Partagez | 
 

 Rendez-vous de 10 h [Emma, Ian et Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Ian Pellington


Nombre de messages : 61
Date d'inscription : 13/02/2011
Localisation : Vient d'arriver à New York
Clan : neutre
Age du personnage : 27 ans
Pouvoirs : Inactif pour l'instant
Profession : Conseiller bancaire junior pour la London Bank Business
Points de rp : 34

MessageSujet: Rendez-vous de 10 h [Emma, Ian et Libre]   Mer 16 Fév - 10:54

Ian était dans un taxi remontant une des grandes artères de Manhattan. Madison avenue ou Park Avenue, il ne savait pas. Le jeune banquier anglais avait écouté de manière très distraite les explications, certes pleine d'enthousiastes mais pas très claires (en tout cas pour un touriste), du chauffeur. Il faut dire que depuis son arrivé, à 7 h ce matin, cela avait était la course pour à peu près tout. D'abord pour récupérer ses bagages à l'aéroport, qui étaient sorti en dernier et passablement cabossés pour une raison inconnue. Ian aurait bien déposer une réclamation au comptoir de la Britich Airways mais il se dit qu'il n'avait pas le temps et que rien d'important n'était endommagé. Puis il eu un problème pour trouver l'hôtel que la London Business Bank (la LBB pour les habitués ou ceux qui tentent de se faire passer pour) avait réservé pour lui. Le taxi qu'il avait pris entre l'aéroport et l'hôtel ne l'avait pas déposé au bon endroit et Ian avait du finir à pied le trajet. Certes le chauffeur indélicat l'avait déposé à moins d'un patté de maison de sa destination et devant un hôtel mais pas le bon.

Bref on pouvait dire que l'arrivée de Ian Pellington à New-York avait mal commencée. Les choses s'étaient un peu mieux passées une fois qu'il avait pu déposer ses valises dans sa chambre. Le temps de prendre un douche rapide et de consulter les faxes que le bureau local de la LBB avait envoyé. Car bien entendu le court des sociétés qu'il avait repéré avaient changés à l'ouverture de Wall Street. Mais rien de dramatique, le jeune analyste financier avait vite trouvé comment adapter ses propositions. Après plusieurs appels à Londres pour vérifier que ce qu'il aller faire était bien réglementaire, il réalisa qu'il était déjà 9h18. Ayant rendez-vous avec sa cliente à 10h, il avait vérifié rapidement son allure dans le miroir de la salle de bain avant de descendre dans le hall. Le jeune homme qui regardait Ian dans le miroir avait effectivement très bonne allure. Seul, le jeune homme timide ne s'en rendait pas compte. Il était un grand et élégant jeune homme à l'air dynamique. Vêtu d'un costume beige clair parfaitement bien taillé et ajusté. Mais tout ce que voyait Ian sur le moment c'était ce petit épis dans ses cheveux châtains. Sauf qu'il n'avait pas le temps !
Il avait descendu à toute vitesse dans le hall de l'hôtel et s'était rendu compte en route qu'il aurait du demander avant de descendre à l'accueil de lui appeler un taxi pour ne pas attendre.

Mais peu importe, il était enfin dans le taxie et en route pour Hell's Kitchen et le Coyote Ugly. Il arriverais même peut être à l'heure. Il tapota nerveusement sur sa serviette en cuir. Il était nerveux pour de nombreuses raisons. D'une part, Emma Frost était sa première grosse cliente et Eddison Dugan lui avait fait comprendre que cette affaire était importante. Ensuite il était toujours stressé par les voyages et c'était la première fois qu'il venait aux États-unis. Il trouvait la ville agitée, les gens grossier. Il ne voyait vraiment pas pourquoi on disait de New-York qu'elle était la ville la plus européenne d'Amérique. Certes l'architecture néo-gothique pouvait rappeler certains quartiers du « vieux continent » mais la taille démesurée des immeubles néo-gothiques limitée grandement la comparaison. Et puis c'était un drôle nom le « Coyote Ugly » pour un immeuble de bureau, sans parler du fait que le quartier avait lui semblait-il mauvaise réputation.

Ian fut tiré de ses pensées nerveuses par le chauffeur du taxie :

« Vous êtes arrivé Monsieur »

Le jeune homme paya rapidement le chauffeur et descendit du véhicule. Il ajusta son costume une fois dehors et vérifia sa montre. Elle indiquait 9h59, donc tout allait bien.

Puis il regarda l'enseigne du bâtiment c'était bien le Coyote Ugly. Mais ....

Ian se retourna vers la voiture de taxi pour parler mais elle venait de démarrer.

« Il doit encore y avoir une erreur.... »

Il allait rencontrer la responsable d'une multinationale pour parler d'achat d'un compagnie de biotechnologie, pas boire un verre dans un bar !


Dernière édition par Ian Pellington le Mer 16 Fév - 22:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Emma Frost
Mutante de niveau 4

Nombre de messages : 139
Date d'inscription : 08/05/2010
Localisation : du côté des damnés. NY.
Age du personnage : dans les environ de 400 ans. En paraît 25
Pouvoirs : Grande télépathe, peau de diamant
Profession : PDG de la Frost International et Patronne du Coyote Ugly
Points de rp : 127

MessageSujet: Re: Rendez-vous de 10 h [Emma, Ian et Libre]   Mer 16 Fév - 21:04

    Paraître fraîche et dispo à huit heure du matin, quand elle s’était couchée trois heures plus tôt, était tout un art qu’Emma maîtrisait à la perfection. Surtout depuis les quelques années passées depuis qu’elle avait acquis le Coyote Ugly, un bar de nuit, essentiellement pour la gente masculine, qui ne pouvait fermer ses portes avant 4heures du matin. Comptabilité faite ensuite, il était rare d’espérer se coucher à une heure décente pour le commun de mortel. Un rythme décalé aurait pu être une bonne solution, mais il y avait la Frost, sa première entreprise qu’elle affectionnait particulière et pour laquelle elle se donnait sans compter. Deux activités de ce genre ne permettait pas de faire des nuits de 10 heures, alors quelques heures de sommeil lui suffisaient largement. Sûrement une question d’habitude. Dans le fond, 24h dans une journée c’était beaucoup trop court surtout pour elle, parce que ses activités étaient loin de se résumer à Frost et au Coyote. Le club, les damnés, ça aussi ça prenait du temps. Mais la question n’était pas là et puis ce genre de rythme de vie était loin de la déranger.

