Partagez | 
 

 Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Edward Livingston
Humain

Nombre de messages : 261
Date d'inscription : 17/04/2010
Localisation : New York
Age du personnage : 32 ans
Pouvoirs : aucun
Profession : Détective (a son compte,peut aider la police ou Mars investigation)
Prof à l'institut Xavier
Points de rp : 231

MessageSujet: Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )   Mer 13 Oct - 14:54

    Edward était devant son miroir pour une analyse rapide de la situation : Yeux légèrement rétrécie : signe évident de son manque de sommeil et, allons plus loin, de quelques verres qui ont été bu en plus de ceux qui était déjà à la limite du raisonnable. Barbe naissance : seule déduction valable ? Grève de son rasoir… Et une flemingite aigue. Air complètement abattu : Une réunion à donné à une bande de gamin de l’institut. Est-ce qu’il pouvait faire semblant de se tromper de jour ? Réponse négative, il se ferait étripé et puis… Il l’avait quand même préparé cette réunion, ça serait dommage de la louper. Ah, ce qu’il ne fallait pas faire pour se motiver à aller faire ce genre de chose. Toujours devant le miroir, il tenta un sourire. Déduction de cette grimace : A éviter pendant la réunion sous peine de voir tout le monde fuir en courant !

    Bon, pas la peine de se faire mal plus longtemps. Quittant la salle de bain, il entreprit de descendre les marches des ses appartement, pour rejoindre les pièces communes, vêtue simplement dans un jean, chaussure, t-shirt et veste de costume noire. Arrivée dans le salon, il trouva William, sur un fauteuil en train de lire en livre et ayant, à côté de lui, un plateau avec un sandwich dans du pain de mie posé dans une assiette. Tentation extrême, Edward n’hésita pas à prendre le bout de bain et commencer à le manger, alors que William quittait son bouquin des yeux pour les lever vers lui.

    « Est-ce parce que nous somme dans la pièce commune que je dois marquer mon nom sur les sandwich ? »
    « Ca va, Anna Maria vous en fera un autre. Je suis en retard. »
    « C’est aujourd’hui la réunion avec les élèves ? »
    « Les HO-RRI-BLES élèves, vous voulez dire ? »
    « Ils ne peuvent pas être si terrible que cela ? »
    « Ca c’est parce que ce n’est pas vous qui êtes obligé de les supporter ! »

    Ok, c’était le moment de quitter la pièce, sinon William était capable de trouver assez d’argument pour avoir raison. Faut dire que, même si il ne connaissait pas les élèves, il connaissait suffisamment Edward pour savoir qu’il devait avoir de grandes responsabilités dans le fait qu’une relation sociale se passe mal. Bref, n’ayant pas envie d’entendre, une fois de plus, qu’il était nul dans le domaine du social, Edward acheva le mini sandwich, de manière presque provocante, pour sortir de la maison. Et dire qu’il imaginait tellement bien le soupir de William, qu’il était presque certain de l’avoir entendu même à travers la porte. Trois minutes plus tard un taxi le récupérait en bas du perron. 30 minutes plus tard, il était déposé devant l’institut.

    Un instant il regarda les grilles dans un soupir, s’efforçant de checker mentalement tout ce qui était prévu pour cette réunion, en espérant que tout se passerait bien. Il avait passé trop de temps – c'est-à-dire, moins de 4h – à tout préparer pour vouloir que les choses se passent de travers. En fait, ce qui l’ennuyait le plus c’était de devoir passer un certain temps à répondre à des questions, ou faire semblant de ne pas entendre deux élèves discuter ensemble. Si il se mettait à virer les gens pendant une réunion d’information, on allait forcément lui tomber dessus. Déjà que certains se permettait de douter de ses méthodes… Ok, ils avaient peut être pas tort de s’inquiéter un peu. Quoique… En fait, il avait réussi à ne jamais tuer personne. Tient, pourquoi personne ne le récompensait pour cela ? Parce que ça tenait quand même de l’exploit quand on voit certains énergumènes !

    Pour l’occasion tout le monde avait rendez vous dans une salle servant au réunion. En réalité c’était une grande pièce ou les profs étaient sur une estrade, qui comportait un pupitre, et les élèves disposer en bas sur des rangées de chaise. Étant arrivée avec à peine deux minutes d’avance, Edward n’était pas le premier sur les lieux. Il salua brièvement les personnes présentes dans un hochement de tête des plus impersonnel, mais au moins il avait salué, pour finalement prendre place derrière le pupitre. Les pupitres ? Quelle connerie ! Comme si il avait pensé à faire de notes ! Patientant encore une petite dizaine de minutes, c’est une fois que tout le monde fut présent que la porte fut fermée et que ce fut à lui de prendre la parole.

    « Bon on est tous rassemblé aujourd’hui parce que… Parce que quoi ? Parce qu’ils le voulaient bien ? Même lui n’était pas certain de vouloir être là …Parce qu’on nous à demandé d’être là. Donc, le but est de vous expliqué certains changements à l’institut. D’abord au niveau de la direction, elle reste à Forge, mais il à été mit en place un conseil afin que vous puissiez avoir un interlocuteur à n’importe quel moment, capable de prendre des décisions rapides en cas de besoin… Mince, ça faisait de lui un interlocuteur ? La prochaine faudra vraiment qu’il lise les petites lignes avant de prendre un post ...Une liste de ces professeurs vous sera remise, cependant, vous pourrez toujours vous adresser au professeur de votre choix, même si son nom n’apparaît pas dans ceux du conseil. »

    C’est quand même dommage qu’on ne puisse pas s’endormir à ses propres réunions. Etre un interlocuteur ça craint, non seulement ça oblige à tenir un discours mais, en plus, on peu même pas s’endormir dessus, soupirer, bailler, et ainsi de suite. Rester dans son lit n’aurait pas été une si mauvais idée que cela, finalement.

    « Dans les nouveautés, on notera aussi le fait que des activités extérieures seront proposées de manière plus régulière. Mélange de population et tout le blabla, vivons ensemble, soudés, unis, pour le meilleur et pour le pire. Amen. Les derniers mots avaient été dits les yeux levés au ciel avec une certaine ironie, mais il se reprit quand même rapidement. Votre participation sera donc vivement recommandée. Les activités pouvant aller de la rénovation de bâtiment à. Une activité à laquelle Logan tient beaucoup : la vente de petit pain en tenue. Il fit mine de réfléchir. Une activité proposer par Ireine, d’ailleurs. »

    Les deux ne seraient pas là, en tout cas pas directement, alors autant en profiter, comme si Logan se gênait pour trouver certaines petites choses à balancées. Ireine ? Trop gentille, fallait bien la taquiner un peu, non ? Cette fois il ne pu cacher un long soupir, marquant que la suite de son discours ne l’enchantait franchement pas. Mais fallait passer par là, alors lançons nous !

    « Si quelqu’un à des questions, c’est le moment. Cela dit, si vous n’en n’avez pas, ne vous forcez surtout pas à en trouver ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sayan Mesmer
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 181
Date d'inscription : 13/04/2010
Localisation : Là où me mène mes pas
Clan : neutre
Age du personnage : 16 ans
Pouvoirs : Hypnose et lien psychique
Profession : Ancienne fille de la rue
Élève à l'institut
Points de rp : 108

MessageSujet: Re: Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )   Jeu 14 Oct - 18:39

Un matin comme les autres, comme les autres depuis un mois. De longues semaines d'interlude qui lui semblait comme un rêve dont elle allait finir par se réveiller. Non que c'était trop beau pour être vrai, il y avait trop d'incompréhension, trop de chose qu'elle n'aurait pu imaginer pour que se soit vraiment un rêve, mais plutôt parce que la situation était presque irréel. Elle qui n'avait jamais chercher rien d'autre que sa propre identité et la tranquillité de la solitude, se retrouvait dans un endroit qui la changeait un peu plus chaque jours. Elle se retrouvait dans un endroit où elle n'avait pas besoin de rester sur ses gardes à chaque instant pour survivre, où elle pouvait dormir dans un lits presque trop confortable, où elle n'avait pas à se battre ou faire les poubelles pour trouver de la nourriture.

Elle se leva, sans avoir vraiment faim, sortant dans le parc pour prend un grand respire. L'air commençait à refroidir, l'automne serait bientôt là. Il était étrange pour elle de ne pas avoir froid, de ne pas craindre l'arrivé de l'hiver.

Il était étonnant comme l'été avait vite passé dans cet ambiance, sans avoir à déménager, sans avoir à se chercher un moyen de survivre. Sa seule préoccupation durant l'été avait été de rester elle-même, d'éviter les autres et surtout, essayer de lire les livres qu'on lui avait demander de lire. Personne ne s'était encore présenter pour prendre en charge sa "mise à niveau", non que la jeune fille s'en plaigne, mais elle avait parfois l'impression d'être une paria, bien plus encore qu'avant, au vu de la proximité avec les autres, des regards que certain lui lançait parce qu'elle ne suivait aucun cours et ne parlait à personne.

Elle fini par rentrer, prenant un fruit sur un plateau dans la cuisine pour le manger dans la salle, où elle arriva première. Elle n'aimait pas être la dernière, préférant voir chacun arrivé, pour pouvoir évaluer ce que serait la rencontre. Si elle n'avait pas le choix d'être avec les autres, elle allait le faire de façon à garder un certain contrôle sur sa vie.

Elle s'installa donc à une extrémité de la salle, loin de la porte, pour pouvoir voir tout le monde arrivé. Sans avoir l'attitude stéréotype des jeune de la rue, elle avait cette attitude rude qu'elle avait apprise pour qu'on la laisse tranquille. Elle était adossé au mur, un bras sur le dossier de sa chaise, mangeant sa pomme en observant de son regard gris perçant, tous les nouveau arrivant.

Elle se releva un peu en voyant Edward entrer, cet homme lui avait fait forte impression durant son "évaluation" au tout début. Si elle avait eu à choisir un mentor, sa aurait sans doute été lui. Mais personne ne lui avait demander et elle devait attendre le choix des autres, qui ne venait pas. Elle écouta alors avec encore plus d'attention, se rendant rapidement compte que l'adulte n'avait pas plus envie d'être là qu'eux. Il y avait beaucoup de comportement qu'elle ne comprenait pas dans cette société que l'on voulait la voir intégré. Pourquoi faire quelque chose qui ne nous plait pas? Laissez-le à ceux à qui sa plait, plutôt que de faire chier les autres et se faire chier.


"Activité extérieur? C'est obligatoire?"

Non qu'elle n'aimait pas aider, mais le faire en se rendant ridicule? Pas question. Elle avait déjà assez de problème avec tous ce qu'elle devait apprendre, sans aller s'emmerder à bien se faire voir. Elle avait entendu dire que l'institut aidait les jeunes à maîtriser leur pouvoir, pas qu'elle les faisait déambuler comme des amuseur publique. Elle n'était pas un animal qu'on pouvait exhiber! en même temps, elle pouvait comprendre, dans une certaine mesure, qu'on tente de les mêler à la population. Si les répression anti-mutant continuait, l'institut risquait de ne plus exister, et si Mesmer savait pouvoir survivre quelque temps en dehors de l'institut, elle n'avait aucune intention de cacher qui elle était. Elle en avait marre de se cacher, et surtout, elle n'aimait pas qu'on veuille l'y obliger, qu'on veuille la mettre en prison pour ce qu'elle était.
Revenir en haut Aller en bas
http://broceliande.forumgratuit.org/forum.htm
avatar

Vincent De Certo
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 05/07/2010
Localisation : Institut pour Jeunes Surdoués Charles Xavier
Clan : apprenti Xmen
Age du personnage : 22 ans
Pouvoirs : dissolution de la matière par contact et résistance à l'acide
Profession : Étudiant à l'Institut et mécanicien
Points de rp : 23

MessageSujet: Re: Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )   Jeu 14 Oct - 21:20

La nuit avait été courte pour Vincent , un client avait amené une voiture dans un sale état au garage où il bossait et semblait plus qu'à cheval sur les délais . Résultat cela faisait une bonne semaine qu'il faisait heures supplémentaires sur heures supplémentaires , débauchant toujours à des heures plus que tardives .Heureusement son patron était quelqu'un de compréhensif et après la semaine de dingue que le mutant avait passé , ce derniers lui avait octroyé quelques jours de repos largement mérités . Il avait prévu de faire la grasse matinée mais une réunion importante se tenait aujourd'hui et comme tout résident de l'Institut sa présence était requise , pas vraiment emballé mais ne pouvant pas y couper Vincent s'était résigné à l'idée de ne pas pouvoir profiter de son jours de congé pour dormir. Vincent prit une douche rapide et s'habilla avant de filer à l'infirmerie pour recevoir sa dose de morphine matinale avant de prendre en vitesse son petit déjeuner et de se rendre enfin en salle de réunion pour voir de quoi il retournait..

Le mutant alla s'installer au fond de la salle , un peu à l'écart des autres pour pouvoir se désaltérer tranquillement sans gêner personne et surtout pour avoir la paix . Vincent chercha des yeux Michael mais peine perdue , aucune trace de la frimousse de son frère à tous les coups il devait être dans l'autre groupe . Le mutant ouvrit sa première bouteille d'eau de la journée , tout en écoutant le discours de que tenait Livingston .Le mutant ne savait que très peu de choses de ce prof , à part quelques bruits de couloirs mais de ce qu'il en avait comprit Edward Livingston était un prof assez à part . Le mutant n'assistait que rarement aux cours , étant donné que lui était salarié mais à voir l'ironie que Livingston mettait dans ses propos il comprenait un peu mieux la réputation de ce derniers . Visiblement il y avait du changement de prévu , au final ça n'était pas plus mal vu l'inactivité de l'Institut depuis la mort du Prof . Bon au niveau des propositions,Vincent n'était que moyennement convaincu au niveau de la vente des petits pains même si il comprenait assez l'idée .Changer l'image que les gens se faisaient des mutants , il allait falloir en vendre des tonnes de petits pains pour faire avancer le schmilblick mais bon ça pourrait pas être pire que ce qu'ils faisaient en ce moment..

Vincent aurait été plutôt pour défendre les droits des mutants de manière plus..directe , certaines habitudes avaient la vie dure et il fallait vraiment qu'il apprenne à raisonner autrement qu'en Morlock . Si il passait volontiers son tour pour la vente de petits pain déguisé , la rénovation de bâtiments aurait pu l'intéresser éventuellement mais avec son boulot ça risquait d'être dur . Sans compter qu'il n'avait que moyennement confiance dans la réaction des humains à leur égard , même en y mettant du sien .

"Activité extérieur? C'est obligatoire?"

Vincent se retourna en direction de la personne qui avait posé cette question , son visage lui disait vaguement quelque chose sans pour autant être capable de mettre un nom dessus . En tous cas la jeune femme ne semblait pas emballée par ce que Livingston proposait . Encore une qui devait prendre l'Institut pour un centre de vacances pour mutants juvéniles . Donner un peu de temps en échange du refuge que l'Institut offrait , Vincent trouvait le deal plutôt correct mais il y en avait toujours pour rechigner . A la limite si ça les gonflait autant pourquoi rester ici ? Jusqu'à preuve du contraire tout le monde était libre de partir alors pourquoi perdre son temps dans un endroit où on avait pas envie de s'impliquer ?

"Ben c'est pas un centre de vacances ici , donc ça veut dire que tout le monde doit aller au charbon . Après on force personne , c'est pas la politique de la maison mais si t'as pas envie de t'impliquer dans la communauté c'est ton choix . Après si pour toi devenir X Man veut dire vivre au crochet de l'Institut sans rien faire en retour , t'as pas vraiment compris le film ..." lança Vincent avant de boire une gorgée d'eau

Chez les Morlock on appelait ce genre de personnes des parasites et généralement il ne se passait pas longtemps avant qu'on leur fasse la peau . Après les X Men étaient plus tolérants là dessus voire laxistes selon les critères de Vincent . Comme si participer un minimum aux activités de l'Institut allait les tuer , non mais franchement ce qui fallait pas entendre . Vincent étant salarié , il ne pouvait pas être aussi actifs que d'autres mais il ne ratait jamais un entrainement . Bon les cours ça n'était pas son fort et il y allait rarement mais ça c'était autre chose dans le sens que c'était une chose secondaire par rapport au combat que menaient les X Men alors que les activités qu'ils proposaient là entraient parfaitement dans ce cadre . Mais bon il fallait encore que certains daignent se bouger un minimum , et visiblement c'était loin d'être gagné...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Amara Aquilla
Mutante de niveau 2
{ PNJ }


Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 21/08/2010
Localisation : Institut Xavier
Clan : Xmen
Age du personnage : 25 ans
Pouvoirs : contrôle du magma - peut s'en recouvrir, se recouvrir de flammes et générer des rafales de plasma.
Profession : professeur polyvalent à l'Institut Xavier
Points de rp : 25

MessageSujet: Re: Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )   Sam 16 Oct - 13:25

    Une effroyable mélodie avait brutalement tiré Amara de son sommeil, et la jeune femme était tombée de son lit en cherchant à exterminer la source de ce vacarme. Bilan ? Mal de coude, de genou, et désagréables vibrations de douleur dans tout le corps. Mais le vacarme, lui, se portait bien et continuait de lui vriller les tympans…

    Ooooh… PUTAIN !

    Amara avait fini par trouver la force de se relever en s’appuyant lourdement contre le lit duquel elle n’aurait pas du tomber. Le froid du plancher lui mordit les pieds à cet instant précis, l’incitant à sauter de nouveau dans son lit pour se dissimuler sous la couette comme une enfant.

    « Il est 9 heures et vous écoutez Défonce FM, la radio officielle des amateurs de techno ! »

    Amara pivota et abattit violemment le plat de sa main sur le réveil, mettant fin à ce vacarme qui l’avait tirée du sommeil de la pire façon qui soit. Comment la station de radio consacrée au jazz avait-elle été remplacée par ce bruit infame qui ressemblait à tout sauf à de la musique ? C’était un mystère entier. Et dans le genre « mystère », il y avait aussi les raisons du déclenchement du réveil alors qu’elle n’assurait en principe aucun cours ce matin…

    J’ai sûrement oublié quelque chose… Pas le dentiste. Pas le médecin. Le coiffeur ? – Ses doigts se glissèrent dans ses cheveux blondes emmêlés. – Non… Oh non attends… La réunion !

    Amara jaillit hors de son lit et dérapa sur une paire de chaussettes en laine laissées là juste avant de se coucher la veille. Elle se dirigea vers l salle de bains et s’y affaira pendant une petite quarantaine de minutes jusqu’à être présentable. Vêtue d’une jupe en jean arrivant à mi-cuisse et de collants opaques rayés de noir et de bleu, elle avait choisi un petit pull noir qui lui permettrait de ne pas avoir froid et de ne pas non plus mourir de chaud pendant la réunion à laquelle elle se devait d’assister. Plus on massait de gens dans une pièce, plus il se dégageait de chaleur. C’était un phénomène physique, et enfiler le gros pull spécial grand froid qui lui avait fait de l’œil lorsqu’elle avait ouvert son placard l’aurait conduite à mourir de chaud sur le coup.

    Ces considérations laineuses terminées, Amara s’occupa de ses cheveux. Ou du moins, elle essaya de s’en occuper : trop peu en avance pour se permettre de sortir de quoi faire un brushing ou lisser ses cheveux, elle se contenta de sécher ses cheveux avec une grosse serviette éponge et les laissa simplement encadrer son visage en priant pour qu’ils n’ondulent pas de manière scandaleuse au cours de la matinée. Enfilant une paire de bottes en daim noir, la jeune femme quitta sa chambre en vitesse et rejoignit le rez de chaussée pour attraper un croissant, qu’elle mangea sur le chemin de la salle de réunion, et une bouteille d’eau qu’elle déposa à l’endroit habituel après s’être assurée que personne ne l’avait vue faire.

    Appréciée des élèves de l’Institut pour sa simplicité autant que pour son entrain, Amara en salua plusieurs sur le chemin qu’elle empruntait et reçut quelques remarques étonnée sur les collants rayés qu’elle portait et qui témoignaient de son goût immodéré pour les choses que personne d’autre ne portait, ou n’osait porter. S’écartant pour laisser passer quelques élèves, la mutant pénétra enfin dans la salle de réunion qui se remplissait doucement et aperçut Edward debout derrière le pupitre disposé sur la petite estrade. En quelques pas, la pétillante et bondissante blonde rejoignit son collègue et le salua d’un sourire poli avant de se placer à ses côtés. Elle ne formula aucune remarque sur l’aspect froissé des vêtements du britannique, sur ses yeux inexplicablement rougis ou sur son début de barbe peut-être un peu trop prononcé pour remonter à moins de deux jours parce que ce n’était pas vraiment le principal à cet instant précis. Et puis ils avaient plus urgent à faire pour le moment, à savoir animer cette réunion.

    Amara promena son regard sur les élèves installés pour déterminer si tous étaient arrivés ou non. Une heure fixe avait été donnée pour le commencement de la réunion, et même si Amara était d’avis de commencer à l’heure donnée, elle souhaitait tout de même s’assurer que tout le monde était là. Dans les rangs, elle repéra Vincent et Amara esquissa un sourire peu avant qu’Edward ne prenne la parole pour donner le coup d’envoi de la réunion.

    Son discours s’avéra la hauteur de la réputation qu’il s’était construite entre les murs de l’Institut – les élèves n’avaient en effet pas tari d’ « éloges » à son sujet – et Amara afficha un air qui se voulait naturel mais qui devait sans doute paraître franchement crispé. Edward évoqua la mise en place du système de tutorat, et Amara espéra sincèrement que cette nouveauté inciterait les élèves à s’adresser à leurs professeurs plutôt que de rester dans leur coin à ruminer et à se morfondre. Peut-être même qu’Amara choisirait elle-même ses protégés, de manière à pouvoir être certaine d’avoir des affinités avec eux et de pouvoir ainsi leur apporter de l’aide dans leur apprentissage. Pas seulement pour ce qui concernait leurs pouvoirs, mais également pour des choses plus personnelles. Elle avait été élève avant de devenir professeur, et de ce fait elle était parfaitement consciente des différentes phases par lesquelles on pouvait passer lorsqu’on se retrouvait aux prises avec une mutation dans un monde où les mutants étaient encore moins appréciés que les rats.

    Edward évoqua avec ironie les activités extérieurs qui seraient proposées et mises en place pour favoriser un rapprochement mutants-humains, notamment par une activité de vente de petits pains en tenue suggérée par Irène et plébiscitée par Logan. Ah ouais ?! Amara orienta un regard interrogateur vers Edward, ne se souvenant pas qu’aient été évoqués ces détails à la réunion du Conseil à laquelle elle avait cru assister dans son intégralité.

    Un soupir plus tard, Edward incitait les jeunes à prendre la parole pour poser leurs questions, et ce fut une petite nouvelle qui prit la parole la première… Sayan, si les souvenirs d’Amara étaient exacts. Son intervention entraina un froncement de sourcil de la part de la jeune Amara, et ce fut Vincent qui fut le plus rapide à prendre la parole et qui expliqua que d’une, l’Institut n’était pas un centre de vacances, et que de deux, si elle comptait être une Xwoman par la suite ce n’était pas en vivant aux crochets de l’Institut qu’elle y parviendrait. Amara referma la bouche peu après l’avoir entrouverte, considérant que la réponse apportée par Vincent se suffisait à elle-même, mais après quelques secondes elle se décida à apporter une réponse, parce qu’à présent elle était professeur et qu’elle devait de ce faire gérer ce type de comportements elle-même.

    Comme tout le monde l’avait sans doute compris, ces activités sont obligatoire et permettront non seulement de donner une imagine positive des mutants en plus de renforcer notre cohésion. Ou même, de la développer… - Son regard s’attarda sur Sayan – Personne ne pourra prétendre s’intégrer à quelque groupe qui soit s’il n’adopte pas l’attitude adéquate de son plein gré en plus de faire preuve de bonne volonté…

    Cela pouvait sonner comme un reproche, et c’en était sûrement un. Amara était pour l’accompagnement des élèves avec douceur, mais certains comportements dépassaient son seuil de tolérance au point de faire sonner de manière étranger ses mots. Elle n’avait démontré aucune agressivité et avait conservé son sourire d’un bout à l’autre de ses paroles, et espérait que d’autres questions plus pertinentes seraient posées…

    Une main tremblante se leva d’ailleurs environ trois rangs derrière Sayan, et Amara pu apercevoir le visage de Natasha, une jeune fille de 13 ans qui avait vécu en orphelinat jusqu'à ce que son pouvoir terrorise le personnelet qui n'était à l'Institut que depuis un mois. Sa timidité autant que son jeune âge l'empêchaient de s’intégrer correctement aux autres élèves :

    Euh… Est-ce qu’on pourra suggérer des activités ? – Son regard se posa avec appréhension sur Edward – Du jardinage, ou faire la lecture aux enfants malades à l’hôpital ?

    Un sourire étira les lèvres d’Amara. Il y avait dans cette salle une majorité d’élèves motivés et prêts à se rendre utile.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )   Lun 18 Oct - 19:38

Demain pas de sorties. Le planning de la journée suivante avait été assuré par un ouï-dire suivit de quelques informations douteuses, après tout cette réunion allait-elle réellement avoir lieu ? D’après les rumeurs, car il ne s’agissait ni plus ni moins de ça puisque Jubilee l’avait entendu d’un des élèves qui lui-même l’avait entendu d’un autre, il s’agirait d’une mise au point sur le fonctionnement de l’école. La jeune femme ne comprit pas, après tout n’était-elle pas bien comme ça son école ? Bien avec ses défauts mais surtout ses qualités, qui n’étaient pas a négliger.

C’était donc avec la ferme intention de se lever pour y assister que Jubilee avait programmé le réveil et ses vêtements la veille. Cependant elle était loin d’imaginer que la sonnerie d’un réveil aussi quelconque puisse être aussi désagréable. Une main sortie soudain de la couette, appuyant avec une force exagérée sur cette affreuse machine coupeuse de rêves. Une tête émergea alors de la couette, les yeux plissés par la lumière qui pénétrait via le store mal fermé mais qui de toute manière ne pouvait pas être fermé plus qu’il ne l’était. La masse abstraite du lit s’étire dans un bruit de tissu froissé accompagné d’un bâillement, signe d’un sommeil insuffisant. Cheveux en batailles, Jubilee s’assit machinalement sur le rebord de son lit, la tête dans les mains comme pour repousser le moment fatidique où elle devrait affronter le soleil pour de bon. Elle soupira, se lever était vraiment une chose atroce…
Ses mains quittèrent ses yeux, glissant le long de son visage en étirant sa peau et déformant son visage encore somnolant. Elle trouva finalement la force de se lever, chancelante, jusqu’au store où elle avait prit le risque de l’ouvrir d’un seul coup, affrontant la réalité d’un soleil se levant beaucoup trop tôt. Il était temps de remédier à ce problème de « Tête-en-sac ». L’apprentie X-Men eu alors l’objectif final de passer par la case salle de bain mais manqua de tomber en se prenant les pieds dans ses chaussures, perdant l’équilibre elle tituba jusqu’à la salle d’eau située à quelques mètres. La porte lui permit alors de reprendre son équilibre bien que l’impacte eût été violent pour un matin aussi difficile que celui-ci. Dans un dernier couinement, la porte se ferma tandis que quelques minutes plus tard de la vapeur parvenait à sortir de la salle de bain.

