Partagez | 
 

 L'examen [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Tonho Minase
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 30/05/2009
Clan : apprenti Damné
Age du personnage : 21 ans
Pouvoirs : Minase dispose de la faculté de connaitre les peur les plus profondes des gens. . Enfin par un simple contact visuel ,jusqu'à 5 mètres,il peut créer une illusion dans l'esprit d'une personne. Agissant au niveau des neurotransmetteurs , cette dernière plonge la victime au cœur d'une hallucination où ses peurs les plus profondes deviennent réalité.
Profession : Expert en Art Traditionnel Japonais à la Galerie d'art de Soho , suit également des études en Histoire et Histoire de l'Art par correspondance
Points de rp : 217

MessageSujet: L'examen [libre]   Mar 27 Juil - 11:50

Aujourd'hui c'est le grand jours , je vais enfin passer mon examen final . J'ai travaillé sans relâches pour le préparer . Inutile de préciser que je suis particulièrement tendu ce matin lorsque j'arrive sur le campus , j'ai du mal à me faire à cette foule . Pourtant les campus de mon japon natal sont tout aussi peuplés mais depuis que j'ai changé je sais pertinemment que je dois éviter au maximum les contacts avec les autres gens . Si j'arrive encore à gérer mon stress sur mon lieu de travail c'est tout autre chose lorsque je quitte la galerie , et je sais que dans l'état de nerf qui est le mien un accident aurait vite fait d'arriver . Dissimulé derrière mon long manteau et mon chapeau j'avance du mieux que je peu dans cette cohue en m'appuyant sur ma canne . Je prie Bouddha pour que l'examen se déroule dans un endroit accessible pour l'handicapé moteur que je suis , monter des escaliers avec une canne est loin d'être une sinécure . Je m'arrête devant un panneau sur lequel se trouve le plan du campus et je cherche désespérément des yeux l'amphithéâtre où je dois passer mon examen . Heureusement dans le doute je suis venu avec deux heures d'avance au cas où je me serais perdu comme c'est actuellement le cas ..

Après avoir consulté le plan je pense enfin avoir trouvé la bonne direction et je m'engage donc dans le bâtiment principal , après avoir marché dans dans les couloirs je constate avec désarrois que je suis bel et bien perdu . Décidément mon karma semble s'acharner sur moi , je sors de ma poche le plan que j'ai imprimé hier soir et j'essaye tant bien que mal de localiser l'endroit où je me trouve . Mais très vite je constate que c'est peine perdu , je suis incapable de dire dans quelle partie du campus je me trouve . Je vais être obligé de demander mon chemin , ce qui est loin de m'enchanter car cela va me forcer à aborder quelqu'un . Me voilà errant dans les couloirs comme une âme en peine , priant pour que je retrouve moi même la bonne route avant d'en être réduit à demander mon chemin. Au delà de la situation humiliante dans laquelle cela me place ce qui m'inquiète surtout c'est de croiser par inadvertance le regard de quelqu'un , j'aimerai éviter tant que possible de me faire remarquer . Il va pourtant falloir que je me résigne si je veux passer mon examen . Je cherche des yeux une personne susceptible de me renseigner . Finalement la chance semble me sourire car à quelque mètre se tient une personne qui semble connaitre les lieux si j'en juge à sa démarche assurée , j'avance tant bien que mal en m'appuyant sur ma canne et je fais tout mon possible pour la rattraper . Peine perdue elle marche bien plus vite que moi , je maudis intérieurement ce fichu handicap qui vient encore me gâcher l'existence ..

Je ressors de nouveau mon plan et j'avance tant bien que mal dans ce couloir ou je suis bel et bien perdu . Les yeux rivés sur le plan je ne vois pas la personne qui arrive en face de moi et nous nous percutons de plein fouet ...Et dire que je ne voulais pas me faire remarquer....
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ksenia Heng
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 14/06/2010
Localisation : Université / Bureau de l'Organisme A.I.E. / ici et là...
Clan : neutre
Age du personnage : 25 selon ses papiers officiels.
Pouvoirs : Emission/Réception Ondulatoire & Régénération Ondulatoire
Profession : Etudiante en musique / Interprête à temps partiel (en Chinois,Russe, Anglais)
Points de rp : 87

MessageSujet: Re: L'examen [libre]   Jeu 5 Aoû - 15:41

Ksenia était de très bonne humeur se matin, tout allait très bien jusqu’à maintenant. Elle c’était levé tôt afin de pouvoir profiter au maximum de l’amphitéatre avant que celui-ci ne soit occupé par des centaines d’étudiants pour la période d’examen. Aujourd’hui elle allait devoir sortir sans Jack qu’elle déposa à Read Café afin qu’Oncle Tom garde un œil sur lui. Le pauvre animal réagissait mal à son anti-puce et ne lui était d’aucune utilité dans un état d’excitation pareil. Elle prit sa canne rétractable avec elle et après avoir laissé son ami entre bonne main elle quitta pour aller prendre l’autobus. Elle salua le chauffeur qui était toujours à l’heure. Durant le trajet jusqu’à la station de métro il discutait de tout et de rien.
La descente dans le métro se fit relativement bien, elle aida une vieille femme avec son ticket celle-ci l’accompagna sur une partie de son trajet elle lui piqua une petite jasette lui parlant de ses nombreux petits enfants et de ses chats qu’elle adore. La jeune femme écouta d’une oreille attentive, l’entrain de la grand-mère lui donnait la pêche même si le sujet ne l’intéressait pas vraiment elle resta poliement à lui faire la conversation avant de la quitte quelques stations plus loin.

Arrivée très tôt sur le campus universitaire, elle s’arrêta dans une petite boulangerie non loin de la sortie du métro et alla y chercher des croissants. Elle se dit que son père devait être probablement être déjà dans son laboratoire. Il ne le quittait pratiquement pas et rentrait très tard pour quitter très tôt. Elle se demandait comment à son âge il faisait pour dormir si peu, elle-même dormait en moyenne 6 heures ce qui était peu considérant ses amis qui pouvait dormir des 12 durants. Alors qu’il ne rentre à la maison que pour 2 ou 3 heures la laissait totalement bouche-bée et terriblement inquiète.
Son petit sac brun à la main, elle entra par le Batiment Sud de l’Université et s’en alla directement dans la section de médecins qui était jointe à la section recherche des sciences naturelles où était le labo de son professeur de père. Elle le découvrit plonger dans ses papiers, il prit la peine de l’accueilli gentillement et de prendre de ses nouvelles. Décelant de l’impatience dans sa voix, Ksenia voyait bien qu’elle le dérangeait dans une préparation de cours. Elle lui laissa le sac de croissants pour qu’il se nourrit un peu et le salua sans l’enquiquiner plus longtemps.
Elle se dirigea d’un pas léger et un peu morose vers l’amphitéatre où trônait côté jardin un magnifique piano à queue sur lequel elle allait se pratiquer régulièrement. Elle s’y installa et se mit à caresser les touches de l’instruments lui insouffla une mélodie rythmée et gaie. Elle profita des longues minutes dont elle pouvait jouir avant le début des cours et de l’examen prévu un peu plus tard dans l’avant-midi. À peine 1 heures plus tard, elle n’avait plus d’enthousiasme trop préoccupé par son estomac qu’elle avait négligeament nourrit en vitesse ce matin. Elle soupira, bon après tout elle devait bien penser à manger tôt où tard et comme il faut cette fois. Elle quitta par les coulisses de l’ampithéatre pour atterir dans un couloir peu fréquenter. On pouvait dire que pour traîner dans l’Université comme elle le faisait elle connaissait par cœur les moindres recoins. Ces premières expériences entre ses murs avaient été mémorable, combien de fois c’était-elle perdu et retrouvé à tourner en rond? Très souvent elle se le rappelle bien. Maintenant sa mémoire avait en détail l’endroit bien détaillé, aussi elle pouvait se permettre de se déplacer normalement sans sa canne. Les gens elle n’avait pas à se soucier des gens déhambulant dans les couloirs avec elle, son pas lent lui permettait de prévenir toutes collisions et généralement on l’évitait naturellement.

La cafétéria n’était pas encore ouverte, mais ne devrait pas tarder à ouvrir ses grilles. N’ayant pas envie d’attendre là. Elle décida de tenter sa chance vers le café étudiant, tenu pas des étudiants et ayant une grande diversité de produit équitable et biologie contrairement à la café et il avait l’avantage de s’ouvrir très tôt. Elle y alla et acheta un thé et un muffin au banane et chocolat. Elle s’en retourna vagabonder tout en grignotant son déjeuner. Elle s’arrêta devant les locaux de l’Organisme d’aide à l’intégration des étrangers pour qui elle était bénévole et employé rémunéré. Les locaux à l’Université servait principalement de lieux de rassemblement et de réunion pour les bénévoles. Il y avait quelques habitué en train de faire l’ouverture et de faire le ménage avant que l’achalendage commence réellement. Elle continua sa promena en terminant son thé, comme à mon habitude je ne tarde pas à me perdre dans la contemplation des ondes des murs au mouvement régulier. Comme de fait, trop occupé à rêvasser je n’ai pas le temps de prendre conscience de la silhouette qui entre dans mon champ de vision et je me retrouve en plein dedans.

Ma main se pose sur le mur le plus proche m’évitant de basculer vers l’arrière et de m’écraser le derrière au sol. Ce que je peux être tête en l’air parfois… je remarque que j’ai dans la collision renversé ce qui restait de mon thé au sol… chouette… mais bon il était presque fini de tout manière. Je me retourne vers la silhouette étrangère et l’observa attentivement… tiens il a 2 jambes… quoi que l’une est bien trop petite, à une canne c’est surement cela. Instinctivement je détails les ondes qui courent à travers l’inconnu et comme je sais si bien le faire mon regard ne peut s’empêcher de s’attarder au niveau du visage.

« Je suis désolé je ne vous avais pas entendu arrivé, est-ce vous allez bien? »

Malgré moi, je dois dévisagerl’inconnu devant moi mon regard le sachant bien doit le fixé intensément et s’être planté directement dans ses prunelles invisibles. La posture un peu courbé de la silhouette me dit que j’ai sois affaire à une personne âgée… ou bien une personne mal à l’aise de tout évidence.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tonho Minase
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 30/05/2009
Clan : apprenti Damné
Age du personnage : 21 ans
Pouvoirs : Minase dispose de la faculté de connaitre les peur les plus profondes des gens. . Enfin par un simple contact visuel ,jusqu'à 5 mètres,il peut créer une illusion dans l'esprit d'une personne. Agissant au niveau des neurotransmetteurs , cette dernière plonge la victime au cœur d'une hallucination où ses peurs les plus profondes deviennent réalité.
Profession : Expert en Art Traditionnel Japonais à la Galerie d'art de Soho , suit également des études en Histoire et Histoire de l'Art par correspondance
Points de rp : 217

MessageSujet: Re: L'examen [libre]   Ven 6 Aoû - 14:58

Je me retrouve précisément dans la situation que je voulais éviter , je ramasse en vitesse mes affaires avant de constater avec dépit que mon plan est désormais inutilisable à cause des taches de thé qui l'on maculé . Je me redresse tant bien que mal en m'aidant du mur , finalement après quelques effort j'arrive à reprendre de nouveau une position stable . Maintenant que le plan est inutilisable je suis bel et bien dans une situation délicate , sans lui je suis incapable de trouver la salle ou je dois passer mon examen , mon karma me poursuit encore et toujours..

« Je suis désolé je ne vous avais pas entendu arrivé, est-ce vous allez bien? »

"Gomen nasai (excusez moi en japonais ) , j'étais tellement absorbé à essayer de me repérer ici que je ne vous ait pas vu arriver . Veuillez pardonner mon manque d'attention mademoiselle , j'espère que vous n'avez rien " dis je de ma voix murmurante en m'inclinant comme le veut l'usage de mon pays

J'évite tant bien que mal de croiser le regard de mon interlocutrice , je ne voudrais pas qu'en plus de l'avoir si maladroitement renversée , risquer qu'elle subissent les effets de ma malédiction . Heureusement entre mon long manteau dont le col cache une partie de mon visage et mon large chapeau , comme le portent encore les paysans dans les rizières cache le reste si bien que mes traits sont parfaitement dissimulés . Ainsi habillé je passe souvent pour un excentrique aux yeux des autres mais je m'en moque tant que cela me permet mes traits si atypiques qui trahissent ma nature de mutant . Il n'empêche que je suis bel et bien perdu , peut être cette jeune fille pourrait m'indiquer la route que je dois prendre pourtant j'ai de sérieuses appréhensions à l'idée de lui demander mon chemin .

*Pourtant tu n'as pas le choix , enfin si tu ne veux pas renoncer à ton diplôme . Ensuite tu peux aussi fuir comme tu en as l'habitude ..*


*Épargnes moi tes sarcasmes , ce n'est ni le moment ni l'endroit . La situation est bien assez délicate comme ça ..*


*Délicate ? Alors qu'il ne s'agit que de demander ton chemin à une inconnue , décidément il n'y a que toi pour voir des difficultés là où il n'y en a pas ..*

J'ignore les sarcasmes de l'Onryô du mieux que je peux , pourtant je dois admettre qu'il n'a pas tord sur le fait que si je ne me décide pas à saisir ma chance en demandant mon chemin, je risque bel et bien de rater mon examen . N'ayant pas d'autre choix , je me décide finalement à aborder l'inconnue . J'espère juste que tout se passera bien , je n'ai aucune envie de me faire encore plus remarquer surtout dans un lieu aussi fréquenté .

"Excusez moi d'abuser ainsi de votre temps mais seriez vous où se trouve l'amphithéâtre Theodore Roosevelt ? Je crains de m'être perdu dans ce dédale de couloirs ." finis je par demander timidement en m'inclinant de nouveau par politesse .

Il ne me reste plus qu'à espérer que cette jeune femme soit plus familière avec ce campus que moi sinon je ne vois pas comment je vais pouvoir atteindre ma salle d'examen à temps . A croire que même les choses les plus simples doivent forcément devenir compliquées lorsque je les entreprends , j'étais venu ici passer un simple examen et me voilà désormais impliqué dans un vrai jeu de pistes à travers des couloirs bondés de monde . De toutes manières je ne peux pas faire autrement , j'ai bien passé trop de temps à réviser pour reculer maintenant . Sans compter que j'ai besoin de ce diplôme pour régulariser ma situation à la galerie et trop de gens m'ont soutenus pour risquer de les décevoir en fuyant ainsi devant les difficultés..
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ksenia Heng
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 14/06/2010
Localisation : Université / Bureau de l'Organisme A.I.E. / ici et là...
Clan : neutre
Age du personnage : 25 selon ses papiers officiels.
Pouvoirs : Emission/Réception Ondulatoire & Régénération Ondulatoire
Profession : Etudiante en musique / Interprête à temps partiel (en Chinois,Russe, Anglais)
Points de rp : 87

MessageSujet: Re: L'examen [libre]   Ven 6 Aoû - 16:12

Cet inconnu semble bien timide, je l’observais silencieusement me concentrant pour bien comprendre tout ce qu’il me disait. Je remercia le ciel d’avoir une ouie exceptionnelle bien developper pour arriver à capter les murmures provenants du jeune homme que j’avais percuté. Sa voix ne laisse pas de douce ce devait etre un homme où je ne m’y connaissait pas. Sa silhouette s’inclina en accompagnant ses excuses… un Japonais de souche probablement. Ce qui expliquerait l’étrange forme de sa tête… En observant d’avantage je reconnu la forme des leurs larges chapeaux pour les travaux aux rizières. Je remarqua aussi que les ondes de son corps n’était pas vivant… un manteau nul doute… et vu l’étendu que ses ondes avait sur le jeune homme il devait être complètement impossible de le voir sous ce costume.

Je fronça légèrement les sourcils un peu déçue de ne pas avoir remarquer plus tôt l’acoutrement de mon interlocuteur. Mon regard semblait probablement l’importuné parce que je pouvais percevoir qu’il tentait tant bien que mal de se positionner pour éviter que je ne le voix directement. J’avais bien envis de lui redresse ce chapeau pour au moins voir un parcelle de peau… du moins les ondes de son visage, mieux valait ne pas trop insisté. Je tentais du mieux que je pu d’éviter de le regarder, mais ma curiosité était piqué au vif… que cachait-il sous ce costume...? Avait-il si peur de ce montrer?

*Etrange… tout a fait étrange... il est pas le premier ni le dernier être humain mal dans sa peau, allez on en revient K.*

« Teishi wa, tsuneni fukaku owabi mōshiagemasu. Je n’ai rien c’est gentil de demander. »
>> en japonais :Cessez de vous excusez sans cesse.

Ksenia était ravie de pouvoir se remettre au peu au japonais, il y avait un certain temps qu’elle n’avait pas rencontrer quelqu’un à l’Université maitrisant cette langue. Il allait sans dire que le jeune homme s’exprimait très bien aussi en anglais… même s’il ne faisait que murmurer. Je ne pu réprimé un sourire gêner lorsqu’il s’inclina de nouveau… c’était un peu trop de formalité pour une banale discution dans un couloir au carrelage blanc.

« L’amphithéâtre Theodore Roosevelt? Oui je sais bien où sais, j’imagine que vous devez y aller pour l’examen qu’il va y avoir?... on peut dire que vous avez beaucoup d’avance… j’imagine que c’est dans vos habitudes. »

Donc il était perdu… qui ne le serait pas, mais si comme je le pensais et qu’il devait aller à cette examen soit c’était pour obtenir l’équivalent de ces propres diplôme obtenu dans son pays… soit il était étudiant sur le campus et n’avait aucun sens de l’orientation. Peu importe vraiment la raison de son égarement du moment que je peux me rendre utile. Je pourrais probablement lui faire visité les environs… on a le temps avant le début de son examen et il ne sera pas en retard. Vu l’impression général qu’il me donnait il ne serait pas trop risquer de prendre un chemin un peu détourner pour éviter les foules ce qui m’évitera pas la même occassion de me faire bousculer au 3 pas que je pourrais faire.

«Je vous y conduit? »

Je fit un pas dans la direction d’où il venait, il fallait revenir un peu sur ses pas afin d’emprunter un chemin moins tortueux et plus ouvert pour que je puisse m’y diriger convenablement. J’attendais de voir si sa silhouette se retournait pour me suivre et je me mis à avancer un peu et lui laissa le temps de me rejoindre. Je me tenais à côté de lui afin de pouvoir marcher à son rythme, j’avais tendance quand je connaissais bien l’endroit de me déplacer aisément et plutôt vite parfois.


« Je m’appelle Ksenia Heng. Corrigez moi si je me trompe, vous êtez d’origine japonaise n’est-ce pas? Il y a longtemps que vous êtes à New York? »


Alors qu’on avancait doucement pour remonter le couloir, je gardais la silhouette à ma droite à l’œil. Je me questionnais toujours sur le pourquoi de ce choix vestimentaire… était-ce simplement par originalité comme ces fanatiques de jeux de rôles? Il se pouvait aussi que c’était pour cacher un difformité… Je devais cesser de m’interroger sans pouvoir avoir de réponse, celles-ci arriveraient bien en tant et lieu… mais j’étais vraiment curieuse sur ce qui pouvait bien le rendre si… inaccessible c’était l’impression qu’il me donnait. D’être un coffre fermé à double tour. Malgré mes effort pour suivre son pas j’allais encore un peu trop vite, le mieux serait que je me tiennes à lui pour me forcer à aller à son rythme. Le problème était est-ce qu’il accepterait??

« Est-ce que ça vous dérangerais si je vous prenais le bras, ça me faciliterait un peu la tâche? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tonho Minase
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 30/05/2009
Clan : apprenti Damné
Age du personnage : 21 ans
Pouvoirs : Minase dispose de la faculté de connaitre les peur les plus profondes des gens. . Enfin par un simple contact visuel ,jusqu'à 5 mètres,il peut créer une illusion dans l'esprit d'une personne. Agissant au niveau des neurotransmetteurs , cette dernière plonge la victime au cœur d'une hallucination où ses peurs les plus profondes deviennent réalité.
Profession : Expert en Art Traditionnel Japonais à la Galerie d'art de Soho , suit également des études en Histoire et Histoire de l'Art par correspondance
Points de rp : 217

MessageSujet: Re: L'examen [libre]   Ven 6 Aoû - 19:38

« Teishi wa, tsuneni fukaku owabi mōshiagemasu. Je n’ai rien c’est gentil de demander. »

Pour une surprise en voilà une de taille , je n'aurais jamais cru que mon interlocutrice puisse parler ma langue natale et ce pratiquement sans accent . J'avoue que cela me fais extrêmement plaisir de tomber sur quelqu'un connaissant ma langue maternelle , depuis mon arrivée dans ce pays je n'ai plus vraiment l'occasion de la parler . Je suis soulagé de voir que je ne l'ai pas blessée avec ma maladresse . Cela peut paraitre stupide mais d'entendre cette jeune femme s'exprimer dans ma langue natale me mets un peu moins mal à l'aise , sans doutes parce que cela me ramène à mon pays . Depuis que je suis arrivé ici j'ai encore beaucoup de mal à m'intégrer au mode de vie occidental , surement à cause de mon éducation très traditionaliste. Je ne peux m'empêcher de remarquer que sa peau est presque aussi blanche que la mienne , chose qui m'étonnes un peu tant cette couleur est peu courante . Enfin ce n'est pas moi qui lui reprocherais d'avoir des caractéristiques physiques atypiques , je ne suis pas le mieux placé pour parler de norme ..

"Pardonnez mes manières excessivement protocolaires , je ne voulais nullement vous mettre mal à l'aise Mademoiselle . " dis je en m'inclinant de nouveau .

Sans doutes mes manières doivent sembler excessives au vue de la situation mais c'est ainsi , l'étiquette est une chose que l'on m'a inculqué des mon plus jeune âge et dans le milieu d'où je viens on accorde une très grande importance à ce genre de choses . C'est vraiment dans ce genre de situations que je réalise à quelle point la culture de mon pays est en décalage avec celle des américains , pourtant j'ai beau faire des efforts je n'arrive pas à me faire à leur manières . Certaines choses sont trop profondément ancrées en nous pour que nous puissions nous en défaire . Après quelques minutes je me décide finalement à lui demander mon chemin , et par chance elle semble très bien connaitre l'endroit . Je commence à reprendre espoir en l'entendant dire que je suis encore très en avance , finalement tout n'est pas encore perdu..

« L’amphithéâtre Theodore Roosevelt? Oui je sais bien où sais, j’imagine que vous devez y aller pour l’examen qu’il va y avoir?... on peut dire que vous avez beaucoup d’avance… j’imagine que c’est dans vos habitudes. »

"En effet je viens passer l'examen d'Histoire Contemporaine , qui je l'espère validera mon année de licence d'Histoire de l'Art. J'ai préféré venir en avance car je ne connais pas le campus , je ne suis pas le régime estudiantin classique étant donné que je suis salarié ce qui explique ma méconnaissance des lieux." expliquais je non sans une certaine gêne à mon interlocutrice .

Je ne suis jamais à l'aise dès qu'il s'agit de parler de moi , ma timidité ne s'est pas arrangée avec les années que j'ai passé en internement . D'autant plus que ma situation professionnelle est encore irrégulière puisque du doctorat requis je n'ai encore aucun diplôme . J'ai conclu un arrangement avec le propriétaire de la galerie et je me suis engagé à obtenir au plus vite ledit diplôme . Pour cette raison je suis l'enseignement universitaire par correspondance en parallèle de mon travail , par chance mes capacités d'apprentissages me permettent de rattraper bien vite mon retard et du coup j'ai passé avec succès tous mes examens précédents . Bien sur il me reste encore sept ans pour avoir le diplôme en question mais chaque pas me rapprochent du but que je me suis fixé . A vrai dire nul besoin de diplômes pour exercer mon métier , mais avoir ce doctorat m'apportera une crédibilité auprès de mes clients , toutes personnes connaissant suffisamment l'Art peut prétendre au titre d'expert mais un doctorat apporte une garantie auprès des gens de la profession ..

«Je vous y conduit? »

"Je vous remercie du fond du cœur Mademoiselle , puisse Bouddha guider vos pas sur les sentiers de la sérénité.." dis je en m'inclinant pour la remercier , trop content d'avoir trouvé une personne courtoise pour me guider .

J'aurais tord de refuser une telle offre , avec quelqu'un pour me guider je ne risque plus de m'égarer dans ce dédale de couloirs . Finalement on dirait bien que mon karma s'arrange .Je m'engage derrière elle à la vitesse que ma jambe handicapée me permet de le faire . C'est donc d'un pas lourd que je la suis en m'appuyant sur ma canne . Je constate avec joie que mon guide a choisit d'emprunter un chemin plus accessible à l'handicapé moteur que je suis . Je la remercie intérieurement pour sa sollicitude , ma cheville brisée ne me permet pas une grande mobilité aussi cette attention de sa part ne pouvait qu'être grandement appréciée .


« Je m’appelle Ksenia Heng. Corrigez moi si je me trompe, vous êtez d’origine japonaise n’est-ce pas? Il y a longtemps que vous êtes à New York? »


*Attention Minase , je la trouve un peu trop curieuse à mon gout . Qui te dis qu'elle ne travailles pas pour les Fédéraux et que sous pretexte de te guider elle ne te mène pas tout droit vers un piège ?*


* Tu vois le mal partout , si ça avait été le cas crois tu vraiment que nous marcherions aussi tranquillement ? Non je pense que c'est simplement une personne charitable ..*


Le rire sarcastique du spectre raisonne dans mon esprit , mais pourrait il en être autrement ? Après tout il se nourrit de mes peurs aussi est il tout à fait normal qu'il essaye de semer le doute dans mon esprit mais je reste convaincu de la bonne foi de la personne qui me guide , cependant je dois rester prudent ..juste au cas où..

"Mon nom est Tonho , Tonho Minase .Vous déductions sont exactes Heng-San , je suis effectivement japonais . A vrai dire ça ne fais qu'un an que je suis arrivé ici mais j'ai toujours la sensation d'avoir quitté mon pays hier . Par contre si je ne m'abuse votre nom a clairement une consonance chinoise tandis que votre prénom lui laisse penser à une autre origine . Dois je en conclure que vous êtes vous même étrangère ? Veuillez pardonner mon impolitesse , nous nous connaissons à peine et mon indiscrétion doit surement vous paraitre déplacée.."