    Huit heure du matin, donc. Emma était dans son appartement une tasse de café dans une main, le téléphone dans l’autre donnant les directives de la matinée à une personne de la Frost. Une histoire de fourniture qui devait arriver dans la matinée pour la conception d’une idée qu’Emma avait eut trois jours avant. Emma avait vécu assez longtemps pour s’intéresser à l’évolution de la technologie et s’y intéresser assez pour être capable d’avoir des idées de concept et de les mettre en œuvre. Bien qu’elle ne devait pas oublier que l’aide de certain de ses ingénieurs étaient importante dans cette histoire. Le téléphone fut raccroché, la tasse de café poser sur un coin de table et le reflet de la blonde apparu dans un miroir pour une introspection rapide… Rapide, notion particulièrement relative quand il s’agit d’Emma Frost. Tout devait être parfait, au millimètre près. Emma savait qu’elle avait les compétences nécessaires dans ce qu’elle entreprenait mais, sans avoir à se leurrer, elle savait aussi que si elle avait si bien réussi jusqu’à présent ce n’était pas seulement grâce à ce qui se trouvait dans sa tête. Alors tout se devait d’être toujours à la pointe de la perfection parce que quand les arguments ne fonctionnent pas, un sourire aide à finir le travail.

    S’aider de son physique pour réussir n’avait jamais rien eut de décent pour elle, ça avait même été tout un mode de vie pendant de bien longues années, dans un autre temps, une autre vie. Ses idées en la matière feraient sûrement frémir de honte toutes ses femmes hurlant pour une égalité sans borne entre les hommes et les femmes. Une idée ou frôler l’hypothèse de se servir de soit pour obtenir quelque chose était totalement hors de propos alors que, pourtant, dans les faits, ça marchait bien mieux que de chercher à crier haut et fort que tout le monde doit être égaux. Emma pouvait donc paraître pour une femme superficielle, plus intéresser par son apparence que par quoique ce soit d’autre. Et cette impression était des plus juste, du moins pour le début, parce qu’il était dangereux de penser qu’elle n’était que superficielle. Cela dit, qu’on ne pense que cela d’elle, lui convenait très bien. Il était tellement plus facile de parvenir à ses fins quand on la pensait simplement blonde et stupide, héritière d’une entreprise familiale. Oui, parce qu’il avait bien fallu expliquer que la Frost avait été créé par un membre de sa famille et non par elle, sinon ça ne collerai pas avec son âge. D’un sourire vers le miroir elle regarda les traits de son visage qui lui donnait dans la vingtaine d’année, figé ainsi depuis tellement de temps, de siècle. Le rêve de toutes femmes, probablement.

    Un regard de plus sur la tenue qu’elle portait, cette robe blanche qui lui tombait au niveau des genoux et qui semblait être faite pour elle. D’un geste des mains elle replaça ses cheveux blond qui retombaient en boucles légères jusqu’au milieu de son dos quand, sans prévenir, la sonnerie de téléphone se fit entendre. S’arrachant au miroir, elle attrapa le combiné d’une main, le décrochant dans le même mouvement. Pendant qu’elle gérait, par téléphone, une affaire qui concernait encore la Frost, Emma se dirigea vers l’entré ou elle ouvrit un placard pour enfiler des chaussures blanches à talons. Talons vertigineux qui lui permettait d’avoir une taille correct, trop petite en temps normal, et dont elle avait eu près de 400 ans d’expérience pour apprendre à marcher avec. Autant dire qu’en basket ou en talon d’un peu moins de 10 centimètres, cela n’avait aucune différence pour elle. Toujours au téléphone elle alla finir son café et son affaire.

    Et la matinée fut comme ça jusqu’à ce qu’elle quitte son appartement, téléphone portable à l’oreille pour s’occuper d’autre chose pendant qu’elle levait une main afin d’attirer l’attention d’un taxi. A 9h40 elle arrivait au Coyote, complètement désert à cette heure-ci. Et dire que quelques heures en arrière il y avait encore un tas de clients, des serveuses, des filles trop peu vêtue. A croire que moins il y a de tissus et plus les gens ont envie de consommer ce qui, d’un point de vue technique, ne pouvait pas lui poser de problème. L’endroit était fait pour fonctionner après tout. En femme d’affaire toujours occupée, son téléphone ne cessait d’être pendu à son oreille pendant qu’elle préparait une table. Pas grand-chose à faire, cela dit, tout avait déjà été rangé la veille. Les raisons de sa venue, si tôt, était parfaitement logique : des réaménagement dans les bureaux de la Frost ne lui permettait pas d’y recevoir quelqu’un pour le moment. Hors, elle avait un rendez-vous à 10h avec un financier. Il ne restait plus qu’ici ou chez elle pour cet entretien. Chez elle aurait été, probablement, bien trop déplacer pour pouvoir le proposer. Le Coyote ferait parfaitement l’affaire. Elle avait même trouver intéressant de donner le nom du lieu, sans pour autant dire de quoi il s’agissait.

