Partagez | 
 

 quand le pouvoir prend le dessus [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Leila
Invité


MessageSujet: quand le pouvoir prend le dessus [terminé]   Jeu 1 Juil - 20:52

Cela faisait maintenant 3 jours que Leila était dans le rue. Elle ne voulait pas retourné chez elle. La raison était simple. Il ne faut pas croire qu'elle avait fugué ou encore parce qu'elle s'entend mal avec ses parents ou autres. Non la raison est toute simple, pendant une dispute entre sa mère et elle, son pouvoir à fait son apparition sans que Leila ne puisse comprendre ce qu'il se passait. Quand vous vous disputez et qu'une assiette passe à travers la cuisine pour finir contre le mur, il y a de quoi s'inquiéter surtout quand on ne comprend rien à ce qui arrive. Mais bon Leila savait que cela venait d'elle car à ce moment précis, elle était vraiment en colère contre sa mère et tout de suite elle est partis de chez elle, sans laisser le choix à personne pour réagir, elle se disait que c'était un monstre et qu'elle ne devait pas rester là.

Donc elle partis de chez elle, loin de chez elle, elle ne voulait pas que sa soeur la retrouve. Bon entre temps elle avait appelé les services sociaux, elle ne voulait pas que sa soeur reste comme ça avec sa mère. Mais une fois que tout ça était fait, elle était partis dans la rue, elle cherchait l'école des mutants qu'elle avait entendus parlé.

En tout cas ce soir, elle se trouvait dans une rue, elle marchait tranquillement. Elle restait le plus loin possible des autres. Elle ne voulait pas que son pouvoir revienne encore une fois et là faire des blesser. Leila se baladait donc dans la rue, avec un manteau qui ressemble à une cape. Elle avait mis la capuche, elle ne voulait pas trop qu'on l'observe. Tous ce passait bien jusqu'au moment où un homme l'attrapa pour la collé contre un mur. Elle voyait bien qu'il était soul. Elle essaya de se séparer de lui mais il la tenait bien ce qui commença à la faire plus que paniquer. Elle le poussa mais il se colla encore plus à elle et il la touchait. Là c'était trop, elle lui donna un coup dans le ventre et elle essaya de s'enfuir , mais il l'a rattrapa en la faisant tomber au sol. Et là il se passa quelque chose qu'elle n'avait pas du tout prévu, elle sentait bien en elle que quelque chose changeait et là elle vit les objets tourner autour d'elle et l'homme s'éloignait de plus en plus. Leila se mit à crier tellement elle avait peur. Elle voulait que sa s'arrête, mais elle n'y arrivait pas. Elle se tenait la tête, mais sans succès. Elle paniquait de plus en plus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alexander Cash
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 236
Date d'inscription : 08/04/2010
Localisation : New-York City
Clan : neutre
Age du personnage : 24 ans
Pouvoirs : Maitrise de l'air & métamorphose en gaz inodore et invisible - Niveau 1
Profession : Journaliste spécialisé en économie
Professeur d'économie et de communication à l'université
Points de rp : 90

MessageSujet: Re: quand le pouvoir prend le dessus [terminé]   Jeu 1 Juil - 23:13

Une bien belle soirée que celle-ci ! Si la ville avait été moins éclairée, le ciel aurait été magnifiquement parsemé d'étoiles. Malheureusement, ici, on était à New-York. En plein Manhattan. Autant dire que vu d'un satellite, on a l'impression d'être devant le gateau d'anniversaire d'un immortel plusieurs fois millénaires. Bon, pas sûr que l'image soit parlante. Bref. Alexander, comme à son habitude depuis que l'année universitaire touchait à sa fin, sortait avec plusieurs de ses amis et amies dans les bars de la grosse pomme. Et rien de mieux que de finir ivre au Pandora's Box, la boîte de Soho. Lui et ses potes y restèrent bien trois heures, le temps de décuver, de laisser le sang s'aérer un peu. Et comme il savait qu'il devrait rentrer à pied, il préferait ne pas reconsommer. Rien d'alcoolisé, en tout cas.

La soirée s'était bien passée, à part une petite querelle inoffensive avec un gars un peu trop bourré au goût du groupe dans lequel Alexander était. Les amis de l'étudiant partaient au compte goutte, et ils n'étaient plus que trois à sortir de le boite de nuit. Soit Alexander, et un couple qui repartait en taxi. Aprés avoir proposé au sportif de repartir avec eux, lequel refusa, ils s'en allèrent dans la première voiture jaune passant prés de la sortie du Pandora's. Alex se trouvait donc seul, et il lui fallait marcher une bonne demi-heure avant d'arriver dans sa chambre d'étudiant, située sur le campus de l'université. La promenade allait donc être longue et malgré la chaleur de la journée, la nuit était beaucoup plus fraiche. Il remit son sweat gris sur lui, ainsi que la capuche. Pas tellement parce qu'il avait froid, cette fois, mais parce qu'il était plus rassurant pour lui de savoir que les autres passants - si peu soient ils - ne voyaient pas son visage.

