Partagez | 
 

 Concert sauvage... [ terminé ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Gabriel Davenportt
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 23/08/2009
Localisation : Soho (New York)
Clan : neutre
Age du personnage : 24 ans
Pouvoirs : neutralisation des pouvoirs mutants dans un rayon de 4 mètres + capacité à utiliser au moins l'un des pouvoirs neutralisés
Profession : guitariste, musicien... un "bon à rien", en clair.
Points de rp : 81

MessageSujet: Concert sauvage... [ terminé ]   Mer 30 Sep - 16:37

    Gabriel, tu fais chi*r !

    Ca, c’était encore une réplique qui ne laissait planer aucun doute quant à l’état d’esprit de Jeremy au sujet des petites manies agaçantes du cadet du groupe… Gabriel lui adressa un regard particulièrement innocent et baissa les yeux sur le pot de miel qu’il venait de ramener de la superette la plus proche. Une extinction de voix, ça c’était vraiment pas de chance… surtout que le groupe avait déjà communiqué un maximum autour de leur concert sauvage de ce soir !

    Si tu chantais pas aussi mal, tu pourrais sans doute me remplacer, Jeremy…

    Une vanne même à mi-voix restait une vanne, et Jeremy s’approcha pour déposer un peu brusquement une tasse de lait chaud sur la table basse de la chambre d’hôtel de Gabriel. Le mutant lui adressa un sourire de remerciement et plongea une cuiller à café dans le pot de miel, en déposant trois grosses cuillérées dans le lait fumant… Le mutant se redressa légèrement dans le canapé et se pencha au-dessus de la tasse, laissant les vapeurs mêlant miel et lait envahir ses narines. Son regard chercha Jeremy l’espace de quelques instants, et ce dernier ne tarda pas à revenir s’asseoir près de son ami, posant un regard pas spécialement enchanté sur lui.

    La prochaine fois que tu vas faire un tour en décapotable avec une blonde sexy une veille de concert… non seulement tu m’appelles, mais tu penses à protéger ta gorge !

    Un sourire amusé étira ses lèvres cette fois, et Gabriel porta la tasse à ses lèvres. Le liquide lui brula d’abord la gorge avant de réellement apaiser cette gêne qui ne le quittait plus depuis le petit matin… Le concert était dans moins de deux heures, alors il fallait espérer que le remède de grand-mère de Jeremy serait efficace. Le mutant termina sa tasse et attrapa la guitare posée près de lui sur le canapé, la calant sur ses genoux avant de lui tirer une mélodie douce et suave. Le mutant s’éclaircit a gorge à deux reprises, mais renonça à poser sa voix sur la mélodie de peur d’aggraver ses maux de gorge. Jeremy se cala dans son fauteuil et attrapa le journal sportif que Nathan avait déposé là lorsqu’il était venu amener des vêtements propres pour le concert et son instrument. Le mutant cala ses pieds sur la table basse, dodelinant de temps à autre de la tête au rythme des grattements de guitare de Gabriel…

    La porte finit par s’ouvrir de longues heures plus tard sur Nathan et October, et Gabriel se passa sous la douche avant d’enfiler des vêtements propres : jean blanc ajusté, tee-shirt blanc à la forme improbable et aux sangles multiples pour le maintenir en place, et converses rouge pétant histoire de redonner un peu de peps à sa tenue. Gabriel ébouriffa ses cheveux devant le miroir de sa minuscule salle de bains et souligna d’un gros coup de pinceau ordinairement utilisé pour la peinture son œil clair, traçant un trait de peinture rouge courant de l’arrête de son nez au à son oreille droite.

    C’était un rituel qui pouvait paraître stupide, mais Gabriel accordait autant d’attention aux sonorités de ses morceaux qu’à sa propre apparence : le thème de la soirée n’était pas réellement un thème à proprement parler, mais l’association du rouge et du blanc était en parfaite adéquation… Et puis il fallait dire aussi que Gabriel ne pouvait décemment pas se pointer dans un entrepôt sombre avec ses sempiternelles fringues noir corbeau s’il comptait aider son groupe à se faire remarquer.

    Quittant la salle de bains, le mutant croisa la jeune October, vêtue de bleu sombre légèrement pailleté, et les cheveux plus en pétard que jamais. Sa basse à la main, la jeune femme s’assurait que chaque corde était tendue de la manière la plus parfaite possible, parce qu’une fois dans la pénombre de l’entrepôt, elle n’aurait plus la possibilité de toucher à quoi que ce soit avec suffisamment de précision… Nathan donna le signal du départ, et tous regagnèrent la rue, et plus précisément la camionnette délabrée que Jeremy avait achetée une bouchée de pain pour pouvoir transporter plus facilement les différents amplis et sa précieuse batterie.

    Le groupe Capricorn y embarqua dès que les instruments furent chargés, et Gabriel se cala entre la paroi de la camionnette et la guitare électrique de Nathan encore glissée dans sa housse orange électrique. Le mutant se perdit dans ses pensées jusqu’à ce qu’October s’installe un peu lourdement près de lui, à cause d’un virage pris trop serré par son cousin compte-tenu du taux d’usure des amortisseurs du véhicule…

    Tous s’introduisirent dans un entrepôt où une petite vingtaine de jeunes étaient déjà présents et discutaient calmement. Quoi de plus normal en fait, surtout si on considérait le fait que chacun des musicien du groupe n’était en fait qu’un parfait inconnu… Le matériel fut sorti de la camionnette et installé sur le toit de l’un des containers situé à l’intérieur, juste devant un grand espace vide qui ferait office de fosse pour le public.

    Aux alentours de 23h30, les amplis furent branchés et ce fut la jeune October qui s’adressa au public, de manière à laisser encore un peu de répit aux cordes vocales de Gabriel. Lorsque les premières notes du morceau d’ouverture furent jouées, le mutant ferma les yeux et regretta de ne pas s’être pris au moins un demi-rail de coke… cela aurait peut-être pu lui rendre sa voix plus rapidement, qui sait ? Chassant cette pensée de son esprit, le mutant desserra les lèvres pour la première fois depuis de longues heures et laissa sa voix résonner dans l’entrepôt, rassurant ainsi ses camarades sur son état…

    Plusieurs morceaux s'enchaînèrent, récoltant l'approbation et les encouragement d'à peu près 75% des personnes présentes. La voix de Gabriel semblait tenir bon, mais il était clair qu'il lui faudrait faire une petite pause à un moment donné s'il ne voulait pas finir complètement aphone...


Dernière édition par Gabriel Davenportt le Mar 31 Aoû - 23:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Andréa Wenfield


Nombre de messages : 368
Date d'inscription : 27/09/2009
Localisation : Sur sa moto, en route pour le Dakota Building
Clan : Damnés
Age du personnage : 23 ans
Pouvoirs : Charme Hypnotique et Force Surhumaine.
Profession : Experte en Grèce Antique à la Galerie de Soho
Points de rp : 109

MessageSujet: Re: Concert sauvage... [ terminé ]   Mer 30 Sep - 19:24

Andréa Wenfield attrapa le trousseau des clés de sa moto et le fourra dans son sac qu’elle jeta sur la petite table basse. La jeune femme en avait assez de vivre dans une chambre d’hôtel, et pourtant cela ne faisait pas une semaine qu’elle était arrivée à New York. Elle commençait tout juste à s’habituer au climat et au mode de vie New Yorkais qui était nettement plus soutenu que celui qu’elle avait connu et au quel elle s’était habituée, en Grèce. Elle regrettait la petite maison de bord de mer qu’elle habitait là-bas, mais chassa bien vite ses pensées moroses de son esprit lorsque son téléphone portable se mit à sonner l’air de « Burn baby burn ». Andréa se jeta littéralement sur l’appareil.

« Allô ? C’est Adonis.» fit une voix timide, masculine
J’attendais que tu appel ! Dis moi comment va maman.
« Sa cheville va bien, ce n’était rien de cassé en fait, juste une petite foulure. »
Tant mieux.

Il eut un silence, un peu pesant, entre le frère et la sœur, le cadet et l’aînée qui avait quitté la maison si précipitamment, quatre années auparavant. Andréa, l’oreille collée au téléphone, entra dans la salle de bain et entreprit de se maquiller, discrètement comme à son habitude.

« Et toi, tu vas bien ? » s’enquit son petit frère
Moi ça va, ça va. Tout le monde fait toute une histoire avec New York, mais c’est rien de plus qu’une ville.
« Tu ne te sens pas trop seule ? »

Andréa eut envie de répondre qu’elle ne se sentait pas plus seule que depuis qu’elle avait quitté leur appartement familial parisien, mais elle se retint. Elle savait oh combien son absence attristait Adonis, et il ne devait pas comprendre pourquoi elle ne revenait pas à présent que le Club des Damnés l’avait officiellement accepté. En réalité, Andréa ne savait pas trop elle-même pourquoi elle ne rentrait pas. Peut-être parce qu’elle ne voulait pas avoir à affronter un quotidien avec sa mère, qu’elle ne pourrait plus la regarder en face depuis qu’elle avait tué son propre père. Ou peut-être tout simplement avait-elle envie de continuer à voyager et à vivre sa vie comme elle l’entendait.

Seule ? Bien sûr que non ! menti t-elle Je ne connais pas grand monde ici, mais il y a tellement de choses à faire… c’est mission impossible si on veut s’ennuyer !
« Mais tu es… toute seule, toute seule ? » insista Adonis

Andréa éclata de rire, rangea d’une main son maquillage dans une trousse de toilette et alla enfiler une paire de bottes.
Je n’ai pas de petit ami si c’est ce que tu veux dire. Tu sais bien qu’avec mon pouvoir ce n’est pas très simple d’avoir une relation normale et… oh et puis pourquoi je te parle de ça, avorton ? T’as que dix-sept ans mon bébé, aux Etats-Unis tu n’aurais même pas le droit de t’envoyer en l’air.
« Et tu aimes y vivre ? J’y crois pas ! »
Ferme là. Et puis je n’ai pas besoin de parler de ma vie amoureuse avec mon frère, j’ai des amies pour ça.
« Des amies ? »
Oui bon d’accord… une amie. Tu te souviens d’Irène ? La fille que j’ai rencontrée à Berlin y a quelques années. Je l’ai retrouvé à la salle de muscu.
« Je suppose que vous devez aller faire les folles ce soir ? »
Même pas ! Figure toi que je vais aller seule, à un concert sauvage. D’ailleurs le temps que j’y aille, ça va commencer, faut que je te laisse. Kiss brother.
« Bye Andy. »

Elle raccrocha, glissa le portable dans son sac et sortie rapidement de sa chambre d’hôtel. Quelques minutes plus tard elle était en bas, au parking, en train de démarrer sa chère Ashley, sa moto. Il ne lui fallu pas longtemps pour atteindre le lieu du concert, et pour voir que cela avait déjà commencé. Quelques jeunes dans un hangar, un groupe de musiciens sur un container, un chanteur s’époumonant. Rien de grandiose mais Andréa se sentie tout de suite à son aise. Les gens autour d’elle avaient le regard rivé sur le groupe et aucun ne semblait avoir remarqué son arrivée, ce qui ne lui était plus arrivé depuis qu’elle avait découvert que l’un de ses pouvoirs était un charme hypnotique attirant toute l’attention sur elle. Au bout de quelques minutes, Andréa se surprit même à entonner quelques paroles d’un refrain, et à aimer ça ! Ce n’était pourtant pas gagné d’avance, elle n’était pas fan de ce genre de musique déchaînée.

Ses yeux se posèrent sur le chanteur. Il n’était pas trop mal, physiquement parlant, il avait le style de look qui allait bien avec le reste de son personnage. Sa voix était un peu faible, comme s’il avait peur de trop tirer dessus et de ne pas pouvoir finir le concert. Andréa ferma une seconde les yeux pour écouter. Elle les rouvrit à demi tout en se rapprochant de la scène improvisée sur un container. Les musiciens allaient sûrement s’accorder une pause, bientôt, peut-être viendraient-ils saluer leur public avant de reprendre quelques musiques. Andréa voulait être là, aux premières loges, pour leur dire qu’elle aimait ce qu’ils faisaient. Elle-même s’était essayée à la chanson, lorsqu’elle avait traversé la Roumanie. Elle avait gagné sa vie là-bas dans une boîte de strip-tease, offrant un numéro de danse et de chant aux ivrognes encore capables de payer leur consommation et ses pourboires. Elle avait eu pas mal de succès, et parfois elle aimait penser que ce n’était pas seulement du à son charme de mutante.

Andréa se retourna pour voir le public. Une grosse soixantaine de personnes maintenant, étaient rassemblées dans la « fosse », et la jeune femme se surprit à penser qu’on devait avoir une belle vue d’ensemble depuis le haut du container, là où se trouvaient le groupe. Elle se souvint qu’elle aimait la petite boule de stress qui se formait au creux de son ventre avant le moment d’entrer en scène, entendre les gens l’applaudir, et elle se mit à envier le groupe Capricorn .
Si seulement… si seulement je pouvais faire une chanson avec eux, rien qu’une seule… n’importe laquelle… songea t-elle alors que les premières paroles de « Burn baby burn » lui revenaient en mémoire.


