Partagez | 
 

 Lorsque le soleil montre le bout de son nez ... [PV Anderson] [FINI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Alexander Cash
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 236
Date d'inscription : 08/04/2010
Localisation : New-York City
Clan : neutre
Age du personnage : 24 ans
Pouvoirs : Maitrise de l'air & métamorphose en gaz inodore et invisible - Niveau 1
Profession : Journaliste spécialisé en économie
Professeur d'économie et de communication à l'université
Points de rp : 90

MessageSujet: Lorsque le soleil montre le bout de son nez ... [PV Anderson] [FINI]   Sam 17 Avr - 14:10

Une belle journée que voici ! Le soleil revient enfin, les pluies cessent, l'on commence à pouvoir enlever les couches de vêtements nécessaires pendant l'hiver.

Je n'avais aucune idée de l'heure exacte quand je suis sorti des résidences universitaires pour aller me promener. Il devait être 15 ou 16h. Peut-être plus tard, peut-être plus tôt. La raison de ma sortie était assez abstraite et, si quelqu'un me demandait - pourquoi, je n'en sais rien, mais tout peut arriver - ce que j'avais prévu de faire dans les dix prochaines minutes, je lui répondrais que je n'en ai pas la moindre foutue idée.

L'envie de marcher, de bouger, de sortir de ma chambre, d'arrêter de penser, de regarder ce qui se passe autour de moi, ou simplement l'envie de me mêler à la foule, chose extraordinaire pour moi. Finalement, c'était tout ça qui m'avait poussé à m'activer. Rien de bien interessant, en somme.

Mes cheveux courts, ma ceinture, les manches de mon t-shirt, se soulevaient doucement lorsqu'un petit coup de vent venait les provoquer. Le vent. Ahhhh, que je me sentais bien lorsqu'il y en avait ! A part ma famille, personne ne connaissait mes pouvoirs. Je ne les ai que trés rarement dévoilé. Et j'avoue, à ma plus grande honte, n'avoir jamais rencontré d'autres mutants. Rencontré, véritablement, je veux dire. J'ai déjà vu quelques phénomènes sortant de l'ordinaires, mais jamais leurs sources.

Parce que telle est mon idée: chaque fait sortant de la normale est dû à un mutant. Il y en a surement plus que je n'oserai jamais l'imaginer. M'enfin ... J'étais seul, je marchais, pour finalement arriver devant l'entrée ouest de Central Park. Rien de plus étrange n'existe à Manhattan que cet espace de verdure coincé entre les immeubles. La brise faisait bouger les arbres, et elle me raffraichissait.

Quelques minutes plus tard, j'étais assis sur un banc en face d'un des nombreux points d'eau du parc. Personne autour de moi ... Et une envie pressante d'utiliser mes pouvoirs, aussi faibles sont-ils. J'avançais ma main droite, revérifiant que personne n'arrivait aux alentours, et un vent léger alla secouer l'eau calme. Quelques vaguelettes apparurent, puis disparaissèrent. J'entendis alors un bruit et me retournait lentement, regardant le chemin de pierre menant sur le pont de bois qui était sur le côté. Le bois avait grincé.


Dernière édition par Alexander Cash le Dim 23 Mai - 11:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Anderson Forbes
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 16/04/2010
Localisation : Le QG fédéral
Clan : Fédéraux
Age du personnage : 32 ans
Pouvoirs : Production d'électricité, peau isolante
Profession : Médecin légiste pour les Fédéraux
Points de rp : 22

MessageSujet: Re: Lorsque le soleil montre le bout de son nez ... [PV Anderson] [FINI]   Lun 19 Avr - 21:04

Anderson était sorti un peu de son laboratoire, pas pour profiter du soleil ou quoi que ce soit, il l'avait fait par obligation. En fait, son patron, Richard Rahl, n'aimait pas que son légiste passe son temps avec parler avec des morts, ou alors avec lui-même. Il trouvait cela malsain. déjà qu'il trouvait qu'être mutant était malsain, alors que devait-il penser d'un sociopathe mutant ? Pas grand-chose de bien, heureusement que son légiste était doué, parce qu'il l'aurait déjà remplacer depuis longtemps. Donc, cela signifiait qu'il était apprécier pour son travail. tout ça pour expliquer qu'il déambulait dans les rues comme un pauvre hère. Un fantome, voilà ce qu'il était, un fantôme des villes. Il errait comme une âme en peine, comme il l'avait fait jusque là depuis ce départ subit.

Aujourd'hui, il portait un baggy noir, des bottes noires, un sweat à capuche de la même couleur et un bonnet tout aussi foncé. Le devant de son sweat représentait le faucheur avec une faux ensanglanté. il avait glissé ses mains dans les poches ventrles du sweat, et il avait aussi enfilé sa capuche. Il marchait dans la rue et ses pas le conduisirent dans un endroit frais et vert.

Il entrait donc dans le grand parc de New-York. Ses pieds avançaient seuls, il ne savait donc pas où il allait réellement, il était comme déconnecté de la réalité. En fait, il n'était pas comme déconnecté de la réalité, il l'était vraiment. Mais pas dans le bon sens du terme. Il avançait tranquillement dans Central Park, il ne flanait pas, il ne marchait pas, il déambulait, comme une âme en peine, c'est ce qu'il est. Soudain, alors qu'il lève les yeux, il voit un phénomène bien étrange qui lui fait avoir un sourire en coin, ce sourire plus proche de celui du psychopathe que de celui d'un être humain normal. Soudain tout change en lui, ses muscles se raidissent, il se redressent, il ne devient plus un fantôme, il devient un chasseur, un prédateur. Son regard mort s'illumine et redevient alerte. Son but apparait enfin et il reste focalisé dessus, comme si riend 'autres n'existaient. En avançant vers l'homme responsalbe de ce phénomène, il se compose une attitude plus simple, plus humaine.

Il arriva par derrière, sans bruit, si ce n'est un petit grincement des lattes de bois du pont qui enjambe le petit étang d'eau verdâtre. Il continue à avancer et il dit avec un sourire presque innocent.