Il était en route pour sa destination quand il entendit un drôle de bruit, à la fois continu et discontinu. Un bruit de métal. Non, plusieurs bruits de plusieurs métaux. Ca aurait pu être quelque chose de tout à fait normal dans une ville aussi importante, mais là, c'était quelque chose d'assez étrange. Comme s'il entendait un concert d'objets métalliques, s'entrechoquant dans un roulement chaotique. A cette heure aussi tardive, il s'étonna lui-même en se dirigeant vers la source de ce chahut. Au bout de quelques secondes, il déboucha dans une petite ruelle sombre entre deux hauts immeubles. Là, une scène totalement irréelle était jouée par une actrice innocente. Autrement dit, des objets de toutes tailles flottaient en l'air dans un mouvement totalement aléatoire autour d'une jeune femme, assez petite par rapport à l'étudiant. A vrai dire, on ne voyait pas son visage. Elle avait elle aussi une capuche, rattachée à un long manteau.

Tenu à distance par les objets en mouvement, un homme essayait tant bien que mal de tenir sur ses pas. Il regardait ce qui se déroulait devant ses yeux et ne paraissait pas y croire le moins du monde. Alexander s'approcha de cet homme et lui demanda ce qu'il se passait. Par la réponse hasardeuse de celui-ci, completant son haleine fortement alcolisée, il comprit qu'il était totalement ivre. Cet inconnu se déplaçait grâce à des pas peu rassurés, comme s'il ne sentait plus vraiment le sol. Décidément, il était bien amoché par la boisson... Il se dirigea vers un mur, auquel il s'adossa, puis il s'endormit, comateux. Alex n'avait pas la moindre idée de ce qu'il pouvait avoir en tête avant de s'endormir, mais il était sûr que, la nuit passée, il n'aurait aucun souvenir. En tout cas il l'éspèrait pour la jeune femme en difficulté face à l'immensité de ses pouvoirs. Il connaissait cette situation. Pire, il avait déjà eu affaire à des fédéraux. Et il ne le souhaitait à personne.

Qui qu'elle soit, cette femme avait besoin d'aide. Mais il ne serait pas évident de l'approcher. Elle criait en se tenant la tête, ce qui montrait bien qu'il lui était parfaitement impossible de maitriser son pouvoir. Visiblement, celui-ci ne consistait qu'à bouger les objets, mais Alex ne pouvait pas en être sûr. Il lui fallait donc agir rapidement, avant que le chahut n'alerte quelqu'un. Ce qui se ferait assez rapidement, pour sûr. Le jeune homme se concentra sur ce qui se passait et ce qu'il devait faire. Des objets visiblement non tranchants lévitaient rapidement en cercle autour d'elle. Elle avait besoin d'être rassurée. Et lui n'avait pas le pouvoir de télépathie, il devrait arriver à ses côtés. Il s'approcha lentement de la jeune femme et lui parla d'une voix claire et en articulant bien pour ne pas avoir à répéter malgré le fracas du choc des objets. Il allait tenter de la rassurer à distance, en premier lieu. Il n'avait aucune technique, n'y connaissait rien en psychologie, mais avait déjà regardé plusieurs films où ce cas se reproduisait à peu de choses prés.

- Calmez-vous ! Tout va bien ! Je suis là pour vous assister, calmez vous ! Il n'y a rien ici pour que vous stressiez ! Si c'est l'homme qui était là tout à l'heure, il était totalement saoul et il est en train de dormir prés d'une poubelle, là-bas ! Je ne suis pas de la police, je ne suis pas un agent fédéral, je suis un étudiant en sciences économiques, vous ne craignez rien ! C'est pareil pour votre pouvoir, vous ne craignez rien, je garderai ça pour moi ! Il faut vous maitriser avant d'alerter ou de blesser quelqu'un ! Calmez-vous, respirez bien fort, doucement, fermez les yeux et faites le vide !

A vrai dire, il n'était pas sûr le moins du monde que ses paroles fassent effet sur cette jeune femme désemparée, mais il l'espérait de tout son coeur. Il savait à quel point elle pouvait se sentir vulnérable à ce moment même, comme lui l'avait senti quelques fois. Si cette tentative de calme par la parole ne marchait pas, il devrait arriver jusqu'à la jeune femme et la calmer d'une autre manière.