Malgré ses efforts évidents pour marcher à mon rythme rien n'y fait ma démarche reste toujours trop lente . Je sens bien que Heng -San fait son possible pour que j'arrive à la suivre , je maudis intérieurement cette cheville brisée qui m'empêche d'avancer à un rythme normal .

« Est-ce que ça vous dérangerais si je vous prenais le bras, ça me faciliterait un peu la tâche? »

J'avoue que sa demande ne me met pas à l'aise , je suis peu habitué à avoir une telle proximité physique avec d'autre personne sans compter que dans mon pays ce genre de contact ne se fait que dans le cadre du couple . Pourtant la galanterie m'interdit de lui refuser cette faveur surtout qu'elle a accepté de me guider de bonne grâce .Je dois me résoudre à accepter sa demande et bien que cela me gêne énormément je n'ai d'autre choix que de lui offrir mon bras .

"Si cela peut vous aider , je vous l'offre volontiers "
dis je d'une voix timide en lui offrant mon bras ..
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ksenia Heng
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 14/06/2010
Localisation : Université / Bureau de l'Organisme A.I.E. / ici et là...
Clan : neutre
Age du personnage : 25 selon ses papiers officiels.
Pouvoirs : Emission/Réception Ondulatoire & Régénération Ondulatoire
Profession : Etudiante en musique / Interprête à temps partiel (en Chinois,Russe, Anglais)
Points de rp : 87

MessageSujet: Re: L'examen [libre]   Lun 9 Aoû - 3:01

Tonho Minase... Tonho Minase... je répétais le nom mentalement afin de bien l’ancré dans ma mémoire et de pouvoir m’en souvenir. J’était contente d’avoir pu brisé un peu la glace et de mettre plus à l’aise mon compagnon. Déjà qu’il alignait plus d’une phrase à la fois était une petit victoire qui me faisait sourire. J’aime cette petite sensation qui m’envahi soudainement l’espace d’un instant quand je vois les barrières s’abaisser un peu entre moi et un inconnu. C’était pas encore tout à faire cela avec Tonho, mais j’avais espoir d’être agréable pour lui et de ne pas lui laisser une mauvaise impression.

Alors que je m’étais arrêté pour lui demander si je pouvais me tenir à son prend, il me semble avoir perçu un instant l’hésitation. J’eu la désagréable impression de le pousser à agir contre lui et qu’il se forçait pour ne pas paraître grossier. Je savais pour avoir été quelques fois au Japon pour des compétitions que je devais surement le mettre dans une position inconfortable, je me devais de lui rendre la chose le moins pénible possible aussi je lui souris doucement en glissa ma main contre son bras, le serrant en peine et gardant quand même un certaine distance pour ne pas trop l’envahi.

« Je vous remercie… » dis-je avec sincérité et continua toujours d’une voix calme et enjouée. « Vous êtes fort Mr. Tonho dans vos supposition et loin d’être impolie ou déplacé à mon égard. Je suis effectivement chinoise… russo-chinois plus exactement car je suis née en Sibérie, mes nom et prénom n’ayant pas été modifié à mon adoption, mon père à toujours cru bon de préserver mes racines intactes. De plus je ne suis établis à New York que depuis près de 5 ans. Ayant vécu la majeur partie de ma vie en Chine puis en Russie j’imagine fort bien le dépaysemen que vous devez ressentir. »

Ayant remarqué qu’il n’avait probablement pas eu l’occasion de déceler ma particularité je me dis que je devais lui en faire part. Dans ce cas il y avait deux réactions possible… la première étant que ma proximité en sois moins pénible étant donné ma limitation, la seconde qu’il prenne panique à l’idée d’être conduit par une femme atteinte de cécité totale. Il resta clair dans mon raisonnement qu’il était mieux de me dévoiler moi-même qu’au contraire qu’il ne s’en rende compte par lui-même, du moins c’était mon point de vue. D’ordinaire je prenais plaisir à tenir secret le plus longtemps possible mon petit secret comme j’aimais me le représenter, mais je cru déplacer de jouer de la sorte avec Tonho. Donc lorsque je me remis à marcher doucement à ses côtés j’ajouta dans un murmure…

« Vous êtes très gentil de me permettre de vous aidez de la sorte. Peu accepterait… ou du moins serait confiant à ce faire diriger par une personne ne pouvant voir où elle va. »

Instinctivement j’appréhendait un peu la réaction de Tonho, j’espère juste qu’il le prenne bien. Je ne pouvais m’empêcher de le regarder curieuse pour voir s’il lèverait son visage vers le mien pour s’assurer que j’était bien aveugle. Le gens avait cet réaction de me fixer étrangement l’espace d’un instant comme s’il ne me croyait tout bonnement pas. Jeanne la première avait mis des jours à me mettre à l’épreuve avant de finir par me croire. J’avais une sacrée chance d’avoir autant d’autonomie, même si Jack n’était pas avec moi en ce moment je pouvais me débrouiller très bien par moi-même. J’avais une assez bonne mémoire pour mémoriser mes déplacements et je pouvais apercevoir en partie mon environnement grâce à mon don. Je me souviens d’ailleurs combien il m’avait été difficile de m’habitué à ce changement radical de mon sens le plus important de la perception.

Mon handicape ainsi dévoilé, je me sentais d’égal avec le jeune homme que je savais déjà avec des problèmes de mobilier, le rythme irrégulier et la canne que j’’apercevais par moment lorsque dans le mouvement elle se détachait du reste du corps me disait qu’il devait avoir un problème à une jambe, j’ignorait cependant si c’était permanent où récent dû à un accident ou encore le résultat d’une maladie.Je lui décrocha un faible sourire et continua à avancer pour atteindre un aire plus dégager servant d’aire de rencontre et de transition entre 2 départements. Il y avait des banc placer autour d’un plat-de-bande hérigé pour mettre un peu de vie entre les murs quelques fois trop austères des couloirs de sciences. Nous venions de quitter une aire du département de science.

Je m’approcha des bancs, le silence et le faible écho de mes pas accompagnant celui de mon compagnon m’informa que nous étions très fortement seule. En arrivant près des bancs, je ne vis autour silhouette et n’entendit aucun murmure de discutions. Nous avions un peu avancer, mais était donné que Tonho m’a confier s’être égaré j’imagina qu’il devait avoir arpenté longuement les couloirs avant de me percuter. Je cru bon de lui proposer de s’asseoir un peu.

« Pardonnez moi, je sais que de vous lancer aussi soudainement que je suis aveugle ne doit en rien être rassurant alors que vous ne vous y retrouver pas. L’Ampithéatre n’étant pas très loin d’où nous somme, est-ce que vous aimeriez vous asseoir un instant? Pour reposer votre jambe… » ma phrase ce termina dans un murmure un peu mal à l’aise, un geste involontaire accompagnant ma proposition en pointant légèrement vers la canne. Décidément quand je voulais être prévenant je trouvais plus facilement le moyen pour manquer de tact et de subtilité.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tonho Minase
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 30/05/2009
Clan : apprenti Damné
Age du personnage : 21 ans
Pouvoirs : Minase dispose de la faculté de connaitre les peur les plus profondes des gens. . Enfin par un simple contact visuel ,jusqu'à 5 mètres,il peut créer une illusion dans l'esprit d'une personne. Agissant au niveau des neurotransmetteurs , cette dernière plonge la victime au cœur d'une hallucination où ses peurs les plus profondes deviennent réalité.
Profession : Expert en Art Traditionnel Japonais à la Galerie d'art de Soho , suit également des études en Histoire et Histoire de l'Art par correspondance
Points de rp : 217

MessageSujet: Re: L'examen [libre]   Lun 9 Aoû - 16:53

Malgré ma timidité je dois admettre que Heng-San arrive à me mettre relativement à l'aise , sans doute est ce due à la sollicitude dont elle fait preuve à mon égard . La raison est peut être tout simplement qu'elle ne m'a regardé comme une bête curieuse à aucun moment et ce malgré mes vêtements atypiques par rapport à la culture occidentale . Toujours est il que même si cette proximité me mets mal à l'aise je ne me sens pourtant pas le cœur à la refuser . Je sens bien qu'elle fait tout son possible pour rendre ce contact le moins gênant possible pour moi en veillant à garder une certaine distance , je ne peux que remercier Bouddha d'avoir mit sur ma route une personne aussi prévenante . Pendant que nous marchons vers mon lieu d'examen Heng -San me confirme que mes suppositions sont exactes , son nom est bien d'origine chinoise . Elle m'explique qu'elle est née en Sibérie avant d'être adopté par un chinois qui ne voulait pas la couper de ses racines , et pour cette raison il a gardé le prénom russe de la jeune femme . Je ne peux qu'acquiescer à ses paroles tant je suis convaincu qu'il est important de garder un lien étroit avec ses racines.

"Votre père a fait preuve de sagesse Heng-San .L'homme est un arbre , il peut être solide et ne pas plier devant la tempête cela n'empêche pas qu'il dépérit toujours lorsqu'il est coupé de ses racines. J'avoue que la culture américaine me laisse assez perplexe , il y a encore beaucoup de choses qui m'échappent dans la manière de vivre ici mais j'imagine que je finirais par m'accoutumer." finis je par dire

Cela fait un an que je suis arrivé ici et pourtant je n'arrive toujours pas à me faire au mode de vie américain , tout cela est tellement différent des valeurs que l'on m'a inculqué . Même si je fais tout mon possible pour m'intégrer , je n'arrive pas à voir les choses autrement que du point de vue d'un étranger . A vrai dire le seul endroit où je me sente vraiment en phase avec moi même reste ma suite au QG car je l'ai décoré dans la tradition japonaise ce qui me permet de rester proche de mes racines . Ce qui me dérange le plus dans cette culture , c'est de voir à quel point l'apparat est privilégié sur la profondeur . Moi qui vient d'un pays où sobriété rime avec pureté j'ai du mal à comprendre ce besoin de paraitre toujours plus que ce que l'on est .Sans doute ma vision est influencée par ma foi comme par mon propre vécut , moi dont les traits ressemblent à s'y méprendre aux Onryô . Ces spectres qui dans les légendes de mon pays faisaient mourir de peur même les plus courageux guerriers , ces traits qui m'ont valu le rejets et les sévices que j'ai enduré dans mon pays..

« Vous êtes très gentil de me permettre de vous aidez de la sorte. Peu accepterait… ou du moins serait confiant à ce faire diriger par une personne ne pouvant voir où elle va.»

Ainsi Heng-San est aveugle , je ne l'aurais jamais cru en la voyant se déplacer avec autant d'aisance sans sa canne . Cette révélation me laisse perplexe car à ma connaissance une telle chose est naturellement impossible à moins qu'elle n'ait ouvert son troisième œil . Soit Heng -San plaisante , soit elle a réussi par une pratique assidue et une profonde compréhension de la voie à franchir une étape supplémentaire sur la voie qui mène au Nirvana . Bien sur je pourrais aussi fixer ses yeux pour voir si sa cécité est réelle mais ça serait déplacé de mettre sa parole ainsi en doute sans compter que même si elle est aveugle elle n'échapperait pas à ma malédiction , chose que j'aimerai éviter tant que possible.

* Tu devrais vérifier juste pour voir si elle te dis bien la vérité , après tout on est jamais trop prudent .*

J'ignore la remarque du spectre , même si cela m'étonnes qu'elle puissent évoluer aussi facilement sans sa canne je ne veux pas risquer de blesser une personne qui s'est montrée aussi courtoise à mon égard . Il ne me reste plus qu'à la croire sur parole , après tout je ne vois pas pour quelle raison elle me mentirait . Jusque là elle n'a rien fait qui me mettes en danger alors autant lui faire confiance .

" Je n'aurais jamais imaginé que vous puissiez être atteinte de cécité Heng-San , surtout quand je vois l'aisance avec laquelle vous évoluez sans votre canne et malgré votre handicap .J'avoue que vous m'impressionnez Heng-San , votre maitrise de la Voie laisserait rêveur n'importe quel bonze . J'espère un jours arriver à une telle compréhension du Dhammapada et être capable moi aussi d'ouvrir mon troisième œil comme vous l'avez fait ." dis je dans un murmure d'admiration tant le bouddhiste que je suis est impressionné par la révélation que vient de me faire ma guide .

Finalement nous arrivons près de l'endroit où je dois passer mon examen .Heng-San me propose de nous reposer quelques minutes afin d'économiser ma jambe handicapée . Encore une fois sa sollicitude est grandement appréciée , je erre dans ces couloirs depuis ce matin et j'avoue que ma jambe me fait souffrir mais c'est un mal dont j'ai appris à m'accoutumer à force . A défaut de changer quelque chose il faut savoir s'en accommoder .

"Nos yeux nous trompent bien plus qu'ils nous guident Heng-San , et beaucoup d'hommes qui ne souffrent pas de la cécité sont bien plus aveugles que vous ne l'êtes . Vous n'avez pas à vous excuser de votre franchise après tout vous auriez aussi put me laisser dans l'ignorance et je ne me serais aperçu de rien . "
finis je par dire en m'asseyant ..
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ksenia Heng
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 14/06/2010
Localisation : Université / Bureau de l'Organisme A.I.E. / ici et là...
Clan : neutre
Age du personnage : 25 selon ses papiers officiels.
Pouvoirs : Emission/Réception Ondulatoire & Régénération Ondulatoire
Profession : Etudiante en musique / Interprête à temps partiel (en Chinois,Russe, Anglais)
Points de rp : 87

MessageSujet: Re: L'examen [libre]   Lun 9 Aoû - 18:34

Une fois qu’il prit place sur le banc, je m’assis près de lui sans toute être coller littéralement dessus. Je jouais distraitement avec le gobelet vide que j’avais récupéré dans le couloir afin de le jeter plus tard. Tonho est de loin d’être inintéressant, il était une énigme que je voulais résoudre où du moins tenter de mis faire les dents.

« Tout n’est qu’habitude, le Campus est comme une deuxième maison pour moi, je n’ai aucun mérite. J’apprécie le compliment malgré tout. »

Il était vrai que je n’avais pas de mérite dans cette histoire, la véritable personne a qui devrait revenir les honneurs était mon père. Lorsque la cécité m’avait assailli si soudainement il avait déployé tant d’effort pour moi. Si ce n’était pas de son archarnement à me faire pratiquer, à me sortir de la maison, à me pousser au-delà des mes limites chaques jours au début de ce terrible changement qui s’avèra ne pas être si pénible en fait de compte je n’aurais pas l’autonomie dont je jouis présentement. Mon père plus que moi, voulait absoluement m’éviter d’être en position de faiblesse c’était un père très exigeant. Je n’ose pas imaginé dans quel état je serais sans lui. Je suis deplus très fière d’être sa fille, non seulement j’ai tant appris avec lui, mais il a même deviné lorsque j’ai commencé à developper ma perception quelques peu différente…

J’ai toujours eu le sentiment d’être comprise par lui, même si plus je veillie et plus il est absent, je sais malgré tout qu’il n’est pas loin. L’heure n’était pas à se remémorer des vieux souvenir, je n’était pas seule et partir dans ma bulle était déplacer. Je laissa échapper un faible soupir alors que je repoussais mes songes afin de rester ancré sur l’instant présent.

« J’ai perçu votre malaise lorsque j’ai touché votre bras vous étiez quelques peu crispé, j’ai cru préférable de vous informer du pourquoi de ma demande. Saurait été déplacé de ma part de me jouer de vous. J’avoue néanmoins aimer faire duré le secret lorsque je le peux. J’aime sentir la réactions des gens lorsqu’il découvre que je ne vois pas, c’est un amusement pour moi sans vouloir être méchante je choisi les circonstances quand je joue un peu. Et je ne me voyais pas jouer avec vous. »

Je croisa mes jambes dans la direction opposé au jeune homme pour ne pas pénétré dans son espace vital. Je restait néanmoins de biais à lui afin de pouvoir continuer à l’observer. J’arrivait à voit la finesse des ondes de ses mains sortant de son manteau, leurs 2 matières étaient si différentes, la canna aussi maintenant que je pouvais m’attarder un peu était aussi bien distinctive. Mon regard se perdait à caresser ses ondes comme hypnotiser par leur danses, je repensais à ce que Tonho avait dit un peu avant… L’examen d’Histoire Contemporaire, c’était aujourd’hui? Ma mémoire devait me jouer des tours, pourtant il me semblait bien qu’Antony l’avait passé la semaine précédent… serait-ce possible qu’il une reprise? Si c’était le cas je doutais qu’elle soit dans l’Amphithéâtre, d’ordinaire à cette période de l’année c’était pas les groupes de médecine qui étaient regroupe dans cette grande salles pour y passer leur examens?

« Tonho-san vous êtes bien certain que c’est aujourd’hui votre examen? Je ne voudrais pas vous alarmé, mais il me semble que les contrôles pour les départements d’Histoire est tous eu lieu la semaine précédente… étant donnée qu’en cette période de l’année c’est les groupes de médecines et de sciences qui réserve l’Amphithéâtre pour leur séminaire et leur examen. Le service aux étudiants auraient sans doute homis de vous envoyer l’avis du changement de date. »

*Ce ne serait pas la première fois, c’est à croire que les étudiants hors parcours réguliers passaient inaperçu. Je me souviens avoir eu une discution d’ailleurs avec le représentant à ce sujet… l’année passé il me semble.*
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tonho Minase
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 30/05/2009
Clan : apprenti Damné
Age du personnage : 21 ans
Pouvoirs : Minase dispose de la faculté de connaitre les peur les plus profondes des gens. . Enfin par un simple contact visuel ,jusqu'à 5 mètres,il peut créer une illusion dans l'esprit d'une personne. Agissant au niveau des neurotransmetteurs , cette dernière plonge la victime au cœur d'une hallucination où ses peurs les plus profondes deviennent réalité.
Profession : Expert en Art Traditionnel Japonais à la Galerie d'art de Soho , suit également des études en Histoire et Histoire de l'Art par correspondance
Points de rp : 217

MessageSujet: Re: L'examen [libre]   Mar 10 Aoû - 22:28

« Tout n’est qu’habitude, le Campus est comme une deuxième maison pour moi, je n’ai aucun mérite. J’apprécie le compliment malgré tout. »

Cela semble pourtant évident , l'entrainement permet de passer outre de pas mal de limitations. Ceci dit même si une telle connaissance du campus doit aider Heng-San , cela n'empêche pas que malgré tout la limitation physique reste . L'espace d'un moment je songe qu'il se pourrait que Heng-San soit elle même une mutante , ce qui pourrait expliquer ceci . Si tel est le cas nous avons bien plus en commun que je ne l'aurais cru . Je garde mes doutes pour moi car le lieu n'est pas propice pour parler de telles choses . Dans ce climat de peur , parler de mutants amène vite la suspicion et je ne souhaite pas la placer dans une situation inconfortable . Pourtant ma curiosité était piquée au vif , ce n'était pas que je ne connaissais pas d'autre mutant . J'en voyais bien assez au QG pour savoir que je n'étais pas le seul , mais Heng-San sortait suffisamment de l'ordinaire pour attiser ma curiosité . Il se dégageait d'elle une impression de maturité sans compter que le peu que j'avais pu apercevoir d'elle me laissait penser qu'elle devait être une personne extrêmement cultivée . Cela me changeait agréablement des étudiants arrogants et superficiels qui viennent parfois à la galerie .

" Je ne suis pas sur que l'on puisse vraiment résumer ça à une question d'habitude car quand bien même vous connaissez le campus dans ses moindres recoins , il vous faudrait quand même une canne pour percevoir parfaitement votre environnement . Cela signifie que vous avez quelque chose qui vous permet de compenser l'absence de canne . Mes croyances me font penser au troisième œil mais il existe aussi une autre explication de l'ordre de la génétique ..Si c'est le cas vous n'avez pas à vous sentir gênée de cette particularité avec moi Heng-San"dis je finalement en espérant ne pas froisser mon interlocutrice .

Être mutant n'est pas forcement une chose facile à vivre , je l'ai appris à mes dépends . Pour beaucoup nous sommes perçus comme des monstres à abattre , l'homme a toujours tendance à haïr ce qui est différent de lui . Cette haine n'est motivée que par la peur , et nombreux sont les Damnés qui souhaitent se débarrasser des humains pour pouvoir enfin vivre en paix sans avoir à craindre les persécutions . Pour ma part même si je n'arrive pas de me débarrasser de ma rancœur , je reste pourtant convaincu qu'il faut traiter les humains au cas par cas sans généraliser . Si je me bats ce n'est pas par vengeance mais simplement pour pouvoir vivre en paix sans avoir à subir de nouveaux les sévices de ceux qui me considère comme une bête de foire .

* En est tu bien sur Minase ? Pourtant c'est bien la colère qui t'as mené jusqu'à moi , arrêtes donc de te réfugier derrière des prétextes . Tu luttes aux cotés des Damnés par vengeance uniquement. Aies au moins le courage d'assumer tes actes *

* Je n'ai jamais tué personne moi , toutes les vie que tu as prise à travers moi restent ton œuvre non la mienne . *

* En es tu bien sur ?Quand te décideras tu à admettre que je n'ai fais qu'exaucer ton envie de vengeance *

Le rire du spectre raisonne dans mon esprit mais je reste suffisamment maitre de moi pour que mon trouble ne se perçoive pas . Je sais au fond qu'il n'a pas totalement tord la dessus . Effectivement c'est la colère et l'envie de me venger qui m'as pousser à accepter ce pacte maudit , mais j'ai réalisé depuis à quel point ce prix est lourd à payer . Je suis devenu un damné bien avant de rencontrer Sélène , ne serait ce qu'en acceptant de partager mon corps avec l'Onryô . C'est pour ça que je dois absolument me détacher des émotions de ce genre , pour ne pas le laisser prendre l'ascendant sur moi , et si je dois prendre une vie je le ferais si c'est nécessaire. Mais à aucun moment je ne le ferais sous le coup de la colère ou d'une autre passion de ce genre .

« J’ai perçu votre malaise lorsque j’ai touché votre bras vous étiez quelques peu crispé, j’ai cru préférable de vous informer du pourquoi de ma demande. Saurait été déplacé de ma part de me jouer de vous. J’avoue néanmoins aimer faire duré le secret lorsque je le peux. J’aime sentir la réactions des gens lorsqu’il découvre que je ne vois pas, c’est un amusement pour moi sans vouloir être méchante je choisi les circonstances quand je joue un peu. Et je ne me voyais pas jouer avec vous. »

"J'ai perdu l'habitude d'avoir des contacts avec les gens qui m'entourent , il y a déjà bien longtemps . Mais je vous remercie de votre franchise Heng-San , rien ne vous obligeait à être honnête avec moi . Vous semblez prendre avec le sourire ce que la plupart vivent comme un vrai supplice et rien que cela vous rend digne de respect à mes yeux .Il est juste regrettable qu'il n'existe pas plus de personne comme vous , le monde ne s'en porterait que mieux .." dis je non sans une certaine sympathie à l'égard de cette jeune femme .

Tandis que nous parlons les propos de la jeune femme vis à vis de mon examen sèment le doute dans mon esprit .Visiblement il se pourrait que l'examen ait été avancé d'une semaine auquel cas je l'aurais raté . Je regarde non sans appréhension ma convocation , l'examen a bien lieu aujourd'hui dans amphithéâtre Théodore Roosevelt . Se pourrait il que le l'endroit ait été modifié sans que j'ai été prévenu ? Auquel cas je dois me hâter pour ne pas être en retard , je remercie Bouddha de m'avoir fais croiser Heng-San sans quoi je n'aurais jamais été au courant d'une telle chose tout en regrettant le manque de rigueur dont l'administration universitaire fait preuve .

" Sur ma convocation il est bien dit que l'examen se déroulera aujourd'hui dans l'amphithéâtre Théodore Roosevelt , dans le secteur des Sciences Humaines , Département Histoire . La date d'expédition du courrier date de la semaine dernière , se pourrait il que le lieu d'examen ait été changé ? Si c'est le cas je dois me hâter de partir car je ne sais pas où il se déroule et je ne peux vraiment pas me permettre de le rater .."

Je me relève presque aussitôt avoir prononcé ces mots tant je crains de ne pas arriver à l'heure . Je maudis vraiment la gestion quelque peu cavalière à mon gout que font les université américaines vis à vis de choses aussi sérieuses que sont les examens . Jamais à ma connaissance une telle chose ne se serait produite au Japon...

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ksenia Heng
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 14/06/2010
Localisation : Université / Bureau de l'Organisme A.I.E. / ici et là...
Clan : neutre
Age du personnage : 25 selon ses papiers officiels.
Pouvoirs : Emission/Réception Ondulatoire & Régénération Ondulatoire
Profession : Etudiante en musique / Interprête à temps partiel (en Chinois,Russe, Anglais)
Points de rp : 87

MessageSujet: Re: L'examen [libre]   Mer 11 Aoû - 1:10

" Je ne suis pas sur que l'on puisse vraiment résumer ça à une question d'habitude car quand bien même vous connaissez le campus dans ses moindres recoins , il vous faudrait quand même une canne pour percevoir parfaitement votre environnement . Cela signifie que vous avez quelque chose qui vous permet de compenser l'absence de canne . Mes croyances me font penser au troisième œil mais il existe aussi une autre explication de l'ordre de la génétique ..Si c'est le cas vous n'avez pas à vous sentir gênée de cette particularité avec moi Heng-San"

Était-elle en plein rêve éveillé, lui parlait-on vraiment de mutation… la manière dont il le formula par contre était tout bêtement anodin. Décidément Tonho la prenait par surprise, elle haussa les sourcils très intéressée par ce qu’il avançait. Ce n’était pas l’occasion ni encore l’endroit pour parlez de son talent caché. Son instint lui disait par contre d’éviter d’affirmer ou de réfuter son étrange hypothèse.

