Partagez | 
 

 Une rencontre étonnante. [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité


MessageSujet: Une rencontre étonnante. [terminé]   Ven 14 Mai - 13:32

John s'amusait à se balader dans le Parc de Central Park. Aujourd'hui était une journée un peu trop plaisante pour rester enfermé ou pour suivre son enquête en cours. Il marchait donc en s'appuyant sur son habituelle canne en acajou. Sa démarche claudicante et très appuyée sur celle-ci rendait la chose un peu comique. Sauf pour lui qui en avait assez de cette stupide et ridicule douleur lancinante. Il avançait tranquillement. Son mp3 dans ses oreilles balançait une bonne vieille dose de AC/DC. Ce n'était pas parce qu'on n'était un vieil homme handicapé qu'on aimait pas la bonne musique.

Il marchait en s'appuyant sur sa canne. Il finit par devoir s'asseoir. Il en avait mal au pied et à l'épaule. Il s'affala sur le banc du parc. Il était bien inconfortable pour un banc quelques coussins ne serait pas du luxe sur ces sièges dur et colorés de manière triste et laide. Il observait le coin en voyant des gens qui courrait. Il pensait faire quoi ainsi ? Perdre du poids, améliorer leurs santés ? Très sérieusement, ces racontards de bonnes femmes n'avaient absolument aucun intérêt. tout ce qu'on arrivait à faire c'était de se faire les muscle des cuisses. Une fois que le type pensait avoir perdu sa bedaine, il s'arrêtait et il reprenait aussitôt son poids. donc, le type ne devait jamais s'arrêter et en plus c'était du temps de perdu inutilement.

Il regardait les passants et il resta sans bouger avec son petit sourire en coin habituel. Il leva les yeux sur une jeune femme qui arrivait. Il ne disait rien, mais attendait de voir ce qui allait se passer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Bastet Ishtar
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 07/05/2010
Localisation : Hell's Kitchen
Clan : neutre
Age du personnage : 18 ans
Pouvoirs : cri dimensionnel
Profession : pas mal de trucs à droite et à gauche. Apprentie-détective depuis peu - et fière de l'être !
Points de rp : 142

MessageSujet: Re: Une rencontre étonnante. [terminé]   Ven 14 Mai - 16:03

    Cela faisait à peu près 2 heures que les visites étaient terminées à l’hôpital général, et Bastet avait été contrainte de s’éloigner encore une fois de sa mère à contre cœur. Depuis quelques jours elle avait vu sa malchance s’éloigner très légèrement lorsqu’elle avait rencontré une prostituée nommée Dylan qui lui avait offert de partager sa chambre d’hôtel lorsqu’elle avait appris que Bastet était à la rue. La jeune fille avait bien entendu accepté son offre temporairement et promis de s’en sortir pour ne plus avoir à l’embêter de la sorte…

    Le seul bémol était qu’il n’existait qu’une clé pour la chambre et que Dylan travaillait à des horaires qui variaient trop pour que Bastet puisse caler ses horaires sur les siens, ce qui l’obligeait donc à trouver n’importe quoi à faire la journée pour ne regagner la chambre que tard le soir. Généralement, Bastet squattait les cafés ou les bancs de la faculté qui se trouvait en plein cœur du centre-ville. Ne pas avoir pu poursuivre ses études était l’un de ses plus gros regrets, mais l’état de santé de sa mère avait pris le pas sur ses ambitions d’avenir et sa volonté de faire de grandes choses de sa vie… Et puis de toute manière, Bastet devait être un peu surdouée dans le fond ; ne pas posséder de bac ou de diplôme du supérieur ne l’empêchait pas de gérer ses affaires et celles de sa mère de manière satisfaisante même si cela lui procurait pas mal de regrets…

    La jeune fille avait donc choisi d’aller faire un tour au centre commercial pour rapporter de quoi manger pour Dylan et elle ce soir. Ne possédant guère plus de cinq dollars, Bastet avait du compter sur ses maigres aptitudes de voleuse à l’étalage pour piquer deux nectarines et une bombe de chantilly. Elle avait renoncé aux steak hachés et aux frites surgelés parce que dissimuler le tout sous son tee-shirt ne l’avait pas convaincue. La bombe avait fini dans sa besace, et les nectarines avait servi à rembourrer un soutien-gorge emprunté à Dylan spécialement pour l’occasion. Bastet et son impressionnante poitrine avaient ainsi pu quitter le magasin sans que personne ne l’inquiète, et la jeune fille avait décidé de flâner un peu dans Central Park.

    Son butin avait de ce fait rejoint son sac pour la laisser plus libre de ses mouvements. Nombreux étaient les gens qui profitaient de leur après-midi pour faire du sport ou fainéanter dans le parc. Les yeux de Bastet se promenèrent sur tout ce petit monde et elle repéra bien vite ce qui ressemblait à un panier de pique-nique, posé près d’un couple qui se bécotait… C’était l’occasion ou jamais de trouver quelque chose de suffisamment bon pour remercier Dylan de ce qu’elle avait fait pour elle !