A en juger par ce miroir complètement opaque, elle n’y était pas allée de main morte sur l’eau chaude, à moins qu’elle ne soit restée trois heures sous l’eau tiède ce qui était tout aussi possible, le temps passe si vite sous la douche. Jubilee se sécha les cheveux de quelques coups de serviette, la tête en bas – un truc de fille – avant de les rabattre en arrière. Du revers de ses doigts elle fit disparaître la buée du miroir au niveau de son visage, tant pis pour les traces, afin de parfaire sa toilette.
La porte s’entrouvrit finalement, laissant passer une tête ennuyée. Le regard de la jeune femme se fixa sur ses affaires laissées de la veille sur une chaise, oui elle préparait ses vêtements du lendemain mais ce n’est pratique que si on ne les oublie pas. Sur la pointe des pieds, elle sortit de la salle de bain enroulée dans une serviette, comme si le fait de sautiller mettrait moins d’eau par terre. Elle se saisit de sa chemise blanche, de son jean et du reste de ses affaires avant de disparaître de nouveau pour se changer. Ce n’est qu’après plusieurs minutes qu’elle sortit définitivement, pour aujourd’hui bien sûr, de la salle de bain.

Jubilation avait du temps devant elle, d’ailleurs elle ne s’était pas pressée, consciente que de toute manière un retard restait un retard, même si elle n’avait pas comme objectif de l’être, adviendrait ce qui adviendrait. Peu profond comme réflexion mais dans un sens un « vous êtes en retard », n’était pas plus constructif qu’un « vous êtes en avance ».
Le rendez-vous avait été fixé dans une salle lambda, qu’elle trouva finalement au hasard d’un couloir sur une affichette mais ce détail ne lui sera utile que plus tard. Aujourd’hui pas de sorties, elle ne cessait de se le répéter ne serait-ce que pour ne pas s’auto-désobéir en allant vadrouiller comme à son habitude. Il y avait des choses obligatoires, et cette réunion en faisait partie. Si elle ne s’impliquait pas dans la vie de l’Institut alors tout était fini, même ses propres efforts et ça Jubilation ne pouvait le tolérer.

Un bref coup d’œil sur sa montre, finalement du temps elle n’en avait plus tant que ça… Elle détailla l’affichette dans un regard insistant comme pour refaire sortir les caractères imprimés. Dix minutes ? C’était largement suffisant pour traîner un peu mais si elle pouvait être là à l’heure alors autant faire simple. Jubilation se dirigea donc vers l’une des salles consacrées aux réunions ou meeting en tout genre, entrant dans la salle elle put y voir qu’elle était loin d’être la première. Toutefois elle ne semblait pas être la dernière puisque aucun enseignant n’était apparemment là, en revanche Vincent était déjà là ainsi qu’une fille qu’elle avait vu à de maintes reprises dans l’Institut sans pour autant savoir son nom. Elle les salua amicalement avant de chercher où s’asseoir. Les places libres ne manquant pas, Jubilee s’installa au même niveau que les autres : tout au fond. Sait-on jamais, l’ennui est une arme mortelle et la discussion en est souvent le remède.
Quelle fut sa surprise lorsqu’Edward Livingston en personne foula de son pied l’estrade. Comment décrire ce personnage… Non, aucune description les faits parleraient d’eux-mêmes. Il fut suivit de près par Amara Aquilla, également professeur, qui se fit plutôt silencieuse. Rien que l'entrée en matière du professeur Livingston avait amusé la jeune femme. Il était étrange, oui, mais ça avait le mérite de sortir un peu du cadre rigide de la normalité. Cependant ce qui suivit lui ôta bien vite son sourire. Des activités extérieures ? Ca ne pouvait pas faire de mal, enfin sauf la vente de gâteaux en tenue, elle s’imaginait déjà avec le badge « Cookies ? Yummy Yummy ! »…

Une question fusa, peut-être un peu trop vite. Forcément que ces activités allaient être obligatoires, du moins il fallait s’en douter. Les ‘inquiétudes’ de l’intervenante furent complètement démontées par Vincent qui lui expliqua d’un point de vue assez cinglant la doctrine, parfois trop oubliée, de l’Institut. Il était vrai qu’ils étaient tous là pour apprendre et donner un peu de leur personne, après il y en avait toujours quelques uns pour faire preuve d’égoïsme et Jubilation en faisait parfois parti. Elle adressa tout de même un regard complice à Vincent, il y était allé un peu fort, cette fille était plus jeune qu’eux et ça se voyait.
Aquilla pris le relais, lui expliquant avec des mots plus doux ce que venait de dire Vincent, évidement la pilule parut beaucoup moins grosse à avaler mais dans le fond elle restait la même… Soudain une petite voix s’éleva dans la salle, une petite fille, peut-être la dizaine d’années. Du jardinage ? De la lecture ? Finalement, même avec la meilleure volonté du monde elle ne put se retenir et, se retournant sans agressivité, s’adressa à la petite :


    - « Tu sais, rentrer dans un hôpital en étant soupçonné d’y avoir envoyé la moitié des patients… »


Jubilee lui adressa un sourire, la laissant sur la fin de cette phrase. Elle se retourna en face des deux professeurs, il ne fallait pas se faire d’illusions, leur école était surveillée, peut-être même plus que ça. Sans parler d’espionnage l’on pouvait tout de même dire que l’école n’était plus ce qu’elle était surtout au niveau de sa couverture.
L’idée ne plaisait pas à Jubilation, pour elle préparer des gâteaux et planter des arbres ne résoudraient rien au problème. Ces actions seraient automatiquement oubliées, et ce peu importe leur nombre, dès qu’un groupe de certains mutants feraient des siennes. A coup sûr, peut-être pas du premier coup, l’école finirait de nouveau accusée et perdrait toute crédibilité. Il était pour elle évident que distribuer des graines, nourrir les oiseaux et surveiller les aires de jeux ne changerait rien à l’affaire et qu’au contraire il valait mieux privilégier l’entraînement plutôt que d'user de son temps dans des travaux pratiques. Cependant une question persistait :


    - « Et nos pouvoirs dans tout ça ? »


S’exposer en temps que mutant était devenu de l’ordre de l’impossible. Même certains pouvoirs inoffensifs étaient considérés comme dangereux par les forces de l’ordre et personne ne s’amusait à crier qu’il possédait des facultés hors du commun. Alors oui, Jubilee se posait des questions, les pouvoirs quelle place allaient-ils avoir ? La jeune femme ne voyait pas l’intérêt de faire ce genre de travaux si en parallèle tout le monde continuait de se voiler la face en cachant sa véritable nature. Ca ne changerait strictement rien. Semblant d’être normale Jubilee le faisait chaque fois qu’elle mettait le pied dehors…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Edward Livingston
Humain

Nombre de messages : 261
Date d'inscription : 17/04/2010
Localisation : New York
Age du personnage : 32 ans
Pouvoirs : aucun
Profession : Détective (a son compte,peut aider la police ou Mars investigation)
Prof à l'institut Xavier
Points de rp : 231

MessageSujet: Re: Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )   Lun 18 Oct - 20:36

    A quel moment est ce qu’on devait arrêter de prendre les enseignants pour des c*ns ? C’était le questionnement d’Edward quand il vit entrer Sayan dans la pièce. C’est lui qui avait donner un avis favorable pour qu’elle rejoigne l’institut, et plus le temps passait et plus il se posait des questions. Les erreurs de jugements ce n’était pas dans ses habitudes, mais là, il était temps de remettre une décision prise en cause. Elle était là depuis peu de temps, mais suffisamment quand même. Jamais il ne l’avait vu assister à un des cours, il ne se souvenait même pas d’avoir un collègue parlant de la jeune adolescente. Alors oui, quand est ce qu’on estimait que les élèves nous prenait pour des c*ns ? Parce que c’est franchement l’idée que ça donnait. Du moins, il était facile de croire que la gamine prenait l’endroit comme un centre de vacances. Elle profitait des repas, du toit sous la tête, mais à aucun moment elle ne s’investissait dans la vie de l’école, vu qu’elle ne prenait même pas la peine de participer à le moindre cours. Une sensation qui ne pouvait pas aller en s’améliorant étant donné que la première question qu’elle posa, alors qu’il avait expressément demandé de ne pas se forcer, tomba.

    "Activité extérieur? C'est obligatoire?"

    Voilà qui était un comble. Une activité… Obligatoire ? Edward passa une main sur son visage, dans un long soupir, marquant un côté blasé qui ne pouvait pas passer inaperçu. Mais qu’est ce qu’il croyait ces gamins, que tout leur tombait tout cuit dans le bec, que les choses allaient se faire d’elle-même ? Qu’on pouvait prendre l’institut comme un refuge ? Une sorte de SPA pour les mutants ? L’idée était sympathique, mais complètement fausse. Finalement, quand ils avaient décidé de créer le conseil, ils n’avaient pas si mal agit que cela, et ils étaient loin de s’être complètement trompé sur la direction que prenait l’institut. A croire que plus personne ne se sentait concerner de rien. Combien même les activités ne plaisait pas parce qu’elles étaient collectives – le problème devait bien se situer là pour Sayan – cela n’empêchait pas que, quand on à un toit sous la tête et plusieurs repas par jours, on cherche à faire des efforts. Ne serait-ce que pour remercier de ce qui arrive. Sans déconner il n’y avait rien qui obligeait Edward à accepter Sayan dans cette école. D’ailleurs si des réponses n’avaient pas déjà fusé, il aurait sûrement répondu de cette manière : « Et vous garder ? C’est obligatoire ? ». Son regard transcrivait sûrement cette pensée, mais elle ne quitta pas son esprit.

    La réponse de Vincent semblait être approprié, du coup, il ne vit pas l’intérêt de reprendre les choses de manières plus diplomates. Surtout que ce n’était pas franchement son genre. Par contre, Magma, elle, elle semblait décidé à expliquer les choses plus calmement, avec un sourire typiquement féminin pour faire passer les mots qui pouvaient être dit. Non, parce que il suffisait de bien écouter les mots employés, ce petit ton dissimulé, et on comprenait que sa phrase devenait une sorte de critique. Ah Amara ! Qu’est ce qu’il aimait pouvoir la faire sortir de ses gongs pour qu’elle déclenche son pouvoir. Le tout dans un but purement scientifique. Mais il se laissa dire que si il partait, maintenant, dans ce genre de chose, c’est brûler au quatrième degré qu’il rentrerait chez lui. Ce qui, par définition, était fort peu confortable comme situation. On se passerait donc de l’énervement du professeur, membre du conseil.

    Le seul point où il ne demeurait pas d’accord, s’était sur l’obligation des activités. Cela dit, il aurait du répondre à Sayan, qu’il aurait employé le même terme histoire d’éviter une discussion qui se finirait par des effusions de larmes parce que la vie est trop injuste et qu’il se ligue contre elle ! Donc il ne trouva rien à ajouter à ce que venait de dire Amara, mais se trouva fortement ennuyé quand une petite main se leva. Levant les yeux au ciel – pas très engageant – Edward fit signe à la stroumphette de parler, vu qu’elle semblait avoir des questions à poser. A croire qu’ils s’étaient tous passé le mot pour l’empêcher de finir cette réunion le plus rapidement possible. Son coude s’appuya sur le pupitre pour, enfin, poser son menton dans le creux de sa main et écouter l’enfant d’une oreille distraite.

    « Euh… Est-ce qu’on pourra suggérer des activités ? Du jardinage, ou faire la lecture aux enfants malades à l’hôpital ? »

    Il n’avait même pas le temps d’en placer une, que déjà on répondait à sa place. Jubilation Lee, se tourna vers la gamine pour lui annoncer une phrase qu’elle laissa en suspend. Le truc qui avait pour but de casser, au moins, tous les espoirs de cette gamine, qui essayait d’y mettre de la bonne volonté. En tout cas, beaucoup plus que certains autres. Bon il était un peu mal placé, en général c’est lui cassait les espoirs des gens… Mais justement c’était son boulot à lui, mince ! Quoiqu’il en soit, comble de tout, elle laissa une phrase sans la moindre fin pour la gamine, pour ensuite poser elle-même une question.

    « Et nos pouvoirs dans tout ça ? »

    D’un signe léger de tête, il signifia à Jubilation qu’il lui répondrai après, préférant se concentrer sur la gamine. Première à poser des questions, premières à avoir des réponses.

    « La proposition d’activité est une bonne idée, à faire à ton tuteur, ou encore à un professeur qui soumettra ses idées pour que l’on puisse en discuter. »

    Le but de tout cela était que les élèves arrêtent de s’imaginer qu’ils ne pouvaient pas avoir d’interlocuteurs « importants », alors il se voyait assez mal lui expliquer que ce n’était pas possible. Il ne revint pas, avec la gamine, sur la phrase laisser sans fin de Jubilation. D’ailleurs, en parlant d’elle, il reporta son regard sur la jeune fille. C’était quoi sa question, déjà ? Ah oui, les pouvoirs dans tout cela.

    « Il y a une chose que les gens ont tendance à oublier, cette école est un institut pour mutant aux yeux de l’ensemble de la population. Les activités qu’on vous propose, auront été vues avec des personnes de l’extérieur et vous interviendrai en tant qu’élève de l’institut, donc en temps que mutant. Certaines tâches seront même faite en réponse à un pouvoir spécifique. »

    Le but n’était pas cacher ce qu’ils étaient, mais de faire des choses entant que mutant, apporter une images plus positive et tout le blabla habituel. Cependant de ce qu’il pouvait savoir de la jeune fille, de son tempérament, et de la façon dont elle avait poser sa question, comme si elle s’interrogeait sur un autre point, incita Edward à continuer. Finalement, être un bon observateur pouvait avoir du bon.

    « Le but de ces activités n’est pas d’en suspendre d’autre, mais de sortir l’institut du certaine léthargie qui s’est installée. Les entraînements pour contrôler ses pouvoirs, pour apprendre à se défendre, c’est bien. Mais ne jamais quitter cet institut, ce n’est plus pensable. Ce n’est pas par des entraînement dans une salle spécifique que ça développera le côté entraide, et la côté « service ». Le but n’est pas seulement de faire en sorte que l’institut soit mieux vu, de prouver que les mutants ne sont pas tous mauvais. Ca sert aussi à faire en sorte que les gens arrêtent de regarder leur propres nombrils en se suffisant de ce qu’ils ont et qui apporte des question du genre : « est ce que c’est obligatoire ? » L’institut à toujours eu des valeurs, qui se sont oubliés ses derniers temps, donc c’est moment de remettre un peu d’ordre dans tout ça »

    Après lui, il s’en foutait, il ne retenait personne. Chacun était libre de faire ce qu’il voulait….
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sayan Mesmer
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 181
Date d'inscription : 13/04/2010
Localisation : Là où me mène mes pas
Clan : neutre
Age du personnage : 16 ans
Pouvoirs : Hypnose et lien psychique
Profession : Ancienne fille de la rue
Élève à l'institut
Points de rp : 108

MessageSujet: Re: Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )   Lun 18 Oct - 21:54

Sayan senti immédiatement le changement dans l'atmosphère à sa question, qui était de son points de vu plus que légitime. Les regard se tournèrent vers elle, noir pour certain pour d'autre avec presque du dédain et de la pars de Livingstone, du questionnement, un regard qu'elle avait déjà vu à son évaluation. Regrettait-il? C'était possible. En réponse à se changement d'atmosphère, sa posture devint plus agressive, son instinct reprenant le dessus dans cette situation d'hostilité. La tête plus haute, le corps plus droit, la voix plus froide et le regard d'acier.

"Je n'ai pas dit que je ne voulais pas participer, j'ai demander si s'était obligatoire."

Sa phrase était dites sans émotions particulière. Ce n'était pas parce qu'elle n'avait jamais été à l'école qu'elle ne savait pas la différence entre vouloir et pouvoir. Ce n'était pas parce qu'elle n'avait jamais participer à leur société qu'elle avait été égoïste toute sa vie. C'était juste qu'elle n'aimait pas qu'on la force, et encore moins qu'on choisisse de quelle façon elle allait contribuer à la société.

"Et j'aimerais commencer par comprendre avant de m'impliquer."

Elle n'avait pu empêcher le dédain de paraitre subtilement à la fin de phrase et dans sa posture. C'était vrai quoi! On lui demandait de courir avant de marcher! Elle ne savait même pas lire, alors vendre des petits pain! Ou encore construire des maison... elle qui n'avait jamais vécu que dans la rue, sous une boite de carton ou dans des bâtiments dont personne ne voulait. Tout ce qu'elle avait fait en terme de bénévolat était aider les jeunes qui se retrouvait à la rue, par choix ou par obligation, à trouver leur place. Elle n'avait jamais jugé, ni obliger personne et depuis qu'elle était ici, elle avait l'impression de nager sans support, elle avait parfois même l'impression de se noyer. Alors qu'on la juge maintenant sur le fait qu'elle préfère se concentrer à comprendre l'institut, la société et toute ce qui allait avec, sa lui mettait les nerf en boule.

Elle garda pourtant le silence, se mordant la lèvre plutôt que de rajouter encore plus d'huile sur le feu, elle était là et on lui donnait beaucoup, elle n'allait pas tout gâcher parce que des imbéciles ne comprenait rien, après cette phrase écoutant ce que les autres avait à dire. L'idée de proposer des activités lui plus bien plus que de s'en voir imposer une. Elle pourrait retourné aider des gens dans la rue, peut-être aller dans les centres qu'elle avait autrefois dédaigner, mais qu'elle voyait d'un œil légèrement différent maintenant qu'elle était de l'autre côté, même si ce n'était pas depuis longtemps. Avoir quelqu'un qui les comprenne, même si elle était mutant ou grâce à cela, aiderais certain à trouver leur vrai place ou à comprendre qu'elle n'était pas dans la rue. Certain n'était tout simplement pas fait pour sa. Comme elle commençait à réfléchir, le professeur humain revienne lui enfoncer le clou sur son désir de non-participation. Personne ne se donnait la peine de l'aider et on lui reprochait de ne pas s'impliquer! On ne faisait que lui donner des livres et des questionnaires qu'elle devait remplir de son mieux dans le temps qu'elle mettait pour lire un seul chapitre de ses maudits livre et ensuite on disait qu'elle ne faisait rien! Mais elle n'avait même pas le temps de faire ce qu'on lui demandait, encore moins de faire PLUS!.


"Si je ne faisait que regarder mon nombrils je serais déjà parti et surtout, je n'aurais pas aider ceux que j'ai aider dans la rue. Si je ne regardait que mon nombrils, je ne tenterait pas d'apprendre tous ses foutus livres que je ne suis même pas capable de lire! Si je ne regardait que mon nombrils, je ne serait pas à vous écouter parler sur ce qui donnerais une meilleur image de tous."

Sa voix était froide et si elle avait détourné le regard s'était parce que la colère avait activé son don et qu'elle n'en usait jamais comme sa, mais tout le reste de son corps continuait de clamer sa colère. Malgré tout ce qu'ils pouvaient penser d'elle et des gens de son milieu, elle avait des principes, ceux que l'on inculque dans la rue. Elle se foutait pas mal de l'argent, du nombre d'amis qu'elle avait et des fringues qu'elle portait, mais elle ne pilait jamais sur moins fort qu'elle si cette personne faisait de son mieux, elle aidait réellement la personne, pour elle et non pour se sentir mieux en la laissant se débrouiller seule par la suite. Elle tentait de se suffire à elle-même avant d'aller demander quelques chose et si elle demandait elle faisait de son mieux pour rembourser. Aujourd'hui, c'était en apprenant ce qu'on lui demandait d'apprendre et en faisant de son mieux. Ce n'était pas assez pour eux? Et bien tant pis... elle avait peut-être fait une erreur, mais selon ses principes, elle irait au bout de ce qu'elle avait commencer, quitte à faire changer les choses ou à se faire mettre dehors.

Mais ce que peu pouvait percevoir c'était la touche de désespoir qui avait percer dans sa voix. Elle se forçait vraiment, mais elle n'y arrivait simplement pas. Elle ne comprenait rien, la dernière fois qu'on avait commencer à lui enseigner quelque chose remontait à plus de dix ans, dix années où la seule chose qu'elle avait apprise était de survivre, toute seule. Elle devait apprendre à vivre avec d'autre, à se comporter comme elle le devait, à contrôler ses pouvoirs et tout ce qu'elle n'avait jamais apprit dans son enfance parce qu'elle vivait dans la rue ou qu'on l'exploitait. Et c'était beaucoup pour une adolescente qui se retrouvait perdu sans ses repères et qui devait se trouver un autre but que simplement voir se lever le lendemain.
Revenir en haut Aller en bas
http://broceliande.forumgratuit.org/forum.htm
avatar

Vincent De Certo
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 05/07/2010
Localisation : Institut pour Jeunes Surdoués Charles Xavier
Clan : apprenti Xmen
Age du personnage : 22 ans
Pouvoirs : dissolution de la matière par contact et résistance à l'acide
Profession : Étudiant à l'Institut et mécanicien
Points de rp : 23

MessageSujet: Re: Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )   Mar 19 Oct - 0:22

Vincent avait répondu à la question de Sayan avec son habituel manque de tact , mais rien que la question elle même laissait un sérieux doute sur ses motivations . Demander si on est "obligé" dans une communauté marchant sur la base du volontariat ,il y avait mieux pour faire sentir qu'on a l'envie de s'intégrer . Enfin lui il s'en foutait un peu , après tout chacun faisait avec sa conscience mais il était évident qu'il ne comprendrait jamais ce genre de personnes . L'ex Morlock n'était pas le résident le plus sociable de l'Institut loin de là , mais il essayait au maximum de s'impliquer en prenant notamment sur son temps de repos comme aujourd'hui pour participer aux réunions et quand cela était possible aux activités de l'Institut . Amara n'avait pas put s'empêcher d'intervenir pour calmer le jeu , faisant bien comprendre son point de vue au passage . La connaissant elle avait du prendre sur elle pour ne pas exploser car depuis le temps qu'ils se fréquentaient Vincent avait put constater qu'Amara était plutôt du genre sanguine , une des nombreuses choses que l'ex Morlock appréciait chez elle .

Si Vincent se montrait en permanence réservé à l'égard de sa tutrice et ceux malgré leur faible différence d'âge , ce n'était pas tant qu'il ne l'appréciait pas en fait c'était même le contraire . Les gens qu'il ne pouvait pas sentir ou pour qui il n'avait aucune sympathie particulière , Vincent leur rentrait dedans direct . Les choses se compliquaient quand le mutant avait de la sympathie voir plus pour une personne , sa tendance à être tout le temps sur la défensive le rendait maladroit dans ses relations et ayant parfaitement conscience de cela il avait tendance à se montrer distant plutôt que de risquer de paraitre ridicule..En fait le véritable problème avec Amara , c'est que non seulement il l'appréciait énormément ne la considérant pas vraiment comme sa tutrice mais plus comme une excellente amie , mais elle était sa tutrice justement ce qui voulait dire qu'en plus des barrières que Vincent se posait à lui même il y avait celle de leur statut respectifs ce qui ne simplifiait pas les choses pour lui...

En tout cas la question de Sayan avait jeté un froid et si Amara était encore resté courtoise , Edward Livingston lui ne prit même pas la peine de répondre , bien que son regard fut suffisamment éloquent pour ne laisser aucun doutes sur ce qu'il pensait d'elle . Ce mec sortait de l'ordinaire ça semblait évident , entre l'indifférence qu'il affichait pour son travail tout en s'impliquant l'air de rien vu que si ça n'avait pas été le cas il ne serait surement pas venu du moins c'est ce que le mutant pensait . L'Institut n'étant pas une école ordinaire , voir des profs atypiques n'était pas si surprenant que ça et Edward était vraiment à part . En tout cas si une personne avait eut l'air amusée par l'intervention de l'ex Morlock , c'était Jubilee qui le regardait avec un air complice . Rien de très surprenant vu qu'elle était une des rares qui savait s'y prendre avec lui , en même temps avec un tuteur comme Logan elle avait l'habitude des gens directs..

Loin de comprendre à qu'elle point sa question était déplacé , Sayan semblait décidé à rentrer dans une logique agressive comme si elle croyait qu'elle arriverait à l'intimider et qu'il allait s'excuser de l'avoir remis à sa place ..

"Je n'ai pas dit que je ne voulais pas participer, j'ai demander si s'était obligatoire."

Ben voyons elle était bonne celle là , c'est bien connu que les gens qui veulent s'impliquer demandent si c'est obligatoire . Non mais vraiment ce qui fallait pas entendre , dans le genre mauvaise foi on faisait difficilement mieux . Bientôt elle allait lui sortir qu'elle avait sorti ça juste pour tester leur motivation , mais après tout comme elle l'avait si bien dit l'Institut était composé de naïfs et de gens qui avaient subis un lavage de cerveaux..et elle était si supérieure à eux...

"Et j'aimerais commencer par comprendre avant de m'impliquer."

Normalement tous les résidents de l'Institut étaient censé connaitre les buts des X Men , enfin pas tant que ça visiblement . En même temps depuis la mort du Prof ça commençait à virer camps de vacances mais ceci dit si elle avait voulu vraiment comprendre elle se serait renseigné d'elle même parce que c'était pas les profs capables d'expliquer ce genre de choses qui manquaient ici , mais là encore fallait il daigner se bouger un minimum . Si elle avait été capable d'agresser verbalement les gens comme elle l'avait fait au parc , elle devait logiquement être aussi capable de demander un renseignement pour peu qu'elle en ait eut envie mais Vincent doutait que ce soit le cas ..

"Si je ne faisait que regarder mon nombrils je serais déjà parti et surtout, je n'aurais pas aider ceux que j'ai aider dans la rue. Si je ne regardait que mon nombrils, je ne tenterait pas d'apprendre tous ses foutus livres que je ne suis même pas capable de lire! Si je ne regardait que mon nombrils, je ne serait pas à vous écouter parler sur ce qui donnerais une meilleur image de tous."

Pour quelqu'un ne se regardant pas le nombril elle insistait lourdement sur des choses que tout le monde faisait ici et ceux sans rien demander en retour , pas plus qu'ils ne le faisaient remarquer d'ailleurs . La bonne blague , elle voulait quoi ? Une médaille ? Non parce qu'on allait pas la décorer juste parce qu'elle daignait faire comme tout le monde . Vincent posa sa bouteille d'eau après avoir entendu les paroles de Sayan , visiblement il n'avait pas été suffisamment clair dans ses propos mais il allait rattraper ça ..

"D'une demander si une chose est obligatoire c'est pas vraiment révélateur du fait qu'on veuille s'impliquer , c'est même plutôt le contraire . De deux pour quelqu'un qui dit ne pas se regarder le nombril t'insistes beaucoup sur des choses que tout le monde fait ici et sans le faire remarquer alors si tu t'attendais à des félicitations c'est mort . Tout le monde ici fait exactement la même chose que toi et pourtant personne ne se sent obligé de le faire remarquer pas plus qu'ils ne posent la question de savoir si c'est obligé . Tu remarqueras que les autres questions portaient plus sur le comment des actions proposées que sur le pourquoi , étonnant n'est ce pas ? De trois t'as beau jouer les dures tu trompes personne , alors arrêtes ton baratin et poses toi la question de savoir ce que tu as à apporter à la communauté au lieu de te la jouer rebelle . Si t'étais si dure que ça t'aurais pas besoin de l'Institut pour te dem*rder et ça ferait trois plombes que tu te serais arrachée d'ici vu que t'impliquer te semble être une corvée . Bref je vais pas me prendre la tête avec toi pour un truc qui n'est qu'une perte de temps ..Donc je vais arrêter là vu que c'est ni le lieu ni l'endroit et que de toute manière cette discussion est stérile.. lança Vincent en la fixant d'un air dédaigneux

"Désolé pour l'interruption , je vais profiter du fait que j'ai la parole pour poser une simple question . Bon concrètement le but c'est de changer l'image que les gens ont des mutants , d'où les activités mais au niveau publique ça se passe comment ? Parce que bon y a aussi toute la propagande anti mutant qui passe dans les médias , et même si je capte le but des trucs proposés je doute que ça va suffire pour changer la donne . Donc y a un truc de prévu à ce niveau là ? "

Non parce que faire de la communication de proximité c'est bien mais avec tout le bourrage de crane qu'il y avait à la télé et à la radio , c'était pas demain la veille que l'image des mutants allait s'améliorer ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Amara Aquilla
Mutante de niveau 2
{ PNJ }


Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 21/08/2010
Localisation : Institut Xavier
Clan : Xmen
Age du personnage : 25 ans
Pouvoirs : contrôle du magma - peut s'en recouvrir, se recouvrir de flammes et générer des rafales de plasma.
Profession : professeur polyvalent à l'Institut Xavier
Points de rp : 25

MessageSujet: Re: Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )   Sam 23 Oct - 0:33

    Suite à la première question de Sayan, Edward s’était limité à se passer une main sur le visage, et Amara avait très bien perçu son soupir puisqu’elle était plus proche de lui que n’importe quel occupant de cette salle. Physiquement parlant uniquement, parce qu’absolument personne ne pouvait se vanter de le connaître ou d’être l’un de ses « proches » au sens affectueux du terme. Amara ne fit aucun commentaire parce qu’après tout chacun était libre d’afficher l’expression qu’il jugeait la plus appropriée, mais également parce qu’elle-même ne devait pas produire une illusion fidèle de l’amabilité et de l’allégresse suite à la remarque de Sayan… bien vite accompagnée de la remarque de Jubilee qui brisa les espoirs de l’une des rares personnes motivées par les nouveautés que les professeurs avaient à proposer. Edward lui répondit alors qu’il s’était accoudé au pupitre en donnant l’air de profondément s’ennuyer, donnant raison à la petite de faire des suggestions, et un sourire se peignit sur les traits enfantins de l’élève :

    D’accord !

