Partagez | 
 

 Emplettes et boîte à musique [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Jari Eliassen
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 225
Date d'inscription : 18/04/2010
Localisation : Dans le Hell's Kitchen
Age du personnage : 24 ans
Pouvoirs : Création de pointes osseuses, squelette renforcé
Profession : Frais diplômé en sciences de l'ingénieur mais plus concrètement vendeur dans une boutique d'instruments de musique depuis peu.
Points de rp : 134

MessageSujet: Emplettes et boîte à musique [libre]   Mar 29 Juin - 21:03

« Nightfall !
Quietly crept in and changed us all
Nightfall ! … »


Le MP3 hurlait la chanson de Blind Guardian dans les oreilles de son propriétaire qui en chantonnait les paroles à mi-voix.

«  … Quietly crept in and changed us all
Nightfall !
Immortal land lies down in agony ! »

Jari haussa le son de sa voix sur la fin du refrain, faisant se retourner plusieurs passants affairés. Mais le jeune finlandais les ignora royalement, il était bien trop occupé à regarder un peu partout autour de lui tout en se laissant porter par la musique. Cela faisait à peu près une semaine qu'il était arrivé à New-York en compagnie de son frère aîné mais l'émerveillement du premier jour était presque toujours intact. La ville immense et grouillante était si nouvelle pour lui qu'il ne pouvait pas s'empêcher d'admirer tout ce qui l'entourait, comme l'aurait fait un gosse de six ans. En plus, avec Blind Guardian en musique de fond, chaque sortie prenait des allures épiques ! Même si ce jour là n'avait strictement rien d'exceptionnel. Jari était de corvée de courses ce matin, en effet, Tobias et lui avaient compris qu'il ne pourrait sans doute pas se nourrir exclusivement de pizzas et de hot-dogs achetés à des marchands ambulants pendant toute la durée de leur séjour en Amérique. Alors il fallait bien acheter de quoi remplir décemment un frigo ... Le cadet des Eliassen s'était donc dévoué à aller faire des emplettes au marché de SoHo. Pourquoi le marché ? Tout simplement parce que c'était bien plus pittoresque qu'un stupide centre commercial et qu'il pourrait y trouver un peu de tout, surtout des légumes qui leur épargneraient le scorbut à lui et à son frangin !


Au détour d'une rue, le jeune homme arriva au niveau d'un passage piéton où patientaient déjà bon nombre de personnes en attente du feu vert. Il s'adossa au poteau du feu tricolore, réajusta les bretelles de son sac à dos et chassa une longue mèche de cheveux de son visage avant de lever le nez vers le ciel. Le temps était plutôt couvert et le vent s'engouffrait dans les rues mais la température restait agréable entre deux bourrasques. La météo ne déplaisait d'ailleurs pas à Jari, que la chaleur des jours précédents avait pas mal surpris. Alors ce matin là, il s'était habillé avec son sweat noir à l'effigie du groupe Korpiklaani, vêtement auquel il vouait une affection toute particulière, et déambulait dans les rues cheveux au vent, étant donné qu'il n'avait pas envie de les attacher. Quelques instants plus tard, le feu tricolore passait enfin au rouge pour les véhicules et la petite foule de piétons traversa la route comme un troupeau de gnous traverse une rivière. Au moins les villes avaient toutes un point commun : c'était toujours le même bordel pour traverser une rue sans risquer de mourir écrasé sous des pneus ! Jari s'empressa de rejoindre le trottoir d'en face et se remit en route.

Le marché était tout près, en quelques minutes le finlandais toucha enfin au but. Les camelots avaient étalés leurs marchandises un peu partout et scandaient haut et fort leur qualité et leurs prix imbattables. Les acheteurs dérivaient d'un étal à un autre et Jari ne tarda pas à se joindre à eux.

- Bon, par où je commence moi ? Lâcha t'il à voix basse.


Il sortit son MP3 de sa poche et fit dérouler la liste des chansons qu'il contenait, dans le but de trouver une bonne musique d'ambiance pour accomplir sa quête quand quelque chose le percuta à l'épaule. Le baladeur lui échappa des mains et atterrit quelques mètres plus loin. Le jeune homme se retourna et lança un « Hey ! » un brin indigné tout en essayant d'apercevoir qui avait pu le bousculer de la sorte. Mais une autre priorité s'imposait : récupérer le MP3 avant que quelqu'un ne marche dessus ou ne le chipe !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Thomas D. Connelly
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 24/04/2010
Localisation : Palace Hampton, chambre 442.
Clan : neutre
Age du personnage : 40 ans, mais il les fait pas, non non.
Pouvoirs : Transformation par Anomalie - Transposition par Anomalies.
Profession : Magicien en congé mais se produisant pour la passion de l'art - et le fric, évidement.
Points de rp : 52