    Bastet poursuivit son chemin, silencieuse et l’air de rien, avant de finalement quitter le chemin de gravillons pour s’enfoncer dans l’herbe en direction du couple… Sa progression fut lente, et Bastet resta sur ses gardes jusqu’au bout, du moins jusqu’à ce qu’elle mette la main sur le panier. Soulevant le couvercle avec discrétion, la jeune fille inventoria le contenu de ses yeux clairs et ouvrit sa besace pour y glisser ce qui l’intéressait : tupperware contenant des fraises, sandwich et bananes furent subtilisés jusqu’à ce que Bastet choisisse de s’attaquer à un trop gros morceau pour elle. Le paquet de chips fut l’aliment de trop, et le couple pivota dans sa direction : elle vit très distinctement changer l’expression du visage de l’homme en moins de 3 secondes et déguerpit aussi vite que ses jambes le lui permettaient, sans se douter que l’homme s’était élancé derrière elle.

    Reviens, petite voleuse !

    Ce n’est que lorsqu’elle l’entendit pester derrière elle que Bastet prit vraiment peur, parce que rien n’indiquait qu’il la laisserait filer avec la nourriture ou qu’il ne lui filerait pas une bonne dérouillée pour lui faire passer l’envie de recommencer… Bastet filait aussi vite que possible, et elle rattrapa le chemin de gravillons sur 500 mètres avant de finalement traverser un bosquet pour arriver à proximité du banc qu’occupait John. Un regard jeté derrière elle provoqua la chute de l’adolescente, qui eut malgré tout le temps de repartir, fonçant droit vers le banc qu’elle avait bien l’intention de sauter.

    Ce qu’elle n’avait pas vraiment prévu en réalité, c’était que sa chute l’ait ralentie au point de permettre au jeune homme qui la suivait de gagner du terrain à ce point. Une main solide se referma sur son bras et la stoppa nette alors qu’il lui sautait dessus, la précipitant au sol à moins de 5 mètres du banc de John. Bastet lui fila plusieurs coups de pieds pour se dégager et fit à peine deux pas avant que l’homme ne l’attrape par l’une de ses chevilles, l’attirant vers lui avec autorité.

    Sale voleuse, tu vas voir… !

    Bastet criait et mordait chaque membre qui passait à portée de ses dents, mais rien n’y faisait. C’était toujours dans les pires situations que son pouvoir refusait de fonctionner…

    Voyant qu’elle ne lâcherait pas sa besace, l’homme opta pour une toute autre solution et envoya une gifle qui déséquilibra l’adolescente mais sans pour autant obtenir le résultat escompté. Tombant sur les fesses, Bastet emporta avec elle la besace en profitant de la légère pente qui lui permit de rouler plus loin, et se releva en espérant reprendre sa course… Etourdie par le coup, elle ne parvint qu’à retomber sur les fesses et fut bien vite attrapée par ses cheveux blonds puis relevée sans ménagement par l’homme qu’elle avait voulu dépouiller d’un peu de nourriture.

    Je sais pas comment t’as été élevée, mais chez moi les voleuses on leur botte le cul pour leur faire passer l’envie de recommencer !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre étonnante. [terminé]   Ven 14 Mai - 20:42

John était assis depuis à peine cinq minutes qu'un raffut sans nom commença dans le dos du détective. D'un rapide mouvement, il pivota le haut de son tronc et regardaderrière lui avec ce froncement de sourcil caractéristique d'un John en pleine réflexion. Il vit une jeune femme blonde, plutôt frêle. Elle semblait poursuivi par un homme deux fois plus grand que lui et un peu près trois fois plus lourd qu'elle. Alors qu'elle regardait vers son fuyard, elle s'étala avant de se relever. Cependant le type lui mit le grappin dessus. John commença par se détourner et reprit sa contemplation. Ce n'était pas ses affaires, il n'allait pas s'en mêler. Mais la curiosité, et aussi le bruit d'une claque, l'emporta et John se retourna de nouveau pour assister à la scène.

La jeune femme s'écroula au sol les fesses au sol. Cela amusait un peu le détective qui resta à regarder la scène avec un étrange sentiment d'amusement et d'énervement. John plissa de nouveau le front, le type venait de la prendre par les cheveux. John se leva et claudiqua doucement. Le type le regarda avec un air disant très clairement que John ne devait pas s'approcher. John se fichait royalement de ce qu'on lui disait, y compris sa patronne, alors, un regard, c'était comme pisser dans un violon. Il s'approcha un peu plus et il demanda calmement.


"Et qu'a donc fait une jeune femme aussi frêle, pour vous énerver autant."

"De quoi je me mêle c'est pas ton problème."

"C'est vrai, mais voyez-vous, vous me gênez. J'essaie de profiter du calme et avec les cris de la jeune femme, j'ai peine à me concentrer."


Le type jeta un nouveau regard méprisant à l'handicapé. John toujours impassible attendait que le type réplique. Ce qui ne tarda pas à venir.

"Alors vous n'avez qu'à aller ailleurs l'éclopé."

Un regard des plus comiques anima le visage du Doc, quand il l'appela l'éclopé. Il le regarda alors qu'un petit sourire amusé se dessina sur le visage calme de John. Celui-ci eu un mouvement sec et direct. Sa canne s'abbatit à l'ntérieur du coude du type. L'effet fut immédiat, le reflexe fut de replier le coude et le coup lui fit écarter les doigts. De ce fait, la jeune femme fut relâchée. John posa le bout de sa canne sur le plexus solaire du type et d'une voix calme il lui dit.

"Dis-toi une chose jeune homme. Appelle-moi encore une fois l'éclopé et tu seras en fauteuil roulant pour le restant de tes jours."

Il le regarda et quand le type tenta de repousser la canne. John répliqua immédiatement, il lui asséna un coup de canne sur la tête. Le type fut sonné et John en profita pour le regarder se tenir la tête. Le type décida finalement de partir sans rien dire. Quand John fut assez loin. il se tourna vers la petite tête blonde et il dit calmement.

