Partagez | 
 

 Erreur d'inattention (Libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

ex-Ian Hemerson
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 24/11/2010
Localisation : New York, souvent à la ThreeBees Corp.
Clan : ThreeBees Corp.
Age du personnage : 22 ans.
Pouvoirs : Empathie visuelle et ressentit
Profession : Laborantin pour ThreeBees Corp.
Points de rp : 22

MessageSujet: Erreur d'inattention (Libre)   Sam 27 Nov - 19:28

    _ Ian ?
    _ Hmm ?

    Occupé à observer des organismes microscopiques, les yeux rivés sur son microscope, Ian avait bien reconnue la voix de Rachel. Une des secrétaires de la TB Corp, travaillant ici depuis bien plus longtemps que lui, mais il se refusa à lui apporter plus d'intention sous peine d'avoir un de ces fameux maux de tête. La mutation n'était pas toujours une bénédiction ou même un don, lui était incapable de voir les personnes normalement. A quoi ressemblait Rachel ? Il ne le savait même plus, ne lui ayant accordé que trop peu d'attention à son arrivée à la ThreeBees Corporation. Blonde, brune ? Il ne serait même pas le dire, surtout avec les dernières lubies des femmes qui consistait à changer de couleur de cheveux comme de chemise à la moindre apparition d'un infime cheveux blanc.

    _ Ian, est ce que tu pourrais au moins lever la tête, juste un instant ?
    _ Je pourrais mais, je n'en ai aucune envie.

    Pure vérité. Lever les yeux, et voir un amalgame de couleur, de luminosité, et de forme. Se bouffer un mal de crâne, parce qu'il a voulu faire semblant de la voir par pure politesse. Même pas en rêve. Et puis, son travail l'intéressait beaucoup plus que ce qu'elle pouvait lui dire. En tout cas, c'est ce qu'il supposa vu qu'il n'avait aucune idée de la raison qui avait poussé cette secrétaire à venir jusqu'à SON laboratoire où il aimait y être SEUL. A croire que ces deux notions ne pouvaient être comprises par personne, même pas par une simple secrétaire. A se demander où pouvait bien aller le monde.

    A peine avait-il donné sa réponse qu'il entendit les bruits de talons, sur le carrelage de son laboratoire, et, à en juger par la force à laquelle ils tapaient le sol à chaque pas, Rachel devait être fichtrement bien énervée. Qu'est ce que cela pouvait bien lui faire. Ian était persuadé que si il levait les yeux maintenant, il y verrait une lumière rouge, presque aveuglante, correspondant à la colère qu'elle devait ressentir sur le moment. Un des rares sentiment qu'il avait réussi à identifier rapidement tellement les personnes de cette terre le ressentaient souvent. Mais il ne prit pas la peine de vérifier ce fait. Une perte de temps, selon lui. Il sentit, néanmoins, qu'elle était proche de son plan de travail. Il garda les yeux dans son microscope.

    _ Très bien, Lança t-elle sur les nerfs. Un coursier est passé pour déposer un bon, En joignant les gestes à la parole elle plaque, sur le plan de travail, le bon en question de manière un peu violente prouvant son énervement. Les composants que tu as demandés sont arrivés à la pharmacie, tu peux aller les récupérer.
    _ Génial, est-ce que tu pourrais aller les récupérer ?
    _ Je pourrais mais, je n'en ai aucune envie !

    Relevant la tête, fière, elle tourna les talons et quitta la pièce. Bien contente d'avoir reprit exactement les mêmes mots que Ian, un peu plus tôt, quand elle lui avait demandé de lever les yeux. La laborantin n'eut pas besoin de la voir pour la savoir fière, suffisait d'entendre le ton qu'elle avait employé, ne manquant plus que le "Nah !" d'une enfant de quatre ans à la fin de sa phrase. Pathétique.

    Ce n'est qu'une fois qu'il n'entendit plus les talons qu'il décrocha de son microscope pour voir le bon qu'elle avait laissé sur la palliasse. Pharmacie de la cinquième avenue. Tout ce qu'il détestait. L'espace d'un instant il estima que tout cela ne serait pas arriver si il avait daigner lever la tête juste une courte seconde, juste pour faire un sourire, la saluer, avant de retourner à son microscope. Il avait, juste, voulu éviter la vue d'une personne et, maintenant, il allait devoir traverser une petite partie de la cinquième avenue, se pointer dans une pharmacie et tout ça pour quoi ? Récupérer des échantillon d'un médicament venant d'un concours pour en saisir un concept. La journée s'annonçait bien, si on oubliait la course qu'il devait faire. La poisse. Il avait vraiment besoin de sa commande pour continuer.

    Dans un soupir, lasse et empreint à une inquiétude croissante face à l'épreuve qui l'attendait, il se débarrassa de sa longue veste blanche de laborantin pour reprendre sa veste noire. C'était marrant comme une simple veste pouvait tout changer. Une seconde plutôt, son métier n'aurait fait aucun doute, maintenant c'était un peu plus compliqué. Dans son jean, un peu trop délavé, sa chemise blanche et sa veste noire, il n'avait plus rien d'un laborantin. A moins que ce soit ses cheveux, un peu décoiffé, qui ne lui donnait pas le look "cliché" du type qui passe sa vie dans un laboratoire à faire des analyses ou à trouver des nouveaux concepts thérapeutiques. Peu importe.

    Il checka ses poches pour vérifier qu'il avait bien son portable, son petit calepin et un stylo. Présents. Il ouvrit la porte de son laboratoire, que Rachel avait claqué en partant, et sortit dans les couloirs. Comme à son habitude, il avait le regard rivé sur le sol comme si il n'y avait pas plus intéressant que des dalles de carrelage. Il pouvait paraitre bizarre comme type mais, c'était bien plus intéressant que de croiser des personnes du regard et risquer maux de tête ou, pire, évanouissement. Quand un pouvoir de ce genre vous tombe sur les épaules - ou les yeux, dans le cas présent - on revoit bien vite ses ordres de priorités. Ce que pensait les gens il s'en fichait pas mal, du moment qu'ils ne les voyait pas.

    Sortant des bureaux situés sur la cinquième avenue, il alla jusqu'à la pharmacie par le même procédé que dans les couloirs. Impression de voir comme les gens pouvaient être crade. Il avait cessé de compter au trente sixième chewing gum collé au sol, après seulement quelques dizaines de mètres. Fort heureusement pour lui, la pharmacie ne se trouvait pas loin. Disons qu'il en avait un peu marre de se prendre des coups d'épaules, de se faire bousculer, et de ne même pas pouvoir lever la tête pour hurler aux gens de regarder où ils mettaient les pieds. Allez dire ça à quelqu'un quand vous êtes le premier à regarder vos propres pieds plutôt que le chemin à suivre.

    Arrivé à la pharmacie il fut forcé de lever les yeux, ne serait-ce que pour savoir si il y avait un temps d'attente important. Une farandole de couleurs et de luminosité se trouvait devant ses yeux. Tellement important, qu'il fut forcé de plisser les yeux et de mettre une main en visière comme si il avait été éblouie par un soleil trop présent. L'opération avait durée quelques secondes, pas assez pour lui donner mal à la tête, mais il rebaissa les yeux rapidement. Son temps d'observation était bien trop limité pour se permettre de regarder trop longtemps les gens devant lui. Quatre personnes qui attendaient leur tour et trois pharmaciens, ou pharmaciennes, il n'en savait rien en réalité.

    Patiemment, le regard sur le sol, il attendit son tour. Quand ce fut enfin le cas, il se présenta au comptoir, sans lever les yeux et déposa son bon de commande dans un bonjour à peine audible. La chose la plus étonnante pour l'employé qui lui faisait face, était de voir ce client particulier déposer un bon de commande et faire un bon pas en arrière, avant de relever les yeux. Oui, Ian avait, ce qu'il appelait, un périmètre de sécurité. Deux mètres dans lesquels il ne voyait rien, mais passer cette distance, tout redevenait normal. Un soulagement pour lui. Il imaginait qu'avec son pas en arrière tout redeviendrai normal, mais la personne qui devait le servir ne bougea pas de son comptoir, comme si il était étonné de ce qui était en train de se passer. Avec un effort surhumain pour ne pas hurler, Ian s'efforça de prendre une voix calme, mais la froideur de son ton ne put s'effacer.

    _ Vous comptez rester planter là, ou vous aller me chercher ma commande ?
    _ Heu, oui, Monsieur. Pardon.

    Il s'éloigna - enfin ! - pour le plus grand soulagement de Ian. Quelques minutes plus tard il avait tout ce qui lui fallait et avait payer sa commande, qu'il se ferait rembourser par la ThreeBees Corp plus tard. Il ne lui fallu que quelques secondes pour sortir de la pharmacie mais, trop pressé de sortir, il en oublia l'essentiel. Son regard se porta sur la rue, la plus bondée de personne, même dans un périmètre de deux mètres. Son regard fut ébloui par tant de couleur, de lumière et des formes. Tellement qu'il se senti vacillé, prit de vertige. Dans la seconde qui suivit, pas bien, il baissa les yeux au sol et sans réfléchir il se fraya un passage à coup de coude et d'épaule dans la rue pour aller, du plus vite qu'il le pouvait, rejoindre central park.

    Il avait bien entendu des personnes hurler sur son passage, se plaignant de sa façon de faire et, franchement, Ian avait du répondre un peu près sur le même ton sans leur jeter le moindre regard. Tout ce qui comptait pour lui était d'aller dans le parc, ou la concentration de personne serait moins importante par certain endroit. Une fois arrivé dans l'endroit, il courra comme il pouvait, son sac de la pharmacie dans les mains, et alla s'isoler dans un coin, sous un arbre. Se laissant tomber contre le tronc de l'arbre, il posa son sac pour porter les deux mains à ses tempes.. Il savait qu'il disposait de quelques minutes avant que ses maux de tête ne commence, mais la concentration de la cinquième avenue était trop condensé pour espérer y tenir quelques minutes. Un mal de tête lui lacérait les tempes et il en aurait hurlé de douleur, si il ne serrait pas les dents sous les coups de la douleur. Les genoux ramenés contre son torse, il se balançait que très légèrement d'avant en arrière en priant intérieurement que cette douleur cesse sur le champ... Peine perdue.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Kaileena Wilder
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 438
Date d'inscription : 07/11/2006
Clan : Damnés
Age du personnage : 18 ans
Pouvoirs : Regénération et dégénération cellulaire
Profession : Ancienne serveuse sans emploi aujourd'hui.
Points de rp : 17

MessageSujet: Re: Erreur d'inattention (Libre)   Mar 30 Nov - 22:53

Elle fixait depuis un moment le kioste de journeaux quelques peu embêter par un ridicule dilème. Ses finances commençaient sérieusement à être préoccupante et trouver un emploi n'aurait pas été un luxe. Cependant voilà, la page tant convoité d'annonce de poste disponible était partie intégrante d'Un journal payant. Il fallait donc qu'elle ouvre son porte monnais dans l'espoir de remplir ce dernier... franchement s'était aberrant.

"Non mais quels idiots, il n'ont pas comprit que si on veut la page des annonces de travails c'est probablement parce qu'on a pas le moyen de la payé!"

Les gens se retournèrent à son esclandre peu discret toutefois, sa petite humiliation ne fut pas innutile. Un homme intéressé visiblement que par la page sportive, lui accorda un sourire moqueur avant de lui tendre le reste de son journal. Mettant de côté une fierté qui ne lui apporterait pas grand chose, Kaileena se saisit du New-York post et observa l'individu qui n'avait pas attendu le moindre remerciment pour reprendre son chemin. Elle prit une grande inspiration avant de s'humilier légèrement une dernière fois.