You're all I have in this teenage twilight
Your golden hair and pale blue eyes
But through all the days and the sleepless nights
We have never been satisfied
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gabriel Davenportt
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 23/08/2009
Localisation : Soho (New York)
Clan : neutre
Age du personnage : 24 ans
Pouvoirs : neutralisation des pouvoirs mutants dans un rayon de 4 mètres + capacité à utiliser au moins l'un des pouvoirs neutralisés
Profession : guitariste, musicien... un "bon à rien", en clair.
Points de rp : 81

MessageSujet: Re: Concert sauvage... [ terminé ]   Mer 30 Sep - 20:54

    D’autres personnes curieuses s’étaient jointes à la foule, et il devait à présent y avoir une petite trentaine d’auditeurs. Pas autant que s’ils avaient pu se produire dans un bar bondé de clients, mais Gabriel appréciait ne serait-ce que les plus infimes moments où il avait la possibilité de faire partager sa musique : qu’il y ait 2 personnes ou 60, pour lui c’était du pareil au même ; l’amour qu’il vouait à son art n’était pas fonction du nombre de personnes qui paieraient d’ici quelques années – du moins il espérait percer d’ici peu – pour obtenir un album de Capricorn

    Ses doigts aux ongles peints négligemment en noir semblaient à peine effleurer les cordes de sa guitare d’un blanc quasiment aussi éclatant que la tenue du mutant sous la lumière de l’unique projecteur disposé devant le container. Les yeux clos, Gabriel produisait avec une agilité et une précision déconcertante les notes composant sa mélodie, posant sa voix dessus de manière tantôt irréelle, tantôt puissante, mais en prenant toutefois garde à ne pas se claquer une corde vocale dans la foulée…

    Un léger sourire étira les lèvres du jeune mutant lorsqu’il entendit quelques personnes reprendre en chœur le refrain de l’une des chansons. October échangea un regard avec Nathan, et Gabriel scruta la foule massée dans la pénombre, étrécissant les yeux en espérant naïvement distinguer les silhouettes ou les visages des gens présents… Une femme sembla fendre la foule en direction de la scène, et Gabriel reporta l’espace de quelques secondes son attention sur son micro, reprenant la strophe faisant suite au refrain qui resterait dans les mémoires des personnes présentes au moins jusqu’au lendemain matin. D’un commun accord, October annonça une petite pause de 10 minutes, le temps que tout le monde puisse reprendre son souffle : appuyant sa basse contre la batterie de Jérémy, la jeune femme quitta le dessus du container et descendit sur le toit de la camionnette, pour finalement reprendre contact avec le sol et attraper une bouteille de soda dans la glacière située à l’arrière du véhicule. La jeune femme en balança une à son cousin ainsi qu’à Jérémy, et envoya un paquet de sucettes au miel à Gabriel en lui adressant un sourire espiègle…

    Le mutant l’attrapa au vol et appuya sa guitare près de la basse de sa cadette, quittant également le container en se laissant glisser au sol côté foule. Le bâton de la sucrerie dépassant entre ses lèvres un peu à la manière d’une cigarette, le mutant se redressa et tomba nez à nez avec Andréa, grande jeune femme brune dotée d’un regard qui à lui seul méritait d’être couché sur du papier. Gabriel se maudit de ne pas avoir emporté ses marqueurs de dessin et son carnet, mais finit par saluer quelques personnes qui s’approchèrent, et le félicitèrent plus chaleureusement qu’il n’aurait cru sur la qualité de sa musique…

    Merci, je…

    Son regard croisa de nouveau celui d’Andréa et le mutant esquissa un léger sourire avant de rassembler ses idées de nouveau. Son visage lui rappelait vaguement quelqu’un sans qu’il ne parvienne à y associer un nom, alors Gabriel espéra de toutes ses forces qu’il ne s’agissait pas de la fausse blonde avec laquelle il avait passé la nuit la veille… fallait vraiment qu’il arrête la coke, c’était vraiment mauvais pour sa mémoire ><

    Le concert vous plaît ?

    Une simple question lancée avec un sourire ne signifiant pas grand-chose d’autre que de la curiosité. Gabriel était à des lieues de ces musiciens qui profitaient de leurs aptitudes musicales pour mettre le grappin sur toutes les filles qui passaient à portée de main…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Andréa Wenfield


Nombre de messages : 368
Date d'inscription : 27/09/2009
Localisation : Sur sa moto, en route pour le Dakota Building
Clan : Damnés
Age du personnage : 23 ans
Pouvoirs : Charme Hypnotique et Force Surhumaine.
Profession : Experte en Grèce Antique à la Galerie de Soho
Points de rp : 109

MessageSujet: Re: Concert sauvage... [ terminé ]   Jeu 1 Oct - 7:00

Comme elle s’y attendait, les membres du groupe s’étaient arrêtés quelques minutes pour se reposer et prendre un bain de foule. Andréa s’était rapprochée au maximum de la fourgonnette où ils rangeaient leur matériel. Le chanteur du groupe, dont le nom avait été crié plusieurs fois au milieu de la petite foule, était Gabriel un jeune homme sucette au bec. La jeune femme trouva cette image amusante, parce que visiblement c’était le genre à préférer prendre quelque chose de plus… fort, durant ces concerts.

Le concert vous plaît ? lui avait-il demandé

Elle sourit. On ne la lui avait encore jamais faite, celle là ! Etrangement son charme hypnotique ne semblait pas marcher très fort sur le chanteur. Cela ne déplut pas à la jeune femme, au contraire, qui vit là un nouveau défi à relever, et sans ses pouvoirs pour une fois.

Si ça me plaît ? Bien sûr ! Je serais déjà repartie sinon. répondit-elle avec franchise et un nouveau sourire

Andréa fit mine de regarder un peu les autres musiciens, de s’intéresser un minimum à eux, au matériel qu’ils transportaient, à leur moyen de locomotion, mais au final ses yeux se reposèrent sur Gabriel. Il n’y avait que le chanteur qui l’intéressait pour le moment. Il semblait avoir des problèmes de voix et peut-être que… peut-être qu’elle pourrait le convaincre de chanter une chanson en duo ? Pour lui permettre de reposer un peu ses cordes vocales. Mais sans son pouvoir, la jeune femme doutait qu’il accepte si facilement. Elle avait perdu les techniques de drague habituelles à la plupart des femmes, ou alors elle n’avait jamais pris la peine de les apprendre. Le degré de puissance de son charme hypnotique était soit très fort, soit très faible, et il semblerait qu’il ait opté pour cette seconde option, ce soir là. Juste le jour où j’en ai besoin ! C’est encore bien ma veine, ça… pensa t-elle avec amertume

Vous avez de la chance, Gabriel. commença t-elle en essayant de ne pas mettre trop de solennité dans ses mots Je me souviens quand je chantais et dansais sur la scène d’un night-club, je n’étais jamais aussi heureuse que quand les premières notes de musiques se faisaient entendre, et que c’était à mon tour de montrer de dont était capable ma voix.

Jugeant qu’elle pouvait en dire un peu plus pour bien lui faire comprendre ce qu’elle attendait de lui, elle continua :
Une chanson, ça passe toujours trop vite lorsqu’on est sur scène. Et pourtant, je tuerais pour avoir l’occasion d’en refaire une seule devant une foule comme celle-ci !

Elle lui adressa un regard mi-suppliant, mi-charmeur. Ce n’était de toutes façons pas le seul à décider, les autres membres du groupe ne le laisserait sûrement pas placer une chanteuse avec eux sur scène sans leur demander leur avis avant. Andréa n’avait jamais voulu entrer dans un groupe, et elle ne le voulait pas plus aujourd’hui, mais les musiciens ne le comprendraient sans doute pas ainsi et auraient peur qu’elle ne s’incruste. Alors que tout ce qu’elle voulait, c’était durant quelques minutes retrouver l’excitation de la foule couler dans ses veines et entonner à plein poumons les refrains de chansons qu’elle connaissait par cœur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gabriel Davenportt
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 23/08/2009
Localisation : Soho (New York)
Clan : neutre
Age du personnage : 24 ans
Pouvoirs : neutralisation des pouvoirs mutants dans un rayon de 4 mètres + capacité à utiliser au moins l'un des pouvoirs neutralisés
Profession : guitariste, musicien... un "bon à rien", en clair.
Points de rp : 81

MessageSujet: Re: Concert sauvage... [ terminé ]   Jeu 1 Oct - 13:29

    Bâton de sucette coincé négligemment entre ses lèvres, Gabriel s’était avancé vers le public de manière à échanger quelques mots avec les personnes qui avaient fait le déplacement pour les écouter jouer. Bien sûr, tout aurait été plus commode pour tout le monde si le groupe avait pu se produire ailleurs que dans un entrepôt rempli de courants d’air, et certains étaient partis assez rapidement à cause de la température régnant à l’intérieur… ou alors parce qu’ils n’appréciaient pas ce type de musique, personne ne savait réellement.

    Gabriel s’adressa à la jeune femme dont le visage lui semblait familier. Un sourire lui fut d’abord adressé, et la réponse d’Andréa ne tarda pas à suivre. Elle serait déjà partie si le concert ne lui avait rien inspiré ; oui, en même temps c’était logique et le mutant réalisa que sa question n’avait pas été très bien tournée… Un sourire amusé étira ses lèvres.

    Surtout avec le froid qui règne dans cet entrepôt…

    A présent qu’il ne jouait plus, Gabriel pouvait sentir le froid commencer à engourdir ses doigts. Par réflexe, il frotta ses mains l’une contre l’autre avant de les glisser dans les poches de son pantalon d’un blanc immaculé.

    Vous êtes une habituée des concerts sauvages ? Il y a un tas de groupes qui jouent assez régulièrement dans cette zone… pas forcément dans le même registre que Capricorn, mais c’est tout de même plaisant à écouter la plupart du temps.

    Gabriel lui-même avait l’habitude de trainer dans le coin lorsqu’il n’était pas déjà occupé ailleurs et en pleine possession de ses moyens. Mélomane, le mutant cherchait en permanence à enrichir sa culture musicale en nouvelles sonorités, et il savait parfaitement que ce n’était pas en écoutant les grands radios nationales qu’il y parviendrait : les « tubes » lui hérissaient le poil de par leur manque de personnalité artistique et se ressemblaient tous plus ou moins ; le mutant préférait de loin découvrir par lui-même ce qui ne serait jamais perçu comme quelque chose de suffisamment commercial pour être diffusé en radio.

    Gabriel se détourna légèrement d’Andréa et toussa très légèrement, ménageant ses pauvres cordes vocales. Il reporta son regard sur la jeune femme qui venait juste de conclure qu’il avait de la chance : de la chance ? de risquer de finir aphone d’ici la fin du concert à la moindre notre qu’il produirait qui serait plus haute que les autres ? Elle était drôle, ou alors elle n’avait pas perçu cette légère gêne qui habitait le jeune homme…

    La suite du discours de la jeune femme rassura Gabriel sur cette « chance » dont elle parlait, et il lui adressa un sourire énigmatique en comprenant qu’elle aussi s’était fait les dents sur une scène il y avait un petit moment… Visiblement, cela lui manquait.

    Une femme d’un genre un peu hystérique se jeta littéralement sur le mutant, lui collant un baiser sur les lèvres sans que Gabriel ne comprenne exactement ce qui avait pu déclencher son hystérie… Plutôt accoutumé à déclencher des évènements sans l’avoir souhaité à cause de sa capacité de neutralisation et d’emprunt de pouvoirs, le mutant en déduisit assez rapidement qu’il devait y avoir un mutant irrésistible dans cette foule. Repoussant doucement la jeune femme qui s’était jetée sur lui et qui à présent donnait l’impression de ne pas savoir ce qui l’avait poussée à agir de cette manière, Gabriel lui adressa un sourire un peu désolé alors qu’au loin, les yeux sombres d’October semblaient la mitrailler sur place…

    Je… ça ne m’arrive jamais habituellement ! J’aime ta musique, t’es mignon, mais…

    Son dernier mot traina sur la longueur et Gabriel interrompit la jeune femme.

    Je comprends. Il n’y a pas de mal, c’est oublié…

    La jeune femme s’effaça et disparut dans la foule, rejoignant deux amies avec lesquelles elle était probablement venue. Gabriel reporta son attention sur Andréa, espérant qu’il ne lui prendrait pas la même envie dans les secondes qui suivraient : ce n’était pas qu’elle n’était pas mignonne, mais se faire littéralement assaillir par une femme n’était pas quelque chose d’habituel pour le mutant…

    Je vois que nous partageons la même vision de la musique : quelques notes suffisent à notre bon plaisir, et lorsqu’une voix les accompagne c’est encore plus plaisant.

    Gabriel pensait avoir affaire à une mélomane, mais ne se doutait pas de ce que la jeune femme avait réellement en tête… La suite éclaira Gabriel sur les réelles intentions de la jeune femme, et le mutant haussa un sourcil…

    Oh…

    Visiblement, il avait mal compris la première fois : Andréa était peut-être mélomane, mais elle essayait aussi et surtout de grimper sur scène avec le groupe… Ca ne déplaisait pas spécialement à Gabriel en temps normal lorsqu’il connaissait déjà la personne qui demandait, mais là deux problèmes se posaient. D’une part, aussi jolie qu’elle puisse être, Andréa devait probablement savoir qu’elle ne pouvait pas prétendre à une incruste dans un groupe formé de longue date : Gabriel demanderait quand même l’avis des autres membres, mais sans savoir à quoi ressemblait la voix de la jeune femme, il serait vraiment difficile de lui faire une place précisément ce soir… une autre fois, pourquoi pas – si sa voix était agréable à entendre – mais pour ce soir ce n’était pas possible. D’autre part enfin, Gabriel avait dû négocier avec les groupes qui jouaient habituellement dans cet entrepôt pour s’intercaler dans l’ordre établi de longue date, alors si réellement Andréa était aussi bonne que ce qu’elle disait, elle n’aurait pas de mal à faire de même…

    Son regard à la fois charmeur et suppliant tira un sourire à Gabriel.