"Et si vous disiez pourquoi j'ai été dérangé par vos cris, alors que ce type vous pourchassait ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Bastet Ishtar
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 07/05/2010
Localisation : Hell's Kitchen
Clan : neutre
Age du personnage : 18 ans
Pouvoirs : cri dimensionnel
Profession : pas mal de trucs à droite et à gauche. Apprentie-détective depuis peu - et fière de l'être !
Points de rp : 142

MessageSujet: Re: Une rencontre étonnante. [terminé]   Ven 14 Mai - 21:18

    Bastet était couverte de terre et avait roulé jusqu’au bas d’une pente légère en espérant échapper à son poursuivant. Sa liberté retrouvée ne fut que de courte durée parce que la jeune fille fut très vite relevée par l’homme furieux : ses cheveux menacèrent de s’arracher tant la douleur fut violente car inattendue, et Bastet tenta de poser de nouveau ses pieds au sol pour épargner son cuir chevelu déjà bien malmené. Elle se mangea une autre baffe et les coups s’arrêtèrent de pleuvoir lorsqu’une voix inconnue résonna non loin de Bastet. Etouffée par ses cheveux blonds, la jeune fille releva la tête en rejetant les rares mèches libres en arrière et sa vue brouillée ne lui permit pas d’apercevoir tout de suite celui qui s’était interposé.

    Il souhaitait savoir ce qu’elle avait fait pour mériter une telle fureur en retour et Bastet songea que l’homme aurait probablement tué le cambrioleur malchanceux qu’il aurait surpris chez lui, ou l’homme qui aurait l’audace de lui piquer sa copine. Un frisson la parcourut et elle cherche à se dégager de nouveau, alors que son assaillant envoyait bouler l’inconnu… La discussion s’engagea alors que Bastet essayait fébrilement de se débattre, sentant l’ensemble de ses muscles protester contre la position semi-debout que l’homme l’avait forcée à adopter bien malgré elle.

    Ce n’étaient que ses cris qui dérangeaient cet homme. Par contre, le fait qu’une adolescente se fasse tabasser, ça, ça ne lui posait apparemment pas le moindre problème… Bastet aurait pu répliquer quelque chose qui lui aurait probablement valu de se prendre une bonne claque de la part de sa mère si elle avait pu se trouver là à ce moment précis, mais sa mâchoire lui faisait encore mal suite aux deux claques qu’elle avait encaissées. Le type finit par envoyer bouler l’inconnu, l’insultant en même temps qu’il lui conseillait d’aller voir ailleurs si vraiment le bruit le dérangeait.

    La suite alla très vite, et Bastet ne vit pas venir le coup de canne. La seule chose qu’elle ressentit, ce fut la libération de ses cheveux et donc le soulagement de son cuir chevelu et le nouveau choc de ses fesses sur le sol terreux. Bastet laissa échapper un petit gémissement de douleur avant de rouler pour éviter l’homme qui chancelait à présent, visiblement atteint de plein fouet par la canne de l’inconnu.

    Bastet se fit marcher dessus et l’homme choisit finalement de s’éloigner après avoir adressé un regard furieux à la jeune fille et à celui qu’il avait baptisé à tort l’ « éclopé ». Bastet mit quelques secondes avant de reprendre ses esprits, se massant douloureusement la tête là où ses cheveux avaient été tirés brutalement. Elle finit par lever les yeux vers son mystérieux bienfaiteur et se redressa en serrant sa besace contre elle, lui laissant apercevoir son visage maculé de terre et d’un peu de sang qui s’écoulait aux commissures de ses lèvres.

    L’homme avait l’air calme malgré le coup qu’il avait donné au type qui s’éloignait, et Bastet se demanda s’il était dans ses habitudes de s’interposer entre une brute et une personne de faible constitution. La jeune fille remarqua ses deux yeux bleu clair et esquissa un sourire douloureux ; sourire qui fut s’effaça bien vite lorsqu’elle entendit la question de l’inconnu, qui visiblement n’avait été irrité que par le fait d’entendre crier…

    Un petit différend… rien de bien important !

    Bastet ne savait pas mentir, et cela malgré les efforts qu’elle faisait pour s’améliorer.

    Merci de l’avoir fait partir… Je ne voulais déranger personne.

    Bastet essuya le sang qui dégoulinait progressivement sur son menton d'un revers de main, observant ensuite le liquide rougeâtre avec une certaine désapprobation. Cette grosse brute ne l'avait pas loupée...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre étonnante. [terminé]   Dim 16 Mai - 11:48

Les jeunes de nos jours étaient tous des jeunes sans cervelle et surtout sans éducation. En effet, on ne leur avaient jamais appris qu'ils ne fallait pas insulté une personne infirme. En général, ça finissait mal pour eux. La preuve, ce gaillard avait beau ressembler à un garde du corps, deux coups de canne et il s'enfuyait sans demander son reste. Un soupir et mouvement de tête montra clairement ce qu'il pensait de ce type.Il en profita pour marmonner entre ses dents.

"La jeunesse d'aujourd'hui, vraiment illogique."