"Désolé, je ne voulais pas déranger."
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alexander Cash
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 236
Date d'inscription : 08/04/2010
Localisation : New-York City
Clan : neutre
Age du personnage : 24 ans
Pouvoirs : Maitrise de l'air & métamorphose en gaz inodore et invisible - Niveau 1
Profession : Journaliste spécialisé en économie
Professeur d'économie et de communication à l'université
Points de rp : 90

MessageSujet: Re: Lorsque le soleil montre le bout de son nez ... [PV Anderson] [FINI]   Lun 19 Avr - 21:50

[HRP] Je vais rédiger à la troisième personne maintenant. Je voulais essayer le RP à la premiere personne et j'ai un peu de mal. Désolé si ça pose problème ^^ [HRP]


Alexander avait bien entendu. Le pont de bois, surplombant le courant d'eau froide et sale, avait craqué. Et le vent de printemps n'y était pour rien du tout, cette fois. Un homme brun se tenait là, juste derrière l'étudiant. Il n'était habillé que de noir, avec des vêtements larges, un bonnet, et tout cela ne lui conferait pas un air rassurant, au contraire. Bien pire que cela, peut-être avait-il vu le léger vent qu'Alexander avait créé par un rapide mouvement de ses mains.

Si c'était le cas, et le jeune homme ésperait que non, il était possible qu'il courrait des risques. Exposer ses pouvoirs devant un inconnu était non seulement inconscient mais aussi dangereux. Heureusement - si l'on peut dire - pour lui, ce n'était qu'une partie infime de son pouvoir qu'il avait montré. Avant qu'Alexander, surpris, n'ait l'occasion de prononcer le moindre mot, le nouvel arrivant prit la parole.

- "Désolé, je ne voulais pas déranger."
- Euh... Non, non. Non. Euh désolé je n'm'attendais pas vraiment à voir quelqu'un débarquer. J'suis un peu surpris. Mais j'vous en prie, si vous voulez vous asseoir, 'y a d'la place. En cette belle et chaude journée de printemps, comment ne pas profiter ? Ca faisait longtemps que j'l'attendais moi, ce soleil. Avec cet hiver qu'on s'est tapés... Serieusement, j'ai jamais vu un hiver durer autant. Hum... Vous vous promenez souvent ici ?

Quelques secondes aprés avoir prononcés ses mots, Alexander se rendit compte qu'il avait enchainé les phrases, sans s'arrêter, et que ce qu'il venait de dire n'avait pas l'air le moins du monde naturel.

* Bon, c'est tout, pensa l'étudiant en économie. On va bien voir ce qu'il me dira... Et de toute façon si il a vu ce que j'ai fait, il en parlera... *

Ne prononçant aucun mot de plus, il fixa l'homme sombre. Ca devait être une personnalité relativement étonnante pour oser se mettre un bonnet sur les oreilles par ce temps, il devait faire dans les 23 ou 24°C, et le vent était assez faible. Une chose alerta légèrement l'étudiant: le regard de cet homme. Un regard aussi sombre que son sweat, dans lequel il avait plongé les mains, ce qui lui ajoutait un autre air mystérieux et franchement peu rassurant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Anderson Forbes
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 16/04/2010
Localisation : Le QG fédéral
Clan : Fédéraux
Age du personnage : 32 ans
Pouvoirs : Production d'électricité, peau isolante
Profession : Médecin légiste pour les Fédéraux
Points de rp : 22

MessageSujet: Re: Lorsque le soleil montre le bout de son nez ... [PV Anderson] [FINI]   Jeu 22 Avr - 12:16

Andy était comme d'habitude dans son monde, un monde très bizarre, à la fois psychédélique, très ordonné et complètement hors de contrôle. Anderson Forbes avait toujours intéressé les médecins par ce côté complètement tordu, mais aucun médecin n'avait déceler quoi que ce soit lui permettant de définir le véritable état mental de Forbes. En fait, il était tout à fait normal, enfin pour lui. Les deux facettes de sa personnalité prenait tout autant de place, c'est cela qui le rendait un et unique. Tout le monde avait ce côté schizo, mais bien peu osait le montrer en public. Electro était un homme qu'on pouvait surnommer de fascinant. Il regarda donc le mutant qui avait fait un usage de ses pouvoirs quasiment devant les autres. D'un seul coup, il était passé d'un fantôme errant à celui d'un chasseur assassin.

Il aurait voulu le prendre en flagrant délit, mais le pont était fait de bois et une partie des planches craquaient et grinçaient. Il ne put donc pas surprendre le jeune homme qui faisait un usage abusif de ses pouvoirs. Cependant, il voulait toujours l'appréhender. Il joua donc le jeune homme très calme et très gentil. Le pire ce fut que le jeune homme qu'il venait de surprendre se mit à parler très vite, preuve qu'il avait quelque chose à se reprocher. Andy sur un style calme alla s'asseoir à côté du jeune homme et haussa les épaules. Il lui répondit sur un ton très calme, presque amical.


"Je n'aime pas vraiment le printemps. Surtout quand il fait chaud. Pour moi, une bonne pluie est toujours plus agréable que ce temps chaud et sec."

La pluie et le ciel morose était un temps qui allait bien avec le coeur de Andy. Il poursuivit calmement.

"L'hiver n'était pas plus rude que d'habitude, c'était le temps de New-York. Non, je me promène rarement en fait."

Pourquoi lui dire des choses qu'il ne faisait pas ? Il n'aimait pas le soleil, c'est pour cela qu'il squattait sa morgue. Il aimait la pluie car elle était le reflet de son coeur. Il ne se promenait jamais car c'était une perte de temps flagrante. En clair, pour lui, la vie se résumait au froid, à la tristesse et à des chemins directes sans détour. C'était sa manière de vivre et il aimait bien cela.

Il soupira calmement et sourit avec plaisir. Enfin, il espérait qu'il avait un sourire amical, parce qu'il ne souriait jamais comme ça d'habitude. Il lui dit avec calme.


"D'habitude, je travaille, mais on m'a donné une pause de force pour que je sorte de mon labo."
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alexander Cash
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 236
Date d'inscription : 08/04/2010
Localisation : New-York City
Clan : neutre
Age du personnage : 24 ans
Pouvoirs : Maitrise de l'air & métamorphose en gaz inodore et invisible - Niveau 1
Profession : Journaliste spécialisé en économie
Professeur d'économie et de communication à l'université
Points de rp : 90

MessageSujet: Re: Lorsque le soleil montre le bout de son nez ... [PV Anderson] [FINI]   Jeu 22 Avr - 17:24

Le nouvel arrivant, tout de noir vêtu, l'inspirait pas le moins du monde confiance au jeune étudiant. L'homme sombre s'assit. Le ton calme qu'il prit ensuite pour lui répondre ne le rassura pas. Bien au contraire.