"Hé ho, merci!"

L'homme se raidit légèrement, baissa la tête avant d'avancée plus rapidement. Tiens donc, elle venait probablement de lui faire regretter son geste en attirant ainsi l'attention sur lui. Elle n'allait cependant pas se prendre la tête pour çi peu. L'emplacement était beaucoup trop bondé pour effectuer tranquillement une lecture de son acquisition. Elle connaissait toutefois, l'endroit parfait pour y trouver le calme. Avant son départ, elle y allait souvent pour lire un peu... pourquoi ne pas y faire un tour.

Le parc était vraiment l'un des endroits favoris de Kaileena, en particulier parce qu'on ne se faisait pas bousculer sans arrêts comme dans les galeries marchandes ou tout le monde semblait en retard. Certains y allait pour admirer les arbres et leurs feuillages disant qu'il n'y avait rien de plus intéressant. Pour sa part... et bien les arbres, elle les préférait beaucoup plus avec une reliure et des écritures.

*Tu es encore loin, de la naturaliste ma grande.*

Elle sourit légèrement avant de chercher un coin confortable, l'espace gazonnée aurait très bien pu faire l'affaire mais, il fallait compter avec les fourmilières. Avisant une branche pas trop haute, elle se dit que peut-être se serait un bon compromis. Il s'avéra toutefois, lorsqu'elle réussit tant bien que mal à se hisser que ce n'était pas des plus confortable. Même si elle s'adossa contre l'écorce, cela ne fournissait pas pour autant un équilibre parfait et ouvrir son journal fut toute une aventure. Elle n'allait pas pour autant admettre son erreur et descendre. Il suffirait simplement qu'elle bouge le moins possible et cela pourrait le faire.

Elle parcourrue la première colonne d'annonces sans trouver le moindre intérêt dans ce qui était offert. Kaillena allait entamer avec courage les autres platitutes lorsqu'un ébranlement de son perchoir lui fit baisser rapidement les yeux en direction du sol. Un homme avait semble t'il décider de jouer les déracineurs. Elle s'apprêtait à crier à l'individu de faire un peu attention lorsque ce dernier se laissa choir au sol et prit une drôle de posture.

*OK... semblerait qu'il y ait un problème. Allé on va voir... ce pourrait être un dérangé et puis ça ne concerne pas, laisse se briser la crâne contre cet arbre.*

Kaileena secoua légèrement la tête pour chasser cette pensée et entreprit de se laisser pendre de sa branche pour tomber sans mal sur ses pieds. Elle due contournée son ancien perchoir pour venir se placer devant l'inconnu. Seulement voilà, il ne semblait même pas avoir remarqué sa présence et à moins d'une erreur franchement grossière de sa part, il semblait drôlement souffrir. Elle posa un genou au sol afin d'être à la hauteur de l'individu et ne remarqua aucune blessure visible, se qui la laissa quelque peu perplexe.

"Hum, ça ne semble pas aller très fort. Vous avez besoin d'aides?"

Elle avait parlée à voix basse histoire de ne pas ajouter une crise cardiaque au mal innexpliqué qui semblait taraudé l'individu. Remarquant le sac provenant d'une pharmacie, la jeune femme grimaça légèrement.

*Bon sang, ils n'auraient pas pu s'assurer qu'il les avalent ses fichus pillules avant de le laisser partir... à moins que ce soit un junkie... génial, sur quoi, suis-je encore tombé.*

"Écoutez, s'il vous faut l'un des médocs que vous trimballez, dites moi au moins le nom et la dose avant que je tentes de vous droguer inutilement? "
Revenir en haut Aller en bas
avatar

ex-Ian Hemerson
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 24/11/2010
Localisation : New York, souvent à la ThreeBees Corp.
Clan : ThreeBees Corp.
Age du personnage : 22 ans.
Pouvoirs : Empathie visuelle et ressentit
Profession : Laborantin pour ThreeBees Corp.
Points de rp : 22

MessageSujet: Re: Erreur d'inattention (Libre)   Mer 1 Déc - 13:31

    (Merci )

    Toujours assis sur le sol, le dos contre l’arbre, les mains sur les tempes et les genoux ramenés vers lui, Ian fut incapable de voir qu’une personne quitta une branche de l’arbre qu’il occupait. Il avait même été incapable de la voir avant de s’installer, tant la perspective d’être enfin loin de tout le monde était nécessaire. Si il était aveugle à certaines choses, il n’en était pas sourd pour autant. Très vite il entendit une voix féminine – ce qu’il nota mentalement, vu qu’il serait incapable de voir si c’est une femme ou un homme – lui dire qu’il n’allait pas fort. Wahou, quelle déduction. Et si il avait besoin d’aide.

    Aux premiers mots qu’il avait entendu, il avait sentit son corps se raidir et stopper ses mouvements d’avant en arrière. Sa première réaction, logique, était de lever les yeux vers cette personne qui lui parlait mais, à peine avait-il commencé, il s’empressa de rebaisser la tête vivement. C’était stupide, il était dans ce parc parce qu’il avait négligé de faire attention avec son pouvoir, ce n’était pas pour recommencer maintenant. Regarder quelqu’un, dans son état, c’était un peu trop suicidaire à son goût. Pour ce qui était de la demande d’aide, sa première envie était de faire comme à son habitude : envoyer valser tout le monde pour s’assurer une certaine tranquillité. Mais… C’est ce qu’il avait fait avec la secrétaire de la ThreeBees et, moralité, il avait fini par aller chercher sa commande tout seul comme un grand.

    Alors, à première vue, il n’avait pas besoin de l’aide de cette personne qu’il ne connaissait pas. Mais c’était également l’impression qu’il avait eut avec la secrétaire. Peut être qu’il était temps de réfléchir un petit peu avant de se montrer désagréable avec tout le monde. Le problème c’était qu’il ne savait même plus comment il fallait s’y prendre pour se montrer agréable… Agréable… Rien que ce mot lui filait de l’urticaire tellement il avait été banni de son langage et de sa façon d’être. Rare exception étant les peu de personnes qui lui étaient particulièrement proche. Bon, ce n’était pas tout, mais est ce qu’il avait besoin d’aide ou non ?

    _ Si vous pouviez reculer d’environ deux mètres, ça serait très agréable.

    Il avait même réussi à s’exprimer sans la moindre marque de dégoût, ce qu’il faisait en temps normal. C’est qu’il était fier de lui, il arrivait à parler normalement. D’ailleurs ce fait l’étonna tellement qu’il ne songea pas, une seule seconde, que sa demande pouvait être étrange. Qui demanderait à une personne, surtout en plein air, de reculer de deux pas. Encore, il aurait besoin d’air, ça pourrait se comprendre mais, en plein dans un parc c’était peu crédible. Sauf que pour lui, tout était parfaitement logique. Deux mètres d’écart et il pourrait lever les yeux vers elle s’en risquer de se mettre à voir des couleurs et des luminosités dans tous les sens. S’en était tellement naturel, pour lui, de demander cette distance de sécurité qu’il ne pouvait pas imaginer que cela pourrait passer pour une requête bien étrange.

    Ne la regardant pas – et même si ça avait été le cas – il passa complètement à côté de la tête qu’elle avait fait en voyant un sac rempli de médicament. Il ne manqua pas, cependant, le fait qu’elle voulait savoir ce qu’il devait prendre avant qu’elle ne prenne l’initiative de le shooter un peu au hasard. Elle était sérieuse là ? Sous le coup de l’étonnement il manqua, une fois de plus, de lever la tête mais arriva à se retenir au dernier moment. Elle pensait réellement qu’il avait besoin d’un de ses trucs se trouvant dans son sac de médicaments ? Avec un peu de réflexion, et en se mettant à la place de la jeune femme, il estima que les paroles qu’elle venait de dire n’était pas sans le moindre intérêt.

    C’était surtout le terme « droguer » qui l’avait étonné. Pensait-elle réellement qu’il était une de ses personnes se shootant de médicaments à la première occasion ? C’était stupide… Quoique… Il avait quand même sont foutu sac rempli de cachet, pas étonnant qu’elle puisse penser ce genre de chose. Ce n’est pas comme si il se baladait avec une pancarte disant « je suis laborantin pour un groupe pharmaceutique. ». Alors finalement, la phrase qu’elle avait prononcée l’amusa. Elle était réellement prête à tenter de le droguer inutilement ? Rien que pour le trip, il aurait bien aimé voir ça.

    Ian avait cessé de se balancer légèrement, depuis un petit moment mais, il gardait toujours les genoux repliés contre son torse. Ses bras, les entouraient pendant que sa tête prenait appuie sur le haut de ses genoux et que son regard était rivé vers le sol. Son mal de tête était toujours horrible mais, au moins, la personne qui lui parlait apporter une diversion qui l’empêcher de ne cesser qu’à cela. Il avait peut être bien fait de ne pas lui répondre trop mal à sa première phrase.

    _ En très mauvais drogué que je suis, je n’est pas la moindre goutte d’eau pour avaler la plus petite pilule. Il va donc falloir se passer des médicaments ici présent qui, de toute façon, ne sont d’aucune utilité. Ca va passer. Mais merci d’avoir songer à vouloir me « droguer inutilement ».

    Le ton avait l’air sincère quand il l’avait remercié. Plus étonnant, il estimait qu’il pensait réellement ces remerciements sincères. Il est vrai que l’on vivait dans un monde, dans une époque, ou les gens avaient une fâcheuse tendance à changer de trottoir ou détourner les yeux, quand quelqu’un semblait être en difficulté. L’action qu’elle avait faite, aussi petite soit-elle, se devait d’être remercier parce que tout le monde n’avait pas se réflexe.

    _ Par contre, si toute fois vous avez de l’eau, je ne serais pas contre le fait d’avaler un cachet dont la composition serait à base d’acide acétylsalicylique.

    Il aurait préféré lui dire qu’il voulait juste de l’aspirine, au moins le nom était connu de tout le monde. Mais il savait qu’il n’en n’avait pas commandé. Par contre, il possédait peut être un autre médicament à base d’aspirine pour pouvoir calmer son mal de tête mais, dans ce cas là, la composition du médicament serait donné par un nom moins commun que « aspirine », voilà pourquoi il avait donné ce nom à rallonge. Si, lui, ça lui semblait naturel d’employé ce terme, il savait que ce n’était pas le cas de tout le monde et en aucun cas il voulait mettre en avant le fait qu’il connaissait un terme qui pouvait passé pour technique. Et puis, avec un peu de chance, elle savait peut être très bien à correspondait ce qu’il lui avait demandé, les gens sont de plus en plus regardant sur la composition de leur médicament…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Kaileena Wilder
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 438
Date d'inscription : 07/11/2006
Clan : Damnés
Age du personnage : 18 ans
Pouvoirs : Regénération et dégénération cellulaire
Profession : Ancienne serveuse sans emploi aujourd'hui.
Points de rp : 17

MessageSujet: Re: Erreur d'inattention (Libre)   Mer 1 Déc - 14:25

[C'est un plaisir.]

L'étrange moineau sur lequel elle était tombé semblait se fasciner pour le sol mais après tout, peut-être n'était t'il simplement pas en de bonne disposition. Ayant souvent le nez dans un bouquin lorsqu'elle avait envie d'ignorer le monde qui l'entourait, cela aurait été quelque peu déplacé de faire un commentaire. Elle attendait tranquillement une réponse à sa question tout en surveillant que ce dernier n'était tout de même en train de claquer.

