Partagez | 
 

 Mutant, ou te caches-tu ? [PV Björn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Suzy Colcord
Mutante de niveau 2
Sénatrice de l'Etat de NY
{ PNJ }


Nombre de messages : 924
Date d'inscription : 20/10/2006
Localisation : New York.
Clan : Fédéraux
Age du personnage : 30 ans
Pouvoirs : Accélération des molécules pour faire exploser les choses, ou augmenter sa propre vitesse.
Profession : Gere les affaire de cette chere petite ville
Sénatrice
Points de rp : 48

MessageSujet: Mutant, ou te caches-tu ? [PV Björn]   Lun 29 Mar - 20:26

    Suzy était arrivé depuis peu de temps, mais assez de temps pour tenter de se mettre à la page sur les nouveautés, aussi bien sur les dernières actions mutantes que sur le personnel qu’elle ne connaissait pas. Bien évidemment, elle ne demandait pas à connaître tout le monde, comme si elle n’avait que cela à faire ! Non, elle cherchait surtout à s’informer sur les personnes qui avaient le plus de potentiel, ceux qui étaient capable de faire autre chose que son café du matin. Les fédéraux incompétents avaient une tendance à la saoulée royalement, mais il fallait reconnaître que certains étaient utiles pour le café, la papeterie et toutes ses tâches qu’elle ne ferait jamais. Se casser un ongle en courant après un mutant, à la limite, elle pouvait accepter. Mais se casser un ongle en taillant un crayon s’était juste hors de question. Des fois, dans la vie, il faut faire des choix, les siens étaient tous fait, et depuis bien longtemps malgré son jeune âge.

    Bref, on était venu de lui parler d’un certain Jorn… Horn… Heu…Björn… Oui, c’est ça Björn. Retenir des noms a toujours été la chose la plus futile qu’elle n’ai jamais comprit. Donner des numéros aux gens serait beaucoup plus pratique. Quoique nom, les appeler tous de la même manière, serait une réelle évolution. Mais bon, fallait se montrer un minimum humain, ou un truc dans le genre. Les gens avaient des prénoms, fallait les retenir. Du coup, pour en revenir à ce Björn –est ce qu’on avait seulement idée de s’appeler de cette manière, non mais vraiment, y a quand même plus simple-, quelqu’un avait décidé de parler de lui et avait remit son dossier à Suzy. Honnêtement, elle n’avait pas vraiment jeté un œil au dossier, y a des choses qu’elle préférait voir par elle-même. Une fois qu’elle avait rencontré la personne, alors elle jetait un coup d’œil au dossier. Le but de la manœuvre était de pouvoir se forger une idée de la personne, sans avoir à être influencé par un bout de papier… Où plusieurs pages écrites par un type qui ne quitte pas son bureau de toute la journée.

    Du coup, intrigué par ce qu’on lui avait dit de ce B-quelque-chose elle avait envoyé un de ses hommes prévenir l’agent en question, qu’il serait convoquer le lendemain. Et Ô magie, on était le lendemain. Alors bien sur elle lui avait donner rendez vous le soir, le but était quand même de voir de quoi il était capable sur une traque, sinon ça ne servait strictement à rien. Toute la journée –une journée qui avait commencé à 5h du matin, pour elle- Suzy avait couru partout, réunion par-ci, réunion par là, topo des personnes enfermées, des dernières nouvelles et ainsi de suite. En fait, elle aimait vraiment ce qu’elle faisait. Et bien évidemment, elle le faisait bien. Comment être à la tête de ce fichu gouvernement, si elle ne faisait que rester derrière son bureau toute la journée. En fait Suzy était quelqu’un de très difficile à saisir, elle avait tendance à toujours rester maître d’elle et était devenue une parfaite menteuse, capable de croire à tout ce qu’elle disait afin de la rendre encore plus crédible. Si elle voulait, elle était même capable de passer pour la petite fille tomber du ciel qui ne ferait même pas de mal à une pauvre coccinelle, c’est pour dire. Mais malgré cela, elle se montrait intraitable sur ce qui touchait à la traque des mutants. Ok, elle était mutante, cela dit, personne ne le savait, c’est un secret qu’elle gardait bien précieusement…

