Partagez | 
 

 Guerre des clans ? [Groupe 3 : Douglas, Allan, Kaylie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Hella Healt
Mutante de niveau 2
{ ADMINISTRATRICE }


Nombre de messages : 4872
Date d'inscription : 19/04/2007
Localisation : Institut Xavier, pas vraiment par choix
Age du personnage : 18 ans
Pouvoirs : emprunte le pouvoirs des mutant a proximité s'immunisant de la meme maniere
Points de rp : 609

MessageSujet: Guerre des clans ? [Groupe 3 : Douglas, Allan, Kaylie]   Jeu 17 Fév - 23:17

    Tout le monde se réveille dans un petite pièce, qui tient plus d’une sorte de bunker que d’une véritable pièce. Au plafond, un simple rail de lumière vacillant, même pas relier à la moindre prise, fonctionnant juste sur batterie qui semble en fin de vie si on en juge par ses alternances sans fin entre obscurité et semi luminosité. Dans ces moments de faible luminosité la pièce n’apparaît pas bien grande, personne ne se marche dessus, mais il ne faudrait pas faire entrer une dizaine de personne supplémentaire. Et pour seul bruit, les pleurs d’une femme et d’une enfant, situé au bout de la pièce.

    La femme à dans les trente cinq ans et se trouve attaché à une chaise, un adhésif sur la bouche l’empêchant de communiquer avec qui que ce soit. A ses pieds, une jeune fille, environ 13 ans, qui pleure doucement – par le fait d’avoir déjà trop pleurer – et dont quelques mots s’échappent comme « maman ». Pas de doute, il s’agit là d’une mère et de son enfant. La petite fille n’ayant pas besoin d’être attachée physiquement vu qu’elle refuse de se séparer de sa mère. Voilà dans quoi tout le monde se réveille doucement, avec sûrement un mal de crâne et une sensation d’être vaseux ?

    Comment vous vous êtes tous réveillé ici ? Le schéma à été un peu près le même pour tout le monde, au moment où vous y attendiez le moins, des personnes chargées de vous récupérer on fait en sorte de vous faire une injection pour vous endormir. Le trou noir le plus total sur ce qui à pu se passer entre cette injection et maintenant. Impossible de savoir combien de temps c’est écoulé car aucune fenêtre ne peut vous donner une idée de la luminosité de dehors.

    Vous vous rendez bien vite compte, aussi, qu’à votre bras droit, par-dessus votre vêtement, vous possédez tous une brassard d’une couleur différente. Et, si vous regardez de plus près, sur le rail de lumière un bout de ficelle est suspendu avec, au bout, une enveloppe. Un des homme présent, répondant au nom de David, prit l’enveloppe pour lire son contenu à voix haute :

    David : « La pièce est hermétique, il est impossible d’en sortir. Tellement hermétique que vous avez environ une heure d’oxygène – en espérant que vous n’avez pas dormi plus que ce qui était prévu – après quoi vous mourrez tous. Il y a, cependant, une façon assez simple de vous en sortir et de voir les portes s’ouvrir : Tuer la personne attachée sur la chaise. Une fois cette formalité accomplie, vous pourrez sortir d’ici. »

    Finalement le choix simple assez simple sur un plan technique : Tous vous sauver en tuant une mère de famille ou bien, tous mourir par un manque d’oxygène. Sur un plan moral le choix devient plus compliqué. Cependant, peut être qu’il n’est pas si compliqué que cela pour tout le monde ? Certain préfère peut être largement choisir de vivre quitte à sacrifier une personne qui n’a rien demander. Mais si cela s’apparenterait à un manque de moral, ceux qui en possèdent une plus accrue ne devraient-ils pas empêcher ce genre de chose ?

    Dans l’enveloppe, se cache un autre petit mot, qui n’était visible tout de suite, vu qu’il se trouvait derrière le premier. En le lisant vous apprenez des choses concernant les couleurs des brassard porter – avec possibilités d’être enlevé – des personnes qui se trouvent dans cette pièce. En lisant le code couleur vous pouvez comprendre à quels groupes appartiennent les personnes qui sont avec vous.

    Quant aux personnes qui sont avec vous, en regardant autour de vous vous apprendrez que : Allan est un damné, Douglas est un X-men et Kaylie est une mutante neutre. Cependant, vous apprendrez aussi que vous vous trouver avec une jeune femme d’une vingtaine d’année, brune, plutôt banale dont le brassard indique qu’elle est une damnée : Rachel. Un homme d’une trentaine d’année, brun également avec de grand yeux bleus, semblant sortis tout droit d’une pub est un mutant qui n’a pas choisi de clan préférant de loin se tenir à l’écart de ce genre de chose : David. Et, il y à également, une adolescente, d’environ 17 ans, son brassard annonce qu’elle fait partie de l’institut, ce qui n’est pas encore vrai, elle est en train de s’y inscrire mais croit dur comme faire à la philosophie de l’institut : Alyson. En ce qui concerne la mère de famille, le mot vous apprend que c’est une humaine, puritaine comme seuls les États-Unis peuvent connaître, elle est contre les mutants, pour elle, ils devraient tous finir sur un bûché. Sa fille, encore trop influençable dira la même chose des mutants : tous des monstres. Lyvianne étant le prénom de la mère et Jordana celui de sa fille.

    Sous l’annonce, faite par David qui avait lu l’intégralité du mot, la petite Jordana posa un regard paniquer sur sa mère, qui ne pouvait toujours pas parler à cause de cette histoire d’adhesif qui lui collait à la bouche.

    Jordana : « Je… Je… J’comprend pas. Vous n’allez rien lui faire à maman, hein ? »

    Dans son regard humide pouvait se lire toute l’incompréhension de cette histoire. Où était-elle ? Pourquoi sa mère était-elle entravée de cette manière ? Pourquoi avait-elle si mal et avec cette désagréable sensation de mal respirer ? Encore ce fichu asthme qui décide faire des siennes. Ces gens avaient parlé de sa mère ? De sa mort ? Non, elle avait forcément mal comprit, personne ne pouvait toucher à sa mère parce que sinon, qu’est ce qu’elle deviendrait ? L’enfant posa un regard paniqué sur sa mère.

    Jordana : « Maman, maman. Ils ne vont rien te faire, hein ? Qui va s’occuper de moi sinon ? Hein, maman ? »

    Avait-je oublié de préciser que le père de Jordana était mort d’un accident de la route cinq plutôt, lui laissant pour seule famille, Lyvianne, sa mère ? Une mère qui malgré le fait qu’elle ne puisse pas parler, secouait la tête phrénétiquement comme pour chercher à rassurer sa propre fille. A moins que ce soit elle qu’elle cherche à rassurer parce que si tous ces gens étaient des mutants, ils n’avaient aucune morale. C’était des monstres, c’est ce que la presse ne cessait d’expliquer depuis tellement longtemps.


    - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

      Informations hors RP :

    • Pour l’enlèvement de votre personnage, vous êtes libre de l’inventé et de le mettre dans votre RP. Si vous avez envie d’avoir réussi d’assommer trois types avant qu’on vous injecte un tranquillisant, c’est votre choix. La finalité étant que vous n’aurez vu aucun visage et que vous finirez quand même par vous faire avoir pour vous réveiller ici.
    • Vous êtes libre de faire ce que vous voulez, si ça touche à des PNJ, juste me demander avant (par mp) si ça nécessite une interaction.
    • Pour n’importe quelle question, en fait, vous pouvez me mp ou réagir dans le topic qui recense ce rp de groupe. Ah oui, quand il y a écrit pas de possibilité de sortir, c’est qu’il n’y a pas de possibilité de sortir de la pièce ou vous vous trouvez. Mais rien ne vous empêche d’essayer.

      Petite liste sur les personnages avec leur couleur de paroles :

    • Jordana [=#a17f92] : Fille de Lyvianna, humaine de 13 ans. Une petite brune aux yeux bleux à l’air angélique et aux grandes boucles.
    • Lyvianne [=#430d2b] : Mère de Jordana, humaine de 35 ans. Femme grande et mince, brune aux yeux noisette.
    • Alyson [=#29834f] : Mutante – pouvoir inconnu pour le moment – de 17 ans en train d’intégrer l’institut Xavier. Petite blonde aux yeux verts avec quelques taches de rousseur sur le visage.
    • David [=#7f8ca1] : Mutant –pouvoir inconnu pour le moment – de 31 ans et sans groupe d’appartenance. Grand brun aux yeux bleux semblant tout droit sortir d’une affiche publicitaire.
    • Rachel [=#a18c7f] : Mutante de 22 ans, qui met est en période d’essai chez les damnés avant une intégration définitive. De taille moyenne, brune les cheveux mi-long et les yeux marrons.
Revenir en haut Aller en bas
http://elysiannah.fr/index.php
avatar

Douglas Ramsey
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 217
Date d'inscription : 29/12/2010
Localisation : Institut Xavier
Clan : apprenti Xmen
Age du personnage : 18 ans
Pouvoirs : Traducteur universel
Profession : étudiant en ingénierie informatique
Points de rp : 170

MessageSujet: Re: Guerre des clans ? [Groupe 3 : Douglas, Allan, Kaylie]   Dim 20 Fév - 19:03


    Deuxième tentative de jogging pour Doug. Cette fois, il avait été un peu mieux préparé. Des baskets blanches, un pantalon de sport bleu foncé, et un t-shirt blanc simple recouvert d’une veste assortie avec le bas. Il avait prit à boire, de quoi manger pour éviter de tomber dans les pommes et surtout, il avait bien vérifié la météo. Pas de pluie en perspective, du brouillard, certes, mais rien de plus. Ce fut donc dans ces conditions qu’il entreprit son activité sportive. Aucun problème, tout allait bien, après une dizaine de minutes, toutefois, le brouillard commençait à devenir vraiment épais. Heureusement, cette fois, il connaissait mieux les environs de l’institut. Il avait appris la carte presque par cœur et savait où tourner sans se retrouver dans un endroit inconnu, doc sans ce perdre. Le progrès se faisait sentir.