MessageSujet: Re: Emplettes et boîte à musique [libre]   Lun 5 Juil - 15:22

    Aujourd'hui comme tout les jours il y avait du monde dans les rues de New York, le veston à deux boutons de Thomas fondait dans le décor comme si il était l'un de ces traders se dirigeant son bureau. Mais non, lui marchait non pas en destination de son lieu de travail mais enfaite sans but précis. Hier, enfin aujourd'hui, il s'était couché à 3heures du matin, et levé à 8heures à peine, ses lunettes avaient alors une double utilités : se donner un style, et cacher ces misérables cernes bleuâtre entourant ses yeux marrons. Le vente frisquet s'engouffrant dans les allées goudronnées revigorait peu à peu le magicien qui dans 3 heures à peine devrait se rendre au Montecito, préparer une nouvelle représentation dans le casino New Yorkais.
    Il repérera au loin le marché des rues de SoHo, c'était peut-être trop pittoresque pour que Thomas y mette les pieds qu'un centre commercial cachant quelques bon magasins, mais vu qu'il était plus prêt de ce marché que du palais de la sur-consommation, autant visiter.

    "Du monde... du monde partout" pensa-il. Cela commençait à le lasser, surtout les personnes qui slalomaient entre les hordes, n'oubliant pas de vous bousculer sans même poser un regard sur vous.Si l'un d'eux venait à effleurer Thomas, tant pis, c'est lui qui en prendrait pour ses oreilles.
    Devant les enseignes à fruits et légumes se dégageait des odeurs ravissant déjà les papilles des clients qui venaient à se rapprocher trop prêt. Thomas n'hésita donc pas à raser chacune de ces enseignes, c'était finalement plus plaisant qu'il n'y pensait, "je reviendrais plus tard ici, et là aussi" se dit-il en quadrillant les lieux les plus beaux et sentant le plus bon.
    Lorsqu'il se rapprocha de la partie "poisson" de ce marché, il eu la désagréable rencontre de l'un de ces poissonniers s'égosillant à vanter les mérites de son poisson.

    -Il est frais mon poisson ! Il est frais !
    -Non, il est pas frais
    , fit Thomas juste devant le poissonniers taillé en V.

    Celui si se retourna pour voir l'auteur de cette diffamation et Thomas reprit :

    -Celui là a un œil vitreux qui dit mer*e à l'autre, l'autre sent l'ammoniac et celui là là bas a un ventre aussi gros qu'une balle de tennis.

    Bien sûr, il ne montrait pas du doigt quel poisson avait cette tare, laissant le poissonniers et quelques clients dans le flou le plus total, cherchant en vain lesquels de ces poissons n'étaient effectivement pas frais. Thomas lui était déjà loin, le sentiment du devoir accomplit. On ne cri pas dans les oreilles de Thomas sans connaitre les frais de sa vengeance. L'homme ne criait plus, et les clients méfiants s'éloignaient déjà de son enseigne.

    Plus loin la foule se densifiait, il prit alors un autre chemin. Quelqu'un, selon Thomas, prenait un peu trop de place et l'empêchait de continuer sa route. Ne prenant pas la peine de savoir qui se trouvait devant lui, il le poussa de son épaule pour continuer sa route. Jusqu'ici cela ne gênait personne, au pire elle apostrophait d'un "Nan, mais ho!" que Thomas ignorait. Mais là, ce fut diffèrent. Qui aurait prédit que le jeune homme se trouvant sur la route de Thomas tenait non-fermement un baladeur mp3 proche de la zone s'entrechoque, envoyant donc valser l'engin à terre ? Jusqu'à là encore, il n'y avait pas mort d'hommes, mais les lunettes de Thomas lui gâchant le bas de sa vue, celui ne pu voir que le mp3 se trouvait, sans qu'il le sache, en plein dans sa route..
    *CraK*

    Ce CraK c'était l'incompréhension de Thomas. Ce CraK, c'était le signe d'un problème nouveau ce mettant férocement en travers du chemin doré de la journée tranquille qui voulait s'annoncer à Thomas, comme une demande en mariage foutue en l'air à cause de la crêpe flambée de la table d'à côté qui fait prendre feu le rideau du restaurant. Ce CraK, c'est la coque et les circuits du mp3 qui sous le poids de Thomas avait cédé et s'étaient tout simplement cassés, telle la marche de Thomas se suspendit comme si il se trouvait sous une mine française en plein Vietnam.
    Il avait bien entendu un "Hey", mais, c'était comme ces "Nan mais ho". Il n'imaginait pas un tel évènement arriver. Les jeunes avec leurs bijou technologiques, c'étaient des furies, des Némésis du silence et des génésis de la cassepieardise.
    Il se retourna doucement, le temps de trouver quelque chose à dire pour en somme dire en une phrase que : c'était pas sa faute, il avait qu'à faire attention à ses affaires, et surtout qu'il/elle peut toujours se brosser pour qu'il s'excuse. Et même, si Thomas était dans une bonne journée, qu'il mériterait des excuses pour ces belles chaussures souillées par la micro-technologie, mais que fut sa surprise quand il vit la tête de... "c'est un metalleux" se dit il, l'air découragé. Non, il ne les aimaient pas. Cette musique... accablante. Ce style... affligeant. Cette coupe de cheveux... consternante. Il ne s'aimait pas quand il était vieux jeu, mais il y avait des limites et il aurait voulu se téléporter tout de suite pour ne pas à écouter cette personne qui devait déjà choisir un point d'attache pour lui boire le sang... "ha non, ca c'est les gothiques" se dit-il ; Ha les préjugés, aussi universelle que l'ADN.