- "Je n'aime pas vraiment le printemps. Surtout quand il fait chaud. Pour moi, une bonne pluie est toujours plus agréable que ce temps chaud et sec."
- Moui... C'est une question de point de vue, en effet.


Alexander jugea préferable de ne pas en dire plus. Il n'avait pas l'habitude de discuter avec des personnes qu'il ne connaissait pas, surtout quand elles étaient de ce genre... Ce fut l'autre homme qui recommença à parler le premier.

- "L'hiver n'était pas plus rude que d'habitude, c'était le temps de New-York. Non, je me promène rarement en fait."
- Je l'ai pourtant ressenti comme cela. Peut-être pas plus froid, mais en tout cas plus long.


De nouveau, et comme une trentaine de secondes plus tôt, l'étudiant decida de ne pas parler davantage. Il s'était rendu compte qu'il avait enchainé les mots un peu trop rapidement, à l'arrivée de cet homme. Ce, à cause d'une légère absence d'attention qui lui valut presque de se faire voir en train d'utiliser son pouvoir. L'étranger n'en avait pas encore parlé, il y avait donc des chances pour qu'il ne l'ait pas vu. Mais il s'était assis et avait répondu à Alexander lorsque celui-ci lui parla, ce qui n'avait pas l'air d'être le genre de cet homme étant donné la mine sombre et le sourire apparement forcé qu'il affichait.
Là, l'homme reprit l'initiative de continuer la conversation.

- "D'habitude, je travaille, mais on m'a donné une pause de force pour que je sorte de mon labo."
- Une pause de force ? Comment on peut donner une pause de force à quelqu'un ? J'comprends pas trop là, je vous l'avoue... Vous aimez tant que ça votre labo, ou peut-être était-ce une forme d'humour que je n'ai pas saisi ?


Sur ces questions, Alexander s'arrêta. Cet homme commençait à l'interesser. Non pas qu'il commençait à lui faire confiance, mais sa personnalité méritait bien d'être étudiée. Aprés tout, combien y a t-il d'homme à New-York qui préfère la pluie au beau temps et qui préfère le travail à la balade ? Pour soulever un dernier point, auquel il n'avait bêtement pas pensé, le sportif rajouta une question.

- Et vous travaillez dans quoi, en fait ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Anderson Forbes
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 16/04/2010
Localisation : Le QG fédéral
Clan : Fédéraux
Age du personnage : 32 ans
Pouvoirs : Production d'électricité, peau isolante
Profession : Médecin légiste pour les Fédéraux
Points de rp : 22

MessageSujet: Re: Lorsque le soleil montre le bout de son nez ... [PV Anderson] [FINI]   Ven 30 Avr - 9:28

Alexander semblait pas vraiment à l'aise en présence du légiste. En même temps, c'était le cas de beaucoup de personnes, rien que Gabriel n'était pas vraiment à l'aise et pourtant c'était un collègue. Cependant, le jeune mutant ne semblait pas connaître le caractère d'Andy, alors qu'est-ce qui lui faisait peur ? Celle d'avoir été surpris en train d'user de ses pouvoirs ? Peut-être. Ou alors était-ce à cause de la tenue d'Electro ? Mais là c'était vraiment stupide. Après tout Electro pouvait très bien être un homme normal mais un peu dépressif, rien de plus. Pourquoi avoir peur d'un homme qui portait des vêtements d'hiver alors qu'il faisait beau ? Peut-être aussi était-il allergique au rayon du soleil, cela arrivait, c'était une maladie grave. Mais apparemment, Alexander était du genre à juger sur les apparences, comme trop de gens en ce bas-monde.

Il avait répondu mais depuis quelques minutes l'homme semblait vouloir être très concis. Par peur ? Certainement c'était ça quand on avait peur, on essayait d'esquiver alors que c'était impossible. Anderson avait les mains dans les poches. Il avait délicatement ouvert le clapet et il envoyait un message sans même regarder son clavier, car il le connaissait par coeur. Il regardait calmement et finit par répondre à ses questions.


"Mon labo devait être nettoyé par les servies d'inspection. Mais je suis pas du genre à quitter facilement mon labo, donc on m'a ordonné de prendre une pause."

Anderson n'avait pas l'habitude de blaguer, ou alors c'était un humour noir qu'il était presque le seul à comprendre. Mais il ne faisait jamais de blague avec des inconnus, donc il était toujours sérieux. Il sentait bien que le jeune homme l'étudiait, surtout qu'il avait l'habitude de ses interrogatoires masquées, après tout, il avait quand même eu une formation sommaire sur ce genre de technique. Pourtant, Andy répondait calmement comme si de rien n'était.

"Je suis médecin légiste."
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alexander Cash
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 236
Date d'inscription : 08/04/2010
Localisation : New-York City
Clan : neutre
Age du personnage : 24 ans
Pouvoirs : Maitrise de l'air & métamorphose en gaz inodore et invisible - Niveau 1
Profession : Journaliste spécialisé en économie
Professeur d'économie et de communication à l'université
Points de rp : 90

MessageSujet: Re: Lorsque le soleil montre le bout de son nez ... [PV Anderson] [FINI]   Dim 2 Mai - 9:46

Une drôle d'atmosphère reignait dans le parc à ce moment là. L'homme habillé en noir était étrange. Sa façon de parler laissait paraître une impression de malaise, comme si le fait de sortir de son laboratoire pouvait être suffisament inhabituel et rare pour le chambouler. D'ailleurs, c'était apparemment le cas, si l'on écoutait ce que disait l'inconnu. Alexander, qui n'était pourtant pas difficile d'habitude en ce qui concernait le fait de parler avec de parfaits inconnus, se sentait mal à l'aise à cause de son interlocuteur. Lorsque ce-dernier expliqua la raison de sa sortie, l'étudiant ne fut pas rassuré, bien au contraire.