Il reporta ensuite son attention sur la jeune femme. Elle était bien frêle pour affronter une armoire à glace comme le type qui venait de fuir. Elle semblait aussi très jeune. Peut-être un peu trop pour se balaer dans le parc à une heure relativement tardive et surtout à une veille de cours. Il leva un sourcil critique en la regardant. Il lui posa une simple question pratique, histoire de savoir pourquoi il avait dû perdre la chaleur qu'il avait réussi à instillé dans le banc. Pourtant la réponse de la jeune femme ne le satisfaisait pas. il avait assez suivi le "différend" pour savoir qu'elle ne disait pas tout. Il lui répliqua calmement.

"Vous mentez."

Oui, toujours aussi délicat, c'était comme ça et pas autrement. Il la regarda et poursuivit calmement.

"Il y a deux raisons à ça, la première, c'est que vous me dites pas tout. La seconde c'est que ce doit être important au moins pour lui, puisqu'il vous pourchassait et qu'il avait envie de vous faire passer un sale quart d'heure."

Il désigna la besace de la jeune femme de sa canne et dit sur ce ton exaspérant.

"La principale raison de la colère du type se trouve dans cette sacoche auquel vous vous accrochez comme un noyé à sa bouée de sauvetage. Dites-moi de quoi il s'agit."

Il attendit la réponse de la jeune femme quand son téléphone sonna. Une musique qu'il connaissait bien : Dylan. Il soupira et tira son portable. Il l'ouvrit et répondit sur un ton un peu énervé.

"Qu'y a-t-il ?"

Il écouta calmement ce qu'elle lui disait. Il soupira et dit doucement.

"Ecoute, Dylan, j'ai besoin de cette info pour demain matin. Donc, tu bouges tes jolies fesses rebondies et tu me trouves cet info. Tu dois bien avoir de quoi la trouver avec tes connaissances dans le milieu, non? Au pire demande à ton ancien mac."

Sans rian ajouter et sans attendre de réponse, il coupa le téléphone. Il dit à voix haute, mais pour lui-même.

"Les employées aussi sont incompétents de nos jours."

Il reporta son attention sur la petite tête blonde et lui dit avec une voix blasée à souhait.

"Alors, cette vérité, elle vient ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Bastet Ishtar
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 07/05/2010
Localisation : Hell's Kitchen
Clan : neutre
Age du personnage : 18 ans
Pouvoirs : cri dimensionnel
Profession : pas mal de trucs à droite et à gauche. Apprentie-détective depuis peu - et fière de l'être !
Points de rp : 142

MessageSujet: Re: Une rencontre étonnante. [terminé]   Lun 17 Mai - 18:08

    L’homme à la canne pesta entre sens dents à propos du manque de logique dont pouvaient faire preuve les plus jeunes. C’est vrai qu’il avait l’air d’avoir un âge respectable, et probablement devait-il être plus vieux que l’ex-poursuivant de Bastet… Elle ne prit donc pas la réflexion pour elle et se contenta de rester immobile en serrant sa besace dans ses bras de peur que l’autre homme ne revienne à la charge pour récupérer ce qu’elle lui avait pris.

    L’inconnu se tourna de nouveau vers elle et l’observa de ses yeux bien trop bleus pour que la jeune fille parvienne à soutenir son regard. Baissant les yeux sur le sol herbeux, Bastet se laissa examiner sans oser lever les yeux, mais fut bien obligée de les décoller des pâquerettes lorsqu’elle l’entendit conclure qu’elle mentait. L’adolescente laissa échapper un hoquet de surprise et essaya tant bien que mal de se composer un visage neutre avant de s’enfoncer un peu plus :

    Je ne vois pas… ce qui vous fait penser une chose pareille. Je me baladais juste, et…

    Bastet s’interrompit, se sentant une nouvelle fois passée aux rayons X par son interlocuteur. Que pouvait-il faire en sachant qu’elle mentait ? Il ne pouvait pas la dénoncer parce qu’il ne l’avait pas vue faire. Il ne pouvait pas la dénoncer sans également passer pour un fou auprès des autorités, parce qu’après tout elle n’avait pas volé d’objet de valeur mais seulement quelques fruits et sandwich…

    L’homme finit par comprendre qu’elle ne lui disait pas tout, et que ce n’était pas pour rien que ce type s’était élancé à sa poursuite. Bastet sembla méditer sur les paroles de son curieux interlocuteur et fut ramenée à la réalité lorsqu’il pointa sa canne vers la besace qu’elle serrait toujours contre elle comme s’il s’agissait du plus précieux des trésors. Sa réaction ne se fit pas attendre et la jeune fille resserra son emprise sur le sac en réfléchissant à son prochain mensonge. C’était dingue de voir à quel point le recours au mensonge était devenu systématique depuis qu’elle s’était retrouvée seule et à la rue. Sa mère l’aurait probablement réprimandée pour ça, mais si on relativisait les choses on pouvait simplement dire que Bastet était suffisamment mauvaise en matière de mensonges pour comprendre qu’il lui faudrait un jour se passer des excuses bidons inventées en moins de 10 secondes…

    L’homme à la canne lui demanda d’avouer ce dont il s’agissait et Bastet sembla hésiter de nouveau. Qui était-il pour imaginer qu’il avait le droit de se mêler de ses affaires ? Ah oui… il l’avait sortie des griffes de ce type égoïste. Donc ça lui donnait au moins le droit d’en apprendre un peu plus sur ce qu’elle avait fait avant de se retrouver tabassée devant lui.