    Visiblement satisfaite qu’on lui fournisse une réponse encourageant au lieu de simplement lui faire peur, la petite reprit à voix basse à l’attention de Jubilee :

    Toutes les idées sont bonnes… Et tous les humains ne penseront pas forcément que ce sont les mutants qui auront rempli les hôpitaux. Les maladies ne sont pas transmises par les mutants…

    Elle lui avait adressé un petit sourire et espérait faire changer d’avis son ainée de plusieurs années. Natasha était une petite fille réservée, mais qui espérait pouvoir se lier d’amitié avec l’un de ces anciens que tout le monde connaissait au sein de l’Institut. Elle savait qu’elle était encore très jeune et c’était sans doute ce qui expliquait qu’elle était plus optimiste que ceux qui avaient vécu plus de choses qu’elle. Penser que vendre des gâteaux en étant déguisés ferait changer les humains d’opinion sur les mutants en un claquement de doigt était stupide, et c’était sans doute pour cela que Livingston avait fait preuve d’un aussi gros décalage en évoquant ces nouvelles mesures. Personne ne s’attendait à un changement miraculeux, et tous devaient s’attendre à une amélioration qui ne viendrait que dans très longtemps justement parce que certains mutants avaient vraiment bien terni l’image des êtres dotés de pouvoirs en en faisant démonstration dans le cadre d’attentats ou d’exactions complètement démesurées dans certains cas.

    Jubilee posa finalement une question sur les pouvoirs mutant et la manière dont ces activités pouvaient être compatibles – ou non – avec ces encombrants dons que les jeunes ne maîtrisaient pas encore à ce stade de leur apprentissage. Ce fut Edward qui fut le plus rapide à répondre, et Amara se contenta d’acquiescer dans un premier temps, avant de finalement apporter sa pierre à l’édifice :

    Les professeurs estiment que garder les élèves à l’abri de tout est une bonne chose jusqu’à un certain point, mais qu’il ne faut pas non plus perdre de vue l’optique que le but de l’Institut est d’aider les jeunes mutants à maîtriser leurs dons pour faciliter leur intégration dans le monde réel. Et dans le monde réel, il y a des humains qui peuvent avoir peur des démonstrations de puissance stupides mais il y a aussi des humains qui peuvent côtoyer des mutants comme ils côtoieraient n’importe quel humain qui passerait par là. Si nous vous dispensons un enseignement ciblé sur la maîtrise en plus des matières traditionnelles, c’est pour vous permettre de réaliser ce type d’actions en apparence banales : vente de gâteaux, rénovations, ou petits travaux divers ; au final ces activités extérieures auraient pu être prévues bien plus tôt, mais le contexte en a décidé autrement…

    Amara pensait à la mort de Xavier, qui avait perturbé toute l’équipe au point de presque mener l’Institut à la faillite sur bien des plans. Fort heureusement, la majorité semblaient s’être repris en main et étaient à présent de nouveau aptes à aider les plus jeunes à se faire une place dans la société autrement qu’en restant cloîtré à l’Institut en oubliant qu’au-dehors existait un monde complet dans lequel ils devaient s’insérer parce qu’ils n’avaient pas le choix. Amara en était l’exemple vivant parce qu’elle était arrivée à l’Institut étant très jeune et qu’elle était à présent une jeune femme bien intégrée au monde extérieur qui avait manifesté le souhait de pouvoir aider les élèves à suivre son exemple. Elle avait certes la réputation d’être un peu sanguine lorsqu’on débitait des énormités devant elle, mais Amara était le type même du professeur qui aimait son boulot et le montrait chaque minute qui passait. Enfin présentement, elle avait un peu de mal à continuer d’afficher un air motivé après avoir entendu la tirade de Sayan…

    Son premier réflexe avait d’abord été d’ouvrir la bouche pour lui répondre, mais l’habitude lui fit garder le silence. Du tac au tac, Amara aurait été capable d’expliquer à Sayan avec de jolis mots et un ton très aimable que si l’apprentissage et les activités de l’Institut la saoulaient, elle pouvait tout à fait choisir de partir parce que l’Institut n’était ni une prison, ni une pension. L’habitude avait permis à la jeune femme de mieux gérer son tempérament sanguin, et c’était une bonne chose puisqu’un professeur ne pouvait se permettre de se montrer aussi direct à moins de s’appeler Edward Livingston. La bouche de la jeune femme s’ouvrit une seconde fois pour communiquer quelque chose de plus agréable à entendre pour la jeune Sayan :

    Sayan, nous apportons toute aide qui est sollicitée… à condition qu’elle soit sollicitée.

    En clair ? Le corps professoral dans son ensemble n’était pas composé que de télépathes, alors même si chacun était capable d’anticiper sur certains points, ils ne pouvaient pas non plus être conscients des désirs cachés de chacun, et encore plus lorsqu’aucun indice n’était explicitement fourni. Amara était sans doute aussi volontaire que ses collègues pour ce qui était d’apporter de l’aide aux élèves, mais sa compréhension des gens s’arrêtait là où commençaient leurs pensées. Si Edward était capable de deviner certaines choses, Amara était loin de l’égaler sur ce même point…

    Tout dans l’attitude de Sayan irritait Amara, mais la jeune femme se bornait à conserver son air aimable parce qu’user de violence verbale sur cette élève en espérant lui faire prendre conscience des choses ne semblait pas être une bonne solution de la part d’un professeur. Parallèlement, la douceur ne semblait pas non plus porter ses fruits puisqu’en ayant simplement expliqué la démarche qui serait mise en place avait déjà récolté une remarque désagréable… Vint ensuite l’intervention de Vincent, qui ne semblait pas non plus apprécier le manque de volonté évident de la jeune fille autant que son attitude. Amara n’était absolument pas étonnée et choisit de ne pas intervenir lorsqu’il lui adressa une réponse assez acide, mais complètement justifiée du point de vue de la mutante. Vincent avait la possibilité de s’exprimer beaucoup plus librement qu’un professeur, et dans la mesure où ce qu’il expliqua à Sayan résumait complètement la pensée d’Amara, elle ne fit aucune remarque supplémentaire et ne lui demanda pas davantage de demeurer silencieux ou de poursuivre cette explication dans le couloir. C’était partisan, mais parfois les élèves étaient tout à fait en droit d’expliquer les choses avec leurs mots ; ça faisait également partie de leur apprentissage.

    Vincent finit par poser une question concernant les activités en sachant qu’il y avait une propagande anti-mutants qui était assez régulièrement rabâchée en ayant l’air de rien. Amara pinça les lèvres qu’elle avait fines, avant de formuler sa réponse :

    Il nous faudra d’abord commencer par une communication et des actions de proximité. Il y a quelques années, nous avions quelques contacts avec des personnalités influentes dans le monde de la politique qui n’hésitaient pas à dire le bien qu’ils pensaient de l’Institut… Les sympathisants se sont faits plus discrets. Ou plus rares à cause de cette propagande, justement.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )   Sam 23 Oct - 13:39

A la vue du signe de M. Livingtson elle attendit, ce n’était pas son fort d’attendre et l’espace d’un instant elle prit ça comme une déviation pour dire qu’il ne répondrait pas. Il préféra répondre à la petite, dans un sens ça se comprenait mais honnêtement Jubilee trouvait sa question plus pertinente que la sienne… Ca se voyait comme le nez au milieu de la figure qu’il lui racontait du vent, en d’autres termes il lui avait dit qu’il verrait, et en général le « on verra » n’était qu’un moyen astucieux – si on peut dire – d’esquiver une question. Jubilation ne se contenterait pas de ce genre de réponse. A la fin de l’explication évasive et incomplète de Livingston elle répondait niaisement d’une approbation pleine d’entrain, la jeune femme se retint mais laissa échapper un soupir d’exaspération : *Elle n’a qu’une dizaine d’années… Elle n’a qu’une dizaine d’années…* se répétait-elle intérieurement pour se raisonner.
Toutefois la remarque, pourtant bien intentionnée, de la petite Natasha fit débordé le vase que la jeune mutante s’était efforcée de vider. Qu’est-ce qu’elle y connaissait elle du haut de ses dix ans approximatifs ? Ces rêves pleins d’espoirs, si ce n’était pas Jubilation qui la faisait revenir sur Terre ce serait quelqu’un d’autre. Elle se tourna vers la petite, non sans agacement :


    - « Premièrement, toutes les idées ne sont pas bonnes. Deuxièmement, l’humain moyen est stupide et peureux face à quelque chose qu’il ne peut contrôler. Et troisièmement, je n’ais pas de leçon à recevoir d’une gamine. »


Elle reprit sa position initiale, loin d’être calme. Pour couronner le tout, lorsque vint son tour, la réponse ne la satisfit pas le moins du monde. Le professeur se livra à une tirade qu’elle n’écouta qu’à moitié. Elle comprit l’essentiel et c’était déjà ça de pris. Alors comme ça ils allaient faire ça avec des personnes prévenues à l’avance ? Où était l’intérêt puisque les personnes acceptant cette condition n’ont donc, par logique, pas peur des mutants. Les reproches se mirent à fuser contre cette fille qui s’avèrera être une dénommée Sayan. Ce n’était pas le combat de Jubilee, du moins pas encore. Du moment qu’on ne l’attaquait pas explicitement où si on ne l’agaçait pas il n’y avait rien à craindre d’elle, seulement il fallait avouer que tout ça commençait à lui courir sur le système.
C’était officiel, Jubilation s’ennuyait au possible. D’ailleurs M. Livingston semblait dans le même cas, lui à part rentrer chez lui ça se voyait qu’il n’attendait rien d’autre de cette réunion. La tension était montée d’un cran, même de plusieurs. Deux camps se faisaient la guerre, celui de Sayan contre… Bah les autres en fait, n’était-ce pas légèrement injuste comme situation ? Non seulement cette discussion ne menait à rien mais en plus elle faisait perdre un temps précieux : le temps libre. N’aurait-il pas mieux valut faire passer un tract avec les informations essentielles et des personnes à aller voir ? Non parce que pour l’instant ça restait de l’ordre du grand n’importe quoi, tout le monde semblait se battre, même Jubilation qui avait envoyé dans le mur une petite fille. Cible facile, elle n’était pas fière, mais âgée ou non une personne qui l’agaçait devait s’attendre à ce genre de choses.

Quelque part elle était loin de prendre cette réunion au sérieux. Tout d’abord car il était évident qu’il y avait des clowns, il n’y avait qu’à regarder un peu dans la salle, pas mal s’amusaient. Discrètement, certes, mais ils s’amusaient. Si le temps devait leur paraître rapide, pour la jeune femme c’était loin d’être le cas… Un nouveau coup d’œil, non dissimulé, sur sa montre lui prouva que le temps venait de s’arrêter : huit minutes, voilà depuis combien de temps on la prenait pour une idiote.
Parfaitement, une idiote. Elle avait été complètement idiote d’être venue, idiote d’avoir cru que M. Livingston pouvait apporter une solution au problème mutant alors qu’il était humain, idiote d’avoir répondu à Natasha de cette manière, idiote, c’était à quoi se résumait sa journée : une journée idiote. Pourquoi devrait-elle se soucier de ce problème ? Sa mutation n’avait rien qui la rendait difforme, elle pouvait parfaitement passer inaperçue dans la rue alors pourquoi devrait-elle se mêler à une opération de remise en circulation des mutants ? Il était clair que ce message ne s’adressait pas à elle, Jubilee passait une grande partie de son temps hors de l’Institut alors pourquoi rester plus longtemps.

Cet élan d’égoïsme était injustifié. Une pulsion de liberté peut-être, elle se sentait enfermée et l’ennui n’avait rien arrangé à son envie de prendre la porte. La jeune femme fouilla dans sa poche, y sortit un chewing-gum. Fallait qu’elle se calme, mâcher ça participerait, c’était sûr. Enfin si elle s’appliquait à mordre dedans avec assez d’insistance, peut-être qu’elle arriverait à ne pas coller son poing dans la figure du prochain qui oserait lui faire une remarque. Vous l’aurez compris, Jubilee avait quelque peu les nerfs à vifs, pourquoi ? Il n’y avait pas vraiment d’explication à donner, ça se passait dans sa tête, elle en avait marre, voilà tout.
C’était aussi un peu à cause de l’ambiance, elle aurait aimé, pour une fois, un peu de sérieux dans ce que l’on faisait. En vérité elle s’attendait à mieux de la part de l’Institut, non pas qu’elle y soit si attachée que ça mais que plus ils perdaient du temps à bavasser et à se crêper le chignon plus les opposants plus ou moins direct prenaient du terrain. Autant sur le plan criminel que mutant. Ici, assise sur une chaise, Jubilation se sentait parfaitement inutile. Elle avait eu la réponse à sa question, alors à quoi bon attendre celles des autres ? Le respect aurait voulu qu’elle reste pour écouter les autres élèves mais qu’on aille pas lui faire de reproche sur le respect avec ce qui se passait en ce moment même avec Sayan :


    - « C’est bon j’me casse… avait-elle conclu à voix basse comme pour se motiver. »


Soudain, dans un soupir elle se leva. Profitant du calme apparent qui allait très certainement disparaître quand Sayan allait vouloir répliquer sur les dires de Vincent. Jubilee poussa la chaise dans un grincement métallique saccadé, son irritation se lisait clairement, elle perdait son temps ici et elle était persuadée de ne pas être la seule. Elle le ferait ce bénévolat de toute façon, elle y serait obligée, ne serait-ce que pour garder une valeur morale qu’elle tentait de garder : celle de l’entraide.
Jubilee se dirigea d’un pas décidé vers la porte de sortie. Elle savait bien que cela ne faisait qu’à peine cinq à dix minutes qu’elle était là mais l’atmosphère l’oppressait, moins que pour Sayan sûrement, mais malgré tout elle ne pouvait rester dans une pièce où tant de choses se contre disaient. Si cette réunion avait été faite pour tester son calme, nul doute qu’elle venait de rater l’examen de patience et de gentillesse, d’ailleurs ses mains en crépitaient d’énervement. Etait-ce réellement par ennui qu’elle s’en allait ? N’était-ce pas plus pour éviter que ça dégénère en feu d’artifice d’intérieur ? Ses raisons elle les avait et n’avait aucunement besoin de les justifier



Dernière édition par Jubilation Lee le Sam 23 Oct - 17:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Suzy Colcord
Mutante de niveau 2
Sénatrice de l'Etat de NY
{ PNJ }


Nombre de messages : 924
Date d'inscription : 20/10/2006
Localisation : New York.
Clan : Fédéraux
Age du personnage : 30 ans
Pouvoirs : Accélération des molécules pour faire exploser les choses, ou augmenter sa propre vitesse.
Profession : Gere les affaire de cette chere petite ville
Sénatrice
Points de rp : 48

MessageSujet: Re: Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )   Sam 23 Oct - 15:09

    L’avantage de réunion qui ne se passait pas très bien, avec des personnes s’obligeant à faire valoir leur point de vue par des paroles fortes, c’est qu’il était impossible de déceler ce qui était en train de se passer dans le reste de l’institut…

    Une équipe d’intervention bien entrainée, des fédéraux, avait investit les lieux dans le plus grand professionnalisme. L’institut Xavier, ce refuge à mutant, était en pleine régression depuis la perte du professeur à roulettes. Planter l’école dans l’oublie le plus total, les laisser dépérir et, enfin, attaquer pour ne plus jamais avoir à en parler. Voilà l’idée générale du plan qui était en train de se monter. Il y a avait tout une équipe, la plus part était humain mais, on pouvait quand même dénombrer quelques mutants qui seraient trouver leur utilité en temps voulu. Les choses étaient simples comme bonjour, envahir la place, capturer ou tuer les mutants présents, repartir et mettre tout ça sur le dos des damnés, ou n’importe quel groupe d’humain anti-mutant. Peu importe en fait, en aucun cas les fédéraux ne seraient mit en cause. Ils avaient déjà fait les frais de l’avis de la population face à la dernière attaque contre des enfants mutants. La pilule était mal passée, il convenait, donc, de faire les choses différemment cette fois.

    Difficile de savoir combien ils étaient en tout, et la manière dont ils se dispersèrent dans l’institut. Une équipe arriva devant la salle de réunion, dans un silence de plomb, mais pouvant entendre les tons s’élever dans l’ensemble de la pièce qu’ils s’apprêtaient à envahir. Les gens réglaient leur compte ? Parfait, ça leur permettait de paraître encore plus discret. Une des hommes se positionna devant la porte, celui qui était charger de l’ouvrir. Pendant ce temps, tout le reste de l’équipe, vérifiait une dernière dois leur équipement composer de diverse chose bien utile, en plus de leur arme.

    L’ouvreur, l’épaule à quelque centimètre de la porte regarda son premier collègue qui était charger de dégoupiller une bombe qui dégagerait assez de fumée pour brouiller la vue à tout le monde. La goupille enlever l’homme fit un signe de tête pour annoncer qu’il était près. C’est quand il voulait…

    D’un violent coup d’épaule le premier homme ouvrit la porte. Ce qu’on pouvait entendre, avec la porte ouverte, ce fut les cris lointain de plusieurs élèves, voir de coup de feux et de pas précipité dans tous les sens. Le temps de comprendre ce qui se passe, l’homme au plus prêt de la porte réagit de nouveau. Accroupi, il balança sa bombe qui dégagea un flot de fumée en une vitesse incroyable. Ils entrèrent tous par la même occasion, équipé de visière permettant de pouvoir voir les gens se trouvant dans la pièce grâce à un capteur thermique.

    Moralité de la scène : toutes les personnes assistant à la réunion se retrouvait dans une pièce enfumée, ou il est difficile de voir à un mètre devant soit. Du moins la visibilité est possible, mais tout se retrouve bien plus assombri qu’à l’accoutumer donnant l’impression de se balader dans un sacré voile opaque. Tous sont capables de percevoir que ce n’est pas le seul endroit touché dans l’institut, aucune porte n’est fermée. Le choix appartenait donc aux gens de s’aider mutuellement, de sortir seul pour venir éventuellement en aide à d’autre personne. Difficile également de dénombrer le nombre de personne appartenant à l’équipe d’intervention, mais ça semble sortir de partout
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Edward Livingston
Humain

Nombre de messages : 261
Date d'inscription : 17/04/2010
Localisation : New York
Age du personnage : 32 ans
Pouvoirs : aucun
Profession : Détective (a son compte,peut aider la police ou Mars investigation)
Prof à l'institut Xavier
Points de rp : 231

MessageSujet: Re: Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )   Dim 24 Oct - 0:10

    Edward ne vit même pas l’intérêt de revenir sur l’intervention de Sayan qui, une fois de plus, avait trouver du répondant dans la personne de Vincent. Tout ce qu’il venait de dire aurait été, à des tournures près, à ce qu’aurait pu répondre Edward. On ne demande pas si c’est obligatoire, pour ensuite dire qu’on se renseigne. C’était faire preuve d’une mauvais fois sans précédent. Quand on cherche à se renseigner on pose des questions comme la gamine un peu plus tôt, mais on commence pas par savoir si c’est obligatoire. Venir à se demandé si c’était une bonne chose de l’avoir autorisé à rejoindre la question était une sorte d’échec pour lui. Jamais il ne se trompait sur les personnes qu’il analysait. Et sa décision il l’avait prise sur un regard qu’elle avait pu avoir. Peut être qu’il aurait du réfléchir à deux fois, ne pas être aussi saouler d’avoir été soumis à cette demande. Eviter une erreur aurait été une bonne chose plutôt que de s’interroger maintenant. Il allait devoir faire quelque chose et rapidement. Mais ce n’était pas le sujet pour le moment.

    Il se concentra donc sur Vincent, avec un air toujours aussi blasé. Le mutant profitait d’avoir la parole pour poser une question, se demandant si il y avait des choses de prévu pour revoir l’image que pouvait renvoyer les mutant dans les média. Voilà, c’était un peu le genre de question qu’on était en droit de se poser en premier lieu, plutôt que de se demander si c’était obligatoire. Enfin, à chacun sa façon de voir.

    « On n’a pas des solutions à tout, les choses ne changerons pas du jour au lendemain. On essaye d’avancer, petit à petit. Ce qui est mieux que de rester les bras croiser sur un canapé de l’institut. Pour le moment, le but premier est de justement casser cette image que donne les média pour montrer que tous les mutants ne sont pas des personnes qui veulent anéantir les humains. »

    Son timbre avait un côté un peu navré, de ne pouvoir apporter plus de solution. Mais pour le moment ils étaient tous au commencement de changement, qu’ils espéraient être un pas dans la bonne direction. Oui, Livingston avait l’air de s’ennuyer particulièrement dans cette réunion, non il ne semblait pas des plus investit. Mais, il suffisait d’ouvrir un peu les oreilles, d’écouter ce timbre de voix un peu navré, pour comprendre que ce n’était qu’une facette. Il était bien plus investit que ce qu’il voulait bien laisser croire. D’ailleurs il suffisait de le connaitre pour savoir que si ça le saoulait vraiment, il ne serait pas là et se consacrerait qu’à son premier boulot. Mais il était là, et en aucun cas il avait réellement de perdre son temps.

    Par contre il y avait des choses qui le gavait, qui le saoulait plus que royalement. C’était les attitudes comme celle de Jubilation. La façon dont elle cassa les espoirs de Natasha, sa façon de lui répondre était juste inadmissible. Tout ça pour finir par se lever et se diriger vers la sortie. Il était hors de question qu’il laisse passer ça, et entreprit de l’interpellé avant qu’elle ne sorte.

    « Toutes les idées son bonnes parce qu’elles montrent une envie de s’investir ce qui ne semble être en aucun cas votre cas. Si en plus de cette non envie de vous investir vous pensez que les humains moyen sont stupides et peureux, la seule question qui me vient en tête c’est qu’est ce que fou foutez dans cette école. Un toit sous la tête, trois repas par jour assuré ? Y a des mentalité plus égoïste que d’autre et vous semblez toucher le sommet de cette catégorie, en plus de laisser l’impression que vous vous imaginez supérieur aux humains. On prend dans apprentis dans un autre groupe, peut être que là bas on voudra bien de vous. Autre chose, si votre envie c’est de laissez une gamine croire que rien n’est possible en vous imaginant sincère, en espérant lui dire la vérité, vous avez faux sur toute la ligne. Il n’y a que des gens comme vous pour croire ce genre de chose parce qu’incapable de se prendre en main pour essayer de faire avancer les choses, même si ça semble être des broutilles. Mais si vous semblez si sur de vous, vous étiez ou quand l’institut avait besoin d’idée pour avancer, vous étiez ou quand les gens avaient besoin de motivation, et vous étiez ou pour montrer une quelconque envie de faire évoluer les choses. C’est trop facile de critiquer, de se croire au dessus de tout pour ensuite se lever et claquer la porte. Vous ne valez rien avec ce genre d’attitude, la seule chose que vous capable c’est de baissez les bras et de partir. Bon vent. »

    Il y avait élève rebelle, ce qui était normal à certain âge, ou certaine histoire. Et il y avait le rebelle stupide – pour ne pas dire c*n – qui se permettait un égoïsme sans fin et une façon de voir les choses complètement illogique. Personne n’oblige personne à rester, alors si les gens ne sont pas satisfait, si ils ont l’impression qu’ils perdent leur temps, ils n’avaient cas se casser. Parce que des gens comme ça on n’en n’avait pas besoin à l’institut. Et c’est pas parce qu’elle était là depuis un certain temps, que ça lui donnait plus de droit qu’une autre personne. Pour qui est ce qu’elle se prenait, franchement ? Casser du sucre, se plaindre, détruire des espoirs… Mais la porte était grande ouverte, elle était libre de partir. C’est dans ce genre de moment là qu’Edward regrettait que les élèves ne puissent pas être virer par les profs, qu’il y avait une politique de nouvelle chance et tout ce blabla stupide. Mais après tout, il appartenait au conseil, la prochaine réunion avec les autres membres, il faudrait qu’il touche deux mots sur une éventuelle possibilité de virer les gens.

    Qu’est ce que vous voulez passer un temps fou en réunion, paperasse, prise de tête pour chercher des idées, pour donner un nouvel envol à cette école et avoir, d’un autre côté, des élèves comme Jubilation qui se permet des critiques sans jamais proposer quoique ce soit ! Si lui, ou même Logan, passaient leur temps à critiquer, à se montrer désagréable ou d’un certain cynisme. Ils avaient au moins le mérite de se prendre aussi la tête pour tenter une avancé. Alors qu’elle, elle faisait quoi à part se lever pour prendre la porte ? Une chose est certaine, il se passerait bien de ce genre d’élève. Et il n’avait qu’à porter un regard vers Amara pour savoir qu’il n’était pas le seul à trouver ce genre d’attitude déplorable.

    Mais il avait une justice. A se trouver devant la porte, c’est elle qui allait se prendre le premier assaut qui venait de rendre la pièce complètement opaque par une fumée impressionnante. Le cerveau d’Edward l’informa très vite de ce qui était en train de se passer, au moment ou la porte avait été enfoncé et des bombes fumante balancer à l’intérieur. L’humain qu’il était pouvait tout à fait se replier dans un coin et attendre que ça passe. Mais il faut croire qu’il ne faisait pas preuve du même égoïsme que certaine.

    « Amara, tu as déjà jouer à la torche humaine ? »

    Il avait tourner la tête dans la direction ou elle était quand il pouvait encore la voir. Mais pas le temps d’attendre une réponse, il descendit de l’estrade en quête des élèves les plus vulnérables et les plus paniqué. Une pensée se tourna vers la pauvre petite Natasha, qui avait encore envie de faire des efforts, de faire évoluer les choses. Si il y avait des élèves qu’il préférait aider, c’était ce genre là plutôt que d’autre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sayan Mesmer
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 181
Date d'inscription : 13/04/2010
Localisation : Là où me mène mes pas
Clan : neutre
Age du personnage : 16 ans
Pouvoirs : Hypnose et lien psychique
Profession : Ancienne fille de la rue
Élève à l'institut
Points de rp : 108

MessageSujet: Re: Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )   Dim 24 Oct - 8:14

Sayan devait le reconnaitre, elle avait mal démarrer la réunion. Elle était venu pour faire montre de bonne foi, et en espérant pouvoir y trouver un peu plus de compréhension dans tous ce qui l'entourait. Elle n'était pas du genre à se défiler, mais comme la plupart des enfants de la rue, elle détestait être obliger de faire quelques chose. Elle voulait bien aider, et aurait certainement du demander si il n'y avait pas d'autre chose à faire que celle proposer, plutôt que de demander si c'était obligatoire. Dernièrement, elle avait vraiment l'impression de n'être rien ni personne, de se perdre dans les événements. Son estime d'elle-même diminuait de plus en plus. Elle n'avait pas été capable de survivre seule et maintenant elle se rendait compte à quel point elle était ignorante de tous. Ce n'était pas facile à avaler, en même temps que d'apprendre une nouvelle façon vivre. C'était beaucoup et elle ne savait même pas comment demander de l'aide. Elle ne savait pas comment faire confiance. Alors sa sortait, tout croche, parce que sa devait sortir.