    -C'était le votre, c'est ça...

    Finit-il par lancer, sans la moindre once de sympathie. Il leva enfin la jambe pour voir l'état du petit baladeur dans un piètre état.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jari Eliassen
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 225
Date d'inscription : 18/04/2010
Localisation : Dans le Hell's Kitchen
Age du personnage : 24 ans
Pouvoirs : Création de pointes osseuses, squelette renforcé
Profession : Frais diplômé en sciences de l'ingénieur mais plus concrètement vendeur dans une boutique d'instruments de musique depuis peu.
Points de rp : 134

MessageSujet: Re: Emplettes et boîte à musique [libre]   Lun 5 Juil - 18:41

« Crac ! »

A ce simple son, Jari se raidit sur place. Il était en train de se baisser et tendre le bras en espérant saisir son précieux mp3 quand la pire chose qui pouvait arriver arriva. Brisé dans son élan, Jari ne pût que voir la chaussure s'aplatir sur la coque de l'appareil avec ce terrible « Crac! ». Même pas le temps de crier non … Le visage du jeune homme sembla se figer et une lueur de désespoir incommensurable s'alluma dans le fond de ses yeux. Son mp3, son fidèle porteur de musique vitale venait de mourir émietté et avec lui disparaissaient de véritables trésors sonores. Avec horreur, Jari ne pût que penser à tous ses merveilleux morceaux qui venaient de disparaître : Blind Guardian, Nightwish, Epica, Gojira, Finntroll, Dragonforce, Helloween, Avantasia, Eluveitie, Metallica, Incubus, Offspring, Pantera, Lacuna Coil et la liste était encore longue … Il déglutit et leva alors les yeux vers le bourreau. C'était un type d'environ quarante balais, mal rasé et cachant ses yeux derrière une paire de lunettes que Jari trouva immédiatement laides. L'homme inspira alors à Jari un dégoût teinté de colère qui ne fit que s'amplifier quand l'inconnu lâcha froidement :

- C'était le vôtre, c'est ça ...

- Waoh, quelle perspicacité ! Répliqua Jari sur un ton similaire, mais gorgé de rancune.

Le finlandais se pencha et ramassa le cadavre du mp3. C'était vraiment sans espoir, l'écran était fissuré, la coque scindée en deux et la prise du câble USB était en grande partie bousillée. Seuls les écouteurs semblaient avoir été épargnés mais c'était une bien maigre consolation !

- Perkele ! Complètement brayé ... pesta t'il à mi-voix.


Puis, écœuré par l'état piteux de son bien, Jari jeta un regard mauvais à celui qui avait gâché sa journée et son aversion pour lui ne fit que grandir. Il comprit rapidement qu'il ne pourrait jamais obtenir un quelconque remboursement de la part de ce type, parce d'une, il était américain et de deux, il avait une sale tronche. En plus de ça, il ressemblait à ces gens qui vous détestent dès le moment où ils posent les yeux sur vous. Un élan de répulsion envahit Jari à cet instant et il hésita alors entre envoyer son poing dans le nez de l'homme ou lui hurler dessus avec sa voix la plus rauque possible en lui faisant manger ses lunettes. Mais le jeune homme n'en fit rien, il serra plutôt les doigts sur son défunt mp3 et ferma un instant les yeux. «  Ne fais pas ça mec, ça peut que t'attirer des ennuis ! Inutile de t'énerver ! » lui siffla intérieurement la voix de sa raison. Il poussa un gros soupir agacé, desserra sa poigne et tenta de fixer le type dans les yeux malgré ses verres fumés.

- Vous pourriez au moins tenter de vous excuser, ce serait vraiment pas de trop, fit le jeune finlandais avec une voix plate mais catégorique.


«  Cherche pas, je te lâche plus tant que j'ai pas mes excuses, pauvre raclure de mes deux ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Thomas D. Connelly
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 24/04/2010
Localisation : Palace Hampton, chambre 442.
Clan : neutre
Age du personnage : 40 ans, mais il les fait pas, non non.
Pouvoirs : Transformation par Anomalie - Transposition par Anomalies.
Profession : Magicien en congé mais se produisant pour la passion de l'art - et le fric, évidement.
Points de rp : 52

MessageSujet: Re: Emplettes et boîte à musique [libre]   Jeu 8 Juil - 16:19

    - Waoh, quelle perspicacité ! Lui rétorqua d'aussi mauvaise humeur le jeune homme.