    Tout allait bien dans le meilleur des mondes. Il était relativement tôt et les voitures étaient assez rares, il n’y avait aucun danger. Dépourvu de mp3 ou d’ipod, la course de Douglas fut rythmée par le bruit des oiseaux et des rares véhicules. Mais quelque chose attira son attention et le fit tourner la tête. Une voiture, ou un autre moyen de transport, c’était impossible de déterminer lequel avec précision. S’était arrêté pas très loin et des portières s’étaient mises à claquer. Puis des bruits de pas retentirent, des pas assez précipités qui se rapprochaient de lui. Le mutant avait ralenti pour essayer de percevoir l’origine de ces pas. Mais avec cette purée de pois, ce n’était pas chose facile. Ceci dit, il n’était pas le seul à avoir des problèmes de perception. Quelqu'un débarqua dans son champ de vision et tenta de l’attraper. Surpris, Doug trébucha et finit par terre ce qui lui permit d’éviter d’être pris.

    Il poussa un cri de surprise mais se releva tout de même. L’homme avait une sorte de masque et regardait dans sa direction. Sans prendre le temps de la réflexion, Douglas prit ses jambes à son cou dans la direction opposée. Mais c’était plus par désespoir qu’autre chose car il avait bien vu que l‘autre était plus grand que lui et qu’il finirait par le rattraper fatalement. D’ailleurs, il l’entendait lui courir après. Mais étonnement, l’attaque ne se fit pas par derrière, un autre l’avait plaqué au sol en venant de la droite. Doug tenta vainement de se débattre, mais son opposant était bien plus lourd que lui et vu ses mouvements, bien plus expérimenté. Puis il sentit quelque chose de fin le piquer au niveau du cou. S’en suivit une sensation de vertige accéléré et puis le trou noir…

    * * *
    Plusieurs minutes ou plusieurs heures plus tard, Doug se réveilla, accueilli par un prodigieux mal au crâne. Ce n’était pas le genre de migraine que son pouvoir lui donnait, c’était autre chose, comme si une tempête était passée par sa tête. Ce qui n’était pas vraiment la sensation que ses pouvoirs provoquaient en cas d’utilisation excessive. Passée cette analyse de migraine, il fallait observer l’environnement dans lequel Doug se retrouvait.

    Une sorte d’entrepôt éclairé par un néon en fin de vie. Il était dans une pièce relativement étroite. Et surtout, il n’était pas seul. Autre détail surprenant, une femme était attachée et muselée. Lorsqu’il prit conscience d’être doté d’un brassard, il entendit un homme lire à voix haute le contenu d’une enveloppe. Ce qu’il entendit fit sensiblement augmenter le rythme cardiaque de l’adolescent. Ils allaient être à court d’oxygène. Et on leur faisait miroiter une issue s’ils consentaient à tuer la femme attachée. Une humaine, apparemment. Nul doute que Doug était incapable de faire cela et qu’il allait laisser une telle chose se produire. Mais comment agir avec ses faibles pouvoirs ? Il pensa à Kitty qui n’aurait eut aucun problème à se sortir d’une telle situation. Mais penser à son amie n’allait pas les faire s’échapper. Il fallait réfléchir à une solution, une bonne, et vite.

    Malheureusement, entendre les lamentations de la fillette ne rendait pas vraiment la tâche facile. Surtout que le problème de l’oxygène était la priorité de Doug, de tout le monde, probablement, en fait. Il s’approcha d’elle, se mit à genoux et lui parla d’un ton qu’il espérait calme et rassurant. Mais le détail qui trahissait sa panique était certainement son front moite et sa transpiration, effets secondaires de la panique.


    - Ne t’inquiète pas, on va réfléchir à une solution.

    Le « on » était d’un optimisme incroyable. Avec les brassards et la légende, il apprit qu’il y avait au moins deux damnés ici, des antihumains en gros. C’était plutôt mauvais signe. Il y avait également deux mutants neutres, ce qui n’était pas plus rassurant car il ne savait pas trop à quoi s‘attendre avec eux. L’autre apprenti X-men avait l’air encore moins expérimentée que lui ce qui ne le rassurait pas le moins du monde. Mais il essayait de faire fi de ces détails, sa priorité étant de calmer la petite parce que…

    - Maintenant calme toi et essaie de ne pas trop parler pour ne pas faire baisser notre réserve d’air trop vite.

    Il lança ensuite un regard aux autres dans l’espoir d’être compris. Cela les concernait aussi, car c’était un fait scientifique. Il n’avait pas dit cela juste pour que l’enfant se calme. Maintenant il n’y avait plus qu’à essayer de trouver un plan. Peut-être que l’un des autres mutants pourrait les faire sortir de cette situation. Enfin, en espérant qu’ils soient d’humeur diplomatique. Pour essayer de répondre à cela, Doug les jugea du regard.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Allan Talbot
Mutant de niveau 2
{ PNJ }


Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 14/10/2010
Localisation : New York
Clan : Damnés
Age du personnage : 31 ans
Pouvoirs : Hyper-vitesse
Profession : Héritier d'une riche industrie
Points de rp : 21

MessageSujet: Re: Guerre des clans ? [Groupe 3 : Douglas, Allan, Kaylie]   Mer 23 Fév - 1:05

    Quand il ouvrit les yeux, avec le mal de tête qu’il avait, sa première pensée fut pour tenter de se remémoré la cuite qu’il avait du se prendre pour en arriver là. Se réveiller dans un état comme celui là n’était pas vraiment quelque chose de nouveau pour lui, ses soirées étaient toujours tournées vers l’excès le plus total. Alors voilà, pendant une ou deux secondes il chercha à se souvenir. Et puis, son cerveau, encore bien trop vaseux, se mit un peu en route. L’obscurité, l’humidité. Ca ce n’était pas normal. Il ne se réveillait jamais dans des endroits glauques. Même complètement défoncé ou imbibé d’alcool il ne quittait jamais les endroits chics que lui permettait largement son rythme de vie. A partir de ce moment là, il comprit qu’il y avait un problème. Marmonnant un grognement quand il chercha à se redressa, une main sur la tête – comme si cette action allait lui permettre de moins souffrir – il tenta d’ouvrir les yeux sur son nouvel environnement. Il lui fallu encore quelques secondes pour s’habituer à ce foutu néon qui n’arrêtait pas d’osciller entre fin de vie et extinction complète. Non, mais, personne ne pensait donc à changer la lumière de temps en temps.

    Debout, sur ses jambes, mais le regard encore porté vers le sol pour s’habituer à cet éclairage sortit tout droit d’un magasin discount, Allan fut frapper par une sorte de Flash Back. Il avait bien bu hier soir, en charmante compagnie, même. Une soirée comme il avait l’habitude de passer. Les filles ? Il ne se souvenait même pas de leur nom, en réalité il ne s’en souvenait jamais, pas plus que leur visage ou ce qu’elles pouvaient dire. En fait, il se foutait royalement de tout ce qu’elles pouvaient être, il ne s’intéressait à elles que le temps d’une nuit. Et encore. Mais cette fois ça avait été différent, il se souvient encore être monter dans la suite de l’hôtel qu’il occupait pour le moment. Tout se passait comme prévu, jusqu’au moment ou il avait sentit une aiguille se planter à la base de sa nuque. Instinctivement, il passa sa main à l’endroit en question. Et là, intérieur, il pestait. Il s’était fait avoir par une bande de fille en mini jupe et, maintenant, il était en train de salir sa tenue ultra chère dans un endroit qui ne pouvait même pas être éclairé correctement. Il fallait qu’il sorte !

    Il releva la tête au moment même ou un type commençait à énoncé ce qui se passait. Sur le coup, Allan ne vit pas qu’il était en train de lire une lettre. Finalement, son mal de tête et son état vaseux n’étaient pas une mauvaise chose parce que sa première envie avait été d’utiliser son pouvoir pour fondre sur le type et lui claquer la nuque dans la foulée. Et question vitesse, Allan se défendait carrément. Mais ses jambes, encore plongées dans une sensation de coton, refusèrent le moindre mouvement, ce qui permit à Allan de porter son regard sur l’homme et comprendre qu’il était, simplement, en train de lire un mot. Du coup, il lui fallu encore quelques secondes de plus pour tenter de se remémoré ce qui avait été dit, et dans quoi il avait été embarquer contre son gré. Dommage qu’il ne retienne jamais les visage des filles qui passent dans sa suite, sinon il se serait fait un plaisir de leur dire sa façon de penser. Il était évident, pour lui, qu’il sortirait de ce trou à rat. Mourir ici, ce n’était carrément pas classe. Pas du tout même.