    10h. La ponctualité, chez Emma frost, était quelque chose de particulièrement important. Elle s’approcha d’une fenêtre donnant sur la rue afin de voir si son Rendez vous était arrivé. Ce fut le cas. Elle n’avait jamais vu l’homme, mais il y en avait un devant l’établissement, habillé d’un costume beige. Un costume dans Hell’s Kitchen, c’était tellement improbable qu’il ne pouvait s’agir que de son rendez-vous. Emma se dégagea de la fenêtre dans un léger sourire puis posa un regard sur l’ensemble de l’endroit, de ses tables ronde, ses nuances entre le rouges et le noir. En journée, vide, l’endroit avait même l’air assez sobre. Tout semblait si différent une fois le personnel en place, les lumières d’ambiance allumée et la musique en fond sonore. C’était même une bonne chose que les choses paraissent différentes, car le rendez-vous qui devait avoir lieu n’avait rien à voir avec un bar ou l’on pouvait trouver des filles dansant en se dénudant.

    Lâchant la salle du regard elle alla dans l’entrée jusqu’à ouvrir une porte pour se retrouver non loin de l’homme en costume. Emma calla la porte de manière à ce que celle-ci ne se claque pas dans un coup de vent – ce qui aurait été assez fâcheux pour entrer vu que les clés étaient à l’intérieur – et elle s’approcha sans la moindre hésitation vers le jeune homme. Loin d’être d’une nature timide ou hésitante, Emma se mit bien vite à porter de l’inconnu, large sourire charmant sur les lèvres pendant qu’elle l’interpellait.

    « Bonjour, je suppose que vous êtes Monsieur Pellington ? Elle tendit une main vers lui. Emma Frost, je crois que c’est avec vous que j’ai rendez vous. »

    En bonne hôtesse elle le laissa répondre à sa guise pour, ensuite, l’invité à entrer dans les lieux. Sauf si il préférait faire l’entretien sur le trottoir de ce quartier. Peu recommander, cela dit, surtout quand on porte un costume.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ian Pellington


Nombre de messages : 61
Date d'inscription : 13/02/2011
Localisation : Vient d'arriver à New York
Clan : neutre
Age du personnage : 27 ans
Pouvoirs : Inactif pour l'instant
Profession : Conseiller bancaire junior pour la London Bank Business
Points de rp : 34

MessageSujet: Re: Rendez-vous de 10 h [Emma, Ian et Libre]   Jeu 17 Fév - 11:42

Ian était en train de regardé le taxi s'éloigner lorsqu'il remarqua deux hommes à la mine patibulaire s'avancer dans la rue. Il allait se faire agresser et dévaliser ! C'était sûr ! On retrouverait son cadavre dans une poubelle, cela prendrait des mois voir des années pour que l'on l'identifie. Peut être même que ses parents ne sauraient jamais ce qu'il lui est arrivé. et qu'ils passeraient des années rongé par l'inquiétude et la disparition de leur fils. De toute manière, il n'aurait jamais du venir aux États-Unis.

Mais d'un coup les deux types s'arrêtèrent net et se mirent à regarder l'entrée du bar. En réalité, ils étaient à plus de 50m et n'était pas menaçant pour un sous. Mais cela Ian ne s'en rendait pas compte, pris qu'il était dans sa panique totale. La seule chose qui intéressés les deux hommes était la jeune femme que Ian allait bientôt remarquer.

Car effectivement une magnifique blonde en robe blanche venait d'apparaitre sous son nez.
Une femme incroyablement élégante et belle, avec un regard bleu incroyablement intense. Il y avait quelque chose d'étrange dans le regard de cette femme qui frappa instantanément Ian. Il n'aurait su dire quoi, une sensation indéfinissable et mystérieuse.

Cette magnifique créature se présenta comme étant Emma Frost et lui tendit la main. Surpris, Ian tendit timidement la sienne, que la jeune femme serra avec conviction. Il finit par détourner son regard de celui de son interlocutrice.

« Heu oui ! Je suis Ian Pennin... Heu Pellington. Enchanté, madame... mademoiselle. »

La jeune femme fit un sourire indulgent à Ian et lui proposa d'entrer dans le bar. Il la suivit donc à l'intérieur.

Le Coyote Ugly était beaucoup plus grand que Ian ne l'avait pensé au départ et surtout beaucoup moins sale que ne devait l'être la majorité des bars du quartier. Les tables et le reste du mobilier était en bois laqué. Avec des teintes passant du rouge au noir, en fait plutôt classe. Ce qui ne semblait pas correspondre non plus avec la réputation (peut être fausse) du quartier. L'atmosphère du lieu était d'autant plus étrange que l'endroit était un peu sombre. Il ressemblait à une sorte de croisement entre les bars huppé, où les financiers et traders de la city sortaient après une journée de vente et d'achat d'actions, et les bars à entraineuses que son meilleur ami Gils, lui avait fait découvrir lorsqu'ils étaient étudiants. Sa cliente était elle aussi assez étonnante. Incroyablement simple et élégante, très loin des « working girls » ou des tirants en tailleurs qu'il avait l'habitude de rencontrer à Londres et qui mettait un point d'honneur à afficher leurs richesses et leurs positions. Il émanait de cette jeune femme une assurance, un élégance et une autorité naturelle que peut de gens ont.

Madame Forst, le fit s'installer autour d'une des tables de la salle principale. Ian s'assit dans un siège confortable. Il sortie de sa serviette en cuir ses dossiers. Ian prit une petite inspiration et commença à parler :

« Je suis envoyer par la London Business Bank et plus particulièrement Monsieur Dugan, pour voir avec vous les éventualités de rachat d'entreprises par la Frost Internationale. »

« Si j'ai bien comprit vous voulez acquérir discrètement une ou des entreprises travaillant dans le domaine des biotechnologies. Cela en passant par une OPA dissimulée permettant de garder le contrôle total de votre nouvelle acquisition et sans mettre en danger la compagnie mère. »

Le jeune banquier prit son air le plus professionnel et commença à ouvrir ses dossiers. Les yeux perçants et énigmatiques de sa cliente étaient poser sur lui. Il devait rester calme, il n'avait dit aucune bêtise !