    L’heure du rendez-vous (22h) arrivait à grand pas. Encore une journée qu’elle n’avait pas vu passer, le pire c’est qu’elle ne se sentait même pas fatiguée. L’adrénaline de la chasse qui allait se jouer devait suffire à la garder éveillée encore de longues heures. Cela dit, hors de question pour elle d’aller faire un chasse au mutant dans son tailleur. Elle enfila, alors, un jeans –assez serré- et un débardeur blanc qu’elle cacha sous une veste en cuir courte. Honnêtement, on pouvait penser que ses vêtements étaient fait pour elle. Ce qui était forcément logique, vu que tout était fait sur mesure. Elle attacha ses cheveux dans une queue de cheval assez haute et parfaite, bien que quelques mèches rebelles s’en échappait et enfila ses chaussures. Chaussures qui comportait quelques centimètres de talons. Mais n’allez pas croire que c’était un handicape, à croire qu’elle était née avec ce genre de chose aux pieds tellement marché était naturel pour elle. Et c’est d’un pas décidé qu’elle se dirigea vers le hall du centre gouvernemental pour le rendez vous qu’elle avait fixée.

    A la base elle avait décidé de se pointer avec un quart d’heure d’avance, histoire de voir la ponctualité de B-machin-chose mais, à peine arrivée dans le hall, que déjà un homme l’interpellait avec un dossier à la main. Bon, elle était sur place, mais elle ne pourrait pas vérifier l’arrivée de son rendez vous, vu qu’elle se retrouvait embarquée dans une série de questions concernant un éventuel et futur décret sur les mutants. Sujet bien trop important pour envoyé boulé son interlocuteur. Au bout de vingt minutes d’un discours sans fin, Suzy décida qu’il était temps de mettre un terme à la discussion. Elle avait cinq minutes de retard, même si elle était sur place, elle estimait sa non disponibilité était un retard. Chose qu’elle ne supportait pas chez les autres, et donc très peu chez elle.


    « Déposez le dossier sur mon bureau, je m’en occuperait en rentrant. Ca sera beaucoup plus simple de cette manière et beaucoup plus rapide. »

    Des fois, elle avait vraiment l’impression d’être entouré d’incapable. Du coup, elle était passablement sur les nerfs quand son interlocuteur s’exécuta. Ok, il y avait plus qu’à voir si B-truc-quelque-chose était arrivé… Il avait, d’ailleurs, plutôt intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Björn Yeltzin
Mutant de niveau 3

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 27/03/2010
Localisation : Sur le fil du temps... attend juste qu'il se coupe.
Clan : Fédéraux
Age du personnage : Officiellement 93, d'apparence la trentaine
Pouvoirs : Réanimation et contrôle des morts
Profession : Agent scientifique au coeur du projet Néo Arme-X.

Points de rp : 7

MessageSujet: Re: Mutant, ou te caches-tu ? [PV Björn]   Mar 30 Mar - 8:06

Björn leva imperceptiblement la tête de son travail. Il lui semblait avoir entendu un bruit, comme un mouvement, le bourdonnement électronique et mécanique de quelque chose juste au-dessus de sa tête. Il leva les yeux et rencontra l'une de ses caméras extérieures dont l'oeil articulé se télescopait droit vers le couloir. Intrigué il fronça les sourcils et décida de se détâcher de son bureau au moment où l'oeil affichait directement ce qu'il avait en vue sur le moniteur. Il observa l'image quelques instants puis entendit soudain une voix féminine filtrant à travers son laboratoire :

"Docteur Yeltzin, une visite pour vous. Personne reconnue : l'Agent Niels".

Ses muscles se détendirent progressivement et sa tension chuta. Björn déglutit à peine puis reprit d'une voix plus calme :

"Fais-le entrer, Karen".

"Bien, docteur".

Il esquissa un semblant de sourire comme pour se maudire d'avoir été aussi idiot et inquiété. Que pouvait-il lui arriver hormis la visite impromptue de certains collègues voire même de ses supérieurs ? Dans un sens il fallait avouer que le retour de la "cheftaine" des lieux qui se murmurait sur le bout des lèvres avec un semblant d'effroi ne faisait rien pour être plus rassurant. De beaucoup la craignaient aussi bien chez les Agents que chez les Scientifiques. Certains prétendaient que si elle pouvait arracher à main nue le coeur de ses ennemis elle le ferait. On racontait aussi qu'elle comptait bien reprendre du poil de la bête et que sa promotion ne calmerait en rien certaines de ses ardeurs dominatrices et fanatiques. Pour sa part, Björn n'avait pas vraiment d'opinion pour ne l'avoir jamais rencontré une seule fois...