    "Ça commence fort" pensa-t-il. En même temps peu de personnes lui dirait merci d'avoir écrasé son baladeur. C'était prévisible. Ce qu'il attendait maintenant c'était un le moment où il pouvait partir.
    L'homme aux cheveux longs se baissa pour ramasser le reste de mp3, et marmonna quelque chose du genre "Parquet, complètement rayé" était-il en pleine rénovation ? Thomas pencha pour une mauvaise traduction marmonnement-français.
    Il leva les yeux vers Thomas et le jeta un regard noir qui voulait tout dire, à ce moment là Thomas espéra qu'il n'était pas un de ces mutants pyromane ou autre, sans quoi il sentirait passer sa colère, mais apparemment il n'avait pas atteint la limite de colère emmagasiné dans ses habits noirs et pleine de têtes de morts.
    Pourtant Thomas avait l'impression que cette personne ne lui voulait pas du bien, ca se sentit lorsque celui si serra fortement du poing. Il voulait quoi ? Thomas lui, voulait partir, rayer de cette journée cette rencontre qui courrait à la catastrophe avant même d'être entamée... Mais en y réfléchissant, c'était la personne la plus influencée par le "charme" de Thomas à énerver, si certains agisse sur les hormones pour pousser à bout, Thomas lui pouvait provoquer de telles réactions en quoi.. 2 ou 3 minutes. Peut-être qu'il y avait matière à rigoler un peu, même si à première vue il allait foncer sur Thomas à tout moment, celui si n'aurait alors que quelques centièmes de seconde pour se téléporter à 10 ou 15 centimètres de son lieu de départ, mais ceci serait assez risqué. Ou tenter de lui faire perdre son élan et lui lançant un objet qu'il aura fait disparaitre auparavant, s'il explosait ca serait très avantageux. Il sortit alors de sa poche un bouchon de bière, ramena sa main derrière lui et la laissa tomber pour la faire disparaitre juste après. Le bouchon étant bleu, et son veston de la même couleur, personne ne verrait se tour de passe passe. Les munitions étaient prête.
    Mais le jeune homme contre toute attente desserra son poing et poussa un soupir, peut-être la libération ?

    - Vous pourriez au moins tenter de vous excuser, ce serait vraiment pas de trop, fit le jeune finlandais avec une voix plate mais catégorique.

    Thomas eu un petit rire qui lui plia quelque peu le visage, il leva son doigt, comme s'il allait formuler une objection... et c'est ce qu'il fit.
    -Quand on se met au centre d'un passage en pleine rue, qu'on est absorbé par ses écouteurs, qu'on à la Merveilleuse idée de le tenir en équilibre sur sa main, et que quelqu'un par inadvertance, mais j'allais pas non plus Sauté au dessus de vous, hein !, vous bouscule quelque peu, Franchement, on cherche pas plus loin !

    C'était dit sous le ton du conseil, saupoudré d'un zeste de d'horripilation reconnaissable par les sauts de voix à certains moments.
    Quel toupet ! Lui demander de s'excuser, lui, qui n'avait il y a quelques secondes rien à voir avec cet amoureux du noir. Il ne savait pas d'où venait cette manie de dire pardon pour rien "Ho, pardon, votre chemise est tombée"... "Ho pardon, j'ai fais tombée une goute de thé sur votre petit doigt de pied"... "Ho pardon, votre mp3 s'est cassé parce que vous l'avez tenu comme un manche et que vous vous êtes mit pile à l'endroit où vous génériez le plus" Il secoua la tête d'un air affligé. Il fixa maintenant les yeux de jeune homme qui lui ne pouvait atteindre les siens, du fait de ses lunettes teintées, ses meilleurs amies.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jari Eliassen
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 225
Date d'inscription : 18/04/2010
Localisation : Dans le Hell's Kitchen
Age du personnage : 24 ans
Pouvoirs : Création de pointes osseuses, squelette renforcé
Profession : Frais diplômé en sciences de l'ingénieur mais plus concrètement vendeur dans une boutique d'instruments de musique depuis peu.
Points de rp : 134