    Mais voilà, apparemment, pour sortir d’ici il fallait tuer la femme qui était assise et bâillonné sur une chaise, avec sa mioche qui se plaignait beaucoup trop bruyamment. Tuer la mère pour sortir, mais est ce qu’on ne pouvait pas ajouter la mioche, juste pour la tranquillité ? Allan, décida de s’abstenir de ce genre de commentaire pour le moment, parce que voilà qu’il y avait déjà un gamin qui s’était approchée de la fillette pour lui dire de ne pas s’inquiéter. Très drôle. Il pensait vraiment qu’elle allait se calmer, et qu’il ne fallait pas qu’elle s’inquiète ? Non parce qu’il y avait, a priori, de forte chance pour qu’elle soit témoin du meurtre de sa mère. Cela dit, pour Allan, ce genre de chose n’était qu’un détail. Lui il s’en foutait pas. Et si il s’en foutait ce n’était pas parce qu’il était un damné, ou parce que la femme était une humaine, il était simplement comme ça. Il fallait choisir entre sa vie et celle d’une autre personne. Le choix était fait. Bon cela dit, avouons qu’il avait moins de remord vu qu’elle était humaine et que, implicitement, elle ne servait pas à grand-chose. Mais là, encore il valait mieux taire ce genre de chose. Surtout, qu’après étude des couleurs et des brassards, la pièce était composée de deux damnés, deux x-men, deux neutres, et la famille condamnée.

    Celui qui avait écrit le mot était complètement stupide, et Allan se demanda si la condition pour sortir d’ici était de tuer AU MOINS la femme assise, ou SEULEMENT elle. Parce qu’il y avait une large différence entre les deux ? Vu l’age des deux soit disant X-men, il y avait peu de chance pour qu’ils aient réellement intégrés l’équipe. Du coup, est ce qu’ils étaient vraiment une menace ? Après tout, si ils opposaient trop de résistance, est ce qu’il n’y avait pas possibilité de les tuer au passage ? Comme ça, vite fait, histoire de pouvoir faire ce qui est demandé de manière plus tranquille. Le jeune qui avait parlé à la gamine, finit par parler de l’oxygène, en laissant un regard à tout le monde. Allan en profita pour hausser les épaules et répondre quelques choses.

    « Y a une méthode beaucoup plus simple pour ne pas manquer d’oxygène. Suffit de faire ce qui est demandé, on sort d’ici et la gamine peu se plaindre et pleurer toutes les larmes de son corps sans risquer de nous tuer tous. Non parce que, sérieusement, vous penser vraiment qu’on est face à un choix. Dans la balance : 7 personne contre 1 femme. On la tue, on vit tous. On la garde en vie, elle finit par mourir, avec nous aussi. Alors, bien sur que la gamine doit s’inquiéter, sa mère va mourir ! »

    Bon ça manquait forcément de tact, mais ça il s’en foutait royalement. Les faits étaient assez simple à comprendre et passer du temps dans cette boite hermétique l’ennuyait et l’irritait. Du coup, plus vite la bonne femme serait morte et mieux il se porterait. Et si il fallait le faire, il voulait bien se porter volontaire, ce n’était pas vraiment un souci pour lui. D’ailleurs il aurait peut être du le faire avec son pouvoir, histoire de clore le débat tout de suite mais, malheureusement, pour le moment, ses jambes refusait encore de l’aider à ce niveau là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Kaylie Conors
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 10/02/2011
Localisation : New-York
Clan : neutre
Age du personnage : 21 ans
Pouvoirs : Télékinésie / télépathie
Profession : Chanteuse / danseuse au Coyote Ugly
Points de rp : 24

MessageSujet: Re: Guerre des clans ? [Groupe 3 : Douglas, Allan, Kaylie]   Dim 27 Fév - 23:02



J'étais sur le podium au Coyote Ugly en train de chanter et de danser. La foule m'acclamait les cris étaient de plus en plus forts. En même temps une magnifique blonde comme moi habillée avec un beau haut noir sans bretelles, une mini-jupe en cuir et des bottes à talons aiguilles remontant quasiment jusqu'aux genoux ne pouvant que attiser la salle. Je chantais "I love Rock and Roll" version Britney Spears tout en dansant dans une cage, autant vous dire qu'il y en a certains qui devaient se faire dessus... Bref, mon show terminé je sortis telle quelle et commençai à marcher en direction de chez moi. La nuit j'ai toujours peur, surtout quand je suis seule et habillée comme ça... Je me fais des films et devient vite parano. Et là j'entendais des bruits de pas...

Arrête Kaylie, ce que tu peux être peureuse je te jure !! C'est ton imagination, il n'y a pas de grand méchant loup qui te poursuit.


Et oui, je me parlais à moi même et à voix haute, histoire de me rassurer. Mais au bout d'un certain temps je vis une quelqu'un derrière moi... Enfin je voyais juste une ombre dans le noir quoi. Commençant à avoir peur je marchais donc plus vite, mais la personne me suivait, allant exactement où j'allais !! Je flippais, et donc après un virage je me suis cachée derrière un mur et lorsqu'il est arrivé à moi je ai lui foutu un bon coup là où il ne faut pas, puis je me suis vite sauvée en courant... Mais ce fut peine perdu, alors que je m'enfuyais je suis rentré dans un homme qui était une vrai armoire à glace, il avait une capuche et un foulard sur le visage, je ne voyais pas du tout son visage.

Monsieur aidez moi s'il vous plait, quelqu'un me suit !! Pouvez juste m'accompagner jusqu'à ma rue ??

L'homme ne me répondit pas, et voyant l'autre revenir je laissai l'autre pour tenter de fuir, mais celui-ci me prit le bras (me l'arrachant au passage) et me jeta à terre. Apeurée je lui balançai à l'aide de ma télékinésie des pierres se trouvant à ma portée, mais avec l'autre qui était arrivé ils me relevèrent, me débattant je foutus des baffes à l'armoire, mais celui-ci me tint les bras pendant que l'autre m'enfonçait une aiguille dans l'un de mes bras bloqués... Après ce fut le trou noir...

Ouah ma tête... Mais qu'est ce qu'ils m'ont fait ces enfoirés !!

Voilà les premières paroles qui sont sorties de ma bouche lorsque je me suis réveillée. Où j'étais ?? Aucune idée, comment et pourquoi j'étais là ?? Aucune idée non plus, bref le flou total. Tout ce dont je me souvenais c'était mettre fait attaquée dans la ruelle. Directement une peur m'envahit l'esprit : m'étais-je fais violer ??!! Commençant à voir un peu mieux, je vis que je n'étais pas seule... 6, non 7 autres personnes étaient là. On ne voyait pas grand chose et le lieu où nous nous trouvions était assez macabre... Toujours affolée je vis l'un des mecs aller prendre une enveloppe accrochée au rail de la lampe.... On avait plus qu'une heure d'oxygène, et si nous voulions sortir on devait tuer une femme qui était attachée sur une chaise. Non mais ils sont dingues !! C'est quoi ces fous, ils se sont crus dans Saw ou quoi ??!!
La jeune fille pleurait et braillait... Puis un jeune homme est allé la réconforter. Un x-men d'après ce que j'ai compris. Puis un autre homme prit la parole, un damné qui avait l'air de n'avoir aucuns sentiments, tout ce qu'il voulait faire ?? Tuer la femme pour que l'on puisse sortir. Me mettant devant la femme et sa fille :

Non c'est hors de question qu'on la tue !! Ce qu'il faut faire c'est respirer doucement afin de ne pas trop user d'oxygène et de parler le moins possible. Bon, aucun d'entre vous n'a un pouvoir pouvant nous sortir de là ?? Passer à travers la matière, la téléportation, une force surhumaine capable de détruire ce mur ?? Quelque chose quoi...

Regardant un à un les personnes se trouvant dans la pièce, j'attendais une réponse positive... Si seulement j'arrivais à contrôler ma télépathie et donc à pouvoir contacter quelqu'un... Mais ce n'est pas le cas. Contacter !! Mais oui mon portable !! ... Non, je n'avais pas mon sac... Ils avaient du me l'enlever... Bordel mais qu'est ce qu'on allait bien pouvoir faire ??! C'était tout simplement hors de question que l'on tue cette femme.... On allait bien finir par trouver une autre solution quand même...


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Hella Healt
Mutante de niveau 2
{ ADMINISTRATRICE }


Nombre de messages : 4872
Date d'inscription : 19/04/2007
Localisation : Institut Xavier, pas vraiment par choix
Age du personnage : 18 ans
Pouvoirs : emprunte le pouvoirs des mutant a proximité s'immunisant de la meme maniere
Points de rp : 609

MessageSujet: Re: Guerre des clans ? [Groupe 3 : Douglas, Allan, Kaylie]   Lun 28 Fév - 20:44

    David avait été le premier à se remettre du black-out qu’il avait eu, c’est pour cette raison qu’il avait été le premier en état de se lever, de voir la lettre accrochée au néon et de la lire à tout le monde. Il n’avait j’avais vraiment eut de conviction, du moment qu’il pouvait mener sa vie, la guerre entre X-men / Damnés / Fédéraux ne l’intéressaient pas. Il n’avait jamais été spécialement contre les humains, même si ses derniers n’avaient pas toujours été des plus sympa envers les mutants. De là à vouloir les tuer, ou à prôner une supériorité mutante ! Mais il n’avait jamais été assez attaché aux autres pour se soucier du sort des personnes qu’il ne connaissait pas. Moralité, il ne voyait pas l’intérêt de se battre pour le droit des mutants, chacun avait cas se débrouiller et puis voilà. Mais le fait était, qu’aujourd’hui, il se trouvait face à un choix. Un gamin, a priori du côté X-men parlait à la gamine pour lui demander de ne pas trop parler, histoire d’économiser l’oxygène. David n’était pas pour le meurtre pur et simple mais, il devait bien l’avouer, dans tous les cas tout le monde risquait de mourir, dans l’autre c’était une femme seule qui, de toute façon, finirait par mourir si personne ne faisait rien. L’instinct de survie pouvait faire faire des choses incroyables. Bien sur, cela entraînait un terrible cas de conscience dans sa tête. Tuer une femme, être responsable de sa mort, devant son enfant… Comment était-il sensé se regarder dans un miroir si il en venait là ? Pourtant, il devait bien l’avouer, le raisonnement du damné se tenait. Est-ce que ça soulagerait la conscience de David si le travail était fait par un damné ? Est-ce qu’il pourrait vivre en rejetant la faute sur ce damné, sur l’ensemble de son groupe en ce disant que, de toute façon, ce ne sont que des barbares ? Le laissait tuer cette femme, étant donné qu’il était damné, l’aiderait-il vraiment à mieux se regarder en face par la suite ?