Elle ne regardait personne, fixant son regard en avant, pour ne pas utiliser son don, qu'elle sentait réveiller, sur qui que se soit. Aucun d'eux ne le méritait, elle avait au moins conserver un peu de ses principes. Puis la professeure dit quelques chose qui retint son attention, l'interpella. Elle n'avait demander aucune aide. La douceur dans la voie de la mutante désamorça une partie de la colère, mais surtout de l'impuissance que ressentait Sayan. Elle n'avait jamais réellement demander d'aide dans sa vie, soit s'était offert, sans un mots, soit elle devait se débrouiller seule. Elle avait cru que cela, au moins, serait pareil et elle leur en voulait de ne pas avoir remarquer ses difficultés... alors qu'elle avait tout fait pour les cacher. Elle baissa alors la tête, elle était fatiguer de se battre contre le monde entier. Quelques pars, elle espérait, elle aimerais être capable de se joindre au autres, elle espérait avoir trouver un endroit où elle pourrait apprendre à vivre, apprendre ce que la vie lui avait refuser.

Elle revit ses actions et ses reproches dans sa tête, se rendant compte de l'égoïsme réel d'une partie de celles-ci, mais aussi de ses propres erreurs et de l'origine de sa colère. Elle failli manquer la remarque de Vincent sur l'opinion des mutants et la propagande contre eux. Elle n'avait aucune idée que les choses allait si mal, elle n'était ni la radio, ni la télévision, n'ayant jamais eu l'habitude de se genre de chose, elle avait de la difficulté à comprendre pourquoi et comment l'opinion des gens pouvait être ainsi manipuler. Et elle commença à comprendre un peu mieux la mission réel de l'école. Ce n'était pas de la charité totale, du moins pas de la pitié comme elle l'avait cru en premier.

Si on pouvait effectivement l'accuser d'égoïsme, il y avait une chose que Sayan détestait littéralement, et Jubilee en fit une belle démonstration. Rabaisser un enfant plutôt que de lui montrer comment faire. Elle savait, pour avoir vécu une sombre période de quasi esclavage, combien cela pouvait être nocif. Elle avait vu des enfants dans la rue détruit par leur parent. Elle avait vu des enfants dans la rue être prit sous l'aile de plus grand.


"Vas-y! Si je suis égoïste, au moins je ne fait pas de mal à ceux qui essaie."

Elle lança alors un regard encourageant, ou qui se voulait comme telle à la jeune fille. C'était très certainement mal parti de se côté là, mais elle n'aimait pas qu'on s'en prenne au enfant.

Puis soudain, la porte fut ouverte avec brusquerie et les réflexe de Mesmer firent le reste. Avant même que la grenade ne soit lancer elle était déjà sous son bureau. Elle voyait les jeunes autour d'elle paniquer, il y en avait même un juste à côté d'elle qui semblait figer, tremblant de peur. Elle l'attrapa par le chandail et le fit se coucher par terre, lui mettant les mains sur sa ceinture pour lui faire comprendre de la suivre.

Sayan était une solitaire par nature, mais elle avait un fond de protectrice. Elle savait survivre et si son instinct de survie était acquis, il y avait un instinct qu'elle ne pouvait combattre, de protégé les plus faible. Elle entendit alors le professeur Livingstone parler à Amarra. Elle savait au moins où il était, les jeunes pourrait aussi tenter de le rejoindre. Son don ne pouvait lui être d'aucune utilité présentement, nécessitant un contact visuel, mais elle ne s'était jamais totalement reposer sur lui non plus, elle déchira alors avec ses dents une parti de son chandail du moment, sortant l'une de ses deux "fiole" d'eau, une petite bouteille de plastique qui tient dans une main, pour en mouiller les bande de tissus, se souvenant de ce qu'une personne lui avait dit un jour sur la fumée et le tissus mouiller, puis elle en donna au jeune qu'elle avait prit avec elle. Puis elle avança vers l'extrémité de sa ranger, le jeune toujours accrocher derrière elle, vers la sortie. Il fallait bouger, ne pas rester à la même place, être prête à tout. Elle ramassa les autres adolescent, leur donnant les bande de tissus restante, sur sa route pour qu'il la suivent. Pas question de les laisser à la merci de ceux qui tentait de les attaquer. Elle avait entendu des cri et des coup de feu. C'était une grande force qui attaquait.


Dernière édition par Sayan Mesmer le Lun 25 Oct - 13:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://broceliande.forumgratuit.org/forum.htm
avatar

Vincent De Certo
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 05/07/2010
Localisation : Institut pour Jeunes Surdoués Charles Xavier
Clan : apprenti Xmen
Age du personnage : 22 ans
Pouvoirs : dissolution de la matière par contact et résistance à l'acide
Profession : Étudiant à l'Institut et mécanicien
Points de rp : 23

MessageSujet: Re: Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )   Dim 24 Oct - 22:07

Plus le temps passait et plus il devenait évident pour Vincent que l'Institut avait vraiment dérivé de sa mission première . L'exemple même était Sayan , jamais du temps du Prof elle n'aurait pu intégrer l'Institut .Entre son manque évident de motivation à s'impliquer et son agressivité , l'ex Morlock se demandait vraiment ce qu'elle pouvait bien foutre parmi eux alors qu'il était plus que flagrant qu'elle n'en avait aucune envie . Ce qui consolait Vincent , c'était que le Prof n'était plus là pour voir l'œuvre de toute sa vie partir en morceaux à cause de certains . Enfin au moins pour certains les idéaux des X Men semblaient encore vouloir dire quelque choses , à voir le ton navré qu'avait Livingston en lui répondant de derniers semblait prendre les choses autant à cœur que Vincent , de même qu'Amara . Le mutant imaginait aisément que les deux professeurs devaient être plus que dégoutés par le comportement de certains et sur le coup Vincent était content de ne pas avoir été promu en même temps que Magma parce qu'un coup comme ça il l'aurait sans doute eut plus que mauvaise , ce qui chez lui signifiait une réaction assez violente envers les coupables..

En fait ce qui le mettait en colère dans tout ça , c'est que contrairement à d'autres lui savait qu'il ne lui restait qu'un temps plus que limité à vivre . Son pouvoir le tuait à petit feu chaque jours un peu plus et il avait choisi de passer le peu de temps qu'il lui restait à mener le combat aux côté des X Men , et tout ça pour quoi ? Pour des gens trop occupés à se regarder le nombril pour vraiment faire quelque choses , franchement c'était à se demander si ça valait vraiment la peine ..Vincent ne pouvait qu'acquiescer aux propos de Livingston , il partageait d'ailleurs son dépit vis à vis de ceux qui restaient les bras croisés quand ils auraient du monter au créneau pour défendre leur frères . L'entente possible avec les humains ? Vincent n'y croyait pas trop et à vrai dire il doutait même de voir ça un jours de son vivant , par contre il croyait vraiment aux valeurs d'entraide des X Men . C'étaient aux mutants de lutter pour faire valoir leur droits et faire l'autruche en attendant que ça aille mieux ne les mèneraient à rien . A vrai dire le combat des X Men était la chose à laquelle il s'était raccroché lorsqu'il avait appris qu'il ne lui restait qu'au maximum dix ans à vivre , s'engager corps et âme dans la lutte l'avait empêché de sombrer dans la facilité et d'attenter à ses jours . Quittes à mourir il préférait le faire en héros ou en martyr plutôt qu'en simple victime ; cela pouvait sembler stupide mais c'était ça qui le faisait avancer ..

Tout avait été dit du coup Vincent ne s'attarda pas plus longtemps sur Sayan , vu que de toutes manière il pensait que cette discussion ne mènerait à rien tant qu'elle n'accepterait pas de se remettre en question . Ce fut Amara qui clôtura le débat en expliquant que les professeurs étaient là pour aider les élèves...quand ceux ci daignaient en faire la demande . Cela résumait parfaitement ce qui avait été dit jusque là , et seul l'avenir dirait si Sayan avait enfin compris . Une autre prise de bec avait lieu entre Edward et Jubilee , si même les "anciens " avaient perdus de vue les idéaux de l'Institut la situation était vraiment devenue problématique ..

Le mutant en était arrivé à ces sombres pensées quand un évènement inattendu vint le tirer de sa méditation . Les fédéraux venaient d'assaut l'Institut , ils avaient bien choisis leur jours ceux là . La priorité était avant tout de protéger les plus jeunes qui étaient arrivé ici trop récemment pour pouvoir réagir correctement . Sans doute la situation stressait bien plus Vincent qu'il ne voulait l'admettre ,vu que son T Shirt était en train de se désagréger petit à petit à cause de l'acide qui commençait à recouvrir son corps ..

Le temps de se remettre de sa surprise et le mutant fonçait déjà vers l'agent fédéral le plus proche tandis que ses vêtements continuaient peu à peu de disparaitre , rongés par l'acide . Dans l'idéal il essayerait de dissoudre l'arme mais sinon il s'attaquerait directement à la chair même si ça n'était pas vraiment dans l'esprit de la maison . De toutes manières il était prêt à tout pour protéger les gens présents dans cette salle et ceux même des personnes comme Sayan ...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )   Lun 25 Oct - 10:09

Dans son élan elle fit mine de ne rien entendre. Cette Sayan, devait-elle se retourner pour lui avouer ce qu’elle avait sur le cœur ? Après tout elle avait si bien joué le rôle du bouc émissaire que ça ne choquerait personne, sûrement qu’elle aurait dû s’en prendre à elle plutôt qu’à la petite, Jubilee n’allait pas se morfondre pour autant. Si cette remarque avait été volontairement occultée, en revanche la jeune femme ne pouvait passer à côté de celle de Livingston qui s’évertuait à lui conter la morale des contes de fées. Il critiquait sa motivation, quelle motivation ? Elle devait avouer que l’Institut lui offrait beaucoup et qu’en échange elle ne donnait que très peu, dans un sens les élèves allaient se mettre à faire du bénévolat, n’était-ce pas le même système ? Alors, oui, la motivation était là, seulement cette réunion n’allait rien donner et ne donnerait rien, à quoi bon. On s’attaqua ensuite à sa présence ici, qu’est-ce qu’il pouvait bien en savoir de sa présence ? Même si Jubilee se retenait il fallait avouer qu’un humain dans un établissement mutant ça faisait tâche, elle était aussi consciente que si cette réflexion fusait elle risquait de ne pas pouvoir rester. Rester, était-ce donc si important pour elle ? Elle refoula cette idée sentimentale, pour le moment c’était plus de la colère qui s’échappait de ses yeux, même si elle avait fait un arrêt devant la porte la main presque à la poignée.
Ne pas bouger, si elle bougeait c’était pour lui sauter dessus. Il parlait, parlait et tous ses mots pénétraient dans ses oreilles jusqu’à la rendre folle de rage, elle se parlait aussi à elle-même, dans sa tête par un charabia incompréhensible qui n’avait pour but que d’effacer les paroles de Livingston dans son esprit. Les mains de Jubilation continuaient de crépiter de manière chaotique, la seule chose qui la retenait c’était… Elle n’était même plus sûre de ce qui la retenait mais envoyer une rafale vers Livingston aurait été une erreur monumentale. Alors elle se retourna enfin vers ce bon Monsieur qui détenait la sainte parole, s’écartant légèrement de la porte comme pour lui signifier que ses pointes avaient l’effet escompté :


    - « Où j’étais ? En tout cas je n’étais pas assise sur une chaise à attendre que ça se passe. Ce n’est pas en vendant des gâteaux qu’on redorera le blason de l’école…»


Autrement dit, elle préférait se taire et réfléchir plutôt que de laisser des idées complètement idiotes s’échapper. Elle se fichait bien de l’avis individuel de Livingston, ce qui la chiffonnait c’était qu’il le transmette à d’autres. Elle eut aussi une soudaine pensée pour le Professeur, depuis qu’il était parti tout allait de travers. De toute façon elle savait sur qui compter, les autres étaient de l’ordre du dispensable. Il cherchait à la faire culpabiliser mais ça faisait longtemps qu’elle avait laissé cette notion au placard, préférant par la même occasion l'égocentrisme ponctuel qui l’aidait à se libérer de ses émotions autrement qu’en se faisant des amis. Car oui, les contacts approfondis de Jubilee pouvaient se compter sur les doigts de la main… Loin de chercher l’animosité des gens elle n’en cherchait pas plus leur amitié ou leur reconnaissance, ce qui faisait d’elle une fille à l’allure détachée voire indifférente :


    - « Vous vous adressez à la mauvaise personne Livingston, les gâteaux s’il le faut je les vendrais. Mais croyez bien qu’entre une personne qui vend des bonbons et une autre qui tue des humains ce ne seront pas les bonbons le sujet du journal du soir. Dans ma remarque il n’y avait aucune attaque personnelle, je ne pensais pas à vous, puisque votre présence ici est très évocatrice de ce que vous pensez du phénomène mutant. Quant à ma sincérité, ce n’est pas à vous de la juger.»


Jubilee était incapable de reconnaître ses torts sur le moment. Peut-être que ce soir elle reverrait la scène et se traiterait à nouveau d’idiote, peut-être pas. C’était difficile de savoir à l’avance. Elle allait se retourner pour sortir mais au moment du premier pas la porte s’ouvrit violemment dans son sens, elle recula subitement tout en poussant un cri de surprise et porta ses mains devant son visage. Elle vit quelque chose passer devant elle dans un sifflement, avant que derrière ne se diffuse une épaisse fumée. Dans le malheur de se situer juste devant la porte et par conséquent de se retrouver nez à nez avec une espèce d’unité commando, elle avait la chance de ne pas être aussi gênée par la fumée que ceux se trouvant en milieu de la salle. Une poignée d’entre eux eut le temps d’entrer avant que sa colère, mêlée à cette soudaine peur, lui fournisse l’automatisme de porter les mains devant eux et d’envoyer une rafale multicolore en direction du visage des assaillants, brouillant ainsi sans le savoir leurs capteurs thermiques pendant quelques secondes.
Gênés par tous les flashs qui mélangeaient la fourchette de couleurs de leur lunette thermique, le reste de l’équipe commença à reculer, retardant un peu plus leur entrée massive dans la salle de réunion. La porte se dégagea partiellement de leur présence et, à la vue de ces hommes armés, Jubilee hésita. L’espace d’une seconde elle se demanda s’il ne valait pas mieux qu’elle referme la porte et tente de les contenir en s’y adossant, elle oublia bien vite cette idée, elle ne pourrait rien retenir, surtout pas face à un nombre aussi conséquent d’hommes.

Non, une salle, même remplie, ne pourrait pas venir à bout des forces armées qui semblaient avoir pris d’assaut la réunion. Jetant un bref regard en arrière, elle n’y vit que fumée et se décida à franchir le seuil de la porte. Les hommes ne firent même pas attention à elle, sur le coup elle s’en réjouit mais elle était loin de se douter qu’elle désenchanterait bien vite. Jubilee ne fuyait pas, elle était simplement consciente que leur effectif était trop pauvre comparé au leur. Son objectif ? Trouver du renfort mais aussi éviter de se retrouver prise en otage. C’est ce qu’il voulait, hein ? L’idée de mourir traversa l’esprit de la jeune femme, et s’il ne venait là que pour l’anéantissement pur et simple ? Dans ce cas pourquoi et comment une décision aussi radicale avait pu être prise… Poussant l’un des hommes encore à en remettre ses pupilles de ces flashs aveuglants, elle s’immisça rapidement dans le couloir espérant trouver de l’aide ou n’importe quoi d’autre qui aurait pu redresser la situation.
Cependant elle n’aurait jamais imaginé qu’il y eut plus d’hommes que devant la porte. En tournant dans l’un des embranchement du couloir elle vit passer une autre unité qui se dirigeait en un autre lieu. Jubilee rebroussa chemin avant d’être vue, changea de couloir mais à nouveau au tournant suivant se trouvaient des soldats : ils envahissaient toute l’école ou, tout du moins, cette partie précise. Elle réalisait alors pourquoi le fait qu’elle s’échappe n’avait même pas attisé l’envie de la poursuivre chez l’unité s’infiltrant dans la salle.

Jubilation revint sur ses pas, après ce qu’avait dit Livingston et surtout ce qu’elle lui avait répondu elle ne pouvait les laisser se débrouiller seuls. La jeune Lee se dépêcha de faire demi-tour, quelques hommes étaient encore à l’extérieure de la salle comme pour couvrir une éventuelle fuite. Elle imaginait très bien l’ordre d’abattre tout mutant tentant de s’échapper, nul doute qu’une personne plus paniquée qu’elle ne ferait pas attention à ce qu’il y avait autour lorsqu’elle franchirait la porte. Aujourd’hui c’était humains contre mutants.
Elle rassembla ses mains au niveau de son ventre, agrandissant l’espace entre ses deux pousses elle forma une bulle de plasma de la taille maximum qu’elle savait faire. Elle n’avait que très peu de temps avant que les couleurs n’attirent la vue des hommes en retrait, aussi elle ne prit pas le risque de se faire voir, l’effet de surprise était toujours un atout. Elle envoya soudainement son projectile sur l’un des hommes, telle une balle il s’explosa contre son thorax le repoussant sur quelques mètres. Dès lors elle ne réfléchit plus, l’instinct de survie mêlé à son entraînement fit le reste. L’autre homme se leva, braqua son arme de poing en direction du danger, Jubilee, elle, était en pleine course, inutile de reculer, ça passe ou ça casse…

Percutant l’arme de la main gauche et la rabattant sur le côté, un premier coup de feu partit contre l’un des murs. Jubilee se mit alors à frapper de son autre main et de toutes ses forces le visage caché de l’homme avant de saisir de cette main libre l’arme et de la faire pivoter à 180°. L’index sur la gâchette se brisa immédiatement au niveau de la troisième phalange, tirant violemment elle arracha finalement l’arme des mains de l’agresseur avant de tirer à bout portant sans viser ni réfléchir. La balle traversa la gorge de l’homme qui, portant ses mains à son cou, s’effondra sur le dos dans un hoquet frénétique. Cette opération n’avait duré que quelques secondes mais le second homme était déjà entrain de se relever, pointant l’arme en sa direction elle pressa de nouveau la gâchette à plusieurs reprise. La jeune femme manqua plusieurs fois sa cible, à tel point qu’elle vida le chargeur sans être certaine de l’avoir touché autre part que dans la poitrine qui était sûrement protégée d’un gilet par balle. Elle jeta enfin l’arme à terre, rentra dans la salle de réunion qu’elle avait précédemment quitté et se mit en quête d’analyser la situation.

Elle n’était partie que quelques secondes, pas même une minute complète mais les évènements avaient radicalement changés à l’intérieur. Il fallait sortir, mais par le couloir ce n’était pas possible et ça il fallait le signaler. Si quelqu’un tentait de s’enfuir il s’exposait peut-être à des dangers encore plus graves que la simple capture et Jubilee avait faillit en payer les frais. Sa chemise blanche était tâchée de sang à cause de sa proximité avec l’homme qui avait voulu la tuer avant qu’elle ne le fasse, ce sang ça aurait très bien pu être le sien… Elle s’avança donc dans la fumée, ne sachant pas trop ce qu’elle trouverait en premier. Si elle pouvait éviter d’en venir à un moyen aussi extrême que celui de tirer au hasard dans un corps elle le ferait. Elle n’eut pas le temps d’y songer davantage que d’une main violente on vint lui plaquer la tête contre l’une des tables de la salle, Jubilee mit ses mains en l’air, enfin autant qu’elle le pouvait vu qu’elle était complètement penchée. En tout cas, elle n’allait pas risquer de se prendre une balle en pleine tête en tentant l’impossible.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Amara Aquilla
Mutante de niveau 2
{ PNJ }


Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 21/08/2010
Localisation : Institut Xavier
Clan : Xmen
Age du personnage : 25 ans
Pouvoirs : contrôle du magma - peut s'en recouvrir, se recouvrir de flammes et générer des rafales de plasma.
Profession : professeur polyvalent à l'Institut Xavier
Points de rp : 25

MessageSujet: Re: Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )   Mer 27 Oct - 0:50

    Amara crut tout bonnement halluciner lorsqu’elle entendit Jubilee rembarrer assez sèchement la petite Natasha. La petite avait certes proposé quelque chose qui pouvait paraître infaisable, mais elle avait au moins eu le mérite de proposer quelque chose au lieu de tout simplement tout refuser en bloc. C’est sûr que refuser tout en bloc, ça évitait de réfléchir ou de trop se poser de questions…

    Surprise par le mouvement de Jubilee, Natasha avait sursauté. Elle n’avait pourtant fait qu’exprimer deux de ses souhaits en rapport avec ce qu'Edward avait expliqué. A quoi bon faire des réunions pour mettre en place des nouveautés si personne n’avait le droit de proposer des choses ?

    C’est pas ta réunion, et tout le monde a le droit de proposer des choses même si ça te plaît pas ! T’es qu’une briseuse d’espoirs !

    La remarque de la petite avait fusé, et tout en affichant une moue boudeuse, elle avait croisé avec conviction ses bras sur son torse. De son côté, Amara semblait bouillonner intérieurement, et elle ne pu retenir une réflexion qui lui brûlait les lèvres :

    Après ça, il ne manquerait plus de faire une brillante démonstration de pouvoirs sur Edward, et le tableau serait complet… C’est à cause de ce genre de phrases préconçues complètement ridicules que l’américain moyen s’imagine que l’Institut est une école pour terroristes !

    Amara passa une main lasse devant ses yeux alors qu’Edward en profitait pour enchaîner sur une réponse à Vincent portant sur la nécessité de casser l’image du mutant-assassin qui était véhiculée dans les médias, et une réponse assez salée à Jubilee sur ses tendances anti-humains complètement déplacées dans un lieu comme l’Institut Xavier. Il lui conseilla de revoir sérieusement ses prétentions, dans la mesure où si elle estimait vraiment que les humains étaient des sous-abrutis complètement faibles, c’est la porte qu’il lui faudrait très bientôt prendre et un nouveau foyer qu’il lui faudrait trouver parce que son trip « je suis rebelle, l'Institut ça me gave parce qu'on nous propose rien d'intéressant, j’aime pas les humains parce qu’ils sont faibles… mais je reste parce que la bouffe est bonne », c’était vraiment pas le genre de choses que les profs et le Conseil avaient envie d’entendre précisément au moment où la barque commençait à se redresser.

    Visiblement remuée par les paroles d’Edward et par le fait qu’il n’avait pas pris de pincettes pour donner son opinion, Jubilee finit par sous-entendre que ce qui était proposé ne servait strictement à rien, que de toute manière on parlerait toujours forcément plus des meurtres commis par des mutants que des actions positives et que ce n’était pas à lui de juger de sa sincérité. Amara aurait bien voulu la détromper sur ce point, comme spécifier que justement, c’était à lui d’en juger en qualité de professeur et de membre du Conseil parce qu’il avait grandement contribué à faire bouger les choses, mais la voix de la petite Natasha se fit entendre comme un coup de fouet :

    Et tu crois que ta mauvaise humeur aidera mieux à faire changer les choses, peut-être !?

    Amara réussit à se retenir d’applaudir celle qui du haut de ses 13 ans faisait preuve de plus de maturité que Jubilee, mais elle ne pu en revanche retenir un sourire ironique. C’était habituellement Edward qui utilisait ce genre d’expressions, mais il fallait croire que l’atmosphère vraiment négative de cette réunion faisait déteindre son collègue sur Amara comme une pluie s’infiltrant sous un gros pull pourtant bien épais. La jeune femme était pourtant la tolérance même malgré son fichu caractère, mais les propos anti-humains et le pessimisme autant que la mauvaise foi étaient des choses qui lui faisaient oublier ses bons sentiments. Il y avait des limites à tout, de toute manière…

    On donne une ligne directrice sur laquelle les professeurs ont planché pendant un petit moment, on lance un brainstorming pour essayer d'impliquer tout le monde et au final... Aucun dialogue possible parce que le concept ne sert à rien, parce que les idées de Natasha ne servent à rien... Très belle force de proposition, sincèrement. Tu as d'autres choses en réserve ?

    Concernant ton penchant anti-humain, sache que ce n'est pas parce qu'il n'y a qu'Edward qui enseigne ici que les autres n'ont pas le droit à un minimum de respect. Si tu n'apprécies pas qu'on t'appelle très affectueusement "mutos", "monstruosité" ou je ne sais quoi d'autre et que tu n'apprécies pas non plus qu'on te jette des pierres, c'est pareil pour les humains... Il n'y a aucune cohabitation possible si on attend qu'il y ait un effort d'un seul côté. Médite là-dessus...


    Les paroles d'Amara pouvaient paraître sèches, mais elle avait été élevée par les gens de l'Institut et avait choisi d'y consacrer sa vie d'adulte pour renvoyer l'ascenseur et également parce qu'elle mettait très vite en confiance les plus jeunes malgré - on en revenait toujours là - son caractère entier. Entendre une ancienne dénigrer l'Institut comme si elle estimait que sa vie ici ne lui avait rien apporter, c'était comme cracher sur l'oeuvre de Xavier en plus de cracher sur le travail que les professeurs avaient accompli ici pour redresser la barre. Et c'était suffisamment inacceptable pour qu'Amara ne laisse pas passer ce genre d'attitudes 90% négatives et 10% "rebelle"... dans le mauvais sens du terme. Après, si c'était juste du temps dont elle avait besoin pour réfléchir à ce qu'elle pouvait proposer, il suffisait de le dire parce qu'encore une fois, la majorité des profs de l'Institut n'étaient absolument pas des télépathes et ne pouvaient donc pas deviner les choses. Et puis avoir besoin de temps pour réfléchir n'impliquait pas d'agresser ceux qui proposaient des choses un peu trop vite ou de faire preuve d'une mauvaise humeur complètement déplacée dans le contexte actuel...

    Sayan avait eu l’air de comprendre certaines choses et avait même à un moment pris le parti de la petite Natasha en s’en prenant à Jubilee. Alors la forme n’était peut-être pas très académique, mais le message était passé et la petite lui avait adressé un sourire de remerciement. Quelques minutes plus tard, Jubilee la toute récemment nommée « Briseuse d’Espoir » se levait alors même que la réunion n’était pas terminée. Natasha la suivit du regard et se demanda ce qui avait provoqué ce départ que rien ne semblait expliquer de manière logique.

    Et puis il y eut ce bruit… Amara n’eût que le temps de visualiser la paire de bottes qui avait défoncé la porte, et une fumée épaisse se mit à envahir la pièce. Il lui fallu quelques secondes avant de réaliser ce qui était en train de se passer, et elle essaya en vain de distinguer dans le brouillard épais la silhouette de Jubilee qui était la plus proche des intrus. Etait-elle blessée ? Avait-elle était capturée ? Même si l’adolescente avait tenu des propos absolument déplacés, cela n’empêchait pas Amara d’avoir peur qu’il lui arrive quelque chose, parce que si son humeur autant que son caractère avaient à ce point été capables d’influer sur son jugement, elle ne serait sans doute jamais devenue professeur… Quelques crépitements attirèrent son attention au loin, et Amara pu constater que Jubilee était toujours en un morceau… à moins que ses mains aient été séparées de son corps, mais là c’était de la pure science-fiction.