*Je me passerais bien d'un cadavre, avec ma chance, ils trouveront bien un moyen de me mettre sa mort sur le dos.*

Les premiers mots qu'il prononça furent pour demander deux mètres d'espace! Elle en avait connue des gens ayant besoin d'une bulle d'intimité mais alors là... s'était quand même beaucoup. Enfin, la demande n'avait pas été prononcer avec agressivité elle pouvait donc faire ce petit effort. Elle se redressa tranquillement et mis approximativement la distance qu'il avait réclammé entre eux.

"Je n'ai pas de ruban à mesurer mais ça devrait être bon."

*Peut-être en ce qui concerne son alergie à l'envahissement mais la distance complexifira quelque peu les choses s'il a besoin de soin... Oh et puis, il parle, devrait pas mourir immédiatement.*

Kaileena chassa ses pensées et reporta son attention sur l'individu histoire de l'étudier. D'accord ce n'était pas un rat de laboratoire à proprement parler mais tout le monde pouvait se révélé un sujet d'étude plus ou moins intéressant. Quoi que celui-çi lui compliquait drôlement la tâche en ne relevant pas la tête. Avec un sourire légèrement amusée, elle finit par tentée de contournée légèrement le problème en s'assoiyant à nouveau au niveau du sol. Elle pouvait supposé qu'il n'était pas encore un vieu crouton, qu'il ne vivait pas dans la rue et pour les yeux... et bien, aucun moyen de savoir.

Elle finit par abandonner pour le moment son étude de l'individu pour approximer le contenu de son sac. Vraiment trop facile, de dire qu'il contenait probablement trop de flacon pour une personne normale. Quoi que la théorie du junkie ne tenait pas réellement la route si elle portait crédibilité à son affirmation que sans eau, il était incapable d'avaler la moindre pilule. Lorsqu'il la remercia d'avoir voulu le droguer inutilement et réclamma par la suite de l'acétylsalicylique, la jeune femme laissa échapper rire léger. Elle pouvait mettre en doute sa sincèrité mais il n'y avait pas à dire, ce personnage avait au moins le don de la divertir.

"Vous faites un drôle de junkie vous savez? Vous vous trimballer avec l'équivalent de se qui rentrerait dans ma pharmacie mais vous n'avez pas d'Aspirine."

Comment savait elle pour le nom peu employé de la petite pillule miracle anti maux de tête? Très simple, elle avait manqué de lecture un jour et c'était replier sur les emballages des produits courrants donc elle avait les moyens de se payer. Comme toujours sa capacité à retenir qui n'était certe pas infaillible se révélait plus ou moins utile. Pour l'heure, elle venait au moins d'apprendre que son interlocuteur était loin de l'illétré.

"Désolé, je ne me paye pas ta tête s'est simplement... particulier comme situation. Bon, pour l'aspirine il doit m'en rester un ou deux comprimés parcontre pour l'eau..."

Elle montra ses mains vides avec un geste fataliste d'une personne devant une cause désespérée. Kaileena n'était pas du genre à trainer un sac à main surtout parce qu'elle passait son temps à le perdre... Et cacher une bouteille d'eau froide dans les vêtements, s'était loin d'être agréable. Elle en avait connaissance de cause pour avoir déjà tenté l'expérience. Pour avoir jouer les dansseuses du ventre pour sortir la maudite bouteille qui l'avait littéralement geler comme un glaçon l'hivers précédent, elle ne retenterait surement plus jamais l'expérience.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

ex-Ian Hemerson
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 24/11/2010
Localisation : New York, souvent à la ThreeBees Corp.
Clan : ThreeBees Corp.
Age du personnage : 22 ans.
Pouvoirs : Empathie visuelle et ressentit
Profession : Laborantin pour ThreeBees Corp.
Points de rp : 22

MessageSujet: Re: Erreur d'inattention (Libre)   Mer 1 Déc - 18:09

    Il fut vraiment surpris que sa demande soit prise en considération. Il ne l’avait pas vu se déplacer, son regard toujours rivé sur le sol, mais il entendit une voix un peu plus éloignée dire qu’elle n’avait pas de mètre pour mesurer mais qu’elle estimait la distance suffisante. En général quand il demandait quelque chose, on lui accordait de mauvaise grâce voir, on ne lui accordait rien du tout. Faut dire, qu’en temps normal, il ne faisait aucun effort pour montrer une quelconque politesse. Alors, soit la jeune femme était vraiment appréciable et serviable, soit la politesse – mesurée – faisait des miracles. Un coin de son cerveau lui disait de tendre vers la deuxième solution, mais sa fierté et son besoin d’isolement lui priait de ne pas écouter cette solution et de continuer à tenir tout le monde à distance par un excès de mauvaise humeur. Ce qu’il ferait mais pas maintenant, pas avec elle, c’était trop tard de toute façon.

    Si elle ne pouvait pas évaluer avec certitude la distance qui les séparait, lui pouvait le faire. Rien d’exact, il arriverait juste à savoir si il y avait plus ou moins de deux mètres de séparation. Avec une appréhension palpable et lenteur il releva la tête. Les yeux plissé s’apprêtant à avoir un florilège de lumières, de luminosités et de forme dansants devant ses yeux. Mais non. Rien. Il voyait correctement, avec ces deux mètres de distance, pour apercevoir un visage plus jeune que ce qu’il aurait imaginé. Mais, par pur réflexe, il baissa à nouveau la tête pour retourner dans la contemplation de l’herbe. A croire qu’il s’attendait à voir l’herbe pousser à tout moment.

    _ Effectivement, c’est bon. Merci.

    Vu qu’elle avait, seulement, estimer que ça devrait être bon, autant lui affirmer que c’était le cas. Il voulait bien concevoir, maintenant, que sa demande et ses réponses devaient sembler étrange. Après tout, il y avait tellement d’illuminés dans la ville de New York, qu’il devait passer pour un de cela. Qu’est ce qui pouvait bien choquer dans une ville comme celle-ci, où on pouvait voir un type en haut d’une tour sauter en se prenant pour un oiseau. Demander une distance de sécurité de deux mètres devait juste donner l’impression d’être un illuminé léger à côté de ça, non ?

    Un illuminé demandant une distance de sécurité et passant, aussi, pour un drôle de Junkie. Le pire c’est qu’il pouvait fournir une explication logique et qui dissiperait tous les doutes à son sujet. Il pouvait, tout simplement, expliquer son métier, dire pourquoi il avait autant de médicament et tout mal entendus seraient dissiper. Mais non, il ne le fit pas parce que, quelque part, la situation l’amusait. Et ça faisait bien longtemps – hormis avec quelques personnes – que les situations diverses ne l’amusait plus. Bien au contraire. Selon la jeune fille, il était forcément étonnant d’avoir autant de médicaments sur soit, mais pas d’aspirine. Au moins, elle savait comment on pouvait appeler ce composant, ce qui était agréable.

    _ C’est que l’aspirine, pour se shooter, ce n’est pas ce qu’on fait de mieux. Par contre, pour un mal de tête…

    Ian avait fait l’effort de relever très légèrement la tête, juste pour montrer le demi sourire parcourant ses lèvres. Une réaction servant à prouver qu’il n’était pas réellement sérieux. Enfin, du moins, qu’il n’avait pas tous ces médicaments juste dans le but de se prendre un bon shoot avec un mélange médicamenteux. Ce qui était certain c’est qu’il avait prit la remarque de la jeune femme dans le bon sens, alors quand elle s’excusa pour préciser qu’elle ne cherchait pas à se moquer de lui, il fit un très léger signe de tête qui voulait dire « y a pas de problème » et, il n’y en avait réellement pas. Aussi étonnant que ça puisse paraître pour lui.

    Il devait bien lui accorder que la situation était particulière, et que c’était le genre de chose qui ne devait pas arriver tous les jours. Toujours hésitant à lever les yeux vers elle, malgré les deux mètres de sécurité, il fit quand même l’effort. Assez, en tout cas, pour voir son geste d’impuissance quand elle annonça avoir quelques cachets mais pas d’eau. Ian était déjà une personne qui supportait très mal d’avaler des cachets, mais le faire sans eau comme on pouvait voir dans certains films, c’était carrément impensable. Ca devait être ça qui distinguait la réalité de la fiction : une prise de cachet.

    Il appuya un sourire un peu navré - involontaire – parce qu’il était tout de même un peu déçu de ne pas pouvoir prendre un cachet. Mais en aucun cas il décida d’en tenir rigueur à la jeune femme. Elle n’y était pour rien du tout, elle faisait même l’effort de proposer un cachet qui pourrait lui rester. C’est là qu’il pensa aux différents kiosques qui pouvaient traîner dans central parc. Il y aurait forcément un marchant de boisson qui serait lui vendre une bouteille d’eau. Ian se trouvait donc devant deux solutions : premièrement, il demandait à la jeune femme son cachet d’aspirine, la remerciait et allait à la recherche d’une bouteille d’eau tout seul comme un grand. Soit, il faisait preuve d’un peu plus de courtoisie et lui proposait de lui offrir un truc à boire dans le parc en échange de son cachet d’aspirine.

    La première solution lui convenait et était plus en rapport avec son caractère. Mais la deuxième solution lui paraissait plus réglo, au moins pour la remercier d’avoir prit le temps de s’arrêter et de vouloir l’aider. Puis elle avait quelque chose de divertissant avec sa façon de le prendre pour un drogué, sans vraiment en être convaincue. Levant les yeux vers elle, la distance lui permettant de la voir normalement, mais son mal de tête rendant les choses un peu flou pour qu’il puisse avoir une image parfaite de son visage, il se décida à faire sa proposition.

    _ Il doit bien y avoir un vendeur de boisson dans ce parc. Je vous échange votre cachet contre quelque chose à boire, si vous voulez ?

    Il allait de soit qu’il lui laissait le choix. Parce que si il paraissait déjà pour un illuminé avec ses distances de sécurité, un drogué avec son sac de médicament, il n’avait aucune envie d’attacher une image de pervers à la suite. Ca commencerait à faire beaucoup trop selon lui. Bien décidé à aller chercher de l’eau , même si elle refusait son offre ou de lui donner son cachet – l’hydratation étant déjà un remède en soit au mal de tête – il se releva doucement en s’aidant du tronc d’arbre. Il prit soin de rester coller à celui-ci pour garder les deux mètres de séparation. Il avait juste besoin de voir ses réactions, au cas ou elle refuserait ou accepterai d’un mouvement de tête. Puis si elle acceptait, et bien il retrouverai le sol avec ses yeux parce que marcher avec deux mètres d’espacement c’est pas ce qu’on faisait de mieux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Kaileena Wilder
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 438
Date d'inscription : 07/11/2006
Clan : Damnés
Age du personnage : 18 ans
Pouvoirs : Regénération et dégénération cellulaire
Profession : Ancienne serveuse sans emploi aujourd'hui.
Points de rp : 17

MessageSujet: Re: Erreur d'inattention (Libre)   Jeu 2 Déc - 2:53

Elle n’avait pas l’impression qu’il ait l’habitude à ce qu’on lui obéisse lorsqu’il demandait de l’espace mais bon, qui était t’elle pour refuser quelques choses qui ne lui avait rien coûtée? Quoi qu’il en soit, il releva enfin la tête pour lui signifier que c’était bon. Elle eu à peine le temps de noter la couleur de ses yeux qu’il avait reporté son attention sur l’herbe. Kaileena en fut quelque peu surprise, elle qui était habituée à fixer les gens dans le regard lorsqu’elle leur parlait histoire d’évaluer leur réaction voyait bien que celui-ci n’était franchement pas familier avec le concept.