    Vous seriez venue nous trouver plus tôt, on aurait pu s’arranger pour vous entendre avant et vous faire une petite place dans le cas où l’essai se serait révélé concluant… Une prochaine fois si cela vous tente, mais pour ce soir je crains qu’il ne vous faille simplement profiter de la musique.

    Son sourire indiquait qu’il était on ne pouvait plus sérieux et qu’il ne se moquait pas d’elle comme le faisaient pourtant d’autres groupes qui avaient pris le melon.

    Si vous voulez, on prend un verre ensemble à la fin du concert, et on voit ce qu’il en est… si ça vous tente, bien sûr…

    Les mains de nouveau profondément enfoncées dans ses poches, Gabriel attendait la réponse de la jeune femme, sentant le regard d’October peser dans son dos…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Andréa Wenfield


Nombre de messages : 368
Date d'inscription : 27/09/2009
Localisation : Sur sa moto, en route pour le Dakota Building
Clan : Damnés
Age du personnage : 23 ans
Pouvoirs : Charme Hypnotique et Force Surhumaine.
Profession : Experte en Grèce Antique à la Galerie de Soho
Points de rp : 109

MessageSujet: Re: Concert sauvage... [ terminé ]   Sam 3 Oct - 11:12

Andréa fixait toujours Gabriel, et elle trouvait qu’il avait un sourire incroyablement… charmeur. Elle sentit son bon sens l’abandonner et sa tête lui tourner. Des papillons voletaient au creux de son ventre et son cœur battait plus vite. Elle se sentait brusquement attiré par le chanteur. Sans comprendre ni pourquoi c’était si soudain, ni comment cela pouvait être possible dans ce sens là alors que logiquement, avec son pouvoir, c’est lui qui aurait du être attiré par elle. Et pourtant c’était l’inverse qui se produisait, comme si… comme si c’était lui et non plus elle, qui avait à présent un charme irrésistible.

Les concerts sauvages ? Non c’est le premier auquel j’assiste. Je ne suis pas à New York depuis longtemps. répondit-elle

Gabriel semblait avoir froid. Sûr que sur scène il faisait plus chaud ! Andréa se souvenait de la chaleur et de la fine pellicule de sueur qui recouvrait sa peau lorsque elle-même se retrouvait sur la scène du cabaret où elle avait fait quelques semaines de représentation.

Une femme apparu soudain près d’eux et embrassa Gabriel sans qu’il ne puisse rien faire pour réagir. Andréa se figea devant la scène. Cela lui en rappelait une autre, qui s’était déroulée bien des années auparavant. La jeune femme tacha de brider ses souvenirs pour ne pas se laisser submerger par une vague d’émotions.

Je… ça ne m’arrive jamais habituellement ! J’aime ta musique, t’es mignon, mais…

La femme essayait de s’excuser. Elle avait paru complètement cinglée quelques secondes plus tôt, et maintenant ces excuses piteuses étaient pathétiques et presque désespérées. Visiblement elle ne comprenait pas plus que Gabriel ce qui venait de se passer. Andréa en revanche, commençait à deviner une vérité qui ne lui plut guère et qui l’inquiéta même beaucoup. Elle essaya cependant de ne rien laisser paraître à Gabriel avant d’être parfaitement certaine de sa théorie complètement folle.

Je comprends. Il n’y a pas de mal, c’est oublié…

Avait interrompu le chanteur, alors que la femme repartait déjà retrouver ses amies dans la foule. Gabriel enchaîna presque aussitôt sur les sentiments qu’il ressentait lorsqu’il se trouvait sur scène. Les mêmes, ou presque, qu’Andréa. Puis il paru soudain comprendre où la jeune femme voulait en venir depuis le début, et les traits de son visage se firent franchement navrés. Andréa le trouva encore plus séduisant ainsi, et elle sentit son cœur battre la chamade dans sa poitrine, ses joues rosirent, comme lorsqu’elle n’était qu’une gamine amoureuse. Gabriel s’excusa de devoir refuser la proposition de la jeune femme, et il semblait tellement sincère qu’Andréa songea que jamais elle ne pourrait trouver un homme plus franc que lui.

Si vous voulez, on prend un verre ensemble à la fin du concert, et on voit ce qu’il en est… si ça vous tente, bien sûr…

Si ça la tentait ? Comment cela aurait-il pu en être autrement ? Il était tellement charmant et… Putain mais c’est pas vrai ! Comment est-ce que je peux être aussi cruche ? Ce type est en train de se servir de mon pouvoir, ce n’est pas possible autrement. On m’a bien dit qu’il y avait beaucoup de mutants à NY, mais tout de même ! songea Andréa, furieuse

La jeune femme se rapprocha du chanteur, sans même réellement s’en rendre compte, comme si elle était attirée par lui. Ce qui vraisemblablement était bien le cas. Elle s’arrêta à quelques pas de lui, retrouvant vivement le peu de conscience qui lui restait. Le reste était ou bien trop embrouillé par un combat intérieur pour ne pas sauter sur Gabriel et l’embrasser fougueusement, ou bien complètement hypnotisé par le chanteur. Alors c’est ça qu’ils ressentent, quand je passe à côté d’eux… pensa Andréa en se souvenant de toutes les fois où des hommes avaient perdu le contrôle en sa présence. Le premier garçon qu’elle avait croisé, lorsque son pouvoir avait commencé à apparaître, c’était comporté comme cette femme qui avait embrassé Gabriel quelques secondes plus tôt. Elle n’avait que onze ans et lui en avait bien plus de vingt. Peut-être trente. En tous cas à ses yeux elle était irrésistiblement attirante, comme Gabriel l’avait été, quelques secondes, aux yeux de la groupie.

Oui ce sera avec plaisir ! s’exclama Andréa avec bonne humeur

Elle s’approcha un peu plus de Gabriel et son visage se retrouva à la même hauteur que celui du jeune homme. Ils étaient presque joue contre joue, et Andréa murmura à l’oreille du musicien :

Elle a raison, vous êtes mignons mais… je ne me laisserais pas faire si facilement. Rendez-moi ce qui est à moi.

Si Gabriel était un mutant comme elle, il comprendrait sûrement ce à quoi elle faisait allusion. Sinon il la prendrait pour une folle de plus et après tout, elle n’aurait rien perdu. Avant de se retrouver à quelques mètres du chanteur, elle ne le trouvait pas plus charmant que n’importe quel autre homme, et était certaine qu’elle l’aurait vite oublié une fois éloigné de lui. Au fond, elle doutait se tromper sur sa véritable nature. Jamais elle n’avait été celle qui s’était fait piéger, et que son désir pour cet homme soit si fort ne pouvait être qu’une preuve du piège dans lequel elle était tombée. Elle avait toujours considéré qu’avoir du charme était un piège, car ceux qui n’en avaient pas étaient les premiers à tomber dedans et à ne plus savoir comment s’en libérer. Elle n’aimait pas occuper la place de la proie, surtout face à quelqu’un qui ne savait absolument pas comment se servir de son pouvoir. Si jamais il avait prit sa force aussi… elle ne préférait même pas y penser ! Mais après tout, elle se faisait peut-être tout simplement des idées. Il ne se passait rien. Gabriel n’était pas plus mutant que… que qui ? Elle ne connaissait que des mutants ! Enfin, ses rares connaissances étaient toutes génétiquement modifiées. Ce n’était pas un crime. Mais plutôt une incitation à la paranoïa. A présent Andréa voyait des mutants partout et ce n’était pas bon signe. Elle avait passé quatre ans à essayer d’échapper au Club des Damnés de Paris, quatre années à se méfier de tout le monde en général et de personne en particulier. Depuis quelques jours elle n’avait plus à fuir, elle était une Tour Blanche après tout, mais les mauvaises habitudes avaient la vie dure. Ou plus exactement, lui menaient la vie dure. Si elle se trompait complètement et que Gabriel n’était pas un mutant, ou s’il ne comprenait pas son allusion au charme qu’il lui avait prit et qu’elle voulait qu’il lui rende, elle aurait peut-être perdu celui qui aurait pu devenir son seul ami humain, ou une chance unique de pouvoir remonté sur scène.

Alors, Andréa regrettait ces mots et croisait les doigts pour ne pas s’être trompé sur le compte de Gabriel. Mais cela, seul le chanteur pouvait le dire…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gabriel Davenportt
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 23/08/2009
Localisation : Soho (New York)
Clan : neutre
Age du personnage : 24 ans
Pouvoirs : neutralisation des pouvoirs mutants dans un rayon de 4 mètres + capacité à utiliser au moins l'un des pouvoirs neutralisés
Profession : guitariste, musicien... un "bon à rien", en clair.
Points de rp : 81

MessageSujet: Re: Concert sauvage... [ terminé ]   Sam 3 Oct - 16:57

    Le regard d’Andréa avait changé, et Gabriel ne parvenait pas à déterminer avec exactitude en quoi. Suite à sa question, elle avoua être fraîchement arrivée à New York et être à ce moment précis à son premier concert sauvage.

    C’est une chose à voir, au même titre que la Statue de la Liberté pour les touristes… non pas que vous ayez l’air d’une touriste, mais… Ca fait aussi partie de la culture du coin, on se débrouille tous plus ou moins pour accomplir quelque chose qui nous tient à cœur : pour certains c’est le football ou la lutte, pour d’autres ce sont les études, et pour nous c’est la musique…

    Les mains enfouies dans ses poches à cause du froid ambiant, Gabriel était en train de fixer Andréa lorsqu’une spectatrice déboula de nulle part et lui vola un baiser. Ce n’était pas un phénomène vraiment habituel pour le mutant, et il sut de suite qu’un pouvoir mutant était à l’œuvre à ce moment précis… Gabriel envisagea de s’éloigner, mais il ne savait pas qui il devait fuir exactement pour retrouver sa banalité. La jeune femme s’en fut sans demander son reste après avoir bredouillé quelques excuses, et Gabriel reporta son regard sur Andréa en espérant très sincèrement que ce regard qu’elle lui adressait depuis quelques minutes n’était pas précurseur d’une « attaque » comme celle qu’il venait de subir.

    Gabriel comprit un peu tardivement – trop tardivement – ce qu’Andréa avait en tête et s’excusa, proposant dans la foulée de l’inviter à boire un verre avec le reste du groupe. Ce n’était peut-être pas possible pour le moment, mais avec un peu de chance, elle pourrait chanter au moins une fois avec eux une prochaine fois. Andréa sembla ravie, et même légèrement hypnotisée… un peu comme cette femme qui s’était jetée sur le mutant quelques secondes plus tôt. Elle finit d’ailleurs par se rapprocher, et Gabriel la vit s’immobiliser à quelques pas de lui, soulagé qu’elle n’ait pas elle aussi tenté de lui sauter dessus comme la précédente spectatrice. Le regard et l’attitude de la jeune femme indiquaient que pourtant ce n’était pas l’envie qui lui manquait, et une voix résonna dans le dos de Gabriel…

    Les flics sont dans la zone !

    C’était également ce qu’il y avait de plus plaisant à avoir pu négocier une association avec quelques groupes locaux : lorsqu’un groupe se produisait, il y avait toujours une « sentinelle » d’un autre groupe qui surveillait l’accès à la zone industrielle, de manière à pouvoir organiser la désertion de l’entrepôt avant que la police n’arrive pour embarquer tout le monde… Il fallait au moins ça pour tranquilliser les spectateurs, parce que s’ils risquaient de finir dans une cellule de deux mètres sur deux, ils ne risquaient plus de revenir écouter de la musique l’esprit tranquille.

    Andréa accepta l’invitation de Gabriel, et un sourire ravi étira les lèvres du mutant… sourire qui s’effaça très légèrement lorsqu’elle réduisit quasiment à néant l’espace les séparant, plaçant son visage à quelques millimètres de celui du mutant. La jeune femme donna raison à la groupie hystérique concernant le fait que Gabriel était mignon, mais conclut qu’elle ne se laisserait pas faire si facilement avant de lui demander de lui rendre ce qui lui appartenait…

    Gabriel avait parfaitement entendu Jérémy quelques secondes plus tôt, mais pourtant c’étaient les paroles d’Andréa qui l’avaient le plus choqué. Elle venait de lancer une quasi-accusation qui avait laissé le mutant bouche-bée…

    Pardon… ?

    Faire mine de ne pas comprendre était sans doute la seule manière efficace que Gabriel avait trouvée pour éviter de se faire casser la figure par des mutants mécontents. Andréa n’avait pas vraiment une carrure intimidante, mais le mutant ne comprenait pas ce qui lui valait ce genre de paroles… Même si le pouvoir qu’il avait emprunté n’était pas celui de la jeune femme, Gabriel n’y pouvait rien après tout !

    GABRIEL !

    Le mutant jeta un œil derrière lui et aperçut October qui avait cette fois l’air vraiment mécontente de devoir le rappeler à l’ordre. La situation revint à l’esprit du mutant : la police qui arrivait, le public qu’il fallait faire évacuer en même temps que ses propres fesses à sauver… Le matériel était déjà quasiment rangé, les membres de Capricorn étaient passés professionnels pour ce qui était du démontage de leurs installations électriques de fortune et le rangement de leurs instruments en catastrophe.

    Fais évacuer tout le monde, Nathan !

    Les sirènes finirent par résonner entre les parois métalliques des entrepôts alentours, et bien vite les lueurs des gyrophares devinrent visibles au travers des vitres crasseuses de l’arrière de l’entrepôt. La foule commença à se disperser, quittant l’entrepôt à vive allure en bousculant Gabriel et Andréa au passage. Le mutant retint le bras d’Andréa, l’air toujours à moitié secoué par l’accusation qu’elle avait portée…

    Je peux vous expliquer, mais pas ici… Venez avec nous, notre camionnette est suffisamment spacieuse pour une personne de plus !