    Edward lui suggéra finalement une chose à laquelle Amara n’aurait pas tarder à penser, mais il fallait croire que l’esprit du détective était véritablement plus rapide que la moyenne… ou alors, il avait un don pour l’encourager à prendre les formes qu’elle s’efforçait justement d’éviter « juste pour voir ».

    Ca ne s’était pas très bien terminé… Mais oui…

    Analyse rapide de la situation : Edward était allé à la rencontre de Natasha qui commençait à disparaître dans le brouillard épais, Vincent venait de disparaître parce qu’il s’était jeté directement dans la bataille, Sayan avait pris un jeune élève paniqué sous son aile… et les autres n’avaient que peu bougé. La voix d’Amara s’éleva dans la pièce et résonna avec toute la force qu’elle y mit :

    Binômes !

    La jeune femme avait animé pas mal d’entraînements en simulateur et avait vu défiler la grande majorité des élèves. Tous seraient donc à même de se rappeler une règle essentielle : ne jamais rester seul dans un affrontement et se prendre un binôme dont on assurerait les arrières pendant qu’il assurerait les nôtres. Amara pu repérer dans le brouillard la silhouette de son collègue lorsque la petite Natasha produisit un bref éclair destiné à permettre à tout le monde de trouver son binôme ou quelqu’un avec qui faire équipe pour surmonter cet assaut, et Amara pu ainsi s’assurer que tous s’étaient suffisamment éloignés d’elle pour qu’elle se permette d’utiliser son pouvoir assez destructeur. La petite avait bien retenu la leçon du dernier entraînement, et s’il était clair que son pouvoir ne lui servait pas beaucoup en raison de son jeune âge et de son manque de contrôle, il était vraiment loin d’être inutile. Armée d’une chaise, Natasha comptait bien se battre elle aussi.

    Les cheveux d’Amara devinrent progressivement incandescents uns à un uns, avant que le phénomène ne s’étende à ses bras, jambes puis au reste de son corps. Ses vêtements s’embrasèrent lorsqu’elle s’entoura de flammes, et elle continua de faire monter progressivement la température de son corps. Consciente de présenter un handicap pour son propre camp en les éclairant tous de cette manière, Magma serra les poings et la température de son corps autant que des flammes augmenta de manière considérable avant d’atteindre leur paroxysme une minute plus tard. Un cri primal lui échappa lorsqu’elle produisit une langue de feu qui réduisit l’estrade en allumettes et enflamma le plafond dans le même temps. Et en face ? Aucun dégât, mais ils devaient probablement avoir ôté leurs lunettes infrarouges et/ou thermiques rendues inutiles par l’activation du pouvoir de Magma.

    Sous sa forme incandescente, Amara ne voyait guère mieux que les autres occupants de la pièce, mais pouvait voir arriver les choses sur un petit périmètre d’un mètre (en gros). Les élèves semblaient se débrouiller à leur manière et quelques cris se faisaient entendre de temps à autre, par frustration ou simplement à cause d’une douleur. La jeune femme retournait le problème dans tous les sens mais ne voyait pas comment quitter cette pièce autrement qu’en passant en force par la porte. Il y avait bien les fenêtres, mais faire sauter des adolescents par les fenêtres du premier étage et prier pour qu’ils ne se cassent rien relevait aussi de la science-fiction… Restait une troisième hypothèse…

    La température régnant dans la salle de réunion augmenta encore davantage alors que sous les pieds d’une Amara incandescente, le sol semblait se consumer. Peut-être que si l'étage inférieur n'était pas trop fréquenté, ils pourraient tous s'enfuir par cette ouverture non prévue au programme...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Edward Livingston
Humain

Nombre de messages : 261
Date d'inscription : 17/04/2010
Localisation : New York
Age du personnage : 32 ans
Pouvoirs : aucun
Profession : Détective (a son compte,peut aider la police ou Mars investigation)
Prof à l'institut Xavier
Points de rp : 231

MessageSujet: Re: Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )   Sam 30 Oct - 21:26

    « Où j’étais ? En tout cas je n’étais pas assise sur une chaise à attendre que ça se passe. Ce n’est pas en vendant des gâteaux qu’on redorera le blason de l’école… »

    C’était l’exemple parfait du propos qui n’avait pas lieu d’être. Elle estimait quoi ? Que les membres de l’Institut avaient passé leur temps sur une chaise en attendant que ça se passe ? Ou du moins, sous entendait-elle que c’est ce qu’il avait fait lui ? Parce qu’il était persuader qu’en comparant ce que lui avait pu faire, et ce qu’elle avait fait, il gagnait haut la main. Quand au fait de vendre des gâteaux, pourquoi est ce que tout le monde décidait de retenir que cela ? Était-ce la seule chose qu’il avait dit, ou bien les gens prenaient en compte que ce qu’ils avaient envie de prendre en compte ? Elle se prenait pour qui, au juste ? Avant de critiquer quoique ce soit on fou son cerveau en marche et on reprend au moins l’intégralité de ce qui à été dit. La vente de gâteau n’était pas la seule activité proposée. C’était même la seule qui n’était pas réellement au goût du jour. Mais là encore il aurait fallu écouter jusqu’au bout pour comprendre l’ironie dans sa phrase, parce qu’il paraissait peu probable qu’une vente de gâteau soit autorisée soit vraiment autorisé comme une activité favorite pour Logan, qui l’imposait en tenue spécifique. Elle aurait d’ailleurs été bien placée pour le comprendre, vu que Logan était son tuteur. Mais non c’était tellement plus facile de critiquer pour critiquer, de prendre que ce qu’on avait envie de prendre et de se la jouer pseudo rebelle devant tout le monde, en faisant crépiter ses minimes.

    Vivement que tout cela soit fini. Vivement la prochaine réunion, ou il demanderai à mettre en place la possibilité de virer les personnes de l’école. Notion qui avait de grandes chances d’être acceptées en vue de la rénovation qui était en train de s’opérer à l’institut. Parce que franchement, il avait des noms à donner. Celui de Jubilation ne ferait pas exception à la règle, parce qu’il était juste inadmissible d’avoir ce genre de réaction alors que des personnes se cassent le crâne à tenter de trouver des solutions pendant que d’autre se contente de se la jouer rebelle et refusant tout en bloc, sans proposer la moindre chose. Des éléments de ce genre, ce n’est sûrement pas ce qui ferait avancer l’institut. Qu’elle se trouve une place ailleurs !

    « Vous vous adressez à la mauvaise personne Livingston, les gâteaux s’il le faut je les vendrais. Mais croyez bien qu’entre une personne qui vend des bonbons et une autre qui tue des humains ce ne seront pas les bonbons le sujet du journal du soir. Dans ma remarque il n’y avait aucune attaque personnelle, je ne pensais pas à vous, puisque votre présence ici est très évocatrice de ce que vous pensez du phénomène mutant. Quant à ma sincérité, ce n’est pas à vous de la juger. »

    Et elle ? Elle le prenait pour son « pote » à l’appeler seulement « Livingston ». Hallucinant de voir à quel point elle se croyait tout permit et au dessus de toutes lois, voir au dessus d’une politesse de base. Ah encore mieux, il n’était pas visé dans son attaque contre les humains, puisque lui travaillait à l’institut. Les 6 autres milliard de péquin sur la terre, on s’en contre foutait royalement, vu qu’ils ne faisaient pas partis de l’institut. Comment est ce qu’on pouvait être aussi prétentieuse et rester dans un endroit comme l’école. Son profil était loin de coller à celui de l’école. La seule chose qui lui fit plaisir c’est qu’en vue des remarques que pouvait faire Amara, il n’était pas le seul à penser qu’elle n’avait rien à faire ici. Hey, si on passait à la possibilité de virer les élèves, une chose était certaine : il ne serait pas le seul à voter contre cette gamine qui se croit tout permit et au dessus de tout. Et pour ce qui était de sa sincérité, elle se mettait le doigt dans l’œil. C’était bien à lui de la juger. A lui et à n’importe quel prof de cette école, encore plus à ceux qui faisaient partit du conseil. Mais c’est bien ce qu’il imaginait, elle se croyait vraiment au dessus de tout si elle pensait que sa sincérité ne la regardait qu’elle….

    Il ne répondit rien, parce qu’Amara était parfaitement douée dans ce domaine. Il admirait même la maîtrise dont elle pouvait faire preuve, car en l’observant un peu, il était apte à comprendre qu’elle bouillonnait. Dommage que ce ne soit pas au sens strict du terme. Ce qui arriva bien plus vite que ce qu’il avait pensé quand la porte fut défoncé, et que la fumée se retrouva à envahir la pièce. Edward avait demandé si Amara pouvait enclenché son pouvoir, en parlant d’un jeu. Elle répondit bien vite que la dernière fois qu’elle y avait joué, cela ne s’était pas fini de la meilleure manière que ce soit.

    « Ca ne pourra pas être pire… »

    …que d’avoir à se faire tirer dessus comme du gibier par des fédéraux. Il garda la fin de cette pensée, qui était assez explicite, pour se diriger vers le groupe d’élève dans la pièce. Ces yeux commençaient franchement à lui piquer, et sa gorge à l’irrité à cause de la fumée. Sans parler de la cécité que cela entraînait. Grâce à un éclair, il pu voir ou se trouvait Natasha, et c’est vers elle qui se mit accroupie en l’attrapant pas les épaules, ce qui provoqua un cri chez la gamine, qui devait se demandé qui venait de l’attraper. Elle commençait même à se débattre. Et c’est que c’est hargneux à cet âge là. Avant de s’en prendre une par une gamine, il annonça que c’était lui, et elle se calma rapidement.

    « Écoute moi bien. Je vais avoir besoin de toi. Quand je te le dirais, j’aurai besoin d’un nouvel éclair. D’accord ? »
    « D’accord. »
    « Super, ne bouge pas d’ici. »

    Se relevant il se dirigea vers le groupe d’homme qui était entré, se dirigeant un peu au hasard. En fait il prenait surtout la direction lumineuse que créait Magma avec son pouvoir. Quand il estima être là où il voulait, il hurla : « Maintenant, Natasha ». Un éclair fusa, rapide. Mais sachant ce qui allait se passer, il avait un avantage certain. Un bref éclat lumineux pour voir que Vincent avait sauté sur un type et que lui se trouvait juste en face d’un agent fédéral. Sans plus attendre, et employant des techniques de combats qu’il avaient longuement acquise il frappa l’homme. Un échange se fit, ou tous deux n’y vire pas grand-chose, étant donné que les lunettes que possédait le fédéral était brouillé par la chaleur que dégageait Amara. Edward arriva enfin à bout de l’homme, lui arrachant masque et lunette, mais aussi son arme. En courant, il revint vers Natasha, en prévenant une nouvelle fois que c’était lui.

    « T’as été géniale. Je vais avoir une autre mission pour toi, si tu veux bien. »
    « Oui ? »
    « Tient prend ça. Quand le professeur Amara sera sortie de la pièce je veux que tu les mettes. Tu verra des formes de couleurs, qui seront les élèves dans la pièces. D’accord ? »
    « Oui. »
    « Ok, alors quand tu verras les élèves, tu iras les chercher et tu les guideras vers le trou dans le sol qu’Amara est en train de faire, pour leur permettre de sortir. T’as tout comprit ? »
    « Oui. »
    « Super. »

    Il se redressa, gardant l’arme en main et couru à nouveau en direction d’Amara. A proximité raisonnable d’elle – pff et il faisait chaud – il arrivait à discerner quelques silouhette grace à la luminosité qu’elle dégageait.

    « Amara, il faut qu’on sorte de la pièce, quand t’auras fini de faire des trous partout. »

    Le but étant d’éloigner les fédéraux et de laisser la petite Natasha s’acquitter de sa tâche en guidant tout le monde vers l’étage inférieur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sayan Mesmer
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 181
Date d'inscription : 13/04/2010
Localisation : Là où me mène mes pas
Clan : neutre
Age du personnage : 16 ans
Pouvoirs : Hypnose et lien psychique
Profession : Ancienne fille de la rue
Élève à l'institut
Points de rp : 108

MessageSujet: Re: Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )   Mer 3 Nov - 0:57

Les événements était rapidement devenu chaotique, comment une simple réunion pouvait à se point tourné, Sayan ne le savait tout simplement pas... Mais en l'occurance, même si elle jugeait et respectait les gens sur leur capacité à survivre par eux-même, ce n'était pas une situation où elle pouvait avoir une quelconque barème et malgré tout ses efforts pour être dur et s'endurcir plus encore, elle restait une fille qui aimait aider. Elle n'avait pas réfléchi en prenant un gamin avec elle, elle avait agis d'instinct. Elle l'avait amener avec elle en rampant sous les bureaux, essayant de se faufiller le plus proche possible pour tenter une sorti, mais sans grand succès du fait de la poussière dans l'air. Ils rencontrèrent un autre mutant, plus vieux qu'elle, presque un adulte. Il devait avoir 18 ans, elle mit donc le plus jeune entre elle et le plus vieux, qui avait une expression de franche hostilité sur le visage. Avant qu'il ait put dire quelque chose, on put entendre Amara et son exclamation.

Binômes !

Sayan n'était pas à l'institut depuis longtemps, mais savait que leur technique était de travailler ensemble. Elle ne voyait pas grand chose, dans la rue elle aurait eu une chance de s'en sortir seule, mais dans cet environnement qu'elle ne connaissait pas, ses chances était trop mince pour partir de son côté, ou du moins s'était ce qu'elle tentait de se convaincre. Avant que l'adolescent ait eu le temps de dire quelque chose, elle prit les devant en chuchotant.

"Je suis Mesmer, c'est quoi vos pouvoir?"

Elle mouillait une autre bande de tissus pour la tendre au plus vieux en posant la question, tentant ainsi de montrer plus de bonne volonté qu'elle ne l'avait fait jusqu'à présent. Aucun des deux garçon avec qui elle était présentement ne lui était familier, elle n'avait pas encore eu d'entrainement avec aucun d'eux. Car si elle ne suivait pas encore de cour régulier, elle faisait un effort pour les entrainements. Ce ne fut qu'en lui donnant le tissus mouiller qu'elle remarqua qu'il gardait les yeux fermer. Tout son visage clamait une certaine colère.

"Qu'est-ce que sa peut te faire? Tu t'en fou... dégage."

Sayan retint un soupir, le jeune qu'elle avait ramasser exprimait aussi de la réprobation sur son visage maintenant. Il s'était accrocher à elle, mais maintenant qu'un plus vieux, plus ancien ne voulais pas d'elle, il n'allait pas rester accrocher.... Elle avait envie de les planté là, mais elle ne le fit pas. Ce n'était pas le temps pour son égo ou le leur, s'était le temps de se serrer le coude pour survivre.

"Je suis encore là non? Tu veux protéger l'institut non?"

Elle n'avait pas dit ton institut, mais l'institut. C'était un progrès, le matin même, elle aurait certainement dit ton institut, elle n'était pas sur qu'elle aurait prit le gamin avec elle, elle l'aurait sans doute réveiller en le secouant un bon coup avant de l'envoyer à la première personne qu'elle aurait trouver et tenter de se tirer, mais elle ne le fit pas.

"Je peut fasciner par le regard. Ce qui ne sert pas à grand chose dans la situation, mais je sais me défendre sans trop de casse. Alors?"

Il le regarda quelques seconde avant de hocher la tête, les yeux toujours fermer.

"Je suis Eyes, je vois et je projette des images. Je peut voir jusqu'à 5 mètre et montrer des images à ceux que je touche."

Le plus jeune sembla percevoir l'approbation relative de l'autre adolescent et daigna ouvrir la bouche à son tour.

"Je suis Kynésio, je fait de la télékinésie. Je peut faire voler des feuilles de papier ou des brin d'herbe."

Un plan se formait petit à petit dans son esprit.

"Tu pourrais projeter la poussière dans l'air?"

Il sembla se concentrer sur la poussière entre ses yeux et sa main, mais rien en se passa. Soudain la pièce sembla s'embraser et tous durent fermer les yeux, Amara s'était enflammer.

"On fera sans, c'est pas grave."

Le visage du mutant se ferma plus encore.

"Non, je vais le faire. Je ne les laisserai pas nous tuer."

Il y avait de la peur dans sa voix, mais aussi un certain courage et surtout de la colère. Sur ses paroles, son pouvoir, alimenter par la peur et la colère, s'activèrent, créant un cône d'air pur jusqu'au sol et pas seulement jusqu'à sa main.

"Garde cet état d'esprit, Eyes te montrera où sont les gars et toi tu me fera un couloir jusqu'à leur regard, je les figes et vous les mettez hors combat."

Elle n'avait pas dit tuer, elle avait déjà tuer, elle ne voulais plus tuer, plus jamais. Trois vie, elle aviat prit trois vie et elle avait été malade pendant des jours après chacun des événements qui l'avait conduit à le faire. Après la dernière fois, elle s'était jurer que quoi qu'il arrive, elle ne tuerait plus jamais, quitte à s'entrainer tous les jours pour être capable de survivre sans tuer.

Eyes ne répondit pas, mais mit la main sur l'épaule du télékinésiste, et avec dédain sur celle de Mesmer, et sembla se recroqueviller un peu plus sur lui. Il formait une drôle d'équipe, chacun avec un pouvoir relier au regard, elle qui pouvait fasciner, un qui pouvait voir sans voir, et un autre qui pouvait déplacer des objets avec ses yeux. Ils formaient un drôle de tout, mais la vie avait de drôle de façon de réunir ceux qui se ressemblait, même seulement un peu.

L'action commença. Une image presque clair se forma dans l'esprit du jeune et de la rebelle, un couloir se forma et Mesmer se plaça dans le couloir, appelant toute sa rage, sa peur et son désir de vaincre pour activer son pouvoir, pendant que les deux autres approchait du garde qui approchait vers eux. Surpris, il fut prit dans le regard gris de l'orpheline. Il fit un geste de recul, un réflexe devant l'espace soudain dégager de ses yeux, mais il avait enlever ses lunettes de vision après l'éclat de Magma et venait presque certainement de retrouver la vu, il ne put résister au pouvoir alimenter par la rage et la peur de la jeune mutante.

Eyes et Kynésio se jetèrent sur lui, le plus vieux lui donnant un bon coup de pied dans l'estomac, le plus jeune un coup de genou dans les parties. L'homme se plia en deux et Sayan approcha le plus rapidement possible pour l'assommer d'un coup de genou sur le nez. Le tout avait duré quelque secondes, l'adrénaline dans les veine, elle délesta l'humain de ses armes, les glissants au loin, donnant sa matraque au télékinésiste et son couteau de combat au voyant. Des balles volait en tout sens et une d'elle manqua de peu, de très très peu la mutante, qui prit les deux autres, forme de nouveau indistincte, par les bras pour les trainer à nouveau derrière les bureaux.


"On bouge."

Il était évident à leur souffle et au sien, que l'adrénaline bouillait dans leur sang. Sans un mots, Eyes se remit à chercher leur cible suivante, pendant que patientait Kynésio, le regard brillant, et Mesmer, le regard dur et l'esprit prêt au combats.
Revenir en haut Aller en bas
http://broceliande.forumgratuit.org/forum.htm
avatar

Vincent De Certo
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 05/07/2010
Localisation : Institut pour Jeunes Surdoués Charles Xavier
Clan : apprenti Xmen
Age du personnage : 22 ans
Pouvoirs : dissolution de la matière par contact et résistance à l'acide
Profession : Étudiant à l'Institut et mécanicien
Points de rp : 23

MessageSujet: Re: Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )   Ven 5 Nov - 17:54

L'assaut des fédéraux avait surpris tout le monde tant il était inattendu , Vincent s'était immédiatement jeté dans la mêlée sans même prendre le temps de réfléchir ou de former un binôme pour couvrir ses arrières. Cela avait beau faire trois ans qu'il était à l'Institut , travailler en équipe n'était toujours pas dans ses habitudes . L'ex Morlock restait un impulsif et du coup il avait encore tendance à faire cavalier seul , et l'urgence de la situation n'arrangeait rien . De leur côté Edward et Amara avaient pris les élèves en main et petit à petit les X Men s'organisaient pour mettre tout le monde en sécurité , sa priorité à lui c'était de leur faire gagner un maximum de temps . Si chacun y mettait du sien on pouvait espérer s'en sortir sans qu'il y ait trop de casse , en tout cas Vincent était prêt à tout pour protéger ses frères d'armes..

Amara avait réussi à lui offrir une diversion de premier choix en se transformant en magma , rendant ainsi leur lunettes thermiques inutilisables . Vincent ne comptait pas laisser passer une opportunité pareille , il se précipita sur l'agent le plus proche en profitant de son aveuglement temporaire. Avant que ce dernier ait eut le temps de réagir , le mutant lui attrapa le poignet violemment avant de l'attirer vers lui et de le réceptionner avec un violent coup de coude en pleine mâchoire. L'acide qui le recouvrait renforçait la force de pénétration de son coup ,de sorte que le bruit de craquement typique d'une mâchoire que l'on brise se fit entendre , le mutant en profita pour se débarrasser de son adversaire en le repoussant quelques mètres plus loin . L'homme s'écroula tandis que l'acide continuait à lui ronger la peau à l'endroit où Vincent l'avait frappé ..

Si il avait put profiter de l'effet de surprise , les fédéraux étaient déjà en train de réagir et l'un d'eux tenait le mutant en joue . C'est là que Vincent regrettait d'avoir foncé tête baissée sans prendre le temps de se mettre en binôme pour contrer ce genre de cas . Cherchant des yeux un allié , il remarqua que Jubilee avait eut le temps de neutraliser quelques fédéraux avant de se retrouver en mauvaise posture . Après un coup d'œil rapide pour estimer la distance qui le séparait d'elle , il se mit à courir en direction de sa camarade en croisant intérieurement les doigts pour arriver à temps . Les fédéraux de leur côtés n'avaient pas mit très longtemps à se réorganiser et déjà des tirs commençaient à fuser dans la pièce . Une salve passa près du mutant , sans l'atteindre heureusement . L'adrénaline aidant , Vincent arriva dans le dos de l'homme qui menaçait Jubilee et sans même réfléchir il lui attrapa la tête à pleine main avant de faire une rotation violente qui lui brisa la nuque .

"Pas trop amochée ? "

Pendant que Vincent avait neutralisé l'agent qui menaçait Jubilee , un de ses collègues avait eut le temps de placer le mutant dans sa ligne de mire . Cependant entre la fumée et le reste l'agent avait du mal à viser correctement . Vincent n'eut que le temps d'entendre la détonation avant qu'une balle n'aille se loger dans son épaule . Une douleur déchirante commença à se répandre dans tout son bras et par réflexe il mit sa main sur sa blessure avant de plonger au sol pour essayer de se mettre à couvert , hurlant à Jubilee de faire la même chose ..

"On dirait bien que c'est mal barré , un petit feu d'artifice serait de circonstances tu crois pas ? "

Avec un peu de chance si elle pouvait aveugler le tireur , ils pourraient essayer de se mettre à couvert dans un endroit un peu mieux protégé et éventuellement faire une contre attaque . Parce que pour le moment ils faisaient des cibles relativement faciles et Vincent n'était pas Wolverine , lui il ne régénérait pas tout seul et avec une balle dans l'épaule il allait être plus que désavantagé au corps à corps..Bon si ils arrivaient à combiner leur effort ils pourraient sans doutes tenir suffisamment longtemps pour permettre aux autres de se mettre à l'abri et de là il n'y aurait plus qu'à foncer les rejoindre . Ça avait l'air simple dit comme ça mais au niveau pratique c'était autre chose , parce que si leur pouvoirs pouvaient les aider les mecs en face eux étaient armés et savaient très bien se servir de leur fusils d'assauts . Le bon côté des choses c'est que cette attaque avait mit tout le monde d'accord et la coopération s'était faite d'elle même en toute spontanéité ,comme quoi rien de tel qu'une attaque fédérale pour réunir tout le monde..Enfin c'était pas avec ce genre de considérations qu'il allait se sortir de là , sans compter que son épaule lui faisait un mal de chien . Si il s'en sortait à la prochaine réunion il emmènerait un gilet pare balle au cas où...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )   Sam 6 Nov - 21:15

« Binôme ! »… Ah oui ça par contre c’était une bonne idée, plus que de faire un plan social pour les membres de l’Institut ou de vendre des gâteaux. En mauvaise position, Jubilee ne pouvait présentement rien faire d’autre que d’attendre, de craindre pour sa vie et de rester dans ce cynisme se rapprochant parfois d’un pessimiste alarmant. Autour d’elle tout s’activait, mauvaise chose pour elle puisque le stress monta d’un cran dans l’esprit – et surtout dans la pression de l’arme – de l’homme qui la maintenait immobile. L’idée de servir de bouclier humain ne faisait pas parti de ses plans, si ce mec osait la redresser pour la mettre devant lui il allait sentir tous ses descendants lui remonter par les trous de nez – comprenez ici l’effet de style qui censure les pensées de Jubilation. Ce que la jeune Lee voyait ne dépassait pas le bout de la table, elle voyait d’un côté, c’était déjà ça dans le fond ! Bon hormis qu’il n’y avait rien à voir à part de la fumée et des effusions lumineuses. Pourquoi elle était revenue déjà ?... Ca lui apprendra à être rongée par son remord qui, bien que travesti en volonté d’aider, l’avait fait se jeter dans la gueule du loup au lieu de s’échapper comme d’habitude.
Malgré ce cynisme, cette soudaine impression de regretter tout et n’importe quoi, elle avait la nette impression que bientôt son cerveau troué ne pourrait plus faire passer ces informations. Elle n’allait tout de même pas finir sur la table d’une réunion, si ? Elle tenta de bouger mais l’homme ne fit que la plaquer davantage, il semblait plus craindre ses pouvoirs qu’autre chose mais sans cible et dans cette position, inutile d’espérer viser correctement. C’est à ce moment qu’elle réalisa qu’il faisait une chaleur à crever… Dans le tohu-bohu des balles et des cris, un crépitement se faisait néanmoins entendre, quelque chose brûlait. Le feu ? Impossible de le dire, en tout cas la fumée des fumigènes empêchait de se fier à la présence de cette dernière pour conclure à un début d’incendie.

Soudain, elle sentit qu’il se passait quelque chose dans son dos. A peine avait-elle détourné les yeux, que la pression contre sa tête prit fin et qu’elle put constater Vincent qui, semblant en pleine forme, venait de lui sauver la vie. Redevable, elle l’était rarement mais là il fallait avoué qu’elle lui devait une fière chandelle. Jubilee se redressa aussi vite qu’elle le put, regardant ce corps inerte par terre, la tête semblant légèrement désarticulée… Où est-ce qu’il avait appris à faire ça ? Qu’importait vraiment, l’heure n’était pas aux explications. « Pas trop amochée ? », la chemise ensanglantée de la jeune femme tendait à prouver le contraire mais non, elle n’avait rien et par chance l’intervention de Vincent lui avait permis de rester indemne de toutes blessures. Jubilee lui fit savoir que tout allait bien dans un hochement de tête, oui elle allait bien, dans un sens elle avait eu beaucoup de chance de ne pas être ble…
Un coup de feu, beaucoup plus proche que les autres la coupa complètement dans son analyse de la situation. Portant ses mains à son visage, elle constata avec trouble que Vincent venait de se faire toucher. Ce dernier se mit à couvert, machinalement la jeune femme l’accompagna en même temps que Vincent le lui ait dit. Là ils étaient mal barrés… Un récapitulatif s’empara de la raison de Jubilee, on ne pouvait pas partir par le couloir, le seul moyen était de sauter par la fenêtre – ce qui n’était pas une bonne idée – et Vincent était blessé. Elle laissa soudain échapper son impression sur la situation « Merde, merde… », les blessures et elle ça faisait douze, loin de s’y connaître en médecine (et pour cause quand on traîne le plus souvent avec un mutant qui se régénère on perd l’habitude de s’inquiéter pour les autres), Jubilee se retrouvait complètement désemparée face à ce nouveau cas de figure.