*Pas encore ! Cela aller venir ! Non, non se reprendre, se concentrer... ses yeux sont incroyables, cette femme est incroyable ! *

Le jeune homme repris un semblant de calme et se concentra sur les graphiques présents dans son dossier et continua :

« Cela est un peu compliqué mais en passant par des sociétés de portage financier et des holdings (bref des sociétés écrans) et en utilisant des banques en Suisse et au Luxembourg pour le transite et l'appel de fonds, cela devrait être possible. Il y a peut être même moyen de jouer sur la fiscalité de ces endroits et faire une très bonne affaire. »

Ian s'arrêta et releva la tête vers mademoiselle Frost.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Emma Frost
Mutante de niveau 4

Nombre de messages : 139
Date d'inscription : 08/05/2010
Localisation : du côté des damnés. NY.
Age du personnage : dans les environ de 400 ans. En paraît 25
Pouvoirs : Grande télépathe, peau de diamant
Profession : PDG de la Frost International et Patronne du Coyote Ugly
Points de rp : 127

MessageSujet: Re: Rendez-vous de 10 h [Emma, Ian et Libre]   Mer 23 Fév - 2:11

    Une fois dehors, afin de rejoindre Monsieur Pellington – qu’elle avait reconnu car peut de personne portait un costume dans le Hell -, Emma ne fit même pas attention aux éventuelles personnes qui pouvaient se trouver autour. Dans ce quartier, tout le monde avait une tendance à regarder autour de soit, plus souvent qu’il ne le faut, pour s’assurer d’une certaine tranquillité. Le quartier n’était pas recommandé, bien au contraire, et les gens n’étaient jamais trop prudents. Pour Frost, les choses étaient un peu différentes, elle avait suffisamment vécue pour savoir ce défendre. Elle ne faisait pas attention aux gens autour, parce qu’elle savait, qu’en cas de problème, elle serait parfaitement se défendre. Il ne fallait pas voir là de la prétention quelconque, juste une sorte de réalité. Et puis, au pire, elle avait ses pouvoirs pour l’aider. Alors pourquoi s’inquiéter plus que de raison ?

    C’est pour cela qu’elle s’était directement présentée à l’homme, qui lui faisait face, maintenant. Il se présenta à son tour, confirmant le fait qu’il était bien l’homme qu’elle pensait, bien que ses phrases furent légèrement entrecoupées. Un sourire passa sur les lèvres d’Emma, loin d’être critique, bien au contraire. Et puis, il fallait avouer un point, cela avait toujours quelque chose de grisant quand elle se retrouvait face à ce genre de situation. Pas certaine qu’elle puisse s’en lasser un jour. Très vite, elle l’invita à entrer dans le bar et s’installer à une table, ce qui était plus pratique pour discuter que de rester sur le bord d’un trottoir. Sur tout dans ce quartier qui tenait bien sa réputation.

    A peine installé, Ian ne perdit pas de temps, sortant ses affaires il se mit bien vite à parler. Expliquant que c’était Dugan qui l’avait envoyé pour le rachat d’une entreprise. De cet homme, Emma ne savait pas grand-chose, bien sur elle était au courant qu’il appartenait au club. Après tout, ce cercle restait assez fermé pour savoir qui y appartenait ou non, mais cela n’allait pas plus loin. Un bref instant elle se demanda si il y avait une raison particulière pour que ce soit Ian qui fut envoyé à elle. Dugan avait il une idée derrière la tête, ou Ian était-il, tout simplement, très bon dans son domaine ?

    Si elle en venait à se poser ce genre de question c’est parce qu’Emma était une des personnes capable de fournir un accès chez les damnés. Une sorte de recruteuse. Mais pour l’heure, elle ne savait même pas si l’homme qui lui faisait face était un mutant. Si elle voulait la réponse à cette question, elle pouvait toujours user de ses pouvoirs mais c’était le genre de chose dont elle n’était pas spécialement friande. Pouvoir avoir accès au cerveau des personnes facilitaient tellement les choses que ça en devenait beaucoup moins amusant, plus aucun défit. Elle avait tellement usé de ses pouvoirs pendant des années et des années que maintenant elle redécouvrait le plaisir d’arriver à savoir, et avoir, des choses sans avoir besoin d’orienter quelqu’un grâce à son pouvoir. Du coup, pour le moment, elle se concentra uniquement sur l’affaire qui commençait à se traiter.

    Ian semblait bien au fait de ce qu’Emma voulait, de la discrétion qu’elle demandait. Est-ce qu’il trouverait ça étrange ? Peut être pas, après tout, les gens devaient demandé assez régulièrement de la discrétion sur ce genre de rachat. Tout le monde n’a pas forcément envie d’associer le rachat d’une entreprise par une autre. Frost savait déjà ce qu’elle voulait faire de cette société, et il était évident qu’il ne fallait absolument pas qu’on puisse remonter jusqu’à la Frost d’une manière ou d’une autre. Aider certaine personne, comme les membres du Réseaux, par exemple, était quelque chose d’important pour elle. Mais qu’on puisse l’associé à ce genre de chose n’était pas concevable. Vraiment pas.

    Alors qu’il commençait à sortir des documents, Emma posa son regard vers lui. Ce qu’il allait dire l’intéressant, mais elle s’intéressait également à ce qu’il était lui. Le but n’était pas de signer un accord avec un parfait inconnu et prendre le risque de le voir tout déballer à quelqu’un par la suite n’était pas quelque chose dont elle avait envie. Du coup, elle cherchait à savoir si elle pouvait se fier à lui, ou si elle ne pouvait pas ? Et là, on entrait dans les rares moments ou, par peur de se tromper dans son jugement, elle préférait mettre sa télépathie en action et voir ce qu’il pensait pendant qu’il expliquait quelque chose. D’accord, il a été dit plus tôt qu’elle n’usait pas de ses pouvoirs en temps normal. Mais il y avait des risques qu’ils n’étaient pas concevable de prendre tellement ils impliquaient beaucoup de monde. Mieux valait ne pas se planter, et pour ça, il était nécessaire de suivre le fil des pensées de cet homme.