[ Dis moi si tu veux que je change quelque chose Wink J'attends ta réaction ! ]
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: quand le pouvoir prend le dessus [terminé]   Ven 2 Juil - 8:38

Les ruelles sombres et sans personnes, Leila en avait l'habitude depuis quelques jours. Et pendant ses jours là, il ne lui était encore rien arrivé. Bon normal, elle n'allait pas vers les gens, elle restait dans son coin donc comme ça, elle ne cherchait pas les ennuis. Elle ne voulait pas avoir d'ennuis avec quelqu'un, elle avait peur que son pouvoir reprenne une fois de plus le dessus. Donc elle restait loin des autres et dans une ruelle au moins elle ne pouvait pas faire de mal à quelqu'un. Peu de gens s'aventurait ici. Normal se n'était pas trop un endroit fréquentable, mais bon, au moins il n'y avait personne. Leila voulait tellement trouver cet institut , mais bon pour le moment elle devait essayer de se calmer et de la chercher par ses propres moyens. Vous la voyez aller demander à une dame , " bonjours, où se trouve l'école pour mutant?". Là elle voyait déjà la scène où la femme se mettrait à crier et hop me secret n'était plus caché. Donc autant se débrouiller par ses propres moyens.

Parfois il lui arrivait d'aller dans les bars au alentours, mais elle n'y restait jamais longtemps, car il y avait beaucoup trop de monde qui faisait la fête et elle voyait surtout des groupes de jeune faire la fête et ça rappelait le fait que elle de son côté elle était toute seule et qu'il n'y avait personne avec qui elle pourrait parlé. Elle aurait temps aimé connaitre quelqu'un qui pourrait l'écouter, mais maintenant qu'elle avait se pouvoir, elle ne savait pas à qui elle pouvait faire confiance.

En tout cas se soir, se n'était vraiment pas le bon soir pour elle. Les nuits qui avaient passé c'était dérouler normalement. Mais là il fallait qu'un homme soul vienne la voir pour s'amuser. Mais Leila ne supportait pas qu'on l'approche et là il était trop sur elle. Puis elle savait que si elle avait peur, ça allait mal se passé, elle le sentait venir en elle. Et ce qui arriva , arriva. D'un coup une dizaine se mirent à tourner tout autour d'elle ça faisait comme un bouclier. Mais là Leila n'aimait pas ça du tout. Elle se retrouvait à genoux par terre, la tête dans les mains. Elle criait, par le fait qu'elle n'arrivait pas à contrôler son pouvoir mais aussi par le fait qu'elle avait peur de ce qu'elle faisait, elle avait peur d'elle. Et plus elle avait peur d'elle et plus les objet tournait autour d'elle. Aucune personne ne pouvait l'approcher et Leila n'arrivait pas à relever le visage. Elle ne voulait pas voir le visage de l'homme qui se trouvait en face d'elle, elle savait qu'il devait la prendre pour un monstre et rien que de penser ça, ça ne l'aidait encore moins.

Les minutes 2 minutes c'étaient écoulé et Leila n'arrivait toujours pas à se calmer et elle entendit la voix d'un homme lui parlé. Elle ne relevait toujours pas la tête, elle n'osait faire aucun geste. Elle essaya de se concentrer sur la voix de l'homme pour entendre ce qu'il avait à dire même si c'était dure avec le bruit des objets.

Calmez-vous ! Tout va bien ! Je suis
là pour vous assister, calmez vous ! Il n'y a rien ici pour que vous
stressiez ! Si c'est l'homme qui était là tout à l'heure, il était
totalement saoul et il est en train de dormir prés d'une poubelle,
là-bas ! Je ne suis pas de la police, je ne suis pas un agent fédéral,
je suis un étudiant en sciences économiques, vous ne craignez rien !
C'est pareil pour votre pouvoir, vous ne craignez rien, je garderai ça
pour moi ! Il faut vous maitriser avant d'alerter ou de blesser
quelqu'un ! Calmez-vous, respirez bien fort, doucement, fermez les yeux
et faites le vide !

Se calmer, mais elle n'y arrivait pas, c'était la première fois que son pouvoir faisait ça et ça lui faisait encore plus peur. Elle se concentrait de plus en plus sur ce qu'il disait avec beaucoup de difficulté. Il lui disait qu'elle ne risquait rien avec lui et que l'homme qui l'avait agresser ne lui ferait plus de mal et qu'il ne dirait rien. Il avait raison , elle devait se calmer, mais elle ne savait pas comment faire. Elle essaya de lui parler sur une voix alerter.

-Je n'y arrive pas...Aidez moi....

Elle n'arrivait pas à arrêter les objets. Elle essaya alors de fermer les yeux et de faire de vide, chose dure pour Leila vu tous ce qu'elle avait dans la tête. Si elle se serait confier à quelqu'un , elle n'aurait pas eut tous ça dans la tête. Et elle repensa à une scène qui n'était pas bon pour elle et un des objet alla contre le mur d'en face. Elle devait se calmer, mais c'était trop dure pour elle. Elle essayait de ne pas penser au objet. Elle y arrivait un peu et il allait moins vite autour d'elle, mais il volait toujours ce qui épuisait Leila. Elle n'arrivait pas à faire le vide.