Vincent résuma lui aussi la situation, oui « mal barré », décidément cette expression faisait l’unanimité. Elle voulait l’aider mais le faire en lui compressant sa blessure à sa place n’arrangerait rien et pour cause, mettre les mains dans de l’acide n’était jamais très conseillé. Jubilee n’avait aucune idée du degré de puissance de Vincent ce qui l’incommodait quelque peu pour se rapprocher de lui. Le fait que son t-shirt ait « fondu » ne prouvait pas grand-chose, à vrai dire l’acide chlorhydrique dilué des batteries de voitures faisait aussi des trous dans les habits mais n’était corrosif pour la peau qu’après une exposition de plusieurs minutes voire de plusieurs heures, et encore cela ne génèrerait rien de plus que des brûlures partielles qui ‘guérissaient’ à l’eau. Seulement Vincent était loin d’être une batterie et un pouvoir ne ressemblait jamais en tout point avec ce qu’on pouvait voir dans le monde « normal ». Incapable de se décider à l’approcher de peur d’elle-même se blesser – ce qui aurait été stupide au possible – elle due prendre ce qui s’offrait à elle soit, la proposition de Vincent quant à un feu d’artifice :



    - « J’peux pas Vincent… J’sais même pas d’où est venu le tir. On se taille d’ici, ça vaut mieux, si on a pas l’effet de surprise on a rien à notre avantage. »


Ce serait bête de se lever et de se prendre une balle en pleine tête juste parce que l’un des soldats savait où ils se cachaient. Elle aurait pu viser à l’aveuglette mais qui lui disait qu’elle n’allait pas en même temps rendre complètement aveugle des élèves de l’Institut ? Déjà qu’elle passait pour une extrémiste anti-humain, manquerait plus qu’on l’accuse d’attaque sur ses alliés. Jubilee fit signe à Vincent de ne pas bouger, si elle elle pouvait se permettre de se mouvoir à sa guise, sûrement que la douleur de son épaule empêchait son binôme de faire de même. Dans le doute, elle avait pris les devants – comme souvent – ne cherchant de par ce fait qu’à protéger l’une des rares personnes qu’elle appréciait. Jubilation se leva à moitié et, le dos courbé pour se préserver des balles perdues, se mit à courir vers une autre ‘planque’. Ce déplacement lui avait permis de voir ce qui se trouvait près d’elle et de Vincent, impossible de distinguer réellement qui était qui mais en tout cas leur silhouette armée les désignait comme des ennemis. Ceux-là même qui menaçait leur vie et qui avait blessé, peut-être grièvement Vincent – se casser la clavicule c’était quelque chose d’affreusement chiant et douloureux, il fallait l’avouer. La situation aurait pu être pire, c’est vrai, mais elle aurait surtout pu être meilleure.

A travers la fumée toujours aussi opaque, elle adressa un regard à Vincent. Elle appréhendait ce qui allait se passer. Et, comme pour s’excuser de n’être que d’une aide aussi imparfaite, elle détourna enfin son regard pour suivre les directives de son binôme. Des crépitements multicolores sortant de ses mains s’agglutinèrent alors, formant une sphère aussi grosse qu’un ballon de football, le maximum qu’elle était capable de faire en terme de taille. Semblant encore se concentrer davantage, elle y condensa l’énergie de façon à ce que, comme une canalisation bouchée qui viendrait à céder, sa sphère explose au summum de sa puissance. En tout, il aura fallut une quinzaine de secondes pour créer une seule et unique bulle, c’était beaucoup, surtout quand on sait que Jubilee peut les faire jaillir de ses mains instantanément pour les plus petites d’entre-elles. La condensation ne résidait pas dans la puissance même de l’attaque mais plutôt dans son contenu, l’explosion ne provoquerait pas tant de dégât que ça, ce qu’elle cherchait c’était à faire le maximum de lumière.
Ainsi, dans son idée, c’était de faire exploser cette bulle en deux, d’ensuite faire exploser ces fragments en quatre, faisant ainsi descendre les stades des explosions. Autrement dit elle allait faire exploser cette bulle de la taille d’un ballon de football en deux autres de la taille d’une balle de tennis pour ensuite la scinder en quatre de la taille minimum avant de les faire exploser pour la dernière fois. En tout il y aurait donc sept détonations, dont deux multiples qui donnerait en tout trois explosions complètement inoffensives mais extrêmement lumineuses. Le but final étant de créer un écran de lumière grâce à la fumée*.

Un dernier regard à Vincent avant de lancer son offensive, dans un coup de tête elle lui indiqua qu’ils devraient fuir, chercher l’affrontement était trop risqué. Point de fuite : Amara, enfin si c’était effectivement elle qu’on entendait crépiter, dans tous les cas ça ne pouvait pas être quelqu’un d’hostile. Enfin… elle l’espérait. Un vif regard par-dessus sa cachette qui généra une rafale, qu’elle prit comme une sommation, était-ce un bon plan ? Après tout rien ne les empêchait de tirer dans le tas, à l’aveugle… Il y avait des soldats dans l’autre sens aussi mais le fait d’arriver dans leur dos offrait un avantage que Vincent et elle ne pouvaient exploiter dans la situation actuelle. Prenant une grande inspiration, elle « lança » sa sphère crépitante dans la direction des hommes qui allaient se retrouver dans leur dos. Première explosion, un bruit assourdissant pour ceux se trouvant trop près ce qui normalement ne devrait concerner que les soldats. A cet instant même, Jubilee se jeta vers Vincent, l’aida à se lever malgré les dangers de l’acide et l’incita à courir en plaçant sa main derrière l’épaule (opposée à la blessure, bien évidement) aussi vite que possible avant de le lâcher pour qu’il puisse courir sans être gêné par un bras étranger. Seconde explosion, double cette fois, un bruit de fusée rocket à vous en percer les tympans se fait entendre dans le fond de la salle là où les soldats ayant tiré sur Vincent devaient se trouver. La troisième explosion, cette fois quadruple, forma le dernier écran de lumières multicolores dans une détonation aux décibels nettement inférieures comparée aux autres mais néanmoins bruyante.

Sur le passage, un garçon légèrement plus jeune se mit à les suivre sous les cris de Jubilee qui, sur le coup, c’était presque elle-même arrêtée pour le pousser à courir dans le même sens qu’eux. C’est en touchant le garçon qu’une violente douleur la saisit au niveau de la main droite, sur le coup elle n’y prêta pas attention préférant courir que de ce soucier de cette main sûrement simplement écorchée. Derrière eux, la fumée avait perdu sa teinte colorée pour reprendre son gris monotone, malgré tout, le temps qu’ils remettent leurs oreilles des deux premières explosions, ça leur laissait encore un peu de temps. D’ailleurs, la fumée tournait à leur avantage à présent puisque qu’elle les cachait des soldats de manière « naturelle ». Plus ils se rapprochaient d’Amara et plus la température augmentait, était-ce une bonne idée de se diriger vers elle ?
C’est dans ce moment de doute que la petite Natasha fit son apparition, lunette sur le nez comme une véritable professionnelle de l’infiltration. Ca alors… Si Jubilee s’était attendue à ça. Se courbant pour arriver à son niveau, la jeune fille lui indiqua de la suivre. D’abord hésitante, elle adressa un regard à Vincent avant de la suivre, faute de mieux. Disons qu’elle lui devait bien ça, après avoir été aussi sèche avec elle… La suivant, accompagné de la petite troupe sur les derniers mètres qui les séparaient de la sortie dont parlait Natasha, Jubilation s’enquit de faire une chose de peur que ce ne soit plus possible par la suite :



    - « C’est pas le moment mais… J’suis désolée. »


Au même moment elle arriva au niveau du point de ralliement, quelques personnes étaient déjà là à attendre la sortie. On lui expliqua brièvement la situation, un trou, une sortie ? Ca ferait l’affaire, c’était mieux que de se suicider par la fenêtre ou de courir au coupe-gorge dans les couloirs. Natasha, ce petit bout de femme faisait quelque chose d’incroyable pour son âge, Jubilee était admirative et il en fallait beaucoup pour qu’elle le soit. Elle s’accroupit afin que son corps prenne moins de surface et c’est en posant la main sur le sol qu’elle s’assit dos au mur tant l’impression de s’être brûlée la secoua. La main encore tremblante de cette douleur si vive et soudaine, la jeune Lee constata avec stupeur les rougeurs par endroit blanches et légèrement boursouflées de l’intérieure de sa main. Il s’était écoulé à peine une minute, peut-être moins, aller, trente secondes au grand maximum. Quand s’était-elle fait ça ? Peut-être à cause des objets ayant emmagasiné la chaleur d'Amara ou bien...
L’évidence lui apparu presque en même temps que la question. Quelle idiote ! Loin d’être douillette, y toucher faisait très mal, elle avait eu l’impression de s’arracher la paume de la main rien qu’en la posant par terre. Elle n’y connaissait rien en acide, elle et les classes de chimie ou de mathématiques avaient toujours fait chambre à part. Il n’y avait rien de pire que de ne pas savoir quoi faire, elle avait horreur de se sentir si vulnérable. Cependant elle s’efforça de faire abstraction, après tout elle pouvait aussi faire pas mal de chose de la main gauche avant d’aller à l’infirmerie ou de se soigner toute seule en se lavant les mains – même si elle n’était pas convaincue de l’efficacité de cette dernière option… Elle tourna la tête, voyant Vincent elle alla le voir, toujours penchée :



    - « Ca va ton épaule ?... »


Question un peu idiote il fallait le dire, comme si ça pouvait aller après s’être fait tiré dessus. Jubile s’inquiétait pour Vincent, ce n’était pas si rare que ça qu’elle s’inquiète, ce qui l’était c’était le fait qu’elle le dise à la personne concernée :



    - « T’inquiètes pas, apparemment Amara et Livingston sont sur le coup. Le problème c’est que… J’suis à sec niveau munition…»


Prétexte pour ne pas à avoir à utiliser de nouveau son don. Droitière depuis toujours, il était difficile pour elle d’imaginer créer une détonation aussi conséquente que la dernière sans sa main dominante, bien que sur ce point sa main gauche soit tout aussi apte que la droite à générer ses bulles de plasma. Effet psychologique sûrement. Honteuse ? Non pas du tout, elle n’aimait simplement pas exposer ses faiblesses, déjà que le fait d’être une fille remplissait sa vie de préjugés, manquerait plus que l’Institut pense pareil que l’opinion publique comme quoi une femme est plus fragile qu’un homme. Chose que Jubilee s’efforçait depuis toujours de démentir, même si sur ce coup elle avait peur sur le devenir de sa main. La douleur s'accentuait en même temps que ses mots, jetant un bref regard dessus elle vit alors que l'état avait encore évolué. Non ce n'était pas de l'acide de batterie, loin de là :



    - « Vincent, je... elle lui montra l'intérieur de sa main, les boursouflures étaient maintenant des plaies suintantes. Arrête ça je t'en supplie ! »


Dit-elle cette fois rongée par la douleur qui la poussait à serrer son poignet pour l'évacuer, dans des expirations paniquées, elle détourna les yeux, cette vision la dégoûtait. C'est la voix altérée par la souffrance et par la vue encore présente dans sa mémoire (l'imagination dont elle pouvait faire preuve était débordante à ce moment là) de sa paume dont l'état s'aggravait à vue d'oeil qu'elle rajouta complètement désemparée :



    - « Dépêche-toi, j'ai l'impression qu'elle est en train de se consumer ! »


Jubilee ne croyait pas si bien dire, elle sentait presque quelque chose lui rentrer dans la paume. Comme si on éclatait une à une ses cellules qui dans son esprit prenaient alors la forme de petites billes qu'on s'amuserait à écraser avec le pied jusqu'à les faire se disloquer. Dans la panique elle n'avait pas eu le présence d'esprit de s'essuyer la main ou même quelque chose d'aussi loufoque que de cracher dessus pour diluer. Non rien du tout, cette sensation la rendait complètement hystérique. Elle n'avait jamais été confrontée à ce type de douleur, douleur qui lui semblait insurmontable en plus d'être complètement atypique.




[* un peu comme quand on allume les feux de route dans le brouillard =)]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Amara Aquilla
Mutante de niveau 2
{ PNJ }


Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 21/08/2010
Localisation : Institut Xavier
Clan : Xmen
Age du personnage : 25 ans
Pouvoirs : contrôle du magma - peut s'en recouvrir, se recouvrir de flammes et générer des rafales de plasma.
Profession : professeur polyvalent à l'Institut Xavier
Points de rp : 25

MessageSujet: Re: Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )   Dim 7 Nov - 14:48

    Le pouvoir d’Amara détruisait tout sur son passage à chaque fois qu’elle l’utilisait à pleine puissance, mais d’après Edward, cela ne pourrait pas être pire. Pire que la dernière fois qu’elle avait manqué d’incendier un bâtiment, ou pire que de se faire embarquer par les Fédéraux ? Les deux options se valaient suffisamment pour qu’elle ne reste pas à attendre les bras croisés que quelqu’un daigne régler ce problème à sa place… Son pouvoir s’était donc déclenché, et la mutante avait fait augmenter de manière très importante sa propre température, aveuglant les fédéraux pour mettre tout le monde sur un pied d’égalité dans l’épaisse fumée.

    Un peu plus loin, Natasha armée de sa chaise avait été approchée par Edward de manière trop discrète pour qu’elle ne songe pas à se défendre avec la seule arme qui était en sa possession. Elle aurait bien entendu pu produire un éclair si elle n’en avait pas produit un il y avait quelques minutes, et dans un sens Edward avait eu pas mal de chance qu’elle n’ait qu’une chaise pour se débattre lorsqu’il avait posé une main sur son épaule. Bien vite, elle s’était calmée lorsqu’il avait décliné son identité. Son binôme serait Edward. Ca serait l’occasion pour elle de montrer qu’elle pouvait avoir son utilité même en étant plus jeune que ses camarades. Son professeur lui demanda de se préparer à produire un éclair lorsqu’il lui donnerait un signal, mais qu’en attendant elle ne devrait pas bouger de là où elle se trouvait. Posant la chaise au sol et s’accroupissant derrière pour être moins visible de leurs assaillants, la petite Natasha tendit l’oreille et s’efforça de rester à l’affut de l’ordre que lui donnerait la voix si reconnaissable de son professeur. On lui avait confié une responsabilité et elle ne devait pas se planter parce qu’elle n’avait aucune idée de ce qu’Edward avait en tête : un éclair mal produit ou impossible à produire rendrait son plan inefficace et ferait donc capoter toute possibilité de s’en sortir de manière satisfaisante et avec le moins de dommages possible.

    La fumée ambiante semblait représenter à elle seule une menace, parce qu’à tout instant un homme armé pouvait surgir de tout côté sans que l’on puisse anticiper. Natasha avait beau tendre l’oreille, elle n’entendait toujours rien et paniquait à chaque coup de feu tiré, et à chaque bruit qu’elle entendait sans parvenir à en identifier l’origine. Une paire de rangers et un treillis entrèrent dans son champ de vision, et l’idée de foudroyer ce soldat traversa l’esprit de la jeune fille en une fraction de secondes : elle ne savait plus trop à quel endroit de la pièce elle se situait, mais si cet homme la dépassait, cela voulait sans doute dire qu’il s’approchait du fond de la salle où se trouvaient sans doute des élèves apeurés, ainsi qu’Amara.

    Les rangers s’immobilisèrent près de Natasha mais elle ne comprit pas tout de suite pourquoi il ne l’avait pas repérée malgré son équipement de haute technologie, mais elle pria silencieusement pour que cela dure. Edward donna finalement le signal, et Natasha sursauta avant de produire un éclair dont elle perdit le contrôle à cause du stress et de la peur : l’homme debout à sa gauche fut foudroyé et hurla avant de tomber inerte après quelques pas désordonnés, et la pièce fut également illuminée pour permettre à tout le monde de se repérer.

    Natasha n’avait pas bougé d’un pouce comme son professeur le lui avait demandé, et elle fut soulagée de sentir de nouveau sa présence puisque cela indiquait qu’elle n’avait pas loupé son coup et qu’elle n’avait pas provoqué sa mort de manière accidentelle. Encore tremblante à cause de l’homme qu’elle avait sans aucun doute tué, Natasha se contenta de répondre de manière laconique lorsque Edward évoqua la suite de son plan et lui mit entre les mains des lunettes vision thermique. Les chaussant sur son nez, Natasha distingua une grosse tâche rouge à l’endroit où se situait encore son professeur, et elle acquiesça une dernière fois, provoquant presque la chute des lunettes puisque leur ancien propriétaire devait avoir une tête bien plus grosse que celle de la jeune fille. Edward finit par s’éloigner, laissant Natasha seule…

    Du côté d’Amara, le trou pratiqué dans le sol par ses pieds incandescents prenait doucement forme et était à présent suffisamment grand pour faire passer un bras. C’était sans doute la première fois que la jeune femme avait à déplorer la résistance de certains matériaux à son pouvoir, et elle soupçonnait fortement le professeur Xavier d’avoir veillé à rendre son école suffisamment résistante pour qu’elle ne s’écroule pas à la première utilisation de pouvoir hasardeuse. Pour cela, elle le remerciait, parce qu’une bâtisse moins résistante se serait sans doute embrasée directement, tuant tous les occupants dans la foulée. Cela faisait un peu moins de deux minutes que Magma s’affairait à régler le problème du sol, et déjà elle voyait le sol se fragiliser autour de ses pieds, fissuré par des filaments de lave mêlés de feu d’environ deux centimètres de long. Une silhouette finit par approcher et Magma forma un projectile incandescent dans sa main gauche, s’apprêtant à le balancer dès qu’elle aurait la certitude qu’il ne s’agissait de personne de son propre camp, et ce fut Edward qu’elle crut distinguer à deux mètres d’elle. La chaleur l’empêchait d’avancer davantage, mais Amara n’eût elle non plus aucun mal à reconnaître sa voix : ils devaient sortir au plus vite, ce qui impliquait qu’elle devrait d’abord terminer de faire des trous partout.

    Ca devrait être bon d’ici moins de temps que prévu… Tu descends avec eux pour ouvrir la voie à l’étage du dessous et j’improvise un barbecue avant de vous rejoindre, ça te va ?

    Amara ne s’était jamais aperçue dans un miroir sous cette forme incandescente, mais elle était prête à parier que cela devait être assez étrange. Il n’y avait pas 36 solutions, et en fonction de l’état dans lequel certains élèves arriveraient, la présence d’un professeur à l’étage inférieur serait peut-être nécessaire…

    Il n’avait fallu que quelques secondes à Natasha pour s’habituer au port des lunettes à vision thermique qu’elle tenait rivées devant ses yeux pour se diriger dans la pièce. Mais il ne fallait pas croire que les lunettes l’empêchaient de trébucher sur des débris de tables ou des chaises renversées, parce que la jeune fille prit pas mal de chocs avant de réussir à arriver près des premiers élèves qu’elle croisa. Il s’agissait de Sayan et de deux autres mutants que Natasha ne parvint pas à reconnaîre, et l’adolescente s’était plantée près d’eux un instant avant de délivrer son message :

    Donnez-vous les mains, on s’en va ! Suivez-moi !

    Natasha tendit sa main à Sayan, et attendit qu’elle la prenne pour se mettre en route vers le fond de la salle. Elle trébucha encore sur pas mal d’objets et dérapa sur des débris et des corps inertes, mais parvint à accrocher à leur cordée à peu près tous ceux qui étaient restés perdus dans la fumée. Les mutants qui suivaient Natasha se chargeraient sans doute d’écarter les soldats qui tenteraient de les empêcher de passer, parce que Natasha ne pourrait plus utiliser son pouvoir avant quelques heures. Et puis elle était concentrée sur la tâche que lui avait confiée Edward, ce qui impliquait que si elle ne faisait pas ce qui était demandé, il y aurait sans doute autant de blessés que d’élèves capturés.

    C’est à ce moment-là que Natasha fut assourdie par plusieurs explosions. Portant ses mains à ses oreilles, elle manqua de perdre les lunettes mais les rattrapa au dernier moment. Juste à temps pour remarquer deux silhouettes qui essayaient de se frayer un chemin au travers du champ de bataille. Natasha entraina tous ses suivants vers eux – elle accrocha même à la farandole un adolescent qui s’était brisé un bras en tombant – et découvrit finalement Jubilee et Vincent. La marque calorifique de Vincent apparaissait nettement moins rouge que celle de Jubilee, et la petite Natasha en conclut qu’il avait sans doute été blessé. Raison de plus pour presser l’allure ! Elle leur demanda de se joindre à tous les autres et comprit difficilement l’hésitation de Jubilee : Vincent était blessé, et elle prenait Natasha pour une gamine… alors pourquoi la suivre et lui faire confiance ? Heureusement, elle n’était pas du genre rancunière, parce qu’elle souhaitait sincèrement réussir à mener tout le monde vers Amara, même si elle ne partageait pas l’avis de certaines personnes. Après quelques pas dans les débris, Jubilee finit par s’excuser et Natasha lui adressa un petit sourire de remerciement en oubliant un instant la présence de la fumée :

    Pas de problème. On sort de là et on reprend la discussion si tu en as envie !

    Pas de rancœur ou de moquerie dans sa voix, parce que même si ce n’était pas le moment de s’excuser ou de tailler une bavette, cela lui faisait plaisir que son ainée lui présente des excuses pour les paroles sèches qu’elle lui avait jetées en travers de la figure quelques minutes plus tôt.

    La température augmentait de manière étouffante à mesure qu’ils progressaient, et Natasha ôta bientôt ses lunettes à cause de la lueur aveuglante qui agressait ses pupilles. Elle redevint aussi aveugle que ses camarades dans la fumée ambiante, mais incita tout le monde à s’immobiliser et à s’accroupir à environ 2m50 d’Amara, au cas où de nouvelles balles se mettraient à siffler :

    On est là !

    Amara bougea et se pencha légèrement par l’ouverture pour jetet un œil à l’étage inférieur, constatant avec appréciation que celui-ci était désert. La silhouette incandescente perdit quelque peu son éclat, du moins suffisamment pour pouvoir approcher de Natasha qui faisait office de chef de groupe :

    Tu vas guider tout le monde à travers l’ouverture, Natasha. Il n’y a personne à l’étage inférieur parce qu’ils n’avaient sans doute pas pensé que l’on pourrait fuir par-là. Le professeur Livingston sera là également pour écarter les gêneurs et veiller à ce que personne ne s’en prenne à vous.
    Oui !

    Regarder son professeur lui brûlait les yeux à cause de la chaleur, et Natasha baissa bien vite les yeux sur l’ouverture, s’approchant pour jeter un œil en contrebas alors qu’Amara reculait pour ne pas la carboniser. Jaugeant la hauteur du plafond par rapport au sol, Natasha retourna en arrière en tâtonnant à l’aveuglette : elle palpa d’abord l’une des jambes d’Edward et un cadavre avant de trouver une table en bon état. Un raffut pas possible résonna dans la pièce lorsque Natasha se mit en tête de pousser la table vers l’ouverture, et elle la laissa ensuite tomber à l’étage du dessous. Cela permettrait déjà de gagner 1m30 de hauteur si tout le monde sautait de l’étage à la table avant d’atteindre le sol, et ça éviterait surtout les jambes brisées et don les personnes à porter. La table tomba en contrebas sur le côté – donc pas dans la position désirée – ce qui impliquait que la première personne qui descendrait devrait faire attention à sa réception au sol à ne pas se péter une jambe sur la table couchée.
    Natasha revint vers ses camarades :

    Il y a un trou. On descent à l’étage du dessous. Ya une table pour rendre la hauteur moins impressionnante. Et de là, on file. On sera guidés par Livingston…

    Le « professeur » avait sauté sous le coup du stress. Natasha dirigea ensuite le plus gros de ses camarades vers l’ouverture, avant de s’approcher de Vincent et Jubilee qui n’avaient pas bougé alors que les coups de feu reprenaient de plus belle :

    Ya un problème ? Je peux vous aider ?

    Elle n’avait entendu que quelques bribes de leur conversation, et elle détacha en quelques secondes le bandana qui servait à retenir ses cheveux relevés, le tendant à Jubilee en pensant qu’elle aiderait Vincent qu’elle savait blessé. A aucun moment elle n’avait compris que c’était Jubilee qui était blessée, mais dans les deux cas cela ne changeait rien : il fallait bouger de là et vite !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Edward Livingston
Humain

Nombre de messages : 261
Date d'inscription : 17/04/2010
Localisation : New York
Age du personnage : 32 ans
Pouvoirs : aucun
Profession : Détective (a son compte,peut aider la police ou Mars investigation)
Prof à l'institut Xavier
Points de rp : 231

MessageSujet: Re: Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )   Mar 9 Nov - 0:46

    Descendre avec les gamins pendant qu’Amara ouvrait la voix ? Mince, ce n’était pas vraiment ce qu’il avait prévu. Manquerait plus qu’il se casse une jambe ! Le pire c’est qu’il avait répondu « Pas de problème » tout de suite après qu’elle lui ai exposé ce plan. Super ! Trop malin ! Que des gamins se cassent une jambe s’était pas trop grave, après tout c’est pas comme si la plus part bossait pour payer leur loyer, alors que lui c’était le cas. Il se voyait assez mal sur le terrain d’une affaire à résoudre avec une jambe dans le plâtre et des béquille à chaque mains. Perspective peu réjouissante. Mais il se garda de ce genre de commentaire, surtout quand Amara était sous forme de Magma. Si il lui prenait l’envie de l’étrangler pour proférer ce genre de parole, il estimait son espérance de vie à moins de 2 minutes. Ce qui serait encore moins pratique pour résoudre des affaires. Finalement, une jambe cassée, c’était l’option la moins pire. En tout cas, jusqu’à ce qu’il trouve une autre idée.

    En tout cas la petite Natasha semblait prendre son rôle très à cœur, et elle le faisait à merveille. Si tous les élèves pouvaient avoir cette détermination et cet esprit, les choses seraient tellement plus simple et tellement plus proche de ce que le professeur Xavier avait chercher à créer. Ce fut là ces dernières pensées avant une série d’explosion qui le rendit sourd sur le coup, voir aveugle vu la lumière que ça dégageait. Merci à la fumée d’avoir amortie le tout. La lumière ne dura pas bien longtemps. Ce qui n’était pas le cas de ses oreilles bourdonnantes qui l’avait carrément désorienter durant un instant. Bordel, ça faisait un mal de chien ! Cela dit c’était sûrement une bonne idée. Il savait pas vraiment en quoi, mais ça avait du servir à quelqu’un alors… Passons.

    Le temps qu’il retrouve tous ses sens et voilà qu’Amara disait avoir fini son boulot et annoncer à Natasha que Livingston serait là pour leur éviter les fédéraux. Génial ! Trop heureux ! Il venait de passer du statut de prof à celui de garde du corps pour une bande gamin. C’était peut être le bon moment pour demander une augmentation, non ? Non, peut être pas finalement, il venait de s’imaginer à nouveau la gorge entre les mains d’Amara. Mauvaise idée. Bon et bien, allons aider les gamins alors.

    Il s’approcha du trou, toujours un peu à tâtons avec cette putain de fumée quand il sentit une main sur sa jambe. Le premier réflexe aurait été de shooter dans le tas, mais l’idée de frapper une gamine ne le tendait guère à vrai dire. La voix de Natasha confirma qu’il avait bien fait de ne pas céder à ce genre de pulsion. Bon état des lieux : la gamine avait balancée une table qui était tombée sur le côté. Du coup, si quelqu’un sautait, il gagnait une distance confortable, si toute fois il était capable de retomber en équilibre sur le bord de la table et que celle-ci ne bougeait pas avec le poids qui lui tombait dessus. Et Amara voulait vraiment qu’il descende en bas ? La poisse. Et cette gamine adorable – toujours ironique- qui confirmait à tout le monde qu’il allait les aider. Y a vraiment des choses qui ne se passaient pas comme prévu durant cette journée.