    Ce fut une sorte de blonde, magnifique au premier abord, qui finalement décida de se mettre entre la femme et le reste des gens, pour dire qu’il était hors de questions de tuer la femme, qu’il y avait forcément une autre solution. David était incapable de réfléchir, tout commençait franchement à s’embrouiller dans son esprit. Il avait juste envie de sortir, ou de se réveiller parce qu’il ne pouvait être que dans un mauvais rêve.

    Alyson : « Vous ne voyez donc rien ? »

    La voix fluette d’une petite blonde aux grands yeux verts, le visage parsemé de petites tâches de rousseur, s’éleva doucement dans la pièce. Elle ne criait pas, était d’un calme des plus olympien. Son visage avait quelque chose de presque angélique le genre de gamine à qui on déciderait de faire confiance sans concession tellement son visage semblait inspirer quelque chose de fondamentalement bon. Pourtant, à aucun moment, elle ne se sentit rougir ou intimidé. Elle s’avança doucement, se dégageant du mur qui l’avait soutenu à plusieurs reprises. Elle fini par reprendre, avec cette voix toujours aussi calme.

    Alyson : « La pièce est hermétique, il faut tuer une personne pour qu’elle s’ouvre mais… Elle désigna les choses autour d’elle. Il n’y a pas la moindre caméra. Comment les gens qui nous ont mit ici peuvent savoir si on à tuer la femme ou non ? »

    Jusqu’à présent, Alyson n’avait rien dit parce qu’elle avait juste observé. Ceux qui la connaisse aurait facilement expliquer que l’adolescente avait un côté analytique assez développé, aider par son pouvoir – mais ça elle n’était pas obligé de le dire -, du coup elle avait surtout chercher à comprendre plutôt que de se positionner sur une mort ou non. De son observation découlait beaucoup de possibilités, en réalité, et là, elle n’avait aucune réponse à apporter. Mais elle pouvait toujours donner ce qui lui passait par la tête.

    Alyson : « Ce qui fait que soit une personne parmi nous peut communiquer d’une manière ou d’une autre avec quelqu’un à l’extérieur. Soit il y a des mutants dans le coup capable de savoir si oui ou non on a tué la personne. En fait, il y a plusieurs possibilités. Et pour les pouvoirs, on peut oublier. Je ne sais pas pour vous mais dès que je touche un mur mon pouvoir ne fonctionne plus. Quand à la personne qui est attachée, personne ne sait dit qu’on pourrait lui enlever ce qui l’empêchait de parler pour lui demander son avis ? Personne n’a d’enfant, ça se voit parce que si c’était le cas et que vous vous retrouviez dans la même situation, qu’est ce que vous auriez préféré ? Qu’on vous tue pour donner une chance à votre propre enfant, ou que tout le monde meurt avec vous ? »

    Là encore elle n’était pas pour le meurtre de cette femme, bien au contraire, mais tout partait d’un raisonnement analytique. Les sacrifices d’une mère pour son enfant était, généralement, quelque chose de vraiment impressionnant. Pour ce qui était de ce qu’elle avait dit concernant les murs, si quelqu’un l’avait un peu observé avant, il aurait vu qu’elle avait passé un bon moment à se coller au mur, se décoller, poser juste une main, la décoller. Et ainsi de suite. Aucune idée de comment c’était possible, sûrement un pouvoir mutant, mais ces murs ne semblaient pas craindre les pouvoirs, vu qu’ils les étouffaient.
Revenir en haut Aller en bas
http://elysiannah.fr/index.php
avatar

Douglas Ramsey
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 217
Date d'inscription : 29/12/2010
Localisation : Institut Xavier
Clan : apprenti Xmen
Age du personnage : 18 ans
Pouvoirs : Traducteur universel
Profession : étudiant en ingénierie informatique
Points de rp : 170

MessageSujet: Re: Guerre des clans ? [Groupe 3 : Douglas, Allan, Kaylie]   Mar 1 Mar - 12:59


    Dans les films, il y avait toujours ce personnage dépourvu de morale qui n’hésiterait pas à tuer les autres pour sauver sa peau. Et dans cette « panic room », il y en avait un aussi. Normal, sinon cela aurait été moins drôle. Au final, après que tout le monde ou presque ait prit la parole, il y avait au moins deux autres personnes qui manifestaient une objection quant à assassiner cette humaine mère de famille. C’était rassurant, quelque part. Ce qui était en revanche un peu moins rassurant, c’était la moyenne d’âge des défenseurs de l’humanité. Elle était assez basse. Et celui qui ne montrait aucun scrupule à l’idée de tuer la femme avait l’air plus âgé, donc plus expérimenté. En cas de combat (une alternative pas judicieuse du tout dans un lieux aussi exigu et surtout où l’oxygène se faisait rare) l’issue serait certaine, surtout pour Doug qui n’avait pas vraiment d’expérience sans parler d’un pouvoir efficace…

    Une de ses « alliées », la jeune fille blonde au physique d’actrice de cinéma, demanda si un mutant parmi eux possédait un pouvoir capable de les faire s’évader. Question logique, même si, sachant que les responsables avaient été assez méthodiques et prudents pour les avoir enlevés, amenés ici et organisé ce sinistre scénario, les chances pour qu’ils aient choisis des mutants capables de s’enfuir en un clin d’œil étaient un peu trop minces. Et puis, si l’un d’eux possédait vraiment un tel pouvoir, il se serait sûrement déjà manifesté, à moins bien sûr qu’il ou elle n’en ait aucun contrôle.

    Parmi les filles qui refusaient de commettre un meurtre, l’une d’elle, qui venait de chez les X-men d’après son brassard, avait essayé quelque chose sur les murs, mais son expérience ne fut pas très concluante apparemment, elle déclara même que son pouvoir ne marchait pas ici. Mais quel pouvoir ? Passe-muraille ? Enfin, là n’était pas la question, l’important était : sortir de là. Elle avait marqué un point en signalant qu’il n’y avait pas de caméra en évidence. Ceci dit, avec les progrès technologiques d’un côté et les capacités mutants d’un autre, on ne pouvait être sûr de rien. Pour sa part, Doug avait la certitude qu’on l’observait d’une manière ou d’une autre. Ce scénario ressemblait beaucoup trop à une expérience malsaine.

    En parlant d’expérience, Doug fit le compte dans sa tête en fonction des brassards qu’il voyait. Deux X-men, deux Neutres, deux Damnés. Un des neutres, celui qui avait lu la lettre, ne parlait pas beaucoup, il semblait se mettre à l’écart, comme s’il ne voulait pas participer au débat pour leur survie à tous. Et surtout, l’autre Damnée n’avait pas encore prit la parole, de par son affiliation, Douglas ne doutait pas que son choix à elle serait vite fait. Mais si elle était assez intelligente, pro mutante ou pas, elle devinerait qu’il y a anguille sous roche dans cette situation. Quelque chose n’allait pas et ils n’arrivaient pas à savoir quoi. Sans parler du fait que rien ne leur garantissait la survie s’ils obéissaient aux ordres.

    De plus, outre les conséquences morales, tuer la cible pourrait porter atteinte à la réputation des mutants. Imaginez, une vidéo montrant un groupe de mutants assassinant sans remord une mère de famille sous les yeux de sa fille. Là, les spectateurs s’en ficheraient de savoir qu’ils n’avaient pas eut le choix. En parlant d’opinion publique, sa camarade aborda un sujet auquel il n’avait pas pensé lui-même, trop occupé à analyser la situation : rendre à leur victime désignée l’usage de la parole. Il s’en voulu un peu de ne pas l’avoir fait plus tôt.
    Douglas, qui était prés de la petite famille s’approcha de la mère pour la débâillonner, une fois ceci fait, il lui rappela d’une voix qui se voulait rassurante.


    - Essayez de ne pas trop paniquer, vous savez que l’air ici est limité.

    Il baissa les yeux vers ses entraves et se dit que, tant qu’à faire, il valait mieux la libérer complètement. Il se baissa et se mit au travail. Après tout, ce n’était pas un animal qu’on allait abattre, pas vrai ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Allan Talbot
Mutant de niveau 2
{ PNJ }


Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 14/10/2010
Localisation : New York
Clan : Damnés
Age du personnage : 31 ans
Pouvoirs : Hyper-vitesse
Profession : Héritier d'une riche industrie
Points de rp : 21

MessageSujet: Re: Guerre des clans ? [Groupe 3 : Douglas, Allan, Kaylie]   Mer 16 Mar - 14:19

    Une des neutres, si il avait tout comprit à cette histoire de brassard, blonde et plutôt mignonne – elle le serait encore plus si elle ne se la jouait pas bisounours défenseur de l’univers – se posta entre Allan et la femme à tuer. Selon elle, hors de question de tuer la femme. La solution qu’elle proposait : respirer le moins possible et peu parler pour économiser l’oxygène. Bon, forcément, ça fit rire Allan. Il n’avait jamais cru entendre un truc aussi stupide. Logique, si personne ne parlait, ça allait être compliqué de trouver une solution. Puis économiser l’oxygène, elle était mignonne, mais ça ne réglerait franchement pas le problème.