(C'est très très bien j'adore )
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alexander Cash
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 236
Date d'inscription : 08/04/2010
Localisation : New-York City
Clan : neutre
Age du personnage : 24 ans
Pouvoirs : Maitrise de l'air & métamorphose en gaz inodore et invisible - Niveau 1
Profession : Journaliste spécialisé en économie
Professeur d'économie et de communication à l'université
Points de rp : 90

MessageSujet: Re: quand le pouvoir prend le dessus [terminé]   Sam 3 Juil - 0:15

La tentative qu'Alexander venait de faire s'était révélée être totalement inutile. Calmer quelqu'un par la simple parole, c'était quelque chose réservée aux trés bon parleurs. Ou aux acteurs, dans les films romancés. Décidément, on ne pouvait se fier à rien de ce que l'on voyait dans la vie de tous les jours dans les séries télévisées habituelles ou dans le cinéma à gros budget. Les discours du personnage principal, le "héros", font rêver. Ils émeuvent les personnes ciblées, leur donnent de la force, du courage. Et bien il fallait croire que l'étudiant qui se trouvait dans cette ruelle n'avait pas le talent d'improvisation qu'ont ces personnages de fiction. La petite tirade qu'il venait de faire à l'attention de cette jeune femme en difficulté n'avait pas eu le moindre effet.

Alexander regardait la jeune femme, réfléchissant à ce qu'il pouvait bien faire. Son pouvoir n'aurait aucune utilité ici. En tout cas, il ne voyait pas en quoi maitriser le vent pourrait l'aider. Le fait de voler ne lui faciliterait pas la tache, puisqu'il ne maitrisait pas trés bien cet aspect de son pouvoir. Autant y aller par le sol. La course, ça il maitrisait. Il pourrait tenter de foncer dans le tas. Les objets le frapperaient sûrement, avec une violence plus ou moins importante. Mais tout ça, il connaissait, grâce au sport qu'il pratiquait et à l'entrainement qu'il avait subi pour être le meilleur au poste de quarter-back au football américain. En match, si il y avait quelqu'un à abattre, c'était le quarter-back. Il s'était déjà pris des sacrés morceaux de viande sur la tête... Et il avait déjà souffert. Pour la même raison, il devait être vif sur ses appuis et courir vite. Il fallait tenter le tout pour le tout. Le cri de la jeune femme ne fit que le motiver dans son élan de courage.

- Je n'y arrive pas... Aidez moi...

- Ok... Ok... Bon euh, calmez vous ! Je vais essayer d'arriver jusqu'à vous.

Il prononça ces mots d'une voix la plus claire possible, détachant lentement chaque syllabe pour que l'inconnue mystérieuse ne soit pas effrayée en voyant l'étudiant massif courir vers elle. Alex se rapprocha du tourbillon d'objets et se lança dedans sans prendre d'élan. Mauvaise idée. Il avait à peine fait un mètre qu'il s'était pris plusieurs objets dans le corps et dans la tête. Il fut obligé de reculer. De ce premier échec il retint plusieurs leçons: il devait prendre de l'élan pour être plus rapide dés son entrée dans le tourbillon d'objets ; il devait se protéger les endroits les plus sensibles, surtout la tête ; son entrainement ne faisait pas des miracles.

Il recula de vingt bons mètres. Bien décidé à réussir à arriver à la jeune femme, il s'élança en avant en utilisant tout l'espace pour prendre de l'élan et ainsi être assez rapide pour prendre le moins de choc possible avant d'arriver au contact de cette femme. Dés qu'il fut lancé dans le tourbillon télékinésique, il se prit plusieurs coups dans les genoux, les cuisses, le ventre et les bras, lesquels protégeaient son visage. Et rentra à pleine vitesse dans cette mystérieuse personne. Il la plaqua relativement en douceur sur le sol. Il était allongé au dessus d'elle et avait une main sous sa tête. En d'autres moments, il aurait été gêné de cette posture assez étrange, mais rien d'autre que calmer la mutante ne lui passait par la tête. Mais est-ce que le simple contact entre les deux êtres avait été suffisant pour stopper la crise de pouvoir de la jeune inconnue ?