    J’ai juste…

    Une sonnerie de téléphone retentit, et l’homme répondit en donnant l’impression qu’il se contre-fichait à présent de la présence de l’adolescente. Bastet en profita pour mettre de l’ordre dans ses idées, ne prêtant que peu d’attention à la conversation téléphonique qui se déroulait en sa présence. Le nom de Dylan tira un petit sourire à la jeune fille peu avant qu’elle ne s’interroge sur l’heure qu’il pouvait bien être… Elle finirait par avoir faim, et Bastet avait promis qu’elle se chargerait de tout. Mince, c’était vraiment pas de chance !

    Bastet plissa les yeux lorsqu’elle entendit dans la même phrase les mots « mac » et « jolies fesses », et finit par conclure que cet homme avait quand même de drôles de fréquentations pour évoquer ce genre de choses avec autant de décontraction. L’inconnu raccrocha finalement et pesta cette fois contre l’incompétence des employés. Y avait-il quelque chose qui ne l’exaspérait pas ?

    D’un air blasé, il finit par exiger la vérité comme si Bastet avait été sa propre fille. Ce genre de choses n’étaient pas vraiment dans ses habitudes, et elle finit par s’exécuter docilement, ouvrant sa besace pour dévoiler les deux sandwichs, le Tupperware contenant les fraises, les nectarines, la bombe de chantilly et le soutien-gorge emprunté à Dylan. C’est d’ailleurs en le voyant que Bastet regretta d’avoir ouvert son sac en grand, parce que cela donnerait probablement lieu à un paquet de questions supplémentaires… Comme si cet homme n’en posait pas déjà trop !

    Je n’ai rien pris qui ne soit irremplaçable ou de grande valeur… Vous allez me dénoncer ou bien me mettre un coup de canne, ou… ?

    Même s’il était complètement stupide de dénoncer un acte d’aussi petite envergure, Bastet ne pouvait s’empêcher d’être sur ses gardes concernant la réaction de cet homme.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre étonnante. [terminé]   Lun 17 Mai - 20:06

John était du genre curieux, parfois un peut trop. En fait, il était tout le temps comme ça. Il n'y avait qu'une seule personne au mon avec qui il était pas curieux, c'était sa patronne. C'était aussi la seule personne au monde à intimider le vieux briscard. Pourtant, même quand son père l'avait menacé de lui couper les vivres, il lui avait ri au nez, mais avec Sélène, c'était complètement différent, c'était de la crainte mêlé à de la curiosité et la crainte l'emportait souvent. De ce fait, il ne savaiot rien au presque de la jeune femme. D'ailleurs, à force d'observer, de chercher, de fouiller, il avait eu une conclusion fort simple : Tout le monde mentait, que ce soit volontairement, par omission, ou pour embellir la vérité. vec Bastet, c'était volontaire et il le sentait facilement. Elle lui dit qu'elle ne savait de quoi il parlait, il la regarda de cet air suffisant et blasé. Il lui dit sur un ton calme.

"Voyons jeune fille on ment tous. Pour une raison ou une autre et un homme ne vous course pas pour rien. C'est connu, à moins qu'il ne veuille vous violer. Mais là, vu les coups et les termes utlisés, ce n'était pas le cas. Cela signifie donc que vous me mentez."

Déduction simple faite à partir d'observation. John avait beau être un bon à rien oisif et complètement défoncé, dixit son paternel, mais c'était un observateur et un juge hors pair. John aimait se prendre pour le meilleur au monde dans ce qu'il faisait, ce qui n'était pas loin d'être le cas. Et n'allez pas croire qu'il se vantait, non, c'était juste de la conscience. Il savait qu'il ne se trompait que rarement.

Le téléphone sonna au mauvais moment. En effet, il allait enfin avoir la réponse à sa question. C'était son indic, Dylan Vlich au téléphone qui faisait encore des siennes. Mais bon, après tout, il aimait bien avoir ce genre de renseignement pour casser les pieds à la jeune femme. Chiant, John, non jamais. Il expédia la conversation pour en revenir à la jeune fille blonde. Elle finit par lui ouvrir la besace et découvrit de la nourriture et un soutien-gorge un peu trop grand pour elle. Et oui, même si le Doc n'était pas un pervers, il avait visualisé les formes de la tête blonde qu'il avait sauvé. Il sourit en voyant la nourriture, mais il ne put s'empêcher de reconnaître le soutien-gorge. En effet, il avait souvent vu son informatrice porter ce dessous. Il sourit avant d'éclater de rire. Quand il se calma, il lui dit avec un grand sourire.


"C'est pour ça qu'il te courrait après ? Bien joué, ça lui permettra d'éliminer la bouée qu'il se trimballait. Du coup, je risque pas de te dénoncer, ce n'est pas mon genre."

Du bout de la canne, il souleva le soutien-gorge pigeonnant et il demanda sur un ton calme.

"Si tu me disait qui t'a donné cette lingerie ?"