« Ce que vous avancez est très intéressant Tonho-san, mais j’ai bien peur de vous décevoir. »Je sortie de mon sac ma fameuse canne rétractable, un faible sourire coupable sur mes lèvres avant de poursuivre.« Je ne suis pas fan de la canne, mais elle est utile et je la range lorsque je peux me le permettre. J’aime beaucoup néanmoins votre culture et cette histoire de troisème œil. »

Lorsque je lui demanda s’il était certain du lieu et jour de son examen, je perçu son agitement. Je m’en voulais un peu de lui causer tout ce stresse supplémentaire étant donnée tout les efforts qu’il avait mis pour s’en venir sur le campus. Ne voyant pas les traits des visages j’avais developper avec le temps à percevoir quand même leur émotion, quand les gens étaient tendu cela se ressentait et c’était précisément le cas. Je ne savais pas trop quoi dire où faire pour calmer Tonho. Je craignais de poser la main dessus lui et de le faire exploser en particule, il me paraissait sur le bord de la panique et je ne voulais pas empirer le tout.

Lorsque je vis sa silhouette bondir sur ses pied, je saisi aussitot doucement le bras de Tonho-san. Nous n’avions aucune raison de nous hâter pour arriver à l’heure, si l’examen était sur le point de commencer il n’y serait jamais a temps surtout que les locaux du service étudiant étaient complètement à l’opposé d’où nous étions. Le temps d’y faire une halte et de trouve le local, j’était prête à mettre ma main au feu que nous n’y serions jamais à l’heure.

« Tonho-san calmez-vous, rien ne sert de se presser. Il faut d’abord se renseigner aux services étudiants pour savoir quand est votre examen… s’il est bien aujourd’hui, le temps de faire le détour pour s’en informer vous arriverez en retard et vous ne pourrez vous y présenter. Il se peut qu’il soit même déjà terminé s’il avait lieu aujourd’hui. Rassoyez-vous un instant…que je réfléchisse. »

J’était mal pour lui, tout ses efforts pour passer un fichu examen afin de recevoir ses équivalents. J’avais néanmoins une idée en tête, si la bureaucratie jouais contre l’avenir de ce jeune homme alors pourquoi ne pas utiliser cette même bureaucratie pour l’en sortir avec son diplôme. Je me leva à mon tour, un sourire plein d’espérance j’espérait vraiment que mon idée fonctionnerait. Je devais avant tout savoir quelques petites choses et qui de mieux que cette bonne fouine d’Antony pour me trouver ce que je voulais savoir. Je fouilla dans mon sac pour y trouver mon cellulaire. Je me mis à composé sur le pavé en braille le numéro et il ne me restait plus qu’à espérer qu’il soit à l’Université.

Quel ne fut pas mon soulagement lorsque j’entendis la voix grave de mon collègue et ami. Je m’excusa à Tonho-san avant de me lever et de m’éloigner de quelques pas afin de ne pas plus l’énervé. Je resta suffisamment proche pour pouvoir l’apercevoir du coin de l’œil, quand bien même il décidait d’aller se perdre à trouver le lieu de son examen j’aurait vite fait de le rattraper. Cet option me sembla tout à fait inutile malgré tout, le jeune homme ne me laissait pas l’impression d’être prêt à foncé sur un coup de tête malgré l’urgence que de passer cet examen pouvait représenter pour lui.

« Antony tu t’imagines pas combien je suis contente de t’entendre! »
« Qu’est-ce que mon incroyable personne peu faire pour t’aider? »
« Tu es au local? »
« Oui… tu as besoin d’un truc en particulier? »
« Va sur le réseau et vérifie pour moi quand à lieu les examens d’Histoire Compteporaine s’il-te-plaît. »
« Pas besoin K, je l’ai coulé la semaine passé. J’aurais jamais du prendre ce cours en complément. Moi et l’art c’est comme mélanger du poisson frit et de la crème glacé au fraise une vrai catastrophe.De plus, si ça n’avait pas été de Camille qui a affiché les changements 2 jours avant l’examen personne n’aurait su pour le changement de date. »
« Est-ce que tu sais pourquoi il rien n'a été envoyé avant? »
« Eh comment je le sais, j’ai creusé tu me connais bien. Déjà que j’aime pas faire les examens t’imagines pas de les voir devancer! »
« Antony épargne moi les commentaires je t’en pris. La raison simplement me suffira. »
« Une erreur informatique tout simplement. »
« Pardon? Comment… »
« Tu sais que maintenant tout es gérer par les ordinateurs. Les horaires étudiants, les charges de cours des profs… les réservations de période d’examen aussi. Il y a eu un bogue, résultat l’ordinateur dit une date… mais en réalité c’était avant. Personne ne s’en ai rendu compte jusqu’à ce que le département de sciences vérifie pour leur séminaire de cette semaine. »
« Est-ce que tu saurais s’il y a des reprises? »« Pas à ma connaissances, quoi que attendu 2 secondes…
Si ya bien une reprise, c’était ce matin dans l’auditorium du batiment B. À 8h00. »

« Autant dire qu’il est fini. »
« euh oui… mais pourquoi ? Un étudiant inscrit au groupe d’aide? »
« Oui et non… »
« Si c’est un étudiant qui demande nos service, tu peux surement arranger quelques choses avec le Directeur du département d’Histoire. »
« Qui est-ce? »
« Une vieille connaissance à toi…. Mister Lafayette »
« Génial. Merci Antony. »
« Bonne chance K, tu vas en avoir besoin »

Je raccrochais et rejoint Tonho où je l’avais laissé en plan. Je serrais dans ma main le petit appareil, Mr. Lafayette… Alain Lafayette un grand homme le meilleur dans son domaine, mais totalement mysogine cachant très bien son aversion envers les femmes, mais ne manquant pas de faire preuve de discrimination sous-entendu et d’une subtilité perverse dans son exercice. Ajoutez à ce génie le fait qu’il me détestait d’autant plus parce que mon père travaillait pour l’université que parce que j’étais du sexe faible. J’avais quelques hypothèses à son sujet moi aussi dont ma préférée : homosexuel refoulé et vieux garçon toujours puceau prit à vivre encore chez sa mère surprotectrice.

Je pris le temps d’effacer le souvenir du rire vicieux de Mr. Lafayette de ma tête et entreprit d’exposer les faits à Tonho.
« J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne est que j’ai le pouvoir de vous faire passez votre examen, malgré le fait que la date est été erroné sur votre convocation et que selon mes sources la reprise arrive à son terme dans quelques minutes. Il se trouve que je suis bénévole pour une Organisme ici à l’Université, L’aide à l’intégration aux étrangers… vous en avez peut-être entendu parler.. ou pas. Bref, je les ressources et l’appui nécessaire pour obtenir du Département d’Histoire votre droit à passer l’examen pour circonstances exceptionnel. »

Je fis une pause cherchant a peser mes mots pour la mauvais nouvelle… Juste le nom Lafayette me donnait de l’urticaire. Je n’étais pas de ces personnes qui déteste les gens, je suis plutôt d’avis qu’en tous et chacun il y a du bon en eux et qu’il faut s’efforcer de le trouver…sauf pour cet homme. Tentant de garder ma voix calme et mes propos objectifs je poursuivit avec la mauvaise nouvelle.

« Pour cela il faut s’entretenir et avoir l’autorisation du Directeur du département d’Histoire… Mr. Lafayette. Je ne vous cacherait pas qu’il ne m’apprécie pas du tout pour plusieurs raison. Mais si vous voulez passez votre test dans les plus bref délai et ne pas le reprendre au courant du prochain trimeste, nous pouvons aller à son bureau aujourd’hui et nous arranger avec ce Mr. »

J’espérais franchement me tromper sur la difficulté à obtenir une période d’examen spécial pour Tonho. Lafayette était quelqu’un de redoutable et j’en savais quelques choses. Si je n’étais pas plus tête-de-mûle qu’il pouvait l’être je ne pourrais pas jouir de mon statut d’étudiant sur ce campus. Je restait muette pour laisser le temps à Tonho d’assimiler tout les informations que je lui avait bombarder et surtout de savoir s’il voulait aller affronter ce dragon en ma compagnie sachant qu’il y aurait dès le départ un os.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tonho Minase
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 30/05/2009
Clan : apprenti Damné
Age du personnage : 21 ans
Pouvoirs : Minase dispose de la faculté de connaitre les peur les plus profondes des gens. . Enfin par un simple contact visuel ,jusqu'à 5 mètres,il peut créer une illusion dans l'esprit d'une personne. Agissant au niveau des neurotransmetteurs , cette dernière plonge la victime au cœur d'une hallucination où ses peurs les plus profondes deviennent réalité.
Profession : Expert en Art Traditionnel Japonais à la Galerie d'art de Soho , suit également des études en Histoire et Histoire de l'Art par correspondance
Points de rp : 217

MessageSujet: Re: L'examen [libre]   Jeu 12 Aoû - 20:27

Je me suis sans doutes trop avancé en émettant l'hypothèse que Heng-San puisse être des nôtres , pourtant cela semblait être l'explication la plus logique . Peut être Heng-San se montre elle juste prudente en niant son éventuelle nature de mutante , si c'est le cas ce n'est pas moi qui lui en tiendrait rigueur vu la méfiance dont les humains font preuves à notre égard . Quoi qu'il en soit je sens bien la réserve dont elle fait preuve à ce sujet et je décide de ne pas insister .J'espère juste ne pas avoir froissé mon interlocutrice avec mes suppositions , et plus encore ne pas avoir révélé involontairement que je suis moi même un mutant si elle ne l'est pas . Heng-San ne semble pas être une personne pleine de préjugés mais on ne sait jamais , les nôtres doivent faire preuve de prudence . L'opinion publique nous perçoit comme des créatures monstrueuses , je ne le sais que trop bien . Je ne suis pas le seul dans ce cas , à ma connaissance tous les Damnés ont eut à subir des persécutions de la part des êtres humains et beaucoup aujourd'hui réclament vengeance . Pour ma part je ne suis pas dans cette optique qu'un bon humain est un humain mort , pas plus que je ne suis convaincu que ma mutation fait de moi un être supérieur . La seule chose qui rend un être supérieur à un autre , c'est le degré d'éveil de sa conscience . Je suis un damné et en tant que tel je suis prêts à me salir les mains si il le faut , car nous ne pouvons pas nous laisser persécuter sans réagir mais je reste convaincu qu'il faut traiter les humains au cas par cas . Le temps n'est plus au dialogue mais ça ne veut pas dire que ça restera toujours ainsi , et je reste convaincu qu'un jours nous pourrons repartir sur de meilleures bases .Perdu dans ces pensée il me faut quelques secondes pour comprendre ce que me dis mon interlocutrice .

"Vous ne me décevez nullement Heng-San , j'espère ne pas vous avoir froissé en émettant l'hypothèse que vous pourriez posséder des capacités surhumaines . La question mutante est un sujet sensible qui divise pas mal de monde . Je serais ravi de parler de mes croyances avec vous , hélas je crains que ce ne soit un sujet bien trop vaste et complexe pour le résumer en si peu de temps . Peut être que si nous venons à nous recroiser je pourrais vous initier aux préceptes de Bouddha .." dis je avec un sourire timide .

Avec tout ça j'en avais presque oublié la raison de ma venue sur ce campus et lorsque Heng-San m'explique qu'il y a de fortes chances pour que le lieu et la date de l'examen qui m'ont été communiqué ne soient pas les bonnes , je sens mes jambes défaillir . Je me relève aussitôt pour trouver au plus vite l'endroit ou je dois me rendre mais c'est peine perdue . Quelques minutes plus tard Heng-San me confirme que je viens bel et bien de rater mon examen . Dire que je suis plus qu'irrité par une telle désinvolture dans ce genre de procédure est encore en dessous de la vérité . Je bouillonne littéralement en pensant qu'à cause de la négligence de l'administration universitaire je risque bel et bien de rater mon année . Dans mon pays ce genre de manque de professionnalisme aurait valu un licenciement au fautif .

"Comment peut on faire preuve d'un tel manque de sérieux ? Décidément certains auraient vraiment besoin qu'on leur apprennent ce que le terme de discipline signifie ..." dis le spectre par ma bouche .

Son ton est glacial et cruel comme à chaque fois qu'il se manifeste en échappant à ma vigilance . J'étais tellement abasourdi par la nouvelle que je ne l'ai pas senti prendre le dessus sur moi , heureusement Heng-San ne peut pas voir mes traits sinon l'air impitoyable qui s'est dessiné sur mon visage l'inquièterait surement . Je fais mon possible pour reprendre le contrôle de mon corps avant que l'Onryô n'en profite pour assouvir ses pulsions sanguinaires contre mon gré . Après quelques minutes de concentration à faire le vide dans mon esprit je suis de nouveau le maitre de mon corps . Heureusement Heng-San a une solution qui me permettrait malgré tout de valider mon année , visiblement il va s'agir de convaincre le directeur du Département de me laisser passer mon examen . Apparemment Heng-San et lui ont eut pas mal de différents mais ça vaut le coup d'essayer .Et bien il ne me reste plus qu'à faire confiance à mon interlocutrice et de prier pour que Lafayette-San accède à ma requête ..

"Et bien puisque je n'ai pas d'autre choix , il ne me reste plus qu'à suivre votre suggestion et demander à Lafayette-San si il veut bien faire preuve de bienveillance à mon égard . Je vous remercie de l'aide que vous m'apportez . J'espère que Lafayette-San se laissera convaincre ..Dans son propre intérêt..."

Je dois être doublement vigilant car l'Onryô s'est éveillé à cause de mon état de nerfs . Il faut absolument que j'arrive à me détendre sinon la situation risque à tout moment de m'échapper et les conséquences pourraient très vite devenir dramatiques ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ksenia Heng
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 14/06/2010
Localisation : Université / Bureau de l'Organisme A.I.E. / ici et là...
Clan : neutre
Age du personnage : 25 selon ses papiers officiels.
Pouvoirs : Emission/Réception Ondulatoire & Régénération Ondulatoire
Profession : Etudiante en musique / Interprête à temps partiel (en Chinois,Russe, Anglais)
Points de rp : 87

MessageSujet: Re: L'examen [libre]   Ven 13 Aoû - 15:39

C’était déjà bien partie, Tonho ne s’était pas écrouler ou laissez emporter par la panique. On pouvait dire que j’avais réussi au moins à ne pas trop le perturber. Je devrais vraiment lui obtenir ce passage d’examen, quitte à user de moyens extraordinaire sur Lafayette. J’allais invité mon compagnon du jour à reprendre chemin lorsqu’il s’exprima d’une étrange manière… c’était comme si ce n’était pas le même homme timide et réservé. Sa voix n’avait plus rien du murmure presque éteint, mais qu’est-ce que j’aimais découvrir cette facette. Ma curieusité n’en fut que d’avantage piqué. Il restait qu’il avait tout à fait raison, la discipline n’était pas à son meilleur… surtout lorsqu’on parlait de sciences humaines.

« Bienvenue en Amérique… » laissais-je échappé d’un ton sarcastique.

En jeta un coup d’œil vers Tonho, je remarqua que sa posture quoique toujours crispé avait légèrement changer… était-ce en lien avec cette manière soudaine qu’il a de s’exprimer? L’irritation produite par tout cette bureaucratie aussi pouvait justifier le tout. Je me demandais si après tout lui et moi n’avions pas quelques choses de plus en commun, s’aurait bien été ma première fois avec une être particulier. Avait-il évoqué le sujet un peu plus tôt pour me mettre à l’aise… avec toutes cette chasse au sorcière qui s’exécutait dans l’ombre ces dernières années il était plus sage de rester discret et l’œil ouvert. Après tout les murs on des oreilles et surtout dans un campus.

J’approcha ma main doucement du bras de Tonho-san sans lui touché, la tête légèrement penché sur le côté j’essayais avec beaucoup de mal de voir s’il était toujours énervé… ou plus calme. Avoir une boule de nerf presque à bondir ne me serait pas utile en face de Lafayette. Il fallait aussi que je passe par le local pour prendre quelques affaires qui m’aiderait à conclure une entente… où à la forcer un peu.

« Dans son propre intérêt, nous allons commencez par aller chercher quelques documents qui m’aideront à vous obtenir l’examen… et ça vous permettera de vous calmez avant la rencontre avec Mr. Lafayette. Venez suivez-moi Tonho-san c’est par ici. »

Le Local n’était pas très loin, je guidais Tonho-san jusqu’à celui-ci. Une fois arrivée, je poussa la lourde porte de verre et la retient pour le laisser entrer. Notre endroit étroit principalement fait sur la longueur, aménagé pour avoir aux extrémités deux aires de repos avec des vieux canapés recyclés et retappé par des bénévoles, c’était un espace malgré tout très lumineux nous avions la chance d’avoir une bel ceinture de verre qui nous séparait du reste de la place centrale et qui nous permettait d’observer les vas et vient des étudiants, de jeter un coup d’œil au Café étudiant où je m’était arrêté ce matin. Déjà il y avait quelques habitué du Local que je pris le temps de saluer et leur présenter Tonho-san sans pour autant le laisser parmis les fauves. Je l’amena dans ce qui était vraiment le Local un ancien coin d’entreposage que nous avions flipper en bureaux. En entrant il y avait un longue table de conférence aux couleurs vives peinturés par de jeunes talents âgés entre 5 et 7 ans. Nous avions 3 postes informatiques à aire-libre, 4 cubicules de rencontre indivuduelle formé d’un vieux pupitre et de 3 chaises. Nous avions 3 bureaux plus 1 totalement isolé et fermé à clé. Nous étions 6 bénévoles permanents tous jumelés par 2 pour un bureau. Antony et moi-même étions sur le même, au final nous étions assez compacter, mais la proximité avait un bon côté c’était plus chaleureux et moins intimidant. Depuis mon arrivée beaucoup de choses avant changer, mon statut d’aveugle avait au moins fait en sorte que tout notre espace restait propre, ordonner et facile de mobilité. Tout avait sa place pour mon plus grand bonheur et me simplifié la vie.

En entra dans notre section j’entendais déjà le fourmillement et les voix de mes amis, je décida de faire installer Tonho-san à la grande table afin qu’il ne se sente pas trop envahi en l’amena à mon bureau où c’était relativement coincé. D’ailleurs Antony était toujours là je l’entendais siffloter gaiement. J’indiqua poliement à Tonho-san une chaise qu’il pouvait emprunter quelques instants.

« Nous serons ici que pour un cour moment, j’ai juste besoin de quelques informations pour mieux vous aidez. Si vous voulez, il ya du thé et des biscuits dans le petit meuble derrière vous et sur le dessus le contenant métallique contient de l’eau chaude. » Je souris alors que l’odeur des petits gâteaux d’Ann flotta jusqu’à mes narines, je poursuivis d’une voix calme. « Vous pouvez aussi vous servir dans les patisseries sous la cloche, ils sont excellent. Je vous reviens dans 2 petites minutes. »

Je déposa gentilment ma main sur la sienne avant de rejoindre Antony à notre bureau, celui-ci n’avait pas manqué de relever l’originalité de mon compagnon. Sans une vanne pourrie approché je le foudroya du regard avant même qu’il ne prononce un mot. Je lui demanda de me trouver la liste des communications faites aux étudiants afin de m’assurer qu’aucune lettre pour notifié le changement de l’Examen avait été posté… Puis je pris une chemise et quelques formulaire et les documents qu’Antony me fit imprimé pour aller rejoindre Tonho-san. Je pris place à côté de lui.

« Je dois tout d’abord vous demandez de remplir ceci… je sais c’est un tout petit bout de papier, mais il fait office de demande de service pour nous. Ce qui empêchera Mr. Lafayette de m’envoyer balader. J’ai simplement besoin de votre nom en lettre moulé et de votre signature »

Je lui tendit le petit bout de papier, ayant la date et pour seule inscription : Etre étranger, c’est sourire et opiner du cher, c’est lire sur les lèvres, juste pour le plaisir de s’assurer que ça ne change strictement rien. Etre étranger, c’est être sous l’eau quand d’autre vous parlent à la surface, les sons pénètrent, mais pas le sens. Tania de Montaigne

« Ceci est pour nous ici notre engagement à vous aidez, qu’il ne s’agisse d’une seule fois où de milliers on ne compte pas. Il n’y a pas de frais, jamais. Les autres documents que j’ai ici sont les listes de communiqués imprimés et postés aux étudiants… comme je le pensais, seule la copie de votre convocation à l’examen qui est erroné a été produite… aucun erratum officielle. Autant dire que c’est gagné d’avance.
De plus afin de vous évitez trop de déplacement, j’ai demandé à ce que Mr. Lafayette vient à nos locaux… il ne reste plus qu’à l’attendre. Est-ce que cela vous convient? »


Je rangea les listes dans la chemise avec la bon signé par Tonho-san et les laissa sur la table.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tonho Minase
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 30/05/2009
Clan : apprenti Damné
Age du personnage : 21 ans
Pouvoirs : Minase dispose de la faculté de connaitre les peur les plus profondes des gens. . Enfin par un simple contact visuel ,jusqu'à 5 mètres,il peut créer une illusion dans l'esprit d'une personne. Agissant au niveau des neurotransmetteurs , cette dernière plonge la victime au cœur d'une hallucination où ses peurs les plus profondes deviennent réalité.
Profession : Expert en Art Traditionnel Japonais à la Galerie d'art de Soho , suit également des études en Histoire et Histoire de l'Art par correspondance
Points de rp : 217

MessageSujet: Re: L'examen [libre]   Ven 13 Aoû - 23:25

Je constate avec amertume que si dans mon Japon natal l'administration fait son travail sérieusement , ici il n'en est rien . A croire que la rigueur est une chose inconnue par les fonctionnaires américains . Si une telle chose s'était produite là d'où je viens le fautif aurait été licencié aussitôt sans compter le déshonneur qui se serait abattu sur lui , car se faire renvoyer pour manque de sérieux est une chose qui est loin d'être appréciée dans ma culture . Je dois cependant faire attention à ne pas laisser ma colère m'envahir car sinon je sais que le spectre en profitera pour prendre le dessus . Heureusement dans mon malheur la chance me sourit encore puisque Heng-San peut encore s'arranger pour me faire passer mon examen . J'aurais aimé pouvoir faire autrement pour éviter d'être son débiteur , car je n'aime pas avoir de dettes d'honneur envers une personne aussi charitable soit elle mais il semble que mes options soient limitées . Je ferme les yeux quelques secondes et je respire lentement afin de vider mon esprit de toutes pensées négatives , autant éviter d'empirer cette situation en perdant mon calme . Je vais essayer la voie diplomatique pour le moment et si l'administration décide de faire la sourde oreille alors je serais forcé de me montrer plus persuasif , bien que cela me répugne de faire appel à ma malédiction .

Je sens l'Onryô s'agiter en moi , sa présence semble plus forte qu'auparavant pour une raison que j'ignore . Sans doute mon stress doit le renforcer , pourtant je sens que c'est différent de d'habitude . Je ne saurais pas dire précisément ce qui se passe mais visiblement quelque chose à changé , comme si une porte s'était ouverte entre mon esprit et le sien . Je dois être doublement vigilant tant que je ne saurais pas ce qui se trame . Sa voix me semble beaucoup plus audible qu'auparavant , ses murmures habituels se sont transformés en chuchotements . La différence est faible mais suffisante pour que je la remarque . Ce qui me perturbe surtout c'est de me sentir étrangement mieux que d'habitude , sans que je puisse l'expliquer de manière rationnelle je me sens beaucoup plus calme qu'il y a quelques minutes . Ce soir si je peux , j'essayerai d'en parler à Sélène-Sama , elle pourra sans doute m'aider à y voir plus clair la dedans .Avec un immense effort j'arrive à focaliser mon esprit sur mon examen . Heng-San a raison , si je dois rencontrer Lafayette-San je ne dois pas me laisser distraire par autre chose ..

" Je vous suis Heng-San , vous me voyez sincèrement navré de devoir ainsi abuser de votre temps et de votre gentillesse . Si seulement l'administration universitaire pouvait prendre exemple sur vous cela éviterait bien des tracas à la population estudiantine ." dis je dans un murmure sur un ton beaucoup plus calme que tout à l'heure .

Je suis mon guide jusque dans ce local , mon corps est nettement moins crispé qu'auparavant . J'imagine que ce n'est pas étranger au changement que j'ai senti se produire en moi quelques minutes auparavant .Ma sensation de malaise s'est atténué elle aussi et pourtant il y a toujours autant de monde , j'ai l'impression que l'Onryô est plus présent en moi ou plutôt que lui et moi sommes plus en phase qu'auparavant . Comment une telle chose pourrait être possible ? Nous passons nôtre temps à nous affronter . Décidément je ne comprend rien à ce qui a put se produire . Je m'assoie sur la chaise que Heng-San m'a indiqué , je reste silencieux car mon esprit est trop occupé par ce qui est en train de se passer en moi pour que je puisse décrocher un mot . J'indique d'un signe de tête silencieux à Heng-San que j'ai bien compris ce qu'elle vient de me dire .

Maintenant que je suis seul je décide de boire un thé , certes je ne m'attends pas à quelque chose d'extraordinaire mais cela me permettra sans doutes d'oublier un peu mes soucis le temps d'une dégustation . Je dégrafe lentement le col de mon manteau afin de pouvoir boire . Je verse l'eau encore frémissante dans ma tasse , les parfums du thé me montent aux narines . Comme je m'y attendais il est loin d'être exceptionnel mais je dois admettre qu'il est bien meilleur que je ne l'imaginais . Je laisse mon chapeau rabattu sur mon visage en partie découvert car une personne pourrait entrer et constater ma particularité physique , bien que la blancheur excessive de ma peau attire déjà l'attention . Je profite de ce moment de calme pour relire une dernière fois mes notes , de toutes manière vu que je ne vais pas passer mon examen tout de suite autant en profiter pour réviser un peu . Comme mon chapeau me gêne dans ma lecture , je le relève un peu révélant ainsi mes pupilles écarlates , je suis tellement absorbé par ma lecture que je n'entends pas Heng-San revenir . En entendant sa voix je ne peux m'empêcher de sursauter tant elle m'a pris par surprise , heureusement qu'elle est aveugle sinon elle aurait surement pris peur en voyant mon visage ainsi découvert. J'examine rapidement les documents qu'elle me montre avant de les saisir et de les remplir .