Sans être une maniaque de l’esthétique et de ce genre de détails sans importance, la jeune femme commença quelque peu à s’inquiéter. Avait t’elle adopter sans s’en apercevoir un style proche du crapaud pour qu’il se dépêche à détourner le regard? Exaspérée de s’être laissée ne serait ce qu’un instant prendre à de t’elle considération qu’elle jugeait superficielle, elle chassa cette idée grotesque de sa tête.

*Oh et puis quel importance, on ne va pas faire une histoire parce qu’un junkie en puissance, extrêmement timide et éduqué malgré tout, évite ton regard.*

Quoi qu’elle n’arrivait pas à cerner pour le moment le personnage, elle pu au moins constater qu’il avait quelque peu le sens de l’humour. Elle sourit légèrement lorsqu’il convient que l’aspirine n’était pas «top» pour se shooter. Sans avoir expérimenté d’autres substances, elle n’en demeurait pas moins persuader qu’il y avait en effet plus efficace. Quoi qu’il en soit, elle prit comme une sorte assentiment le fait qu’il releva la tête lorsqu’elle s’excusa de n’avoir pu garder son sérieux.

Elle eu l’impression qu’il avait eu besoin de prendre un moment pour réfléchir avant d’effectuer la proposition d’échanger un comprimé contre une boisson. Par contre, elle ne voyait pas trop ce qui aurait pu demander une petite hésitation, ce n’était pas comme si il y avait des conséquences à ce simple fait. Enfin, chacun ses raisons et bien qu’elle aimait tout analyser, elle n’allait pas non plus jouer excessivement les détectives. Surtout que l’offre n’était pas de celle, qu’elle avait envie de refuser.

La jeune femme sauta sur ses pieds avec énergie et récupéra dans la poche de sa veste en jean, un sac de plastique hermétique qui contenait sa réserve d’aspirine. Avec sa mauvaise habitude de lire jusqu’en avoir mal au crâne et l’utilisation plutôt douloureuse de certaines de ses capacités, elle préférait toujours en avoir avec elle.

"Je suis partante! Quoi que… une petite question sans vouloir te vexer."

Elle lorgna sur le sac provenant d’une pharmacie avec un regard légèrement suspicieux.

"Disons qu'on a éliminé la théorie du junkie puisse que l’aspirine, ça ne le fait définitivement pas. L'autre supposition, qui vient ensuite... vous n’etes pas un de ses revendeurs de drogues? Pas que j’ai réellement quoi que ce soit contre eux, mais franchement, je n’ai pas trop envie de finir la nuit en tôle. "

De nos jours, on en croisait partout de ces petits commerçants particuliers et s’ils nuisaient à son avis qu’à ceux assez stupide pour ce faire avoir à consommer leur merd… Ils pouvaient être embêtants de se retrouver en leur compagnie. La plupart était connu du système judiciaire et franchement se faire coffrer pour un motif erroné, au risque d’être par la suite dans la ligne de mire des policiers, c’était non merci.

Seulement voilà, son monsieur j’ai besoin d’espace, n'avait franchement pas le profil et c’était plus par précaution et peut-être par espoir d’obtenir un indice sur qui il était vraiment, qu’elle posait la question. Elle n’attendit donc pas sa réponse avant de sourire avec bonne humeur et de lancer le sac de comprimé dans sa direction. Elle entreprit donc de se souvenir où elle aurait pu repérer un tel kiosque lors de ses précédentes visites. Seulement voilà, pas moyen pour elle d'avoir un sens de l'orientation dans un parc simplement rempli d'arbre.

*Faudrait leur dire de leur mettre des noms comme pour les rues...*

Il serait définitivement plus sage de suivre son interlocuteur, car même s'il n'avait pas une idée précise de leur destination, il leur éviterait peut-être de repasser quatre fois au même endroit. Seulement voilà, suivre à distance de deux mètres un homme dans un parc allait la faire passé soit pour un bon toutou soit pour une fanatique accrocher à ses basques qui le suit en douce. Franchement gênant...

"Euh dites donc, si par hasard on diminuait quelques peu votre bulle d'intimité... ou périmètre de sécurité. Je ne sais pas trop de quoi il est question, mais bon, vous ne vous évanouirez pas ni rien de ce genre?"

Elle en avait vu des gens bizarre dans cette ville, elle collaborait même avec certains d'entre eux, franchement pas net si on voulait son avis. Cependant, elle commençait à craindre légèrement que la malchance l'ait frappé en la mettant sur le chemin de monsieur j'ai besoin d'espace, dans le but de lui fournir une bonne dose d'humilité. Ce serait franchement dommage car jusqu'à présent, il s'était montré plutôt intéressant et non moins divertissant. Surtout qu'il demeurait une énigme, ce qui l’intriguait et éveillait sa curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

ex-Ian Hemerson
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 24/11/2010
Localisation : New York, souvent à la ThreeBees Corp.
Clan : ThreeBees Corp.
Age du personnage : 22 ans.
Pouvoirs : Empathie visuelle et ressentit
Profession : Laborantin pour ThreeBees Corp.
Points de rp : 22

MessageSujet: Re: Erreur d'inattention (Libre)   Jeu 2 Déc - 9:04

    Étonnant. Elle ne semblait pas encore savoir si il fallait, ou non, le prendre pour un Junkie mais elle accepta sa proposition de boisson sans la moindre hésitation. Elle s’était même relevée avec tellement d’énergie que Ian aurait pu en avoir le tournis si la distance de sécurité n’était pas respectée. Il se demanda, l’espace d’un instant, ce que devenait l’éducation des jeunes. Il imaginait qu’à la place de la jeune femme, il aurait sûrement hésité un instant avant d’accepter, ne serait-ce que pour le principe ou pour cette histoire de soupçon potentiel comme quoi il serait une sorte de drogué au médicament, incapable d’avoir de l’aspirine sur lui. Bon, au final, cela n’avait que peu d’importance et puis ça l’arrangeait bien qu’elle accepte, au moins, il pourrait avoir à un cachet pour soulager son mal de tête.

    Il avait, cependant, pensé un peu trop rapidement. Parce que, très vite, elle chercha à lui poser une question, sans le vexer. La formulation lui fit légèrement plissé les yeux, pendant qu’un sourcil remontait de manière interrogative. Qu’est ce qu’elle pourrait bien dire successible de le vexer ? Au passage, le fait qu’elle le tutoie à ce moment précis l’interpella quelque peu, sans pour autant qu’il ne s’en formalise. Il trouva même, plus étonnant qu’elle repasse au vouvoiement juste après, rappelant à Ian l’histoire du petit prince qui ne cessait de mélanger ces deux façon de parler. Le regard de la jeune femme était posé sur le sac à pharmacie et voilà qu’elle se demandait si il n’était pas un revendeur…

    Ian se pinça légèrement les lèvres affichant un regard énigmatique qui lui était propre, alors qu’un très léger sourire pointait sur le bouts des ses lèvres. Après être passer pour un drogué présumé, il passait au cran au dessus en devenant potentiellement un dealer. Ne se sentant concerné ni par l’un, ni par l’autre, il ne s’en vexa pas, trouvant même tout ça assez amusant. Elle était même mignonne à expliquer qu’elle n’avait rien contre les revendeurs, mais que la nuit dans un poste de police la dérangeait déjà un peu plus. Ian en sourit qu’un peu plus. Ce qui fut le plus marrant c’est qu’elle n’attendit même pas qu’il donne une réponse pour lui envoyé le sachet hermétique contenant les aspirines. Sac qu’il rattrapa au vol.

    _ Merci. Mais c’est pas un peu trop dangereux de donner à un junkie revendeur, sans eau et sans aspirine, sa réserve de cachet sans même avoir une boisson en retour ?

    Comme si il allait partir en courant pour quelques cachets d’aspirine. Mais il avait juste envie de souligner avec ce qu’il pensait être de l’humour, la façon dont elle avait de le faire passer par tous les métiers avec un lien direct vers la consommation de drogue, enfin, de médicaments. L’interrogation qui suivit était, ce qu’il trouvait, plus logique. Il n’allait tout de même pas lui proposer un verre pour la laisser marcher à deux mètres de lui, c’était vraiment impoli pour le coup et peu gratifiant pour elle. Mais si il lui semblait logique de diminuer cette distance, parce que les conventions le demandait, il apprécia néanmoins qu’elle demande si c’était possible au lieu de l’imposé.

    _ Distance de sécurité, en réalité. Ayant peur de ne pas paraître très clair, il ajouta un peu moins vivement : J’appelle ça une distance de sécurité. L’évanouissement est quelque chose de possible mais, il faut savoir vivre dangereusement.

    Il parlait avec un sourire et une sorte de désinvolture qui pouvait laisser croire qu’il rigolait en disant ses mots, ça serait étonnant de le prendre au sérieux. Pourtant, elle avait vraiment tapé juste en parlant d’évanouissement, qui lui était tout à fait possible. Mais, il pouvait également l’éviter. Si il avait lancé bien plus de regard en direction de la jeune femme depuis qu’elle s’était reculée, il n’avait plus qu’à rompre tout contact visuel avec elle tant qu’elle serait à moins de deux mètres et, les choses ne devraient pas trop mal de passer.

    A la fin de sa phrase il avait fait, dans un demi sourire, un léger signe de tête encourageant pour qu’elle puisse franchir le périmètre de sécurité qu’il lui avait demandé un peu plus tôt. Il lui lança un dernier regard, sachant qu’il ne verrait plus ses traits et tenterait de ne pas la regarder une seule fois, quand elle serait à moins de deux mètres. Du coup, c’est très rapidement qu’il se mit à regarder droit devant lui, la délaissant du regard par la même occasion. Il attendit de la sentir à proximité pour pouvoir avancé dans le parc. Aucune idée de l’endroit ou se trouvait un vendeur, mais il imaginait avoir plus de chance en se dirigeant vers le lac où se trouvait la plus forte concentration de visiteurs… Ce qui n’était pas fait pour l’enchanter. Il devrait se montrer particulièrement vigilant. Le regard toujours droit devant lui, il reprit bien vite à la l’intention de la personne à ses côtés.

    _ Histoire d’éviter tout malentendus. Je ne suis vraiment pas revendeur et, si vous deviez passer la nuit au poste par ma faute, cela serait un véritable concours de mauvaises circonstances.

    Pire, ça serait vraiment la poisse. Il voyait d’ici le tableau, des policier lui demandant ce qu’il fait avec autant de médicament, lui qui fuirait leurs regard passant pour un coupable idéal alors qu’il essayerait d’expliquer son métier. Mais bien sur, 22 ans et déjà laborantin pour le plus grand groupe pharmaceutique de la ville… Impossible qu’il soit crédible. Si ce genre de chose devait arriver, il regretterai un long moment de ne pas avoir lever les yeux vers cette secrétaire, qui serait aller chercher elle-même cette commande. Quoique, cela l’aurait fait passé à côté de cette rencontre amusante. Il suffisait de s’arranger pour que ce ne soit pas tragique.