[ Tu as le champ libre ! A toi de voir si la crise de télékinésie s'est calmée ou non ! Wink ]
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: quand le pouvoir prend le dessus [terminé]   Sam 3 Juil - 10:02

Leila était tellement renfermé sur elle, qu'elle n'arrivait plus du tout à ce calmer, même les paroles du jeune homme ne marchait pas sur elle. Elle avait eut vraiment très peur pour elle et elle ne comprenait toujours pas pourquoi l'homme s'en était pris à elle et même si maintenant celui ci était contre le mur plus loin, elle avait toujours aussi peur. Mais plus le temps passait et plus elle avait peur d'elle même, elle avait peur de faire du mal à celui qui était venu l'aider. Elle n'avait toujours pas compris comment il ne pouvait pas avoir peur d'elle. Pourtant pour elle, c'était une personne qui n'était pas normale et elle croyait que tout le monde aurait peur d'elle si ils apprenaient qu'elle avait un pouvoir. Mais non, lui il était là, là pour l'aider et il ne la laissait pas ce qui l'aidait un peu quand même.

Leila lui demandait de l'aider, elle ne comprenait pas pourquoi elle n'arrivait pas à tout arrêter. C'était la première fois que son pouvoir arrivait comme ça et ça l'épuisait encore plus, elle devait vite arrêter tous ça.

Ok... Ok... Bon euh, calmez vous ! Je vais essayer d'arriver jusqu'à vous

Le fait qu'elle sache qu'il allait essayer de venir vers elle, cela lui faisait peur , en faite elle avait peur de lui, elle ne voulait tellement pas lui faire de mal. Se n'était pas des petits objets qu'il y avait autour d'elle. Elle trouvait ça dangereux, elle ne voulait pas qu'il lui arrive quelque chose. Pour une fois que quelqu'un l'aidait quand son pouvoir. Elle ferma tout de suite les yeux quand il commença à prendre de l'élan pour venir vers elle. Elle ne voulait pas le voir se blesser en essayant de l'aider. Elle savait que si elle le voyait se blesser, elle allait encore plus paniquer et elle allait encore plus blesser des gens. Donc elle préférait fermé les yeux et essayer de se souvenir des bon moments qu'elle avait eut pendant toute sa vie.

Puis d'un coup elle sentit quelque chose la percuter, bon pas trop violemment quand même mais elle fit un cri de peur quand même. Elle ne l'avait pas vu venir. Elle se retrouva allongé sur le sol. Elle fermait les yeux encore et d'un coup elle les ouvrit et elle vit l'homme sur elle. Bizarrement elle ne pensait pas du tout à ce qu'il venait de se passé et tout s'arrêta, tout les objets qui tournaient autour d'elle tombèrent un peu partout , sur eux et à coté.

-Je....Je suis désolé....


Leila était épuisé, elle restait fixé sur l'homme qui était au dessus d'elle et elle n'osait plus rien dire. Elle le regardait et elle espérait qu'elle ne lui avait pas trop fait mal, elle s'en voulait tellement. Elle en avait marre de son pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alexander Cash
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 236
Date d'inscription : 08/04/2010
Localisation : New-York City
Clan : neutre
Age du personnage : 24 ans
Pouvoirs : Maitrise de l'air & métamorphose en gaz inodore et invisible - Niveau 1
Profession : Journaliste spécialisé en économie
Professeur d'économie et de communication à l'université
Points de rp : 90

MessageSujet: Re: quand le pouvoir prend le dessus [terminé]   Sam 3 Juil - 11:59

Le boucan insupportable causé par les objets qui s'entrechoquaient s'arrêta d'un coup. Cette fois, Alexander avait réussi à faire reprendre ses esprits à la jeune femme. En réalité, il ne savait pas lui-même si c'était son intervention qui avait fait que sa crise s'était calmée, ou simplement le fait qu'elle soit épuisée. Lui-même avait déjà fait cette expérience désagréable d'être vidé de son énergie à cause de ses pouvoirs.

Séquence souvenirs... Il était en vacances avec ses parents et sa petite soeur, Laïna, il y a bien 7 ans de ça, en Californie. Oui, ses parents étaient riches, et ils en profitaient bien. Ils louaient chaque été une maison en bord de mer à un endroit toujours différent, généralement éloignée de toute civilisation de quelques kilomètres. Bref, il experimentait ses pouvoirs et ne les maitrisait alors pas du tout. Un soir, pretextant un mal de crâne, il quitta sa famille et alla se promener sur la plage. Puis il profita du vent présent sur cette surface dégagée pour voler rapidement pendant de longues longues longues minutes... Jusqu'à épuisement. Il tomba d'une dizaine de mètres sur le sol sec. Heureusement pour lui, car s'il était tombé sur un sol dur, il aurait été physiquement trés mal. A cette époque, ce qui lui fit supporter le choc, c'était sa condition physique, déjà supérieure à la moyenne. Ce qui ne l'empêcha pas d'avoir un mal de dos terrible le lendemain. A la suite de cette utilisation mal contrôlée, il avait tout simplement dormi pendant une demi-journée. Ses parents s'étaient inquiétés, il préféré leur mentir. Même si Alex savait que Anna et Peter connaissaient ses pouvoirs, il lui semblait inutile d'ajouter que leur utilisation pouvait être dangereuse pour leur fils.