    A priori, en vue de ses pensées, Emma devait l’impressionner d’une certaine manière, quelque chose dans le genre. Il semblait chercher à se concentrer, déviant finalement sur les yeux d’Emma, voir sur la manière dont il la percevait. Si un sourire avait envie de pointé sur son visage, elle préféra s’abstenir étant donné qu’elle n’était pas censée avoir une réaction à quelque chose qu’elle n’était pas censée avoir entendu. Elle se concentra assez rapidement sur les méthodes que Ian exposa pour ne pas qu’on puisse remonter jusqu’à la Frost, parlant même de possibilité de remise à cause de la gestion fiscale de certain pays. Une fois qu’il eut finit, et qu’il releva la tête vers Emma, elle lui servit un sourire avant de baisser, à nouveau, les yeux vers les documents qu’ils avaient.

    « En réalité je ne veux pas acquérir une société discrètement, je veux que ce soit absolument intraçable. Quoiqu’il arrive, je ne veux pas que l’on puisse remonter jusqu’à la Frost. »

    Emma releva le visage vers l’homme assis face à elle, pour planter son regard dans celui de l’homme. Plusieurs raisons à cela : d’une c’était plus poli de regarder son interlocuteur. De deux un contact visuel aidait pour sa télépathie. De trois, sa télépathie n’étant pas le pouvoir qu’elle avait décidé de développer le plus, avoir un contact lui permettait de faire la différence entre ce qui était penser et ce qui était dit, grâce à un truc aussi simple que le mouvement des lèvres. Donc, une fois qu’elle pu le regarder, elle reprit dans un sourire.

    « Ca doit paraître étrange de vouloir à ce point qu’on ne remonte pas à mon entreprise principale. Mais, pour une fois, j’aimerais pouvoir tenir une entreprise sans jouer avec la renommé de la Frost. »

    La raison n’était pas la vraie, mais pouvait parfaitement être crédible. Cela dit, si elle parlait de cela ce n’était pas pour se justifier mais voir si il pensait déjà qu’il y avait quelque chose de louche derrière tout ça, ou voir si il allait lui dire que c’était possible de ne pas être tracé, tout en pensant le contraire. La télépathie ne permet pas de lire ce qu’on veut dans les pensées des gens, mais seulement les pensées qu’ils ont sur le moment. Alors, il fallait bien qu’elle oriente un peu les sujets qu’il aurait en tête si elle voulait ses réponses.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ian Pellington


Nombre de messages : 61
Date d'inscription : 13/02/2011
Localisation : Vient d'arriver à New York
Clan : neutre
Age du personnage : 27 ans
Pouvoirs : Inactif pour l'instant
Profession : Conseiller bancaire junior pour la London Bank Business
Points de rp : 34

MessageSujet: Re: Rendez-vous de 10 h [Emma, Ian et Libre]   Sam 26 Fév - 10:13

Ian venait de commencer son entretien, avec sa nouvelle cliente, comme il faisait habituellement avec tout nouveau projet. Il avait fait un tour d'horizon pour vérifier qu'il avait bien compris ce que le client voulait et exposé sa stratégie globale pour s'assurer qu'elle convenait.

Cela semblait être le cas avec mademoiselle Frost, mais il y avait quelque chose d'étrange. Au début Ian pensait que cela n'avait rien avoir avec l'affaire mais plus avec son trouble vis à vis de cette énigmatique et ravissante Mademoiselle Frost. Mais ce n'était pas cela, ou pas seulement, et Ian n'arrivait pas à mettre le doigt dessus. La suite de l'entretien allait confirmer et orienter ses doutes.

Mademoiselle Frost se pencha pour mieux voir les graphiques qu'il avait apporté, ce faisant sa tête et sa nuque formèrent une magnifique courbe au creux de laquelle Ian se mis à observer un tout petit grain de beauté. Mais cet instant de grâce ne dura pas car elle releva la tête pour regarder Ian et pour dire :

« En réalité je ne veux pas acquérir une société discrètement, je veux que ce soit absolument intraçable. Quoiqu’il arrive, je ne veux pas que l’on puisse remonter jusqu’à la Frost. »

Ian dut atterrir et se reconcentrer dans la réalité très vite. Qu'une grande entreprise veille en racheter une autre sans que cela se sache n'était vraiment pas une nouveauté. Bien au contraire c'était monnaie courante. Mais dans la manière que mademoiselle Forst (il ne se lassait pas de le redire "mademoiselle Frost") avait d'évoquer la chose, Ian comprit que ce n'était pas juste une très grande discrétion que l'on voulait mais que le terme "intraçable" était à prendre au pied de la lettre. Et cela poser un problème car Ian savait très bien que c'était impossible. On peut prendre toutes les précautions légales ou non, de nos jours, aucune transaction n'est totalement intraçable. Une personnage ayant le temps, l'argent et surtout les relations et la motivation peut remonter n'importe qu'elle transaction. L'idée qu'un transfert d'argent soit "intraçable" était bon pour les mauvaises séries d'espionnage ou les comics books mais c'était impossible dans la réalité.