"Je comprend , une formalité administrative en somme . Je vous remercie encore de prendre le temps de vous occupez ainsi de mon cas mais j'ai l'impression que votre organisme est habitué à voir ce genre de choses . Heureusement que l'incompétence qui gangrène cette université ne semble pas avoir atteint votre service . Puis je me permettre de vous posez une question ? Lafayette-San et vous ne semblez pas en bon termes , est ce à cause de votre travail dans cet organisme ou cette inimitié est plus personnelle ?" dis je en rabattant mon chapeau .

Pour le moment inutile de révéler mes traits à Lafayette-San ,surtout que de son bon vouloir dépends le passage de mon examen...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ksenia Heng
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 14/06/2010
Localisation : Université / Bureau de l'Organisme A.I.E. / ici et là...
Clan : neutre
Age du personnage : 25 selon ses papiers officiels.
Pouvoirs : Emission/Réception Ondulatoire & Régénération Ondulatoire
Profession : Etudiante en musique / Interprête à temps partiel (en Chinois,Russe, Anglais)
Points de rp : 87

MessageSujet: Re: L'examen [libre]   Dim 15 Aoû - 3:37

N'ayant pas remarqué à quel point Tonho-san était dans sa bulle, en revenant m'asseoir à la table près de lui je perçu le traisaillement de son corps. Je lui souris désolé de l'avoir surpris de la sorte. Je lui explica les papiers que j'avais rassembler pour son dossier après quoi nous n'avions plus qu'à attendre après Mr. Lafayette. Le qualificative utilisé par mon compagnon me fit sourire. Si seulement il s'agissait de gangrène... on parlait ici plutôt d'un virus persistant qui malheureusement une fois vaincu semblait aussitot retrouver du poil de la bête dans un second individu. Il ne semblait pas y avoir de fin à ce cercle vicieux. Nous il était vrai que nous étions chanceux de ne pas compter ce genre d'individu parmis notre Organisme... du moins pas à ce que je sache.

« Il se peut que notre immunité nous viennes du fait que tous ici sommes bénévole et aucunement rémuné » lancais-je avec une pointe d’humour et teinté d’un soupçon d’ironie.

En préparation à notre petit entretien, je me leva pour préparer du café dans l’espoir que ce petit remontant adoucisse l’humeur de notre futur invité… quoique de la caféine était plutot un excitant. J’hésita un instant… et tant pis, je mis la préparation pour une petite quantité et me servit un thé noir. Il n’aurait qu’à s’étouffer avec son café, je pouvais même parier qu’il le penserait empoisonné s’il savait que j’avais mis le tout dans la machine moi-même. J’écoutait d’une oreille distraite aux propos de Tonho, je ne pu éviter de laisser échapper un soupir en même temps que je m’apprêtais à humecter mes lèvres du liquide fumant. Je déposa ma tasse afin de répondre à ses questions

Je pris un moment avant de répondre, avala un mince filet d’eau aromatisé et puis déposa ma tasse sur la table. Par où je pouvais bien commencer, l’histoire n’était certes pas des plus intéressantes et j’avais un peu en horreur de devoir m’étaler ce le genre d’individu comme Mr. Lafayette. En parler était signe que je lui donnait plus d’important qu’il n'en méritait réellement… mais dans les circonstances, je ne pouvais pas refusé à Tonho de répondre à ses interrogations. Après tout, ce n’était un secret pour personne… du moins pour le corps professoral et les membres de l’administration. Comment cela avait débuté déjà?...

« Ne pas être en bon termes est assez faible Tonho-san… je dirais que je ne connais aucun être plus détestable que ce Mr. Lafayette, je reconnaisa cependant que c’est sans nul doute le meilleur dans son domaine ce qui néanmoins n’en fait pas un meilleur individu pour autant. Le génie n'empêcha point l'ignomie.» Je me cala dans mon siège et entreprit de raconter l’essenciel en un court récit. Je cru nécessaire de m'expliquer dans la langue natal de Tonho-san évitant ainsi les ragots et la prolifération de vieux jours qu'il vallait mieux laisser reposé tranquille.

« C’était il y a 5 ans maintenant, un peu plus peut être… enfin..Ce qui a tout déclencher c’est que Mr Lafayette c’était vu refusé des fonds pour un projet archéologique et soi-disant ces fonds qui devaient lui revenir aurait été attribué au département des sciences pour leur permettres d’acheter des équipements essentielles à leur recherche… l’arrivée de mon père à l’Université coincida exactement avec cette décision de l’administration. Mon père est un Biologiste de renommé internationnal et il n’est pas rare qu’on lui demande de venir diriger des projets de recherches comme ce fut le cas et qui nous amenez aux Etats-Unis.

La sauce à tournée lorsque je suis arrivée près de 2 mois après mon père, j’ai intégré l’Organisme faisant parti d’un groupe communautaire similaire qui m’y avait référé,.J’ai été rapidement jumelé avec des étudiants étrangers et il s’est trouvé que j’eu à traduire dans les cours de Mr. Lafayette.L'une d'elle ne comprenait pas suffisamment l’anglais pour pouvoir suivre ses cours, aussi je lui traduisait. Je n’était jamais tombé sur un professeur aussi intrangisant et irritable… Il a arrêter son cours magistral subitement et à commencer à se moquer de la jeune fille. Elle ne comprenait pas sur le coup, qu’il se moquait d’elle… je ne pouvais pas voir son visage, mais j’aurais juré qu’il prenait un malin plaisir à la rabaisser de manière détourné.

Ce qu’il ne savait pas à ce moment là c’était que j’ai toujours avec moi un mini magnéto afin de pouvoir faire un résumé du cours passé avec l’étudiant. Je me suis risqué à critiquer son comportement, ce qu’il n’a pas du apprécié car ses allusions sordide et mysogine on continuer. L’étudiante a fini par ce rendre compte qu’il se moquait de nous, je lui es demandé si elle voulait partir. Elle avait du caractère et nous sommes rester jusqu’à la fin.. après quoi je suis aller directement voir l’administration avec une copie de ma bande.

Pour tout dire, il ne c’est pas passé grand-chose… un avertissement tout au plus… après quoi à chaque fois que je traduisais dans sa classe, il négligeait de me remettre des documents, ou me les remettaients brochés en désordre, des trucs débiles comme ça. Nous en sommes arrivez à une confrontation plus personnel lorsque j’ai remarqué que les étudiantes particulièrement quittaient abrutement ses classes. Des notes à la baisse, des critiques trop sévère et injustifié avaient raison d’elle et de certains aussi. L’Organisme à alors commencer à monter un dossier contre lui voyant qu’une augmentation soudaine d’étudiants venaient nous voir pour des problèmes dans ses cours. Nous avons tout rassemblé pour démonter l’usage abusif qu’il faisait de son autorité. Mr. Lafayette était et est encore toujours un peu comme une célébrité ici. Il apporte la pub et de gros donnateur alors les administrateurs se voilent les yeux et encaisse ses frasques. A l’époque il n’était pas directeur…

Plusieurs donnateur importants pour l’université ont fait pressions suite a certain événements qui risquait de nuire à la réputation de l'Université et Mr. Lafayette a quitté avant la fin du trimestre pour l'Europe.Depuis, nous n’avions plus eu d’incident avec lui A ma connaissance, il a été un long moment absent... s'il est de retour il est directeur que depuis 6 mois tout au plus. Probablement un moyen de notre cher administration de retrouver sa vedette une fois le calme revenu... le fait qu'il soit directeur leur permettre aussi d'éviter de le mettre directement en contact avec des élèves. C'est mon opinion personnelle... »


Je me surprenais moi-même je n’avais pas eu la moindre once d’agressivité en racontant les quelques faits, car il était plus nombreux encore… et je n’avais pas non plus juger bon de parler d’Eugena. D’ailleurs dans le bureau même si tout le monde avait à cœur ce que nous faisions pour aider sur le campus, il en restait pas moins que plusieurs aimaient aussi le boulot pour les potins. Hormis moi et Antony personne ne connaissait le chapitre Eugéna, les bénévoles se renouvelant rapidement ceux qui savaient étaient déjà diplomé ou avait quitter pour changer de campus.

Antony qui justement, devait probablement m’écouter d’une oreille attentive sans pour autant comprendre se doutait que j'était trop honnête pour mentir sur mon désaccord avec le directeur. La posture et l’énergie qu’il dégageait à l’instant était tendu, une tension contrôlé, les autres bénévoles présents vaquaient à leur occupation et avaient même quitté les bureaux pour nous laisser tranquille. Lui autant que moi étions sensibles à se remémorer ce début difficile, même s’il ne s’agissait que d’un court laps de temps au final qui c’était écoulé. Un grin de sable dans l’éternité.

Je pouvais sentir Antony endossé contre le mur, imaginé sa machoire quelques peu crispé le regard flou. Je le fixait doucement, caressant du regard sa silhouette partageant ô combien sa peine et sa rage. J’étais désolé pour le remous que je provoquais en lui à ce moment, j’aurais aimé lui évité d’en parler en sa présence. Sa bonne humeur et son air guillerret était devenu si sombre.

« Antony… Tu n’avais pas un cours? »Je le vis relevé la tête dans ma direction, du moins, je ne le voyais pas complètement une partie de sa silhouette était complètement inexistant car il se tenait à la limite de ma vision. J'avais plutôt perçu le mouvement et interprêter avec le ton de sa voix qui le trahissait.
« Tu as raison j’ai mieux à faire, je vais vous laissez… d’ailleurs le monstre devrait arriver bientôt. »
« Ant… » commencais-je…je me tue alors qu’il leva sa main dans un signe qu’il n’était pas utile de continuer ce que j’allais dire.Il me fit taire, je savais qu’il avait compris et qu’il était inutile de lui sortir une leçon de contrôle, ni même de lui rappeler qu’il n’y avait été pour rien. Je le vis allez chercher son sac, et l’entendit sortir par la porte du fond après quoi je me retourna vers Tonho. Nous étions maintenant seul, avec comme musique de fond le faible bruit de la machine à café.

« Tout ça n’est qu’on résumé politiquement correct de l’histoire de notre conflit. »

Je me remis à boire à petit gorger mon thé ayant quelques peu refroidit, j’étais un peu plongé dans de vieux souvenir… Eugéna ... remuer ces choses aller me mérité d’avoir Antony qui me ferait la gueule pour au moins une semaine durant. Sans côté que j'allais goûter à son air bourru par la même occasion.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tonho Minase
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 30/05/2009
Clan : apprenti Damné
Age du personnage : 21 ans
Pouvoirs : Minase dispose de la faculté de connaitre les peur les plus profondes des gens. . Enfin par un simple contact visuel ,jusqu'à 5 mètres,il peut créer une illusion dans l'esprit d'une personne. Agissant au niveau des neurotransmetteurs , cette dernière plonge la victime au cœur d'une hallucination où ses peurs les plus profondes deviennent réalité.
Profession : Expert en Art Traditionnel Japonais à la Galerie d'art de Soho , suit également des études en Histoire et Histoire de l'Art par correspondance
Points de rp : 217

MessageSujet: Re: L'examen [libre]   Mar 17 Aoû - 0:55

L'ironie de Heng-San ne m'échappe nullement et j'en conclue qu'elle doit être particulièrement amère de voir ce genre de choses se produire dans un lieu aussi sérieux qu'une université .J'imagine assez aisément ce que dois ressentir Heng-San en faisant tous les jours face à la négligence et au manque de sérieux de l'administration . L'ironie dans tout ça c'est que les Américains se vantent du prestige de leur universités , la réalité comme je le constate est toute autre . Décidément je suis de plus en plus déçu par ce pays , enfin à défaut de pouvoir changer les choses je dois me résigner à faire avec les aberrations de ce genre . C'est dans ce genre de moment où mon exil me pèse encore plus qu'à l'ordinaire , dans mon Japon natal ça ne serait jamais arrivé . Heureusement que Heng-San dispose des moyens nécessaires pour me faire passer mon examen malgré ce contretemps . Je profite du fait que mon interlocutrice doit s'absenter pour me mettre un peu plus à l'aise et relire mes notes . Bientôt je suis tellement absorbé par ma tache que je perd la notion du temps , et c'est non sans un sursaut que je constate son retour . Heureusement la cécité de Heng-San lui épargne le spectacle de mes traits si particuliers , si certains mutants peuvent dissimuler leur nature je n'ai pas cette chance . C'est pour cette raison que je dissimule mon apparence du mieux que je peux lorsque je sors du QG , je ne connais que trop bien le regard que les autres portent sur mon physique .

Tandis que je remplis les papiers que m'a transmit Heng-San je ne peux m'empêcher de repenser à la manière dont elle a parlé de Lafayette-San , j'ai pu remarquer dans ses propos une certaine tension à l'égard de cet homme .Je ne souhaite pas me montrer indiscret mais étant donné que la possibilité de passer mon examen dépend de cet homme , j'aimerai savoir ce qui a put se passer afin de me faire une idée de mon futur interlocuteur . Je sens bien que Heng-San est hésitante , pourtant elle se décide enfin à me confier les origines de leur inimitié . Pour plus de précaution elle me raconte les détails de cette affaire dans ma langue maternelle , au fur et à mesure de ses propos je me sens bouillonner de colère en entendant les exactions dont cet homme s'est rendu coupable . Dans les valeurs que l'on m'a inculqué un professeur est une personne respectable qui est là pour enseigner non seulement un savoir mais aussi une certaine droiture morale ,aussi voir un enseignant faire de la discrimination est une chose abominable à mes yeux . Depuis ce que j'ai subis dans mon pays je ne supporte plus la discrimination quel que soit la communauté contre laquelle elle est dirigée , encore plus lorsque ce genre d'action est faite par un homme censé enseigner . Je ne peux m'empêcher d'éprouver du mépris à l'égard de cet homme qui a ainsi déshonoré sa fonction .

"Ce comportement est tout à fait méprisable et encore plus de la part d'un enseignant . Si une telle chose s'était produite dans mon pays le coupable aurait encouru de sérieuses sanctions mais vu son influence je comprend que l'université ait préféré étouffer l'affaire . Pourtant on ne peut pas laisser ce genre de choses impunies , il y a peut être une solution mais il faudrait que vous ayez encore l'enregistrement . Bien sur vu le peu d'éléments je ne vous garanti pas que le résultat soit vraiment efficace , il aurait fallu dans l'idéal qu'il ait commis un acte beaucoup plus grave pour que je puisse vraiment vous venir en aide . Pour le moment avec ce que vous me dites je peux dans le meilleur des cas , l'éloigner de l'université pour un bon moment ..." dis je dans un murmure frémissant de colère et d'indignation

De nouveau je sens l'Onryô s'agiter en moi , depuis ce qui s'est passé avec mon bourreau ce genre de personne a le don de me faire sortir de mes gonds . Cela ne tiendrait qu'à moi j'expédierai Lafayette-San entre les mains d'Enma afin qu'il puisse laver son âme de ses péchés mais j'ai besoin de lui pour passer mon examen . Pourtant je ne cesse de penser que cet homme mérite un châtiment exemplaire , je songe qu'après avoir obtenu de lui le fait de passer mon examen rien ne m'empêchera de parler de cette histoire à ma douce . Être intime avec la directrice adjointe du plus grand cabinet d'avocat de New York apporte des avantages non négligeables dans ce genre de situation , connaissant ma fleur de Lotus elle ne pourra qu'être enthousiaste à l'idée de faire tomber ce genre d'individus .

"Bien sur je ne vous cacherais pas que l'éloigner est un châtiment encore trop doux à mes yeux .Personnellement j'estime que ce genre d'individus ne méritent qu'une seule chose :être écrasé sans remord d'un coup de talon comme la vermine qu'ils sont . Malheureusement l'influence dont ils disposent les mettent à l'abri de la sanction qu'ils méritent..Enfin pas tant que ça au final , il faut juste savoir frapper au bon moment .." une fois de plus le ton du spectre donne une consonance méprisante et cruelle aux murmures qu'ils prononce par ma bouche

Pourtant je suis tout à fait d'accord avec lui , même si mon idée du type de châtiment diverge fortement de ce à quoi il pense . Cependant même si c'est cet homme qui m'aura permis de passer mon examen , il est hors de question que je laisse une telle chose impunie . Heng-San s'est montrée charitable à mon égard , l'aider est une question d'honneur sans compter l'antipathie que j'éprouve à l'égard de cet homme . Heureusement que Heng-San est aveugle car l'expression de cruauté qui s'est dessiné sur mon visage lui ferait probablement peur . Mais il n'est pas dans mon intention de l'effrayer aussi je reste silencieux tant que l'Onryô est ne s'est pas apaisé . Je dois pourtant reprendre le dessus puisque Lafayette-San peut arriver d'un moment à l'autre . Je vide mon esprit de toutes pensées négatives et c'est non sans mal que je suis de nouveau maitre de mon corps . Je sens que parler de ça a fait remonter des souvenirs douloureux à Heng-San , je me sens gêné de lui avoir posé cette question car c'est à cause de moi qu'elle a du se replonger dans ces moments difficiles..

"Je suis désolé de vous avoir forcé à repenser à tout ça , je vais faire mon possible pour que cette affaire n'en reste pas là . Nous en rediscuterons après l'entretient avec Lafayette-San mais soyez assurée que son karma le rattrapera
...Et bien plus vite qu'il ne le pense..."


Ces dernières paroles sont prononcées par le spectre qui décidément semble beaucoup plus présent qu'avant . Pour une raison que j'ignore je sens beaucoup moins lorsqu'il prend ainsi le dessus sur moi . Mais ce qui m'étonnes le plus c'est que je commence presque à trouver ça agréable. Il va vraiment falloir que je parle à Sélène de ce changement que j'ai ressenti en moi aujourd'hui cela devient vraiment urgent...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ksenia Heng
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 14/06/2010
Localisation : Université / Bureau de l'Organisme A.I.E. / ici et là...
Clan : neutre
Age du personnage : 25 selon ses papiers officiels.
Pouvoirs : Emission/Réception Ondulatoire & Régénération Ondulatoire
Profession : Etudiante en musique / Interprête à temps partiel (en Chinois,Russe, Anglais)
Points de rp : 87

MessageSujet: Re: L'examen [libre]   Mar 17 Aoû - 18:42

Tonho-san était vraiment curieux, il y avait à peine 2 heures que nous nous connaissions et l’étrange impression que quelques choses avait changer en lui n’arrivait pas à me quitte. Il semblait moins tendu, sa voix malgré qu’elle restait en partie murmure passait de ce que j’avais pris pour de la timidité à ce qui était tout bonnement un ton bien plus froid et cruelle. Etait-ce moi qui avait pousser les pauvres nerfs de ce si gentil personnage quoi qu’étrange, mais tout de même très intéressant jusqu’à leur point de rupture. Je ne pouvais que rester dubitatif face à cette étrange subtilité qui allait et venait par moment. Sans doute avait-je manqué d’objectivité en faisant part de mon histoire sur Lafayette avec Tonho-san, j’avoue qu’en y repensant bien c’était un peu… très peu professionnel.

Maintenant que nous étiez seul dans nos bureaux, je gardais l’ouie attentive à tout bruit de pas sachant que notre invité allait probablement tenter de se glisser en douce pour écouter au porte afin de voir si nous parlions de lui aussi je décida plus convenable de continuer de m’exprimé en japonais pour éviter toute mauvaise surprises. Le bruit au bout du couloir me renseignait que les étudiants devait être aller en classe, Antony devait avoir ferme le local pour le diner en sachant qu’elle genre d’invité nous attendions. Que de prévenance Antony… que de prévenance.

« Je partage votre opinion et sachez que si je pouvais moi-même faire justice je l’aurai faire il y a bien longtemps. Suite à ses événements nous avons plusieurs de nos bons amis et intervenants vu quitter nos locaux et même certains ont décidé de changer de ville. Nous avons été confronter à un choix… et nous avons choisi de rester pour continuer notre mission ici sur le campus. Par mon obstination à cette époque, j’ai failli entrainer l’expulsion de notre Organisme du campus, c’est ironiquement aussi ce même comportement qui m’a fait montrer au sein de l’Organisme d’ailleurs.

Pour ce qui est des enregistrements, tous pièces relatives à Mr. Lafayette on était concervé par les autorités et nous avons été obliger de leur les remettres ainsi que toutes les copies existantes du au mandats concernant la poursuite judiciaire qui a déjà été intenté contre Mr.Lafayette. Un histoire que je ne peux vous raconter en ses lieux… mais il se trouve que malgré mon sens de l’éthique et du respect des lois, je ne suis pas aussi parfaite et raisonnable. J’ai toujours l’original rangé en sécurité, ainsi que mon propres dossiers personnel sur le sujet et divers documents qui n’ont jamais été pris en compte aussi. »


Malgré que je murmurais mes paroles et m’exprimait sur un ton tout à fait désinvolte, il n’en restait pas moins que j’était très contente et soulager d’avoir une oreille à m’écouter… Si l’occasion s’y prêtait, je crois que j’allais même jusqu’à aller déterré le souvenir d’Eugéna. Tout cela me troublait plus que je ne le devais, mais il s’agissait là de mes premieres balbutiements à New York et de la triste histoire d’une amie qui m’était très chère. C’était sans doute un épisode très noir et sordide du l’opus de l’Université. Ksenia rassembla les papiers duement rempli par Tonho pour les mettre à son dossier. J’entendis des pas s’approcher de l’aire vitré qui entourait nos espaces, ils s’arrêtèrent et un instant après la sonnette retentit dans nos bureaux. Antony avait lui aussi prévu l’aspect fouine de ce monsieur et avait bien fait de verrouillé derrière lui.

« Ce doit être Mr. Lafayette, je vais lui ouvrir. Pour le moment tenter de mettre de côté ce que j’ai partagé avec vous. Essayons tout d’abord de régler cela de manière civiliser...et de la manière la plus douce possible je n'ai pas envie de refaire la peinture. » dis-je avec une pointe d'humeur quelques peu tordue.

Je me leva pour aller à la porte de verre ouvrir à Lafayette… s’il était bien question de lui. Je me rendit à la porte, il y avait bien une silhouette mais aussitôt qu’elle sembla me voir celle-ci eu un mouvement de reculs et semblant vouloir s’éclipser. J’ouvris la porte néanmois et l’ordeur très particulière qui avait tendance à coller au vêtements de ce individu me signala qu’il était bien question de notre invité si patienment attendu. Je préféra jouer le jeu du voyant, percevant très clairement la silhouette de Mr.Lafayette qui reculait en faisant le moins de bruit possible. Mon regard alla se connecter directement sien, j’arborais un sourire plaisant comme si c’était notre première rencontre.

« Mr. Lafayette je suppose? » Je perçu l’hésitation dans le silence qu’il eut suite à mes paroles. S’il pensait que j’allais le laisser filer en douce il allait vite s’apercevoir que je ne le laisserais pas faire. Dans le temps c’était tout autre chose, là il n’était question que d’un examen par d’un mort. Je décida de jouer la carte de l’innocence. Je m’avança à l’extérieur pour lui tendre la main, le mouvement de tête me signala qu’il était dubitatif qu’à mon approche. Me reconnaissait-il? Il y avait déjà près de 5 ans que nous nous avions vu, et durant tout le long processus je n’avais été que la fille du Docteur Heng. Cet perte de mémoire du au temps passé à l’étranger à faire je ne sais quoi pouvait mettre très utile et j’allais l’utilisé jusqu’à son plein potentiel. S’il ne me reconnaissait pas alors il serait plus facile d’obtenir ce que je voulais.

« Effectivement, mais ai-je l’honneur de vous connaitre mademoiselle? » ses mots résonnait à mes oreilles comme des ongles sur un tableau noir. Je n’exprima cependant aucunement mon dégout de me retrouver en sa présence.Voyant qu’il ne prenais pas ma main, je l’abaissa et lui sourire de plus bel. D’un signe plus que polie jel’invita à bien voulant pénétré dans nos locaux tout en me présentant.
« Je suis Madame Antonovitch, si vous voulez bien nous allons prendre place dans mon bureau pour plus d’intimité. »

Je le vis se décontracter lorsque je me présentant, visiblement il était soulager de ne pas avoir à Miss Heng. Je ne pouvais que me réjouir intérieurement. Je conduis Mr. Lafayette jusqu’au bureau où nous attendait Tonho-san. Je referma la porte de verre à clé afin qu’on ne vienne pas nous perturble et mit la petite pancarte absent à la vitre pour indiqué aux étudiants qu’ils devraient passé plus tard. Mr.Lafayette semblait jouer la carte du gentlement, il frolait le zèle en m’ouvrant la porte.
« Madame Antonovitch »
« Merci bien, il est reste très peu de galanterie de nos jours c’est grandement apprécié. » Je fis le tour de la table de conférence où était assis Tonho-san et alla me mettre près de lui.

Le directeur après avoir fermé la porte remarqua la présence de Tonho, la gestuelle de son corps ne me laissa pas l’ombre d’un doute qu’à l’instant même où il avait vue le jeune homme il devait se maitrise arborant un sourire forcé pour parraitre aimable. Je perçu le pas lent qu’il avait l’habitude de faire lorsqu’il interrogeait le gens du regard. Naivement je repris, un peu nounoune type de la fille jolie, mais pas trop brillante.

« Je manque à toutes mes responsabilité, veuillez-m’excuser. Mr. Lafayette »
« Alain je vous pris madame. » me lanca-t-il propablement avec un air séducteur par le biais de ses yeux de crapaux. Je lui souris amusée et reprit en me gardant une petit gêne pour ne pas l’étrangler.
*Décidément il veut ma mort l’espèce de … argg!!! *
« Alain… je vous présente Tonho-san, un étudiant par correspondance de votre département. » lui répondit-je avais une voix en sucre juste pour continuer sur ma lancé. « si vous voulez bien prendre place Monsieur… Alain, excusez-moi. Nous pourrions commencez notre entretiens. Puis-je vous servir un breuvage, du café peut-être? »

Mr.Lafayette prit place en face de moi, tout comme je le devinais évitait de regarder Tonho son apparence quelques peu original le troublant visiblement. Il accepta néanmoins le café et je me maudit de ne pas l’avoir véritablement empoisonné… quoi que le bon vieux coup du laxatif m’aurait tout aussi bien arranger dans pareille circonstance. Je le servis et alors que je déposais sa tasse je sentis son regard me détaillé ouvertement, je sentis même dans le mouvement qu’il avait eu pour croiser les jambes qu’il avait fait exprès de m’effleur la jambe. Le rouge me monta au joue, me donna les pommettes que très légèrement rosés. Avec toute la maitrise du monde, je laissa échapper un faible ricannement coquet et retourna à ma place bouillonnant intérieurement.