MessageSujet: Re: Emplettes et boîte à musique [libre]   Jeu 8 Juil - 17:15


«  Tu parles d'un raisonnement ! » s'esclaffa mentalement Jari tandis que le type louche lui déballait sa vision des choses, vision qui avait le don de ne pas concorder avec celle de Jari. Au ton de la voix de son interlocuteur de malheur, le jeune finlandais sentit que l'homme était visiblement lui aussi agacé. Il ressentait la paire d'yeux qui le fixaient de derrière les verres teintés. Mais quelle sale tête il pouvait avoir ce gars ! En plus il semblait complètement aberré par le fait que Jari lui réclame de simples excuses et rien d'autre. Une vague de découragement envahit Jari l'espace d'une seconde, si tous les amerloques étaient comme ça, son séjour risquait vite de prendre des allures de vacances en Mordor … Il eût envie de partir. Après tout, il pouvait très bien tourner le dos à cet homme en lui crachant une dernière fois à la figure et rentrer chez lui d'une traite en oubliant tout ça. Ce serait facile. Il n'aurait plus qu'a acheter un nouveau mp3 et tout rentrerait dans l'ordre. Tant pis pour les légumes, il reviendrait au marché un autre jour et sans son baladeur !

Il fit glisser sa langue contre son palais pour accumuler de quoi bien engluer les chaussures cirées du type en face de lui quand la voix de sa conscience se mit à hurler en lui quelque chose qui ressemblait à « Nan mais oh ! Tu vas pas faire ça !! C'est encore plus lâche que de se planquer derrière des lunettes de soleil. Te laisse pas faire, abruti ! ». Jari ne prit même pas le temps de réfléchir et sa conscience l'emporta. Non, il ne pouvait pas se laisser faire, il avait juré d'obtenir ce qu'il voulait ( des excuses ) alors il les aurait et ferait face à la figure véreuse de ce type.

- Écoutez, je vous demande pas la lune. Je pourrais facilement vous saouler pour que vous me filiez cent dollars pour me rembourser ça.

Il brandit les restes de son walkman et un morceau d'écran valdingua au loin.

- Mais tout ce que je vous demande, poursuivit il du même ton plat et en évitant que son accent n'écorche ses mots, c'est que vous vous excusiez, comme le ferait n'importe quel type à peu près poli. Si ça c'est encore trop pour vous, je sais vraiment pas d'où vous sortez !

Jari croisa alors les bras devant lui et carra les épaules, son visage se teinta d'une expression montrant clairement que le mépris que l'américain éprouvait pour lui était largement réciproque. Il y avait également pas mal de provocation dans le regard du finlandais qui avait perdu toute envie de faire demi-tour !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Thomas D. Connelly
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 24/04/2010
Localisation : Palace Hampton, chambre 442.
Clan : neutre
Age du personnage : 40 ans, mais il les fait pas, non non.
Pouvoirs : Transformation par Anomalie - Transposition par Anomalies.
Profession : Magicien en congé mais se produisant pour la passion de l'art - et le fric, évidement.
Points de rp : 52

MessageSujet: Re: Emplettes et boîte à musique [libre]   Sam 10 Juil - 13:09

    Lorsque son interlocuteur commença à préparer un cracha sans aucune raison apparente, Thomas se demanda si Vraiment il était possible qu'il crache sur lui. Non, non, même lui ne ferait pas ça, c'est trop voyant. Ça casse toute la montée en crescendo sur l'échelle de la montée de colère. Ça oblige dans les secondes qu'il suit à réagir sans réfléchir. Non, il avait tout son temps et s'il ne pouvait pas arriver jusqu'à là, ca l'aiderait beaucoup, le voir se battre contre une personne en pleine rue n'est pas ce qu'on peut appeler une bonne pub.
    Fort heureusement celui si s'arrêta et quelques secondes plus tard reprit :

    - Écoutez, je vous demande pas la lune. Je pourrais facilement vous saouler pour que vous me filiez cent dollars pour me rembourser ça.

    La tête de Thomas eu un léger recul, les seules personnes qui pouvaient impunément prélever de l'argent à Thomas étaient la Mafia, le Fisc (et encore, il râlait) et son impresario. Personne d'autre.

    Le jeune homme brandit alors le reste de baladeur dont l'un des bouts d'écran plana jusque dans les tomates d'une enseigne non loin.

    - Mais tout ce que je vous demande, c'est que vous vous excusiez, comme le ferait n'importe quel type à peu près poli. Si ça c'est encore trop pour vous, je sais vraiment pas d'où vous sortez !

    L'accent du jeune homme révélaient ses origines nordique. Les préjugés voulaient que les scandinaves aient le sang chaud, celui si ne dérogeait pas à la règle.
    - Et m'excuser pourquoi enfaite ? Je ne connais même pas votre nom et vous me demandez déjà de m'excuser pour rien. Sachez le, Je suis polie quand les circonstances l'impose et j'apprécie moyennement de telles réactions lorsque je vous dis que je suis hors de cause.

    C'était dit. Thomas n'allait pas se retourner, non. Quand quelqu'un vous défiait du regard ce serait lâche d'abdiquer, l'air vaincu, et de repartir. Tout comme il n'allait pas s'excuser, non. La politesse pour lui n'était qu'un outil pour se servir d'autrui ou pour flatter les égos des personnes plus puissantes que lui, lui permettant d'être plutôt immunisé, car un ami puissant était signe de tranquillité, et de gravir les échelons plus rapidement.
    Si Thomas était polie avec quelqu'un, ce n'était que très rarement bon signe. Même s'il lui arrivait de s'amuser sans but apparent, il faut parfois déstresser.