Il referma immédiatement le dossier sur lequel il était en train de plancher depuis déjà deux bonnes heures et se tourna immédiatement vers son collègues une fois qu'il eut franchi l'accès au bureau. L'Agent Niels n'avait jamais été ce que l'on peut appeler un homme sans peur ni repproche, tout au contraire... il était petit et tremblant dans ce costume trop large pour lui, un peu comme s'il se déroulait un éternel séisme sous ses pieds. Il était souvent pâle comme un linge et jamais vraiment dans son assiette si bien que de mémoire Yeltzin ne l'avait jamais vu... tranquilisé et détendu. Lorsqu'il apportait une nouvelle ce n'était pas sans bégailler, tâchant de se contrôler à grand renfort d'inspiration et d'expiration prolongées. Il n'aimait visiblement pas le service dans lequel Yeltzin travaillait et arrivait toujours dans le laboratoire en observant les lieux du coin de l'oeil -comme un gamin apeuré en pleine jungle.

"Autorisation de pénétrer, Agent Niels. Bienvenue", termina "Karen".

Et il était entré, se trouvant face à lui, pauvre petit bonhomme binoclard, un humain de plus enrôlé car il savait encore bien classer les archives mais qui n'en menait pas large ni n'en savait long sur les mutants. A force, Björn avait fini par songer que ces "créatures" lui fichaient vraiment une sacrée trouille. Même la voix électronique de Karen lui faisait craindre quelques subterfuges. Cela se voyait au regard peu tranquille qu'il lançait vers le plafond...

"M... Mad... Mademoiselle C... Colcord, finit-il par dire, v... vous co... convoque d... demain s... soir à v... vingt-deux heures".

"Si tard ? S'exclama Björn sans faire attention à tout l'effort qu'il avait fallu à Niels pour lui adresser la parole, mais, bon sang, j'ai déjà du pain sur la planche et...".

"O... oui mais elle... ne peut pas a... avant".

*Rassurez-vous, mon garçon ! Songea-t-il, vous voulez vous asseoir ? Un verre de whisky ? Vodka ? Ou alors une infusion ? Respirez, ça va aller*.

La lassitude le gagna bien avant toute tentative de réconfort et Björn jeta un dernier regard de dépit sur toute la paperasse qu'il avait laissé de côté pour demain et qui, depuis une bonne semaine, s'était empilée à vue d'oeil. Ses résolutions venaient d'être balayées par celles, inaliénables, de la fille Colcord qui entendait bien le voir à 22 heures tapante demain soir. Chassant la désagréable impression qu'il avait de devoir se retrouver nez-à-nez avec la gérante du service, il arrangea un sourire à l'intention de Niels puis ajouta :

"Où aura lieu le rendez-vous ?".

Comme s'il lui avait demandé s'il ne pouvait pas prendre une fusée, l'amener sur Mars et repartir :

"Euh... hemm... r... rien ne m'a été dit, je... son bureau sans... sans doute".

"Ca va. Dites-lui que j'y serai".

Et comme si ces simples mots avaient été sa rédemption, le petit Agent acquiesça du chef et s'en retourna de l'endroit où il était venu, fuyant à tout prix cet antre où dormait sans doute les expériences les plus inimaginables. Que neni... depuis quelques temps les recherches étaient affreusement calmes et monotones.
Il s'accorda une minute de répit afin de remettre de l'ordre dans ses idées et en vue de programmer un peu cette séance avec Mademoiselle Colcord. Il lui faudrait sûrement être armé psychologiquement mais aussi prévoir un dossier suffisamment solide motivant ses travaux ici et ses dernières découvertes.
Le docteur Yeltzin soupira et reprit place à son bureau.
Cette nuit-là promettait d'être longue...