- "Mon labo devait être nettoyé par les services d'inspection. Mais je suis pas du genre à quitter facilement mon labo, donc on m'a ordonné de prendre une pause."
- Mais le fait de pas voir le jour, ça vous gêne pas ? J'sais pas, quand il commence à faire beau, vous avez pas envie de sortir avec des amis ? 'Fin bon j'sais pas, j'veux pas paraitre catégorique ou dire trop de clichés... Mais ça m'parait normal de profiter du beau temps. Même si vous preferez la pluie.

Alexander, en réalité, pensait à dire quelque chose du genre " Ca doit être sympa votre vie sociale " mais il se ravisa. Même s'il était plus impressionant physiquement parlant que cet homme, on ne pouvait jamais savoir les capacités d'un inconnu, ni sa réaction par rapport à une phrase telle que celle qu'il avait en tête. Il décida donc de partir sur un sujet moins piquant, pour ne pas dire parfaitement banal et relativement peu intéressant. Il le questionna donc sur sa profession. Question à laquelle l'homme répondit:

- "Je suis médecin légiste."

Le sportif acquiessa pour montrer qu'il avait bien entendu, puis redirigea son regard vers le petit étang qui lui faisait face. Maintenant, il comprenait un peu mieux l'aspect de la vie sociale de cet homme dont il ne savait que le goût au niveau de la météo et la profession. La vie de médecin légiste ne devait vraiment pas être marrante. Voir des corps inertes, sans vie, à longueur de journée... Sentir cette odeur de cadavre lorsque l'on explore les organes internes à l'aide d'un scalpel... Pwah. Une horreur, réellement. Alexander avait énormément de mal à garder cette image en tête. En fait, il avait déjà assisté à un cours de deuxième année d'étude de médecine. Le pourquoi, ça il préferait le garder secret. M'enfin, rien de ragoutant d'ouvrir des ventres du matin au soir.

- Comment vous faites pour rester dans votre labo toute la journée sans voir le rayon du soleil, alors qu'il est rempli de cadavres ? J'veux dire, ça doit pas être marrant tous les jours... Vous avez jamais le blues ? Et vous faites ça pour la Police Criminelle j'imagine ?

En attendant la réponse du médecin légiste, Alexander se leva et alla faire des ricochets avec des petits cailloux plats, animant ainsi l'eau calme et paisible de cet étang en plein coeur de Central Park, lui-même en plein coeur de Manhattan.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Anderson Forbes
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 16/04/2010
Localisation : Le QG fédéral
Clan : Fédéraux
Age du personnage : 32 ans
Pouvoirs : Production d'électricité, peau isolante
Profession : Médecin légiste pour les Fédéraux
Points de rp : 22

MessageSujet: Re: Lorsque le soleil montre le bout de son nez ... [PV Anderson] [FINI]   Jeu 6 Mai - 19:11

Il restait tranquillement assis sur le banc, comme si de rien n'était. Il discutait tranquillement avec un homme qui semblait flipper de voir la présence d'un homme tel que lui. alors que c'était un homme ordinaire tout à fait normal. il était un peu extravagant certes, mais il était dans la norme des légiste. Il fallait être légèrement barré pour faire ce métier, mais on a tous nos petits travers. Apparemment, en plus de ça, les paroles d'Andy rendait le jeune homme encore plus nerveux. Andy se demandait dans quel monde vivait l'étudiant, parce que les types un peu déprimé et déprimant ça courrait les rues. On appelle ça des suicidaires, parfois, quand ils jouent les déprimés et qu'en plus, il écoutent du rock, ils tendent vers le gothique. Mais visiblement le jeune homme ne connaissaient pas cette couche de la population, pourtant bien plus nombreux qu'il ne pouvait se l'imaginer.

Alexander lui posa des questions qui s'avéraient inutiles. il lui avaient dit qu'il détestait le soleil et voilà qu'il lui disait qu'il était normal de profiter du soleil ou même de sortir avec des amis. Il soupira et il lui dit calmement.


"Sérieusement, vous en avez d'autres des idioties de ce genre ? Je vois pas pourquoi je sortirais avec le berau temps, vu que j'aime pas le soleil."

Il voyait bien qu'Alexander n'était pas vraiment rassuré en écoutant parler Andy, c'est sans doute pour ça qu'il changeait de sujet. Il faisait un métier qui pouvait trouver dérangeant, mais c'était un métier nécessaire, comme les éboueurs qui ramassent les ordures. Mais contrairement à certaines personnes qui en avaient fait un simple métier, Anderson était un passionné. Il lui demanda pleins de choses sur son travail. Anderson sourit et lui dit avec un calme tout à fait naturel.

"Vous savez, jeune homme, je fais un métier nécessaire. De plus, c'est une forme d'hommage que de trouver ce qui a tué un homme. Enfin, je suis en quelque sorte dans la police criminelle."

Il n'allait pas lui dire pour qui il travaillait réellement. Il le regarda se lever et put lire tranquillement le message qu'il venait de recevoir. Il disait qu'ils allaient venir mais qu'il était pris dans le feu. Andy répondit en vitesse avant de ranger son portable. Il attendait que ça se passe à présent.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alexander Cash
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 236
Date d'inscription : 08/04/2010
Localisation : New-York City
Clan : neutre
Age du personnage : 24 ans
Pouvoirs : Maitrise de l'air & métamorphose en gaz inodore et invisible - Niveau 1
Profession : Journaliste spécialisé en économie
Professeur d'économie et de communication à l'université
Points de rp : 90

MessageSujet: Re: Lorsque le soleil montre le bout de son nez ... [PV Anderson] [FINI]   Sam 8 Mai - 11:07

La réponse de cet homme était des plus surprenantes. Et dans ce sens, Alexander ne s'attendait pas à la dureté et au ton froid adopté par l'homme en noir. D'aprés lui, cela trahissait surement d'un sentiment de frustration. Ce gars là, Al' en était sûr, n'avait pas l'habitude de partager sa vie avec grand monde. Surtout avec un parfait inconnu au milieu d'un parc. Chose qui se comprenait. Non, ce qu'il avait du mal à saisir, c'était le caractère du médecin legiste. Certes, tout le monde est différent, chacun à son propre caractère, ses gouts et ses dégouts, mais là, c'était carrément étrange. Cet inconnu n'aimait sortir que par temps de pluie et, du coup, détestait le soleil. Il préferait son laboratoire et sa morgue à tous les autres lieux susceptibles d'abriter un minimum de vie humaine. Les liens sociaux rattachant cet homme à d'autres êtres vivants devaient se compter sur les doigts de la main. Et, il se l'avouait, cela ne lui inspirait guère confiance. L'ami des morts prit la parole.