    C’était sans doute un peu stupide, mais il tenait à lui expliquer qu’il n’avait pas cherché à utiliser son pouvoir pour profiter d’elle… Il n’avait tout simplement pas le choix, son pouvoir était d’un genre particulièrement encombrant.

    Le moteur de la camionnette rugit, et le véhicule s’immobilisa à environ 3 mètres de Gabriel et Andréa, la porte ouverte. October passa la tête par la porte, l’air inquiète…

    Gabriel, déconne pas et monte !

    Le mutant orienta de nouveau son regard vers Andréa, espérant ne pas trop lui faire tourner la tête malgré lui avec ce pouvoir qui ne lui appartenait pas…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Andréa Wenfield


Nombre de messages : 368
Date d'inscription : 27/09/2009
Localisation : Sur sa moto, en route pour le Dakota Building
Clan : Damnés
Age du personnage : 23 ans
Pouvoirs : Charme Hypnotique et Force Surhumaine.
Profession : Experte en Grèce Antique à la Galerie de Soho
Points de rp : 109

MessageSujet: Re: Concert sauvage... [ terminé ]   Dim 4 Oct - 8:02

Tout se passa très vite, ensuite. Andréa eut à peine le temps de comprendre que Gabriel ne se livrerait pas facilement et que son attaque verbale directe l’avait sans doute poussé dans ses retranchements. Elle avait intérêt à agir avec tact si elle ne voulait pas qu’il mette rapidement un terme à leur discussion qui n’avait même pas véritablement commencée. Ils s’étaient contentés de parler de choses et d’autres, pour le moment.

Une personne annonça que la police arrivait. Quelqu’un près d’eux appela Gabriel, mais le chanteur ne semblait pas presser de rejoindre son groupe. Il se tourna vers Andréa qu’il rattrapa par le bras alors que la foule hystérique et inquiète commençait déjà à les séparer. La jeune femme sentit la poigne de fer du garçon. Il avait aussi prit sa force surhumaine et s’il continuait à serrer… cela faisait déjà quatre ans qu’Andréa avait remarqué que briser des os à la seule force de ses mains n’était plus un problème pour elle. Heureusement il la lâcha rapidement, avant même semble t-il qu’il ne se soit rendu compte de la douleur qu’il venait de lui infliger. Rapidement, elle cacha son bras derrière son dos pour qu’il ne voie pas les horribles marques rouges qu’il y avait laissées. Y va me payer les putains d’hématomes que je vais avoir demain ! songea t-elle furieuse

Je peux vous expliquer, mais pas ici… Venez avec nous, notre camionnette est suffisamment spacieuse pour une personne de plus !

Proposa le chanteur. La camionnette passa à leur hauteur et une porte s’ouvrit. Une femme du groupe se pencha pour crier sur Gabriel parce qu’il n’était pas encore à l’intérieur avec eux. Le jeune homme se tourna vers Andréa pour lui adresser un regard interrogateur, mais c’était beaucoup plus que cela que voyait la mutante. Elle crut voir tellement de douceur, de tendresse et d’attention dans ses yeux, que sa tête lui tourna et qu’elle se maudit de ne pas être immunisée contre ses propres pouvoirs. Gabriel ne semblait pas être un garçon dangereux, à première vue, et il ne devait pas l’être d’avantage à seconde vue mais, avec les pouvoirs de la jeune femme il devenait un adversaire redoutable… ou un allié de taille !

Ce serait avec plaisir que je vous suivrais pour avoir vos explications mais il est hors de question que je laisse ma moto ici. répliqua Andréa

Son ton ne laissait aucune place au doute. Jamais elle ne partirait sans Ashley, la moto cadeau de son frère aîné pour ses seize ans. Durant tout son périple en Europe, Andréa ne l’avait jamais laissé en arrière, et elle avait même fait voyager son véhicule par bateau, de Grèce à New York. Cela avait coûté une petite fortune au Club des Damnés qui s’était chargé de ses frais de transport, mais même si elle avait du payer elle-même le double, elle l’aurait fait. Il n’était pas question qu’elle abandonne Ashley quelque part… et surtout pas dans cet endroit ou n’importe qui aurait tôt fait de la désosser.

Par contre vous, vous venez avec moi. ordonna t-elle. Ne soyez pas idiot. La police arrive et c’est votre fourgonnette qu’elle va suivre en premier, elle est lourde et m’a pas l’air très rapide, je vous paries ce que vous voulez que dans deux heures vos amis sont au poste.

Elle savait que ces arguments étaient percutants, mais ignorait si Gabriel y serait réceptif. Il ne voudrait peut-être pas laisser le groupe affronter un interrogatoire de police sans lui. Ce genre de groupe avait une notion de la loyauté assez importante, selon Andréa. Mais la jeune femme était bien décidée à partir avec Ashley,… et Gabriel.

Ma moto ne sera pas vraiment ralentie par un poids supplémentaire et au cas où ça tournerait mal, le Club des…

Andréa hésita à révéler son appartenance au Club des Damnés. Ce n’était peut-être pas très judicieux alors elle enchaîna rapidement :

… je connais un excellent avocat qui nous sortira de là. termina t-elle, espérant le convaincre

Mais la police s’approchait de plus en plus, quelques cris au loin indiquaient qu’elle avait déjà procéder à l’arrestation de plusieurs personnes venues voir le concert. Mais tout le monde savait que ce n’était pas là l’objectif de la police. La foule serait toujours aussi nombreuse quel que soit le nombre d’arrestations que fassent les forces de l’ordre. Il viendrait toujours des jeunes à ces concerts, sauf s’il n’y avait plus de groupes pour en donner. C’est pourquoi la fourgonnette des Capricorn serait la première cible de la police.

Jugeant qu’il était cette fois vraiment temps de partir, Andréa s’éloigna de quelques pas de Gabriel, en direction d’une petite sortie sur la droite du bâtiment. Sortie que seuls quelques personnes semblaient connaître parce qu’elle était à l’opposée de la principale, cachée dans l’ombre des conteneurs, et que le plus gros de la foule se dirigeait droit dans le piège tendu par la police à la sortie. La fourgonnette ne pourrait d’ailleurs, vu sa taille, n’emprunter que la sortie principale.

Alors que la jeune femme s’était éloignée de quelques mètres, elle se retourna en espérant que Gabriel l’avait écouté et la suivait. Elle le regarda quelques longues secondes pour réaliser qu’elle le voyait à présent différemment, avec une vision plus claire, plus nette et… elle n’était plus sous l’emprise de son propre charme hypnotique que le chanteur lui avait prit. Et si le charme ne faisait plus effet lorsqu’elle le regardait, c’était sans doute parce qu’il ne l’avait plut et que… et que elle-même l’avait de nouveau. Se sentant brusquement plus entière, Andréa réalisa que jamais elle n’aurait pu imaginer être aussi heureuse de retrouver ce pouvoir qui au jour le jour, lui pourrissait la vie plus qu’autre chose. Décidant de profiter de cet avantage, elle adressa un sourire charmeur, incroyablement séduisant et particulièrement attirant, à Gabriel.

Tu viens ? lui cria t-elle en agitant son trousseau de clé dans sa direction, pour lui rappeler qu’elle avait un autre moyen de quitter les lieux

Ces mots, une invitation, aucun homme ne les avait encore refusé. Avec son charme mutant, ce n’était tout simplement pas concevable que quelqu’un puisse lui résister. Elle sentait son pouvoir enfler sous sa peau, avec une puissance impressionnante, comme s’il était heureux de retrouver sa propriétaire et qu’il était fier de lui montrer qu’il n’avait rien perdu de sa force en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gabriel Davenportt
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 23/08/2009
Localisation : Soho (New York)
Clan : neutre
Age du personnage : 24 ans
Pouvoirs : neutralisation des pouvoirs mutants dans un rayon de 4 mètres + capacité à utiliser au moins l'un des pouvoirs neutralisés
Profession : guitariste, musicien... un "bon à rien", en clair.
Points de rp : 81

MessageSujet: Re: Concert sauvage... [ terminé ]   Mar 6 Oct - 18:30

    Toujours perplexe suite à l’accusation d’Andréa, Gabriel n’avait rien trouvé de mieux que de lui attraper le bras pour la retenir auprès de lui et ainsi l’empêcher de se volatiliser en quelques secondes. Ce qu’il n’avait pas prévu en revanche, c’était cette légère lueur qu’il perçut dans son regard suite à son geste, et bien vite il relâcha le bras de la jeune femme, l’air confus… Pourquoi fallait-il qu’il s’attire les pires ennuis en restant toujours à proximité de mutants aux pouvoirs encore plus encombrants que le sien ? Celui qui possédait cette surforce avait dû en baver pour maîtriser ses gestes et ainsi éviter de réduire tout ce qu’il touchait en poussière.

    Andréa paraissait furieuse, et Gabriel se demanda l’espace d’un instant pourquoi le sort s’acharnait à lui faire emprunter les pouvoirs de cette jeune femme qu’il ne connaissait pas et à laquelle il n’avait rien à reprocher... Une mauvaise blague, sans doute.

    La camionnette s’arrêta près d’eux, et October essaya de persuader Gabriel d’y grimper en vitesse. Dilemme de taille cependant, car le mutant ne voulait pas abandonner ses amis en vue d’une garde à vue éventuelle, mais il ne souhaitait pas non plus laisser Andréa croire qu’il avait cherché à lui voler quoi que ce soit ou à la manipuler… Andréa refusa de les accompagner si cela impliquait d’abandonner sa moto dans la foulée, et Gabriel se tourna vers October, l’anxiété se lisant plutôt bien sur ses traits.

    Andréa pointa du doigt l’état de délabrement de la camionnette et laissa entendre que Gabriel ferait mieux de venir avec elle… une course-poursuite en moto ? Si elle avait plus d’une vie, le mutant était certain de n’en posséder qu’une seule !

    Euh… d’accord…

    Tu as perdu la tête ?

    Gabriel se tourna vers sa cadette, reprenant la parole avec autant de calme que possible malgré la situation…

    On se rejoint chez moi, filez avant que la flicaille ne se ramène… - la jeune femme entrouvrit la bouche pour protester, et Gabriel effleura sa joue du bout de ses doigts glacés – Ne discute pas, October, au moins pour cette fois : filez aussi vite que vous le pourrez !

    Le visage de la jeune femme se ferma, et elle orienta son regard assassin vers Andréa, la tenant d’avance pour responsable de ce qui arriverait à Gabriel. Pointant son doigt sur son ainé, la jeune femme prit enfin la parole…

    T’as intérêt de rentrer en un seul morceau !

    Un sourire étira les lèvres de Gabriel, et la jeune femme ferma la porte coulissante alors que la camionnette redémarrait dans un crissement de pneus strident. Les sirènes résonnaient toujours alentours, et Gabriel se tourna de nouveau vers Andréa une fois que ses amis eurent quitté le hangar…

    Andréa finit par s’éloigner de quelques pas, et Gabriel tarda à la rejoindre : sortie du périmètre d’action de son pouvoir, la jeune femme retrouva l’usage du sien et adressa un sourire au jeune homme qui manqua de lui faire tourner la tête… Gabriel passa une main devant ses yeux et lui emboîta le pas avec calme, faisant de nouveau entrer la jeune femme dans le périmètre d’annihilation de ses pouvoirs, et s’en immunisant pour le coup. L’espace de quelques secondes, elle lui avait paru aussi attirante qu’un rail de coke, et à présent qu’il s’était approché… Bon, il ne pouvait pas dire qu’elle n’était pas à son goût, mais elle semblait dotée d’une beauté plus naturelle, moins agressive pour les sens… C’était assez amusant en fin de compte.

    Andréa laissa entendre qu’elle connaissait un bon avocat, et le mutant acquiesça, enfouissant de nouveau ses mains dans les poches de son blouson…

    J’espère que nous n’en arriverons pas là…

    Les sirènes se rapprochèrent, et une voiture de patrouille croisa la fourgonnette au niveau de l’entrée de l’entrepôt. Considérant que la priorité était de stopper cette camionnette, deux hommes descendirent de la voiture de patrouille avant qu’elle ne rebrousse chemin… Pas certain d’échapper aux faisceaux de leurs lampes, Gabriel retint Andréa par le poignet de manière peut-être un peu trop brusque, et l’attira avec lui derrière un container voisin.

    La respiration haletante, Gabriel relâcha le poignet de la jeune femme et se pencha légèrement de manière à pouvoir suivre la progression des deux flics dans l’entrepôt, qui balayaient l’endroit avec les faisceaux de leurs lampe-torches… stressé et pas vraiment attentif à autre chose qu’à ces deux types armés, Gabriel ne remarqua même pas qu’il était de nouveau en train de faire usage du charme « emprunté » à Andréa, de manière sans doute légèrement corrosive…

    Où se trouve ta moto ?

    A peine un murmure ; autant dire qu’à moins de posséder une ouïe surdéveloppée, ces policiers n’entendraient rien…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Andréa Wenfield


Nombre de messages : 368
Date d'inscription : 27/09/2009
Localisation : Sur sa moto, en route pour le Dakota Building
Clan : Damnés
Age du personnage : 23 ans
Pouvoirs : Charme Hypnotique et Force Surhumaine.
Profession : Experte en Grèce Antique à la Galerie de Soho
Points de rp : 109

MessageSujet: Re: Concert sauvage... [ terminé ]   Mer 7 Oct - 16:07

Andréa suivit Gabriel derrière des containers. Il la tirait par le poignet et elle retint un hurlement de douleur qui aurait tout de suite trahi leur position aux policiers qui approchaient. Elle se désintéressa totalement du sort des autres membres du groupe Capricorn, alors que sans s’en rendre compte, Gabriel commençait doucement à lui broyer les os.