Tout ça pour dire que l'étudiant en sciences économiques comprenait totalement l'état dans lequel pouvait être la jeune inconnue qui se trouvait sous lui, allongée sur le sol. Situation aussi inconfortable que gênante. Aprés tout, ils ne se connaissaient pas. Heureusement pour lui, Alexander n'était pas du genre à s'effrayer du rapprochement physique, mais ce n'était pas le cas de tout le monde. La jeune femme, quant à elle, semblait avoir oublié tout ce qui se passait autour. Le plaquage du garçon et l'épuisement dû à l'utilisation abusive de son pouvoir avait du complètement la sonner. D'une voix gênée mais calme, elle dit à l'intention du jeune sportif:

- Je... Je suis désolé...

- 'Y a pas de mal... Je connais bien ce que ça peut faire, quand on ne contrôle plus rien. J'ai de nombreux amis dans ton cas... Des mutants. Du coup, t'as pas à t'en faire, je dirai rien. Par contre, si on veut pas avoir de problèmes, il va falloir s'en aller d'ici rapidement.

Alliant la parole aux actes, il se releva, attrapa doucement les épaules de la femme allongée au sol, puis l'aida à se relever. Sans lui demander son avis, il mit le bras gauche de la jeune femme autour de son cou, et, lui, posa sa main droite un peu au dessus des hanches pour la porter plus facilement. Enfin, la porter... Plutôt dire l'aider à marcher. Avoir une femme dans ses bras, quasiment inconsciente, à cette heure avancée de la nuit, ça ne pourrait pas passer inaperçu. En tout cas, ce serait trés étrange du point de vue de n'importe quel passant. Il n'attendit aucun mot de la jeune femme et se dirigea vers une autre rue, plus importante, mieux éclairée. Comme ça, dans le pire des cas, elle passerait pour une jeune étudiante ayant abusé des cocktails alcoolisés. Alexander jeta un coup d'oeil autour de lui en sortant de la petite ruelle. Le poivrot ne s'était pas reveillé, et personne n'était passé par là. Tant mieux. Autant faire attention à ce qu'il se passait autour d'eux. Sécurité avant tout, lui disaient souvent ses parents.

Une fois qu'ils arrivèrent dans la grande rue, Alexander décélera le pas. D'une voix se voulant douce, il commença à poser des questions à la jeune femme. Sans vouloir faire un interrogatoire, evidemment. Mais il était bavard, trés bavard, et ne se rendait généralement compte que trop tard des monologues qu'il faisait. Tout en posant des questions, il répondait d'avance au "et toi ?" de courtoisie, pour mettre l'inconnue en confiance.

- Alors, tu t'appelles comment ? Moi c'est Alexander, je suis étudiant. En sciences économiques. En 5ème année. Ca fait longtemps que tu connais ton... don ? Et ça t'arrive souvent que ça parte en live comme ça ? T'en fais pas hein, j'ai déjà vu des mutants ne plus contrôler leurs pouvoirs. Et malheureusement pour eux, il y avait généralement des gens autour d'eux quand ça se produisait. Avec la politique actuelle, en plus, 'y a rien de tel pour s'attirer des ennuis. Bon sinon, tu fais quoi dans la vie ? Euh, au fait, tu veux que je te redépose chez toi ? Dans l'état où tu es, tu peux pas rentrer toute seule à pied. Sinon je t'appelle un taxi, comme tu le sens !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: quand le pouvoir prend le dessus [terminé]   Sam 3 Juil - 15:03

Leila était contente, elle n'entendait plus les objets voler autour d'elle, ni cette sensation en elle qu'elle n'arrivait pas à arrêter. Tous c'était arrêter autour d'elle, c'était calme. Elle n'en pouvait plus, mais ce qui était sûr c'est que son pouvoir avait arrêter de fonctionner et cela à cause de l'homme qui était arrivé sur elle. Elle se retrouvait sur le sol allongé et elle ne bougeait plus. De toute façon, elle ne pouvait pas trop bouger avec l'homme sur elle et elle était aussi fatigué. Quand il l'avait percuté, elle se demanda ce qu'il se passait et elle pensa à autre chose et tout de suite elle arrêta de penser à ce qu'elle était en train de faire. Donc tout s'arrêta et heureusement, elle n'en pouvait vraiment plus. C'était vraiment la première fois qu'elle se sentait si épuisé, elle n'avait jamais utilisé son pouvoir pendant autant de temps et son corps n'avait pas l'habitude.

En tout cas maintenant elle ne savait pas où se mettre, elle se sentait toute gêné , elle ne savait plus quoi faire. Elle ne bougeait pas, elle n'avait pas l'habitude qu'on la colle comme ça,en faite, elle n'aimait pas, mais là elle ne pouvait rien dire. Elle lui avait juste dit qu'elle était désolé. Elle aurait put vraiment le blesser, elle avait été tout de même un peu dangereuse.