- "Sérieusement, vous en avez d'autres des idioties de ce genre ? Je vois pas pourquoi je sortirais avec le beau temps, vu que j'aime pas le soleil."
- Des idioties, j'irai pas jusque là. Mais loin de moi l'envie de vous offenser. C'est juste que votre façon d'être est particulière. Aprés, je ne me permets pas de juger. M'enfin, prenez ça comme vous voulez. Qu'est-ce que ça pourrait changer, de toute façon ? Rien du tout. Bref, pensez c'que vous aimer à penser. Si le fait d'être comme ça vous plait...

Ces paroles n'étaient surement pas celles d'un fin diplomate, mais Alexander les pensait nécessaires. Son interlocuteur commençait à l'énerver, de part sa façon de parler et sa façon de se comporter. L'étudiant allait bientôt prendre congé de ce partenaire de... discussion, si l'on veut. Les mots prononcés par le jeune homme trahissaient l'énèrvement dont il était victime. Mais, à vrai dire, il s'en fichait. Il avait voulu discuter avec cet homme comme s'il avait discuté avec n'importe qui d'autre. Mais cela ne lui avait pas plu. L'homme revint sur son métier, sujet qui, apparemment, l'intéressait au plus haut point. Encore un fait étrange qu'Alexander garda dans un coin de sa tête.

- "Vous savez, jeune homme, je fais un métier nécessaire. De plus, c'est une forme d'hommage que de trouver ce qui a tué un homme. Enfin, je suis en quelque sorte dans la police criminelle."
- Ai-je dit le contraire ? Je ne doute pas le moins du monde de la nécessité de votre boulot. Quant à trouver ce qui ou qui a tué un homme, je suis persuadé que c'est intéressant.

Alex ne revint pas sur le "en quelque sorte" qu'avait utilisé l'homme. Il s'était levé et lui faisait dos, et il ne pouvait donc pas voir le visage de celui qui était assis lorsqu'il prononça ces mots. Mais cette utilisation d' "en quelque sorte" n'annonçait rien qui vaille, comme si le médecin légiste lui cachait quelque chose. En même temps, ils n'étaient pas confident, loin de là, et ils ne devaient pas tout se confier. Et il était possible que la méfiance qu'Alexander portait à l'égard de cet homme était réciproque. M'enfin, peu importait. Il était temps de clore la conversation. L'impression de malaise était trop importante, et la tension commençait à peser sur la discussion. Le jeune sportif se retourna en direction du "rat" de laboratoire, lequel était venait tout juste de ranger quelque chose dans sa poche. Surement son téléphone, pensait Alexander. Aucune importance. Il prit la parole.

- Bon, j'ai des choses à faire. Je vous remercie pour la conversation. C'était... enrichissant. Passez une bonne fin de journée.

Il fit un geste de la main à cet homme assis et, sans attendre sa réponse, s'en alla vers une des sorties Est de Central Park. C'était une étrange discussion qu'il venait d'avoir, et il se sentait on-ne-peut-plus mal à l'aise. Il avait sacrément besoin d'aller boire un coup, là.




HRP: A toi de voir si tu préferes clore le sujet on continuer Wink /HRP
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Lorsque le soleil montre le bout de son nez ... [PV Anderson] [FINI]   Dim 9 Mai - 15:06

[Après une demande auprès d'Anderson, et surtout au vu de l'autorisation que j'ai j'entre dans le sujet. Si tu as une plainte alexander MP Mickaël A. Scofield.]

Richard avait mobilisé une petite équipe, suffisante pour arrêter un seul homme. Il avait malgré tout emmené un homme susceptible de contrer un mutant élémental comme celui qu'ils devaient récupérer. Une dizaine de minutes plus tôt, ils avaient reçu des appels disant qu'un mutant se baladaient sûrement dans Central Park. Richard n'avait pas attendu pour agir. Il avait mobilisé ses hommes très vite en espérant pouvoir arriver à temps. Il avait reçu un message sur son téléphone portable disant qu'on avait repéré le mutant et qu'on pourrait le capturer aisément. Il avait demandé à ses hommes d'accélérer.

Au bout de dix minutes, il était enfin arrivé en vu du parc de New-York. il était entré ses hommes à la suite. Ils avaient bouclé un périmètre autour de la zone où se trouvait le mutant. Il avait décidé de sortir l'arme anti-mutant. Ils se positionnèrent donc de manière à ce qu'il n'y ait que Richard et l'aide éventuelle qui soient devant l'élémental. Richard dans son costume de ville noir s'était arrêté devant le jeune homme dont la description correspondait à ce qu'il avait reçu. Il s'arrêta et il lui dit calmement.


"Jeune homme, au nom du gouvernement des Etats-Unis, je vous arrête pour usage abusif de pouvoirs mutants."

Il le regarda et posa sa main sur la crosse de son arme.

"Ne nous obliger pas à faire usage de la force. Nous n'hésiterons pas à faire feu. Alors couchez-vous sur le sol et tout de suite."

Le ton de Richard était clair, c'était celui d'un ordre. Il ne souffrait d'aucune contestation.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alexander Cash
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 236
Date d'inscription : 08/04/2010
Localisation : New-York City
Clan : neutre
Age du personnage : 24 ans
Pouvoirs : Maitrise de l'air & métamorphose en gaz inodore et invisible - Niveau 1
Profession : Journaliste spécialisé en économie
Professeur d'économie et de communication à l'université
Points de rp : 90

MessageSujet: Re: Lorsque le soleil montre le bout de son nez ... [PV Anderson] [FINI]   Lun 10 Mai - 11:02

MESSAGE SUPPRIME PAR MOI-MÊME. Réédition.


Alexander venait de quitter le médecin légiste. Deux minutes plus tard, un homme en costard lui faisait face, mettant bien en évidence l'arme qu'il portait à la ceinture. Celui-ci prit la parole, d'un ton froid et sec.