    « Bonne idée, le ton étant ironique à souhait. Comme ça on va tous mourir, et cette femme avec nous. A vouloir en sauver une seule, vous allez juste tuer tout le monde. Faut vraiment m’expliquez ou vous allez chercher votre logique. C’est stupide. »

    De toute façon elle allait mourir. Le tout, pour minimiser la perte était encore de la tuer – ce qui serait le cas d’une manière ou d’une autre – ou c’est tout le monde qui finirait par mourir avec elle. Fallait vraiment être stupide pour ne pas voir que c’était stupide de vouloir la garder en vie, sérieusement ! Sans parler du fait qu’il était un damné et ayant peu de moral, l’équation n’était quand même pas si compliqué que ça : tuer tout le monde, ou une personne.

    Puis ce fut au tour d’une gamine de parler. Pour garder l’oxygène c’était foutu vu le débit qu’elle pouvait avoir à la seconde. Sans déconné. On aurait au moins pu l’enfermer avec des gens qui ne veulent pas sauver le monde entier, surtout quand c’est foutu d’avance. En plus, tout pouvait être réglé super rapidement. Briser la nuque à quelqu’un n’a jamais prit des lustres, faut pas déconner. Selon la gamine ça sentait la conspiration, à croire que quelqu’un dans cette pièce était de mèche avec ce qui arrivait à tout le monde. Que ce soit le cas ou non, ça ne changeait rien au deal. Qu’est ce qu’on s’en foutait de savoir que les pouvoirs n’avaient pas d’affluence sur le mur ou non, vu qu’il n’y avait qu’une chose à faire pour sortir !

    Et l’autre jeune de l’institut fit une chose encore plus débile : enlever les liens et l’adhésif de la mère. Houra. Maintenant, elle allait pouvoir se mettre à geindre contre l’injustice de ce monde. Et en plus elle serait capable de bouger. Bon, finalement, lui briser la nuque pourrait prendre un peu plus de temps, et il risquait de s’en sortir avec une griffure d’ongle. La poisse. Et dire que tout aurait u être réglé depuis longtemps. C’était vraiment de la perte de temps inutile. Et dire qu’il y avait un film qu’il voulait voir à la télé… c’était foutu, tout ça parce qu’une bande de gamin avait décidé de se la jouer « sauveur de l’humanité. »

    Allan fini par se mettre un peu à l’écart, emmenant dans son sillage, la jeune recrue de chez les damnés. Pour faire bonne figure il se décida à retenir son prénom : Rachel. C’est à voix basse, afin que personne d’autre ne puisse entendre, qu’il décida de s’entretenir avec elle concernant la démarche à suivre si tout le monde restait trop récalcitrant. Ne se souciant des autres que pour s’assurer qu’aucun ne pouvait entendre ce qu’ils étaient en train de se dire, Allan poursuivit sa conversation sur plusieurs minutes. Les deux finirent par se séparer dans un hochement de tête conjoint, et Allan décida de reprendre la parole.

    « Après tout, on a cas voter. Qui est pour qu’on tue cette femme et qu’on échappe tous à une mort certaine ? Et qui est pour le fait qu’on meurt tous, cette femme comprise ? »

    Rachel vota pour la mort de la femme, vu que de toute façon elle allait mourir. Pour les autres, il attendit de savoir qui était pour et qui était contre. Histoire de savoir à qui il pourrait s’adresser pour finaliser son plan d’évasion. Ou son plan de meurtre, selon la façon dont on avait envie de voir les choses.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Kaylie Conors
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 10/02/2011
Localisation : New-York
Clan : neutre
Age du personnage : 21 ans
Pouvoirs : Télékinésie / télépathie
Profession : Chanteuse / danseuse au Coyote Ugly
Points de rp : 24

MessageSujet: Re: Guerre des clans ? [Groupe 3 : Douglas, Allan, Kaylie]   Mer 16 Mar - 15:08


Après mon petit dialogue de bonne samaritaine ce fut au tour d'une jeune fille : Alyson, une futur élève des X-Men, de prendre la parole. Ce qu'elle nous démontra n'était pas bête... Comment pouvaient-t-ils savoir quand la femme serait morte ?? Bref, alors que je réfléchissais à tout ça (et oui, même les blondes peuvent réfléchir parfois), l'apprenti X-Men détachait la mère.

Après ça nous avons eu le droit à un vote organisé par les Damnés... Non mais ceux-là je vous jure !! Surtout que c'était inutile, car je ne pense pas que les X-Men voteraient pour le meurtre de la femme et moi non plus. Ce qui ferait déjà 3 contre 2. Donc après il resterait le deuxième neutre, donc on pourrait finir soit à 3 contre 3 soit à 4 contre 2. Donc on n'avancerait pas vraiment...

Bon, c'est pas parce que t'es un beau mec et un damnés qu'il faut venir avec tes grands airs ok. Premièrement réfléchi à ce qu'a dit la jeune : il n'y a pas de caméra... Donc elle a raison, soit il y a un "traitre", soit c'est un piège et dans tous les cas on finit tous par crever !!

Regardant un à un les autres dans les yeux et prenant un voix sérieuse :

Il faut arrêter d'être stupide. Si il y a vraiment un indic, il ne va pas se laisser mourir avec nous si ??! Donc ce qu'il faudrait faire c'est fouiller chaque personne pour voir si quelqu'un porte un micro, puis tous ce coller au mur. Car vu qu'il "désactive" nos pouvoir, le probable indic' ne pourra communiquer d'aucune façon avec ceux de l'extérieur.


Après mon nouveau speech je suis aller me poser prêt de la femme et de sa fille tout en regardant le Damné du coin de l'œil... Je n'avais aucune confiance en lui et il me faisait un peu flipper à dire vrai... Si seulement je maitrisais ma satané télépathie, j'aurais pu entendre ce que pense les autres et savoir si il y avait oui ou non une personne liée l'extérieur...

Mais il y avait une autre personne qui me troublais beaucoup aussi... Rachel. Premièrement elle n'avait encore rien dit, deuxièmement elle paraissait très mystérieuse à mes yeux et enfin elle était pour le meurtre de la femme. Vous me direz : oui mais c'est une damné. Peu importe, elle me paraissais louche, et si c'était elle l'indic' ??
Puis il y avait aussi David... Il a vu la lettre en premier, pourtant je suis désolé mais je ne la trouvais pas trop voyante, personnellement je ne l'aurais pas vu... Mais bon, ça c'est encore futile.
... Bref tout un tas d'idées me venaient à l'esprit, en fait si on réfléchit ça pourrait être n'importe qui... Et d'ailleurs je pourrais vite être soupçonnée avec mon don de télépathie, bah oui je pourrais parler avec le monde extérieur. Donc j'avais décidé que quoi qu'il arrive je leur cacherais ce don.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Hella Healt
Mutante de niveau 2
{ ADMINISTRATRICE }


Nombre de messages : 4872
Date d'inscription : 19/04/2007
Localisation : Institut Xavier, pas vraiment par choix
Age du personnage : 18 ans
Pouvoirs : emprunte le pouvoirs des mutant a proximité s'immunisant de la meme maniere
Points de rp : 609

MessageSujet: Re: Guerre des clans ? [Groupe 3 : Douglas, Allan, Kaylie]   Dim 1 Mai - 11:17

    Lyvianne, la mère de Jordana, fut libérer de ses entraves et de ce qui l’empêchait de parler. Et la première chose à laquelle elle pouvait répondre ce fut cette phrase du jeune homme qui consistait à lui demandé de ne pas paniquer pour une raison d’oxygène. L’espace d’une courte seconde elle se demanda si lui balancer à la figure un truc du genre « met toi à ma place et après on discutera de la marche à suivre » mais, finalement, elle décida de se retenir car sa fille venait de se jeter dans ses bras et c’était là le plus important. La rassurer elle. Lui sauver la vie, plutôt que de venir se prendre la tête avec un adolescent qui, de toute façon, ne comprendra rien à une relation entre une mère et son enfant. En fait, la seule personne qui semblait avoir une vague idée de ce qu’elle pouvait ressentir était cette gamine qui avait monopoliser un certain temps de paroles en expliquant qu’il y avait peut-être un traite dans la salle.

    Contre toute attente, peut-être, Lyvianne resta silencieuse, enlaçant sa fille qui recommençait à être prise de quinte de toux. Et, pendant ce temps, d’autre personne semblait se battre pour savoir ce qu’il convenait de faire. D’un point de vue parfaitement égoïste, Lyvianne avait envie de rester en vie. Elle s’estimait encore jeune, et avait encore plein de chose à faire et à voir de ce monde. Mais quand on est mère, a-t-on encore le droit d’être égoïste ? La réponse coulait de source pour elle : non. Elle détestait l’homme qui semblait être d’accord pour la tuer, parce qu’il ne semblait pas avoir le moindre état d’âme et qu’il paraissait pouvoir la tuer en un claquement de doigt sans même se sentir coupable de quoique ce soit. C’était un monstre, elle n’avait pas le moindre doute là-dessus. Mais, hormis ce qu’elle pouvait penser de lui, elle n’était pas certaine que la solution qu’il proposait était la pire. Si elle mourrait, sa vie vivrait et n’était-ce pas là le plus important au final ?