    « Bon est ce que l’un de vous peut s’amortir avec son pouvoir, ou est doué de plus d’agilité que la moyenne ? »
    « Moi M’sieur. »
    « Super, tu passes devant et tu regarde en bas si tu peux trouver quelque chose capable d’amortir la chute de tout le monde. »

    Aucune idée du nom du jeune homme qui venait de répondre, ni de sa mutation. Bien que celle-ci fut rapidement apparenté à de l’agilité vu qu’il retomba comme un chat sur le bord de la table sans même manquer son coup. Assez impressionnant. Dans la seconde qui suivit, il disparut à la vue de tous pour aller fouiller en bas à la recherche de quelque chose. Finalement il revint avec un tapis de combat, genre tatami, et il redressa la table sur ses quatre pied avant de mettre le matelas sur cette dernière. De quoi réduire l’écart entre le trou et le sol, et d’arriver sur quelque chose qui amortirait rapidement.

    Edward commença à aider certains élèves à descendre quand il vit Natasha un peu en retrait avec Jubilation et Vincent. Le groupe cherchant à être à part, mais ne faisant rien, cela attira sa curiosité et il désigna un élève pour aider les autres à descendre en attendant qu’il aille voir ce qui se passait avec le groupe de trois. A hauteur de tout le monde, il ne mit pas longtemps, malgré la fumée – la proximité aidant -, à voir la main de Jubilation. Bon il n’y avait pas besoin de cherche bien loin ce qui s’était passé, la mutation de Vincent était une des premières qu’on apprenait : ne surtout pas le toucher. Pour passer pas mal de temps sur des expériences diverses, Edward savait que le moyen d’arrêter de l’acide – en l’occurrence sulfurique pour sa connaissance – était de rester sous de l’eau tiède pendant 20 à 30 minutes. Sinon, ca continuait de ronger. Et même si elle passait sa main dans l’eau maintenant, elle risquait de garder une marque à vie.

    « Mademoiselle Lee vous devriez descendre immédiatement à l’étage inférieur. Vous y trouverait un robinet, mettez votre main sous l’eau tiède et je vous conseil de ne pas attendre. »

    Ok il n’avait absolument pas aimer les insinuations qu’elle avait pu faire, encore moins les idées qui s’en dégageait. Cela dit, c’était pas une raison suffisante pour ne pas lui dire de faire cela. Après elle faisait sa vie, mais au moins il aurait dit ce qu’il convenait de faire si elle voulait que ça s’arrête. A elle de voir. Il se redressa et retourna vers le trou pour reprendre la charge qu’il avait laisser à un des élèves et aida à faire descendre le reste des élèves de cette pièce.

    « Amara on a bientôt fini, j’vais descendre ça va aller ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sayan Mesmer
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 181
Date d'inscription : 13/04/2010
Localisation : Là où me mène mes pas
Clan : neutre
Age du personnage : 16 ans
Pouvoirs : Hypnose et lien psychique
Profession : Ancienne fille de la rue
Élève à l'institut
Points de rp : 108

MessageSujet: Re: Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )   Mar 9 Nov - 21:07

Sayan faisait bouger son équipe chaque fois qu'il réussissait leur coup, s'est à dire deux fois. Maintenant Eyes et Kynésio avait des gilet par balle, elle avait du sang qui coulait d'une éraflure à la tête, Kynésio semblait avoir un début de mal de tête dut à la sur-utilisation de ses pouvoirs, et ils étaient tous trois couvert de poussière des pieds à la tête, les yeux de Kynésio et de Mesmer brulait. Aucun d'eux n'avait de pouvoir combattant à proprement parler, mais il faisait une bonne équipe et dans le feu de l'action, Sayan comme les deux autres mutants avait mit de côté leur différence d'opinion pour survivre, se battre et avait été sommes toutes assez efficace, même si s'était trop lent au goût de l'orpheline. Le plus jeune n'était pas arrivé à l'institut durant les événements d'Alkatraz et si le plus vieux, Eyes, y avait participer, il n'avait rien d'un chef. Sayan non plus, mais elle survivait depuis si longtemps que s'était une seconde nature. Elle ne s'était même pas rendu compte des conséquence de la situation, étant automatiquement repasser dans son mode de pensé seconde par seconde. Elle vit soudain une forme se planté presque devant eux, mais Eyes mit la main sur elle pour lui montrer que s'était Natasha. Elle retint donc son coup pour posé doucement sa main sur l'épaule de la jeune fille.

"Oui?"

"Donnez-vous les mains, on s’en va ! Suivez-moi !"

Sayan hocha la tête et fit signe à Eyes et Kynésio de suivre la gamine, elle même se posta pour fermer la marche, Eyes juste derrière Natasha, essayant de lui éviter les objets, mais en mouvement il était incapable de projeter des images, puisqu'il devait se concentrer aussi pour voir et ne pas tomber. Il progressèrent donc lentement, avec heurt et chaos jusqu'au binôme suivant et ainsi de suite, jusqu'à arriver à Amara et Livingstone. L'un des mutants qu'elle ne connaissait pas se porta volontaire pour sauter en bas, préparant la voix pour les suivants. Elle s'avança alors, ne voyant personne d'autre, excepter Eyes, de plus vieux qu'elle proche du trou, suivit instinctivement par Eyes et Kynésio.

"J'y vais, je vais défendre la porte pour permettre à tous le monde de descendre."

Sa voix était dur et déterminer. Elle vit dans le regard de la professeure de l'appréhension, mais avant qu'elle ait pu montrer sa désapprobation d'un tel manque de confiance, la professeur hocha la tête, montrant ainsi son accord avec son plan, Sayan sauta alors dans le trou, se réceptionnant avec habitude sur le table matelasser.(éditer après message d'Amara) Elle avait l'habitude de fuir des bâtiments, même si ceux qu'elle avait fuit était désaffecter. Elle regarda rapidement la pièce, passant devant un évier pour rapidement mouiller un linge à proximité et se lava le visage, surtout les yeux, en se dirigeant vers la porte pour s'y poster ensuite devant la porte, prête à intercepter quiconque viendrait, la matraque prit au premier. Elle savait qu'ensemble ils avaient plus de chance de sortir du bâtiments, même si elle suggérerait, dès que tous serait à l'étage inférieur, de se séparer en petit groupe pour forcer les attaquant à se disperser pour tous les attraper. Au moins, il n'y avait pas de fumer à l'étage du dessous, elle pourrait utiliser ses pouvoirs pour ralentir les fédéraux qui tenteraient d'entrer dans la pièces.


Dernière édition par Sayan Mesmer le Mer 1 Déc - 7:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://broceliande.forumgratuit.org/forum.htm

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )   Ven 26 Nov - 22:21

La petite Natasha fit soudain son apparition, Jubilee dans le souci d’imposer le même haut-le-cœur à la gamine, cacha à demi sa main. Elle était gentille, trop naïve à cause de son âge mais gentille tout de même. Ce fut ensuite Livingston qui arriva, mon dieu s’étaient-ils passés tous le mot ? Jubilation savait sa faute, toucher Vincent, fallait être ailleurs quand même pour le faire. Justement, à ce moment là elle avait été ailleurs, à chaque fois qu’elle relâchait un peu sa garde il lui arrivait quelque chose, peut-être était-ce pour cela qu’elle restait continuellement sur la défensive… Une imbécile, voilà ce qu’elle était et cette main qui la tiraillait de plus en plus, non ce n’était pas tolérable. Ce fut Livingston qui, en bon professeur, il fallait l’admettre, lui indiqua la marche à suivre. De l’eau ?
Son regard qui avait bifurqué sur Edward se redressa finalement vers Vincent. Il n’avait rien dit. Etait-il seulement responsable de tout ça ? Non pas vraiment, pas du tout même. Un pouvoir ce n’était pas toujours un don, c’était là que la jeune femme réalisait la chance qu’elle avait. Il n’y avait pas une seconde à perdre, un lança un sourire furtif à son coéquipier du jour : « Ce n’est pas grave… », elle aurait tellement aimé le lui dire, hélas elle ne prit pas le temps de le faire et fonça vers l’ouverture. La peau de sa paume avait disparue, le suintement aussi d’ailleurs, en réalité on ne voyait plus grand-chose depuis que le sang s’était mis à couler.

Jubilation suivit donc Edward même si celui-ci ne lui avait pas indiqué de le faire. Au moins elle serait certaine de ne pas se tromper de côté, ce qui aurait pu arriver sous l’effet du stress et ce qui aurait aussi été une bien mauvaise chose pour sauver sa main. Elle vit Sayan sauter, pas le temps de penser davantage, elle fit de même. Elle protégea sa main comme elle put, elle sauta sur la table, manquant de se rattraper sur la mauvaise main. En bas des gens attendaient ceux qui descendaient, une bonne initiative puisque sans ça elle se serait retrouvée tête contre sol. Une fois descendue en un seul et même morceau, Jubilee s’enquit de trouver ce don Livingston avait parlé. Aucun robinet, mais une porte avec un bonhomme significatif, qu’importait, toilettes des garçons ou des filles, en ces circonstances elle s’en fichait pas mal. Elle courut donc en direction des toilettes, ouvrant la porte de son épaule, se ruant sur le robinet avant de faire couler l’eau de son autre main complètement catastrophée.
Son premier réflexe fut de la retirer immédiatement, ça faisait un mal de chien. Elle serra les dents, recommença l’opération une bonne dizaine de fois avant de la laisser une fois pour toute. Jubilation ferma les yeux, la vue de ces résidus de peau flasques sur les extrémités de la plaque sanglante lui donnaient envie de vomir. La douleur ne se tarissait pas, au contraire elle semblait redoubler et si Livingston avait faux ? Elle jeta un vif regard à l’état de sa main avant de refermer les yeux, au moins sa méthode avait le mérite d’avoir enlevé le sang. C’était drôle, une personne aurait pu se couper le bras que ça ne lui aurait fait qu’un mouvement de recule, là il s’agissait seulement de son corps et d’une brûlure (relativisons un peu) et elle aurait été prête à s’arracher le bras pour ne pas voir sa main. Les réactions sont parfois bizarres.

Combien de temps fallait-il qu’elle reste la main sous l’eau déjà ? Livingston l’avait-il dit ? Elle ne s’en souvenait plus… Elle regarda encore une fois l’état de sa main, le sang continuait de se diluer dans l’eau mais dans un sens c’était assez normal puisque passer une blessure sous l’eau la fait saigner… Cruel doute que voilà. La douleur s’était estompée, à tel point qu’elle ne savait plus si elle était causée par le jet contre sa ‘peau’ ou l’acide encore présent. Jubilee retira donc sa main, laissant l’eau couler, juste au cas où. Elle était restée quoi ? Cinq, dix minutes ? Faisant miroiter sa plaie avec la lumière du plafond, elle constata que le sang ne s’arrêtait toujours pas, fallait dire qu’elle n’avait pas fait grand-chose pour l’arrêter non plus. Elle sortit finalement des toilettes, la main droite en l’air comme pour la préserver de tout – idée stupide, pas vrai ?
L’infirmerie n’était pas très loin, si elle se dépêchait elle pouvait y parvenir avant que les dernières personnes ne soient descendues. D’un pas pressé, d’une part pour se rassurer et de l’autre pour ne pas mettre du sang par terre. En parlant de sang, il était net que sa chemise était bonne à mettre à la poubelle… Elle arriva enfin devant l’infirmerie, elle toqua, plus par espoir que réelle conviction, et entra : personne, fallait s’y attendre. Ce qu’elle cherchait ? Bonne question, n’importe quoi qui aurait pu aider à l’instant présent. Pour cette raison, elle fouilla les placards à la recherche d’objets quelconque mais ne trouva que quelques antibiotiques et d’autres « trucs » plus compliqués qu’elle n’avait pas le temps de déchiffrer ou d’essayer de comprendre. Elle s’arrêta finalement devant une boîte en métal accrochée au mur, la convention du genre sûrement il ne manquait plus que la petite croix rouge sur fond blanc pour tomber dans le cliché. Elle tenta d’ouvrir de sa main gauche mais la force lui manquant elle se munit d’un des pots à crayons – on fait avec ce qu’on a – comme levier. Bonne idée mais faute d’outil, elle l’abandonna et passa à la vitesse supérieure. Du bout de son doigt, elle généra une bulle qu’elle introduit à l’intérieur avant de la faire exploser pile au niveau de l’écartement ce qui lui offrit une prise plus grande, et surtout une ouverture plus aisée.
La secousse avant renversé pas mal de ce que contenait la boîte mais au final elle trouva quelque chose d’utile : du bandage. Se munissant du rouleau, elle en prit une quantité exagérée avant de se l’enrouler de manière rudimentaire autour de la main. Ca ferait l’affaire pour ce coup là, elle ferait mieux plus tard. Un peu trop serré, pas très bien mis, des couches inutiles mais au moins elle avait de quoi protéger sa blessure. Chose faite, elle quitta l’infirmerie puis retourna au niveau de la table à quelques mètres de là pour aider comme elle le pouvait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Vincent De Certo
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 05/07/2010
Localisation : Institut pour Jeunes Surdoués Charles Xavier
Clan : apprenti Xmen
Age du personnage : 22 ans
Pouvoirs : dissolution de la matière par contact et résistance à l'acide
Profession : Étudiant à l'Institut et mécanicien
Points de rp : 23

MessageSujet: Re: Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )   Mar 30 Nov - 19:50

Une rapide analyse de la situation permit à Vincent de constater que les choses ne se présentaient pas vraiment bien : ni lui ni Jubilee ne savaient d'où venaient les tireurs et pour arranger les choses la balle qu'il s'était prit lui avait cassé la clavicule . Le mutant n'avait pas perdu sa combativité pour autant , tant qu'il lui resterait un semblant de vie il continuerait à se battre pour ses frères d'armes . Il fallait qu'il trouve vite une solution si ils ne voulaient pas se faire tirer comme des lapins , sans compter qu'en absence de localisation précise des tireurs l'idée d'une diversion de Jubilee tombait à l'eau .

« J’peux pas Vincent… J’sais même pas d’où est venu le tir. On se taille d’ici, ça vaut mieux, si on a pas l’effet de surprise on a rien à notre avantage. »

"Bon on oublie le feu d'artifice , on a plus qu'à foncer dans le tas et croiser les doigts pour que ça passe .Si on joue serré on devrait pouvoir rejoindre les autres sans se faire trop allumer ..."

Les balles fusaient de partout mais heureusement Jubilee avait réussi à créer une diversion suffisamment efficace pour leur permettre de fuir sans trop de problèmes .Fuir n'était pas dans les habitudes de l'ex Morlock mais vu l'état de son épaule cela semblait être la solution la plus raisonnable , heureusement le trou qu'avait creusé Amara semblait être une issue de premier choix . Son épaule lui faisait un mal de chien mais il s'occuperait de réparer la casse plus tard. Les deux mutants arrivèrent tant bien que mal au point de ralliement , Vincent en profita pour attraper un lambeau de son T Shirt pour faire un garrot de fortune , évitant ainsi de se vider complétement de son sang. La douleur à l'épaule était secondaire par rapport à celle plus importante qu'il ressentait au niveau de son ventre , et lorsqu'il commença à cracher du sang il comprit très vite ce qui s'était passé. A cause de l'assaut des fédéraux il n'avait pas eut le temps de s'hydrater correctement et avec l'utilisation continue de ses capacités son organisme était en train de subir le contrecoup , si il ne buvait pas rapidement cela risquait vite de dégénérer pour lui ..
« Ca va ton épaule ?... »

"T'en fais pas , ça devrait aller "

Vincent voulait rassurer sa coéquipière mais l'expression de son visage le trahissait , enfin pour le moment le plus urgent était d'aider au maximum à mettre tout le monde en sécurité . Foutus fédéraux , avec tout ce boxon son contrôleur judiciaire n'allait vraiment pas apprécier . Enfin au moins tout le monde était sain et sauf pour le moment ..

Livingston et Amara menaient les opérations d'une main de maitre , ce qui rassura Vincent.Sans cette foutue balle dans l'épaule il aurait put se rendre plus utile , au lieu de ça il trainait la patte. Pour arranger les choses Jubiler l'avait touché et sa main avait déjà commencé à subir les conséquences d'un contact avec l'acide , elle avait beau le supplier d'arrêter ça il ne pouvait rien y faire . Le pouvoir de Vincent lui interdisait tout contact avec les autres , sa peau corrodait tout ce qu'elle touchait et même si il contrôlait un minimum une fois que l'acide avait commencé à faire son œuvre cela n'était plus de son ressort...

"Désolé j'aurais du te prévenir..."

Le ton de Vincent était navré , presque honteux . Si certains vivaient bien avec leur pouvoir celui de l'ex Morlock était un handicap permanent et il le subissait plus qu'autre chose , mais c'était comme ça et il n'y avait rien à faire alors il faisait avec et essayait au mieux de limiter la casse .Il espérait juste que la main de sa coéquipière ne serait pas trop endommagée mais même cela était hors de son degré de maitrise. Une gamine vint les rejoindre , demandant si elle pouvait aider .

"Tu devrais rejoindre Amara au plus vite , t'en fais pas pour nous on te suis, évites juste de me toucher ça pourrait te faire mal ..."

Vu l'âge de la gamine , il était inutile de l'affoler tant qu'elle ne le touchait pas tout devrait bien se passer . Vincent se dépêcha à rejoindre le reste du groupe , prenant garde à ne toucher personne . L'issue que leur avait ouvert Amara semblait sure , aussi il s'y engoufra après avoir vérifié que le champ était libre...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Amara Aquilla
Mutante de niveau 2
{ PNJ }


Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 21/08/2010
Localisation : Institut Xavier
Clan : Xmen
Age du personnage : 25 ans
Pouvoirs : contrôle du magma - peut s'en recouvrir, se recouvrir de flammes et générer des rafales de plasma.
Profession : professeur polyvalent à l'Institut Xavier
Points de rp : 25

MessageSujet: Re: Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )   Mar 30 Nov - 21:37

    Les coups de feu étaient nombreux et les élèves semblaient majoritairement pétrifiés par la peur. Heureusement, Edward avait eu la bonne idée d’utiliser la petite Natasha pour aller chercher tout le monde dans l’épaisse fumée. Elle avait même trouvé le moyen de s’approcher de Vincent et Jubilee qui ne semblaient pas en très grande forme et avait voulu les aider à sa manière mais n’avait guère pu comprendre le problème aussi rapidement qu’Edward, qui les rejoignit assez rapidement à quelques mètres du trou. La petite fille resta donc la main tendue avec son bandana, observant Jubilee disparaître dans la fumée sans même l’avoir pris.

    Tournant assez rapidement les talons sans avoir le temps de se montrer vexée, Natasha retourna près du trou et de ses camarades. Elle avait laissé tomber une table à l’étage inférieure sans songer au fait qu’en ne retombant pas dans le bon sens, la table pèterait les jambes d’à peu près tout le monde… C’est une fois encore Edward qui trouva une solution à ce problème, et un élève se porta volontaire pour descendre le premier en mettant en avant son agilité. La petite fille observa son camarade avec les yeux – rougis à cause de la fumée – brillants d’admiration et songea un instant que sans leurs deux professeurs tout le monde serait déjà probablement ou menotté ou avec du plomb dans le corps. Les élèves commencèrent donc à descendre en sautant directement sur la table redressée par leurs camarades, sous l’œil attentif de la petite Natasha.

    Amara avait donc demandé à Natasha de faire descendre tout le monde par l’ouverture en précisant qu’Edward serait avec eux à l’étage inférieur pendant qu’elle-même se chargerait de calmer cette unité d’assaut avec quelques jets de magma en fusion. Se sachant assez exaspéré que l’on déboule à l’Institut avec des intentions belliqueuses, Amara aurait tout aussi bien pu faire « fondre » l’intégralité du plancher de la salle si elle n’avait pas été capable de se maîtriser… Heureusement pour l’ensemble des personnes présentes, d’ailleurs. Lorsque Sayan déclara qu’elle comptait défendre la porte à l’étage inférieur pour empêcher quiconque de mettre en péril les élèves qui étaient descendus, ce n’est absolument pas le doute qui s’inscrivit sur le visage de la jeune femme (Sayan, merci de ne pas me prêter d’actions que je n’ai pas accomplies…), mais plutôt une certaine appréhension : Amara avait ouvert une porte de sortie, et rien ne permettait de déterminer si leurs assaillants avaient déjà compris que tout le monde était en train de se faire la belle. Ce qui impliquait que Sayan risquait de se retrouver potentiellement en danger en cherchant à protéger le groupe d’ici à ce qu’Edward descende lui aussi par l’ouverture. Un hochement de tête approbateur avait accompagné le départ de Sayan, démontrant ainsi que son initiative était certes dangereuse, mais appropriée et utile au groupe au cas où des assaillants arrivent par le couloir juste au-dessous.

    C’est un peu après le départ de Jubilee que Vincent conseilla à Natasha d’aller rejoindre Amara assez rapidement. Les yeux étaient complètement irrités par la fumée et elle peinait à distinguer son ainé malgré la faible distance qui les séparait. Partir et le laisser derrière ? C’était mort. Natasha avait un esprit d’équipe trop développé pour cela.

    Je t’attends.

    Pas de critique sur sa lenteur parce qu’elle savait qu’il n’était pas lent pour le plaisir mais qu’il était lent parce qu’il était blessé. Ils descendirent ainsi dans le trou et rejoignirent leurs camarades dans le couloir désert. Natasha avait failli manquer son atterrissage du fait de sa petite taille qui présentait un handicap par rapport aux autres adolescents, et c’est un camarade qu’elle n’eût pas le temps d’identifier qui la rattrapa fermement par le bras pour l’empêcher de se casser le nez en tombant de la table recouverte d’un matelas la tête la première directement sur le sol. Remerciant son sauveur, elle orienta un regard inquiet vers l’ouverture encore fumante pratiquée dans le plafond, espérant que les deux professeurs arriveraient bientôt pour que tous sortent rapidement…

    Amara avait transformé la salle de réunion en fournaise, augmentant encore et encore la température. Elle savait pertinemment qu’elle ne pourrait plus tenir bien longtemps si tout le monde ne se dépêchait pas de descendre par cette foutue ouverture, et lorsque cela arriverait elle représenterait une cible facile pour les hommes du commando puisqu’elle était en principe la dernière dans cette pièce. C’est au moment où sa peau incandescente semblait entrer en ébullition que’Amara remarqua la présence d’Edward, et la jeune femme eût un sursaut qui valut la projection d’une giclée de magma en fusion droit devant elle. Un hurlement se fit entendre et parvint même à couvrir le bruit des coups de feu l’espace de quelques secondes, alors qu’Amara considérait la question de son collègue en faisant en sorte de ne pas le brûler au 5ème degré…

    Ca va aller… Eloigne-les vite parce qu’il risque d’y avoir pas mal de dommages de ce côté-ci…

    Elle connaissait son pouvoir et ses aptitudes destructrices, ce qui expliquait pourquoi elle ne l’utilisait qu’en dernier recours. La jeune femme n’était absolument pas certaine de produire l’effet souhaité compte tenu de l’affaiblissement qu’elle sentait se répandre en elle à mesure que les minutes passaient. Elle avait déjà bien trop forcé et risquait de s’effondrer à n’importe quel moment… Après avoir laissé son collègue disparaître dans l’ouverture (j’anticipe un peu, sinon je ne vous rejoindrais jamais en bas xD !), Amara laissa son pouvoir échapper à tout contrôle et deux boules de magma incandescent se formèrent dans ses mains avant d’être expédiées à l’aveuglette dans la fumée ambiante. Prenant quelques secondes pour laisser passer un début de tournis, elle fonça droit devant elle en laissant enfler les flammes qui l’entouraient. Un homme eût la malchance de se trouver sur son chemin, et son corps fut réduit en cendres en une fraction de secondes sans qu’Amara ne puisse y faire quoi que ce soit. S’en suivit une attaque collective au couteau qui se solda par la carbonisation de trois soldats sans qu’encore une fois la mutante n’ait prévu de tuer tous ces types. Elle détestait tuer, mais malheureusement elle n’avait pas un pouvoir qui permettait de faire des chichis…

    Au centre de la pièce, la mutante étendit les bras parallèlement au sol de chaque côté de son corps. Un ultime hurlement lui échappa, et la pièce fut traversée par plusieurs jets de magma en fusion charriant des morceaux plus ou moins gros de magma solidifié. Il y eut sans doute pas mal de blessés, mais Magma espéra ne pas avoir tué tout le monde parce que des blessés pourraient toujours être utiles à interroger par la suite… Lorsque ses pouvoirs cessèrent de fonctionner, la jeune femme fit volte-face et courut en direction du trou. La fumée n’était pas très utile pour se repérer de manière convenable, et également du fait de l’extinction progressive de son pouvoir, Amara perdit l’équilibre au bord du trou et tomba assez lourdement sur le matelas empilé par Edward sur la table. Parce qu’elle n’avait pas encore eu totalement le temps de refroidir, le matelas s’enflamma presque instantanément alors que la jeune femme se relevait en soupirant de manière très visible malgré sa forme actuelle. Epoussetant ses bras pour en faire chuter le magma qui refroidissait progressivement en formant une croûte rougeâtre, Amara rejoignit les élèves…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Edward Livingston
Humain

Nombre de messages : 261
Date d'inscription : 17/04/2010
Localisation : New York
Age du personnage : 32 ans
Pouvoirs : aucun
Profession : Détective (a son compte,peut aider la police ou Mars investigation)
Prof à l'institut Xavier
Points de rp : 231

MessageSujet: Re: Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )   Mer 1 Déc - 16:16

    L’espace d’un court instant, Edward se demanda si il n’était pas encore sous l’effet d’une substance qu’il avait inventé. Pas vraiment illégal, vu que c’était une invention… Quoique certains composants pouvaient l’être. Bref, Jubilation accepta ce qu’il venait de lui dire – lui, le simple humain – sans même chercher à entrer dans le conflit. C’était carrément étonnant ! Enfin il n’allait pas s’en plaindre et puis, de toute façon, c’était sa main, à elle, qui était en train de se dissoudre sous l’acide de Vincent. Tout le monde suivait le mouvement donné par la petite Natasha et Edward avait informé Amara de l’avancée des choses. D’ailleurs il avait eu un mouvement de recul vu qu’on moment de lui parler, elle avait laisser échapper une vague de lave. Amara était le genre de personne à ne pas prendre par surprise et encore moins à énervé. Bien que… Il se faisait toujours une joie de faire l’un ou l’autre pour savoir comment fonctionnait son pouvoir, qu’il trouvait fascinant.

    Mais le sujet n’étant pas là pour l’instant, il prit en compte la phrase d’Amara qui consistait à se dépêcher de descendre parce que cette salle allait connaître de très mauvaises minutes. Et m… ! Lui qui comptait faire son signe de main avant de sauter pour ne pas avoir à le faire, c’était foutu. Arrêter tout ce qui était en train de se passer maintenant c’était du suicide. Manquerait plus que le décor disparaisse et qu’Amara crame tous les élèves qui seraient, comme par magie, tous revenu à côté d’elle. Déjà qu’il imaginait se faire passer un savon pour cette simulation alors, si en plus, tout le groupe d’élève venait à mourir, il en entendrait parler pendant des lustres. Ce qui, honnêtement, ne le tentait pas vraiment. Pas envie d’avoir à passer des heures à se justifier pour un truc qui a malencontreusement mal tourné.