- "Jeune homme, au nom du gouvernement des Etats-Unis, je vous arrête pour usage abusif de pouvoirs mutants."
- Moi ? Un mutant ? Je vous serais gré de bien vouloir entendre mon incompréhension. Peut-être y a t-il eu erreur sur la personne ?

Sans entendre la réponse, l'homme continua à parler, mettant sa main sur la crosse du pistoler qui pendait sur le côté.

- "Ne nous obliger pas à faire usage de la force. Nous n'hésiterons pas à faire feu. Alors couchez-vous sur le sol et tout de suite."
- Je n'en avais pas l'intention. Je vais coopérer, afin que tout cela soit réglé au plus vite. M'allonger sur le sol, est-ce nécessaire ? Regardez, je vous tends mes poignets. Mettez moi les menottes, même si je pense que c'est inutile, et tirons tout cela au clair le plus vite possible. J'ai beaucoup de travail qui m'attend.

Accompagnant les mots aux gestes, il tendit les poignets en direction de cet inconnu menaçant. Cet imprévu risquait de lui causer beaucoup d'ennui. Prions pour qu'il ne s'énerve pas pour on ne sait quelle raison et qu'il ne lui mette pas "une balle dans la tête". Ca avait l'air d'être un gentilhomme...


Dernière édition par Alexander Cash le Lun 10 Mai - 20:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Suzy Colcord
Mutante de niveau 2
Sénatrice de l'Etat de NY
{ PNJ }


Nombre de messages : 924
Date d'inscription : 20/10/2006
Localisation : New York.
Clan : Fédéraux
Age du personnage : 30 ans
Pouvoirs : Accélération des molécules pour faire exploser les choses, ou augmenter sa propre vitesse.
Profession : Gere les affaire de cette chere petite ville
Sénatrice
Points de rp : 48

MessageSujet: Re: Lorsque le soleil montre le bout de son nez ... [PV Anderson] [FINI]   Mar 11 Mai - 15:01

    Les choses ne commençaient pas de la meilleure manière qu’il soit. Suzy était au bord de sa voiture, une coupé sport qui ne servait pas à faire baver le premier amoureux de voiture, mais qui lui servait parce qu’elle aimait particulièrement ce véhicule. Elle s’était rendue à Central Parc et, ce, tout de suite après Richard. Pour comprendre ce fait, il faut remonter un tout petit peu en arrière. Il y avait eu une demande d’intervention, un gamin suspecté d’être un mutant. Du coup, c’est en toute logique que Richard fut envoyé, la chose serait rapide et on n’en parlerait plus dans une heure ou deux. Au mieux ce n’était pas un mutant et on le renvoyait chez lui avec des excuses. Au pire c’était un mutant et on le fichait, en attendant qu’il pose problème un jour. Au pire du pire, c’est un mutant déjà fichier et… Elle aurait l’occasion de tester un nouveau matériel qu’elle venait tout juste de recevoir. Mais les chances d’arriver à cette dernière hypothèse étaient presque nulles. Du coup, Suzy n’aurait jamais du se retrouver à sortir du centre gouvernemental !

    Mais voilà, deux minutes après la demande d’intervention, une autre était arrivée et avait l’air des plus sérieuse. Et là, Suzy ne pouvait s’y rendre directement. Si son rôle de Sénatrice lui apportait plus de liberté et plus de poids au niveau des nouvelles lois, il lui était plus compliqué d’agir à visage découvert lors de grosse opération. Mais refusant de rester inerte, elle avait décidé d’appeler Richard pour lui dire de se bouger sur la nouvelle intervention, et de lui laisser le problème « Central parc ». Tout aurait pu se passer parfaitement bien, si le téléphone de Richard ne la laissait pas sur le répondeur à chaque fois. Elle aurait bien eu envie de s’énervée après ce dernier, jusqu’à ce qu’elle se souvienne que cela faisait quelques jours qu’il n’avait pas eu plusieurs heures d’affilées de repos. Une situation plutôt compliquée pour faire la recharge d’un téléphone.

    Bin, elle ferait investir le gouvernement dans des téléphones plus performant, voir deux, pour pouvoir en charger un pendant que l’autre est actif. Ou, Richard ne répondait pas, parce que son téléphone ne passait, tout simplement pas. Sérieusement, il y avait un tas de manière de le mettre au courant, mais cela aurait fait déployé beaucoup de gens et d’énergie pour rien. Le plus simple avait été qu’elle se lance à sa suite, pour reprendre les choses directement, et le laisser partir sur une affaire hautement plus importante. Mais bien évidemment, elle arriva un tout petit peu plus tard que Richard, qui avait déjà commencer à prendre contact avec le jeune homme en question.


    - Je n'en avais pas l'intention. Je vais coopérer, afin que tout cela soit réglé au plus vite. M'allonger sur le sol, est-ce nécessaire ? Regardez, je vous tends mes poignets. Mettez moi les menottes, même si je pense que c'est inutile, et tirons tout cela au clair le plus vite possible. J'ai beaucoup de travail qui m'attend.
    « On a tous du travail, qu’on voudrait voir finir au plus vite. » Lança Suzy en arrivant à hauteur des deux hommes.

    Pour peu que l’on s’intéresse un minimum à la vie de la ville, ou que l’on ouvre un journal de temps en temps, il était facile d’assimiler le visage de Suzy à celui de la Sénatrice de cette ville. Et si on se renseignant encore plus, on pouvait même savoir que son point de vue sur les mutants s’était toujours voulu des plus arrangeants afin de pouvoir répondre à leur demande, mais aussi à celle des humains. Bref, même si on avait suivit ses actions depuis qu’elle était à la tête de cette petite ville –soit un petit moment- officiellement rien ne prouvait qu’elle était contre les mutants. De manière non officiel, seuls les personnes qui avaient déjà eu à faire à elle, pouvaient savoir ce qu’elle avait bien voulu laissait apprendre.