    Lorsqu’il marchait, le geste qui revenait souvent chez Ian s’était sa façon de baisser la tête. Il avait toujours les yeux planté vers l’horizon, regardant les gens arriver en face de lui mais, dès qu’ils approchaient à moins de trois mètres, Ian baissait à nouveau la tête pour ne plus les avoirs dans son champs de vision. Il concevait que ça puisse paraître étrange mais, c’était une nécessité. Sinon, il augmentait ses chances de finir par un évanouissement, ce qui n’était pas souhaitable.

    _ Et vous ? Votre activité principal est de fournir des présumé Junkie en aspirine ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Kaileena Wilder
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 438
Date d'inscription : 07/11/2006
Clan : Damnés
Age du personnage : 18 ans
Pouvoirs : Regénération et dégénération cellulaire
Profession : Ancienne serveuse sans emploi aujourd'hui.
Points de rp : 17

MessageSujet: Re: Erreur d'inattention (Libre)   Sam 4 Déc - 5:16

Il attrapa sans mal le paquet qu’elle lui avait lancé sans trop réfléchir au fait qu’il aurait très bien pu se le prendre en pleine poire. Habituellement, elle se montrait plutôt réservée et moins impulsive mais après les tensions des dernières semaines, elle s’était promise que de retour à New-York, elle prendrait le temps de s’amuser. Voir à exceller et à conserver sans arrêt une façade impeccable de jeune femme réfléchie pouvait bien être mis de côté deux ou trois petites semaines de sa vie. Quoi qu’il en soit, elle était d’autant plus encline à oublier la bienséance et à laisser venir les choses comme elles arriveraient, tant qu’elle gardait un contrôle sur les conséquences, qu’un breuvage gratuit était parfaitement appréciable dans son budget.

*Tu deviens vraiment accro aux opportunités de ce genre…*

Elle sourie avec malice lorsque son interlocuteur parla d’un risque potentiel encourue de donner ainsi sans assurance sa réserve de cachet. Elle se doutait qu’il n’était pas réellement sérieux mais ne put s’empêcher d’entrée dans le jeu.

"Oh, je ne m’inquiète pas. Avec le mal de tête carabiné que vous sembliez vous trimballer vos chances de réussir à m’échapper avant d’avoir payé votre dû promis son plutôt mince. Et puis… vous seriez probablement très embêté si vous m’obligiez à vous sauter au cou pour vous immobiliser."

Elle avait laissé tomber la dernière affirmation sur le ton de la plaisanterie pur et simple. Nul doute, du moins dans son esprit, qu’elle n’oserait jamais en venir à une telle extrémité. Kaileena n’était pas de celle qui manifestait inutilement de la gêne, mais tout de même, elle considérait la retenue comme la meilleure façon de vivre… Ou du moins, de réduire les ennuies qu’on pouvait soit même s’attirer.

Ils s’étaient mis à avancer tranquillement et si la jeune femme trouva quelque peu incompréhensible l’attitude de son interlocuteur qui avait repris son petit jeu d’éviter son regard, elle n’en fit aucune mention. Kaileena ne laissa toutefois pas échapper le fait qu’il semblait marché avec le regard fixé droit devant lui pour disparaître en direction du sol dès qu’ils croisaient un autre occupant du parc.

*Et bien… il ne doit pas se prendre les pieds souvent. Je devrais peut-être penser à l’imiter à l’occasion. Quoi que, me connaissant, je multiplierais drôlement les collisions.*

Kaileena fut légèrement surprise d’apprendre que le risque d’évanouissement était bien réel. Elle avait quelque peu de mal à concevoir qu’une personne soit si gêné de la présence d’une autre auprès de lui pour en arriver jusqu’à un tel malaise. Quoi qu’il en soit, il semblait prendre la chose avec légèreté affirmant même qu’il fallait bien vivre dangereusement.

*Hum, est cette une plaisanterie…oh, et puis, adviendra ce qui arrivera. Dans le pire des cas, il va simplement ce retrouver à embrasser le gazon et je me taperai quelque peu la honte en essayant à la limite de lui éviter la commotion en tomba… pas la mer à boire.*

"Puis ce que le danger ne vous faits pas peur, on va y aller le risque. J’aurais peur, autrement de passé pour une groupie qui vous suit à distance ou pire encore, pour une racoleuse qui attend le bon moment pour approcher sa cible."

Autant prendre les choses à la légère puisse qu’il en était lui-même capable. Et puis, l’humour était une bonne manière d’éviter justement les désagréments de se produire. Bon d’accord, c’était l’une de ses théories pour lesquels, elle n’avait toujours aucune preuve mais jusqu’à présent, les évènements tendaient à confirmer cette idée.

La confirmation qu’il n’était pas revendeur ne fut pas vraiment une surprise, elle fut cependant quelque peu déçue de ne pas avoir réussi à obtenir plus d’information. Cet homme demeurait une énigme et la manière donc il arrivait à conserver le mystère sur sa personne sans pour autant refuser de répondre à la moindre question jusqu’à présent était intrigant et plutôt brillant. Le commun des mortels se montraient toujours inintéressant si bien qu’elle finissait rapidement par considérer leur compagnie aussi assommante que la lecture des feuillets de groupes anti-mutants que rapportait parfois tante Marge de son vivant. Par contre, bien qu’elle ne sache très peu de chose au sujet de monsieur j’ai besoin d’espace… elle s’amusait.

*À croire qu’il suffit de rencontrer des gens capables d’un peu d’humour ou d’user de leur cerveau, pour qu’on s’ennuie moins. *

"Dans ce cas, tout est pour le mieux. "

Après ses suppositions complètement erronées au sujet de son interlocuteur, elle aurait due s’attendre à ce qu’il lui rendre l’appareil. D’ailleurs, il sembla trouver facilement comment s’y prendre puisse qu’elle lui avait quelque peu facilité les choses de par son attitude.

"Oh non, ça c’est un petit bonus pour aujourd’hui. Habituellement, je me contente d’embobiner simplement des inconnus pour me faire offrir ma dose quotidienne de café ou une boisson froide. "

Elle avait affirmée cela avec un parfait sérieux, comme si c’était un fait indéniable qu’elle énonçait. Les arbres se faisant moins denses depuis un moment, elle finit par se repérer ou du moins par approximer qu'il s'approchait probablement du lac. Au vue de leur recherche, s'était assurément une bonne chose puis ce que les vendeurs de kiosque y prenaient souvent racine en raison de la condensation plus élevé de proies possible pour leur affaires.

"Ah, je crois bien qu'on est sur la bonne voie. Vous pouvez espérer réduire vos souffrances très bientôt... hum, si ce n'est pas indiscret, c'est relié à une cause physique? Votre mal de crâne, on s'entend."

*Si tel est le cas, tu serais probablement plus éfficace qu'un cachet... enfin, si tu ne fais pas de gaffes. Oh et puis, de toute façon hors de question que je révèle quoi que ce soit à ce sujet. Il se contentera des aspirines et puis basta!*

Kaileena, malgré ses pensées et sa détermination à demeurer une jeune femme tout ce qui a de plus normal aux yeux de monsieur j'ai besoin d'espace, ne pouvait réfréner sa curiosité. C'était donc avec une indifférence feinte, qu'elle attendait de savoir ce qui pouvait causer un mal de tête au point de s'échouer au pied d'un arbre dans un si piteux états. Enfin, il semblait aller mieux mais elle n'avait tout de même pas rêvée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

ex-Ian Hemerson
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 24/11/2010
Localisation : New York, souvent à la ThreeBees Corp.
Clan : ThreeBees Corp.
Age du personnage : 22 ans.
Pouvoirs : Empathie visuelle et ressentit
Profession : Laborantin pour ThreeBees Corp.
Points de rp : 22

MessageSujet: Re: Erreur d'inattention (Libre)   Lun 6 Déc - 21:09

    Si Ian avait voulu le jouer sur le fait qu’elle le prenait pour un drogué, en lui demandant si c’était judicieux de lui donner les cachet avant d’avoir sa boisson, elle entra parfaitement dans le même ton. Ce qui, au passage, était fortement appréciable. Selon elle, il n’y avait pas s’inquiéter, expliquant que de toute façon il ne serait pas très compliqué de le stopper si il tentait de fuir. Elle alla même jusqu’à dire que c’est lui qui serait le plus ennuyer si elle venait à lui sauter dessus pour le faire stopper. Cette dernière remarque faisait sûrement référence au fait qu’il avait demandé un périmètre de sécurité. En réalité, qu’elle lui saute dessus n’était pas bien grave, hormis sa fierté de se faire mettre chaos par une fille qui ne devait même pas avoir la majorité, du moment qu’il ne la regardait pas, tout se passerai bien. Mais comme le ton était le même qu’il avait employé, il se douta bien que rien de tout cela n’était sérieux. Il claqua la langue contre son palais dans un son qui se voulait faussement réprobateur à ce qu’elle venait de dire.

    _ Un point pour vous…

    Il n’était pas vraiment question de compter les points ou de savoir qui pourrait avoir le dernier mot. C’était juste sa façon à lui d’exprimer le fait qu’il appréciait l’esprit dont elle pouvait faire preuve dans cette discussion. Pour ce qui était de l’attitude dont il pouvait faire preuve en marchant, si elle l’avait remarquer – ce dont il ne doutait pas vraiment – elle fut assez intelligente pour ne pas le faire remarquer, ou pour sortir une remarque ou encore une question à laquelle il aurait du répondre par une pirouette. C’est qu’il ne se voyait pas vraiment expliquer qu’il était incapable de regarder quelqu’un à moins de deux mètres parce qu’il était un mutant. Il aurait sûrement pu donner cette explication, aussi simplement, si il vivait à une autre époque et dans un autre monde ou les humains ne vivait pas dans un tel climat de peur. Et comme il n’avait aucune idée du fait que la jeune femme était une mutante, il n’avait pas lieu de s’expliquer sur son propre cas.

    Il avait, bien entendu, accepter qu’elle marche à côté de lui, laissant entendre – sur un ton qui ne se voulait pas vraiment sérieux – que le risque d’évanouissement, pour lui, était réelle. Risque qu’elle était prête à prendre justifiant le fait qu’elle n’avait pas envie de passer pour une groupie ou, encore, une racoleuse. Désolé, mais cela le fit rire de bon cœur, essayant de s’imaginer la scène. Et c’est, toujours, le sourire aux lèvres qu’il ne pu s’empêcher de répondre à quelque chose sur cette remarque.

    _ Peu flatteur pour vous, effectivement… Cela dit, pour ma part, je m’en accommoderait très bien.

    Là encore, le ton n’était pas des plus sérieux. C’était juste un humour un peu pourri et parfaitement masculin sur le fait d’aimer avoir une groupie capable de le suivre n’importe où. Bien, qu’en réalité, la situation ne lui plairai guère. Il n’y avait, selon lui, rien de glorieux dans le fait de se laisser suivre en laissant une personne derrière. Puis, de toute façon, il appréciait discuter avec elle. Chose assez étonnante d’ailleurs venant de lui, mais il ne se posa pas vraiment de question pour le moment. Le plus important restait, quand même, de se trouver une bouteille d’eau et d’avaler ces fichus comprimés qui n’était même pas à lui. Un comble d’utiliser les cachets d’une autre alors qu’on à un sac à faire pâlir n’importe quelle pharmacie domestique.