*S’il ose ne serait que mettre qu’un cheveux sur ma personne je le …!!! Non mais faut pas être gêné surtout!...Bon vite qu’on en finisse sinon je ne pourrais plus me contrôler et je risque de faire un coup d’état.*

J’alla rejoindre mon siège et me cala à l’intérieur, alors que Lafayette avait entamé un brin de conversation pour évidemment me faire plaisir avec ce qui était présentement mon protégé. Je le vit prendre ses aises d’homme je-suis-le-meilleur et blablabla... Il était visiblement en confiance et je croisais les doigts pour queTonho-san puisse jouer l’étudiant accablé et surtout ne pas prononcé en aucune manière le Heng-san… ou Miss Heng. Je restait silencieuse mon regard allant et venant sur les deux hommes, je m’efforçais de garder l’air de l’assistante stupide et jolie que j’avais commencer.

Le directeur se mit à poser quelques questions à l’étudiant afin de mieux le cerné.
« Mr. Tonho… je le prononce correctement? Bref, qu’est-ce que je peux faire pour venir en aider à un brave étudiant comme vous semblez être? S’agit-il d’un conflit avec un camarade? Une révaluation des notes? Peut préfériez-vous que nous allègions votre charge de cours, ce qui peut aisément ce faire. J’ai particulièrement à cœur d’aider les étranges à réussir plus aisément dans notre société… dit moi ce que mon humble personne peut faire pour vous aidez et je me ferais un plaisir de discutez avec votre adorable conseillère Madame Antonovitch de vos besoins. »

*Langue de vipère… il a bien appris se leçon cela ne fait aucun doute… me faire du plat de la sorte vraiment faut pas avoir de limite.*

Je décida de laisser parler Tonho-san ayant tout confiance en lui pour qu’il demande avec tout les convenances possibles la reprise de son examen. J’était prête néanmois à intervenir si je sentais que ça dérappait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tonho Minase
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 30/05/2009
Clan : apprenti Damné
Age du personnage : 21 ans
Pouvoirs : Minase dispose de la faculté de connaitre les peur les plus profondes des gens. . Enfin par un simple contact visuel ,jusqu'à 5 mètres,il peut créer une illusion dans l'esprit d'une personne. Agissant au niveau des neurotransmetteurs , cette dernière plonge la victime au cœur d'une hallucination où ses peurs les plus profondes deviennent réalité.
Profession : Expert en Art Traditionnel Japonais à la Galerie d'art de Soho , suit également des études en Histoire et Histoire de l'Art par correspondance
Points de rp : 217

MessageSujet: Re: L'examen [libre]   Mar 17 Aoû - 21:50

Je comprend mieux l'aversion d'Heng-San pour ce sinistre individu qu'est Lafayette-San et si pour le moment je ne peux pas châtier ce misérable comme il le mériterait cela ne m'empêchera pas de le faire le moment venu . Par chance mon interlocutrice , pour qui j'éprouve de plus en plus de sympathie a conservé les preuves accumulées . Si le dossier est suffisamment solide Chelsea n'aura aucun mal à le faire renvoyer de l'Université , à partir de là l'éliminer n'en sera que plus aisé . Ce qui me dégoute le plus chez cet individu c'est le cynisme avec lequel il commet ses exactions , je revois dans ses actes le même état d'esprit méprisable qu'avait mon bourreau jusqu'à ce qu'il reçoive le châtiment qu'il méritait . Je sens l'Onryô acquiescer à mes pensées , je devrais plutôt dire que c'est moi qui approuve les siennes . Je commence enfin à comprendre ce qui s'est passé quelques heures auparavant , lorsque j'ai laissé ma colère éclater il semblerait que l'Onryô et moi soyons entré dans une sorte de phase . Jamais cela ne s'était produit auparavant mais cette harmonie a eut un autre effet plus inattendu , mon Ki circule dans mes chakras de manière beaucoup plus fluide qu'auparavant . La violence du flux m'électrise littéralement , jamais auparavant je ne m'étais senti aussi en forme . Peu à peu j'arrive à canaliser ce trop plein de Ki en écoutant Heng-San me confier son ressentiment à l'égard de Lafayette-San , je suis de plus en plus persuadé que je me dois d'aider mon interlocutrice dans le combat qu'elle mène .

"Si vous voulez réellement que justice soit faite Heng-San alors cela peut sans doutes se faire . Si je comprend bien l'affaire n'a été étouffée que parce que cette personne est influente au sein de l'Université . Si ce dossier venait à être réouvert par une personne très influente , les protecteurs de Lafayette-San n'auront d'autre choix que de se retirer et il se trouve précisément que je connais une telle personne . Pour ne rien vous cacher Heng-San , ma compagne n'est autre que la directrice adjointe du plus grand cabinet d'avocat de cette ville et je n'aurais aucun mal à la persuader de prendre en main cette affaire , si bien sur vous le désirez . " dis je enfin avec un sourire cruel

Si Chelsea se charge de ce dossier alors les jours de Lafayette-San en tant que professeur sont comptés , telle que je la connais elle remuera ciel et terre pour le faire tomber . A ma connaissance elle n'a encore jamais perdu une seule affaire , il faut dire qu'elle sait se monter très persuasive . Bien sur il reste le financement mais mes fonds me permettent largement de payer les frais nécessaires , mon salaire est assez conséquent sans compter qu'appartenir à une famille extrêmement fortunée me permet de vivre plus que confortablement . Mais nous devons cesser là cette conversation car "Il" vient d'arriver . Je vais enfin pouvoir voir de mes yeux à quoi ressemble ce sinistre individu . J'observe silencieusement le manège répugnant auquel il se livre , et je constate avec dégout que Heng-San était encore en dessous de la réalité vis à vis de la bassesse de cet homme . Derrière l'apparente politesse dont il fait preuve à l'égard de mon interlocutrice je ne peux que voir la perversion qui se reflète dans ses yeux lorsqu'il la regarde ainsi , cet homme est véritablement un porc. Heureusement pour moi j'ai appris très jeune à ne pas laisser transparaitre mes émotions et même si son arrogance me donne une furieuse envie de le remettre à sa place , je reste malgré tout maitre de moi . Je dois cependant admettre que la maitrise dont Heng-San fait preuve me laisse sans voix , à première vue on croirait vraiment qu'elle est aussi superficielle qu'elle le prétend tant elle joue son rôle à la perfection . Visiblement Lafayette-San semble mal à l'aise et je vois déjà dans son regard que mon aspect le dérange , décidément certaines personnes n'apprendront jamais rien. Après m'être incliné pour le remercier de prendre le temps de s'intéresser à mon modeste cas je me décide à lui expliquer les raisons de ma présence ici , je connais suffisamment ce genre d'individus pour savoir à quel point leur égo ont besoin d'être flatté ..

" Je vous remercie Lafayette-San de bien vouloir m'accorder un peu de votre temps , je sais à quel point un homme comme vous est sollicité aussi irais je droit au but afin de ne pas trop déborder sur votre emploi du temps chargé . Voyez vous étant salarié je ne peux malheureusement pas suivre les cours de manière assidue , pour cette raison je suis sous le régime estudiantin de l'enseignement à distance . Je me suis rendu cet après midi sur le campus pour passer mon examen , conformément à la convocation qui m'a été envoyée . " dis je en lui montrant la convocation afin de lui prouver ma bonne foi .

"Hors en cherchant mon lieu d'examen j'ai rencontré cette personne qui m'a appris que l'examen en question avait été avancé , si bien que je n'ai pas put le passer car je n'ai été nullement informé de ce changement . Dans ces conditions je vous implore Lafayette-San de permettre à l'humble étudiant que je suis de passer cet examen afin que je puisse malgré tout avoir une chance de valider cette année dans laquelle je me suis tant investi . Vous êtes mon seul espoir ."
dis je en m'inclinant de nouveau sur un ton désespéré .

Par chance Père dans sa grande sagesse a estimé que l'étiquette était une chose qui devait m'être enseignée , aussi malgré tout le mépris que je lui porte mon interlocuteur n'a aucune chance de deviner quels sont mes réels sentiments à son égard . Les cours de Kabuki que j'ai pris durant mon enfance m'auront servi finalement puisque n'importe quelle personne entrant dans la pièce me prendrais réellement pour un pauvre étudiant accablé ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ksenia Heng
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 14/06/2010
Localisation : Université / Bureau de l'Organisme A.I.E. / ici et là...
Clan : neutre
Age du personnage : 25 selon ses papiers officiels.
Pouvoirs : Emission/Réception Ondulatoire & Régénération Ondulatoire
Profession : Etudiante en musique / Interprête à temps partiel (en Chinois,Russe, Anglais)
Points de rp : 87

MessageSujet: Re: L'examen [libre]   Mer 18 Aoû - 17:35

Peu avant le début de notre entretient avec notre invité, Tonho me proposa avec un entretien peu ordinaire de reprendre la où toute cette affaires s’étaient étouffés. Je ne trouvais pas les mots pour lui répondre. Tout cela était si soudain, comment un simple examen raté pouvait m’avoir fait rencontré le genre d’individu qui était tout bonnement prêt à se lancer à la poursuite de vieux fantômes. La compathie? C’était si compliqué mais j’était sincèrement toucher par l’offre de Tonho. Avait-il seulement une chance pour que justice soit faite… et que Eugéna soit venger? Qu’elle soit deviennent un exemple pour la juriste prudence pour des cas similaires avenir et prévenir ce qui lui est arriver à d’autres. J’était suspendue aux lèvres du jeune homme qui de tout évidence ne parlait pas à tord et à travers, s’il était vraiment en relation avec ces personnes… peut être qu’il y avait de l’espoir. Tout ne dépendait pas de ce qu’elle voulait, elle devait en parler à quelques personnes avant de pouvoir donner son avis à Tonho et d’aller fouiller le passé car cela allait entrainer forcément des conséquences. Elle n’était pas la seule en jeu, elle devait voir avec la famille d’abord d’Eugena… Antony serait le plus difficile à convaincre… et elle devait voir avec son père, même si elle était convaincu qu’il n’hésiterait probablement pas à user de son influence sur le comité directeur … ajouter cela l’aide précieuse d’une avocat dont la réputation n’était plus à faire… Elle devait aussi en parler avec Mr. Timmens car il était hors de question de cachait ses intentions envers l’Administrateur de son Organisme vu l’accord qu’il avait avec l’Université et qu’il avait déjà risqué d’être expulsé une fois.

« S’il n’était question que de moi dans tout cette histoire, ce serait un oui immédiat… mais comprenez que je dois consulter certaines personnes avant… même si mes intentions partent de bons sentiment je ne vous cacherais pas qu’une pointe de vengeance et une soif de justice me pousse à accepter votre aide. Pour le moment gardons cela en suspend, je dois considéré l’opinion de tout les partis… si nous sommes tous en accord alors vous aurez en plus de toutes vos ressources le miennes qui s’y ajouterons. »

Avec tout l’émotion qui m’avait envahi, je ne m’était pas rendu compte que j’avais saisir la main de Tonho-san la serra doucement dans entre mes doigts comme pour éviter qu’il ne s’échappe avec sa proposition. Les pas approchants me firent rendre compte de mon geste et je le lâcha doucement.

« Excusez-moi. »

Lafayette était maintenant arrivé et l’entretient avait pu commencer. Je remerciais en silence mes parents pour m’avoir dôté d’un nom et prénom composé qui s’avérait fort utile en situation délicate. L’aisance de Lafayette en ce moment la soulageait d’une certaine manière car cela voulait dire qu’elle n’était toujours pas démasqué. Jusqu’à maintenant tout allait pour le mieux, elle espérait que cela continue d’aller en ce sens afin de pouvoir finir le tout par l’obtention de l’examen.

Le directeur donnait l’expression d’écouter de manière attentive alors qu’il ne prêtait que vaguement attention à la demande de l’étudiant. Son accoutrement était des plus étranges, il se demandait même comme un élève tel que lui avait réussi à ce faire inscrire dans son département, le simple fait qu’il était de race asiatique devait expliquer la chose car il avait la réputation d’être des étudians assidus. Cela ne lui suffissait pas, il trouvait riddicule le chapeau pointue qui semblait sortie d’un film amateur… Il s’imaginait bien le lui arranger et s’en faire un frisby, est-ce que cela volerait aussi bien qu’il le prétendait? Il était très tenter de vérifié la chose, mais il devait se garder une petite gêne. On lui avait très bien fait comprendre qu’il devait se racheter et cultivé des relations amicales avec cette organisme qu’il avait en horreur.

La madame Antonovitch était quoique très divertissant à regarder, une vrai cruche… quoi que malgré la cervelle de moineau qu’il lui prêtait elle devait comme un perroquait sifflet tout à ses supérieur dans les moindres détails. Sa bêtise et sa naiveté était de ce fait à surveiller, il ne devait pas faire quoi que ce soit pour nuire à son image si durement retaper. Il était directeur malgré tout. Il sirota son café de manière à faire semblant de réfléchir au cas de l’étudiant sortir de vision mondiale. Un autre débile envoyer en amérique dans le but de faire bonne image… une idée lui vient… et s’il ne se servait pas justement de cet image que le nippon projetait pour ne pas mieux paraitre… s’improviser protecteur d’un crétin de seconde ordre pouvait lui rapporter gros… et qui sait, il pourrait aussi arriver à mettre Miss Antonovitch à sa botte et ainsi après quelques temps arriver à maitrise cette peste étudiante et surtout se venger de Heng et de sa fille qui lui avait faire perdre la face et presque fait inculpé de meurtre. Douce vengeance…. Quel douce vengeance.

Un éclair malicieux illuminant son regard alors qu’il détaillant un sourire en coin, se léchant presque les lèvres la douce silhouette de la superviseur en face de lui. Il a regardait attentivement ses yeux candides était comme sa douce d’antant… il s’imaginait déjà l’avoir dans son filet, que de plaisirs à venir. Il se retourna vers l’étudiant perdu quelques part dans ce costume d’halloween.

« Tu sais quoi mon petit, je suis vraiment navré de tout ces problèmes qui t’accables. Les bugs informatiques… et la reprise étant déjà fini, malgré mes pouvoirs je crois que je ne peux rien faire pour toi. Mais rien n’est perdue après tout il y a la prochaine session qui arrive dans 3 mois et tu pourras retenter l’examen à cette période. Tu auras doublement le temps de te préparer et d’épater la galerie. De plus il faut que je valide pour se soir toute les notes, tu comprends que même si je te fais repasser l’examen ça ne veut pas dire que tu vas réussir... »

Et il recommençait fidèle à lui-même, heureusement qu’il y avait cette table entre eux parce que sinon… Elle se devait de lui forcer quelques peu la main, elle voulait cette examen…. Peu lui important si elle devrait aller jusqu’à lui crever les yeux.
*On se calme, où vas-tu cherchers toutes ses horreurs… c’est qu’un pauvre type, relaxe Ksenia… respire… et surtout reste nunuche! *
Je m’étais levé d’un bond, figeant Lafayette dans une curieuse position j’avais manquer de contrôle zut… vite il fallait me rattraper. Je me résolue à me précipité de l’autre côté de la table pour aller saisir les mains de Lafayette et malgré le frisson d’horreur qui pouvait risquer de faire remonter mon petit- déjeuner en entier juste à ce simple contact. Mes grands yeux de biches comme je savais si bien le faire pour attendrirent mon père si sévère et hop!

« Alain, vous êtes un directeur… c’est vous qui diriger. Après tout qu’est-ce qu’un examen de plus à noter… de votre plume en plus? »
Je caressa subtilement du bout des doigts la main que je tenais, alors que je penchais d’avantage sur lui pour venir lui murmurer à l’oreille faisant mine d’ignorer la présence de Tonho.
« Entre vous et moi Alain, vous m’enlèveriez une épine du pied si vous… aidez ce petit, vous n’imaginer pas le cas… et comme vous l’avez si brillament dit qui nous dit qu’il le réussira… une copie de plus ou de moins qu’elle différence? S’il échoue je pourrais fermé son cas et bon débarra… vous savez que vous êtes mon dernier espoir, je suis même prête à vous donner tout les honneurs… Imagine, le nouveau directeur en poste… compréhensif, qu’elle belle image. Cela vous propulserait aisément à des sièges plus grand encore. Vous me semblez un homme très intelligent et capable d’aider un pauvre petit homme venu d’une cambrousse non? »

La proximité de ses femmes me troublait énormément, décidément je m’était trompé elle allait être bien plus facile à saisir que l’eu été l’autre. Je regardais son jolie visage tout près du mieux, une si belle proie qui s’offre à moi sans la moindre crainte c’était le moment rêver et elle n’avait pas tord malgré le petit pois dans sa tête j’était intelligent et c’était ce qui allait me permettre d’en finir une bonne fois pour toute avec ces niaiseries de l’Organisme que de pertes de temps que discuter. Si les élèves n’étaient pas suffisamment intéressante qu’ils partent… mais en même temps, ce misérable pouvait être très bon pour mon image….

Je saisi un mèche noire qui effleurait mon visage, et la saisir par la taille pour la repousser juste assez. L’espace d’un instant je l’imaginais déjà à ma merci… j’avais envi de voir se jolie visage me supplier. Assez de contemplation, je la libéra de ma poigne non sans prendre un instant supplémentaire… elle allait être magnifique dans ma jolie petite collection… Bon comment j’allais me défaire de ce fichu examen… je n’avais aucune envie de me coltiner une correction, et il me fallait simplement être généreux pour ainsi gagner leur confiance.

J’observa ma montre, aille le temps filait vite et que de distraction et mon rendez-vous qui allait pester à m’attendre. J’entendit Miss Antonovitch tiré la chaise derrière moi, c’était trop facile,mais j’avais envie de voir qu’elle genre de femme c’était… simplement nunuche… nunuche et cervelle de légume… ou de mes préférés nunuches+sans cervelles+ avantages. Je trouvis facilement sous la table tout d’abord son genoux que je griffa doucement le tissus jusqu’un début de sa cuisse… son frissonnement n’était que plus concluant, et je ne pu retenir un sourire de satisfaction… nunuche+sans cervelles+ avantages c’était parfait il y avait longtemps que cette université n’avait pas eu une telle candidate.

Je retourna mon attention vers le minus de l’autre côté, je croisant les mains pour me donner une air plus sérieux j’aurais plus tard tout le temps de revenir voir cette Miss Antonovitch.

« Vous avez une superviseur très persuasive… aussi je me sens d’humeur bienveillante… Ne pouvant pas du tout vous remettres une copie de l’examen, que diriez vous de le passer oralement… Disons 10 questions que jeramènerais sur 100 pour un note final, qu’en passé vous? Et je chargerais la charmant Miss Antonovitch d’aller remettre votre notre pour la compilation. C’est juste il me semble, n’êtes-vous pas d’accord Miss? »

J’avais le souffle couper, choqué par le contact physique qui venait de se produire… J’en était totalement déconcertait que j’en frémissait encore d’horreur. Lorsque je vis Lafayette ce retourner de nouveau vers moi pour voir si j’affirmerait ses propos, je lui décrocha un sourire complice.
« Cela me convient tout à fait Alain… je vous laisse en tête à tête si.. » alors que je voulais m’éclipser pour aller reprendre mon calme, le monstre arrêta mon geste en mettant sa main sur la mienne dans une prise insistante. Je laissa échapper un murmure étouffant le cri de dégout qui fini plutôt par ressembler à une gémissement de trouble. Je m’étouffait presque alors qu’il se pencha prenant appui sur ma cuisse pour aller fouiller dans sa malette se trouvant entre nos chaise. Je pris une longue inspiration, sentant le rouge me monter encore au joue… la position qu’il avait m’aurait facilité la tâche pour le repousser… mais l’examen…. Il fallait penser à ce fichu examen…

Il sortir un papier et un stylos et pris le temps de la signé avant de me les remettres… je n’avais aucune idée de ce dont il était question. Par chance il se retourna pour faire faire à Tonho-san me laissant le temps de toucher le papier… rien ne me laissait voir ce dont il pouvait être question… je reconnu néanmois le sceau embossé des relevés officielles des départements… donc une feuille officielle… génial mais de quoi.

« Non, non restez parmi nous Miss Antonovitch.
Nous collaborons, alors voici comment je vois la choses...
Tandis que je vais vous posez les questions Miss va inscrire les notes que je donnerais pour chacune de vos réponses…dans les questions figures sur ce bout de papier. Bien sûr je ne me prête qu’exceptionnellement à ce genre de méthode, alors je vous prierais de ne pas débattre. Je pose les questions vous répondez je notes et Miss inscrit c’est non négociable. Bon si vous êtes prêt, nous allons commencez… mais avant je vais me reservir une autre tasse de ce délicieux café. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tonho Minase
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 30/05/2009
Clan : apprenti Damné
Age du personnage : 21 ans
Pouvoirs : Minase dispose de la faculté de connaitre les peur les plus profondes des gens. . Enfin par un simple contact visuel ,jusqu'à 5 mètres,il peut créer une illusion dans l'esprit d'une personne. Agissant au niveau des neurotransmetteurs , cette dernière plonge la victime au cœur d'une hallucination où ses peurs les plus profondes deviennent réalité.
Profession : Expert en Art Traditionnel Japonais à la Galerie d'art de Soho , suit également des études en Histoire et Histoire de l'Art par correspondance
Points de rp : 217

MessageSujet: Re: L'examen [libre]   Mer 18 Aoû - 20:26

Je suis en train de découvrir un aspect de Heng-San que je n'aurais jamais soupçonné jusque là et j'avoue que je n'en suis que plus favorablement impressionné . Bien sur je comprend sa réserve et le fait qu'il faille consulter toutes les parties avant de lancer une telle procédure , vu les conséquences que cela entrainera il vaut mieux bien peser le pour et le contre . Pour ma part je suis prêt à prendre en charge tous les frais que cela occasionnera car ce genre d'individu ne doit pas sévir plus longtemps au sein d'une université , de même que je suis prêt à faire jouer mes relations pour empêcher que les personnes impliquées aient à craindre des retombées . C'est dans ce genre de cas que j'apprécie vraiment tous les avantages que venir d'une famille puissante offre . De toutes manière nous en reparlerons le moment venu , pour l'instant le plus important est de s'attirer les bonnes grâces de Lafayette-San . Je sens la main de Heng-San saisir la mienne , bien que je sois mal à l'aise avec le contact physique je la laisse car elle a agit sur le coup de l'émotion . Visiblement elle prend cette affaire très à cœur ..

"N'ayez crainte je comprend qu'il faille agir avec prudence . Prenez le temps de consulter les personnes concernées , et nous en rediscuterons quand vous aurez leur accords . Ne vous en faites pas pour l'aspect financier de la chose , je prends tous les frais à ma charge . De même si certains de vos amis craignent d'éventuelles retombées , vous pouvez des à présent les rassurer . Aucun membre du Conseil n'iras dire quoi que ce soit , si il faut je suis prêts à impliquer les ressources dont ma famille dispose et je ne pense pas que l'Université soit prête à passer à côté d'une importante donation juste pour un de ses professeurs dont le comportement les a déjà mit dans l'embarras . Pour le moment laissons ça de côté mais je peux déjà vous garantir que ce sinistre individu ne fera plus jamais de mal à qui que ce soit..J'en fais une question d'honneur .."

Mon ton était ferme car dans mon pays l'honneur est une chose sacrée et ce genre de propos ne se dit jamais à la légère , encore plus lorsqu'ils sont prononcés par quelqu'un venant du milieu d'où je viens . Peu de gens connaissent véritablement ce que le mot honneur signifie pour un Yakusa , tous ceux de mon Clan préfèrent encore se donner la mort plutôt que de vivre dans le déshonneur et je n'échappe pas à cette règle . Si il le faut j'irais moi même prendre la vie de ce misérable plutôt que le laisser s'en tirer impunément . Mais nous devons cesser là cette conversation car Lafayette-San vient d'arriver . Comme me l'as conseillé Heng-San je fais ma demande de manière la plus gratifiante pour lui , mais hélas comme m'avait prévenu Heng-San pour tout remerciement à la déférence dont je fais preuve envers ce misérable je n'ai droit qu'à un étalage de mépris . Sait il seulement qui se tiens en face de lui ? Je sens la colère monter en moi face à un tel manque de respect , je pense que l'heure n'est plus à la diplomatie et il serait grand temps que quelqu'un remette ce malappris à la place qui est la sienne ...

*Tu ne comptes quand même pas laisser ce gaijin te mépriser ouvertement de la sorte ? *

* A vrai dire , je n'apprécie pas particulièrement de me faire humilier de la sorte *

*C'est ce que je voulais entendre...Tu remontes dans mon estime Minase *

C'est avec un sourire cruel que je déboutonne lentement mon manteau découvrant peu à peu le bas de mon visage , puis ma main se dirige lentement vers mon chapeau que je relève montrant pour la première fois à mon interlocuteur mes pupilles écarlates . La main sur mon chapeau , je l'enlève tout doucement pour laisser le temps à Lafayette-San de contempler mon visage de spectre . L'Onryô et moi sommes en parfaite harmonie en ce moment précis , je ferme les yeux quelques seconde le temps de le laisser venir en moi . Déjà les murmures se font entendre dans mon esprit , bientôt je suis capable de discerner les peurs de mon interlocuteur . Un sourire prédateur se dessine sur mes lèvres , d'ici peu Lafayette ne sera plus capable de résister à mon emprise . J'ouvre mes yeux avant de les planter dans ceux de mon interlocuteur en retenant encore un instant le spectre d'agir ..