    Pour l’heure, Colcord était vêtue d’un tailleur noir, qui lui allait parfaitement bien, une chemise blanche sous sa veste, et ses cheveux –allant du blond en brun de manière naturel- retombant en longue boucles sous ses épaules. Pas très grande, elle avait gagnée près de 5/8 cm avec des chaussures à talons, ce qui lui permettait d’atteindre environ les 1m70, ce qui ne l’aidait pas à être bien plus grande que les autres. Mais ce n’était pas le genre de chose qui la dérangeait. D’un regard, qu’elle posa sur Richard elle lui fit comprendre qu’elle prenait la relève et, elle lui passa les clés de sa voiture à elle. Comme ça, s’en même avoir à parler de quoique ce soit devant un civil, elle lui faisait comprendre qu’on avait besoin de lui ailleurs et qu’il trouverait plus d’info dans la voiture de Suzy, ou il serait appeler rapidement pour qu’on lui explique. Dans le même temps, et parce que Richard comprit rapidement, il lui passa les clé de la voiture avec laquelle il était venu. Hop, de cette manière chacun pouvait aller à son affaire.

    Suzy se retrouva donc le présumé mutant. Elle tendit la main dans cette direction.


    « Bonjour, Suzy Colcord, je vais reprendre les choses, si cela ne vous pose pas trop d’inconvénients. »

    Bien évidemment il n’avait pas vraiment le choix, c’était surtout une formule de politesse, plus qu’autre chose. Du coup, elle continua sur sa lancée.

    « Je vais vous demander de bien vouloir me suivre, juste quelques questions et vérifications, c’est le protocole j’en suis désolée si ça chamboule vos plans et votre travail, mais je vous promet de faire en sorte que ce soit le plus rapide possible, cela vous conviens ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alexander Cash
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 236
Date d'inscription : 08/04/2010
Localisation : New-York City
Clan : neutre
Age du personnage : 24 ans
Pouvoirs : Maitrise de l'air & métamorphose en gaz inodore et invisible - Niveau 1
Profession : Journaliste spécialisé en économie
Professeur d'économie et de communication à l'université
Points de rp : 90

MessageSujet: Re: Lorsque le soleil montre le bout de son nez ... [PV Anderson] [FINI]   Jeu 13 Mai - 15:22

Avant que l'homme en costard-cravate n'ait le temps de répondre, une femme arriva dans une magnifique voiture de sport, l'arrêtant en face de l'entrée la plus proche du parc. En moins d'une minute, elle était là, devant l'envoyé du gouvernement, et lui retira l' "affaire", si l'on pouvait dire qu'Alexander était une affaire. C'était une jeune femme, apparemment haut-gradée dans la police gouvernementale - ou quelque service que ce soit - de par sa voix sûre et tendue, bien charmante, ma foi. Le petit ensemble noir qu'elle portait, trés "femme d'affaire", lui allait à merveille, et l'aura presqu'apaisante qu'elle dégageait aurait pu faire oublier les soucis de l'étudiant.

M'enfin, elle était là pour lui, et, lui, il était mal. Parce que le gouvernement, et tout ceux qui vont avec, ils ont une méchante tendance à ne pas aimer - pour ne pas dire haïr, pour beaucoup d'entre eux - les mutants. Alexander allait donc devoir utiliser son jeu d'acteur jusqu'au bout. Si sa mutation venait à être entendue par un étudiant, adieu la carrière dans le milieu sportif. Et adieu la carrière dans presque n'importe quel domaine.

La jeune femme parla de la même voix à la fois froide et douce qu'elle avait utilisé pour faire partir son "camarade". Elle tendit sa main en sa direction, Alexander la serra.

- Enchanté. Cash. Alexander Cash. Aucun problème, j'aimerais juste que ça ne s'attarde pas.
- « Je vais vous demander de bien vouloir me suivre, juste quelques questions et vérifications, c’est le protocole j’en suis désolée si ça chamboule vos plans et votre travail, mais je vous promet de faire en sorte que ce soit le plus rapide possible, cela vous conviens ? »
- J'ai rarement été habitué à une telle douceur dans le monde policier... Comme j'vous le disais, aucun problème, du moment que c'est rapide. Je vous en prie, répondit l'étudiant en faisant un signe montrant qu'il suivrait la jeune femme. Est-ce que j'ai fait quelque chose de mal ? Si c'est parce que j'ai mis la main dans l'eau, j'suis désolé, je savais pas que c'était interdit. Avec une telle chaleur. Mais j'ai juste trempé quatre doigts, c'est pas comme si je m'étais jeté dedans.

Il regarda Suzy Colcord, qui lui disait étrangement quelque chose. Il était intimement persuadé de l'avoir déjà vu, croisé, et peut-être parlé. Possible que ce soit dans un bar. Il n'en savait rien, et cela ne lui revenait pas en mémoire. Et il était bien loin de se douter de la véritable identité de cette femme.

- Mais vous bossez pour qui, en fait ? J'ai pas vu d'uniformes, aux alentours... C'est pas la police, donc ?

Il se demandait bien quelles questions elle avait en tête, et surtout où elle avait l'intention de l'emmener. Si jamais la situation empirait, peut-être qu'il n'aurait pas le choix... Mais il espérait ne pas en arriver là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Suzy Colcord
Mutante de niveau 2
Sénatrice de l'Etat de NY
{ PNJ }


Nombre de messages : 924
Date d'inscription : 20/10/2006
Localisation : New York.
Clan : Fédéraux
Age du personnage : 30 ans
Pouvoirs : Accélération des molécules pour faire exploser les choses, ou augmenter sa propre vitesse.
Profession : Gere les affaire de cette chere petite ville
Sénatrice
Points de rp : 48

MessageSujet: Re: Lorsque le soleil montre le bout de son nez ... [PV Anderson] [FINI]   Dim 16 Mai - 20:53

    - Enchanté. Cash. Alexander Cash. Aucun problème, j'aimerais juste que ça ne s'attarde pas.

    Lui serrant la main, et après avoir son om et son prénom, Suzy entreprit de lui expliquer qu’il devait la suivre, lui assurant que cela ne serait pas long. Ce qui était fortement le cas, si il n’avait rien à se reprocher, et si il n’était pas déjà fiché. En toute honnêteté, elle ne gardait pas tous les noms des mutants dans un coin de sa tête, sauf certains. Mais ces cas là, étaient bien plus importants que n’importe qui, soit parce qu’ils étaient des projets qui s’étaient enfuis, soit parce qu’ils étaient considéré comme vraiment dangereux ou encore parce que certains seraient bien utile pour leurs pouvoirs. Ce qui, a priori, n’était pas le cas d’Alexander Cash, vu que ce nom ne lui disait strictement rien. La jeune femme avait tout de même une bonne mémoire, surtout quand cela servait ses intérêts ou contrecarrait malencontreusement ses plans.