    Il avait cependant trouver bon de la rassurer sur le fait qu’il n’était pas un revendeur. Ne pas dire les raisons qui faisaient qu’il se trimballait avec un sac plein de médicaments était une chose, laisser l’ombre d’un doute sur le fait qu’il pouvait être une personne – potentiellement – à problème, en était une autre. Il s’amusa à voir qu’elle ne posa pas de question plus poussée pour avoir une idée de ce qu’il pouvait faire. Le commun des mortels aurait sûrement répondu un truc du genre « Ah bon, mais vous faites quoi alors ? ». Mais pas elle. Décidément elle avait quelque chose de peu commun parfaitement rafraichissant. Cependant, à l’heure actuelle, il aurait encore volontiers échangé cette rencontre contre le fait de ne pas avoir à aller chercher ses médicaments. Bien que cette affirmation commençait doucement à aller dans l’autre sens.

    Quand il avait retourner la question contre elle, il s’était attendu à une façon de répondre toujours sur un ton d’humour, ou du moins à éluder la question, comme il pouvait le faire. Au lieu de ça il eu une réponse sur un ton sérieux, comme une évidence. Le problème c’était ce qu’elle disait de cette manière. Une simple petite intonation d’humour et il n’aurait pas douter du fait qu’elle n’était pas sérieuse. Là, avec la façon dont elle s’était exprimer, le doute était permit. Disons que ce qu’elle venait de dire pouvait parfaitement passer pour une forme d’humour à froid, qui dirais réellement ce genre de chose si c’était vrai. Mais il n’avait déceler que de sérieux dans sa phrase, avait-elle réellement dit la vérité ? Il avait, quand même, un peu de mal à y croire. Du coup, ce fut elle qui piqua sa curiosité.

    _ Ah oui ? Et ça fonctionne bien ? Je suis assez curieux de savoir de quelle manière vous vous y prenez sans avoir de cachets à donner en échange.

    Il y avait, dans sa voix, une point de scepticisme, parce qu’il était toujours pas capable de savoir si elle disait vrai ou non. Comment aurait-il pu le savoir ? Après tout il n’était pas télépathe, il était juste capable de voir les sentiments des gens. Et encore, il ne voyait que des couleurs et des formes, il n’était même pas fichu de les interpréter correctement vu que son pouvoir était trop récent. La jeune fini par s’exclamer sur le fait qu’elle pensait qu’ils étaient sur la bonne voix. Dans un air faussement vexé, il ajouta avec un léger sourire.

    _ Vous en doutiez ? Je regarde peut être mes chaussures, mais je sais quand même vers où on se dirige. Et pour répondre à votre question, je suis migraineux : trop de bruit, trop de mouvement, et c’est le mal de tête assuré.

    Il avait été plus sérieux sur la fin de sa phrase histoire de ne pas laisser planer de doute sur les raisons de son mal de tête. Aller expliquer à quelqu’un que vous avez mal à la tête juste parce que vous ne voyez pas les gens comme tout le monde. En tout cas la première partie de sa phrase fut bien vite confirmer par le fait qu’il était possible de voir un petit kiosque un peu plus loin. Seul problème : la file de personne qui attendait pour être servit. Trop de personne, dans un périmètre trop restreint pour lui.

    _ D’ailleurs en parlant de mal de tête, est ce que ça vous dérangerait de prendre les boissons pendant que je vous attend sur le banc à côté. Il montra un banc, plus loin, et plus isolé. Bien sur je vous donne de quoi payer, étant donné que c’est moi qui offre.

    Il prenait effectivement le risque de la voir partir avec les quelques dollars qu’il donnerait si elle acceptait. Mais, franchement, il se foutait royalement de perdre quelques dollars. D’ailleurs il était prêt à prendre le risque plutôt que de devoir affronter les personnes qui attendaient d’être servies.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Kaileena Wilder
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 438
Date d'inscription : 07/11/2006
Clan : Damnés
Age du personnage : 18 ans
Pouvoirs : Regénération et dégénération cellulaire
Profession : Ancienne serveuse sans emploi aujourd'hui.
Points de rp : 17

MessageSujet: Re: Erreur d'inattention (Libre)   Mer 8 Déc - 5:32

Elle due faire un effort considérable pour ne pas rire lorsqu’il lui accorda le point surtout qu’avait parfaitement conscience que tout deux plaisantaient. La légèreté semblait de mise et dans les faits Kaileena appréçiait de ne pas se prendre la tête. Pour une fois, ne pas toujours se prendre au sérieux ne faisait pas de mal.

Elle se tourna brusquement dans sa direction quelque peu surprise lorsqu’il affirma que si cela était peu flatteur pour elle, lui aurait très bien pu s’en accommoder. De tous individus un tant soit peu expansif, elle s’y serait attendue mais franchement, elle n’aurait pas cru un seul instant que son interlocuteur soit du genre à apprécier.

"Ah les hommes, vous et tous ce qui peut flatter votre égo…"

Le ton était léger et elle laissa échapper un soupir dramatique, histoire de donner l’impression d’être faussement exaspéré. Dans les faits, Kaileena ne pensait aucunement se qu’elle venait de dire. Car il fallait bien l’admettre, il n’y avait pas que les hommes dans son entourages qui aimaient bien être sous les projecteurs ou tout au moins être le centre d’attention.

Il ne semblait pas savoir s’il devait prêter allégeance à ses propos et même si à la base, elle n’était pas sérieuse, il fallait dire qu’on pouvait ne pas nier une part infime de vérité dans ses dires. Bon d’accord, elle n’avait pas prémédité son coup mais il ne fallait tout de même pas qu’elle avait quelque peu forcer la main à au moins un prédécesseur.

*Hum… peut pas non plus me le reprocher, c’était pour un café. C’est tout de même capital!*

"C’est dernier temps, ça fonctionne plutôt bien… Pour la méthode, c'est très simple…"

Elle fit mine de réfléchir à la formulation de son entreprise, laissant supposé qu’il y avait soit quelques choses à cacher soit de légèrement compromettant. Puis sans même réfléchir elle s’approcha de son interlocuteur pour laisser échapper dans un murmure de confidente.

"Et bien… c’est un secret."

Histoire de pouvoir noter la réaction de son interlocuteur Kaileena avait fait volte face et poursuivit sur quelques pas, sa route à reculons. Elle sourit légèrement avec malice avant de reprendre un pas plus raisonnable en regardant devant elle. S’étaler en publique n’était franchement pas glorieux et elle préférait largement passer son tour. Quoi qu’il en soit, elle avait chasser toute trace de sérieux afin de chasser quelque peu les doutes qu’elle avait volontairement implanter dans l’esprit de son interlocuteur.

Elle craint un instant de l’avoir vexé en faisant mention du fait qu’il avait réussit à les conduire au bon endroit. Elle s’apprêtait à lui présentée des excuses lorsqu’il poursuivit en souriant. S’il avait ou non mal prit sa remarque, au moins n’en gardait t’il pas rancœur.

"J’avoue que pendant un bref moment et bien… Ok, je ne sais pas comment vous y parvenez, j’ai beau regarder autour de moi, je ne pourrais même pas garantir le retour à notre point départ. Pas de carte, pas de nom pour tous ses arbres qui se ressemblent."

*C’est à s’y perdre… oui, bon ton sens de l’orientation légendaire y est peut-être pour quelque choses.*

Des maux de tête causer simplement par le bruit ou le mouvement… ce ne devait franchement pas être drôle tous les jours dans une grande ville comme New-York. Partout, où on allait à l’exception de la tranquillité partielle qu’on pouvait dénicher dans ce parc, il y avait un bruit fou. Plaindre les autres, n’était pas trop dans la personnalité de Kaileena mais elle n’en pensa pas moins qu’il n’avait pas de chance.

"Aie, je vois… alors les sorties de dragues dans les bars bruyants ne doivent pas trop être votre truc. Si on voit le bon côté des choses… et bien, vous avez moins de chance de vous ramollir le cerveau en fréquentant certains individus qu’on y trouve."

*Ouais pas géniale comme réconfort.*

Elle préféra donc se ratrapper en acquièsant à sa demande qui dans les faits ne lui demandaient pas beaucoup d'efforts. Aller chercher deux boissons, n'était pas permis les missions les plus difficiles qu'on lui avait confié.

*Il n'aime vraiment pas s'approcher du monde.*

"Ça me va, je vais vous chercher ça et je reviens immédiatement."

Elle prit tout de même la peine de prendre en note la configuration de l'endroit où se situait le banc afin de ne pas devoir le rechercher plus tard. Puis bien que celà était quelques peu gênant attendit qu'il lui tendent de quoi payer. À peine avait t'elle l'argent en main qu'elle filait en direction d'un kiosque. Ce n'était franchement pas la joie, entre les gens qui s'impatientait et les autres qui vous pilait sur les pieds dans l'espoire de faire avancer les choses.

-Qu'est ce que vous voulez?

Le ton était sec et peu avenant ce qui était quelque peu surprenant d'une personne voulant vous vendre quelque chose. Elle ne se laissa toutefois pas démontée habituée à l'antipathie de certains individus sans grand intérêt.

"Une bouteille d'eau et un jus de fruit."

Le commis pris le compte avant de déposer sêchement deux bouteilles devant elle. Kaileena vit rapidement un petit problème devant une bouteille d'eau pétillante.

"Attendez, il y a une erreur."

- Vous avez étez servie, maintenant dégager! Au suivant...

Kaileena était plus que furax contre le malotru et aurait bien volontier donner de quoi réfléchir à ce dernier. Seulement voilà, les gens qui attendaient se chargèrent de l'éloignée bien malgré elle de l'objet de sa contrariété en la bousculant pour passer commande. Prenant, tout de même les deux consommations, elle se dirigea d'un pas lourd en direction du banc où avait dû prendre place monsieur j'ai besoin d'espace.

Elle lui tendit la bouteille d'eau pétillante ne sachant pas si elle devait le prévenir de ce qui l'attendait. Après tout, il ne devait pas y avoir trop de différence... enfin, qu'en savait t'elle puisse qu'elle n'avait jamais vu l'intérêt d'essayer une bouteille d'eau qui n'avait qu'à ses yeux la propriété complètement grotesque de faire des bulles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

ex-Ian Hemerson
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 24/11/2010
Localisation : New York, souvent à la ThreeBees Corp.
Clan : ThreeBees Corp.
Age du personnage : 22 ans.
Pouvoirs : Empathie visuelle et ressentit
Profession : Laborantin pour ThreeBees Corp.
Points de rp : 22

MessageSujet: Re: Erreur d'inattention (Libre)   Dim 12 Déc - 23:41

    Quand elle parla des hommes, en faisant une généralité, et de leur égo, Ian n’eut pas d’autre réaction qu’un haussement d’épaule l’air de dire « bin ouais, on est tous les même ». Bien sur le geste restait fait avec un certain humour parce qu’il allait de soit qu’il n’était pas vraiment pour le fait qu’elle marche à deux mètres derrière lui. Égo et fierté ensemble ne valait pas le coup d’en venir à ce genre d’extrémité. Et puis, il était tout à fait capable de tenir une discussion avec quelqu’un à ses côtés, pour peu qu’il ne la regarde pas. A chacun ses petites manières après tout ! Mais il s’était très vite intéressé à la manière dont elle s’y prenait pour rouler les gens afin de se faire offrir quelque chose à boire, cherchant par la même occasion à déterminer le fond de vérité dans ce qu’elle venait de dire.