    -Vous voudriez aussi que je sois désolé pour la mort de votre baladeur, pour couronner le tout et être le plus polie et le plus cucul possible ? Et non, n'espérez pas me raquer 100 dollars pour un bout de plastique qui en coûte au bas mot une trentaine.

    Mais techniquement, Thomas aurait préféré lui rembourser son mp3 plutôt que lui présenter des excuses. Mais même ça il ne le ferait qu'en tout dernier recourt, et deux semaines plus tard, peut-être même anonymement.


Dernière édition par Thomas D. Connelly le Jeu 15 Juil - 15:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jari Eliassen
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 225
Date d'inscription : 18/04/2010
Localisation : Dans le Hell's Kitchen
Age du personnage : 24 ans
Pouvoirs : Création de pointes osseuses, squelette renforcé
Profession : Frais diplômé en sciences de l'ingénieur mais plus concrètement vendeur dans une boutique d'instruments de musique depuis peu.
Points de rp : 134

MessageSujet: Re: Emplettes et boîte à musique [libre]   Dim 11 Juil - 18:52

- Et m'excuser pourquoi en fait ? Je ne connais même pas votre nom et vous me demandez déjà de m'excuser pour rien. Sachez le, je suis poli quand les circonstances l'imposent et j'apprécie moyennement de telles réactions lorsque je vous dis que je suis hors de cause.

Les traits de Jari se teintèrent d'une lueur étrange de frustration et d'indifférence auquel s'ajouta une espèce de sourire en coin qui conféra un air étrangement sinistre à l'ensemble. Ce gars se bornait tellement à dire qu'il était innocent que ça en devenait presque drôle ! Comme si ce n'était pas lui qui avait écrabouillé ce mp3.

-Vous voudriez aussi que je sois désolé pour la mort de votre baladeur, pour couronner le tout et être le plus poli et le plus cucul possible ? Et non, n'espérez pas me raquer 100 dollars pour un bout de plastique qui en coûte au bas mot une trentaine.
- En guise d'info, je m'appelle Jari et, en gros oui, je voudrais que vous soyez désolé pour la mort de mon baladeur !


Pourquoi il le voulait ? Question pertinente. Jari avait comprit qu'il avait affaire à ce genre de type vaniteux et à l'ego plutôt démesuré pour qui s'excuser revenait à se rouler nu dans une flaque de bouse. Alors il avait décidé de le titiller jusqu'à ce qu'il cède et s'excuse enfin ou propose autre chose. Et ça, c'était aussi bien pour une question d'honneur à sauver que pour le plaisir de marcher sur les pieds de celui qui avait piétiné son baladeur. Jari n'était pas du genre à chercher les embrouilles, mais là, c'était plus fort que lui. L'homme aux lunettes avait réussit à éveiller son côté affreusement taquin.

- Mais, puisque des excuses ont l'air de tant vous poser problème, poursuivit Jari, j'vous laisse le choix ! J'accepterai aussi bien trente dollars !


Il enfonça les mains au fond des poches de son jean. Les passants autour ne regardaient même plus les deux hommes et vaquaient à leur affaires. Jari aurait bien voulu faire comme eux, mais avant , il devait régler ce léger incident, par tous les moyens possible. «  J'vous laisse le choix, mais j'vous laisse pas partir monsieur RayBanh ! » se dit il mentalement.

- Alors, vous vous décidez ?


Son sourire salace n'avait pas quitté son visage depuis tout à l'heure, c'était vraiment plus fort que lui !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Thomas D. Connelly
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 24/04/2010
Localisation : Palace Hampton, chambre 442.
Clan : neutre
Age du personnage : 40 ans, mais il les fait pas, non non.
Pouvoirs : Transformation par Anomalie - Transposition par Anomalies.
Profession : Magicien en congé mais se produisant pour la passion de l'art - et le fric, évidement.
Points de rp : 52

MessageSujet: Re: Emplettes et boîte à musique [libre]   Jeu 15 Juil - 15:56

    - En guise d'info, je m'appelle Jari et, en gros oui, je voudrais que vous soyez désolé pour la mort de mon baladeur !

    "Mais... il est fou ?" se dit Thomas, qui se demandait s'il n'était finalement pas tombé sur une personnes pas très nette. Ou il voulait à tout prix recevoir des excuses, même plus pour le fait de faire justice, mais pour tout simplement embêter Thomas qui si on analyse bien le moment présent, n'était pas vraiment la victime.
    - Mais, puisque des excuses ont l'air de tant vous poser problème, j'vous laisse le choix ! J'accepterai aussi bien trente dollars !