Le lendemain il n'était pas de meilleure humeur. Avoir passé sa nuit à rédiger rapports sur rapports et à préparer dossiers sur dossiers n'avaient pas aidé à le mettre en joie. La journée s'était déroulée comme à son habitude et sans accros. Juste avant de partir pour le rendez-vous, Björn était passé chez lui pour se dégoter une tenue acceptable, prendre une bonne douche et enfin s'apprêter pour être digne de la vision de cette jeune femme au caractère si bien trempée. Voila qu'il mettait des apprioris sur un visage qu'il n'avait jamais vu et sur les simples dires de ses collègues... de quoi largement fausser ses véritables jugements. A 21 heures il se trouvait déjà au Centre. Il mangea un morceau en vitesse, but un café, rassembla ses affaires et se présenta là où on l'attendait à 21 heures 50 précises... pour tomber sur un agent de la sécurité qui se demandait bien ce qu'il pouvait faire dans les couloirs à une heure pareille. C'était particulièrement suspect, c'est vrai, un scientifique qui se balade dans les couloirs de la section réservée aux gros bonnets de ce Centre... Et Björn de simplement articuler à l'intention de son regard mauvais et circonspect :

"J'attends, Mademoiselle Colcord".

"Elle est pas dans son bureau !".

"Ah bon ?".

"Elle l'a quitté y a un bout de temps, ouais".

Sentant la moutarde lui monter au nez et cet air de vouloir le bouffer l'irritant particulièrement, il esquissa un sourire, conclut sur un bref "merci" et réemprunta le couloir, cherchant une éventuelle âme charitable qui aurait pu le renseigner... avant de croiser un employé qui s'empressait de prendre la direction inverse. Il l'intercepta, lui demanda où elle se trouvait et obtint enfin une réponse satisfaisante :

"Mais je viens de la quitter, elle est dans le hall".

Il resta assez abasourdi puis tapota l'épaule du pauvre gars que cette entrevue semblait avoir choqué avant de se mettre en route. Il consulta sa montre : 5 minutes de retard. Quelques foulées de plus et il arriva efnin dans le hall, tombant nez-à-nez en présence d'une jeune femme en blouson de cuir et jean serré, la coiffure surmontée d'une queue de cheval. Il s'arrêta instantanément et reprit une marche plus détendue et maîtrisée, ayant la douloureuse impression de faire tache par rapport aux vêtements qu'elle avait choisi ; lui en pantalon droit et noir avec veste noire et t-shirt gris perle. Il ne put s'empêcher de songer à l'effort qu'il lui avait fallu pour être présentable alors qu'elle venait en jean et ne manqua pas de le lui faire savoir. Supérieure ou non, cette fille à papa, allait l'entendre...

Un semblant de sourire, une main tendue et il la jaugea de la tête au pied avant d'ajouter :

"Mademoiselle Colcord, je suis le Docteur Björn Yeltzin.
Ravi de vous... rencontrer".


Et ses yeux se braquèrent sur les siens juste avant que son sourire ne tombe et que son visage, le moindre de ses traits, ne deviennent plus froids et plus cinglants encore...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Suzy Colcord
Mutante de niveau 2
Sénatrice de l'Etat de NY
{ PNJ }


Nombre de messages : 924
Date d'inscription : 20/10/2006
Localisation : New York.
Clan : Fédéraux
Age du personnage : 30 ans
Pouvoirs : Accélération des molécules pour faire exploser les choses, ou augmenter sa propre vitesse.
Profession : Gere les affaire de cette chere petite ville
Sénatrice
Points de rp : 48

MessageSujet: Re: Mutant, ou te caches-tu ? [PV Björn]   Mar 30 Mar - 12:44

    La patience était une chose inconnue chez Suzy, bien qu’elle faisait souvent l’effort de le paraître, surtout dans des réunions ou des conférences. Sauf que là, elle n’était pas devant une bande de journaliste, mais dans les locaux du gouvernement, chez elle en quelque sorte, alors à quoi bon ne pas montrer son impatience ? Une immense horloge était posée sur un des mur, elle regardait défilée les secondes qui ne faisait qu’ajouter du retard à la personne avec qui elle avait rendez vous. Cinq minutes, ça pouvait paraître minime. Pas chez elle. Cinq minutes qui la séparait de vingt deux heure, le temps qui fut nécessaire pour qu’un homme en pantalon droit et veste noire, sous un t-shirt gris, face son apparition et s’approche d’elle. Il me manqua pas de la jauger de la tête aux pieds, tout en tendant une main vers elle pour se présenter.