    La jeune femme assura que tout fonctionnait plutôt bien ses derniers temps. Ok, elle était donc vraiment sérieuse en laissant entendre que son activité était d’embobiner les gens ? Le fait est que Ian ne savait pas vraiment comment il devait prendre cette sorte de révélation. Mais il ne lui fallu que quelques secondes pour se dire qu’il se foutait pas mal, au final. La discussion était agréable, il échangeait une boisson contre de l’aspirine. Il ne trouvait pas franchement qu’il y perdait au change, vu qu’il était assez pressé de se débarrasser de son mal de crâne. Elle mit tout de même un petit temps avant de donner sa façon de faire, un peu comme si elle cherchait comment dire les choses, ou comment ne pas dire certaine chose. Il aurait bien porter un regard sur elle, juste pour voir l’expression de son visage, mais ne fit rien. C’était inutile, il ne pourrait même pas voir les traits de son visage, alors son expression ce n’était même pas la peine d’essayer.

    Puis, peu de temps après, il la sentie s’approcher. Au lieu d’avoir la réaction débile de faire un pas sur le côté, Ian eu une autre réaction qui pouvait paraitre tout aussi débile : plonger un peu plus le regard vers le sol pour être certain de ne pas croiser une parcelle de cette jeune femme, et ne pas risquer de voir son mal de tête augmenté de manière fulgurante. Elle assura, ensuite, que ses méthodes était un secret. Il eu un sourire, à cause de sa réponse. Un sourire qui, toute fois, s’effaça bien vite parce qu’au moment où il relevait la tête, elle n’avait rien trouver de mieux que de se mettre devant lui en marchant à reculons. Là, il n’échappa à sa vue.

    Il allait répondre quelque chose, mais l’amalgame de couleur et de luminosité qui lui agressa les yeux lui fit refermer la bouche en moins d’une seconde. Ses sourcils se froncèrent et il rebaissa la tête rapidement portant, machinalement, une main sur sa tempe à cause du mal de crâne qui venait de redoubler d’intensité. Regarder quelqu’un, à moins de deux mètre, alors qu’il avait mal au crane à cause de ce genre de chose, n’était absolument pas conseillé. Vraiment pas, d’ailleurs. Il en oublia même ce qu’il voulait dire, sur le fait qu’elle ne voulait pas lui dire sa méthode car c’était un secret. Il trouverai sûrement le moyen de revenir sur le sujet plus tard, pour le moment il voulait juste faire taire ce foutu mal de tête qui semblait ne pas vouloir en finir. Mais quelle idée avait-elle eu de vouloir se mettre devant lui ?

    Cela dit, il fallait être honnête, il ne pouvait pas lui en vouloir à elle. Elle ne savait pas, ce n’était pas de sa faute. Tout ça était à mettre sur le dos de cette foutue mutation qui avait vu le jour, en pourrissant la vie de Ian. Du coup, tentant de mettre à part son mal de tête il répondit sur la direction qu’ils venaient de prendre, tout en répondant à la question qu’elle lui avait posé. Dire qu’il était migraineux. La bonne excuse qui fonctionnait tout le temps. En même temps, vu de l’extérieur, ça devait tellement ressembler à ça. La jeune femme décida de réagir sur le fait qu’elle était incapable de se retrouver dans ce genre d’endroit, annonçant que tous les arbres se ressemblaient. Dans un sourire, malgré son mal de tête, il ne pu s’empêcher de répondre avec toujours un peu d’humour.

    _ Je me repère grâce aux trous dans le sol. Pas pour rien que je ne fais que regarder mes pieds depuis le début.

    Bien sur ça n’avait rien de vrai. Disons qu’il avait assez parcouru ce parc dans tous les sens pour arriver à s’y repérer un peu. En tout cas dans les grands axes, parce que ça restait tellement grand qu’il ne pouvait pas dire qu’il connaissait les lieux par cœur, de A à Z. Pour ce qui était de ses maux de tête, la jeune femme décida de réagir sur ce qu’il ne pouvait, précisément, pas faire avec ce genre de problème. Assurant, cependant, que ce n’était pas grave, qu’il pouvait au moins ne pas risquer de se ramollir le cerveau. Plutôt marrant comme façon de répondre, là ou d’autre se sentait obliger de le plaindre, sans la moindre sincérité, elle, elle avait au moins le don de prendre ça avec une sorte de philosophie qui le fit sourire.

    _ Effectivement c’est loin d’être mon truc. Ca ne l’est, même, pas du tout. Cela dit, même si je voulais je crois pas que j’aurais le temps, c’est que trouver plein de médicament prend beaucoup de temps et demande de ne pas avoir un cerveau trop ramolli par les gens que l’on trouve dans ce genre d’endroit, comme vous semblez le penser. Vous avez l’air bien renseigner, d’ailleurs.

    Elle accepta d’aller chercher les boissons pendant qu’il l’attendrai sur un banc, sans même émettre la moindre protestation, ou la moindre marque prouvant que cela la gonflait royalement. Whaou, fallait vraiment qu’il s’y prenne de cette manière avec cette secrétait horrible qui l’avait obliger à aller chercher ses médicaments tout seul. La remerciant, il alla vers le banc, assez éloigné pour qu’il puisse, enfin, porter un regard dans sa direction sans risquer de tomber dans les pommes ou de souffrir davantage. Bon la distance n’aidait pas à la définir avec précision mais, au moins, il pouvait voir la progression de la file d’attente et estimer le temps qu’il aurait à attendre avant de pouvoir prendre son médicament. L’attente parait toujours longue quand on a mal mais, objectivement, ce ne fut pas si long que ça contenu du nombre de personne qui était devant elle. A croire que l’homme qui servait les boissons expédiait rapidement ses clients pour passer au suivant.

    La jeune femme revint vers lui et il la regarda approcha jusqu’à ce que les deux mètres approchent dangereusement et qu’il baisse à nouveau les yeux vers le sol, restant toujours assis sur le banc assez éloigné des autres personnes. Il lui avait tout de même sembler que la jeune femme – dont il ignorait toujours le nom – était quelque peu énerver. A savoir pourquoi ? Il voyait des couleurs, pas les pensées des gens ! Une bouteille fut tendu dans sa direction et il l’attrapa dans un « merci », à aucun moment il ne prit la décision de lui demander la monnaie. Elle pouvait bien la garder, après tout elle venait de lui éviter une séance de torture. Il ne mit pas longtemps pour comprendre qu’il avait en main une bouteille d’eau pétillante. Dans le fond, il s’en foutait pas mal du moment qu’il pouvait avaler ses cachets, mais ne pas en faire référence était impossible.

    _ C’est parce que j’ai l’air de pas vouloir voir correctement devant moi que vous en venez à penser que je suis aveugle au point de confondre de l’eau et de l’eau pétillante ?

    Le ton n’avait rien de critique, il était même amusé. D’ailleurs il serait bien mal avisé de venir critiquer quelque chose alors qu’il ne s’était même pas déplacé pour lui-même. Montrant que cela ne le dérangeait pas réellement, il attrapa les cachets qu’elle lui avait donné et les avala avec l’eau qu’elle lui avait ramené. Pour finir, il referma sa bouteille et s’adossa au dossier du banc. Il n’y avait plus qu’à attendre que ça passe. Ca passait toujours. En attendant il décida de relancer le sujet sur ce qu’il n’avait pas pu réagir un peu plus tôt, au moment où elle s’était mise devant lui.

    _ Alors, maintenant qu’on partage une boisson, vous voulez toujours pas me dire votre secret sur votre méthode pour embobiner les gens ? Au moins histoire, qu’après vous, je ne me fasse plus avoir par une autre personne, ou au moins que je m’en rende compte.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Kaileena Wilder
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 438
Date d'inscription : 07/11/2006
Clan : Damnés
Age du personnage : 18 ans
Pouvoirs : Regénération et dégénération cellulaire
Profession : Ancienne serveuse sans emploi aujourd'hui.
Points de rp : 17

MessageSujet: Re: Erreur d'inattention (Libre)   Mer 5 Jan - 4:22

Elle étudia le sol franchement perplexe, ne voyant pas trop comment de simple trous pourraient indiquer son chemin à qui que ce soit. Il faudrait bien une vie pour étudier les amas de terre qui consistait le parc et encore, ce serait à recommencer sans arrêt avec les divers pertubateurs naturels et autres. Kaileena doutait donc sérieusement de l'affirmation de son vis à vis et envisageait que celui-ci nétait pas sérieux ou du moins pas totalement.

La connaissance des lieux surfréquentés étaient surtout théorique en ce qui concernait la jeune femme qui évitait comme la peste tout ce qu'elle considérait comme une perte de temps. Non, si elle était au courant du schémas qui se produisait c'était surtout qu'elle prenait la peine de s'informer histoire de connaître les endroits à éviter.

*Autre chose à faire que perdre mon temps avec de vulgaires singes.*

"Toujours utile de savoir où ne pas mettre les pieds."

Elle haussa les épaules avant de rajouter quelques peu dramatiquement.

"On ne sait jamais si la bêtise se révélait contagieuse... je préfères éviter."

Elle était encore en train de se demander si elle devait prévenir son interlocuteur au sujet de la boisson lorsque celui-ci comenta à ce propos. Elle fut légèrement confuse et quelque peu embarasser en réalisant qu'elle aurait peut-être pas due hésiter finalement.

"Pas du tout, seulement je me suis dit qu'il ne devait pas y avoir de différence. Vous auriez vu la capacité du vendeux à ignorer les gens lorsqu'il lui mentionnne une erreur c'est abbérant."

Quoi qu'il en soit, il réussit à avaler les comprimés malgré le breuvage ce qui conforta Kaileena de ne pas avoir fait une crise au vendeur pour récuppérer l'item initialement demandé. Ce faire remarquer devait dans la mesure du possible ne pas être une habitude. Toute trace d'inquiétude fut balayer par la question suivante qui amena un franc sourire chez la mutante.

"Je pourrais peut-être envisager de vous le révéler mais alors, il faudra conserver le secret...et pourquoi pas vous engager à me revéler quelques choses sur vous. Je suis pas exigeante, non?"

S'il y avait une chance qu'elle puisse étudier ou tout au moins en apprendre plus sur cet individu fort divertissant pour le moment, elle n'allait pas laisser échapper l'occasion.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

ex-Ian Hemerson
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 24/11/2010
Localisation : New York, souvent à la ThreeBees Corp.
Clan : ThreeBees Corp.
Age du personnage : 22 ans.
Pouvoirs : Empathie visuelle et ressentit
Profession : Laborantin pour ThreeBees Corp.
Points de rp : 22

MessageSujet: Re: Erreur d'inattention (Libre)   Dim 9 Jan - 13:24

    La jeune femme semblait avoir des idées bien arrêtées sur le genre de personne que l’on pouvait rencontrer dans certains endroits, que Ian ne pouvait fréquenter à cause de son pouvoir. Il était loin de vouloir contredire cette information. Il y avait sûrement des personnes bien, mais dans l’ensemble, Ian restait quelqu’un qui avait besoin de faire fonctionner son cerveau et son esprit et il était évident, pour lui, qu’il ne pourrait se satisfaire de ce genre de chose dans une pièce où l’on passe de la musique à fond, où l’on boit et danse sur des morceaux que l’on doit faire semblant de connaitre par cœur. Très peu pour lui. Du coup, il se contenta d’un sourire quand elle avait dit qu’elle évitait ce genre d’endroit, histoire de pas attraper la stupidité comme une maladie. La réflexion avait vraiment eu de quoi l’amuser.