    Du coup, et de mauvaise grâce, il descendit le dernier. En bas, les élèves s’organisaient déjà, dont Sayan qui était prêt de la porte pour l’arrivée éventuelle de fédéraux, et Jubilation avec un bandage tout propre. Alors il aurait pu prendre les choses en main, donner des directives et tout le bordel, mais vu la fin imminente de cette simulation, il trouvait que c’était une perte de temps impressionnante. Ayant atterri sur le matelas, il s’était allongé dessus, les deux mains sous sa tête et les yeux rivés sur le trou de la pièce au dessus. Quitte à ce que cette expérience soit amusante autant se divertir en voyant les couleurs orangées que pouvait produire Amara quand elle libérait la totalité de son pouvoir. Carrément intéressant, plus que de donner des directives qui ne serviraient à rien.

    Les couleurs que pouvaient produire Amara avec son pouvoir diminuèrent et, Edward comprit qu’elle en avait fini. D’un mouvement rapide, il se redressa et se plaça à côté de la table contenant le matelas pour voir, quelques secondes après, Amara sauter par le trou qu’elle avait elle-même créé. Son arrivée sur le matelas fut même assez remarquée vu qu’il prit feu presque sur le coup, alors que le corps d’Amara formait ces croûtes propres à son pouvoir. Elle se dirigea ensuite vers les élèves, suivit par Edward qui en profita pour retirer sa veste. Une fois que tout le monde fut regroupé, il leva son bras droit, signe pour Logan de stopper cette simulation.

    Le décor disparu rapidement pour laisser tout le monde dans un bulle de métal. Pour ceux qui avait déjà été faire un tour en salle de simulation, ils ne mettraient pas longtemps à reconnaître cet endroit caractéristique. Le seul moyen pour que personne ne se doute de rien avait été de transporter tout le monde, dans la salle, durant la nuit alors, bien sur, tout le monde se retrouvait avec leur tenue qu’ils avaient enfilés avant de se coucher. Le bandage de Jubilation, qui venait de la simulation disparu, mais pas sa blessure. Tout comme celle de Vincent. Edward profita du silence général, du à l’étonnement plutôt général de ce changement de situation, pour prendre la parole.

    « Vous avez tous été emmené ici durant la nuit afin de savoir comment vous pouviez réagir en cas de problème, sans que vous puissiez que cela était une simulation. Avant que vous ne posiez des questions ou que vous vous indignez de ce qui a pu se produire je vais demandé à Jubilation, si elle le veut bien, d’aller à l’infirmerie pour s’occuper de sa main rapidement. Pareil pour Vincent, une équipe à l’infirmerie est prévenue pour que vous soyez rapidement prit en charge. »

    Risquer des blessés, voir des morts, pour une simulation pouvait paraître franchement excessif. Mais pas pour Edward, qui était partit du principe, avec l’aide de Logan, qu’il était tant de bouger les choses et de juger la manière dont les élèves pouvait réagir en cas de problème. A y regarder de plus près, Edward n’avait pratiquement rien fait, s’était très peu battu, sa priorité ayant été d’observer les décisions prises et les erreurs qui auraient pu être commises. Pour ce qui était de son avis, de son analyse, il n’avait aucun souhait de le partager avec les élèves, il gardait donc tout cela pour la réunion qui suivrait forcément avec les professeurs. Une chose était certaine c’est qu’ils n’étaient que deux à être au courant de cette simulation, Logan et lui, même les profs n’étaient pas dans la confidence. Beaucoup trop auraient jugés ça trop dangereux, sauf qu’il était temps d’arrêter de couver ces gamins. La preuve, il n’y avait même pas un mort. Plutôt encourageant, non ?

    « Pour ceux qui auraient des questions, je vous invite à les formuler un peu plus tard au professeur de votre choix. »

    Il se tourna vers Amara pour lui tendre sa veste. Son pouvoir étant plutôt ennuyant une fois qu’il se stoppait et que les croûtes de magma s’effritait. Ce n’est pas comme si elle portait des vêtements anti lave à longueur de journée. Il attendit qu’elle puisse l’attraper, et quitta le simulateur laissant les élèves aller à l’infirmerie, ou aller se remettre de leur émotion ou… Bref, ils étaient grands, ils pouvaient faire leur vie. Lui, la direction qu’il prit, fut dehors. Besoin de se fumer une clope et de se préparer aux retombés que tout cela pouvait avoir. Logan et Lui risquaient de passer un sale quart d’heure, mais ça passerait bien vite. Après tout, tout s’était bien passer hormis quelques blessures. Mais avant de quitter la salle de simulation, il se tourna une dernière fois vers les élèves.

    « Natasha… Très bon boulot ! »

    Il lança un ultime clin d’œil et quitta définitivement la pièce en songeant qu’il achèterai bien une paire de lunettes infra rouge à la gamine, pour qu’elle puisse avoir une sorte de trophée de ce qu’elle avait pu accomplir ici, dans une simple simulation sans savoir que s’en était une.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sayan Mesmer
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 181
Date d'inscription : 13/04/2010
Localisation : Là où me mène mes pas
Clan : neutre
Age du personnage : 16 ans
Pouvoirs : Hypnose et lien psychique
Profession : Ancienne fille de la rue
Élève à l'institut
Points de rp : 108

MessageSujet: Re: Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )   Mer 1 Déc - 18:59

Sayan se tenait devant la porte, dans le feu de l'action, sa vrai nature avait repris le dessous et si elle se disait en elle-même que ce n'était que pour survivre, qu'elle avait plus de chance de survie avec le groupe, elle se mentait à elle-même, comme elle le faisait depuis des années en tentant de refouler son altruisme. Elle entendit quelqu'un d'autre sauter sur le matelas, mais ne se détourna pas de la porte. Elle ne se pensait pas en sécurité juste parce qu'ils avaient changer d'étage, si il avait put se rendre jusque dans la classe qui pouvait savoir combien ils étaient et surtout où? Elle ne prendrait pas se risque, elle était encore en vie aujourd'hui parce qu'elle faisait toujours son possible pour prévoir le pire, et si certain la traitait de pessimiste, au moins elle était toujours prête si il arrivait quelque chose, même imprévu.

La chaleur augmenta encore, bien que se devait être minime à comparé de ce qui devait se passé en haut, la chaleur ayant tendance à monter plutôt qu'à descendre, Sayan se concentra encore plus sur la porte, qu'elle avait d'ailleurs entrebâiller pour pouvoir voir un peu à l'extérieur.

Soudain, tout disparu, pour elle qui n'avait pas encore eu droit à une simulation, se fut un choc et elle se retourna d'un bloc, sur le qui-vive, prête à en découdre avec ce qui s'était passé, se faisant, elle remarqua que le professeur avec une main dans les airs et son veston dans l'autre, en même temps qu'elle remarqua les pyjama, habit de nuit et autre sur les élèves, contrairement à certain qui devait certainement avoir honte de leur habit, elle n'était pas en pyjama, on lui en avait prêter, mais elle préférait être toujours prête et avoir des vêtements la nuit. Elle ne comprenait rien à ce qui se passait, mais avait l'impression d'avoir été dupé. Pourtant, elle resta silencieuse, hors de question qu'elle fasse encore un éclat, pas sans savoir ce qui avait justifié cela et où elle était.

Elle s'adossa donc au mur qui était maintenant derrière elle pour écouter l'explication de Livingstone, qui pour elle faisait du sens. Cela la fit réfléchir. Elle avait aimé se sentir utile, elle s'était senti plus vivante que jamais en dirigeant son trio et en gardant la porte pour que les autres ait le temps de fuir sans se faire attaquer, elle s'était senti faire parti de quelque chose durant la simulation et le fait que se soit une simulation, pour elle, n'enlevait pas grand chose à la situation. Elle était du genre à approuver se genre de mesure extrême, même si elle ignorait que c'était possible, et elle espérait un jour pouvoir faire quelque chose du genre avec ses pouvoirs, elle trouvait étrange de n'avoir pas eu plus de ressenti dans ses rêves et se dit qu'ils avaient du être droguer pour le transport. Sauf qu'elle ignorait comment revenir. Mais la n'était pas la question, elle avait vu ce qu'elle avait fait, elle l'avait fait pour survivre, mais ne pouvait se mentir sur ce qu'elle avait ressenti, ce n'était pas dans ses habitude de se voiler la face. Elle était donc devant un choix, travailler sur ses faiblesses ou accepter ses sentiments comme une force différente. Pour une solitaire comme elle, qui avait vu presque toutes les personnes avec qui elle s'était lier mourir, et il n'y en avait pas eu tant que cela, c'était difficile, difficile d'admettre qu'elle avait une tel faiblesse, d'admettre qu'elle voulait un foyer, qu'elle voulait se fixé. C'était dur d'admettre qu'elle puisse s'inquiéter pour d'autre, qu'elle puisse vouloir faire quelque chose pour un monde qu'elle avait longtemps méprisé.

Elle regarda le professeur quitter la pièce après avoir couvert Amara avec son veston, remarquant le rengorgement de la plus jeune du groupe aux passage du professeur, mais aussi ses yeux rougit. Ils devaient tous avoir les yeux un peu irrité, mais la petite semblait pire que les autres, sans doute à cause de son âge. Sayan poussa un discret soupir en voyant que la petite attendait que les autres partent et s'approcha gentillement d'elle, du moins autant qu'elle pouvait le faire.


"Tu devrait aller à l'infirmerie pour tes yeux, sinon tu risque des problèmes."

C'était un peu directe, mais Sayan ne mettait pas souvent des gants blanc et si le ton était plus doux qu'à son ordinaire, d'autant qu'elle aimait bien la petite, il y avait quelque chose en elle qu'elle reconnaissait. Sayan aurait sans doute pu être comme sa si la vie avait été un peu moins dure avec elle, il y avait une force chez Natasha que Sayan avait aussi, une force d'indépendance, mais qui était tempéré par un plus fort altruisme chez la plus jeune.
Revenir en haut Aller en bas
http://broceliande.forumgratuit.org/forum.htm

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )   Sam 4 Déc - 13:31

Le stress commençait à retomber, quelque chose de normal, ils étaient presque tous tirés d’affaire. Finalement, et malgré les accidents de parcours, ils s’en étaient plutôt bien sortis. Prendre le temps de souffler aurait été une erreur, ne jamais rabaisser sa garde, toujours être prête, voilà ce qui faisait de Jubilation ce qu’elle était. Cependant le stress laissa place à une émotion encore plus contrariante… Tout disparut dans un éclat et, lorsque la jeune femme rouvrit les yeux après les avoir fermé par réflexe, plus rien. Non, plus rien du tout. Plus de feu, plus d’étage, plus de couloir, plus rien. Ce vide emplissait son cœur qui se mit à peser lourd dans sa poitrine. Elle était en colère, en colère contre ce qui n’était pas, ou plutôt ce qui n’était plus. Elle regardait autour d’elle, perdue et contrariée. Une simulation ? Elle avait mis sa vie en jeu dans une simulation ? Tout ce qu’ils avaient vécu avait été un simple entraînement surprise ?
Elle regarda en l’air, cherchant de sa position une chose indéfinie. Elle n’eut pas le temps de discerner quoique ce soit, non, elle venait de réaliser avec stupeur qu’elle s’était retrouvée en pyjama, comme la majorité des autres élèves. Comment ? Depuis quand exactement était-elle rentrée dans le simulateur ? Jubilation craignait de perdre la mémoire, non, elle se rappelait parfaitement s’être lavée, habillée ce matin et d’être allée à cette réunion. Impossible que ça ce soit faussé par le simulateur. Son regard se dirigea vers Edward quand celui-ci prit la parole. Ce qu’elle entendit faillit la faire tomber à la renverse. La nuit ? Comment avaient-ils pu transporter autant de personnes sans en réveiller une seule ? S’il y avait une taupe en mode god-like qui se permettait de plonger tout le monde dans le comas ou un truc du genre… Non, mieux valait qu’il n’y ait rien de tel sinon ça allait barder.

Lorsque Livingston eut fini ses brèves explications et ses conseils – qu’elle était, par raison, bien obligée de suivre – elle adressa un regard agacé à Vincent. Partageait-il la rancœur qu’elle éprouvait ? Au-delà de la main qu’elle s’était blessée pour rien, Vincent, lui, avait mis la barre très haute. Ils auraient dû arrêter la simulation et ne pas faire souffrir inutilement son coéquipier, c’était cruel de leur part. Ce fut lors de ce regard qu’elle vit que le ventre de Vincent était lui aussi sanglant malgré le fait qu’il soit lui aussi déshabillé comme les autres. Les blessures étaient réelles, comme toujours, sauf que cette fois ils n’avaient pas lésiné sur les moyens pour faire rentrer les élèves dans leurs derniers retranchements. C’était dégueulasse de faire ça, vraiment.
Ca leur faisait à tout deux une belle jambe d’être amenés à l’infirmerie. Pour elle ce n’était pas si grave que ça, elle s’inquiétait vraiment pour Vincent. Être blessé par balle ce n’était pas rien, un peu de malchance et des complications pouvaient vite faire leur apparition. Elle regarda sa main, plus de bandage, simulation oblige… L’intérieur de sa paume était brûlé, ça ne faisait aucun doute. Allait-elle garder une trace de cette mésaventure ? Sûrement, avec le temps ça partirait… Quoique… Elle verrait ça à l’infirmerie, hors de question qu’elle laisse Vincent y aller seul de toute manière. Il était grand, tout comme elle, mais elle ne pouvait se résigner à l’abandonner de la sorte, pas après le coup qu’on leur avait fait.

« Désolé, j’aurais dû te prévenir… », elle se rappelait soudain les dires de Vincent comme s’il venait de les redire. Ce n’était pas sa faute, elle ne pouvait s’en vouloir qu’à elle-même, elle n’aurait jamais imaginé que l’acide qu’il produisait pouvait être aussi corrosif. Il était tant de pardonner, pardonner à Vincent, à Livingston, pardonner un peu à tout le monde même si elle continuait de s’en vouloir. Elle réalisait que malgré ses airs de filles distantes il restait de la place pour les autres dans son cercle privé, elle se garderait de le crier mais cette vérité lui apporta de l’assurance. Pardonner, oui, mais elle n’oubliait cependant pas le coup qu’on leur avait fait, cet entraînement resterait une preuve qu’on ne pouvait pas faire confiance à un organisme qui, à l’évidence, conspirait sans cesse. Jubilee n’avait pas vu Wolverine, dans un sens c’était mieux ainsi, si elle avait appris sur l’instant qu’il faisait parti de ce projet scandaleux elle n’aurait plus répondu de rien, main brûlée ou non.
Il était temps d’aller soigner ces blessures maintenant, Jubilation et Vincent étaient loin d’être les seuls à avoir été blessés durant l’entraînement, même si à priori Vincent semblait être l’un des plus graves. La jeune femme s’avança vers Livingston, elle ne pouvait s’ôter de la tête qu’il était un être abjecte, complètement décalé et ô combien détestable. Il était clair que la conspiration pouvait venir de lui, évidemment elle n’avait rien pour le prouver mais Livingston passait auprès de beaucoup comme un extrémiste, ce qui n’était parfois pas une si mauvaise chose :


    - « Merci… »


Ce n’était pas grand-chose, à peine un mot, une formule, rien en somme et pourtant elle le lui devait. Il avait beau être odieux par moment, elle ne pouvait pas lui enlever certaine qualité comme cette sorte de paternalisme envers Natasha ou encore l’attention qu’il pouvait porter à Magma. En parlant d’elle, à peine Jubilee eut-elle fini que Livingston lui proposa sa veste. Oui, il avait des qualités, même s’il semblait en avoir moins que des défauts.

La jeune Lee retourna auprès de Vincent, faire des allers et retours dans le simulateur n’était pas forcément recommandé, et pour ainsi dire mieux valait ne pas perdre plus de temps. Selon le professeur une équipe était déjà prévenue, ça leur aurait coûté quoi de venir chercher un blessé par balle ? Il y avait des choses qui lui échappaient complètement, ce n’était pas aux élèves ni aux professeurs de déplacer les accidentés. S’improviser infirmière n’était pas son occupation favorite mais en ces circonstances il le fallait bien. Proche de Vincent, elle n’osa pas le toucher, son pouvoir était-il encore actif ? Elle ne connaissait pas les signaux qui permettaient de le savoir alors, dans le doute, elle le lui demanda. Faire la même erreur dans la même journée aurait été stupide :


    - « On y va ? proposa-t-elle, insinuant de par la même de l’aider. »


Quelle que soit sa réponse, elle l’accompagnerait, en l’aidant ou non. Même après ces quelques minutes de temps mort, elle ne pouvait toujours pas le laisser seul, pas avec une épaule dans cet état et son abdomen ensanglanté. C’aurait été irresponsable de sa part de le laisser déambuler seul dans les couloirs. Elle n’était, certes, pas la personne la plus à même de l’aider mais son problème à elle pouvait attendre, pas celui de Vincent.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Vincent De Certo
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 05/07/2010
Localisation : Institut pour Jeunes Surdoués Charles Xavier
Clan : apprenti Xmen
Age du personnage : 22 ans
Pouvoirs : dissolution de la matière par contact et résistance à l'acide
Profession : Étudiant à l'Institut et mécanicien
Points de rp : 23

MessageSujet: Re: Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )   Dim 5 Déc - 13:40

Vincent avait réussi à rejoindre le reste du groupe , non sans trainer la patte à cause non seulement de sa blessure mais aussi du contrecoup de l'utilisation continue de ses capacités. Pour arranger les choses , la gamine qui était à ses côtés avait refusé de le laisser derrière pour se mettre à l'abri . Bon quelque part c'était positif car cela démontrait un esprit d'équipe mais il était hors de question pour l'ex Morlock de mettre ainsi en danger Natasha,selon lui c'était aux anciens de protéger les plus jeunes et pas l'inverse .

"Hors de question que tu m'attendes , tu rejoins les autres au plus vite et sans discuter . Si tu restes avec moi , je risque de te ralentir et vu la situation je vais pas risquer la peau d'une gamine pour ma carcasse..T'en fais pas pour moi , c'est pas une bastos dans l'épaule qui va m'empêcher de rejoindre le reste du groupe..Allez files!!!!"

Le ton de Vincent était encore plus brusque que d'habitude mais il n'avait pas le temps de prendre de gants avec la gamine , aussi volontaire soit elle . Bon OK il n'était pas au top de sa forme et dans cet état il faisait une cible assez facile , mais il ne comptait être un poids mort pour l'équipe . De toutes manières vu qu'il avait déjà trop forcé , autant y aller pour de bon au moins ça ne serait pas pire que de compter les jours comme il le faisait . Il attendit que Natasha ait évacué pour sauter à son tour dans le trou .

L'acide avait complétement recouvert son corps , laissait apercevoir une mince pellicule translucide . Quelques gouttes tombaient régulièrement sur le sol le rongeant superficiellement . Vincent était resté près de l'issue pour deux raisons , d'abord pour s'assurer qu'Amara allait effectivement rejoindre le reste du groupe mais aussi au cas ou leur assaillants auraient réussis à les suivre auquel cas il aurait put leur opposer le maximum de résistance dont il était encore capable..Heureusement l'arrivée d'Amara lui fit comprendre que tout c'était bien passé aussi il se décida enfin à rejoindre le reste du groupe ..

Son ventre lui faisait de plus en plus mal et le mutant était à présent à quatre pattes en train de vomir du sang, il avait vraiment trop forcé . Il allait se relever quand tout disparut , il lui fallu un certain temps pour comprendre ce qu'il s'était passé . Tout ça avait été une simple simulation , un entrainement surprise quoi . D'ailleurs les explications de Livingston confirmèrent les soupçons de l'ex Morlock. Certains étaient indignés à l'idée que leur vies avaient été ainsi mises en danger pour un simple entrainement .Non mais ils croyaient quoi ? Si ça avait été un véritable assaut les conséquences auraient pu être dramatiques . Décidément certains avaient du mal à comprendre qu'ils étaient en guerre et qu'à ce titre tout entrainement surtout les plus extrêmes étaient autant d'opportunités à saisir pour se préparer à un véritable assaut .

Même si il souffrait le martyr Vincent comprenait parfaitement les raisons qui avaient put pousser les responsables de l'Institut à organiser tout ça , la survie ça s'apprend sur le terrain et ceux qui s'indignaient de ces méthodes seraient surement bien contents d'avoir eut cet entrainement le jours ou les fédéraux attaqueraient pour de bon...

Finalement Vincent rejoignit Jubilee pour aller à l'infirmerie , le seul hic était que l'acide avait quasiment rongé tous ses vêtements ....
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Amara Aquilla
Mutante de niveau 2
{ PNJ }


Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 21/08/2010
Localisation : Institut Xavier
Clan : Xmen
Age du personnage : 25 ans
Pouvoirs : contrôle du magma - peut s'en recouvrir, se recouvrir de flammes et générer des rafales de plasma.
Profession : professeur polyvalent à l'Institut Xavier
Points de rp : 25

MessageSujet: Re: Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )   Dim 5 Déc - 16:57

    Natasha avait été accueillie assez vivement par Vincent lorsqu’elle avait expliqué qu’elle l’attendait parce qu’elle ne souhaitait pas le laisser seul en arrière, et la petite avait déguerpi assez rapidement tout en jetant régulièrement des coups d’œil derrière elle pour s’assurer que Vincent suivait toujours. Elle atterrit sur le matelas comme une plume du fait de sa petite taille, et s’écarta tout en fixant l’ouverture pratiquée dans le plafond en espérant que Vincent ne tarderait plus à rejoindre le groupe…

    Emergeant du brasier qu’elle avait créé en tombant sur le matelas environ deux minutes plus tard, Amara chassa quelques croûtes de magma résiduelles de l’utilisation de son pouvoir pour éviter les chutes de lave solidifiée sur les pieds des élèves ou même de son collègue lorsqu’elle s’approcherait d’eux. Se débarrasser de ces protubérances croûteuses permettait de faire redescendre plus rapidement la température de son corps, et ainsi pouvoir s’immobiliser aux côtés d’Edward alors qu’elle comptait silencieusement les élèves pour s’assurer qu’il ne manquait personne. Tout le monde était là, et en dehors de Vincent et Jubilee, personne ne semblait être trop gravement blessé… Son cœur se serra à cette idée, mais le principal était que personne ne soit mort sur le coup ou n’ait été attrapé. Elle s’occuperait des blessés lorsqu’ils seraient tous à l’abri. Mais pourquoi plus personne ne s’agitait et pourquoi Edward était-il aussi immobile tout à coup ?

    Il était vrai que son collègue était un peu particulier et avait un donc difficile à remettre en question pour réagir de la manière la moins attendue, mais que faisait-il avec un bras droit levé de cette manière ? Ce n’est que lorsque le décor commença à s’effriter que Magma prit conscience que tous se trouvaient en réalité dans le Simulateur de l’Institut où elle avait déjà passé bien trop d’heures à essayer de contrôler son pouvoir sans provoquer d’éruption volcanique dans la foulée. Bien vite, il ne resta plus que le petit groupe dans une vaste salle entièrement vide, et Edward expliqua que tout ceci n’avait été organisé que pour pouvoir mettre tout le monde à l’épreuve. Il conseilla à Jubilee et Vincent d’aller à l’infirmerie au plus vite, et Magma posa son regard soucieux sur eux en songeant l’espace d’un instant qu’ils auraient très bien pu subir de plus graves dommages au cours de cette simulation… Pas une seconde elle ne se demanda comment tout le monde avait été transporté ici sans s’en rendre compte. Pas une seconde elle ne songea à rentrer dans le lard de son collègue pour avoir organisé – avec un complice, puisque le simulateur s’était arrêté à son ordre – quelque chose d’aussi dangereux sans même prendre le temps d’en informer le Conseil ou de l’informer elle… Ce qu’elle considéra en revanche, ce fut le fait que les élèves n’étaient pas tous prêts à affronter une situation qui pouvait se produire n’importe quand si Magnéto et ses sbires continuaient de poser des bombes à droite et à gauche et d’assassiner des Sénateurs… Alors oui, Amara était inquiète parce que cette simulation avait permis de mettre en lumière les faiblesses des élèves malgré l’entrainement qui leur était fourni depuis leur arrivée à l’Institut. N’importe qui pouvait mal réagir face à une situation stressante, et il fallait apprendre à composer avec chaque individualité pour pallier à ces inégalités…

    Edward ne fournit pas d’explication sur cette simulation surprise, et invita les élèves à poser leurs questions au professeur de leur choix. Ce qui impliquait que cela pouvait être à lui directement comme à Amara ou à n’importe quel autre professeur dans l’hypothèse où tout le monde ait été un jour mis au courant de cette simulation… Amara resta complètement interdite lorsqu’un silence pesant s’installa dans le Simulateur, parce que visiblement personne n’avait la moindre question à poser. L’un de ses pieds menaça de s’embraser de nouveau, alors elle le fixa avec une assez mauvaise humeur, imposant à son membre de retrouver un état normal alors qu’elle achevant de faire tomber le magma refroidi qui la gênait dans ses mouvements. Elle ne conservait effectivement pas sa combinaison ignifugée en permanence, mais cette dernière était faite dans un matériaux qui limitait l’agglutinement de magma en cours de refroidissement sur elle, la préservant de mouvements chaotiques ayant pour but de le chasser et facilitant le refroidissement global de son corps. Lorsqu’elle eût terminé, Edward lui tendit sa veste et Amara mit quelques secondes avant de réaliser que si elle continuait à ôter tout le magma superflu, elle finirait complètement nue devant tout le monde, et elle attrapa la veste de son collègue avec un certain empressement, le remerciant à voix basse d’avoir songé à protéger le peu de dignité qu’il lui restait.

    Un peu plus loin, Natasha se frottait les yeux de manière assez vive, semblant un peu plus gênée à mesure que les secondes s’écoulaient. Sans doute faisait-elle une allergie aux fumigènes utilisés par le commando, mais la petite ne voyait pas comment un élément faisant partie d’une simulation pouvait provoquer de telles démangeaisons. Ce n’est que lorsqu’elle remarqua que Vincent et Jubilee étaient toujours blessés qu’elle constata que si certaines choses restaient dans la simulation, d’autres restaient en place une fois que tout le monde était revenu dans la réalité… Natasha ne remarqua pas qu’Edward avait bougé pour rejoindre la sortie avant qu’il ne la félicite et ne lui adresse un clin d’œil, et la petite n’eût qu’une seule réaction suite à cela : elle ne se rengorgea absolument pas parce que ce n’était pas son genre, mais ne p s’empêcher de rougir parce qu’elle ne s’était pas attendue à recevoir un compliment pour avoir simplement fait de son mieux dans une situation critique. Cela dit, cela lui faisait vraiment plaisir de recevoir ce compliment de la part d’Edward, parce qu’il était sans doute le professeur le moins disposé à compliment un élève lorsque cela n’était pas justifié…

    Natasha cliqua à plusieurs reprises des yeux et recommença à les frotter, jusqu’à ce que Sayan ne la rejoigne et ne lui conseille d’aller rapidement à l’infirmerie pour éviter quelques soucis. La petite acquiesça et adressa un sourire à Sayan, posant ses yeux rougis sur elle :

    Je vais y aller. T’es pas blessée, toi ? Tu veux pas venir à l’infirmerie pour qu’on soit sûrs que t’as rien de grave?

    En vérité, Natasha aurait bien voulu que quelqu’un l’accompagne à l’infirmerie parce qu’elle n’était pas certaine de pouvoir y arriver toute seule. Elle avait agi sous le coup de l’adrénaline, avait même provoqué la mort d’un homme bien malgré elle, et à présent ses nerfs se relâchaient et la laissaient complètement perdue. Elle aurait bien voulu poser toutes les questions qu’elle avait en tête à Amara, mais pour le moment elle préférait de loin que quelqu’un s’occupe de ses yeux qui la démangeaient…
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )   

Revenir en haut Aller en bas
 

Des réunions dont on se passerait bien ( groupe 2 - fini )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men Extended :: QUARTIERS GENERAUX :: Manoir des Xmen :: le manoir :: Couloirs :: Simulateur-