- 'Y a pas de mal... Je connais
bien ce que ça peut faire, quand on ne contrôle plus rien. J'ai de
nombreux amis dans ton cas... Des mutants. Du coup, t'as pas à t'en
faire, je dirai rien. Par contre, si on veut pas avoir de problèmes, il
va falloir s'en aller d'ici rapidement.

Il était donc au courant qu'il y avait des mutants. Bon oui tout le monde le savait, mais lui il ne partait pas devant elle et il avait l'air de connaitre d'autres personne dans le cas de Leila ce qui la calmait un peu. Car elle avait toujours peur de tombé sur quelqu'un qui ne supporte pas les mutants. Mais il ne les supporteraient pas, il ne serait pas rester avec elle pour l'aider. Puis il lui dit qu'elle devait partir.

-D'accord partons d'ici...

Oui elle voulait partir le plus loin possible de cette ruelle, elle voulait oublié ce qu'il venait de se passé. Elle n'osait pas trop lui parlé. Elle devait d'abord qu'elle s'en remette. Elle se laissa faire quand il commença à l'aider à ce relever. Elle le laissait faire et de toute façon elle n'était pas en état de se relever toute seule et marcher toute, elle était vraiment fatigué. Elle n'aimait pas qu'on la touche, mais là elle s'en fichait un peu, elle avait confiance en lui et elle savait qu'elle ne devait pas rester ici, elle espérait qu'il n'y avait que l'homme qui l'aidait qui l'avait vu. Elle remis sa capuche sur la tête et elle avançait doucement en même temps que le jeune homme. Elle essayait de faire attention à où elle allait. Elle avait vite remis la capuche sur son visage, elle ne voulait pas que les personnes la voient.

Une fois dans une autre rue, elle se détacha un peu de lui et elle alla s'adosser contre le mur. Elle regardait toujours l'homme en face d'elle. Elle ne connaissait rien sur lui mais elle lui faisait confiance. Il l'avait quand même bien aidé, sans lui, elle ne savait pas dans quel était elle aurait fini.

Alors, tu t'appelles comment ? Moi
c'est Alexander, je suis étudiant. En sciences économiques. En 5ème
année. Ca fait longtemps que tu connais ton... don ? Et ça t'arrive
souvent que ça parte en live comme ça ? T'en fais pas hein, j'ai déjà
vu des mutants ne plus contrôler leurs pouvoirs. Et malheureusement
pour eux, il y avait généralement des gens autour d'eux quand ça se
produisait. Avec la politique actuelle, en plus, 'y a rien de tel pour
s'attirer des ennuis. Bon sinon, tu fais quoi dans la vie ? Euh, au
fait, tu veux que je te redépose chez toi ? Dans l'état où tu es, tu
peux pas rentrer toute seule à pied. Sinon je t'appelle un taxi, comme
tu le sens !

Beaucoup de question pour elle là. Mais bon elle allait quand même y répondre et en même temps il se présentait. Son sauveur s'appelait son Alexander.

-Je m'appelle Leila, et pour le moment je ne fais rien malheureusement.

Elle avait arrêter ses études au moments où son père mourut, elle devait s'occuper de sa soeur et de sa mère. Puis il lui demanda depuis combien de temps elle connaissait son don, elle baissa les yeux, le jours où elle l'avait découvert, ça c'était très mal passé pour elle.

-Je connais mon don depuis une semaine et disons que non c'est la première fois que ça se produit comme ça. je ne comprend pas ce qu'il c'est passé.

S'attirer des ennuis, en faite elle ne connaissait pas la politique actuelle , surtout quand sa concernait les mutants, elle lui demanda alors:

-La politique actuelle, je ne connais rien, vous pouvez m'en parler?

Puis il lui proposa de la déposer chez elle, là son visage changea tout de suite.

-Euh... Non je ne peux pas.... Je ne veux pas rentré chez moi....
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alexander Cash
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 236
Date d'inscription : 08/04/2010
Localisation : New-York City
Clan : neutre
Age du personnage : 24 ans
Pouvoirs : Maitrise de l'air & métamorphose en gaz inodore et invisible - Niveau 1
Profession : Journaliste spécialisé en économie
Professeur d'économie et de communication à l'université
Points de rp : 90

MessageSujet: Re: quand le pouvoir prend le dessus [terminé]   Lun 5 Juil - 20:40

Comme il le craignait, ces questions en cascade donnaient l'impression que le jeune homme menait un interrogatoire. Et comme d'habitude, il ne s'en rendit compte que trop tard, plus exactement lorsqu'il vit le regard désabusé de l'inconnue à capuche. Il espérait en tout cas que la confiance s'installerait et que la conversation qui allait commencer à s'établir entre eux deux puisse y participer. La jeune femme, dont le nom était jusqu'à présent inconnu d'Alexander, entreprit de répondre aux questions une par une. L'étudiant fit de même quant aux nouvelles réponses.