Tout cela était étrange Ian ne voyait pas du tout ce qui pouvait être à cacher, de manière aussi impérieuse, dans cette affaire. Son 6eme sens de banquier se mit à hurler : Il y a un truc de super louche en fait dans tout cela ! Et ça expliqué enfin pourquoi il était reçut dans un bar d'un quartier douteux et non dans des bureaux feutrés près de Wall Street. Et Ian n'était pas au bout de ses surprises car Emma Frost allait porter l'estocade :

« Ca doit paraître étrange de vouloir à ce point qu’on ne remonte pas à mon entreprise principale. Mais, pour une fois, j’aimerais pouvoir tenir une entreprise sans jouer avec la renommé de la Frost. »

Etrange était le bon mot mais c'était même plus que cela. Cette "excuse" n'avait pas vraiment de sens. Quelqu'un qui est à la tête d'une multinationale aussi développée que la Frost et qui reçoit son banquier dans un bar à entraineuse n'a que faire de ce que l'on dit d'elle ! A moins que !
Il y avait deux possibilités plausibles :
- La Frost veut se lancer dans une vaste restructuration et s'orienter sur le long terme vers les biotechnologies mais il est trop tôt pour que cela se sache. Cette opération est un test pour voir si la restructuration est possible mais le choix des biotechnologies et la manière de procéder sont surprenants.

- Emma Frost avait hérité de Frost Internationale de sa mère ou d'une tante, Ian l'avait lu dans un dossier en faisait son travail d'enquête préliminaire. Peut être qu'elle voulait monter sa propre compagnie hors du giron familiale et que les "actionnaires historiques" de la compagnie ne devait pas être au courant. Cela paraissait logique et cohérent en fait mais le 6eme sens de banquier de Ian lui disait qu'il y avait autre chose. Cela expliquait sa volonté d'indépendance vis à vis de la renommé de la Frost. Mais les gens ont ce genre d'attitude lorsqu'ils ont un compte à régler avec quelqu'un de proche. Un père ou une mère tyrannique qui fait valoir régulièrement que le jeune héritier ne serait rien sans la famille. Et franchement Emma Frost n'avait vraiment pas l'air d'une fille à papa en mal de reconnaissance. De plus, il semblait (à moins qu'il ne se soit mal renseigné) à Ian qu'elle n'avait pas de famille proche en vie (à part un frère du nom de Christian mais n'ayant que peu de liens avec l'entreprise). Et pourquoi faire cela maintenant.

Mais peu importe les raisons d'Emma Frost, elle posait ses yeux bleus avec intensité sur Ian et il allait devoir répondre quelquechose :

"Je crois que je vois ce que vous voulez dire mademoiselle. Mais vous devez comprendre plusieurs choses."


Ian regarda droit dans les yeux son interlocutrice car cela allait donner, enfin il l'espérait, plus de poids à ce qu'il allait dire.

"En finance comme en médecine ou en ce qui concerne la sécurité, le risque zéro n'existe pas !
Il y a toujours un moyen de remonter des traces de transactions bancaires. A moins que vous ne vouliez faire affaire avec des inuits en Alaska et les payer en liquide. Mais je ne suis pas certain qu'ils possèdent des entreprises de biotechnologies de la taille que vous recherchez."


Tout en prononçant ces paroles, Ian se demandait quelles institutions (commissions aux comptes, fisc, commissions d'enquête du sénat, etc...) pouvaient faire des enquêtes sur Frost Internationale et comment faire en sorte qu'elle ai le moins de chance de comprendre ce que tentait de faire la patronne de la Frost.

"Par contre nous pouvons faire en sorte de limiter au maximum ce risque, vous garantir l'extrême discrétion de nos services et de nos intermédiaires."


En disant cela, il faisait mentalement la listes des gens à la LBB et dans d'autres banques avec qui il pouvait travailler en toute confiance.

"Nous pouvons aussi mettre en place un montage de société écrans le plus efficace possible."

Et là Ian était en train de passer en revu les informations du droit d'affaire américain qu'il allait devoir vérifier avant de se lancer. Car il n'était pas question d'enfreindre les lois. A moins que ... ! Et cela donna une idée à Ian. Un test pour savoir jusqu'où mademoiselle Frost était prête à aller et peut être en savoir plus sur ce qu'elle tentait de faire.

"Bien entendu, il y a aussi des moyens moins légaux d'agir mais qui assure plus de discrétion."

C'était totalement faux ! En réalité enfreindre les lois attire beaucoup plus l'attention, des commissions de vérification financière, que de rester dans les clous. Mais ce petit mensonge permettrait peut-être Ian de savoir où il mettait les pieds. "Prêche le faux pour savoir le vrai."
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Emma Frost
Mutante de niveau 4

Nombre de messages : 139
Date d'inscription : 08/05/2010
Localisation : du côté des damnés. NY.
Age du personnage : dans les environ de 400 ans. En paraît 25
Pouvoirs : Grande télépathe, peau de diamant
Profession : PDG de la Frost International et Patronne du Coyote Ugly
Points de rp : 127

MessageSujet: Re: Rendez-vous de 10 h [Emma, Ian et Libre]   Mer 2 Mar - 19:00

    Que sa requête puisse paraître étrange, elle comprenait. Quoique on pouvait encore décider de mettre cela sur l’excentricité d’une personne riche. C’était bien connu. Mais, non seulement, il s’accordait pour trouver sa requête étrange et, en plus, il semblait même méfiant. Comme si il cherchait à mettre tout ce qu’elle disait en doute. Un avantage à être télépathe c’est qu’il n’y avait pas à deviner ce que pensait les gens, vu qu’il y avait un accès direct à leurs pensées. Et là ça lui posait déjà un peu plus de problème, qu’on cherche à tout remettre en question parce qu’elle ne voyait pas ce qu’elle avait fait pour donner le sentiment qu’il y avait quelque chose d’étrange ou de particulier ou de dérangeant. De toute façon, à moins d’user d’un contrôle mental, elle ne pouvait l’empêcher de penser autrement. Elle ferait, donc, avec.

    Concernant ses motivations, toute fois, il y avait plusieurs choses qui entraînaient une demande qui pouvait paraître logique. Officiellement, oui, elle avait reçue la Frost de sa mère. Sinon comment expliquer le fait qu’elle restait toujours aussi jeune malgré le fait que la Frost avait quelques années derrière elle. Du coup, on pouvait comprendre qu’elle veuille réussir quelque chose par elle-même et non pas par ce que lui avait léguer sa mère. Tout enfant à besoin, un jour, de pouvoir faire des choses par soi même sans avoir à être aider par la renommée de quoique ce soit créer par un membre de sa famille.