C'était une question anodine. Il connaissait la réponse, mais il voulait en avoir confirmation. En plus, il reconnaissait aisément la taille du bonnet. C'était lui qui lui avait pyé cet objet, à l'époque où Dylan n'en portait plus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Bastet Ishtar
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 07/05/2010
Localisation : Hell's Kitchen
Clan : neutre
Age du personnage : 18 ans
Pouvoirs : cri dimensionnel
Profession : pas mal de trucs à droite et à gauche. Apprentie-détective depuis peu - et fière de l'être !
Points de rp : 142

MessageSujet: Re: Une rencontre étonnante. [terminé]   Mer 26 Mai - 15:30

    L’inconnu l’observait encore et encore, et finit par lui expliquer que tout le monde mentait. Ah, ça il faudrait qu’elle le dise à sa mère ou que lui l’accompagne à l’hôpital pour le lui dire, comme ça avec un peu de chance Bastet ne se ferait plus passer de savon pour ses prochains mensonges… Il finit ensuite par conclure que personne ne l’aurait poursuivie dans tout le parc sans avoir une bonne raison qui soit autre qu’un viol. La jeune fille haussa un sourcil, jetant un regard circulaire autour d’eux pour s’assurer que ce coin ombragé par les arbres n’était pas complètement désert. A présent qu’il en parlait, la jeune fille se souvenait que sa mère lui avait bien dit de ne pas se fier aux inconnus, en particulier lorsqu’ils se mettaient en tête de souligner son extrême jeunesse et leur science infuse incroyable… C’était précisément le cas à un détail près : cet inconnu un peu bizarre lui avait permis de ne pas se faire tabasser pour deux malheureux sandwichs.

    Bastet éprouvait la curieuse impression d’être placée sur une lame de verre et observée sous un microscope, et c’est avec une timidité parfaitement évidente qu’elle reprit la parole.

    Je n’allais quand même pas avouer aussi facilement… Je suis sûre que ça vous aurait autant agacé que si j’avais continué à nier avoir volé quoi que ce soit…. Non ?

    Bastet avait toujours été en avance sur pas mal de choses pour son âge et peut-être même que le fait de ne pas avoir pu poursuivre ses études avait fait d’elle une adolescente un peu moins formatée que la moyenne des jeunes d’aujourd’hui.

    Son sac grand ouvert, Bastet attendait une réaction de la part de son interlocuteur vis-à-vis de son contenu. Aurait-elle droit à un sermon ? Il n’avait pas l’air vraiment à cheval sur les convenances, de ce que la jeune femme avait pu constater quelques minutes plus tôt, et elle en obtint bien vite confirmation lorsqu’il la félicita d’avoir donné l’occasion à ce type d’éliminer son excédent de poids. Un sourire amusé étira les lèvres de la jeune fille, sans qu’elle n’ose véritablement répondre quoi que ce soit : être sauvée des coups qu’elle avait prétendu ne pas mériter et fournir ensuite la preuve que ce type avait eu raison de s’énerver, ce n’était pas exactement une situation faite pour mettre une adolescente en confiance. C’est peut-être pour ça que l’inconnu précisa qu’il ne la dénoncerait pas parce que cela ne faisait pas partie de ses habitudes. Avait-elle à ce point l’air paniquée ? Cela ne faisait aucun doute ; après tout, Bastet n’était qu’une adolescente. La jeune fille se décida à acquiescer après quelques secondes, accrochant un sourire sur ses lèvres.

    L’homme leva sa canne et Bastet s’interrogea une nouvelle fois sur ce qu’il comptait faire avec cet instrument qu’il semblait manipuler à la perfection. Ses sourcils s’arquèrent une nouvelle fois avec étonnement lorsqu’elle remarqua qu’il avait jeté son dévolu sur le soutien-gorge de Dylan. Bastet s’empourpra en moins de 3 secondes et tenta de rattraper la pièce de dentelle clairement trop grande pour elle :

    Rendez-moi ça, ce n’est pas à moi !

    Vive et précise dans ses gestes, Bastet se hissa sur ses pointes de pieds et étendit les bras en avant pour récupérer ce que l’inconnu lui avait pris. Ses mains se refermèrent sur la pièce de tissus dont les bretelles restaient malgré tout passées autour de la canne de John. Deux solutions : lâcher prise et attendre qu’il lui rendre le sous-vêtement, ou tirer dessus au risque de le déchirer… Aucune des deux solutions n’était satisfaisante, et Bastet envisagea l’espace de quelques secondes qu’elle pourrait le déséquilibrer pour l’obliger à pencher sa canne, mais la perspective de faire chuter un infirme n’était pas moralement acceptable…

    Je n’ai pas vraiment… ce qu’il faut pour le remplir, si vous voulez savoir…

    Comme bon nombre de gymnastes et de danseuses, Bastet était filiforme et n’était pas ce qu’on pouvait appeler une femme plantureuse. Si elle souhaitait un jour pouvoir emprunter les soutien-gorge de Dylan pour autre chose que pour y planquer des fruits, il lui faudrait subir une opération de chirurgie esthétique…

    Je l’ai vu, je l’ai pris… Ca cache plutôt bien la nourriture, parce que les vigiles ne sont pas autorisés à pratiquer des fouilles au corps.

    Pourquoi tenait-il à savoir à qui elle avait emprunté cette pièce de lingerie ? Est-ce que les boutiques de lingerie employaient des hommes maintenant ? Avait-il déjà recouru aux services de Dylan ? Bastet chassa bien vite cette idée de son esprit, parce qu’après tout il n’y avait pas qu’une femme qui portait ce modèle dans tout New York ! C’était un modèle de bonne facture, et l’étiquette indiquait qu’il ne s’agissait pas d’une pièce artisanale fabriquée sur commande… Acheté en boutique spécialisée ou en supermarché, c’était donc un soutien-gorge comme tout le monde en portait. Point barre.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre étonnante. [terminé]   Mer 23 Juin - 14:13