"Je crains qu'il y ait un malentendu Lafayette-San , contrairement à ce que vous semblez penser je ne suis pas un de ces étudiants que votre titre impressionne . Je ne saurais trop vous conseiller de me montrer le respect qui m'est due , vous sauriez si vous vous intéressiez un peu à autre chose que votre petite personne que mon père n'est autre que la troisième fortune du Japon et je tiens à vous prévenir tout de suite que si à cause de l'incompétence de votre administration je devais rater cette session , les avocats de ma famille vont faire un tel tapage auprès de vos supérieurs que vos prochains étudiants et ce jusqu'à la fin de votre carrière ne se trouveront plus que dans vos souvenirs . Encore une chose Lafayette-San , si jamais vous vous permettez encore de vous adressez à moi avec une telle condescendance , je peux vous assurez que vous risquer de le regrettez bien plus que vous ne l'imaginez . Me suis je bien fais comprendre ou dois je me montrer plus persuasif ?"


Je laisse le spectre agir afin que mon interlocuteur comprenne à quel point il serait mal avisé de me contrarier plus longtemps . Cet homme m'écœure au plus haut point avec son auto suffisance et sa perversion , si ça ne tenais qu'à moi je prendrais sa vie sur le champ tant ce genre d'individus me répugnent . Je sens le contact s'établir entre son esprit et le mien avec beaucoup plus d'aisance que d'habitude ? Se pourrait il que le fait d'être en harmonie avec le spectre renforce mes capacités ? Je sens ma pupille se dilater , chose qui n'était jamais arrivée jusque là et l'instant d'après je tiens Lafayette-San en mon pouvoir . Déjà les images de ses peurs commencent à envahir son esprit , remplaçant peu a peu la réalité existante pour lui . Le temps que va durer pour lui ce supplice ne tient qu'à mon bon vouloir , je le maintient dans cet état de terreur quelques minutes avant de le laisser revenir à la réalité . Pour le moment mon but n'est pas de le tuer ou de le rendre dément , je veux juste qu'il comprenne à quel point il est facile pour moi de le briser ..

"Sachez que si je dois me répéter la prochaine fois ce sera encore bien plus douloureux pour vous . Suis je suffisamment clair ou dois je renouveler la démonstration ? "

Le ton du spectre laisse bien sous entendre à mon interlocuteur qu'il ne s'agit nullement d'une menace en l'air ou d'une simple tentative d'intimidation . Ma patience commence vraiment à atteindre ses limites et je ne suis pas loin de laisser l'Onryô me dominer complètement . C'est presque avec regrets que je me résous pourtant à ne pas laisser le spectre aller au bout de son envie . Je remets lentement mon chapeau au cas ou quelqu'un entrerait dans la pièce , attiré par les cris que Lafayette a poussé durant les quelques minutes que son supplice a duré . Je me relève lentement avant de me diriger vers la théière , tout ceci m'a donné soif et j'éprouve maintenant le besoin de me désaltérer . Je finis par revenir en direction de Lafayette-San et de Heng-San . Je jette un œil méprisant à ce professeur , qui n'a de sa fonction que le titre avant de boire une gorgée de thé .

"Je vous laisse une heure pour vous décider à rattraper l'erreur de votre administration et trouver une solution, passé ce délai ce sera avec mes avocats que cette discussion se fera et je vous garantis que j'insisterais sur le manque de respect dont vous avez fait preuve à mon égard . Une heure , pas plus !"
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ksenia Heng
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 14/06/2010
Localisation : Université / Bureau de l'Organisme A.I.E. / ici et là...
Clan : neutre
Age du personnage : 25 selon ses papiers officiels.
Pouvoirs : Emission/Réception Ondulatoire & Régénération Ondulatoire
Profession : Etudiante en musique / Interprête à temps partiel (en Chinois,Russe, Anglais)
Points de rp : 87

MessageSujet: Re: L'examen [libre]   Mer 18 Aoû - 22:56

Ksenia avait été de nature curieuse en voyant les mouvements de Tonho… lorsqu’il entrouvit son manteau et finalement retira son chapeau elle était frémissante face à se visage dévoilé. Elle ne le percevait pas, mais comment à plusieurs reprise depuis sa rencontre Tonho lui semblait changer à certain moment… et là c’était un de ces moments, sa posture était plus forte dans le sens qu’il dominait totalement l’espace. Elle ne trouvait rien de mieux que de rester muette face à ce spectacle, sa curieusité pouvait enfin être rassasiée car elle pouvait l’observer sans gêne et ce qu’elle voyait la fascinait totalement… Ses ondes, elle ne trouvait pas les mots…

Lafayette perdit vite fait son sourire lorsqu’il se retrouva face à l’étudiant qui s’avérait être tout simplement terrifiant. Son cerveau ordonnait à ses jambes de se lever et de courir à tout haleine, mais il n’était même plus au contrôle de son propre corps tellement l’apparence de cet homme était irréel pour lui… c’était comme s’il se retouvait âpper par un démon qui n’existait pas… ça n’existait pas mais pourtant il était devant lui… là au bout de la table! S'en suivirent une série de hurlement des plus terribles pendant quelques minutes.

La jeune femme était concentré sur la silhouette de Tonho-san… c’était principalement les traits invisible de son visage qui l’intriguait la manière dont les ondes du corps se comportaient chez Tonho avaenit quelques choses d’irréel. Entendant mais ignorant totalement impassible les cris du directeur, elle était en plein découverte ce qu’elle vit chez Tonho l’éblouie et ressentit une si forte impression qu’elle en avait la chair de poule. Chaque masse était composée d’ondes et ses ondes dansaient selon un schéma précis et spécifique à chaque individu, mais celle de Tonho avait changé graduellement de schéma c’était totalement impossible elle était bouche-bée. Son cerveau tentait de comprendre comme un être vivant pouvait arrivé à changer le schéma, finalement les ondes de bases qu’elle associait au moment où Tonho venait juste de se découvrir n’avait rien à voir avec cela. Sa silhouette avait pour elle une tout autre image. Ses ondes était tellements actives qu’il lui était difficiles de déceler le mouvement ondulatoire; la seule chose de comparable qu’elle avait pu observé c’était durant l’une des expériences de son père la réaction exothermique qui lui avait fait voir semblait se produit à l’infini dans le corp de Tonho.

L’émotion d’émerveillement chez la jeune femme était si intense que tandis que Lafayette s’agitait en griffant frénétiquement la table la peinture par endroit sembla bouillir pour ne laisse que de minuscule trace de pétillemant un peut comme le fait une boison gazeuse lorsqu'on observe les bulles de gaz remonter à la surface. La peinture ne se retrouva que parsemé de picotis en de fine ligne allant à l'encontre du grin du bois. Lorsqu’en se tortillant sur sa chaise le directeur terrorisé agrippa avec force le poignait de Ksenia elle serra des dents sous la poigne dont il faisait preuve lui faisant perdre tout concentration, mais la laissant néanmoins avec un sentiment de fatigue qui s’abattait soudainement. L’atmosphère dans cette pièce avait monter à un tel niveau qu’elle était sur le point de ne plus pouvoir le supporter.

Elle vit Tonho-san remettre son chapeau et se dirigé vers le petit meuble où était la théière. Lafayette respirait bruyamment alors que Ksenia était totalement dans les vapes comme si un nuage l’enveloppait, sa perception était plus flou qu’à l’ordinaire et elle se sentait soudainement lasse sans noter le mal de crâne qu’elle sentait venir pouvant se déclencher à tout moment comme il lui arrivait régulièrement. Laissant les deux hommes à leur petites discutions elle se leva, les jambes un peu raide pour aller passé au déchiqueteur détruire le papier remis par Lafayette.

Elle profita d’un instant pour fermer les yeux, ne pouvant effacer l’image changeante de Tonho dont elle se demandait toujours comme il avait fait. Elle commençait à ressentir des naussées et la tête lui tournait un peu. Elle se retrouna pour pouvoir observer la silhouette flou mais tremblottante de Lafayette.

Le directeur les yeux injecté de sang pas l’adrénaline, il ne savait pas ce qui lui était arrivé… mais une chose était certain cet étudiant avait quelques choses qui n’était pas humain. La menace laissé en suspend il n’avait aucunement envie de la tenter d’avantage surtout pas après ce… cet expérience troublante… tout l’horreur qui avait défilé devant ses yeux… la douleur qu’il avait ressentir, mais surtout cette peur… Douce peur qu’il aimait afliger à ces proies, l’idée d’avoir Tonho comme spécimen devint vite dans son esprit un besoin vicéral… mais pas tout de suite, pas maintenant. Il avait tant à apprendre de cet être démoniaque… suivre son chemin… gouter encore à cette peur… il en avait besoin. Il se sentait encore tremblant et électrisé, une heure n’était pas assez pour lui permettre de se ressaisir après une telle découverte d’un tel être…

D’une voix qu’il ne se connaissait pas, complètement diminuée face à Tonho… il balbutina... et chercha frénétiquement dans son sac….

« Je…jeejjee… att..tt…end…ez..dez… atteennntez…. Teteteteeennez…. »
Il sortit finalement de sa malette une copie de l’examen vierge qu’il tendit un instant de sa main tremblante… mais qu’il fini pas échapper sur la table. Déglutissant péniblement, il bondit sur ses pieds et recula serra sa malette contre lui en bas de sa taille et se rendit jusqu’à la porte du bureau… Ksenia du coin de l’œil observait sans comprendre ce qui se passait, sa perception lui jouait des tour où bien elle voyait le directeur reculer comme un insecte vers la sortie. Celui-ci toujours de sa voix grincante, saisit par une émotion de terreur et d’autre choses… dans un rire hystérique il continua de s’exprimer en gardant bien ses distances.

« Tant…ta ta tant que vooouus le ter… ter… terminez… pour…10….10…17 heures…. Soir…..Johaness….. va…va….va…..corrriigée….promis…. »

Il ne pu rien ajouter de plus et partie à toute jambe, on entendit le bruit d’impact lorsqu’il percuta la porte de verre verrouillé et un gémissement; le bruit de son corps qui avait tombé lourdement sur le carrelage et l’empressement qu’il avait mis à se relever. Il lui prit un instant dans une panique presque totalement pour déverrouillé la porte de verre et finir par prendre ses jambes à son cou… Heureusement pour tout le monde hormis le concierge sourd il n’y avait personne dans les parages par cette belle journée qui trainait à l’intérieur.

Ksenia laissa échapper un long soupir de soulagement la proximité de ce porc l’avait mit à rude épreuve, en plus de ses maudites faiblesses qui la reprenait. C’était probablement les stress qui la mettait dans tout cette état. Etant restée debout jusqu’à la fin qui se conclu par la fuite de Lafayette, sentant mes jambes ramolir dangereusement je saisir une chaise pour m’y asseoir… mais un pincement aigu se fit ressentir dans ma tête et se propagea dans le reste de mon corps… plus rien je tombait sans une voile noir et même mes sens m’échappait… mon ouie me révélant simplement l’écho d’un siège renversé… et ce gout de sang dans ma bouche.

Ksenia s’évanouit en un clin d’oeil l’apparition des premières sensations de ses malaises plus intenses. Dans sa chute sur le plancher elle entraina le siège qu’elle avait tenter de saisir pour s’y asseoir sans succès. Son pouvoir avait la facheuse habitude de provoquer ce genre de réaction surtout lorsque le côté inconnu y mettait du sien. Il n’était pas rare non plus que lorsqu’il se manifestait comme dans un situation de stress qu’il cause des saignements chez la mutante. C’était la manière de son corps pour expulser l’énergie qu’elle n’arrivait pas à canaliser et qui la faisait réagir à la manière d’un braker… tout s’éteignait d’un coup pour reprendre doucement une activité normale.

K resta que quelques minutes inconsciente avant de se mettre à tousser pour expulser le sang qu’elle avait inspirer sans le vouloir. Elle entrouvit les yeux, il lui fallut un certain temps avant de se rappler où elle était… et quelques seconde de plus avant que sa perception ne reviennent et qu’elle arrive à voir la silhouette pencher près d’elle. Elle avait l’impression qu’on lui avait passer sur le corps avec un rouleau compresseur. Réaction récurrente qui décidément n’avait pas envi de la quitter malgré les années.

« Finalment on l’a eu? » dit-elle en essayant de se relever, mais très étourdie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tonho Minase
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 30/05/2009
Clan : apprenti Damné
Age du personnage : 21 ans
Pouvoirs : Minase dispose de la faculté de connaitre les peur les plus profondes des gens. . Enfin par un simple contact visuel ,jusqu'à 5 mètres,il peut créer une illusion dans l'esprit d'une personne. Agissant au niveau des neurotransmetteurs , cette dernière plonge la victime au cœur d'une hallucination où ses peurs les plus profondes deviennent réalité.
Profession : Expert en Art Traditionnel Japonais à la Galerie d'art de Soho , suit également des études en Histoire et Histoire de l'Art par correspondance
Points de rp : 217

MessageSujet: Re: L'examen [libre]   Jeu 19 Aoû - 14:09

C'est avec une certaine jubilation sadique que je vois peu à peu l'arrogance de Lafayette-San se muer en une véritable terreur , le voir essayer de fuir comme une bête apeurée m'emplit de satisfaction . Je ne supporte pas les individus de son espèce et lorsque je pense à tous les étudiantes que ce porc a pris plaisir à briser je ne peux m'empêcher que le châtiment que je lui administre n'est que justice . Pour la première fois ce n'est pas l'Onryô qui agit contre mon grès mais bien moi qui l'invite à agir . Quelque chose en moi a bel et bien changé , jusque là j'étais terrifié à l'idée de ce que je pourrais accomplir sous l'emprise du spectre . Pourtant c'est bien moi qui ait choisi de laisser l'Onryô agir , pire encore je l'ai invité à le faire . Lors de mon internement mon bourreau me répétait si souvent que j'étais un monstre que j'ai du finir par m'en persuader , pourtant en ce moment précis je n'ai nullement la sensation d'avoir fait quelque chose d'abominable . Bien au contraire je reste intimement persuadé d'avoir agi comme mes valeurs m'ordonnaient de le faire . Je reste impassible devant ses supplications , si je n'avais pas autant besoin de lui cet entretient se serait sans doutes terminé de manière beaucoup plus définitive . Le spectre ne s'agite plus , lui qui en temps normal essaye en permanence de me dominer semble s'être apaisé . De mon coté je n'éprouve non seulement aucun remords mais je me sens comme libéré d'un poids . Tandis que je me sers un thé , j'aperçois dans la glace mon reflet . Je constate non sans surprise que le changement qui s'est produit en moi n'est pas que psychique , mes pupilles semblent l'espace d'un instant avoir changé et j'observe non sans une certaine perplexité le flux qui les agitent tandis qu'elles reprennent leur aspect normal . Mon Ki reprend un cours de circulation normal mais malgré tout je peux sentir qu'il s'écoule beaucoup plus facilement qu'auparavant .

Mon thé à la main,je reviens tranquillement en direction de ma victime . Visiblement cela l'a secoué bien plus que je ne l'aurais imaginé mais ce n'est pas moi qui irait me plaindre de cet état de fait . Finalement il s'est décidé à me faire passer mon examen normalement avant de fuir comme la vermine qu'il est. J'ai jusqu'à 17 heures ce soir pour rendre la copie qu'il m'a donné . Je prend tout d'un coup conscience que Heng-San ne s'est plus manifestée depuis que je me suis occupé de Lafayette-San , j'espère que je ne lui ait pas fait subir la même chose qu'à cette vermine par erreur . Un bruit sourd vient tout à coups à mes oreilles et je vois Heng-San s'écrouler , je me maudis intérieurement de mettre occupé de Lafayette-San sans songer une seconde que Heng-San pourrait subir des dommages collatéraux . Je pose mon thé sur la table avant de me précipiter vers elle aussi vite que ma jambe handicapée me le permet . Je prend appui sur le bureau pour ne pas chuter et j'essaye tant bien que mal de la relever , je la vois cracher du sang et mon premier réflexe est de chercher mon téléphone cellulaire pour prévenir les secours au plus vite . Pourtant Heng-San revient à elle , et à la voir dans cet état par ma faute je ne peux m'empêcher de me sentir coupable . Si Lafayette-San mérite son châtiment ce n'est pas le cas de Heng-San qui s'est réellement montrée digne de mon respect .

"Ne vous en faites pas , je pense qu'il y réfléchira à deux fois avant de manquer de nouveau de respect à quelqu'un . Je suis désolé que vous ayez du subir les conséquences de ceci , reposez vous pendant que j'appelle des secours "
dis je en attrapant sa main afin de l'aider à se relever

Je me sens vraiment confus de l'avoir indirectement blessé et je ne me sentirais vraiment bien que lorsque je serais sur qu'elle va bien . Les quelques heures que j'ai passé en sa compagnie m'ont permis de découvrir une personne à la fois charitable et pleine de principes , tout à fait le genre de personne que j'apprécie aussi je m'en veux de l'avoir mise dans une telle situation . Si je savais quoi faire pour me rattraper je le ferais volontiers .Finalement à force de recherche je finis par mettre la main sur mon téléphone cellulaire , je ne sais pas encore comment je vais pouvoir leur expliquer ça mais peu m'importe . Le plus urgent à mes yeux reste de porter assistance à Heng-San au plus vite...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ksenia Heng
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 14/06/2010
Localisation : Université / Bureau de l'Organisme A.I.E. / ici et là...
Clan : neutre
Age du personnage : 25 selon ses papiers officiels.
Pouvoirs : Emission/Réception Ondulatoire & Régénération Ondulatoire
Profession : Etudiante en musique / Interprête à temps partiel (en Chinois,Russe, Anglais)
Points de rp : 87

MessageSujet: Re: L'examen [libre]   Jeu 19 Aoû - 15:40

J’était terriblement étourdie, mon corps tout entier me faisait mal c’était une de ses crises que j’aimais pas dessus tout éviter, elle était fréquente mais à se degré de douleur c’était rare. Ma perception était toujours très flou, mais la voix de Tonho-san me renseignait que c’était sa silhouette qu’il y avait près de moi. Je suis souris doucement pour le rassurer, car le souffle de panique faisant montré son ton légèrement au dessus du murmure habituel ne la ressurait pas du tout. Était-elle si mal en point que cela? Je devais probablement l’avoir surpris en m’évanouissant de la sorte… le sang et encore je ne m’étais pas mise à convulser c’était au moins ça. Elle s’aida de la main qui lui serra la sienne pour se redresser non sans peine et c’était inutile ses jambes refusait pour le moment de la soutenir, c’était mieux de tout manière sur le plancher au moins la chute serait de moins haut si elle avait en perdre de nouveau connaissance.

« C’est une bonne leçon en effet…argg » une pointe résiduelle me prit de court et j’en le réflexe de serré les dents. Ce que s’était horrible, qu’est-ce qui pouvait bien me causer toutes ces douleurs.

J’attendais le bruit que faisait Tonho, il semblait chercher quelques choses… les secours ce mots eu l’effet d’une bonne claque. Pas de secours, il ne fallait pas et ce n’était pas nécessaire. Je tenta d’arrêter Tonho-san dans sa recherche, mais trouva finalement son poignet le téléphone déjà à la main. Je le saisi assez fermement pour l’empêcher de composer, malgré que j’était mal je m’efforçais de lui montrer que ça allait mieux et m’exprima d’une faible voix tout aussi calme et sereine que j’en était alors capable.

« Ce n’est pas de votre faute, rassurez-vous… n’appelez pas de secours c’est inutlie ils ne changeront rien de tout manière. » un faible sourire restait sur mes lèvres, j’étais quelques peu épuisée. Je portais la main au chapeau pointu de Tonho-san pour en caresser le contour.

« C’est dommage que vous ayez à vous cachez, vous êtes quelqu’un de fascinant… je n’avais encore jamais vu un être vivant comme vous. » La fatigue me faisait complètement divaguer, je débloquait ma parole, mais je n’avais pas peur de la réaction de Tonho-san… je me doutais que lui et moi étions plus semblable que ce que j’avais pu croire… cette année était l’année des révélations. Ma main un peu molle,glissa sur le haut col de son manteau et d’un doigt innocent j’effleurais sa joue. Je sentais me pupille se contracter et se dilater pour arriver mieux à voir les ondes qui demerait si flou après mon malaise, je devinais que les ondes étaient de nouveau calme et paisible.
« Elles sont si calme soudainement, alors qu’elles étaient si expressive… c’était si beau que je n’ai pas pu m’empêcher de regarder. » murmurai-je avouant ma culpabilité. Je me laissais tomber doucement contre Tonho-san.

Un peu au même moment, des pas et une voix familière firent leur entré. C’était Antony qui avait croiser de brièvement Mr. Lafayette. Distrait encore pas la vision de cet homme en train de filer en doucement un lueur de panique dans le regard vers le stationnement.

« Je sais pas ce qui s’est passé, mais j’espère que vous avez au moins réussi à lui chipper une copier d’examen avant de la faire fuir. Mais qu’est-ce qu…. Ksenia! »
Le jeune homme se propulsa à l’aide de Tonho sur qui Ksenia était aggripée somnolente. Antony en bon secouriste qu’il était il vérifia les constante de son amie.
« Je pensais que ça avait diminuer… eh merde… » Il sortit un mouchoir de sa poche et essuya l’humecta avec sa salive avant de nettoyer le petit filet de sang séché sur le menton de K. Il la laissa néanmoins toujours contre Tonho évitent de la bouger, il avait appris avec l’expérience de la cotoyer que lorsqu’elle avait ses crises il fallait éviter de la bouger parce que ça lui procurait de la douleur aussi si elle était bien contre l’étranger au chapeau pourquoi l’en retirer de là.
« K…K… regarde moi, c’est Antony »
« Antony…. » Elle lui fit un faible sourire.
« Par étonnant que Lafayette se soit pousser si tu lui a servir ta danse du bacon... » blagua-t-il voyant qu’elle se remettait tranquillement.
« Ne me fait pas rire… c’est douloureux »
« Oui désolé…. Merci… euh… Tonho… je suis content qu’elle n’ai pas été seule. » Antony tapota légèrement l’épaule de Tonho-san et sans alla dans le fond des bureau fouiller pour trouver quelques choses. Pendant ce temps, je chuchotais à Tonho-san…
« Il ne sait pas… personne ne sait vraiment… sshh….chut… »
Antony s’en revint avec en main un lit de camp pliant. Il l’ouvrir et y déposa un coussin chipper à une collègue. Il s’agenouilla près de Tonho et de Ksenia la décrocha en faisait bien attention à ne pas la brusquer, il lui passa les bras autour de son cou la saissi fermement d’un main et passa son bras sous ses genoux et la souleva dans ses bras pour la déposer sur le petit lit improvisé. Antony marmonait en espanol, il était inquiète il n’avait pas vu K souvent dans un tel état et il détestait la voir comme ça, elle avait besoin de repos. Le mieux aurait qu’elle rentre chez elle mais il avait encore des rendez-vous qu’il avait déjà déplacer refaire le coup une seconde fois même pour cette bonne raison aurant nuit à sa crédibilité en tant qu’intervenant. Et il savait que le temps de trouver le père de K lui-même si peu présent pour sa fille il ne pourrait pas non plus s’en occuper.

« Tonho… est-ce que… je déteste vous demandez cela… » Il s’arrêta alors que K lui tira sur la manche.

« Va faire ce que tu as à faire Antony… Tonho va me surveiller comme un grand ne t’inquiète pas. Quand je me sentirais mieux je rentrerais pas avant promis. » elle lui fit son petit sourire de battante.
« Si tu oses rentrer toute seule par tes propres moyens je te jures que tu vas m’entendre gueuler K. Je suis très sérieux… j’en ai pour quelques heures… si tu peux pas attendre, essai au moins ton père ou Raden tu veux? »

Elle le poussa gentillement pour le faire déguerpir… il laissa échapper un soupir, et mima à Tonho de la surveiller. Tête de mule comme elle pouvait se le montrer il la savait capable de se relever et de filer en douce pour prouver qu’elle était forte et une grande fille. Ksenia fit semblant de s’endormir pour fait partir Antony plus rapidement, un fois ses pas distant elle entrouvit les yeux et fixa Tonho. L’interruption briève d’Antony le St-Bernard avait empêcher jusque là à le jeune femme de savoir la réaction de Tonho.

« Vous savez… vous pourriez en profiter pour faire votre examen… après on ira le rendre ensemble? Et vous pourrez partir… je rentrerai en métro… »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tonho Minase
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 30/05/2009
Clan : apprenti Damné
Age du personnage : 21 ans
Pouvoirs : Minase dispose de la faculté de connaitre les peur les plus profondes des gens. . Enfin par un simple contact visuel ,jusqu'à 5 mètres,il peut créer une illusion dans l'esprit d'une personne. Agissant au niveau des neurotransmetteurs , cette dernière plonge la victime au cœur d'une hallucination où ses peurs les plus profondes deviennent réalité.
Profession : Expert en Art Traditionnel Japonais à la Galerie d'art de Soho , suit également des études en Histoire et Histoire de l'Art par correspondance
Points de rp : 217

MessageSujet: Re: L'examen [libre]   Jeu 19 Aoû - 19:41

Heng-San semble doucement se remettre de ce choc , pour ma part je suis encore assez confus en la voyant dans cet état là . Je suis toujours incapable d'expliquer comment ma malédiction a put la toucher , je ne me rappelle pourtant pas avoir croisé son regard . Pourtant je ne vois pas quelle autre raison aurait pu provoquer ce soudain malaise . J'essaye de l'aider à se relever du mieux que je peux mais c'est peine perdu , ses jambes refusent de réagir et étant moi même handicapé moteur cette tâche est irrémédiablement vouée à l'échec . Si seulement cette fichue jambe était fonctionnelle je pourrais surement la tirer de là , ce qui me rassure toutefois c'est que Heng-San a encore la force de parler malgré quelques difficultés ..

"J'aurais préféré de devoir en arriver là ceci dit , non pas que je regrette mon geste . Je regrette juste que vous en ayez fait également les frais Heng-San , sans compter que j'aimerai éviter que cela ne vous retombe dessus . Ce genre d'individu ne lâche pas facilement prise , enfin par mesure de précaution il vaut mieux que nous restions en contact enfin si vous le souhaitez .." malgré mes efforts je n'arrive pas à cacher le fait que je suis inquiet à cause de ce qui vient de se passer .