Une fois dissimulés tout les deux dans une cachette de fortune, le chanteur relâcha la pression sur le bras de la jeune femme. Et elle le fusilla du regard. Trop occupé à regarder timidement où étaient les flics, il ne du sans doute pas réaliser que si son regard avait pu tuer, il serait déjà étendu sur le sol, les quatre pattes en l’air et les yeux vitreux.

Avec une voix calme et posée, Gabriel lui demanda où se trouvait sa moto. Andréa aurait aimé répondre, mais elle sentait qu’une boule s’était formée dans sa gorge. Elle le dévisageait. Il avait parlé si bas qu’elle avait presque deviné ce qu’il voulait dire en lisant sur ses lèvres. Ses lèvres… sa bouche… ses yeux, son visage, si proche… si près d’elle. Andréa sentit son cœur tambouriner dans sa poitrine, et elle pensa avec étonnement qu’il était étrange qu’il n’en sorte pas tant il battait fort, ou que personne ne l’entende. Elle était complètement hypnotisée par le charme de Gabriel, son charme à elle qu’il lui avait prit. Elle se raccrocha à cette pensée, à cette haine qu’il lui inspirait parce qu’il avait osé la déposséder de son pouvoir, de ses pouvoirs, mais c’était peine perdue. Elle ne pouvait pas lui en vouloir. Comment pourrait-on en vouloir à l’homme que l’on aime, que l’on désir par-dessus tout ?

La souffrance irradiait encore de son poignet endolori, mais Andréa n’y faisait pas attention. Le regard de Gabriel posé sur elle en attente de sa réponse, était comme une pommade apaisante, un volcan de lave en fusion dans lequel elle avait irrésistiblement envie de sauter, et au diable les conséquences.

Sans plus réfléchir, elle plaqua ses paumes sur le container, de chaque côté du visage de Gabriel et approcha ses lèvres des siennes pour l’embrasser. Elle y alla plus en douceur que la femme complètement hystérique qui s’était jetée sur le jeune chanteur un peu plus tôt dans la soirée, mais son baiser ne laissait aucune place au doute. Elle ne supporterait pas d’être rejetée par Gabriel. Elle ne pourrait que souffrir de le voir la repousser, même si les évènements ne se prêtaient vraiment pas à un tel comportement. Une telle perte de temps, de secondes précieuses alors que la police commençait à fouiller, certes bien mollement, les environs des autres containers.

Andréa continua à embrasser Gabriel, sans pouvoir s’arrêter, sans pouvoir penser à autre chose qu’à son goût, à son parfum, à son corps contre le sien. La douleur de son poignet n’était plus rien comparé à la joie qui l’avait envahit lorsque leurs lèvres s’étaient scellées.

ARRETE ! hurla une voix dans sa tête

Mais il était si agréable de ne pas l’écouter et de continuer à embrasser cet homme au charme fou…

NON ! Au charme mutant. Un charme qui t’appartient, à toi, pas à lui !

Personne ne s’était jamais plein des baisers d’Andréa. Elle avait pas mal de pratique, ne pas l’avouer aurait été faire preuve de fausse modestie. Mais jamais elle n’avait embrassé personne qui soit insensible à son charme comme l’était le chanteur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gabriel Davenportt
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 23/08/2009
Localisation : Soho (New York)
Clan : neutre
Age du personnage : 24 ans
Pouvoirs : neutralisation des pouvoirs mutants dans un rayon de 4 mètres + capacité à utiliser au moins l'un des pouvoirs neutralisés
Profession : guitariste, musicien... un "bon à rien", en clair.
Points de rp : 81

MessageSujet: Re: Concert sauvage... [ terminé ]   Jeu 15 Oct - 15:05

    Gabriel avait eu la bonne idée d’entraîner Andréa à sa suite derrière de gros containers, les mettant ainsi hors de vue pour ce qui concernait les premières investigations de la police. Légèrement accro à la cocaïne, Gabriel était passé maître dans l’art d’esquiver les contrôles de police, et il ne comptait pas faire une exception ce soir là malgré le fait qu’il était à ce moment précis aussi clean qu’un collégien issu d’une très bonne famille…

    Gabriel se débarrassa du bâton de sa sucette au miel et le glissa dans la poche arrière de son pantalon pour éviter de laisser des preuves pouvant indiquer qu’il y avait eu du monde dans cet entrepôt. Les yeux rivés sur les deux agents de police, le mutant demeurait silencieux et s’efforçait de respirer le moins bruyamment possible malgré ses maux de gorge.

    Ses yeux se posèrent finalement sur Andréa, qui affichait un air contrit que le mutant ne parvenait pas à s’expliquer. Observant la jeune femme avec un peu plus d’insistance afin de déterminer si ce n’était pas la peur qui la mettait dans cet état, Gabriel pu constater avec un certain étonnement que tout comme la jeune femme qui lui avait sauté dessus un peu plus tôt, Andréa possédait dans le regard cette lueur étrange… Elle ne tarda pas à s’approcher d’ailleurs et posa ses mains contre le container de part et d’autre de la tête de Gabriel, lui coupant ainsi toute possibilité de retraite. Le mutant resta longuement interdit, comprenant peu à peu que ces phénomènes étranges devaient probablement être dus à un emprunt de pouvoir ; pouvoir qui devait probablement appartenir à Andréa, puisqu’il ne restait personne d’autre qui soit suffisamment proche pour être touché par le pouvoir de Gabriel…

    Je suis désolé pour…

    Il n’eût pas vraiment le loisir d’achever sa phrase, de lui expliquer ce qu’il se passait, parce que son murmure venait d’être étouffé par le baiser que la jeune femme lui donnait. C’était agréable, il n’y avait pas à en douter, et Gabriel se laissa étourdir par le baiser de la jeune femme l’espace de quelques secondes avant de chercher à la repousser assez mollement. Ses lèvres étaient douces, et on ne pouvait pas dire qu’Andréa était débutante en la matière ; Gabriel avait rarement été embrassé de cette manière auparavant et le regrettait. L’instant était plaisant, mais il y avait malgré tout un léger problème…

    Il n’était pas au nombre de ces hommes qui pouvaient multiplier les conquêtes, et pour être complètement honnête, Gabriel était plutôt de ceux qui n’intéressait qu’une faible proportion de femmes… ou du moins, seulement celles pour lesquelles il n’éprouvait aucun intérêt. Andréa aurait pu l’intéresser s’il l’avait connue un peu plus avant qu’elle ne se jette ainsi sur lui, et le mutant réalisa que le pouvoir de la demoiselle était sans doute en rapport avec ce qui se produisait à ce moment précis, et qu’elle n’éprouvait sans doute aucune attirance réelle pour lui…

    Ce fait suffit à lui seul au jeune homme pour mettre fin au baiser d’Andréa, faisant malgré tout preuve de douceur de peur que ce pouvoir de fascination dont il semblait profiter depuis de longues minutes n’ait également attisé la susceptibilité de la jeune femme… Gabriel effleura les lèvres d’Andréa avec son pouce, ses yeux clairs plongés dans ceux de la jeune femme, et finit par lui adresser un murmure avec un air profondément désolé.

    Tu n’es pas dans ton état normal, et… enfin même si tu l’étais, l’endroit et le moment ne sont pas vraiment appropriés !

    Sa main quitta le visage d’Andréa et Gabriel décolla son dos du container contre lequel Andréa l’avait coincé pour jeter un œil à l’avancée des recherches des policiers dans l’entrepôt. Ces derniers se trouvaient à présent à moins de 10 mètres des deux mutants, et il était clair qu’Andréa et Gabriel avaient intérêt à filer rapidement : en se faufilant silencieusement entre les containers, ils pourraient atteindre la porte et quitter l’entrepôt. S’ils atteignaient la moto et roulaient suffisamment vite, les policiers ne pourraient pas les rattraper avant un petit moment…

    On devrait bouger d’ici… je t’expliquerais après…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Andréa Wenfield


Nombre de messages : 368
Date d'inscription : 27/09/2009
Localisation : Sur sa moto, en route pour le Dakota Building
Clan : Damnés
Age du personnage : 23 ans
Pouvoirs : Charme Hypnotique et Force Surhumaine.
Profession : Experte en Grèce Antique à la Galerie de Soho
Points de rp : 109

MessageSujet: Re: Concert sauvage... [ terminé ]   Sam 17 Oct - 12:07

Gabriel voulait qu’ils s’en aillent rapidement. Andréa fut vexée qu’il ne réagisse pas plus à ce qu’elle avait fait, mais elle réalisa bien vite que c’était sans doute mieux ainsi. C’était son pouvoir que le mutant chanteur lui avait prit qui la faisait agir de manière aussi… elle ne trouvait même pas les mots pour définir sa conduite. Elle s’était sentie si amoureuse quand les doigts du garçon avait caressé son visage… et ce sentiment était tellement faux, tellement inexistant ! Seulement du à son fichu pouvoir qui ne pouvait même pas la laisser tranquille plus de deux minutes.
J’espère que père avait raison et qu’un jour je serais capable de contrôler tout ça, parce que sinon je vais aller le sortir de sa tombe à coup de pied dans les fesses pour lui dire franchement ma façon de penser ! songea la jeune femme avec mauvaise humeur.

Se détachant, s’éloignant même le plus possible, de Gabriel, elle lui fit signe de la suivre. Les policiers continuaient leurs recherches dans l’entrepôt, mais en se dépêchant… les deux mutants pourraient atteindre la porte sans se faire prendre.

Suis-moi. chuchota Andréa

Elle se colla au mur de l’entrepôt, dans l’ombre, pour accéder à la porte. Elle ne se retourna pas pour vérifier que Gabriel la suivait, parce qu’elle sentait bien qu’il avait toujours ses pouvoirs. Elle le sentait. Il lui manquait ses pouvoirs, elle le sentait au fond de son âme, au fond de son cœur et de son corps. Ils faisaient partis d’elle et maintenant, elle avait l’impression de ne plus être… entière. Il serait si simple de partir seule, de courir jusqu’à la porte, de l’ouvrir et de la refermer derrière elle, de partir ensuite en moto sans attendre Gabriel qui à coup sûr la ralentirait dans sa fuite. Si cela devait finir par une course poursuite, tout les deux seraient trop lourd et la moto ne pourrait pas les porter à pleine puissance.

Mais Andréa avait trop de loyauté pour cela. Elle n’avait l’habitude que de servir ses intérêts, ses intérêts personnels avant ceux des autres. De sauver sa peau avant de se soucier de celle des autres. Pourtant, elle ne voulait pas abandonner le chanteur à la police. Elle ne lui devait rien, absolument aucune dette ne le rattachait à lui, et elle aurait eu de bonnes raisons de lui en vouloir parce que, après tout, il lui avait prit ses pouvoirs. Cependant elle ne voulait pas que ce soit la police qui se charge de lui. Andréa avait un esprit de vengeance assez développé pour que l’idée même de ne pas se venger de ce que Gabriel avait fait, lui paraissait inconcevable. Oui, il était inconcevable qu’elle le laisse aux mains de la police sans se venger du vol temporaire de ses pouvoirs. Il avait osé se servir de ses propres pouvoirs contre elle. Peut-être… selon ses dires en tous cas, involontairement. Mais cela n’avait aucune importance, cela ne faisait aucune différence.

A cet instant, Andréa ne ressentait plus rien pour Gabriel. Elle ouvrit la porte silencieusement et failli la refermer au nez du chanteur. Elle retint son geste en réalisant que son poignet qu’il avait serré plus tôt, la faisait toujours souffrir. Si jamais elle ne pouvait pas conduire Ashley, sa moto, elle pourrait tout aussi bien se rendre tout de suite aux flics ! Et merde ! Manquait plus que ça… songea t-elle en s’empêchant de pousser un grognement rageur

Elle passa la porte pour sortir de l’entrepôt, les ténèbres de la nuit l’engloutirent aussitôt. Elle resta là, immobile contre la paroi du mur, à attendre que Gabriel la rejoigne. Sous une bâche de chantier, un peu plus loin, elle voyait la carrosserie d’Ashley luire dans la chiche lumière de l’astre lunaire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gabriel Davenportt
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 23/08/2009
Localisation : Soho (New York)
Clan : neutre
Age du personnage : 24 ans
Pouvoirs : neutralisation des pouvoirs mutants dans un rayon de 4 mètres + capacité à utiliser au moins l'un des pouvoirs neutralisés
Profession : guitariste, musicien... un "bon à rien", en clair.
Points de rp : 81

MessageSujet: Re: Concert sauvage... [ terminé ]   Sam 24 Oct - 13:20

    Gabriel ressentit une certaine culpabilité lorsqu’il crut déceler sur le visage de la jeune femme ce qui ressemblait à de la vexation ou un truc du même genre… Décidément, ce pouvoir était encore plus problématique que celui que possédait le mutant : au moins, en perturbant l’utilisation des pouvoirs d’un mutant on ne le poussait pas à se jeter sur un autre mutant comme si tout à coup il était l’homme le plus attirant du monde.

    Andréa finit par s’éloigner de quelques pas, visiblement décidée à mettre une distance respectable entre elle et Gabriel, et le mutant acquiesça en silence lorsqu’elle lui demanda de le suivre. La situation n’enchantait pas le jeune homme, et une nouvelle fois son propre pouvoir venait de lui gâcher sa soirée… Gabriel emboîta le pas à la jeune femme, prenant soin de ne pas trop traîner en arrière parce qu’une rencontre avec la police ne le tentait pas plus que ça.

