

Sur un ton amusé, le mutant se faufila ensuite vers la piste de danse alors que Ryan disparaissait de sa vue. Il ne pouvait deviner le malaise qu'il avait crée chez l'homme et les ennuis probables qu'il s'était encore attiré. Décidé à ne pas céder du terrain ni à se recroqueviller comme avant le jeune homme prenant en compte les paroles de son étrange interlocuteur qui ne jurait que par l'alcool il discuta avec quelques clients, n'oubliant pas ses CD bien sûr, lesquels s'écoulèrent plutôt bien en fin de compte et ce sans qu'il n'ait d'ennuis notoires. Ouah... Calisto s'améliorait-il? Sans doute... Cela se faisait petit à petit, lentement mais sûrement... Ses bévues étaient moins graves, moins nombreuses bien qu'il en est apparemment fait une face à cet homme mais il apprenait quand même.

[HJ: voilà un petit post pour clore! j'ai bien aimé ce rp! Merci à toi pour ce bon moment... On s'en refait un quand tu veux Wink ]

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Quand le soleil se couche, le fantôme sort... [Calisto]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand le soleil se couche, le fantôme sort... [Calisto]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men Extended :: NEW YORK CITY :: Hell's Kitchen :: Coyote Ugly-