John avait cette détestable habitude d'aimer avoir raison. Et bizarrement, cela le rendait heureux, surtout si cela énervait d'autres peronnes. C'était une sorte de choix de vie, être haï par tous ceux qui passent un moment de leur vies avec lui. Il avait aussi, quand il avait le temps, de chercher la vie d'une personne qu'il rencontrait. En fait, il passait autant de temps à découvrir la vie de ses clients qu'à executer leurs demandes. C'était une autre forme de paiement pour le détective handicapé. Il aimait d'ailleurs faire ça, surtout s'il trouvait des choses croustillantes. Après tout pourquoi lire les navets à sensation, quand la vie quotidienne des gens ordinaires regorgeaient de petites choses peu avouables. En prime, la plupart de ses gens étaient les premiers à critiquer la star, ou le politique rendu coupable des mêmes faits. Cette idée faisait toujours rire John. D'ailleurs, cela avait même failli le tuer quand il avait lu dans les journaux, ce que son père avait fait. Lui, qui critiquait les sénateurs qui couchaient avec des jeunettes, avait été surpris par un photographe avec une jeune secrétaire qui avait le tiers de son âge. John avait aussi beaucoup ri en cognant le type à coups de cannes. D'ailleurs le journaliste, devenu populaire, avait fait une violente chute quand John avait fait publié des photos de lui avec certaines des connaissances de John.

En bref, il savait que la demoiselle lui mentait. Mais elle lui répondit que même si elle lui avait dit la vérité tout de suite, il aurait été agacé. Ilo rit de ce qu'il venait d'entendre. Il répondit sur un ton amusé.


"En effet, j'aime découvrir la vérité, c'est un de mes bons passe-temps. C'est pour ça que malgré ma fortune, je suis détective privé."

John qui parlait de sa vie comme ça ne le dérangeait nullement alors qu'il aurait dû chercher à préserver sa vie privée, ce qu'il ne faisait guère devant la jeune femme.

Il observa l'intérieur du sac et aima ce qu'il y trouva une très belle pièce de dentelle. Sauf que si Bastet pensait qu'il ne la reconnaissait pas, malgré sa fabrication tout à fait ordinaire. Il la regarda alors qu'elle disait que ce n'était pas la sienne en précisant qu'elle n'avait pas ce qu'il fallait pour le remplir. Il sourit et dit en se moquant comme il aimait le faire.


"Je sais bien que tu n'as pas assez pour remplir ce très beau soutien-gorge. Mais je peux vous dire à qui il appartient."

Comme il aimait préserver ses effets, il prit quelques minutes pour reprendre avec un sourire.

"C'est à une jeune femme qui vous apporte de l'aide parce que vous avez quelques ennuis qui fait que vous êtes obligé de voler pour manger. Cette jeune femme est sans doute une ancienne prostituée, car malgré la facture quelconque du sous-vêtement celui-ci est impeccable. Or, s'il était utilisé de manière répété, comme il devrait l'être, certaines coutures seraient légèrement usées et l'agrafe perdrait de sa teinte et serait légèrement tordu. Mais comme il est pratiquement entretenu, cela laisse supposer qu'il est utilisé de manière plus ouverte. C'est un outil de travail et comme toute professionnelle, elle prend soin de cet outil. Mais le soutien-gorge a une légère décoloration sur la bretelle gauche, qui fait que généralement, il ne serait pas mis en vente en magasin, donc, il n'a pas été volé en magasin."

Un petit sourire en coin moqueur à souhait se dessina sur son visage. Il reprit calmement.

"Si je connais ce dessous, c'est que je connais la personne qui le porte habituellement. Donc, tu connais cette même personne. Tu connais donc Dylan Vlich. Je me trompe ?"

[i]Et oui perspicace le John. Il baissa légèrement la canne pour que la demoiselle récupère le vêtement. Il reprit.[i]

[b]"Cachez-le avant qu'on nous regarde de travers."/b]

[Voilà désolé du retard ^^ Si ma reponse te va pas, dis-le-moi, que j'édite ^^]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Bastet Ishtar
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 07/05/2010
Localisation : Hell's Kitchen
Clan : neutre
Age du personnage : 18 ans
Pouvoirs : cri dimensionnel
Profession : pas mal de trucs à droite et à gauche. Apprentie-détective depuis peu - et fière de l'être !
Points de rp : 142

MessageSujet: Re: Une rencontre étonnante. [terminé]   Jeu 24 Juin - 21:53

    Bastet avait présumé qu’elle aurait été une moins bonne source d’amusement si elle avait avoué d’emblée que si elle avait persisté à nier encore quelques minutes, et John lui donna raison en expliquant qu’il aimait découvrir la vérité et que c’était justement son passe temps. Génial. Encore un extra-lucide. Bastet l’entendit rire et croisa ses bras sur sa poitrine en renonçant – pour le moment – à essayer de récupérer le soutien-gorge qui pendait au bout de la canne… Elle apprit qu’il était détective privé et également qu’il était riche. Pourquoi est-ce que tout le monde dans cette ville s’avérait posséder ce qui faisait justement défaut à la jeune fille ?

    C’est pas courant comme passion... Découvrir la vérité, je veux dire.