    Le mutant retournait le problème dans tous les sens dans son esprit, et il fut plus ou moins contraint d’admettre que fuir avec October et les autres aurait au moins évité à Andréa d’être en rogne à ce moment précis. Seule consolation cependant : son baiser avait été délicieux…

    Le mur de l’entrepôt où se trouvait la porte de sortie se profila droit devant, et un sourire satisfait étira les lèvres de Gabriel. Jetant un regard en arrière pour s’assurer qu’ils n’étaient pas suivis mais sans pour autant ralentir l’allure, et le mutant finit par heurter avec un bruit assez sourd le panneau métallique de la porte qu’Andréa avait quasiment refermée… Les faisceaux de deux lampes se braquèrent sur le mutant en moins de 2 secondes, et il quitta le bâtiment, refermant précipitamment la porte derrière lui, laissant errer son regard au-dehors pour repérer Andréa. Lorsqu’il l’aperçut enfin, le mutant la rejoignit en quelques foulées et se retint d’attraper de nouveau son bras pour l’entraîner avec lui… justement parce qu’il ne savait pas où elle avait pu garer cette moto qu’elle n’avait pas souhaité abandonner.

    Je crois qu’on devrait filer assez rapidement…

    Avisant une barre métallique abandonnée sur le bitume, Gabriel s’en saisit et l’utilisa pour bloquer la porte en ayant bien pris soin de dissimuler ses mains dans les manches de son tee-shirt. Quand on était plus ou moins toxico, on prenait assez rapidement certains réflexes pour éviter de laisser trop de traces derrière soi, et Gabriel avait pas mal appris ces derniers mois en matière de survie clandestine et de faussement de compagnie aux forces de l’ordre… Coinçant la barre dans les deux poignées du battant de la porte et un élément métallique fixé au mur de l’entrepôt, Gabriel pu vérifier la solidité du dispositif lorsque les policiers finirent par atteindre la porte et par essayer de l’ouvrir sans grand succès dans un premier temps. Plusieurs sommations lui furent adressées avant qu’un premier tir soit tiré, sans doute pour faire sauter à l’aveuglette un éventuel cadenas ou dieu-savait-quoi, et Gabriel rejoignit de nouveau Andréa, anéantissant de nouveau ses pouvoirs après qu’elle les ait récupérés temporairement…

    Où est ta moto ?

    Là, ça tenait de l’urgence : si la barre cédait, les flics ne mettraient pas longtemps à arrêter les deux mutants…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Andréa Wenfield


Nombre de messages : 368
Date d'inscription : 27/09/2009
Localisation : Sur sa moto, en route pour le Dakota Building
Clan : Damnés
Age du personnage : 23 ans
Pouvoirs : Charme Hypnotique et Force Surhumaine.
Profession : Experte en Grèce Antique à la Galerie de Soho
Points de rp : 109

MessageSujet: Re: Concert sauvage... [ terminé ]   Sam 24 Oct - 22:35

Andréa regarda Gabriel arriver vers elle en courrant. Il repartit rapidement pour bloquer la porte par laquelle ils étaient sortis. Elle-même n’en aurait pas eu l’idée. Elle devina par ce geste que le chanteur devait être un habitué de ce genre de choses, et qu’il avait à présent des réflexes qu’elle n’avait pas. Fuir durant quatre ans à travers l’Europe ne l’avait pas habitué à ces fuites précipitées. Echapper à des mutants vous apprenait d’autres réflexes que ceux qui devenaient automatiques lorsque l’on était poursuivit par les polices normales.

Lorsque le mutant chanteur revint, la jeune femme sentit une bouffée de bien être l’envahir, comme si elle venait de retrouver un amour perdu. Encore les effets de son pouvoir qu’il lui avait pris. Elle règlerait avec lui ce problème plus tard. Il aurait intérêt à lui fournir de sacrées explications parce qu’elle n’allait pas laisser passer cela comme ça.

Où est ta moto ?

Juste là.

Visiblement heureuse de retrouver sa chère amie, Andréa souleva la bâche sous laquelle elle l’avait laissé, cachée aux regards indiscrets par mesure de sécurité. Avec un sourire, et malgré le critique de la situation, Gabriel s’était tout de même fait tirer dessus, d’après les coups de feu qu’avait entendu la jeune femme, elle entreprit de faire les présentations :

Alors, Ashley voilà Gabriel, Gabriel voici Ashley.

La mutante regarda Ashley, puis Gabriel, pus de nouveau Ashley et enfin, son bras. Des hématomes commençaient doucement à apparaître dessus, pour l’instant ils étaient à peine visibles mais demain ils auraient la couleur des couchés de soleil grec : rouge, orangé, violet. Andréa songea qu’elle était vraiment mal tombée avec le chanteur, il avait fallu qu’il lui serre le bras comme un malade, alors qu’elle devait conduire. Cela n’allait pas être de la tarte…

Andréa attrapa son casque et hésita une seconde à le passer à Gabriel. Il n’en avait qu’un pour deux, et pas le temps de faire des ronds de jambes et des simagrées. La jeune femme lança, sur un ton boudeur :

T’en as pas besoin, normalement MON pouvoir te protège. Si on se crash, ta tête éclatera le bitume, et pas l’inverse.

Elle avait dit cela sans vraiment en être certaine, parce qu’elle n’avait jamais essayé et que sa force, contrairement à son charme, allait et venait, apparaissait et disparaissait sans raison et selon son humeur la plupart du temps. Elle enfila son casque et en attacha la lanière sous son cou. Rien que cela lui arracha une grimace de douleur. Son bras lui faisait réellement mal. Andréa s’assit sur sa moto et essaya de mettre le contact pour la faire démarrer. Cette fois-ci, c’est un petit cri étouffé qui lui échappa. Elle baissa la tête, ferma les yeux une seconde et prit une grande inspiration avant de se relever et de dévisager Gabriel, derrière la vitre baissée de son casque.

Mon frère est le seul, autre que moi, à avoir conduit cette moto. Tu m’as peut-être cassé le bras mon vieux, mais peu importe, c’est moi qui conduirais. Si t’as la trouille, tu restes avec la police mais moi, dans trois secondes je suis partie.

Andréa remonta sur Ashley et mit le contact avec une nouvelle grimace de souffrance. Mais elle aurait préféré être frappée par la foudre à l’instant, si jamais elle laissait quelqu’un conduire sa moto. Déjà accepter quelqu’un à l’arrière, ça ne lui plaisait pas beaucoup mais… encore elle pouvait le permettre. Si Asher la voyait… son frère en aurait fait une jaunisse. Il avait offert sa moto à sa cadette, et il n’était pas question que la jeune femme trahisse la parole faite à son aîné en laissant Ashley à n’importe qui. Certes, le chanteur ne pouvait pas tout à fait être qualifié de n’importe qui mais la mutante ne pouvait pas se vanter de le connaître. Et il lui avait volé ses pouvoirs, cela déjà elle avait beaucoup de mal à l’accepter, ça restait au travers de la gorge. Elle se retourna vers Gabriel et l’interrogea du regard :

Alors ? Tu viens ou pas ? Dépêche ! On n’a pas toute la nuit…

A ce moment là, les forces de l’ordre réussirent à enfoncer la porte de l’entrepôt et crièrent aux mutants de se rendre. Comme aucun des deux ne répondit, ils commencèrent à faire feu. Andréa pesta, si une seule balle éraflait la carrosserie d’Ashley, Gabriel allait le payer très, très cher…



[HRP : tu peux faire un peu intervenir Andréa dans ton RP, si tu veux (mais pas la faire parler, juste démarrer Ashley et commencer la poursuite ^^)]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gabriel Davenportt
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 23/08/2009
Localisation : Soho (New York)
Clan : neutre
Age du personnage : 24 ans
Pouvoirs : neutralisation des pouvoirs mutants dans un rayon de 4 mètres + capacité à utiliser au moins l'un des pouvoirs neutralisés
Profession : guitariste, musicien... un "bon à rien", en clair.
Points de rp : 81

MessageSujet: Re: Concert sauvage... [ terminé ]   Mar 27 Oct - 18:59

    Gabriel avait bloqué la porte avec les moyens du bord comme il l’avait toujours fait en cas de problème. Il était certes mutant, mais son pouvoir n’était pas suffisamment offensif pour qu’il puisse espérer régler quoi que ce soit en l’utilisant… Quelque fois, Gabriel se surprenait à rêver qu’il possédait un pouvoir plus utile pour les autres autant que pour lui-même, et qui surtout qui était susceptible de le protéger en cas de danger.

    Andréa l’observait avec une certaine forme d’étonnement, comme si lorsqu’on était mutant, faire preuve de bon sens et agir aussi simplement qu’un humain était une chose tout aussi bizarre que d’être humain et d’observer un mutant faire exploser une porte par la pensée au lieu de l’enfoncer avec son épaule… Quelque part, Gabriel était fier de ne pas se laisser aller à la facilité en utilisant son pouvoir à tout-va mais si on regardait vraiment ça de plus près, Gabriel ne gagnerait vraiment rien à utiliser son pouvoir à tout-va puisque celui-ci ne produisait aucun effet qui lui soit profitable…

    Une expression étonnante passa sur le visage d’Andréa lorsque Gabriel s’approcha de nouveau d’elle, et le mutant espéra sincèrement qu’il ne lui prenait pas de nouveau l’envie de lui sauter dessus malgré la dangerosité de la situation…

    Par change, le mutant n’avait pas été touché par les quelques balles que les flics avaient tiré pour se débarrasser de ce qui bloquait la porte, et Gabriel en profita pour interroger Andréa sur la localisation de sa moto. Terminer la nuit dans une cellule ne le tentait que moyennement, surtout avec ce que son sang contenait depuis la veille… Andréa désigna sa moto en soulevant la bâche qui la dissimulait, et Gabriel s’approcha en vitesse, préférant mettre une certaine distance entre sa personne et les balles tirés par les flics. Andréa trouva opportun de présenter « Ashley » au mutant et l’inverse, et le chanteur se demanda l’espace d’un instant si elle aussi n’était pas sous l’emprise d’une quelconque substance…

    Sans vouloir paraître grossier… on a les flics aux fesses, et la porte ne résistera pas longtemps…

    Le mutant remarqua à ce moment-là les hématomes qui ornaient le bras de la jeune femme. C’est presque à voix basse qu’il reprit la parole…

    Je suis désolé pour…

    Andréa attrapa un unique casque et sembla hésiter sur ce qu’elle devait en faire. Gabriel s’interrogea également et s’apprêtait à dire qu’il valait mieux que le chauffeur porte le casque par sécurité, mais Andréa décréta qu’il n’en avait pas besoin parce que son pouvoir le protégeait, et qu’en cas de crash il ne ressentirait probablement rien contrairement aux éléments qu’il heurterait… L’air boudeur de la jeune femme acheva de faire culpabiliser le mutant, comme si ce n’était pas suffisant. Gabriel se retint toutefois de préciser que même s’il profitait du don de la jeune femme, rien n’impliquait que cela durerait encore longtemps…

    Andréa le dévisagea et expliqua que personne d’autre qu’elle ne conduirait cette moto. Ca convenait parfaitement à Gabriel, parce que de toute manière il ne savait pas piloter ce genre de véhicules… La porte finit par céder suite à un nouveau tir qui brisa la barre métallique en deux, et Gabriel coupa Andréa dans un récit trop long à son goût compte-tenu de l’urgence de la situation…

    On règlera tout ce que tu veux plus tard !

    Se calant derrière elle, le mutant passa un bras autour de la jeune femme et jeta un regard anxieux aux policiers qui rechargeaient leurs armes après leur avoir demandé une nouvelle fois de se rendre. La moto démarra ensuite, juste à temps pour empêcher les flics d’appréhender les deux mutants…

    Ce n’était pas la première fois de Gabriel sur une moto, mais il n’apprécia pas plus que lorsqu’il en avait chevauchée une pour la dernière fois. Entre le stress engendré par le bruit des sirènes trop proches et la peur qu’Andréa fasse faire une embardée avec la moto pour lui sauter dessus comme quelques minutes auparavant…

    Quelques balles sifflèrent, et Gabriel envisagea sérieusement de faire sa dernière prière.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Andréa Wenfield


Nombre de messages : 368
Date d'inscription : 27/09/2009
Localisation : Sur sa moto, en route pour le Dakota Building
Clan : Damnés
Age du personnage : 23 ans
Pouvoirs : Charme Hypnotique et Force Surhumaine.
Profession : Experte en Grèce Antique à la Galerie de Soho
Points de rp : 109

MessageSujet: Re: Concert sauvage... [ terminé ]   Mer 28 Oct - 16:41

Andréa n’avait jamais eu quelqu’un à l’arrière de sa moto, pourtant elle devina tout de suite que Gabriel n’y était pas à son aise. Il était crispé, les bras autour de sa taille, et semblait réellement anxieux. Comme si elle pouvait avoir un accident ! Elle conduisait Ashley depuis qu’elle avait seize ans, cette moto était comme une prolongation de son propre corps. Elle lui faisait faire ce qu’elle voulait. Depuis le temps qu’Ashley et elle ne faisait plus qu’un, c’était aussi simple que ça.