    Un vote fut lancé, des mains se levèrent…

    Il y avait d’abord cet homme, d’accord pour la tuer depuis le début, puis il y avait cette adolescente au brassard qui prouvait son appartenance au même groupe que l’homme. De toute façon ils s’étaient entretenu tous les deux pendant qu’on était en train de la détacher, alors elle ne trouvait pas cela très étonnant en y réfléchissant bien. La jeune femme, blonde et magnifique, refusa de voter, protestant et cherchant une autre solution. Lyvianne la trouvait très bien cette fille, du moins, elle la trouverait encore mieux si elle n’avait pas été mutante. Mais l n’était plus vraiment la question. Cette fille cherchait des solutions alors qu’en vue de son physique on aurait pu l’imaginer imbu de sa personne, ne pensant qu’à elle et à son petit confort. C’était incroyable à quel point on pouvait faire des erreurs de jugement sur les gens. Les mutants étaient-ils tous si horrible que cela ? Ce n’était pas le moment de faire une introspection sur tout ce qu’elle imaginait. Cette blonde n’était pas seulement belle, elle était très bien dans sa façon de vouloir trouver une solution. Mais… ça ne valait plus le coup.

    Un autre homme, sans groupe d’appartenance : David, leva la main à son tour. Lui, par contre, était beau et semblait être imbu de sa personne au point de préférer se sauver plutôt que de défendre quoique ce soit. Mais au stade où elle en était, elle ne lui en voulait même pas. Sa fille toussait de plus en plus. Lyvianne le savait. Jordana était asthmatique depuis son plus jeune âge, il avait toujours fallu trouver des solutions pour tout, pour qu’elle puisse faire du sport comme les autres, qu’elle pratique certaine activité. En cas de réel problème il y avait ce médicament qu’elle avait toujours sur elle. Toujours sur elle, sauf aujourd’hui vu qu’on lui avait vidé les poches. La panique, l’enfermement, le manque d’air, rien de tout cela ne pouvait aider Jordana. Si le mot avait donné une heure d’oxygène, Jordana en aurait beaucoup moins du fait de son état. Alors qu’est-ce qu’il restait à faire pour sauver sa fille. La serrant contre elle, de manière plus intense, Lyvianne embrassa sa fille avant de se relever. Et c’est de là, que sans prévenir, elle leva doucement sa main vers le haut. Un signe qui voulait dire qu’elle votait en faveur de ce que proposait cet homme qu’elle détestait. Elle n’avait pas envie de mourir, mais ce qu’elle ne voulait ne comptait plus. Tout cela avait cessé de compter le jour où sa fille avait vu le jour.

    Sa main doucement levé, elle ne fit que poser son regard sur la jeune femme, blonde et magnifique par son physique et ses actions. Elle n’avait jamais eu confiance dans les mutants, elle ne les avait jamais estimés. Mais quand on sait que l’on va mourir tout cela parait bien superficielle. Et la seule chose dont elle avait envie, elle estimait ne pouvait la demander qu’à cette jeune femme.

    Lyvianne : « Promettez moi, juste, de la sortir d’ici saine et sauve. S’il vous plait »

    Si cette femme avait été prête à défendre la vie de cette mère, Lyvianne espérait qu’elle pourrait en faire autant pour cet enfant. L’important était là et seulement là : Jordana devait vivre et sortir d’ici. Se décrochant de sa fille, la seule chose qui lui restait faire était, d’un pas lent et presque hésitant, se rapprocher de l’homme qui avait été pour la tuer depuis le début. Avec un peu de chance, ça serait rapide et sans douleur…
Revenir en haut Aller en bas
http://elysiannah.fr/index.php
avatar

Douglas Ramsey
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 217
Date d'inscription : 29/12/2010
Localisation : Institut Xavier
Clan : apprenti Xmen
Age du personnage : 18 ans
Pouvoirs : Traducteur universel
Profession : étudiant en ingénierie informatique
Points de rp : 170

MessageSujet: Re: Guerre des clans ? [Groupe 3 : Douglas, Allan, Kaylie]   Sam 7 Mai - 10:10


    Un vote pour décider de la vie d’un autre être vivant. C’était tout simplement ignoble. Démocratique peut-être, mais quelque part, Doug avait quand même envie de vomir. Et puis n’était-ce pas beaucoup trop tôt pour en venir là ? Pourquoi ne pas chercher une solution ? La réponse à cettre question intérieurement posée lui vint rapidement ; il ne voyait aucune autre alternative. Ce scénario avait été magistralement orchestré. Aucun moyen de communication n’était possible avec les responsables. Peut-être qu’eux pouvaient les observer, mais ceux qui étaient prisionniers n’avaient aucun moyen d’en être sûr. Pourtant, ils devaient bien les regarder car si leur « marché » était vrai, ils devaient avoir un moyen de voir quand est-ce qu’il exécuteraient leur tâche. Mais pourquoi leur faire faire cela ? Ternir davantage la réputation des mutants ? C’était l’explication la plus plausible. Il ne doutait pas qu’ils étaient capable d’enregistrer les images et de séléctionner avec soin celles qui les montreraient le mieux comme des monstres, en passant sur le fait qu’ils étaient « forcés » de le faire. Et même si les mutants refusaient, les responsables n’auraient certainement aucun remord à les laisser mourir comme ça, s’ils étaient prêts à laisser une humaine mourir, ils devaient être prêts à tous les laisser mourir aussi. Cela ressemblait vraiment à une expérience tordue. L’envie de vomir s’accentua, mais Doug essaya de rester concentrer.

    La fille neutre semblait décidée à sauver cette femme, l’autre étudiante également. Le deuxième neutre en revanche, devait penser plus à sa vie qu’à celle d’un autre. A bien y réfléchir, Doug n’avait pas du tout envie de mourir non plus, mais de là à laisser une innocente mourir à sa place ? Non, il ne pouvait pas supporter cette idée, son corps non plus apparemment car il avait toujours la nausée. Décidé et arborant un air farouche, il s’abstint de lever la main en faveur de l’éxecution et ne manqua pas de foudroyer du regard tous ceux qui étaient pour. Si ses calculs étaient bons, cela faisait du 3 contre 3, donc une impasse, donc plus de place pour une discussion ; excellent. Sauf qu’à sa grande surprise, la principale concernée leva la main en faveur de sa mort.

    Le traducteur l’observa non sans exprimer sa surprise. Puis il l’entendit leur demander de prendre soin de sa fille et son regard se posa sur elle. La petite n’avait vraiment pas l’air bien, elle toussait même de temps en temps. Il devina qu’elle devait être malade. Peut-être ne tiendrait-elle-même pas jusqu’à l’épuisement de leurs réserves d’air. Il pensa à sa famille et comprit l’attitude de cette mère. Que pouvait-il dire ou faire contre cela ? Mais pouvait-il aussi cautionner un tel acte ? Jamais il ne s’était confronté à un tel dilemme, la pression était insupportable, pourtant c’était le genre de situation à laquelle un X-man devrait s’attendre. Mais ils ne lui avaient jamais appris ce qu’il fallait faire dans un scénario aussi tordu.

    Désorienté, Doug ne savait que dire ou que faire, il se contenta de faire ce qui lui semblait le plus sage ; attendre, observer la scène d’un air dépreciatif et regarder cette mère courageuse avancer. Quel beau futur X-man il faisait… Pour essayer de se rattraper et de se rendre vaguement utile, il décida d’être attentif aux autres et à leurs réactions. Les commentaires de la fille neutres n’étaient pas dépourvus d’intérêt. Il était tout à fait possible qu’il y ait une « taupe » parmis eux. Si on se fiait aux brassards, il était très improbable que les damnés en fassent partie, surtout l’homme dont la suffisance était vraiment trop naturelle pour être jouée. La fille, en revanche, ne parlait pas beaucoup mais vu qu’elle s’était entretenu avec l’arrogant donc il en déduisit qu’elle était du même acabit. Restait le neutre qui n’avait pas ouvert la bouche sauf pour lire les « règles ». Douglas se tourna vers lui et lui demanda :


    - Vous avez un commentaire à ajouter ? Ce n’est pas tous les jours qu’on a l’occasion de voter pour la mort de quelqu’un, ça vous fait quel effet à vous ?

    Bon OK, il avait parlé, autant pour l’oxygène, mais il avait de bonnes raisons… Restait plus qu’à attendre la réaction de cet homme.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Kaylie Conors
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 10/02/2011
Localisation : New-York
Clan : neutre
Age du personnage : 21 ans
Pouvoirs : Télékinésie / télépathie
Profession : Chanteuse / danseuse au Coyote Ugly
Points de rp : 24

MessageSujet: Re: Guerre des clans ? [Groupe 3 : Douglas, Allan, Kaylie]   Jeu 12 Mai - 13:12



Alors que j'avais finis mon speech je vis la mère lever la main en faveur de son meurtre. Je fus énormément choquée et resta bouche bée quelques temps avant de comprendre. Son attachement à sa fille, la toux de celle-ci qui ce faisait de pire en pire.... Elle devait être malade. Je comprenais donc la mère, se sacrifier pour sauver sa fille. Un geste de protection maternelle tout à fait logique. Mais je ne pourrais jamais la laisser se faire tuer... Je voulais trouver une autre solution et je comptais bien le faire !! Enfin c'est ce que je pensais avant qu'elle me fasse lui promettre de protéger sa fille et de la sortir vivante de ce piège. Elle était vraiment déterminée à mourir pour sauver sa fille. Et je le ferais, je la sortirais d'ici car tel était le souhait d'une femme prêt à se sacrifier pour son enfant.

Je vous le promet madame, je ferais tout pour qu'elle sorte saine et sauve d'ici. Je suis contre votre meurtre, mais ne peut que vous laisser décider de votre vie, et je respecte énormément ce que vous faites pour votre fille.