    "Mademoiselle Colcord, je suis le Docteur Björn Yeltzin.
    Ravi de vous... rencontrer".


    Durant sa petite hésitation, Suzy avait légèrement arqué un sourcil, se demandant ce qu’il voulait dire. Rencontrer… c’est le mot qui tomba après un très bref silence. Mouais. Elle posa un regard sur la main qu’il venait de tendre en sa direction, et n’hésita pas une seule fraction de seconde pour lui serrer. Très protocolaire comme action.

    «Bonsoir»

    Pas besoin de se présenter, il l’avait appelé par son nom. Pas besoin de lui dire qu’elle était enchantée ou ravie de le rencontrer, ce n’était pas le cas. Ce n’était pas spécialement contre lui, mais avant que Suzy soit heureuse de voir quelqu’un, il fallait qu’elle le connaisse et qu’elle est l’ai vue faire ses preuves. Enfin, bien sur, elle pouvait donner des « ravie » et des « enchanter » à tour de bras, mais jamais quand il s’agissait des personnes qui travaillaient ici, à moins qu’elle ne le pense vraiment. Un fait plutôt rare chez elle. Björn Yeltzin… On pouvait vraiment faire plus simple comme nom. Enfin passons. Elle posa un regard sur le visage de l’homme qui avait retrouvé une expression des plus neutre. Un bon point pour lui, elle avait toujours eu horreur des gens souriant bêtement, ou paniquant juste parce qu’ils étaient face à elle… Quoique dans le dernier des cas, ça pouvait avoir son intérêt selon la personne qui lui faisait face. Mais là, n’était pas le sujet. Pour une raison inexpliquée elle se décida de faire l’impasse sur les cinq minutes de retard qu’avait l’homme. En réalité, ce n’était pas si inexpliqué que cela, elle n’avait pas envie d’entendre des excuses qui, à coup sur, allait la mettre en rogne. Non, elle était contente d’être revenue, et ferait en sorte de le rester le plus longtemps possible. Cinq minutes, pour une fois, elle estimerait que ce n’est pas si grave que cela.

    «Il se trouve que j’ai pas mal entendu parler de vous, je suis donc curieuse d’avoir un point sur vos dernières recherches…»

    Suzy n’était pas du genre à s’encombrer de discours inutiles ou de phrase d’une banalité à tout épreuve juste pour faire la conversation. Sa philosophie était d’aller droit au but et assez rapidement. C’était un gain de temps et, le temps, était un élément précieux aux yeux de la jeune femme qui ne cessait de pester contre le fait qu’une journée ne durait pas assez longtemps. Chaque minutes gagnées étaient du temps en plus pour faire autre chose, sûrement pour cette raison qu’elle trouvait que cinq minutes de retard étaient juste inadmissible. Enfin, bon, ce qui était fait était fait maintenant.

    «Et bien évidemment si vous aviez besoin de quoique ce soit pour vos recherches, je vous prierais de bien vouloir le dire.»

    Pas besoin d’être devin pour savoir qu’elle ne parlait pas d’un besoin en crayon de papier ou de microscope. Sa demande se portait plus sur d’éventuels cobaye. Elle avait connu un scientifique par le passé, qui pour des recherches avait besoin de pouvoir assez spécifique et qui, à force de recherche, donnait un lieu ou localiser le mutant qu’il souhaitait. Une méthode que Suzy avait beaucoup apprécier, les recherches avançaient plus vite quand on avait, sous la main, quelque chose qu’on souhaitait spécifiquement. Mais ces méthodes de travail n’appartenait peut être qu’à lui, bien qu’elle espérait que ce soit le cas pour B.Y. (les initiales, ont toujours été plus simple à retenir qu’un nom à dormir debout).