Profondément vexée, la jeune femme n’avait pourtant pas fait de commentaire lorsque Gabriel lui avait fait comprendre, froidement mais avec raison, que le temps n’était pas aux présentations ni aux ronds de jambes. Elle avait rarement présenté sa moto à quelqu’un, jugeant que très rares étaient les personnes à pouvoir comprendre ce qu’Ashley représentait pour elle. A tort visiblement, elle avait pensé que Gabriel, un artiste, pouvait comprendre cet attachement. Il fallait mieux se tirer en vitesse. Les flics venaient de passer la porte et s’apprêtaient à leur tirer à nouveau dessus s’ils ne se rendaient pas. Et comme ils avaient tout sauf envie de se rendre… Andréa avait démarré la moto et roulait à présent avec un Gabriel apeuré à l’arrière. Apeuré était sans doute un mot un peu trop fort, pour traduire l’état dans lequel devait se trouver la chanteur, mais en tous cas on ne pouvait pas dire qu’il était aussi à l’aise qu’Andréa. A juste titre puisque si quelqu’un devait prendre une balle, ce serait-lui, son corps faisant bouclier pour involontairement protéger celui de la jeune mutante. Celle-ci songea qu’elle n’avait jamais essayé de voir si sa force surhumaine pouvait arrêter les balles. Sans doute que non. Ce n’était pas un bouclier, ou… si, cela pouvait faire office de bouclier puisque ce serait le bitume et non la tête qui souffrirait en cas de choc avec la route. A bien y réfléchir, Andréa réalisa qu’elle s’était trompée. Si Gabriel devait faire connaissance avec le sol, il prendrait les mêmes coups que n’importe qui. Elle culpabilisa d’avoir prit le casque. Elle chassa cette culpabilité en repensant à la façon dont il s’était approprié son pouvoir.

Tiens-toi, j’accélère. cria t-elle à son passager

La seconde suivante, la moto fit une embardée et l’aiguille du cadran de vitesse entra dans la zone rouge. Andréa n’y prêta aucune attention, pas plus qu’aux motos des flics qu’elle entendait derrière eux. Ils avaient de l’avance sur leurs poursuivant qui avaient du retraverser l’entrepôt pour aller chercher leurs deux roues et leurs voitures, mais moins chargés ils allaient sans trop de mal rattraper les mutants.

Andréa réfléchit à toute allure, analysant la situation du mieux qu’elle en était encore capable malgré la douleur de son avant-bras coloré par les hématomes. Elle connaissait mal le quartier et ne savait pas où il serait plus aisé de semer les flics à leurs trousses. Son bras la faisait souffrir de plus en plus, à force de crisper sa main sur la poignée du guidon de direction. Murmurant dans son casque une volée d’injure à l’adresse de Gabriel, qu’il ne du sûrement pas entendre dans le bruit de la sirène de police et des moteurs, la jeune femme prit un premier virage serré, puis un second, pour quitter la zone des entrepôt et arriver dans les rues autour de ceux-ci. Elle continua droit devant elle à plusieurs carrefours, faisant s’indigner les rares piétons obligés de se jeter prestement sur le côté pour éviter le véhicule fou. La police, derrière eux, gagnait peu à peu du terrain sur eux et ne tarderait sans doute pas à les rattraper si les mutants ne trouvaient pas une ruse à mettre en pratique pour les perdre.

Dis moi que tu connais une planque ou n’importe quoi qui pourrait nous sortir de là, ou je te fais tomber au prochain tournant. menaça Andréa
Son ton montrait à quel point elle ne plaisantait pas. Sa liberté avant tout le reste, c’était l’un des seuls principes qu’elle avait toujours suivit. Abandonner Gabriel ici, aux flics, ne lui plairait pas, mais elle au moins serait sauve. Cela ne servait à rien qu’ils se fassent prendre tous les deux alors que l’un pouvait être sauvé. Si cela pouvait être elle, elle n’allait pas dire non à une porte de secours. En revanche si le chanteur avait une idée pour les sortir tout les deux de se guêpier, la jeune femme était ouverte à toutes les propositions et prises d’initiatives.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gabriel Davenportt
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 23/08/2009
Localisation : Soho (New York)
Clan : neutre
Age du personnage : 24 ans
Pouvoirs : neutralisation des pouvoirs mutants dans un rayon de 4 mètres + capacité à utiliser au moins l'un des pouvoirs neutralisés
Profession : guitariste, musicien... un "bon à rien", en clair.
Points de rp : 81

MessageSujet: Re: Concert sauvage... [ terminé ]   Mer 4 Nov - 10:54

    La conduite d’Andréa n’était pas aussi chaotique que ce que Gabriel avait redouté en s’installant derrière elle, mais l’expérience restait suffisamment peu agréable pour que le mutant ne remonte pas sur une moto avant quelques années. Les secousses de la route lui vrillaient littéralement la colonne vertébrale, le vent s’engouffrait partout et glaçait le chanteur jusqu’à la moelle… si Gabriel ne se réveillait pas avec une conjonctivite le lendemain matin, il pourrait s’estimer bien chanceux.

    Quelques balles sifflèrent assez régulièrement lorsque la moto filait à vive allure juste devant la voiture de flics, et Andréa finit par trouver une voie qui leur serait moins facile d’accès en prenant une « rue » filant vers le nord de la zone industrielle. Gabriel fut soulagé de ne plus savoir la patrouille de cow-boy derrière eux pour le moment, mais cette satisfaction ne fut que de courte durée lorsque la sirène retentit de nouveau derrière eux… la poisse !

    Andréa lui demanda de se tenir et le mutant ne se fit pas vraiment prier, enroulant plus solidement son bras autour de la jeune femme et se serrant pour le coup davantage contre elle. Par chance, la peur perturbait suffisamment Gabriel pour que l’emprunt des pouvoirs d’Andréa ait pris fin… autrement, il lui aurait probablement brisé le dos sans même le vouloir…

    La secousse liée à l’accélération fut tout aussi désagréable pour Gabriel que la course-poursuite en elle-même, et sa tête partit douloureusement en arrière lorsqu’Andréa mit les gaz pour accélérer, mettant quelques mètres dans la vue des flics qui les suivaient toujours. Andréa finit par quitter la zone industrielle par une rue que Gabriel ne connaissait pas, et ce dernier redouta à plusieurs reprises que la moto ne finisse par entrer en collision avec un piéton. Gabriel ferma les yeux à chaque croisement auquel Andréa déboula à vive allure sans même ralentir, envisageant sérieusement d’adresser à un Dieu qu’il avait perdu de vue depuis longtemps sa dernière prière…

    La voiture de flics finit par les rattraper de nouveau et par gagner encore un peu de terrain. C’en était à se demander quel genre de moteur pouvait se cacher sous leur capot, parce que du peu que pouvait apercevoir Gabriel du cadran de la moto, Andréa roulait déjà bien au-delà de la vitesse autorisée !

    La jeune femme finit par interroger Gabriel, menaçant de le jeter au prochain carrefour s’il ne connaissait pas une planque dans le quartier… Alors là, c’était fort !

    Je ne connais pas ce quartier… que tu me débarques ou non, cela n’y changera absolument rien : c’est toujours le plus gros poisson qui est pris en chasse, ça apporte plus de prestige à ces abrutis sur le long terme… Tu entres sur une propriété privée pour un concert clandestin, tu prends la fuite en excès de vitesse… ils choisiront vite qui de toi ou moi sera digne d’être pris en chasse puis foutu en cellule, ma belle !

    Le trait d’ironie de Gabriel était déplacé compte-tenu des circonstances, mais réaliste. Le mutant plissa les yeux pour essayer d’apercevoir un élément qui lui rappellerait quelque chose, mais ce n’était pratiquement jamais lui qui conduisait le fourgon du groupe… difficile de ce fait de trouver sa voie dans le quartier.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Andréa Wenfield


Nombre de messages : 368
Date d'inscription : 27/09/2009
Localisation : Sur sa moto, en route pour le Dakota Building
Clan : Damnés
Age du personnage : 23 ans
Pouvoirs : Charme Hypnotique et Force Surhumaine.
Profession : Experte en Grèce Antique à la Galerie de Soho
Points de rp : 109

MessageSujet: Re: Concert sauvage... [ terminé ]   Dim 29 Nov - 10:38

Avec un juron des plus vulgaires, Andréa accueillit les paroles de Gabriel. Le pire, c'était qu'il avait raison. Sauf que elle avait quelques contacts et passer la nuit en prison ne lui avait jamais fait peur. Il est vrai que cela ne lui était arrivé en tout et pour tout qu'une seule fois, un jour en Hongrie. En plus, ce n'était même pas vraiment de sa faute, elle avait été innocentée rapidement. Si elle avait survécu aux prisons hongroises, elle survivrait aux américaines... Et dans trente ans elle dirait à ses enfants : « Vous voyez, votre mère à peine arrivée à New York, s'est fait arrêter par les flics et s'est retrouvée une nuit au poste ! Et tout ça à cause du chanteur d'un concert sauvage qui ne savait pas s'orienter... ». Non, il n'en était pas question qu'elle dise cela à qui que ce soit, cela n'arriverait pas.

Je suppose en plus que ton pouvoir ne nous servira à rien si on est arrêtés. cria la jeune mutante

Elle avait encore du mal à digérer le fait qu'il lui volait les siens. Enfin, pas en ce moment puisqu'elle était encore entière et que vu la façon dont ses bras enserraient sa taille... elle aurait été coupée en deux s'il avait encore possédé quoi que ce soit qui lui appartenait. De plus, comme son charme n'agissait plus sur elle, elle pouvait réfléchir un peu plus facilement et ce n'était pas un luxe dont elle aurait voulu se priver en pareille situation. Il fallait trouver une solution rapidement.

En fait, ton argument ne tient pas la route. Si je te balance de la moto la police me rattrape, je leur fais un peu de charme et dans une heure je suis dans mon lit... peut-être même avec l'un d'eux si j'ai de la chance ! plaisanta t-elle avec son franc-parlé habituel, qui avait parfois tendance à choquer les non initiés ou ceux qui ne s'attendaient pas à entendre ces mots là sortir de la bouche d'une jeune femme

Comme si elle allait mettre son plan à exécution, Andréa tourna sec dans une nouvelle rue et arrêta brusquement sa moto. Elle descendit en faisant signe à Gabriel de rester sur la moto. Dans un éclair de lucidité, elle s'était rendue compte qu'elle était déjà venue dans ce coin là, et qu'elle s'y était bien amusée, même. Elle avait perdu sa chère Ashley à une course contre des bikers, et l'avait ensuite regagnée au strip-poker. Sauf que les deux motards avaient essayés de se payer sa tête et elle n'avait guère aimé cela. Elle leur avait fait passer l'envie de recommencer mais devait certainement avoir nourri leurs rêves de vengeance. Cela s'était passé il y avait à peine quelques jours, peut-être deux ou trois, et il ne faisait aucun doutes qu'ils se souvenaient d'elle. [HRP : c'était mon test de RP]

Tu m'as bien dit que la police cherchait toujours le plus gros poisson, n'est-ce pas ? Tu crois qu'elle nous laisserait tomber pour un gang de bikers qui dealent de la drogue et roule sur des bécanes trafiquées ? demanda ironiquement Andréa au chanteur, sachant pertinemment que la réponse était oui

Elle se rapprocha de la moto et se mit à klaxonner furieusement, consciente qu'elle n'avait que quelques minutes avant que la police ne les rattrape. Il fallait qu'elle frappe fort, un grand coup ! Les bikers se lanceraient à leur poursuite et seraient prient entre eux et la police. Il suffirait ensuite de se cacher une seconde dans une ruelle pour que les bikers continuent leur route avec les flics aux fesses et que Gabriel, Ashley et Andréa soient débarrassées de leurs poursuivants. En théorie le plan était sans failles, mais en pratique ce serait une autre affaire. Surtout qu'Andréa ne connaissait pas trop le quartier et qu'elle avait perdu la course de moto contre les bikers à cause de cela. Si elle se faisait avoir encore une fois, elle passerait la nuit au poste avec les bikers, ce qui n'était guère réjouissant, surtout après qu'ils l'aient passé à tabac pour se venger, et comme Gabriel serait prit lui aussi, la jeune mutante n'aurait même pas ses pouvoirs pour se défendre. Non, plus elle y réfléchissait et plus son plan lui semblait foireux, mais elle n'eut pas le temps d'y réfléchir trop longtemps. Si ça marchait... ça marchait.

Deux bikers apparurent sur le pas d'un immeuble, agacés par le bruit du klaxon et curieux de voir qui cela pouvait être. L'un des deux étaient celui qui avait gagné Andréa à la course.

Hey baby ! Tu te souviens de moi ? Dis moi, t'aurais pas pris du ventre depuis la dernière fois ? C'est la bière ça mon vieux, ça te dit un peu d'exercice ?

Andréa lui adressa un sourire de défi et se dépêcha de remonter sur Ashley avec Gabriel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gabriel Davenportt
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 23/08/2009
Localisation : Soho (New York)
Clan : neutre
Age du personnage : 24 ans
Pouvoirs : neutralisation des pouvoirs mutants dans un rayon de 4 mètres + capacité à utiliser au moins l'un des pouvoirs neutralisés
Profession : guitariste, musicien... un "bon à rien", en clair.
Points de rp : 81

MessageSujet: Re: Concert sauvage... [ terminé ]   Dim 13 Déc - 11:21

    Ne trouvant rien de mieux de plus constructif à répondre aux propos ironiques de Gabriel, Andréa ne pu que jurer. Ce n’était pas vraiment très glamour dans la bouche d’une femme, mais cela eût le mérite de faire sourire le mutant parce que juron ou pas, c’était lui qui avait raison…

    Andréa émit une supposition qui fit tiquer Gabriel, et le mutant lui répondit du tac au tac sur un ton égal, donc pas très aimable.

    Si en plus de ta surforce et de ton amabilité tu possèdes le pouvoir de voler ou de courir aussi vite qu’une voiture, je pourrais aider… Comme cela n’a pas l’air d’être le cas, je dirais juste que non.