Je regardais la femme une dernière fois avant d'aller vers la petite. Celle-ci avait énormément de mal à respirer. Tandis que l'humaine aller en direction du Damné je pris doucement sa fille par la main et la mis dos aux autres. Je ne voulais pas qu'elle vois ce qui aller se passer... Voir sa mère ce faire tuer, qu'elle horreur !!

Ce que je fis après je le fis bien pour la jeune fille car c'est quelque chose que je n'aime pas faire hors shows. J'enlevais donc mon petit haut, me retrouvant en soutif noir devant les autres. Puis je me pencha vers la fille.

Alors ma grande ce qu'on va faire c'est que je vais mettre mes mains sur tes oreilles car il va avoir un pris très fort dans pas longtemps et ça pourrait de faire très mal. Après avec tes mains tu vas prendre mon tissu comme ça / je lui donna mon haut en le mettant de telle sorte que ça fasse un sac (je ne sais pas si vous voyez ce que je veux dire mais je me comprend ><) / et tu vas respirer doucement dedans d'accord.

Pourquoi je lui passa mon haut sous cette forme ?? Pour qu'elle puisse respirer mieux, car comme tout le monde le sais ça calme les pulsions du cœur et du coup on se calme et respire plus doucement. Et les mains ?? Et bien tout simplement pour ne pas qu'elle entende ce qu'il va arriver à sa mère...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Allan Talbot
Mutant de niveau 2
{ PNJ }


Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 14/10/2010
Localisation : New York
Clan : Damnés
Age du personnage : 31 ans
Pouvoirs : Hyper-vitesse
Profession : Héritier d'une riche industrie
Points de rp : 21

MessageSujet: Re: Guerre des clans ? [Groupe 3 : Douglas, Allan, Kaylie]   Ven 3 Juin - 1:18

    La tête et la gestuelle d’Allan semblait dire : « Ah ! Merci mon Dieu ». Pour peu qu’il puisse y croire. Cette gestuelle c’était installé au moment même où la mère de l’enfant avait levé la main pour voter pour sa propre mort. Enfin il pourrait sortir d’ici et dire que c’était une humaine qui avait fait preuve de raisonnable. Jamais il n’aurait cru ça possible. Une considération qui s’évanouie bien vite compte tenue de l’aspect larmoyant de cette mère envers sa fille. Et m*rde, en plus il allait devoir supporter les cris de la gamine qui allait perdre sa mère… Rien que pour cette raison il voulait bien tuer cette mère, qui s’avançait vers lui, de manière rapide. Moins de pleure parce que si le mot disait vrai, il serait dehors rapidement après. Quand-à l’avenir de cette gamine ? Qu’est-ce qu’il en avait à foutre ? Elle pouvait bien s’asphyxier que cela ne le gênerait pas. En aucun cas il ne se sentait concerné par le cas de cette enfant. Devait-il seulement faire semblant histoire d’apaiser les craintes de la mère ? Et puis quoi encore ? Comme si il avait envie de donner le moindre espoir de survie de l’enfant à sa mère.

    Entre temps il y avait bien eu Douglas qui s’était adressé à David, en lui parlant d’une manière assez sarcastique, selon le mutant. Voter pour la mort d’une personne. Il n’arriva pas vraiment à répondre tout de suite, cherchant plutôt une façon de se défendre. Pas qu’il se sente obligé de se justifier devant ce x-men, mais parce qu’il avait besoin de savoir qu’en sortant il pourrait se regarder dans un miroir. Tout était bon pour se déculpabiliser soit même, invoquer une fatalité, des règles de jeu qu’il n’avait pas instauré et qui était ainsi. Il savait que toutes ses excuses ne seraient que du vent, que si il sortait vivant il aurait du mal à regarder son reflet, mais pour le moment il avait envie d’y croire. Alors il avait haussé les épaules de manière peu convaincue avant de dire.

    David : « Elle le veut. Et il y a cette enfant, il faut bien la faire sortir. »

    Se dire qu’il aurait la mort de la mère plutôt que celle de l’enfant sur la confiance le soulageait un peu. Même si ce n’était qu’une illusion. Mais bordel il tenait à la vie. Comment les choses pouvaient se montrer aussi contradictoires. Comment avoir envie de voir mourir une personne pour espérer ne pas mourir soit même et, en même temps, ne pas avoir envie d’être responsable d’une mort. Cette expérience était la pire que l’on puisse avoir.

    Pour ce qui était de la mère, elle avait remercié la mutante d’un sourire. Elle semblait même un peu plus apaiser, avec cette envie de se rattacher à cet espoir que sa fille serait en sécurité. Jamais elle n’aurait imaginé vouloir dépendre d’un mutant, ni même de lui prêter la moindre confiance. Mais cette fille ! Cette mutante ! Elle changeait tout. Un merci traversa ses lèvres, seule chose qu’elle arriva à dire mais qu’elle semblait bien dérisoire. En fait il n’existait pas de mot assez important pour lui exprimer sa gratitude. Inspirant profondément, elle s’avança vers le mutant qui représentant tout ce en quoi elle croyait inné en chaque mutant. Elle les avait tous imaginés comme lui, qu’est-ce qu’elle avait pu les haïr. Mais tous n’était pas pareil. Merci à cette petite blonde de lui avoir fait changer d’avis… trop tard.

    Allan regarda la femme s’avancer en se demandant comment il allait s’y prendre. Souffrance, pas de souffrance ? Telle est la question. Mais en arrière-plan il avait cette blonde qui prenait l’enfant, qui enlevait son t-shirt –spectacle plutôt intéressant, au passage. Très intéressant – et il l’entendit balancer des paroles à cette gamine. La souffrance était quelque chose qu’il appréciait, surtout celle qui avait un côté psychologique. Faire souffrir la mère aurait quel impact sur l’enfant ? Mais en voyant la blonde et l’enfant, il se ravisa sur ses envies. En fait, non, il ne ravisa pas sur ses envies mais la manière dont elle avait envie de protéger l’enfant ne lui donnait même pas envie d’aller contre ça. La mère était maintenant à deux mètres de lui, et sans prévenir il parcouru la distance manquante et, dans la même foulée il brisa la nuque de la mère et s’efforça de la retenir pour la poser contre une paroi sans qu’elle ne s’étale lamentablement sur le sol dans un bruit sourd. Deux secondes – l’hyper vitesse étant peut être, qu’est-ce qu’il en savait -. Pas de cris, pas de chute dans un bruit sourd. Rien. Juste un bruit…

    Le cliquetis du verrou qui se déverrouillait laissant la porte s’entrouvrir très légèrement. Il avait trouvé que cela avait retentit plus que cela ne devrait, à cause du silence pesant et de l’écho que pouvait créer cette pièce. Il se tourna vers Rachel, celle qui semblait appartenir aux damnés. Il montra la porte de la main.

    « Billet de sortie »

    L’adolescente se mise à sourire, très largement, peu importe la mort qui venait de se passer. Sans même se soucier de qui que ce soit, elle sortit toute heureuse de retrouver la liberté. Une fois Rachel sortie, plusieurs bruits de balles retentirent, ainsi qu’un cri vif et furtif de Rachel, sonnant comme sa mort. Allan le savait, ne jamais sortir en premier. Ce qui était marrant c’est que quelqu’un de prévenant aurait fait sortir la gamine en premier pour qu’elle est de l’air. Il y avait bien pensé mais il avait préféré inciter Rachel à sortir plutôt que la blonde et l’enfant. Jamais il ne dirait que la mort de Rachel était moins grave que celle de l’enfant… Mais il y avait sûrement un peu de ça. Mais qui le comprendrait ? S’il avait incité quelqu’un d’autre à y aller, il aurait eu des protestations, tout le monde aurait trouvé ça louche. Et ça aurait pris des heures. Rachel, c’était facile de l’inciter sans même en avoir l’air. C’était mieux que l’enfant. Mais personne ne devait savoir pourquoi il avait fait ce choix, pas envie qu’on puisse penser qu’il avait envie – quelque part – que la gamine sorte d’ici. Ce qu’il ignorait encore c’est que la porte ouverte, enlevait le fait que les pouvoir étaient bloqués, il ignorait encore plus qu’une télépathe se trouvait sur place.

    Dans les deux secondes qui suivirent une petite boule atterrie, en roulant, au pied de Douglas. Une minuterie dessus indiquait 10 secondes. Pour les gens qui l’avaient lancé, ils aimaient se procéder. Une bombe, tout étant informatique, une suite de chiffre et de code inventé par un des ingénieurs de la structure qui les employaient. Un code, rien de plus. Un code à traduire pour l’arrêter. Mais qui pourrait le faire ? Dans l’esprit des hommes qui l’avaient lancé, personne ne pouvait le faire en moins de dix secondes…

    Mais dans ces même deux secondes qui avait laissé apparaitre la petite bombe électronique, Allan avait utilisé son hyper vitesse pour repousser la porte histoire de ne pas être à vue. Moralité il était à nouveau dans la pièce, close, mais pas verrouillée. Quand il comprit ce qui était arrivé entre le temps où il avait fermé la porte – qui était pourtant très court – il leva les yeux en l’air en lançant un « Et m*rde… Cette journée est vraiment pourrie ». Selon lui il restait dix secondes pour trouver une solution. Sa première idée était de prendre l’objet et de le relancer de l’autre côté. Ce qu’il ferait au dernier moment étant donné le risque que ça lui faisait prendre en s’exposant ne serait-ce qu’une fraction de seconde.

    Des bruits de mouvements pouvaient s’entendre dehors, mais rien d’autre ne percevait. Aucune parole. Les seules paroles que l’on pouvait entendre étaient des pensées, mais tout le monde n’avait pas cette capacité.



    - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

    Hors Sujet : La porte peut être ouverte comme bon vous semble. Douglas, libre à toi de voir si tu veux t’occuper de ce qui vient d’arriver ou non. Kaylie, je t’envoie un MP. Libre à toi de dévoiler ce que tu comprends avec ta télépathie ou non.
    Je ne répondrai pas avec Hella, vu que je viens de faire un mixe dans ce post. Bref : à vous.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Douglas Ramsey
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 217
Date d'inscription : 29/12/2010
Localisation : Institut Xavier
Clan : apprenti Xmen
Age du personnage : 18 ans
Pouvoirs : Traducteur universel
Profession : étudiant en ingénierie informatique
Points de rp : 170

MessageSujet: Re: Guerre des clans ? [Groupe 3 : Douglas, Allan, Kaylie]   Mer 8 Juin - 13:44


    Finalement Doug aurait mieux fait de ne pas avoir posé la question car la réponse qu’il obtint l’écoeura plus qu’autre chose. Il était clair que cet homme n’avait pas attendu de voir cette femme voter pour sa propre mort pour en faire autant. Et puis mettre les intérêts de l’enfant en avant, qui y croirait ? Ce n’était qu’une excuse qu’il essayait de toute évidence de se trouver. Mais cela valait-il la peine de s’y attarder ? Après tout il ne pouvait rien changer à tout cela. Tout ce qu’il pouvait faire, c’était être témoin du spectacle et essayer d’en tirer des leçons pour qu’une telle situation ne se reproduise jamais. Facile à dire. Serait-il également en train d’essayer de se trouver des excuses ?

    Complètement impuissant, il observa la scène. La neutre qui s’occupait de la fillette tandis que la mère s’avançait en direction de son bourreau désigné d’office. Doug n’était même pas surpris que ce soit ce mutant qui s’en charge. L’homme n’avait pas vraiment caché sa joie lorsque la majorité avait décidé pour une exécution, et puis il avait un quelque chose qui lui donnait l’air d’aimer la violence, et par extension…


    *crac*

    Même s’il savait qu’un meurtre allait avoir lieu sous ses yeux, Douglas n’était pas préparé à ça. La vitesse de l’exécution, le bruit de la nuque brisé. Lorsque le son parvint à ses oreilles, il ne put s’empêcher de sursauter d’éffroi. Un regard en direction de la nouvelle orpheline lui indiqua qu’elle avait les oreilles protégées et les yeux cachés. Bien que n’étant pas responsable de ce crime, Doug ne tenait pas particulièrement à être présent lorsque la petite réaliserait ce qui venait de se passer. Le jeune mutant déglutit et reposa les yeux en direction du cadavre délicatement posé contre la paroi de leur prison. Etrangement il n’avait plus envie de vomir, au contraire, il avait l’impression de ne plus rien avoir dans le ventre, juste du froid.

    L’adolescent curieux et désireux d’en apprendre plus sur les relations sociales n’eut même pas l’idée de regarder les autres pour observer et analyser leurs réactions. En fait, il ne réagit même pas en entendant Allan offrir sa liberté à son acolyte. C’est cette liberté qui fit sortir le traducteur de son état second. En fait, c’était surtout les balles porteuses de liberté qui le réveillèrent. Là pour le coup, il y avait des chances que la gamine ait entendu. Pas le temps d’anayser la situation, étudier à l’institut Xavier vous prépare fatalement à ce genre de situation. Exercice de sécurité basique pour une école de mutants : lorsqu’on entend des coups de feu, on se met à l’abri. Ainsi, Doug ne se fit pas attendre pour coller son dos à la paroi la plus proche de lui et la moins exposée à la porte de sortie.

    Pas le temps non plus de voir comment les autres s’en sortaient, l’adrénaline venait d’atteindre des sommets, d’autant plus qu’il sentit quelque chose lui froler les pieds. Sans réfléchir, il baissa les yeux et vit cet objet rouler entre ses baskets. Forme : sphérique. Couleur : gris métalique. Signe distinctif : des chiffres, plusieurs séries, dont une qui indiquait clairement une minuterie : 9 secondes et quelques fractions. Traduction : une bombe à retardement. A partir du moment où il comprit cela et où il vit les chiffres, son pouvoir couplé à l’adrénaline prit les commandes. Sans même y penser, il s’accroupit, s’empara de la bombe et commença à déchiffrer le code.

    Ses yeux ne cillaient plus, il était bel et bien entré en mode traducteur, si un télépathe s’amusait à entrer dans son esprit en cet instant, il avait intérêt à aimer les maths. En harmonie avec son cerveau mutant, les mains de Doug ne tremblaient même pas, tout son être était concentrer sur cette boule, ou plutôt sur ce code. Il était possible de manipuler les chiffres via une sorte de pavé tactile. Il l’ignorait évidemment, mais cela lui sembla tout à fait naturel lorsqu’il se mit à les changer les uns après les autres. Le dispositif entier qui déclencherait ou non l’explosion était une sorte de mini ordinateur, son point faible était l’un des plus évidents ; ses codes et langages étaient visibles à l’œil nu, vulnérable à tout hacker sur pattes. Telle l’humaine face à Allan, cette bombe n’avait aucune chance entre les mains de Cypher.


    *tilt*

    3 secondes tout pile. Les chiffres clignotent puis se réinitialisent, prêts à recevoir de nouvelles instructions, même si ce n’était pas vraiment la priorité de Doug qui préféra soupirer de soulagement tout en gardant cette bombe bien sérrée entre les doigts, par réflexe. Une fois sa tâche accomplie, il estima qu’il était temps de voir ce qui se passait en dehors des chiffres et leva les yeux vers ses camarades d’infortunes.

    A l’extérieur, les soldats, à défaut d’avoir un autre titre, commençaient à se demander pourquoi il n’y avait toujours rien. Une nouvelle stratégie allait être nécessaire.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Kaylie Conors
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 10/02/2011
Localisation : New-York
Clan : neutre
Age du personnage : 21 ans
Pouvoirs : Télékinésie / télépathie
Profession : Chanteuse / danseuse au Coyote Ugly
Points de rp : 24

MessageSujet: Re: Guerre des clans ? [Groupe 3 : Douglas, Allan, Kaylie]   Ven 1 Juil - 14:08



*crack*

... Et voilà, c qui devait arriver arriva. Je tournai la tête et vis le damné poser la mère contre le mur assez délicatement. Je fus très surprise de voir ça car je m'attendais plutôt à voir un meurtre... Horrible. Je regardai alors cet homme avec un léger signe de reconnaissance, comme si il n'avait pas voulu choquer la petite. Je n'y croyais pas, mais préférais penser que c'était bel et bien le cas.
Je lâchais donc les oreilles de l'enfant, mais la laissais dos à sa mère... Je ne voulais pas qu'elle vois tout ça.

Bon ma grande, continue de respirer dans mon t-shirt comme je t'ai montré d'accord.

La fille ne bronchais pas.... Quelle horreur ça aller être lorsqu'elle verrait le corps de ça mère...

L'ouverture de la porte me coupa dans mes pensées, et tout se déroula vite, la mort de la damné, la bombe, ... Et surtout le réveil de ma télépathie.

Bordel mais c'est quoi cette merde !! } Rachel était moins importante que la gamine } Le compte rebours et les mutants, mais où on est } 3² * (5-4/9) } ...

J'entendais les pensées d'au moins 8 personnes... 2 dont les voix m'étaient familières et 6 que je n'avaient jamais entendues. Toutes ces pensées me créaient une douleur atroce et je me mis donc sur les genoux en me tenant la tête tellement j'avais mal. Puis j'essayais de me contrôler, mon objectif ?? Essayer d'entendre seulement les pensées d'une personne, une de ceux qui nous tirent dessus bien-sûr. Après avoir "fait le tri, j'ai enfin trouvé une personne intéressante.

... Mais quelle journée de merde !! Kidnappage, compte à rebours et après on est mis en face de mutants dangereux !! Mais à quoi ils pensent nos supérieurs bordel !! Ce sont quoi ce exercices... On est peut être fédéraux mais là ils poussent trop loin, j'aurais du écouter ma femme depuis le départ... Beth, si j'y reste sans t'avoir dis à quel point je t'ai.

Je coupai la liaison. J'avais entendu assez de chose. Douglas avait arrêté la bombe, déjà une chose de positif. Je me tourna alors vers les autres et attira leur attention.

Bon tout le monde on m'écoute s'il vous plait !! Voilà, je suis télépathe et j'ai entendu les pensées d'un homme se trouvant de l'autre côté. Je pense que l'ouverture de la porte à déclenché mon pouvoir... Enfin bref, si j'ai bien compris se sont des fédéraux, eux aussi amenés ici contre leur gré. On leur juste dit qu'ils seraient face à des mutants. J'ai pu entendre 6 personnes, mais je ne contrôle pas encore très bien ce don alors il peu, même il doit en avoir plus...

Je les regardai un à un, puis rétorqua :

Bon alors on fait quoi ?? Se sont des fédéraux armés et ils savent qu'ils sont face à des mutants... Et là franchement j'ai aucune idée.

Je retournai vers la fille, la prenant dans mes bras et lui caressant les cheveux.

Ne t'inquiet pas ma belle, tout va bien aller... je te le promet.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Guerre des clans ? [Groupe 3 : Douglas, Allan, Kaylie]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Guerre des clans ? [Groupe 3 : Douglas, Allan, Kaylie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men Extended :: NEW YORK CITY :: Zone Industrialo-portuaire :: Entrepôts-