    «Si cela peut vous aider, il va de soit que je me ferait un plaisir de vous le procurer»

    Et si il lui proposait une demande sur le champs, elle se ferait une joie de l’emmener aussi avec elle. Quelle meilleure façon de pouvoir juger de quelqu’un que sur une petite chasse de mutant ? C’est également à ce moment là, qu’un employé –celui qui avait poser des questions à Suzy- débarqua à nouveau dans le hall pour poser un regard ravi sur BY, et lâcha de manière assez spontanée « C’est bon, vous l’avez trouvé ». Suzy lança un regard perplexe à l’employé qui, d’un coup, se mit à regarder le sol, à tourner les talons et à partir de ce hall. N’empêche que ce qu’il avait dit, piqua la curiosité de la jeune femme, qui posa un nouveau regard interrogateur à son interlocuteur, croisant les bras au niveau de son ventre, elle ne mit pas longtemps à poser la question qui l’intriguait.

    «Me trouver ? On peut savoir où vous me cherchiez, exactement ?»

    Il lui paraissait peu concevable qu’il est mit du temps à la chercher étant donné qu’elle avait bien stipuler le hall d‘entrée pour ce rendez vous. Mais les paroles de l’employé, qui était partit aussi vite qu’il était arrivé, prouvait pourtant que BY avait du chercher Suzy. Cela expliquait-il son retard de cinq minutes ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Björn Yeltzin
Mutant de niveau 3

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 27/03/2010
Localisation : Sur le fil du temps... attend juste qu'il se coupe.
Clan : Fédéraux
Age du personnage : Officiellement 93, d'apparence la trentaine
Pouvoirs : Réanimation et contrôle des morts
Profession : Agent scientifique au coeur du projet Néo Arme-X.

Points de rp : 7

MessageSujet: Re: Mutant, ou te caches-tu ? [PV Björn]   Mar 30 Mar - 14:43

Sans aucun doute, Miss Colcord était des plus charmantes ! A deux reprises elle avait suggéré son aide et son apport à Björn dans ses recherches et avait bien entendu insisté qu'elle se ferait un plaisir de les lui procurer. Personnellement ? Ce n'était pas le travail de ses employés ? Suzy Colcord avait donc l'intention de subvenir à ses besoins d'elle-même ? La chose l'intrigua mais n'était pas sans lui procurer un certain plaisir mêlé de flatteries. Ou alors elle ne cherchait simplement qu'à être agréable et cette proposition faisait partie de celles qu'elle débitait régulièrement à chaque nouvelle tête rencontrée. Aussi, Björn fit mine de s'y intéresser mais sans faire monrte d'un enthousiasme délirant et dépassant la mesure. Un sourire poli, une réponse :

"Merci bien, j'y songerai à l'avenir".

Tandis qu'il s'apprêtait à embrayer sur toute autre chose lorsque l'on vint perturber le début de leur infime conversation. Le Docteur Yeltzin se retint d'envoyer sur les roses ce pauvre homme plein de bonne volonté puis écarquilla des yeux ronds comme des billes lorsque ce dernier demanda tout candide :

"C’est bon, vous l’avez trouvé ?".

Vue la tête de Suzy Colcord il ne mit pas longtemps avant de se rendre compte que sa tentative avait été ridicule et déplacée, puis s'en était allé de là où il était venu. Demeurant d'un calme olympien, faisant mine d'être parfaitement étranger à la situation, Yeltzin s'attarda quelque peu sur elle lorsqu'elle lui adressa à nouveau la parole, pleine de suspicions :

« Me trouver ? On peut savoir où vous me cherchiez, exactement ? »

Presque offusqué qu'elle vienne à remettre cela sur la table, Björn ne cacha pas son irritation. Roulant des yeux exaspérés et enfonçant, pour sa part, ses mains dans ses poches il n'hésita pas à lui répondre d'un ton glacial :

"L'Agent Niels m'avait dit de vous rejoindre dans votre bureau, ce que j'ai fait à 21 heures 50 précisément. Ensuite, croisant un gardien de la sécurité m'ayant renseigné, je suis allé jusqu'au hall dans l'espoir de vous trouver. Ce après quoi je suis tombé sur votre employé qui a pu me dire exactement où vous vous situiez".

Et même si ce ton ne lui plaisait pas, c'était ainsi ! Et il répartit sur la même voix :

"Pour ce qui est de mes recherches, n'ayez crainte, elles ont porté leurs fruits.
Depuis quelques temps une équipe scientifique enquête sur d'étranges échantillons d'un liquide poisseux et vert qui aurait la composition du mazout, reprit-il sur un sourire tranchant, nul ne sait d'où cela peut provenir, d'autant que tous les bateaux ont été vérifiés. Aucun d'entre eux n'a de réservoir qui fuit ou aurait été rempli à rabord ou encore sans précaution...
Je ne sais pas exactement ce que c'est mais c'est relativement inhabituel. Et qui dit "inhabituel" dit...".