    On avançait. Maintenant il avait le choix. Dommage que ces choix revenaient au même. Le jeune homme souriait presque maladivement, comme si, d'après Thomas, il avait vu 14 fois orange mécanique et qu'il lui faisait une interprétation de la mimique favorite du "héros" de l'histoire. Ce qui ne l'aida pas à se concentrer.
    Donner des excuses ? De quoi aurait-il l'air après avoir fait un mini manifeste sur l'inutilité des excuses ?
    Donner de l'argent ? Payer ne l'indisposait pas vraiment puisqu'il était à l'aise financièrement, et puis ce n'était pas beaucoup, mais payer quelqu'un lui prenant tellement le choux et étant le responsable présumé de la disparition de l'objet, c'était trop pour Thomas.
    C'était irréel, comment prendre la tête de quelqu'un pour si peu ? Il posa ses doigts derrière ses lunettes pour réveiller un peu ses yeux qui avaient du mal à y croire. Lorsqu'il les rouvrit le jeune Jari était encore là. Bon.

    - Alors, vous vous décidez ?
    - Attendez 2 secondes, on vient pas d'avoir un accident de voiture que je sache ? Vous voudriez faire un constat ? Et ne répondez pas, c'est une question rhétorique.

    Il enleva cette fois ses lunettes, chose qu'il faisait rarement, mais là il voulait voir sans rempart la personne qui commençait à l'hérisser.

    - Écouter moi maintenant. Dites moi franchement qu'est ce qui vous empêche d'arrêter cette histoire, et de me laisser tranquille ? Vous voulez que je m'excuse ? Et vous en faites un vrai drame ? C'est simplement ridicule.

    Sont regard était mêlé d'une légère incompréhension et d'une aversion non dissimulée.

    - Et pour 30 dollars ont pourrait éviter de se donner en spectacle en plein marché. De plus il me faudrait une très une bonne raison pour rembourser quelqu'un qui a cassé son propre baladeur.

    Il s'arrêta 5 ou 6 secondes le temps de se calmer puis il fit un sourire insidieux du coin de la bouche en direction du guitariste. Il s'énervait rarement mais lorsque c'était le cas, cela ne durait jamais longtemps. La plupart du temps il faisait en sorte de prendre du bon côté le déroulement des choses, à la fin la personne à côté de lui était énervée, et lui sa l'amusait, c'était tout ce qu'il voulait.
    - Avouez que vous seriez libéré de ne plus me voir autant que moi je serais ravie de reprendre ma route.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jari Eliassen
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 225
Date d'inscription : 18/04/2010
Localisation : Dans le Hell's Kitchen
Age du personnage : 24 ans
Pouvoirs : Création de pointes osseuses, squelette renforcé
Profession : Frais diplômé en sciences de l'ingénieur mais plus concrètement vendeur dans une boutique d'instruments de musique depuis peu.
Points de rp : 134

MessageSujet: Re: Emplettes et boîte à musique [libre]   Mer 28 Juil - 21:46


L'inconnu commençait à en avoir par dessus la tête de cette histoire, Jari le voyait bien dans ses yeux cernés, à présent qu'il avait ôté ses lunettes.

- Attendez 2 secondes, on vient pas d'avoir un accident de voiture que je sache ? Vous voudriez faire un constat ? Et ne répondez pas, c'est une question rhétorique.

Et soudain Jari sentit un profond découragement s'abattre sur lui. Il était réellement tombé sur une tête de mule plus qu'entêtée dont la mauvaise foi ne devait avoir d'égal que le prix de sa paire de lunettes teintées …

- Écoutez moi maintenant, poursuivit il. Dites moi franchement qu'est ce qui vous empêche d'arrêter cette histoire, et de me laisser tranquille ? Vous voulez que je m'excuse ? Et vous en faites un vrai drame ? C'est simplement ridicule.


Le jeune finlandais se sentit ridicule à ce moment, ridicule d'avoir eût l'idée de jouer l'entêté, ridicule d'avoir adressé la parole à ce mec, ridicule de poursuivre cette conversation qui n'aboutissait à rien au milieu de toute cette foule par un jour de marché. Dépité, il ne se sentit plus le moindre mordant pour répondre aux questions vaines de son interlocuteur ... Une pulsion de colère sourde lui donna envie de refaire lui refaire le visage à coups de poings et de pieds avant de courir le plus loin possible. Mais là encore, il savait très bien que faire ça ne lui attirerait que des ennuis. Il poussa un soupir et fronça les sourcils, cherchant une échappatoire à cette discussion entre bornés quand son regard fût attiré par un mouvement dans le dos du type en face de lui. Une main souple venait de se détacher en toute discrétion d'une des poches du pantalon de l'inconnu et se referma sur un téléphone portable qu'elle s'empressa de cacher. Jari ne quitta pas des yeux le propriétaire de la main habile tandis que l'homme aux lunettes poursuivait de son ton frustré.