Devant l'insistance dont mon interlocutrice fait preuve , je renonce à appeler les secours bien que je ne trouve vraiment pas ça raisonnable . Si ça se trouve sa chute a peut être provoqué un traumatisme crânien ou quelque chose de ce genre mais je ne me sens pas le cœur à lui imposer une hospitalisation contre son gré . Je sais d'expérience que l'hôpital peut vite devenir un lieu de souffrances , malgré tout je souhaiterais que Heng-San accepte au moins de se faire examiner par un médecin compétent ...

C'est lorsque que je compris le sens des paroles de Heng-San que la raison pour laquelle elle voulait éviter que j'appelle des secours me paru du même coup évidente . Bien sur je peux aussi me tromper mais si ce n'est pas le cas elle serait capable de voir les flux de mon Ki , ce qui expliquerait surement comment elle peut se repérer sans sa canne . Visiblement Heng-San et moi sommes beaucoup plus semblable qu'il n'y parait et ma sympathie envers elle ne s'en trouve que grandie .Je dois quand même être prudent en abordant le sujet au cas ou je me tromperais.

"Mon karma est ainsi fait Heng-San , tant que les hommes n'auront pas appris à voir au delà de ce que leurs yeux leur montrent je devrais continuer à vivre comme ça . Souvent la personne atteinte de cécité n'est pas celle que l'on croit mais vous n'avez rien à craindre de moi , vous m'avez suffisamment prouvé que vous pouviez voir au delà des apparences.Je peux me tromper mais je pense que nous marchons vous et moi sur le même sentier . Le moment n'est guère approprié pour parler d'une telle chose mais si nous venons à nous revoir , nous aurons tout le temps nécessaire pour en rediscuter devant une tasse de thé .." dis je en la soutenant du mieux que je peux .

Par chance la porte s'ouvre et un homme se précipite pour m'aider à porter assistance à Heng-San , très vite je constate qu'il est beaucoup plus compétent que moi dans ce domaine aussi , je prends le soin de ne pas le gêner . J'observe du coin de l'œil l'ami de Heng-San s'occuper d'elle , visiblement ce genre de chose semble être habituelles . L'homme me remercie d'avoir été là mais au final ses remerciements ne sont pas de circonstances . Je m'incline en sa direction lui faisant comprendre qu'il n'y a vraiment pas de quoi , en évitant de révéler mes traits car on ne sait jamais . Heng-San me demande de garder pour moi les quelques mots que nous avons échangés , je ne peux qu'accéder à sa demande si elle est comme je le soupçonne de la même nature que moi ..

"Ne vous inquiétez pas Heng-San , je ne trahirais pas votre secret pas plus que vous ne trahirez le mien ."

A peine ai je eut le temps de prononcer ces mots que le dénommé Anthony revient et installe Heng-San le plus confortablement possible . Au moment ou il allait me demander quelque chose cette dernière l'interrompt ne voulant visiblement pas me placer dans une quelconque situation gênante . Finalement Heng-San arrive à convaincre son ami que tout se passera bien , malgré tout l'inquiétude de ce dernier ne semble pas être diminuée pour autant . Pour ma part je suis impressionné par la force de caractère dont elle fait preuve , nous avons vraiment plus en commun que je ne l'aurais cru au départ ..

"Ne vous en faites pas Anthony-San , je veillerai sur elle comme sur un membre de ma famille . Si il faut je la raccompagnerais moi même jusqu'à son domicile , c'est la moindre des choses que je puisse faire ..."

Avec tout ça j'en viens presque à oublier la raison pour laquelle je suis venu ici et c'est lorsque Heng-San me rappelle que je dois passer mon examen que cela me reviens en mémoire . Je ne peux qu'acquiescer mais il reste hors de question que je la laisse rentrer par ses propres moyens dans cet état . Sans elle je n'aurais sans doute pas pu obtenir de passer mon examen et je dois admettre que sa conduite à mon égard a été grandement appréciée . Je ne sais pas encore comment m'acquitter de ma dette envers elle mais mon soutient lui est irrémédiablement acquis si bien sur elle l'accepte ..

"Je vais suivre votre conseil Heng-San à une nuance près , il est hors de question que vous preniez le métro . Si vous le voulez je serais ravi de partager avec vous le taxi avec lequel je compte rentrer chez moi ,si vous l'acceptez bien sur .."

Je me dirige ensuite vers la table où est posée la feuille que je dois rendre avant 17 heures . Heureusement mon travail assidu me rend la tache beaucoup plus aisée que je ne l'avais pensé , si bien que je n'ai aucune difficulté à traiter le sujet qui m'est proposé . Bientôt seul le bruit de mon stylo écrivant sur le papier se fait entendre dans la pièce . Je jette régulièrement un œil sur Heng-San pour voir si elle se repose , finalement je termine mon sujet et j'en profite pour aller préparer un thé . Je pense que Heng-San sera ravi d'avoir quelque chose de chaud à boire ..
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ksenia Heng
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 14/06/2010
Localisation : Université / Bureau de l'Organisme A.I.E. / ici et là...
Clan : neutre
Age du personnage : 25 selon ses papiers officiels.
Pouvoirs : Emission/Réception Ondulatoire & Régénération Ondulatoire
Profession : Etudiante en musique / Interprête à temps partiel (en Chinois,Russe, Anglais)
Points de rp : 87

MessageSujet: Re: L'examen [libre]   Ven 20 Aoû - 16:31

Bien sage allongée sur le lit de camping pliant, Ksenia écoutait le brève échange entre son ami Antony et Tonho-san… celui-ci lui promis de veiller sur elle comme il le ferait pour un membre de sa famille. Plus elle le connaissance et plus elle se demandais se qu’il pouvait bien avoir de différent? Ils partageait plusieurs valeur qui était très important pour elle et qui semblait prendre une toute aussi grande importance de son côté.

"Je vais suivre votre conseil Heng-San à une nuance près , il est hors de question que vous preniez le métro . Si vous le voulez je serais ravi de partager avec vous le taxi avec lequel je compte rentrer chez moi ,si vous l'acceptez bien sur .."`

Elle sourit aux paroles de son compagnon et peut être ami. Il avait un côté tête sous se chapeau en plus? Cela l’amusa, elle n’avait pas la forme de lui tenir tête, si un autre Lafayette venait à débarquer elle serait de la pâté pour monstre. Un peu de compagnie pour la ramener ne la tuerais pas non plus. Elle se laissa aller contre le petit coussin sous sa tête, elle combattait le sommeil qui la tirait malicieusement. Elle ne pouvait pas dormir, pas encore, se reposer où mais elle ne devait pas s’assoupir sinon elle y passerait sa nuit. Son malaise se dissipa malgré qu’un léger étourdissement persistait lui donna de faibles naussées. Le bruit du stylo s’était arrêter, je ne me souviens plus depuis combien de temps il arrêtait ou terminé son examen. En entrouvant les yeux ma perception est revenu un peu plus clair, à sa normal quoi même si ça me fatigue un peu de voir. Des fois j’aimerais bien être capable juste d’éteindre le tout, tout l’activité qui fourmillait ici et là dans chaques choses était une sujet d’observation de chaque instant.

Je me demandais si Tonho était parti, je n’osa pas bougé pour le moment du lit de camp, j’écoutais attentivement le silence qui se brisa par la manipulation de la théière.. Tonho-san était toujours là. Hormis elle personne n’osait se faire du thé, soi-disant que ce n’était pas assez fort pour tenir réveiller pourtant des études démontrait que le thé avait 2.4% de caféine pour 1,8% pour le café. Chose très inutile que son père lui avait apprise et qu’elle avait retenue. Je me redressa doucement, j’allais un peu mieux… restait à voir si je pouvais me tenir debout. Je m’appuya sur le bureau près duquel Antony m’avait installé. Et hop!... j’était sur mes pieds, pas très solide, mais si on ne me bousculait pas j’allais tenir le coup.

J’avança jusqu’à finalement ravoie la silhouette de Tonho-san dans mon champ de vision. Je pris place à la table, j’adorais les tables en boite et le fait que celle-ci était couverte de peinture inégalement était très amusant. Je glissait mes doigts sur sa surface et parfois je tombais sur un coulis, à là c’était le fameux lapin dessin et graver à l’aide d’un bic. La chaque personne qui s’asseoyait là griffonnait toujours les traits de se fameux lapins un peu comme une veille tradition.

« J’espère que je ne vous dérange pas, »

Il s’en revient avec la théière et deux tasse, elle n’allait certainement pas refuser un thé. Maintenant que leur but était atteind, du moins à 95% car ils leur restaient simplement à rendre la copie à la personne énoncé par le directeur. Elle remercia par un léger signe de tête Tonho-san lorsqu’il la servit. Elle enveloppa sa tasse chaude de ses mains, la diffusion de la chaleur contre ses paumes avait quelques choses de rassurant et la calmait. Elle observait la silhouette reprendre place. Elle se demanda plusieurs chose sur lui… elle ressentait le besoin de savoir si elle se trompait en pensa qu’il était peut-être… mutant? Dans son assoupissement, aucune réponse n’était plus satisfaisant et cela répondait aussi au fait de la modification de ses ondes. Cela avait été si soudain chez lui comme transformation, c’était… elle n’arrivait pas à se souvenir d’une image pour la transposer afin de pouvoir l’expliquer à quelqu’un qui ne percevait pas comme elle. Est-ce que quelqu’un d’autre seulement, quelques part était comme elle?

« Je ne sais pas combien de temps il s’est écoulé… mais je me souviens que vous avoir entenu me proposer de partager un taxi avec vous. Ça me ferait très plaisir en effet d’avoir un peu de compagnie, et cela pourra éviter la crise de nerf à Antony.

Vous savez, une fois votre examen remit… je n’aurais plus de raison de vous aidez, à moi que vous venir me voir. C’est peut être déplacé de ma part ou complètement insensé, sauf que j’aimerais bien vous revoir… j’ai l’impression que vous auriez peut être des réponses à certain de mes questions. Aussi il me ferait grand plaisir de pouvoir vous rencontrer prochainement autour d’une tasse de thé… de discuter de choses et d’autres…. »


Ma voix devait trahi un peu l’état de fatigue dans lequel j’étais parce que me sentais faire un effort afin de ne pas murmurer incompréhensiblement. Je préparais déjà de rencontrer les personnes relier au cas Lafayette... la famille d'Eugena pour ce qu'il en restait principalement. Antony serait probablement le plus dur à convaincre, mais qui sait. Lui plus que quiconque avait ses raisons de ne pas réouvrit cette boite de pandor, moi plus que quiconque souhait ardanment faire de cette boite une fin heureuse et juste. Probablement que d'ici quelques jours seulement j'aurais réussi à faire le tour des individus... alors peut être d'ici une semaine je pourrais si l'emploi du temps de Tonho-san le permettait le rencontrer de nouveau, et ca en compagnie de sa charmante épouse. ... ceci me fit penser que je le trouvais bien jeune soudainement pour être mariée... mais bon j'approchait la trentaine et je n'avais jamais jusqu'à présent laisser un homme m'approcher plus que je ne le désirais, tradition vous direz? Sans doute, ma culture chinoise avait fait de moi peut être une femme frigide et réservé de ce côté. Mon père n'avait jamais insisté non plus pour me voir fleurter il n'avait jamais fait les démarches pour me trouver un mari convenable comme le souhaite le reste de la famille. Il respectait mes choix et pour l'instant côté coeur... c'était un désert aride et je comptais bien le rester. Une fleur de plus dans sa serre qu'il gardait sous un dome de verre à l'abri de insecte... je me plaisais bien sous ce dôme, mon n'esprit n'en était que plus libre et je n'avais pas peur de blesser quelqu'un qui pouvait compter beaucoup pour moi. J'avais pour l'instant suffisamment de personnes qui compte énormément pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tonho Minase
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 30/05/2009
Clan : apprenti Damné
Age du personnage : 21 ans
Pouvoirs : Minase dispose de la faculté de connaitre les peur les plus profondes des gens. . Enfin par un simple contact visuel ,jusqu'à 5 mètres,il peut créer une illusion dans l'esprit d'une personne. Agissant au niveau des neurotransmetteurs , cette dernière plonge la victime au cœur d'une hallucination où ses peurs les plus profondes deviennent réalité.
Profession : Expert en Art Traditionnel Japonais à la Galerie d'art de Soho , suit également des études en Histoire et Histoire de l'Art par correspondance
Points de rp : 217

MessageSujet: Re: L'examen [libre]   Sam 21 Aoû - 8:33

Le sujet de l'examen me parais bien plus simple que ce à quoi je m'attendais , sans doutes mon travail assidu doit rendre la chose moins difficile . Maintenant que je suis seul avec Heng-San je peux enfin me mettre à l'aise , aussi j'enlève mon manteau et mon chapeau que je pose à proximité au cas où quelqu'un arriverait . Les heures passent tandis que je disserte en silence , jetant régulièrement un œil à ma montre et sur Heng-San pour m'assurer qu'elle se repose bien . Finalement je termine mon examen avec un peu d'avance par rapport au temps que je m'étais fixé , je relis pour m'assurer que je n'ai omis aucun détail . Par chance mon travail d'expert en Art m'a donné l'habitude d'écrire des rapports bien plus détaillés et complexes que cet examen aussi finir dans les temps est quasiment une formalité . Je range précieusement ma copie dans mon porte document avant de me lever et de préparer du thé pour Heng-San lorsqu'elle se réveillera . En lui apportant sa tasse je repense aux paroles qu'elle a prononcé quelques heures auparavant , l'hypothèse qu'elle soit une mutante elle aussi ne cesse de me revenir à l'esprit ..

Heng-San finit par se réveiller , visiblement elle semble aller mieux ce qui me rassure . Je donne la tasse à mon interlocutrice , avec ce qu'il s'est passé cela ne peut lui faire que du bien . Heng-San semble pensive , elle doit surement se poser elle aussi quelques questions sur ce qui s'est passé avec Lafayette-San mais le lieu n'est guère approprié pour parler de ça .

"Vous ne me dérangez nullement Heng-San , à vrai dire votre compagnie est une des rares que je trouve agréable . "

J'étais loin de penser en venant ici que je tomberais sur quelqu'un dont la compagnie me plairait autant , moi qui évite en temps normal d'être trop entouré . Heng-San et moi semblons avoir beaucoup de choses en commun , aussi c'est avec plaisir que j'accepte sa proposition de nous revoir ultérieurement . J'imagine sans peines quelles sont les questions à laquelle elle pense que je peux apporter quelques réponses , même si en guise de réponses je n'en ai pas tant que ça à lui offrir . De mon coté je ne m'explique toujours pas pourquoi mon emprise sur Lafayette-San a été aussi intense par rapport à celle que j'ai en temps normal sur les gens , enfin je ne vais pas m'en plaindre si cela a put donner une bonne leçon à ce porc . Je suis aussi très curieux de voir comment Heng-San arrive à percevoir les flux du Ki ,car je ne cache pas que je trouve cette capacité des plus fascinantes .

"Il s'est écoulé quatre heures depuis que vous vous êtes endormie Heng-San . Je suis heureux de voir que vous vous montrez raisonnable et c'est avec joie que je vous raccompagnerai . Je serais ravi que nous nous revoyons de nouveau , et puis ne vous ai je pas promis mon aide vis à vis de Lafayette-San. J'essayerai de revenir sur le campus quand mon emploi du temps , hélas chargé me le permettra , sinon si vous avez le temps vous pourrez me trouver sans aucune difficultés à la Galerie d'Art de Soho . Si vous me donnez vos coordonnés , je pourrais toujours vous joindre quand j'aurais un moment de libre et nous pourrons ainsi reparler de tout ça au calme . "


Le campus n'est pas le lieu que je préfère si nous devons aborder un sujet tel que la mutation , mon bureau est bien plus sur . Je connais un petit café non loin de mon lieu de travail ou nous pourrions vraiment en discuter sans craintes d'être dérangés ou épiés . Il est tenu par un de mes compatriotes qui est sous le protectorat de mon Clan , c'est un de ces endroits où les Yakusas viennent lorsqu'ils ont besoin d'un endroit tranquille pour parler affaire . Un lieu parfaitement adapté pour parler de ce genre de choses sans avoir à craindre qu'une oreille indiscrète ne téléphone aux fédéraux , mais dans un tel contexte de répression il vaut mieux rester vigilant . Pour ma part je n'ai nullement envie de finir dans une de leur cellules ou ils se livreront à je ne sais quelles expériences sur moi , mon internement au Japon m'a largement suffit dans ce domaine .Il existe beaucoup de rumeurs sur des expériences secrètes menées par les Fédéraux sur les mutants au sein du QG , et bien que je n'ai pas tendance à prêter foi aux rumeurs j'imagine qu'il doit quand même y avoir un fond de vérité . Synthétiser l'antidote a du demander un certain nombre de tests ne serait ce que pour s'assurer de son efficacité , à partir de là il n'est pas inconcevable qu'ils fassent d'autres expérimentations sur les mutants .

Pour le moment il n'est pas question d'aborder le sujet sur le Réseau ou les Damnés , avant toute chose je dois d'abord m'assurer que Heng-San est bien une des nôtres et savoir quelle est sa position vis à vis des persécutions que nous subissons . En tous cas si je constate qu'elle est effectivement mutante et qu'elle partage nos idéaux , je parlerais d'elle à Sélène-Sama . Mais pour le moment je n'ai pas dans l'idée une éventuelle proposition de nous rejoindre , nous devons d'abord nous occuper de faire tomber Lafayette-San afin que justice soit faite et j'aimerai vraiment faire plus ample connaissance avec elle . Je jette un œil à ma montre pour m'assurer que je n'ai pas encore dépassé le délai , j'ai encore une heure devant moi avant de rendre ma copie . Inutile de me presser mais je reste vigilant car le temps peut passer très vite lorsqu'on n'y prête pas attention.

"Je vous propose que nous allions rendre mon examen dès maintenant comme ça nous pourrons continuer cette conversation sans avoir à nous soucier du temps , si bien sur vous êtes en état de vous déplacer . Sinon je peux aussi attendre que vous soyez sur d'avoir assez récupéré , je ne voudrais pas que vous fassiez un second malaise et je pense qu'Anthony-San n'apprécierait pas non plus .."
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ksenia Heng
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 14/06/2010
Localisation : Université / Bureau de l'Organisme A.I.E. / ici et là...
Clan : neutre
Age du personnage : 25 selon ses papiers officiels.
Pouvoirs : Emission/Réception Ondulatoire & Régénération Ondulatoire
Profession : Etudiante en musique / Interprête à temps partiel (en Chinois,Russe, Anglais)
Points de rp : 87

MessageSujet: Re: L'examen [libre]   Dim 22 Aoû - 1:05

Le thé même si ce n’était pas de la meilleure qualité qui soit était excellent, quoi que je n’était pas de nature difficile non plus. Je trouva néanmois que Tonho-san l’avait bien réussi. Je ne pouvais que lui sourire ravie par la marque d’affection et le compliment qu’il me faisait en me disant apprécié ma compagnie. Je l’appréciais moi aussi, c’était un drôle de personnage très attachante. La timidité qu’il m’avait présenté au départ s’était en peu de temps dissipé me laissant voir un jeune homme tout à fait charmant et ne cessant d'alimenter ma curiosité à son égard. Lorsqu’il lui notifia que quatre heures s’étaient écoulé, elle n’en revenait toujours.

Le temps lui avait paru si vite passé, elle s’était sans plus l’ombre d’un doute assoupit. Ce temps de repos lui avait au moins permis de récupérer suffisamment pour être à la limite du correcte.

« Je ne pensais pas m’assoupir aussi longtemps… Qui ne serait pas raisonnable quand votre corps décide de vous mettre au neutre? » lui répondit-elle sur un ton amusé.

Tonho tout comme elle était quelqu’un de très pris, elle se rendait bien compte qu’il n’était pas qu’un simple étudiant étranger qui désirait obtenir son diplôme pour le mettre dans un cadre et le rapporter à sa famille. La Galerie d’Art de Soho, elle n’y allait pas souvent hormis lorsque des expositions temporaires y étaient présentés cela constituait pour elle une activité ayant pour but de se familiarisé avec son don. Dans cet endroit silencieux où tant de choses anciennes et précieuses étaient disposé son regard n’en finissait plus d’en redemander, encore et encore. Présente dans la communauté asiatique, il lui arrivait aussi d’y avoir été pour accompagner un groupe de personne à mobilité réduite. C’était un belle expérience comme aller au zoo, écouter les murmures et les remarques des visiteurs pouvait s’avérer fort instructif.

Tandis que Tonho-san lui proposa d’aller rendre son examen dès maintenant elle ne pu qu’opiner d’une signe de la tête. Elle ne prit pas le temps de finir son thé même s’il était bien avancer.

« Je vais mieux ne vous inquiétez pas Tonho-san, marcher un peu ne me fera pas de tord. Ça fera disparaitre cette sensation de fourmis. Pour le malaise ils sont soudain, mais je les présens quelques minutes avant qu’il ne se déclenche; un peu comme les épileptiques j’ai une certaine aura. Je vais juste prendre quelques affaires et nous pouvons y aller. »

Ksenia prit un petit gorgé de son thé avant de ce levée et de se diriger à son bureau où elle avait déposé son sac en bandouillère, elle ouvrir son tiroir classeur et en sortie deux chemises fines. Elle ne comptait pas venir très tôt et elle devait finir ceux-ci pour la fin de la semaine un peu de travail à la maison durant la journée du lendemain allait s’imposé pensa-t-elle; a moins qu’elle ne se sente d’attaque pour y travailler ce soir. Elle revient vers son compagnon et l’observa un instant pour voir dans ses gestes s’il était prêt. Elle se rappella ce que la voix tremblotant de Lafayette avait dit, il devait aller remettre la copie d’examen à une certaine personne prénommé Johaness. Elle ne savait pas où exactement trouver la dite personne aussi un petit arrêt au bureau d’accueil s’imposait, elle aurait pu cherchez par elle-meme via le réseau internet de l’Université sauf que l’opération si l’employé se trouvait être une stagiaire où un simple correcteur comme l’établissement en engageait parfois que pour le temps d’un session n’était pas répertorié.

« Nous allons nous rendre à l’accueil pour s’informer où le bureau de Johaness. »

Alors qu’ils étaient sortis, Ksenia prit soin de fermé le local derrière eux. Elle ne s’inquiétait pas pour les autres intervenants chacun avait une clé pour y entrée. De toute manière à cette heure tardive il ne devait rester qu’Antony à ramasser ses effets personnels et rentrée chez lui. Marchant doucement pour suivre le rythme de son compagnon et aussi parce qu’elle n’avait pas toutes ses forces malgré son repos de quelques heures. Tout en marchant elle fouillait d’un main pour trouver ses fichus cartes professionnelles… elle espérait bien tombé sur l’une d’elle, sa main fini par trouver l’embossement d’une orchidé sur la carte qu’elle sorti et la tendit à Tonho-san.

« C’est ma carte professionnel, vous avez mes numéros si vous voulez me rejoindre ne soyez pas surpris si c’est une boite vocal qui réponds, malgré la technologie je n’aime pas trop être suspendue au bout du fil. Puisque comme vous j’ai un horaire un peu chargé vous pouvez m’y laisser un message et je vous retournerais l’appelle aussitôt que possible. N’étant pas souvent chez moi, il n’y a pas mon numéro personnel. »

L’accueil se trouvait à 2 minutes du Local qu’ils venaient de quitter, Ksenia prit un instant pour se renseigner et découvrit qu’ils seraient facile de se rendre à ce Johaness car il s’avérait être un homme, correcteur comme Ksenia l’avait bien pensé. Il n’avait qu’à suivre le couloir principale pour prendre l’acsenseur jusqu’à troisième étage et aller directement dans la salle des employés. On leur avait confirmé que les correcteurs y seraient jusqu’à 18hrs au moins. C’était parfait pour eux. Dans le couloir principal il y avait un peu plus d’achalange que dans le recoin où elle avait rencontré Tonho-san, les étudians y circulant ne leur prêtait aucunement attention vacants à leur petite affaire ils étaient principalement pressé de rentrée à la maison. Pour les rares studieux c’était l’heure de se rendre à la bilbiothèque et d’affiner leur travail.

Elle était très silencieuse, elle ne voulait pas trop parlé non plus. Elle était de ses personnes qui savaient pouvoir tenir une conversation muette, elle ne ressentait pas toujours le besoin de parler avec les gens qui l’entourait alors qu’il ne faisait qu’évoluer pour passer d’un département à un autre. Certains y arrivaient mais pas elle, elle ne savait pas trop de quoi discuter avec Tonho à l’instant précis. Tant de choses se bousculait dans son esprit et il fallait le reconnaitre l’appel de son oreiller se faisait ressentir. Elle le suivait doucement, lui ayant demander si elle pouvait encore lui emprunter un peu son bras. La journée tranquille qu’elle avait prévue avait été tout autremenent, il y avait belle lurette qu’elle n’avait pas été mise sous tension de la sorte. La familiarité qu’avait fait preuve Lafayette à son égard lui laissa supposer un prochain coup de cochon, mais qui sait il pouvait avoir changé d’idée après leur court entretient.

Les deux jeunes gens arrivèrent à la salle où une dizaine de correcteurs étaient penchés sur des piles de papiers. Ksenia se chargea d’aller trouver ce Johaness pour lui remettre la copie de Tonho-san qu’elle avait au préalable scellé dans une enveloppe signé de sa main et daté. Le correcteur ne posa pas de question et ouvrit l’enveloppe se mettant au travaille de corriger l’exemplaire de l’examen à l’intérieur. Il ne la remercia pas, rien… voyant qu’il était absorbé par son travaille elle rejoind Tonho-san.

« Eh voilà, c’est remis. Ça doit vous soulager un peu. » lui demanda-t-elle doucement.