    Deuxième motivation qui pouvait être tout aussi logique : les choix qu’elle pouvait faire pour le rachat d’une entreprise, sans être associé à la Frost, pouvait être nombreuse. Et ce genre de demande n’avait rien de vraiment extraordinaire. Non, vraiment, elle ne voyait pas comment elle pouvait attiré la méfiance. Mais peu importe, après tout, cela pouvait être une très bonne chose. Pas pour le moment, mais dans le futur, elle serait comment se servir de cela. Après tout, Emma était loin d’être sans ressource et trouvait toujours le moyen de porter à profit quelque chose qui lui semblait déplaisant sur le moment. Le tout était d’être patiente. Une chose était certaine, si elle en jugeait par ce qu’elle « entendait » en provenance de la tête de Ian, il était renseigné. Ce qui, de toute évidence, était un bon point pour lui. Il ne débarquait pas comme une fleur, sans savoir à qui il avait à faire.

    Le deuxième bon point vint assez rapidement, quand il exposa le fait qu’il était impossible de rendre la chose indétectable. Il y avait forcément un risque, quelqu’un qui cherche à remonter à la source, avec des moyens, peut y arriver. C’était assez honnête de la part de cet homme qui aurait pu chercher à vendre son truc, sans réellement se soucier d’un moyen de franchise. Est-ce qu’elle pensait réellement qu’elle pouvait acheter en ayant aucun risque que ça se sache ? Non. Mais elle voulait, surtout, chercher à faire comprendre qu’il fallait que ce soit le plus compliqué possible. Tellement compliqué que pou qu’on remonte jusqu’à la Frost, il faille réellement se donner beaucoup, beaucoup de mal. N’empêche payer des Inuits en Alaska et en liquide, juste pour dire qu’elle l’avait fait au moins une fois dans sa vie, aurait pu être quelque chose d’intéressant. Mais trop improbable. Voir, impossible.

    A chaque proposition qu’il faisait, le jeune homme repassait en revue des noms, des lois, ce qui prouvait qu’il connaissait son travail. Elle l’écoutait donc, vérifiait ses pensées, sans l’interrompre jusqu’à ce qu’il finisse. Le chute fut des plus intéressante vu qu’il évoqua le fait qu’elle pouvait, si elle le voulait, passer par des moyens moins légaux –donc, illégaux – pour plus de sécurité. Emma leva un sourcil, paraissant parfaitement étonnée par cette proposition. Fronçant légèrement les sourcils, elle fini par reprendre.

    « Je cherche juste à me détacher de ce que ma mère m’a légué. En aucun cas ça doit prendre de telles proportions. Le but est juste qu’un journaliste qui a les moyens ne remonte pas à la Frost en moins de deux minutes. Je… »

    Emma marqua un arrêt, en ravalant sa phrase comme si elle cherchait à savoir comment elle devait la tournée. Bien sur, tout cela n’était que des réactions simulées mais elle avait des siècles d’expérience dans ce domaine, alors à moins d’être télépathe il n’était pas possible de voir que toutes ses expressions étaient feintes. Elle prit une inspiration et reprit.

    « Vous semblez particulièrement suspicieux à mon sujet. Si c’est le cas, est ce que je peux en avoir les raisons ? Et si jamais il y avait un réel problème, rien ne vous oblige à traiter cette affaire. Je peux, tout à fait, trouver une autre personne, vous savez ? »

    Pas de menace dans ce qu’elle venait de dire, mais juste une sorte de mise au point. Si il voulait douter, c’était son problème, pas celui d’Emma. Maintenant elle ne traiterai pas une affaire si dès qu’elle dit quelque chose elle avait l’impression d’être mise en doute. Après tout c’était Ian parce qu’il avait été envoyé par un membre du club des damnés, mais elle avait aussi ses propres employés, de confiance, qui pourrait très bien se charger de cette histoire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ian Pellington


Nombre de messages : 61
Date d'inscription : 13/02/2011
Localisation : Vient d'arriver à New York
Clan : neutre
Age du personnage : 27 ans
Pouvoirs : Inactif pour l'instant
Profession : Conseiller bancaire junior pour la London Bank Business
Points de rp : 34

MessageSujet: Re: Rendez-vous de 10 h [Emma, Ian et Libre]   Mer 2 Mar - 23:46

Ian se posait beaucoup de questions, peut être trop. Mais certaines aller avoir naturellement leurs réponses :

« Je cherche juste à me détacher de ce que ma mère m’a légué. En aucun cas ça doit prendre de telles proportions. Le but est juste qu’un journaliste qui a les moyens ne remonte pas à la Frost en moins de deux minutes. »

Ian fut totalement rassuré et son visage se détendit sans aucun doute. L'hypothèse qu'il avait formulée semblait se confirmer. Mademoiselle Frost voulait tout simplement prendre de la distance vis à vis de l'affaire familiale et c'était bien normal. Le pourquoi maintenant n'avait aucune importance. Cela le calma un peu mais se répits aller être de courte durée.

Emma Frost aller continuer sa phrase quand :

«Je… »

Et après une seconde d'hésitation :

« Vous semblez particulièrement suspicieux à mon sujet. Si c’est le cas, est ce que je peux en avoir les raisons ? Et si jamais il y avait un réel problème, rien ne vous oblige à traiter cette affaire. Je peux, tout à fait, trouver une autre personne, vous savez ? »

Instant de panique complète dans l'esprit de Ian.

* Voila à force de chercher la petite bête et de faire ton malin, tu vas tout faire capoter. *
*Tu vas devoir rentrer bredouille à Londres. Ta première affaire importante et tu gâche tout.*

Jamais il n'aurait du faire cette proposition malhonnête. Il faut qu'il sauve ce coup à tout prix. Ian chercha à reprendre le dessus sur ses angoisses et à ne pas céder à la panique. Il se rappela des conseils que l'on lui avait donnait à la LBB. "Quoi qu'il arrive toujours garder son calme et faire bonne figure."