Il garda le silence, toujours ce même sourire.

"Enfin vous suivez mes pensées, je suppose ?".

Et il souleva la malette qu'il portait à sa hauteur tout en soupesant son poids.

"Ces récentes investigations font partie d'autres recherches, ne craignez rien. Mais je pense que cette dernière pourrait bien se montrer prioritaire, n'est-ce pas ?".

Il n'attendait pas franchement son avis finalement... mais plutôt qu'elle le surprenne et dans le bon sens du terme. Combien de planqués ne lui donnaient pas l'autorisation d'agir de peur que cela fasse trop de rafût et une mauvaise pub pour le Gouvernement ? Combien n'osait plus lever le petit doigt pour enrayer certaine menace ou encore débloquer des fonds afin d'en comprendre d'autre ?
Aujourd'hui, c'était non seulement le Centre qu'il testait mais aussi sa détentrice : Suzy Colcord. A voir si elle avait autant de tripes qu'elle le laissait prétendre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Suzy Colcord
Mutante de niveau 2
Sénatrice de l'Etat de NY
{ PNJ }


Nombre de messages : 924
Date d'inscription : 20/10/2006
Localisation : New York.
Clan : Fédéraux
Age du personnage : 30 ans
Pouvoirs : Accélération des molécules pour faire exploser les choses, ou augmenter sa propre vitesse.
Profession : Gere les affaire de cette chere petite ville
Sénatrice
Points de rp : 48

MessageSujet: Re: Mutant, ou te caches-tu ? [PV Björn]   Mer 31 Mar - 8:37

    En réalité, Suzy n’était pas le genre de personne aimant rester derrière un bureau sans rien faire. Elle avait peut être tout de la petite fille qui ne quitte jamais ses papiers, ou une salle de réunion, mais rester sur ce genre de pensée était une grande erreur. Jamais elle ne refuserait une petite chasse, juste pour aller ramener un mutant qui pourrait avoir une utilité quelconque. Bien sur, si les besoins du scientifique se résumaient à un carnet de timbre, il y avait peu de chance pour qu’elle fasse le déplacement par elle-même. Il y avait assez d’employés pour ce genre de chose. Enfin BY la remercia, assurant qu’il songerait à sa proposition à l’avenir. Honnêtement, le confort qu’il pouvait avoir, elle s’en contre foutait royalement. Mais les recherches qu’il effectuait pouvaient avoir assez d’importance pour lui fournir ce dont il avait besoin. Encore que, dans ce cas, il fallait bien qu’il fasse ses preuves en matières de recherches. Mais, d’après les échos qu’elle avait pu recevoir, il semblerait qu’il remplissait bien sa part du travail.

    Le cours de la discussion fut brièvement interrompu par un employé, entraînant la question de Suzy, qui se demandait comment le scientifique avait pu la chercher ailleurs que dans le hall, le rendez vous se situant à cet endroit et nul par ailleurs. Et voilà que B-quelque-chose sembla irrité de sa question. Bin voyons. Il s’offusquait pour s’y peut, les relations risquaient de, très vite, devenir un peu tendues. De base, la question n’était pas fait pour l’accuser de quoique ce soit, mais de savoir d’où venait le problème. Si il prenait tout pour lui, ça n’allait pas aider. C’est d’une voix glaciale qu’il se décida, tout de même, à apporter une réponse.


    "L'Agent Niels m'avait dit de vous rejoindre dans votre bureau, ce que j'ai fait à 21 heures 50 précisément. Ensuite, croisant un gardien de la sécurité m'ayant renseigné, je suis allé jusqu'au hall dans l'espoir de vous trouver. Ce après quoi je suis tombé sur votre employé qui a pu me dire exactement où vous vous situiez".
    « L’agent Niels… » Murmura t-elle, pour elle-même.