    L’inventaire du sac de la jeune fille n’avait suscité aucun commentaire, mis à part pour la pièce de lingerie qui pendait à présent au-dessus de la tête de Bastet. Il finit par observer à voix haute qu’elle n’avait effectivement pas suffisamment pour le remplir et malgré le fait qu’elle l’ait elle-même annoncé quelques secondes plus tôt, elle ne pu s’empêcher de se vexer, baissant les yeux en essayant d’évaluer si réellement sa poitrine était si petite que ça. Elle avait l’air pourtant un peu plus importante que le mois dernier, à moins qu’il ne s’agisse d’une illusion d’optique… Et puis d’abord, qu’est-ce que ça faisait ? Bastet afficha une moue boudeuse, ne semblant nullement croire que John puisse effectivement identifier la propriétaire de cette pièce de lingerie…

    La suite ne fit qu’inciter Bastet à se renfermer sur elle-même, et elle haussa un sourcil en signe d’interrogation lorsqu’il évoqua un outil de travail, des coutures usées et enfin Dylan. Qu’est-ce que ça pouvait lui faire au final si ce soutien-gorge appartenait à Dylan, à Maryse ou à Jean-Paul en mode travesti ?

    C’est quoi votre problème ? Un soutien-gorge c’est un soutien-gorge, et de là où vous êtes ça m’étonnerait que vos yeux parviennent à distinguer les coutures ou quoi que ce soit d’autre en rapport avec ce morceau de tissus… - elle sous-entendait clairement qu’il était trop vieux pour lui jouer le coup de la vue parfaite, et qu’il ne pouvait donc que bluffer pour la mettre mal à l’aise – Il a sans doute été usé à force d’être essayé… je vous rappelle que je l’ai volé, et vu la couleur et le motif, c’était peut-être un article soldé, j’ai pas vraiment fait attention vu que je ne comptais pas le payer !

    Il avait évoqué Dylan comme étant une ancienne prostituée, ce qui laissait entendre qu’il la connaissait.

    Dylan comment ? – son index accusateur se pointa vers John – Vous sous-entendez qu’en plus d’être une voleuse j’ai pu avoir des rapports avec des prostituées ? Je suis pas un peu trop jeune pour ça ?!

    John finit par conclure sur quelque chose que Bastet avait déjà compris, et la jeune fille conserva cet air outré, tout en récupérant la pièce de lingerie assez rapidement lorsqu’il abaissa enfin sa canne à portée de l’adolescente.

    Il n’y a vraiment qu’à New York que les hommes avouent aussi facilement avoir recours aux services de prostituées… Dans mon pays, ça pourrait vous coûter cher… Vous n’avez pas de femme, au moins ?

    John lui conseilla de ranger ça avant d’attirer les regards des gens présents dans le parc. Bastet s’exécuta, parce que la perspective de voir débarquer d’autres ennuis ne la tentait pas vraiment…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Bastet Ishtar
Mutante de niveau 1

Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 07/05/2010
Localisation : Hell's Kitchen
Clan : neutre
Age du personnage : 18 ans
Pouvoirs : cri dimensionnel
Profession : pas mal de trucs à droite et à gauche. Apprentie-détective depuis peu - et fière de l'être !
Points de rp : 142

MessageSujet: Re: Une rencontre étonnante. [terminé]   Mer 22 Sep - 19:54

    Même si cet homme avait quelque chose de peu rassurant, Bastet n’avait pas rechigné à rester sur place et à soutenir la conversation. Partir comme une mal élevée aurait été faire preuve d’un manque de politesse affligeant, justement parce que cet inconnu avait contribué à lui éviter la pire dérouillée de sa vie, alors même s’il était légèrement intimidant, cela suffisait à inciter l’adolescente à rester et à répondre à ses questions. Ou du moins, aux questions auxquelles elle était disposée à répondre, ce qui n’était pas le cas pour tout ce qui concernait la propriétaire du soutien-gorge qui avait été trouvé dans la besace de l’adolescente…

    Si la vie à la dure dans les rues avait appris une chose à Bastet, c’était qu’il ne fallait jamais trop en dire sur soi-même ou sur son entourage le plus proche pour éviter autant les ennuis que les mauvaises surprises. Si admettre que la propriétaire du soutien-gorge s’appelait Dylan paraissait n’être qu’un détail inutile, cela laissait planer au-dessus de la tête de l’adolescente un couperet qu’elle préférait autant éviter : qu’il ne soit qu’un client ou un simple contact de la jeune femme, rien ne l’empêcherait s’il s’agissait d’un pervers de la suivre pour retrouver Bastet à l’occasion pour… dieu-sait-quoi. C’était sans doute faire preuve de paranoïa, mais l’adolescente aimait autant parer à toutes les éventualités pour préserver le peu de sécurité qu’elle pouvait avoir grâce à la générosité de Dylan qui lui offrait l’hospitalité de sa modeste chambre d’hôtel.

    Après s’être montrée faussement scandalisée par le fait que John prétende qu’elle connaissait une prostituée, Bastet avait rangé la pièce de lingerie dans son sac et l’avait soigneusement refermé avant de porter de nouveau son regard sur lui. Une silhouette bien connue attira son attention un peu plus loin derrière son interlocuteur, et en plissant les yeux la jeune fille pu apercevoir l’homme qui l’avait pratiquement tabassée accompagné d’un policier. Ce fut son instinct de conservation qui l’emporta sur la politesse, même s’il était difficilement compréhensible de faire intervenir la police pour une bête histoire de vol de sandwich. Il fallait vraiment avoir un gros grain ou être très très radin.

    Merci encore… Et je suis désolée…

    Bastet avait détalé au pas de course aussi vite que possible, en conservant toutefois suffisamment de forces pour accélérer davantage au cas où le policier déciderait de la rattraper…
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une rencontre étonnante. [terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une rencontre étonnante. [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men Extended :: NEW YORK CITY :: Central Park :: Parc-