Eh maintenant, il arrivait quoi? Ils s’en iraient probablement à l’extérieur pour aller attendre un taxi que l’un où l’autre appelerait. Ksenia ne pouvait que sourire en pensant à Tonho-san, sa curiosité envers ce personnage c’était mue en une profonde sympathie plus que s’il n’avait été qu’un simple étudiant. Deplus, si tout allait comme elle le souhaitait il irait même jusqu’à lui offrir son aide pour donner à ce français de directeur ce qu’il mérite pour son comportement. Toujours près de la porte, elle ne pu le voir pourtant Johaness eu un réaction de surprise en entamant la copie de Tonho-san. Il écrivit très peut sur la copier, il semblait apprécier ce qu'il y lisait et après quelques minutes la rangea dans un pile le document dans une pile voisine près à la compilation de notes.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tonho Minase
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 30/05/2009
Clan : apprenti Damné
Age du personnage : 21 ans
Pouvoirs : Minase dispose de la faculté de connaitre les peur les plus profondes des gens. . Enfin par un simple contact visuel ,jusqu'à 5 mètres,il peut créer une illusion dans l'esprit d'une personne. Agissant au niveau des neurotransmetteurs , cette dernière plonge la victime au cœur d'une hallucination où ses peurs les plus profondes deviennent réalité.
Profession : Expert en Art Traditionnel Japonais à la Galerie d'art de Soho , suit également des études en Histoire et Histoire de l'Art par correspondance
Points de rp : 217

MessageSujet: Re: L'examen [libre]   Mar 24 Aoû - 19:13

Maintenant qu'il ne me reste plus qu'à remettre mon examen à la personne censée le corriger , j'avoue que mon stress commence un peu à retomber .Tandis que je bois mon thé je repense à ce qu'il s'est produit quelques heures auparavant , visiblement Heng-San et moi avons bien plus en commun que je ne l'aurais cru au premier abord . Depuis que je suis devenu un mutant je n'ai eut de cesse de me renfermer sur moi même de peur que l'Onryô n'échappe à mon contrôle mais aussi parce que les mutants sont loin d'être appréciés aussi la sollicitude dont elle a fait preuve à mon égard m'a vraiment touché . Peut être est ce du à sa cécité qui l'empêche de voir mon aspect ou tout simplement parce qu'étant elle même différente , elle sait à quel point le rejet peut être destructeur pour celui qui le subit . Quoi qu'il en soit , Heng-San a su gagner ma sympathie et à ce titre je serais honoré de la revoir . Les quatre heures durant laquelle elle s'est assoupi ont l'air de lui avoir fait du bien , même si il n'est nul besoin d'être médecin pour constater qu'elle est encore bien affaiblie par le malaise qu'elle a eut . A voir la réaction d'Anthony-San ce genre de crise semble être régulières , peut être une conséquence de son don comme les migraines qu'il m'arrive d'avoir fréquemment . A moins qu'il ne s'agisse de totalement autre chose comme une maladie , comme l'épilepsie par exemple . Dans tous les cas je dois m'assurer de ne pas trop la surmener étant donné son état de faiblesse .

"Notre corps sait nous rappeler qu'il ne faut pas le pousser à bout , et pour pouvoir se surpasser il faut d'abord connaitre ses propres limites Heng-San.Vous devriez quand même vous ménager un peu pour le moment , j'ai promis à Anthony-San de veiller sur vous et je compte bien honorer ma parole . Vous avez l'air très proches tous les deux , enfin si j'en juge son état d'anxiété en vous voyant évanouie et à son comportement protecteur à votre égard .."

C'est une chose importante que de savoir qu'il y a des gens sur qui on peut compter , lorsque je suis arrivé dans ce pays suite à mon exil j'étais seul . Sans Chelsea et Sélène-Sama je pense que j'aurais fini par définitivement perdre la raison , et l'Onryô serait sans doutes le maitre actuellement . J'avais fini par complètement me renfermer sur moi même suite à mon internement , par crainte du rejet mais aussi de peur que l'Onryô échappe à mon contrôle . Les choses ont changées pour moi lorsque j'ai rencontré Sélène-Sama , elle a été la première lorsque je suis arrivé dans ce pays à me regardé autrement que comme un monstre . Elle m'a offert un toit mais aussi un idéal , je ne sais pas ce que j'aurais fait si j'étais resté isolé . Je demande à Heng-San si elle se sent prête à m'accompagner , vu que je préfère rendre mon examen des maintenant pour être sur de ne pas rater le délai qui m'a été donné.Elle m'explique qu'elle a eut le temps de récupérer et que je ne dois pas m'inquiéter car ses malaises sont une chose habituelle pour elle . Je la laisse prendre les affaires dont elle a besoin en finissant mon thé .

"De grandes capacités s'accompagnent souvent de contreparties désagréables , j'espère que cela n'est pas trop douloureux pour vous . "

Je songe à mes migraines qui m'envahissent à intervalles régulières lorsque je me connecte comme je l'ai fait avec Lafayette-San ,et je sais que des ce soir il y a de fortes chances de ne pas y couper .Enfin j'imagine qu'il faut que je m'habitue et qu'à force je n'y ferais sans doutes plus attention.

Nous nous dirigeons vers le lieu où se trouvent les correcteurs , je soutiens Heng-San pendant le trajet car bien qu'elle me dise qu'elle va mieux il est évident qu'elle est encore affaiblie par son malaise .Tandis que nous avançons Heng-San me donne sa carte en m'expliquant qu'étant très occupée elle n'est pas souvent chez elle donc il y a plus de chances que j'arrive à la joindre sur son lieu de travail , je range précieusement la carte dans ma poche pour ne pas risquer de l'égarer .

"Ne vous en faites pas , moi non plus je n'apprécie pas vraiment de devoir dépendre de mon téléphone . Hélas avec mon métier cet outil est devenu indispensable ,il y a une certaine ironie dans tout ça . Nous dépendons de plus en plus d'objets qui doivent normalement nous libérer de certaines contraintes .."

Nous arrivons enfin et je donne ma copie à la personne qui doit la corriger en prenant garde à ne pas montrer mes traits avant de sortir .Je suis soulagé d'en avoir terminé avec ceci et ce n'est pas sans un sourire que je quitte la pièce . Maintenant je n'aspire plus qu'à me détendre avant de rentrer au QG où mes dossiers m'attendent . Un client souhaite acquérir "La Grande Vague de Kanagawa" d'Hokusai et je dois encore préparer tout le dossier préalable à la vente . Je suis venu passer mon examen en profitant d'un jours de repos mais des demain je devrais retourner à la galerie ..Je tend mon bras à Heng-San , l'invitant à me suivre et à quitter ces lieux au plus vite ..


"Sans doutes est ce déplacé de ma part mais auriez vous une objection à l'idée d'aller déguster un thé avant de rentrer à nos quartiers respectifs . Nous pourrons en profiter pour discuter sans avoir à nous préoccuper du temps à moins que vous soyez pressée de rentrer ."
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ksenia Heng
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 14/06/2010
Localisation : Université / Bureau de l'Organisme A.I.E. / ici et là...
Clan : neutre
Age du personnage : 25 selon ses papiers officiels.
Pouvoirs : Emission/Réception Ondulatoire & Régénération Ondulatoire
Profession : Etudiante en musique / Interprête à temps partiel (en Chinois,Russe, Anglais)
Points de rp : 87

MessageSujet: Re: L'examen [libre]   Mer 25 Aoû - 3:48

Je me laissait docilement conduire par Tonho-san tout en veillant à emprunter le chemin le plus court et le plus directe possible. La remise se fit sans tracas, c’était à peine si on avait existé, nous aurions pu venir la glisser en douce que personne n’y aurait rien vue. Je voyais bien les efforts qu’il faisait pour me supporter, et éviter de me bousculé.

« Antony et moi sommes très proche en effet, c’est un très bon ami. Nous travaillons ensemble depuis maintenant près de 5ans… un peu plus peut être. Je dirais que tous ceux qui sont proches de moi on cet manie de mère-poule, contrairement à d’autres Antony ne s’arrache pas si ce n’est pas nécessaire. Il me laisse un peu respiré. Il se croit être un genre de protecteur, je trouve ça touchant… »

Antony et elle n’était très certainement pas ensemble, juste de très bons amis et complices. Il avait le don parfois de l’exaspérer au plus haut point, mais son énergie et son entrain faisait de lui un compagnon de travaille génial. Il avait commencer ensemble comme bénévole et se sont retrouver à travailler dans des camps de jours pour des enfants, après tout c’est enchaîné et ils sont devenus les intervenants permanent et de bons collaborateurs au seins de l’Organisme. Il n’avait pas à dire qu’Antony et elle faisait la paire, mais il n’y aurait jamais rien entre eux… comme elle il avait une certaine préférence pour l’agente masculine quoi qu’un premier abord il ne fait pas du tout cet effet. Il est le type extravertis oui, mais il est très sportif et assez masculin, il n’a pas de manie.

« La douleur est une compagne à laquelle l’on s’habitue Tonho-san, aussi désagréables soit-elle. »

Dire que ses douleurs étaient désagréables n’était qu’un fait euphémisme à côté de la réalité. Elle lui faisait un mal de chien par les beaux jours, elles étaient persistantes et lancinantes, parfois comme se fut le cas aujourd’hui elle pouvait se trouver tellement insupportable que son corps pour occulté le mal ressentit lui faisait perdre connaissance. On pouvait dire qu’elle avait supportait bien la douleure pour la ressentir aussi fréquenment elle s’était endurcie avec le temps et certains des ses malaises sur une autres personnes pourraient avoir une toute autres réaction. Généralement elle arrivait bien à cacher ses douleurs, elle avait apprit en prenant de l’âge à cacher le tout sous un visage impassible alors qu’elle pouvait souffrir intensément. Elle avait apprit des techniques et que surtout rien ne servait de paniquer lorsque ces malaises la prenait. Elle avait appris a remarquer les circonstances dans lesquelles elle se manifestaient, stresse, anxiété, peur, exitation… elle avait donc adopter une attitude zen et le fait de s’occuper d’autres gens qu’elle lui avait permis de se vider l’esprit et de s’apercevoir qu’elle était bien chanceuse malgré tout.

"Sans doutes est ce déplacé de ma part mais auriez vous une objection à l'idée d'aller déguster un thé avant de rentrer à nos quartiers respectifs . Nous pourrons en profiter pour discuter sans avoir à nous préoccuper du temps à moins que vous soyez pressée de rentrer ."

Déplacé, il était trop charmant ses manières très courtoises lui rappellait celle qu’elle avait apprit en Chine et qu’elle avait un peu mis de côté pour mieux s’adapter à la vie Américaine. Elle n’en n’oubliait pas moins ses racines. Un thé était d’ailleurs une bonne idée et s’il connaissait un endroit elle serait ravie de l’y accompagner… après tout il n’était pas difficile de battre le jus de chaussette qu’elle se faisait au Local, mais s’il y en avait de pire.

« Un thé est une bonne idée, je ne sais pas vous mais j’ai un petit creux… je ne dirais pas non à me mettre un petit quelques choses sous la dent. Si vous me posez la question c’est que vous avez déjà un endroit en tête non? »

Avec toutes cettes histoire je carburais à mon petit muffin dévoré à la va vite tôt se matin et au thé bu au fil de la journée, ayant sauter l’heure du diner et approchant celle du souper mon estomac après une tel journée réclamait son dû! Il voulait de la nourriture et j’avais intérêt à le lui en fournir sous peine de me sentir encore un peu plus mal. D’autant plus que de pouvoir discuter avec Tonho-san lui plaisait beaucoup et elle était très curieuse de savoir s’il pouvait lui expliquer comment il faisait pour changer de modulations comme il l’avait fait.

Elle qui était mutant et qui connaissait si peu sur ses semblables hormis ce que sont père en disait, elle restait très ouverte à cette idée et le fait qu’ils soient victimes d’une telle discrimination était totalement stupide, cela montrait la nature humain dans sa plus simple impression. Tout les non-mutants n’étaient pas aussi dur et craintif face à eux, elle savait qu’il ne fallait pas mettre tout le monde dans le même panier. A voir ce que les hommes se faisaient entre eux pour une question d’argent, de territoire, de pouvoirs et en but d’avoir le monopole, il ne restaient pas grand choses de gai à l’existence. Il fallait des gens pour qui s’était important, elle n’était probablement la mieux placé car sa particularité se cachait plutôt aisément et ne lui causait que des problèmes de santés rien de bien dangereux, ils restaient que pour elle qu’hommes et mutants étaient à la base des êtres humains différents certes, mais des humains point barre. Et autant chez les hommes que chez les mutants elle était convaincu qu’il y en avait certains avides de pouvoir et de domination. Il ne restait que c’était un problème humain à la base… nous étions notre propre ennemi et c’était sur cela que son père avait basé toute son éducation ce qui avait fait d’elle une jeune femme plus compréhensive et dévoué aux gens. Quoi que la question ainsi que sa réponse était toujours en constante évolution tant de facteur qui pouvait l'influencer d'ailleurs.

Ksenia repris place au côté de Tonho-san en accepta son bras tendu, elle le suivit docilement jusque vers la sortie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tonho Minase
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 30/05/2009
Clan : apprenti Damné
Age du personnage : 21 ans
Pouvoirs : Minase dispose de la faculté de connaitre les peur les plus profondes des gens. . Enfin par un simple contact visuel ,jusqu'à 5 mètres,il peut créer une illusion dans l'esprit d'une personne. Agissant au niveau des neurotransmetteurs , cette dernière plonge la victime au cœur d'une hallucination où ses peurs les plus profondes deviennent réalité.
Profession : Expert en Art Traditionnel Japonais à la Galerie d'art de Soho , suit également des études en Histoire et Histoire de l'Art par correspondance
Points de rp : 217

MessageSujet: Re: L'examen [libre]   Jeu 26 Aoû - 0:39

Tenant Heng-San par le bras , nous quittons la salle après que j'ai rendu ma copie . Je marche lentement en prenant garde à ce que le trajet soit le moins éprouvant possible pour elle car elle est encore affaiblie par son malaise . Tandis que nous nous éloignons Heng-San m'explique la nature des liens qui l'unissent à Anthony-San , comme je le pensais ils sont effectivement proches même si leurs liens ne sont pas ceux que j'aurais cru de prime abord .

"Anthony-San a l'air de quelqu'un de bien d'après ce que j'ai pu voir , c'est plutôt rassurant de voir que vous êtes si bien entourée . Rien n'est pire que l'isolement parce que cela nous force à faire face à notre plus grand ennemi ..Le Mara emprunte bien des visages mais le pire d'entre eux reste notre propre reflet .."

Durant les années que mon supplice à l'asile a duré , le plus dur n'étaient pas les coups ou les brimades régulières . Non ce qui m'a vraiment le plus détruit ça été de me retrouver seul face à mes sombres pensées et plus encore face au spectre qui vit en moi .Je revois encore tous ces long moments à me demander si je n'allais pas finir complètement dingue . Avec le temps j'ai appris à l'apprivoiser mais je dois admettre que les Damnés y sont pour beaucoup , c'est grâce à leur aide que j'ai pu vraiment commencer à dompter le monstre qui est en moi .Bien sur je suis encore loin de le maitriser entièrement et il lui arrive encore régulièrement d'échapper à mon contrôle , mais aujourd'hui pour la première fois je commence aussi à mieux le comprendre . Je suis incapable d'expliquer le pourquoi de la chose , mais le constat est là l'Onryô et moi sommes plus en harmonie chose qui n'était jamais arrivée jusque là . J'ai vraiment eut beaucoup de chance de croiser Sélène-Sama quand j'y repense ,sans les Damnés je n'aurais pas tenu longtemps entre la répression à l'égard des mutants et le spectre . C'est pour ça que je ne pouvais que m'engager à leur côtés ,sans compter que je partage l'idée que les mutants ne devraient pas à vivre dans la peur . Cependant je ne partage pas cette vision comme quoi nous sommes supérieurs aux humains , pas plus que je ne crois que les humains doivent être exterminés sans autre forme de procès . Pour moi il ne faut pas nous rendre coupable du même crime qu'eux et tous les condamner , seulement ceux qui le méritent réellement comme Lafayette-San ou Kurosawa .

Nous évoquons ensuite les malaises dont Heng-San souffre à répétition , elle semble s'être résignée à cet état de fait . Cela semble être la chose la plus sage à faire , et je suis de nouveau admiratif devant une telle force de caractère . Peu de gens sont capables de faire face à une telle chose avec autant de dignité et la volonté dont elle fait preuve m'incline à la respecter .

" Certes mais il faut un certain courage pour s'y résigner comme vous le faites . beaucoup à votre place auraient tendance à se plaindre où à hurler à l'injustice.Une telle force de caractère est tout à votre honneur Heng-San .."

Certains jours mes migraines sont d'une telle violence que cela me laisse littéralement sans forces pendant les jours qui suivent . Cela arrive surtout quand je force trop sur ma malédiction ou quand l'Onryô est trop présent , pourtant ces mêmes migraines me permettent aussi de connaitre mes propres limites . Sans elles j'aurais sans doutes beaucoup plus de mal à apprendre à dompter le spectre et en cela je les vois plus comme une bénédiction que comme un fardeaux , car le prix à payer est bien faible par rapports aux conséquences que de laisser le spectre me contrôler pourraient avoir . Tandis que nous discutons de choses et d'autres il me vient l'idée d'inviter Heng-San à discuter autours d'un thé , je trouve sa compagnie agréable et je serais ravi de faire plus ample connaissance avec elle . Bien sur j'ai conscience que ma requête peut paraitre déplacée vu que nous nous connaissons à peine , mais je constate avec plaisir que Heng-San accepte mon invitation .

"Et bien je connais un petit café non loin de Soho dans le quartier japonais , ils auront surement de quoi vous restaurer . Ne vous inquiétez pas , je connais bien le lieu et je vous garanti que nous ne seront nullement dérangé et après nous pourrons partager le taxi et rentrer chacun chez nous . "

Tandis que nous marchons vers la sortie , j'appelle la compagnie de taxi avec laquelle je suis venu ici et je leur demande de bien vouloir envoyer un véhicule sur le campus . Dix minutes plus tard la voiture nous attends , j'ouvre la porte à Heng-San comme le veut la galanterie avant de monter après elle . La voiture démarre après que j'ai donné l'adresse au chauffeur et nous quittons enfin l'Université...

HJ : Je te laisse conclure
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ksenia Heng
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 14/06/2010
Localisation : Université / Bureau de l'Organisme A.I.E. / ici et là...
Clan : neutre
Age du personnage : 25 selon ses papiers officiels.
Pouvoirs : Emission/Réception Ondulatoire & Régénération Ondulatoire
Profession : Etudiante en musique / Interprête à temps partiel (en Chinois,Russe, Anglais)
Points de rp : 87

MessageSujet: Re: L'examen [libre]   Ven 27 Aoû - 0:06

La journée avait commencé très tôt, par une journée planifié pour être des plus calmes Ksenia avait cru pouvoir pratiquer tranquillement son art pour finir sa journée tôt en terminant quelques dossiers en cours. Loin de là, tout pris un chemin très différent lorsqu’elle avait rencontré… en fait avait percuté un étudiant visiblement égaré pour finalement se retrouver à la course pour un examen qui après vérification avait été devancé. Si elle avait su ce qui l’attendait aurait-elle plutôt préféré restait dans son lit et vacquer à d’autre occupation? Non, certainement pas malgré le casse-tête que se révéla être la reprise de l’examen elle c’était trouvé en agréable compagnie.Tonho-san qui au premier contact lui avait paru plus que réservé c’était révélé incroyablement spectaculaire, il était le premier qu’elle avait rencontrer à posséder deux modulations d’ondes bien distincts ce qui ne faisait qu’augmenter au mystère qui l’entourait.

Ajouter à cela une vive reprise en contact avec des moments passés douloureux. Tonho-san c’était révéler près à lui apporter du soutient et à trouver le moyen pour l’aider à trouver vengeance envers ce Lafayette. La vengeance quoi qu’un petit peu personnelle était aussi en regard à tous les étudiants qui avaient pu peinés et été victimes des manières discriminatoire de ce Monsieur du temps qu’il était professeur.

Toujours loin de ce se douter qu’il ne la reconnaitrait pas elle avait usé subtilement pour parvenir à un entretient conviviale qui c’était avéré une totale déception jusqu’à ce que Tonho-san par un procédé quelconque avait réussi à obtenir une copie écrite de son examen. Ce qui avait été quelque sminutes de hurlements avait permis à la jeune femme de voir la chose la plus inimaginable de ses observations d’ondes… et inévitablement elle avait été prise de malaise sous l’émotions trop intenses ressentit. Ce questionnant sur la nature peut être mutant de Tonho-san elle avait prit le risque de laisser supposé cette même caractéristique chez elle sans élaboré d’avantage où préciser sur le sujet.

Finalement l’après-midi c’était écoulé sans que Ksenia n’en soit réellement consciente et le soir venu une fois que le dit examen avait été finalement rendu elle pouvait souffler un peu. Encore un peu barbouillé par cette journée et cet entretient en tête à tête avec Lafayette elle était presqu’au bout du rouleau et ne demander qu’à… tout d’abord se restaurer, puis à aller dormir. Toujours aussi gentil et avenant qu’il s’était montré jusqu’ici Tonho-san avait proposer de la racompagner mais si elle le désirait de s’arrêter un moment pour boire un thé, chose qu’elle ne pouvait lui refusé après tout.

Toujours à son bras elle le suivit à l’extérieur où un taxi les attendait déjà. Comme le voulait l’étiquette de la galantrie universelle le jeune homme ouvrit la porte pour laisser prendre place la jeune femme en premier. Elle appréciait ces petites choses qui avait marqué sa vie en chine et qui trop peu souvent,quoique non pas totalement éteinte, manquait aux Américains. Elle c’était aperçu depuis les quelques années qu’elle était arrivé à New York que peut d’individu se batait pour éduquer les bonnes manières, pas toutes mais justes celle de bases à leur progéniture. Il y avait même plusieurs des individus plus âgés qu’elle et dont elle cotoyait à quelques reprises dans l’année était totalement dépourvu de ces principes de base.

Il ne fut pas loin au taxi pour quitter le campus et prendre la direction des quartiers Japonais. Elle suivi son compagnon à l’intérieur de ce qui était un petit café, le thé y était préparer de manière traditionnelle.Il était tout simplement délicieux! Elle ne pouvait rien dire non plus contre les plâts servis dans l’endroit. Le nez de la jeune femme était tout simplement bien heureux des arômes flottante et diffusent à travers la salle à manger. Ils restèrent un bon moment à discuter de choses et d’autres. Ni lui, ni elle n’abordèrent pour le moment la question mutant ni même le cas de Lafayette. Elle se contenta de le connaitre d’avantage, elle lui demandait de parler de son travaille qu’elle trouvait fascinant quoi qu’elle ne pouvait pas apprécier comme lui tout les œuvres d’arts, hormis les pièces sculptées. Elle ne pouvait cependant pas satisfaire sa curiosité envers ce type d’œuvre car il était strictement interdit de les toucher à son grand désarroi.

Elle parlait aussi d’elle évidemment, du fait qu’elle étudiait en linguistique pour parfaire son bagage d’interprête et d’être certifié prochainement en des langues autres que le chinois, le russe et l’anglais. Elle s’efforçait en autre à apprendre le français ce qu’elle ne trouvait pas évident du à toutes ses règles de grammaires, de conjugaisons et ses genres féminins/ masculins auxquelles il fallait prêter attention.

Elle lui avait parler brièvement aussi de son père qui était un brillant scientifique très demander d’où leur de grand déménagement à l’étranger et le fait qu’elle le voyait presque jamais. C’était une chose qu’elle avait eu un peu de mal à gérer au début car il l’avait chouchouté longtemps et avait été très présent durant son enfance c’était à croire que lorsque son adolescence avait débarqué il avait commencé à prendre ses distances. Elle s’était noyé dans les études et le travail aussi pendant quelques temps jusqu’à trouver son équilibre et finalement accepter l’éloignement de son père.

A la fin de leur tête à tête amical, ils convinrent de ce revoir dans approximativement 1 semaines. Cela lui permettrais de faire le tour des personnes concernés par les remous du passé ainsi que de dépoussièrer ses propres archives de l’affaire qu’elle avait soigneusement tenu et gardé depuis. Elle avait même certain originaux qui avait été refusé comme pièce a conviction durant le procès ce qui selon elle avait été une tentative d’étouffer l’affaire alors qu’elle avait leur importance étant donné le contexte et les situations à l’époque.

La fatigue se lisait sur les traits pâles de la jeune femme qui malgré tout gardait un sourire paisisble sur ses lèvres. Elle appréciait la compagnie de Tonho-san et malgré la fatigue il ne lui était d’aucun effort de rester éveiller à discuter en sa compagnie. Elle avait très hâte de pouvoir aborder des sujets plus précis… plus sensible aussi… non pas le dossier Lafayette, mais plutôt de savoir si oui ou non il était mutant et si oui qu’est-ce qu’il pensait de la tension qui était contre les mutants en général.

Comme convenus à la fin de leur conversation qui se termina assez tard en soirée, ils partagèrent de nouveau un taxi qui ramena d’abord Ksenia. Elle habitait un quartier paisible, elle avait la chance de vivre dans une vieille maison d’époque rénové et divisé en 2 condo son père et elle avait le plus grand des deux qui s’étendant sur tout le rez-de-chaussé et l’étage en plus d’Avoir la cours arrière pour eux seule. Le condo d’en dessous était aussi leur propriété, mais il la louait ce qui faisait en sorte qu’il n’avait peu où pas de paiement à faire. C’était un vieux quartier multi-ethnique qui malgré le regroupement entassé de familles plus pauvres avec des familles un peu plus en moyen les rues voisinantes et les blocs en général étaient impeccable. Contrairement à d’autres quartiers similiaires il n’y avait pas de gang et de jeunes trainant le soirée seule au coin des rues et trônant fièrement au milieur de la place un petit restaurant… le Read Café reconnu pour son ambiance hors du commun et de la chaleur de son hôte. Leur réputation n’était plus à faire.

Ksenia salua Tonho-san qui l’aida à sortir du taxi et la reconduit au pied de l’escalier extérieur de la fascade. Elle lui envoya doucement la main, elle laissa le taxi passer avant de traverser au Read Café rejoindre Oncle Tom qui avait gardé son foufou de Jack durant la journée entière. L’animal était très heureux à revoir sa maitresse. Elle resta un moment à discuter avec l’Oncle Tom avant de finir par rentrer chez elle et de s’effondrer dans son lit plongeant dans un profond sommeil sans le moindre mal.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L'examen [libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'examen [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men Extended :: NEW YORK CITY :: Campus Universitaire-