    Bon, il faut croire qu’il y avait besoin d’apprendre à certaine personne les bases pour transmettre un bon message. Quand on dit que le rendez vous est dans le hall, il n’y a pas de raison de transmettre que c’est dans le bureau de Colcord. Pour ce qui était du ton de BY, Suzy était loin de se formaliser. De toute façon elle préférait qu’on parle de manière froide, que comme si ils étaient amis depuis des lustres. Du moment qu’il restait courtois, tout irait pour le mieux. Le ton pouvait être aussi glacial qu’il voulait, ça passait. Le manque de respect, beaucoup moins. La jeune femme ne vit pas l’intérêt de faire de commentaire sur les détours qu’il avait du faire pour la trouver, elle avait un nom, et ne verrait pas le mauvais passeur de message en temps voulu. De toute façon, Björn reprit rapidement.


    "Pour ce qui est de mes recherches, n'ayez crainte, elles ont porté leurs fruits.
    Depuis quelques temps une équipe scientifique enquête sur d'étranges échantillons d'un liquide poisseux et vert qui aurait la composition du mazout, nul ne sait d'où cela peut provenir, d'autant que tous les bateaux ont été vérifiés. Aucun d'entre eux n'a de réservoir qui fuit ou aurait été rempli à rabord ou encore sans précaution...
    Je ne sais pas exactement ce que c'est mais c'est relativement inhabituel. Et qui dit "inhabituel" dit..."

    Mutant… Jusque là, elle avait écouté, mais c’est un léger sourire qui apparu sur ses lèvres quand il en arriva là. Cela ne se voyait pas, mais elle était vraiment contente d’être revenue, contente qu’il y ai des choses à voir, contente de savoir qu’elle allait être débordé de travail, de traque, de torture. Tout était bon pour mettre un terme aux mutants. Enfin, disons que ses envies étaient bien plus complexes, mais cela ne concernait qu’elle. Elle dévoilerait ses plans quand ça sera le moment, et pour le l’instant ça ne serait pas le cas avant un bout de temps. Il fallait aller au plus urgent.

    "Enfin vous suivez mes pensées, je suppose ?"

    Hochement de tête affirmatif de la part de Colcord, qui l’invita à poursuivre histoire d’en venir au fait. L’homme souleva une mallette qu’il entreprit d’ouvrir. Il pouvait se trouver n’importe quoi à l’intérieur, que Suzy n’aurait même pas eu un battement de cil craintif. Vous imaginez vous, une personne à la tête de ce petit monde qui reculerait ne sachant pas ce que contient une simple mallette, ça serait vraiment ridicule.

    "Ces récentes investigations font partie d'autres recherches, ne craignez rien. Mais je pense que cette dernière pourrait bien se montrer prioritaire, n'est-ce pas ?"
    « Je vais être assez clair sur un point. Jusqu’à présent, il semblerait que les gens soient contents de vos recherches. A partir de se principe vous venez d’obtenir carte blanche. Je me fou complètement de ce que vous faites passer en priorité ou non, c’est votre boulot et vous êtes le plus à même de savoir ce qui importe ou non. »

    Que les choses soient claires, elle n’était pas du tout en train de lui accorder sa pleine confiance. Elle en serait incapable. Mais Suzy savait que chaque personne avait son domaine de compétence. Si elle était loin d’être stupide et ignorante sur un tas de chose, elle ne doutait pas un seul instant que cet homme soit bien mieux caller qu’elle dans un domaine scientifique. C’est pour cela qu’il était payé, après tout. Ses résultats étaient satisfaisants à ce qu’elle avait pu entendre. A partir de là, ce n’était pas à elle de juger ce qui était important, ou ce qui devait passer en priorité. C’était lui le scientifique, non ? Elle tout ce qu’elle voulait s’était des topos réguliers et des résultats et que ça serve à quelque chose. Si il remplissait cette partit du contrat, il pouvait s’y prendre de la manière qu’il veut, elle s’en contre foutait royalement.

    « La seule chose que je demande, c’est un rapport sur l’avancé et les résultats. Sans oublier un minimum de discrétion vis-à-vis des gens de l’extérieur. Ou est-ce que les premiers échantillons ont été retrouvés ? Et est ce que vous savez ce qu’ils font, exactement ? »
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Mutant, ou te caches-tu ? [PV Björn]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mutant, ou te caches-tu ? [PV Björn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men Extended :: NEW YORK CITY :: Zone Industrialo-portuaire :: Entrepôts-