    - J'ai rarement été habitué à une telle douceur dans le monde policier... Comme j'vous le disais, aucun problème, du moment que c'est rapide. Je vous en prie. Est-ce que j'ai fait quelque chose de mal ? Si c'est parce que j'ai mis la main dans l'eau, j'suis désolé, je savais pas que c'était interdit. Avec une telle chaleur. Mais j'ai juste trempé quatre doigts, c'est pas comme si je m'étais jeté dedans.
    « Je ne suis pas de la police, ce qui pourrai expliquer cela » Annonça Suzy dans un sourire pour répondre à sa première phrase. « A priori il ne devrait pas y avoir de problème, et vous devriez rapidement être tranquille. Je vous expliquerait tout cela, une fois arrivé. »

    Ce n’était pas en plein milieu de Central Parc, qu’elle allait se mettre à lui expliquer les raisons de sa venue, et le pourquoi du comment il devait la suivre. D’ailleurs, elle allait se mettre en route, mais stoppa son geste quand une nouvelle question arriva. Hallucinant de voir le nombre de question que l’on peut vous poser, alors que tout aurait une réponse derrière un bureau, assis tranquillement. Cependant, à aucun moment, elle ne laissa transpercer une impatience quelconque. Bien au contraire.

    - Mais vous bossez pour qui, en fait ? J'ai pas vu d'uniformes, aux alentours... C'est pas la police, donc ?
    « Pardon, je ne me suis pas présenté dans les règles, il semblerait. Je suis la sénatrice de cet État et, j’ai en charge quelques affaires de la ville »

    Aucune prétention dans l’annonce de son titre, cela était même dit avec un certain détachement, comme si ça n’avait pas de grande importance. Cependant, elle était bien obliger de répondre à le question qu’il se posait, en aucun cas elle avait chercher à se faire mousser d’une manière ou d’une autre.

    « On y va ? »

    Elle attendit son accord pour pouvoir se diriger vers la voiture de l’agent Rahl, ayant toujours les clés en main. Le but étant d’emmener Alexander Cash au centre gouvernemental pour quelques questions, vérification et éventuellement un fichage dans la base de donnée spéciale mutante des fédéraux. En fait, il était presque certain qu’il allait finir fiché, car même si il ne se dénonçait pas en tant que mutant, le fait est que c’était un fédéral qui avait déclarer l’avoir vu se servir de pouvoir. Et, entre la parole d’un fédéral –surtout dans la spécialité d’Anderson, dont les observations étaient vraiment importantes- et celle d’un, ce qui semblait être, un étudiant. Elle n’hésiterai pas longtemps à savoir qui elle allait croire.


[Dsl pour le retard, mais vu que ce n'était pas un sujet pour moi, de base, j'ai complètement zappé *se frappe*. Je te laisse conclure, si tu la suit, ou voir comment tu veux tenter de ne pas la suivre. Si tu la suit, j'ouvrirai un nouveau sujet au centre gouvernemental^^]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alexander Cash
Mutant de niveau 1

Nombre de messages : 236
Date d'inscription : 08/04/2010
Localisation : New-York City
Clan : neutre
Age du personnage : 24 ans
Pouvoirs : Maitrise de l'air & métamorphose en gaz inodore et invisible - Niveau 1
Profession : Journaliste spécialisé en économie
Professeur d'économie et de communication à l'université
Points de rp : 90

MessageSujet: Re: Lorsque le soleil montre le bout de son nez ... [PV Anderson] [FINI]   Sam 22 Mai - 20:33

[ Désolé pour le retard, j'étais en partiel, comme je te l'ai dit par MP. Je vais répondre brièvement, qu'on puisse passer à la suite. Ca risque d'être un peu court, je vais essayer de faire au mieux ! ]

L'heure avançait, doucement. C'était bien la seule chose qui se déroulait normalement aujourd'hui, d'ailleurs. Alors qu'Alexander passait une bonne journée avec un beau ciel bleu, en se promenant dans le parc, les ennuis avaient commencé. Sans qu'il s'en rende compte, d'ailleurs. Cet homme, médecin legiste pour les fédéraux - l'étudiant l'avait maintenant compris - l'avait vu utiliser ses pouvoirs, dans une part si infime soit-elle. Lorsque le jeune homme avait mis un terme à la rencontre et à la discussion qui allait avec, un homme en costume l'avait sommé de se rendre, d'une manière on ne peut plus théatrale. Pour usage abusif de ses pouvoirs, semblait-il. Et maintenant, une jeune femme et assez jolie, apparemment gradée en plus de ça, reprenait l'affaire. Aprés quelques échanges de paroles courtoises - à peu de choses prés - elle se présenta.

- « Pardon, je ne me suis pas présenté dans les règles, il semblerait. Je suis la sénatrice de cet État et, j’ai en charge quelques affaires de la ville. »

Bouche bée, Alexander resta devant elle sans rien dire. Sénatrice. Il devait l'avoir vu à la télévision... C'était désagréable de connaitre un visage sans pouvoir mettre une identité dessus. Son cas devait être exceptionnel pour qu'une telle personnalité politique s'y attele. Sans savoir que répondre, donc, il attendit qu'elle reprenne la parole. Ce qu'elle fit simplement et rapidement.

- « On y va ? »
- Ahem. Oui oui.

Il n'avait plus le choix, maintenant. Il avait donné son nom et il ne serait pas difficile pour ce qui semblait être des fédéraux de le retrouver. Il irait au centre gouvernemental, ou à l'hotel de police. Enfin, là où ils officiaient, quoi.

Il ne restait plus qu'à espérer qu'il n'y aurait pas de problème. De toute façon, il avait les mêmes droits que les autres, d'aprés la logique politique démocratique. Et à ce qu'il savait, il n'avait rien fait d'illégal lors de cette journée. Il suivit donc la sénatrice jusqu'à sa voiture, direction les locaux des fédéraux.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Lorsque le soleil montre le bout de son nez ... [PV Anderson] [FINI]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Lorsque le soleil montre le bout de son nez ... [PV Anderson] [FINI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men Extended :: NEW YORK CITY :: Central Park :: Parc-