-Je m'appelle Leila, et pour le moment je ne fais rien malheureusement.
Je connais mon don depuis une semaine et disons que non c'est la première fois que ça se produit comme ça. je ne comprend pas ce qu'il c'est passé.
La politique actuelle, je ne connais rien, vous pouvez m'en parler?
Euh... Non je ne peux pas.... Je ne veux pas rentré chez moi....

- Leila ? C'est un trés beau prénom. Ca ressemble un peu à celui de ma soeur... Elle s'appelle Laïna.

Et pour tout dire, elle lui manquait terriblement depuis son départ en Europe deux ans plus tôt, et ce malgré les visites qu'elle rendit à plusieurs reprises à sa famille, en particulier pour les fêtes de Noël. La relation qui s'était établie entre Alex et sa soeur de coeur était plus forte que presqu'aucune autre qu'il eût pu avoir. Il faut préciser que le coeur l'emporte sur le sang, on peut le remarquer dans beaucoup d'histoires fictives comme réelles. Pour les détails familiaux des Cash, Anna et Peter ont adopté un garçon de deux ans, il y a 22ans d'aujourd'hui. Ce garçon fut appelé Alexander. Deux ans aprés l'adoption, les deux parents adoptifs du jeune homme maintenant grand et musclé eurent un nouvel enfant. Une fille, Laïna. Tout cela, il n'en parlerait pas, et il y avait de fortes chances pour que Leila n'en prenne jamais connaissance. Dans tous les cas, Alexander voyait Laïna comme sa soeur et Anna et Peter comme ses parents, malgré le fait que ses parents biologiques étaient probablement encore vivants et avaient probablement eu d'autres enfants. Au jour d'aujourd'hui, le jeune homme ne voulait pas en savoir plus. Plus tard, peut-être, il chercherait la vérité. Plusieurs secondes avaient passé depuis les derniers mots de l'étudiant en sciences économiques lorsqu'il reprit.

- Depuis une semaine seulement ? Effectivement ça fait pas lourd... Mais tu verras, plus le temps passera plus tu gagneras en maturité et maitriseras ton pouvoir. C'est toujours comme ça, d'habitude. Ce qu'il s'est passé, c'est simple. Une émotion forte est souvent déclencheur des pouvoirs. Rien de grave, 'faut juste les maitriser au mieux. Je sais que c'est pas évident. Des gens devraient pouvoir t'aider. J'ai entendu parlé d'un institut à plusieurs reprises. Cet établissement serait géré par des mutants faisant offices de professeurs et accueillerait des jeunes mutants en difficulté face à leurs pouvoirs. Aprés je peux pas t'en dire plus, je suis même pas sûr qu'il existe réellement. Quoi qu'il y a pas mal de preuves de son existence. 'Fin bref. Pour la politique actuelle, par rapports aux mutants... C'est particulier. Depuis les problèmes des attentats et l'histoire d'Alcatraz... Les mutants font peur, à cause de l'immensité de leurs pouvoirs. Et le gouvernement met en place de plus en plus de lois qui vont leur mener la vie dure.

Sa réponse était, une nouvelle fois, trés longue, mais il essayait de faire en sorte qu'elle soit la plus complète possible. A la fin de ce monologue, il ne restait qu'une seule et unique chose à laquelle Alexander n'avait pas répondu. La jeune femme ne voulait pas rentrer chez elle. Et il était impossible de lui offrir un endroit où dormir dans sa chambre d'étudiant, si petite soit-elle. Là, il se l'avouait à lui-même, il ne savait pas quoi répondre. Ne sachant que dire, donc, il se tut et observa. Elle devait faire un mètre soixante environ, elle paraissait fine. Profitant d'un trait de lumière venant d'un lampadaire, Alex regarda son visage, encapuchonné. C'était une belle et jeune femme, d'une vingtaine d'années, aux yeux marrons. Ses cheveux bruns ressortaient en mèches sur les côtés de son visage fin. Heureuse rencontre, donc. Alex se décida enfin à reprendre la parole.

- Euh, du coup tu penses dormir où ? Parce que même si il fait plus trop froid la nuit, ça reste dur. T'as une idée, non ? Et, si c'est pas trop indiscret, je peux te demander pourquoi tu ne veux pas rentrer chez toi ? N'aie pas peur de me dire que c'est indiscret, je comprendrai sans problème.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: quand le pouvoir prend le dessus [terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

quand le pouvoir prend le dessus [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men Extended :: NEW YORK CITY :: SoHo-