- Avouez que vous seriez libéré de ne plus me voir autant que moi je serais ravi de reprendre ma route.
- Et .. si j'vous dit que le type là bas vient de vous carotter votre portable ? Lâcha Jari d'un ton étrangement détaché en pointant vaguement du doigt un homme dans la foule.


Il était épaté par ce qu'il venait de voir, par la discrétion dont avait fait preuve le pickpocket. Quand on disait qu'il fallait se méfier des rues de New York ! Il avait dû être le seul à se rendre compte de ce qu'il venait de se passer et il aurait bien pu n'en rien dire du tout uniquement par volonté de vengeance. Mais c'était sorti presque tout seul et, en fin de compte, ce serait sans doute plus marrant de voir la tête du gars au lunettes dont le précieux téléphone était en train de prendre le large ! C'était sadique, mais tant pis, Jari dédia tout de même mentalement un sincère remerciement au voleur ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Thomas D. Connelly
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 24/04/2010
Localisation : Palace Hampton, chambre 442.
Clan : neutre
Age du personnage : 40 ans, mais il les fait pas, non non.
Pouvoirs : Transformation par Anomalie - Transposition par Anomalies.
Profession : Magicien en congé mais se produisant pour la passion de l'art - et le fric, évidement.
Points de rp : 52

MessageSujet: Re: Emplettes et boîte à musique [libre]   Lun 9 Aoû - 16:55

    Pendant la tirade de Thomas, Jari ne dit pas un mot, enfaite on aurait dit qu'il préparait quelque chose, voir qu'il pensait à autre chose, chose que Thomas ne remarqua pas tellement il était trop absorber à s'entendre parler.
    - Et .. si j'vous dit que le type là bas vient de vous carotter votre portable ? Fit finalement le scandinave en montrant le moins précisément possible du doigt le type en question

    Lorsque Thomas se retourna pour voir si ses craintes étaient fondées, c'est à dire que ce Jari lui avait dit la vérité, et surtout s'il lui avait dit trop tard, il vu ce jeune garçon de dos tenant fermement son tout nouveau téléphone, remplaçant de celui qu'il avait malencontreusement fait disparaitre il y a quelques jours.
    Alors qu'il tenta de prendre par l'épaule le voleur, celui se retourna à ce moment là. Il avait les cheveux mis long, les yeux vifs, l'air nonchalant jusqu'à ce qu'il croise le regard de Thomas l'obligeant à s'enfuir pour garder son butin.
    S'ensuivit une course d'à peine quelques mètres, car l'accélération était bien le seul fort de Thomas, qui réussit à attendre la main du voleur pour toucher le portable pour de le faire disparaitre, plutôt que de mettre un temps fou à le lui soutirer de manière classique.
    Étant rancunier, il aurait voulu le poursuivre pour le faire arrêter mais il n'était pas très fort en course de vitesse, et lorsqu'une violente toux lui agressa la gorge il fut forcé à s'arrêter pour tousser une bonne fois pour toute.

    Il fallait dire que ses 24 ans de fumeur actif ne l'aidait jamais à faire des choses trop physiques. La course en était l'exemple précis. Il toussa de manière bruyante deux ou trois fois puis se redressa pour voir le voleur courir au loin. Il se retourna pour revenir vers le jeune aux cheveux longs. Celui avait l'air d'exulter, comme s'il pensait qu'une justice divine avait punit Thomas de sa mauvaise foi.
    Mais ont peut-être de la pire mauvaise foi qu'on veut, on doit parfois se rendre à l'évidence...

    -Vous auriez pu me prévenir avant tout de même...

    C'était plus fort que lui, la mauvaise foi pour lui n'était pas appelé comme ça, et avait une autre définition. C'était comme un mode de vie lui permettant de s'amuser de n'importe quelle situation, de rester plutôt antipathique, donc d'éviter de s'attacher et de baisser sa garde. C'est comme ça qu'il avait pu se hisser aussi haut hiérarchiquement à Las Vegas, en temps qu'artiste ambassadeur de la mafia locale, protégé par cette mafia tout en n'ayant aucun lien officiels avec eux... Sinon comment avait il gagné autant avec son simple métier de magicien professionnel ? Restons sérieux, il ne comptait même plus les zéros de son compte bancaire principal et même si son talent était sans égale et sa notoriété aussi, il n'aurait jamais pu gagner autant avec ce métier.
    -Merci quand même.

    Thomas se l'avoua lui même : s'il voulait éviter que ce Jari en vienne au main mieux vaut qu'il bride ses dires, surtout qu'il venait d'essuyer une quinte de toux monstre l'affaiblissant.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Emplettes et boîte à musique [libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Emplettes et boîte à musique [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men Extended :: NEW YORK CITY :: SoHo-