Il réajusta donc sa cravate et fit un léger sourire à son interlocutrice.

"Il n'y a aucun problème Mademoiselle Frost. Ce sera avec plaisir que la LBB traitera cette affaire. Je suis juste parfois un peu trop curieux ou pensif. Du coup on a tendance à croire que je suis méfiant ou que j'accepte de travailler de mauvaise grâce. Mais cela n'a rien à voir."

Ian continua à sourire poliment et continua d'un ton qu'il voulait neutre.

"Si vous voulez tout de même faire affaire avec la LBB, qui a de remarquables contacts en Europe et aux Etats-Unis, j'ai préparer une liste d'entreprises qui pourrait faire l'affaire."

Il sorti plusieurs dossiers, d'une chemise cartonnée ne portant aucune inscription et qui se trouvait sous la pile de documents qu'il avait sorti en premier. Il espérait avoir convaincu son interlocutrice et continua donc.

"Il y a plusieurs structures que vous pourriez racheter mais en voici deux qui me semble particulièrement intéressantes. Genetech, Inc. une entreprise crée dans le Wisconsin et qui a de petites filiales en Europe (en Suisse surtout) et en Australie. Ils sont très performants sur la recherche appliquée en génie génétique semble-t-il."

"L'autre entreprise s'appelle Bio-kinetic une entreprise un peu plus grande qui est basée uniquement aux Etats-unis qui fait plus de la recherche théorique sur des molécules pharmaceutiques. Leur siège social est ici à New-York."


Sans le laisser voir Ian était anxieux et il se demandait s'il aller pouvoir convaincre mademoiselle Frost de travailler avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Emma Frost
Mutante de niveau 4

Nombre de messages : 139
Date d'inscription : 08/05/2010
Localisation : du côté des damnés. NY.
Age du personnage : dans les environ de 400 ans. En paraît 25
Pouvoirs : Grande télépathe, peau de diamant
Profession : PDG de la Frost International et Patronne du Coyote Ugly
Points de rp : 127

MessageSujet: Re: Rendez-vous de 10 h [Emma, Ian et Libre]   Jeu 30 Juin - 12:49

    Emma avait cherché à mettre les choses au clair concernant les doutes qu’il pouvait avoir sur elle. Parce qu’après tout elle ne voulait pas de quelqu’un capable de la lâcher n’importe quand. Sa télépathie était une aide assez impressionnante à ce moment précis. Ce qu’il ne savait pas, et qu’elle ne lui dirait pas, c’est que, de toute façon, le jour où elle aurait le moindre problème, le moindre doute en ce qui concerne sa discrétion elle ferait en sorte qu’il ne puisse plus jamais parler à qui que ce soit. Et les moyens d’en venir à ce genre de chose, elle les avait. Bref, il chercha à la rassurer sur ses intentions et sa façon de faire tout en sortant des dossiers et en donnant le nom d’entreprises. Apparemment il y en avait deux qui semblaient convenir dont une qui était situé à New York.

    Emma avait des connaissances dans un domaine, dans plusieurs même, cependant elle devait avouer qu’il y avait beaucoup d’autre ou une personne était bien plus intelligente qu’elle. Enfin le pouvoir de cette personne aidait franchement sur ce point. Du coup, pour une affaire aussi importante, il était peut-être temps qu’elle songe à une aide extérieur et de confiance même si cela impliquait devoir admettre que le domaine de compétence de l’autre personne était plus avantageux que celui d’Emma. Sa fierté en prendrait un coup, mais l’avenir de l’entreprise était bien plus important. Elle laissa le jeune homme lui expliquer ce qu’il pensait des entreprises proposées et, suivant le fil de leur conversation, Emma fini par lui dire qu’officiellement ce serait lui qui serait chargé de cette transaction. Cependant elle y mettait certaines conditions.

    L’une d’elle fut de prendre rendez-vous avec Scribe, qu’il présenta sous le nom d’Elizabeth Jenkins. Ingénieur en génie Génétique elle saurait mieux que quiconque ce qu’il valait mieux choisir comme entreprise. Cette condition était, bien évidemment, non négociable. Bien sûr Emma précisa qu’elle connaissait cette personne de renom mais c’était tout. Enfin si elle l’avait croisé une fois lors d’un congrès mais rien de plus. Ce n’était pas la vérité vu qu’elles étaient toutes les deux dans le club des damnés de New York, mais aussi chez les damnés. Difficile ne pas vraiment ce connaitre. Cependant, Emma trouvait important que Ian ne soit pas au courant de ce détail parce que c’était aussi une façon de s’assurer de sa façon de faire et de sa discrétion. Elle le laissa repartir après lui avoir transmis les coordonnées d’Elizabeth.

    Ce n’est qu’une fois qu’il fut partit depuis un bon moment qu’elle prit son téléphone pour appeler Scribe et lui expliquer la situation. A elle aussi elle fit quelques recommandations, comme le fait de ne pas dire qu’elles se connaissaient. L’avantage avec cette mutante c’est qu’elle avait une véritable capacité à analyser les choses, son pouvoir, encore une fois, y était pour beaucoup. Et, en plus, c’était une personne de confiance. Elle s’assurait, de cette manière, d’avoir un contre rendu détaillé de l’entretien qu’aurait les deux personnes. Parce qu’après tout c’était aussi dans les façons de faire d’Emma, garder un contrôle sur tout, sans pour autant que les gens soient au courant. C’était à Ian Pellington de faire ses preuves maintenant.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Rendez-vous de 10 h [Emma, Ian et Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rendez-vous de 10 h [Emma, Ian et Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men Extended :: NEW YORK CITY :: Hell's Kitchen :: Coyote Ugly-