    C’est toujours avec un sourire, histoire de le prendre à la légère, qu’il s’était demandé si elle le considérait comme assez aveugle pour ne pas faire la différence entre une eau plate et une eau gazeuse. Ce qui n’était pas le cas, il s’en doutait bien. Il cru comprendre qu’elle avait eu quelque soucis à se faire entendre par le vendeur, ce qui avait tendance à agacer Ian. On était dans le cas ou, typiquement, avant le déclenchement de son pouvoir, il n’aurait même pas hésiter à se lever et aller se faire entendre, même si ça devait se finir par un scandale. Mais les gens ont tendance à être toujours moins impressionnant quand ils ne sont pas capable de soutenir un regard, ce qui était, malheureusement, le cas de Ian. Allez dire ce qu’il pensait à un vendeur en regardant ses pieds ce n’était pas l’action la plus probante qu’il pouvait faire.

    _ A croire que les gens ont toujours été doués de capacité plutôt étrange. A moins que le plus étrange soit le fait qu’ils en font une fierté.

    Ian n’avait rien d’un modèle de vertus, il avait ses gros défauts comme tout à chacun. Cela dit il avait quand même certain principe et il trouvait assez irritant le fait qu’un vendeur ne soit pas capable de répondre à une demande aussi simple que de l’eau. Cela dit, ce n’était peut être pas la peine d’en faire toute une affaire vu qu’il était capable d’avaler ses médicaments, fournis par la jeune femme. Les cachets avaient quelque chose de salvateurs. Pas encore, l’effet n’était pas si immédiat, mais rien que le fait de savoir que ça se calmerait bientôt, lui était déjà bénéfique. Assez en tout cas pour chercher à en savoir plus sur la jeune femme qui était à côté de lui.

    Si il ne la regardait pas il était capable de comprendre qu’elle souriait quand elle s’exprima à nouveau, après la demande qu’il lui avait faite. Croire que le sourire, chez une personne, ne s’entendait pas était une erreur, il y avait des intonations qui ne trompaient pas vraiment, que tout le monde était capable d’entendre. Rien que le fait d’entendre une personne à l’autre bout du téléphone, tout le monde, en général, était capable de savoir si cette personne tirait une tronche de trois kilomètre de long, ou si elle souriait. Bref, elle n’était pas contre dévoiler sa façon de faire mais, en contre partie, elle demandait d’avoir quelques infos sur lui. L’avantage, dans sa demande, c’est qu’elle ne demanda absolument rien de précis. Il était donc en droit de dire ce qu’il voulait pour négocier, en retour, une réponse de sa part.

    _ Exigeante ? Non, la demande est même plutôt légitime et intelligente, annonça-t-il dans un sourire en faisant mine de réfléchir. Garder le secret va de soit, j’aurais au moins l’impression de savoir une chose que beaucoup ignore. Pour ce qui est de m’engager à révéler quelque chose sur moi, je pense que cela doit être possible.

    Tout dépendait, en réalité, de ce qu’elle voulait savoir. Cela dit, il ne voyait pas vraiment de questions qui pourrait vraiment lui donner envie de fuir une réponse. Hormis le fait de parler de mutation, ce qui était peu probable. Tout le monde avait beau savoir que des mutants se baladaient dans les rues de New York, personne n’interpellait les gens en leur demandant de but en blanc : Salut, dis tu es un mutant ?

    _ En gage de ma bonne volonté : Je m’appel Ian.

    L’avantage – parce qu’il faut bien qu’il trouve des avantages – à son pouvoir c’est que tout passait pas la vision et non par un contact. Du coup, c’est sans une réelle hésitation qu’il tendit sa main à la jeune femme pour pouvoir se présenter dans les règles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Kaileena Wilder
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 438
Date d'inscription : 07/11/2006
Clan : Damnés
Age du personnage : 18 ans
Pouvoirs : Regénération et dégénération cellulaire
Profession : Ancienne serveuse sans emploi aujourd'hui.
Points de rp : 17

MessageSujet: Re: Erreur d'inattention (Libre)   Mer 19 Jan - 4:22

La fierté... elle doutait franchement que le vendeur en posséda ne serait ce qu'un once. Aux yeux de la jeune femme, ce genre d'individu en était totalement dépourvu et aurait été près à vendre leur mère pour quelques pièces suplémentaire qui viendrait les enréchir.

*Hum vendre sa propre mère... si tu penses à la tienne, tu pourrais très bien envisagée l'idée également.*

Bien que mesquine, cette idée avait quelque chose de plaisant... Une petite vengeance mentale qui ne portait pas à conséquence mais qui avait le bon côté de mettre en joie la mutante. Surtout que sa maternelle avait amplement affinée l'irritation de sa progéniture à son égard durant les dernières semaines. Enfin, elle n'allait pas non plus ressacer ses mauvais souvenir indéfiniment.

"Je crains que malheureusement, le cas de certains soit tout simplement désespéré."

Elle haussa les épaules avec la désinvolture de quelqu'un qui avait finit par admettre que certaine fatalité ne pouvait être changer. Bien sûr, il y avait toujours moyens d'influencer les choses mais le prix était souvent au-dessus du profit qu'on en retirait.

Sa requête d'équitabilité trouva une réponse positive tout comme sa demande de confidentialité. Le premier acquiècement allait satisfaire un petite part de sa curiosité excessive alors que le second allait au moins ne pas propagé ses manoeuvres de manipulations et les rendre innéficaces face à des individus avertis.

"Et bien, Ian, la technique est très simple et fonctionne pour plein d'autres petits avantages. Il suffit en premier lieu d'observer le sujet, de définir la chose qu'il désir le plus dans le moment présent... C'est très simple, la majorité des êtres vivants étant de parfait spécimen à étudier... et puis, on leur fait miroité un avancement sur l'obtention de leur rêve."

La mutante chercha autour d'elle un sujet qui pourrait facilement illustré le principe de base. Son regard s'arrêta sur une dame qui à environ quatre mètre semblait fusiller du regard la file devant le kiosque qui leur avait fournit les brevages. Kaileena décida par jeu de proposer un petit défi à son interlocuteur bien qu'elle avait le léger avantage de connaître de vu le personnage.

"Vous, vous m'avez quelque peu facilité la tâche avec votre mal de tête... et le dernier en lice, lui avait de toute évidence une certaine addiction pour une amie commune. Donc voyons, la dame au débardeur et à la jupe bleu... vous diriez qu'elle est intéressée par quoi en ce moment même?"
Bon traiter les gens en cobaye n'allait peut-être pas la faire passé pour quelqu'un de très... sympathique mais comment ne pas étudier le monde qui vous entoure. Et puis, l'espèce humaine normal et autres était ce qui pouvait le plus vous surprendre.

"Oh j'allais oubliée... moi, c'est Kaileena."
Revenir en haut Aller en bas
avatar

ex-Ian Hemerson
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 24/11/2010
Localisation : New York, souvent à la ThreeBees Corp.
Clan : ThreeBees Corp.
Age du personnage : 22 ans.
Pouvoirs : Empathie visuelle et ressentit
Profession : Laborantin pour ThreeBees Corp.
Points de rp : 22

MessageSujet: Re: Erreur d'inattention (Libre)   Sam 5 Fév - 0:17

    Sa réflexion sur le fait que certain cas était désespérés était assez amusante, en réalité. Parce que, au final, tout cela était assez subjectif. Pour preuve, Ian devait être considéré comme un cas carrément désespéré par sa secrétaire. Fallait voir comment il la traitait. Comment il était capable de traiter les gens en général. La plus part du temps ce n’était pas vraiment voulu mais son pouvoir avait fait un sacré changement dans son caractère, ne supportant plus de voir quelqu’un ou détestant l’idée de devoir se retrouver dans une discussion en face à face. Pour éviter ce genre de chose, la meilleure solution était encore d’être plus désagréable que la moyenne et il avait la paix. Ce n’était pas sa nature profonde, bien sur, mais celle qu’il affichait à la plus part des gens. Celle qu’il aurait sûrement affiché à la jeune femme qui lui parlait à ce moment précis si elle n’avait pas piqué sa curiosité et si il ne l’avait pas trouver intéressante dans sa façon d’être et dans ses discours.

    Quoiqu’il en soit, Ian eu enfin l’explication qu’il désirait. Selon elle, tout était parfaitement ensemble. Observer, définir l’envie du moment, et laisser miroiter que cette chose viendra. Bref, selon elle, toutes les personnes devenaient des spécimens à étudier pour deviner ce qu’ils avaient envie. Une chose simple… Ouais, selon elle. Parce que pour Ian, la nature humaine n’était pas sa priorité. Il passait sa vie à observer, mais ce n’était pas des gens. Lui, son truc c’était l’observation au microscope, le mélange des substances, la découverte de nouveau produit, la production de certain existant. Mais la nature humaine ? Pfff, il était à des années lumières de ce genre de chose. Préférant de loin la compagnie de ses microorganisme que des personnes en générale. Une pensée traversa son esprit, rapidement : Il était donc un spécimen aux yeux de Kaileena ?

    Mais il n’eu pas le temps d’analyser cette réflexion que, déjà, Kaileena parla d’une femme pour que Ian devine de quoi elle avait envie. Le plus compliqué pour lui fut de trouver la personne dont il parlait. Si il pouvait voir normalement à plus de deux mètres, ce n’était pas le cas pour les distances plus courtes. Alors, une fois qu’il trouva la femme, il l’a vit très bien. Mais il avait mit un certain temps parce qu’il ne voyait pas la direction que Kaileena pouvait regarder, ou éventuellement désigné. Du coup il avait regarder dans de mauvaise direction, mais aider par les indications vestimentaires de la jeune femme, il avait finit par voir cette femme en jupe bleu, qui était, en réalité, devant le kiosque. Réfléchissant un court instant, il finit par reprendre sans regarder Kaileena, beaucoup trop proche de lui.

    _ Je dirais que son envie du moment est de tuer toutes les personnes devant elle pour être servie plus vite.

    Dans un vieux réflexe, il posa son regard sur Kaileena, mais bien vite la lumière que lui renvoya cette vision lui fit plisser les yeux dans un froncement de front, sous l’impact d’une douleur certaine. Très vite il détourna le regard et voulant faire comme si de rien était, il reprit presque aussi vite.

    _ Ce qui implique que vous êtes capable de laisser entendre que vous pouvez la débarrasser de toute cette file d’attente juste pour avoir quelque chose de sa part ?

    Entre temps elle avait fini par donner son nom, ce qui avait été reçu par un hochement de tête de la part de Ian, qui ne voyait pas vraiment ce qu’il pouvait répondre à cela, hormis un « enchanté » tellement banal qu’il se refusait de le dire. Mais bien vite la question qui avait traversé son esprit un peu plus tôt refit surface, le regard tourner vers le sol, il afficha un léger sourire.

    _ Donc, tout cela veut dire que je ne suis qu’un spécimen parmi tant d’autre… Mon égo en prend un coup sévère.

    Il fit même un geste faisant mine d’être blessé dans son égo, bien que le sourire qu’il avait pouvait largement prouver qu’il n’était absolument pas sérieux dans ce qu’il venait de dire. Cela dit, vu qu’elle avait rempli sa part du marché, il était peut être normal pour lui de faire de même. Dans une inspiration, il finit donc par reprendre.

    _ Je ne suis vraiment pas un revendeur. Je travail pour un labo pharmaceutique et les médicaments achetés servent à être analysé.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Erreur d'inattention (Libre)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Erreur d'inattention (Libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men Extended :: NEW YORK CITY :: Central Park :: Parc-