    A croire que Gabriel était en train de perdre son calme au contact d’Andréa, lui qui était pourtant calme et effacé en temps normal… En plus d’être peu aimable, à présent il se surprenait à essayer de lui clouer le bec une seconde fois. Andréa revint sur les paroles de son passager, semblant peu décidée à lui concéder une victoire verbale aussi facilement : prétextant qu’en utilisant son pouvoir elle sortirait de cellule en moins de temps qu’il n’en fallait pour le dire, et peut-être même accompagnée d’un policier « si elle avait de la chance »…

    Encore une de ces femmes écartant bien trop facilement les cuisses…

    Gabriel laissa échapper un soupir, à la fois déçu et un peu lassé par le faux argument qu’avait avancé Andréa.

    Si tu mettais moins d’acharnement à essayer de me contredire et un peu plus à essayer de rouler mieux et plus vite, nous serions tous les deux potentiellement chez nous dans moins d’une heure… Moi avec mon groupe, et toi avec ta prise du soir !

    Autant dire que la remarque sur le policier qu’elle ramènerait chez elle avait laissé une impression désastreuse à ce pauvre Gabriel, qui n’était pourtant pas vraiment porté sur la vertu… Le mutant regretta presque instantanément ses paroles en se remémorant qu’il n’avait pas apprécié la course-poursuite à pleine vitesse quelques minutes plus tôt.

    La moto s’immobilisa finalement quelques mètres plus loin, et Andréa en descendit après avoir fait signe au mutant de ne pas bouger. Gabriel s’exécuta, ravi de pouvoir souffler un peu. La moto ronronnait encore entre les jambes du mutant, et Gabriel se surprit à effleurer la manette des gaz avec envie, parce que c’était vraiment une très belle moto…

    Plusieurs coups de klaxon le tirèrent de sa contemplation, et le mutant ne tarda pas à en identifier l’origine : Andréa était en train de toucher à une moto garée devant un bar de bikers, et elle finit même par demander son avis à Gabriel sur la question…

    Entre toi et moi, et des bikers armés jusqu’aux dents… Leur choix sera vite fait !

    Toujours cette logique malsaine de la recherche du prestige… c’en était lassant, à force. Deux gros bikers finirent par sortir du bâtiment, et l’un d’eux sembla reconnaître Andréa. Cette dernière lui fit d’ailleurs une remarque désobligeante sur son poids – c’était tellement tentant vu le gabarit de type « tonneau » du biker – et lui proposa de faire un peu d’exercice avant de rejoindre de nouveau Gabriel… Ils sautèrent sur l’occasion autant que sur leurs motos, mais pas uniquement pour l’aspect sport de la course-poursuite : Andréa leur avait sans doute déjà fait des misères auparavant…

    Est-ce que tous les bikers sont aussi hargneux, ou est-ce que tu n’aurais juste un peu exaspéré ces deux-là par le passé ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Andréa Wenfield


Nombre de messages : 368
Date d'inscription : 27/09/2009
Localisation : Sur sa moto, en route pour le Dakota Building
Clan : Damnés
Age du personnage : 23 ans
Pouvoirs : Charme Hypnotique et Force Surhumaine.
Profession : Experte en Grèce Antique à la Galerie de Soho
Points de rp : 109

MessageSujet: Re: Concert sauvage... [ terminé ]   Mer 16 Déc - 18:47

Andréa redémarra sa moto et ils partirent sur les chapeaux de roue. Elle éclata de rire à la remarque de Gabriel sur le fait que les bikers étaient hargneux mais que peut-être, c’était de sa faute parce qu’elle avait embêté ces deux là.

Si par exaspérer tu veux dire refuser de coucher avec eux, alors oui je les ai exaspérés. Je ne suis pas contre les uniformes, mais pas ceux en cuir. Après, tu penses ce que tu veux de moi. lança t-elle

A quoi bon essayer d’être gentille avec son passager ? Elle n’y parviendrait pas de toutes façons, elle était bien trop franche et directe pour cela. Depuis longtemps elle n’essayait plus de plaire aux gens parce que sont pouvoir faisait que de toutes façons, elle leur plaisait. Qu’elle le veuille ou non. Elle ne savait plus comment on pouvait sympathiser avec quelqu’un qui n’était pas victime de ses dons. Mais en avait-elle vraiment envie ? Gabriel n’était pas son genre d’homme, et s’il pouvait être son genre en toute amitié, elle ne manquait pas d’amis fidèles dans son entourage. Un ou deux lui suffisait et elle avait bien plus que cela.

Comme prévu, la police prit en chasse les bikers qui suivaient la moto d’Andréa, lorsque celle-ci la stoppa dans une ruelle sombre. D’un seul coup d’un seul, ils furent débarrassés de leurs poursuivants et se retrouvèrent seuls tout les deux. Andy descendit d’Ashley et se retourna pour envoyer une gifle à Gabriel.

Navrée, ça me démangeait depuis que tu m’as pris mes pouvoirs. C’est sans doute idiot parce que j’ai encore mal au poignet de tout à l’heure, quand tu l’as serré, mais j’en avais besoin.

Elle lui adressa un sourire, consciente que son charmant pouvoir ne marchait pas.

C’était sympa finalement comme soirée… enfin je ne sais pas trop ce que tu en as pensé… faudra remettre ça.

Elle attendit qu’il descende de sa moto, tout en continuant à parler. Il était encore tôt, elle n’était pas pressée de rentrer chez elle et au fond, elle était fascinée par le fait que… avec Gabriel elle était tout à fait normale. Comme n’importe quel autre être humain : sans pouvoirs, sans mutation, sans dons. C’était à la fois effrayant, parce qu’elle avait l’impression désagréable qui lui manquait quelque chose, comme si on lui avait coupé une main, mais en même temps cela avait quelque chose de très excitant. Elle était normale ! Pour la première fois depuis des années, elle était comme tout le monde ! Elle n’avait rien de plus que les autres, elle n’avait rien de moins non plus. Et ce serait sans doute la première et dernière fois de toute sa vie qu’elle pourrait ressentir cela, ce sentiment étrange d’être incomplète et pourtant comme elle aurait du, comme elle aurait pu, être sans la mutation. Même après tout ce temps, elle n’arrivait pas à savoir si cet évènement marquant de sa vie, qui avait marqué un tournant dans son existence, était une bonne ou une mauvaise chose. Et au fond d’elle, elle n’espérait pas trouver un jour de réponse, mais juste ne jamais réaliser avec certitude que sa vie aurait été plus belle sans cette mutation.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gabriel Davenportt
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 23/08/2009
Localisation : Soho (New York)
Clan : neutre
Age du personnage : 24 ans
Pouvoirs : neutralisation des pouvoirs mutants dans un rayon de 4 mètres + capacité à utiliser au moins l'un des pouvoirs neutralisés
Profession : guitariste, musicien... un "bon à rien", en clair.
Points de rp : 81

MessageSujet: Re: Concert sauvage... [ terminé ]   Dim 20 Déc - 16:16

    La moto filait à vive allure, et Gabriel essayait de se cramponner comme il le pouvait de manière à ce qu’Andréa n’aille pas s’imaginer des choses sur lui. C’était déjà suffisant de passer pour un voleur, alors le jeune homme n’était pas très chaud à l’idée de se faire mettre en pièces par la suite pour l’avoir collée d’un peu trop près…

    Andréa parut amusée par l’observation de Gabriel, et répondit assez violemment au mutant qui n’avait rien sous-entendu de la sorte… Gabriel fronça les sourcils et se demanda si les bikers pouvaient être moins redoutable qu’Andréa, et la perspective de sauter en marche lui traversa brièvement l’esprit. Le mutant préféra se taire, après tout ce n’était plus qu’un mauvais moment à passer avec le chaos de la route, la conduite angoissante – mais maîtrisée – d’Andréa, et les bikers + les flics aux fesses…

    Andréa engagea la moto dans une ruelle sombre et coupa le moteur : les bikers dépassèrent la ruelle, suivi de très près par la voiture de flics. Enfin, ils avaient réussi à les semer ! C’était que la police devenait drôlement corriace…

    Andréa descendit de moto et Gabriel s’apprêta à faire de même mais fut immobilisé par une gifle qui ne lui fit qu’à peine tourner la tête… La main d’Andréa avait claqué contre la joue du mutant, et une trace rouge restait visible sur la peau pâle de Gabriel.

    Ca t’arrive souvent de frapper les gens ?!

    Andréa expliqua simplement que cela la démangeait depuis qu’il lui avait pris ses pouvoirs… comme si Gabriel l’avait fait exprès ! Le mutant descendit de la moto et préféra s’immobiliser avant de commettre une bourde : s’il n’avait pas la tête dévissée à ce moment précis, c’était parce qu’il « empruntait » de nouveau les pouvoirs de la jeune femme, et il lui ferait probablement mal s’il s’avisait de lui faire passer l’envie de le confondre avec un punching-ball…

    Tu as de la chance que je ne sois pas l’un de ces abrutis qui arpentent les rues : là d’où je viens, si une femme est suffisamment téméraire pour frapper un homme, elle l’est autant pour encaisser la monnaie de sa pièce… - A mi-chemin entre le machisme et le "on ne frappe pas une femme parce que c'est une femme", Gabriel ne voyait pas ce qui justifiait qu'une femme puisse frapper un homme et pas l'inverse: ou elle frappait et acceptait les représailles, ou elle se tenait tranquille, sinon c'était l'homme qui passait pour un c*n - Si je t’avais retourné la politesse, j’imagine que ta tête se serait désolidarisée de ton corps !

    La jeune femme sourit – comme si ça pouvait effacer cette exaspérante manie qu’elle avait de sauter aux conclusions hâtives – et Gabriel passa une main dans ses cheveux en bataille, la fixant un instant alors qu’il empruntait également le pouvoir de charme d’Andréa sans s’en rendre compte… Gabriel s’approcha de la mutante, fixant de manière évidente son poignet qu’elle avait dit douloureux.

    Montre-le moi… je peux peut-être faire quelque chose…

    Être défoncé au point de ne plus pouvoir monter ou descendre un escalier avait valu pas mal de chutes au mutant, et faute de moyens Gabriel avait souvent dû se débrouiller avec les moyens du bord pour se soigner lui-même.

    Je ne vole les pouvoirs de personne, du moins pas sciemment. Quand je passe à côté d’un mutant, je bloque l’usage de ses pouvoirs… - Gabriel prit aussi délicatement que possible le poignet d’Andréa et laissa glisser ses doigts froids le long de sa peau, cherchant une protubérance qui indiquerait une fracture – C’est un peu comme les brouilleurs de portables que tu as dans certaines banques, tout ce qui passe à portée est bloqué… Pour les emprunts, ça ne dépend pas de ma volonté non plus : qu’on me blesse, qu’on m’énerve ou qu’on me surprenne, je peux utiliser le pouvoir bloqué à tout moment, et parfois même en mettant des vies en danger… - les doigts de Gabriel glissèrent de nouveau contre la peau de la jeune femme, alors qu’il plongeait ses yeux clairs dans ceux d’Andréa – Tu peux le bouger ? Rien n’a l’air d’être cassé, mais je ne suis malheureusement pas médecin…

    Une bourrasque de vent glaciale ébouriffa Gabriel, et ce dernier regretta d’avoir laissé sa veste en cuir dans le fourgon… Songeant qu’Andréa n’était guère plus couverte que lui, le mutant défit le kehfié blanc qu’il avait autour du cou et le replia un peu avant de le passer autour du cou d’Andréa, le nouant de manière à empêcher que le froid ne s’engouffre jusqu’à sa peau. Gabriel avait habituellement ce genre de gestes avec October, qui bien qu’effacée avait un caractère bien trempé… un peu dans le même genre qu’Andréa, d’ailleurs.

    Et maintenant ?

    Rester dans cette ruelle trop longtemps n’était pas prudent, ils devaient penser à la suite avant que les flics et les bikers ne s’aperçoivent qu’ils leur avaient faussé compagnie…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Andréa Wenfield


Nombre de messages : 368
Date d'inscription : 27/09/2009
Localisation : Sur sa moto, en route pour le Dakota Building
Clan : Damnés
Age du personnage : 23 ans
Pouvoirs : Charme Hypnotique et Force Surhumaine.
Profession : Experte en Grèce Antique à la Galerie de Soho
Points de rp : 109

MessageSujet: Re: Concert sauvage... [ terminé ]   Lun 4 Jan - 21:10

Andréa resta complètement hébétée, un certain temps. Elle était tout simplement incapable de réagir, de dire quoi que ce soit, de faire quoique ce soit, tant elle était surprise par les paroles de Gabriel. Elle ne s'imaginait pas qu'il puisse lui parler comme il venait de le faire. C'était étrange. Elle n'avait pas réalise plus tôt qu'il... pour parler vulgairement, qu'il en avait autant dans le caleçon. Elle avait songé qu'il n'était pas fort alors qu'il s'était juste montré prudent jusqu'à présent. Alors qu'elle-même avait vu tout ça comme un jeu, certaine que de toutes façons elle ne risquait rien. A tort ou à raison, elle n'avait pas une seule seconde douté de cela avant que tout ne soit terminé.

Et maintenant, elle se rendait compte de son erreur. Elle n'avait pas du tout réussi à cerner le caractère de Gabriel et elle ne comprenait pas où elle avait commis ladite erreur. Au moment où elle avait perdu son sang-froid et l'avait giflé ? Ou bien avant ? Oui, bien, bien avant cela. Dès qu'elle l'avait embrassé la première et unique fois où cela s'était produit, elle avait commencé à nager en plein brouillard et à se tromper sur le compte du mutant.

Andréa resta comme un corps inerte durant tout le temps que dura l'inspection de son poignet par Gabriel. Elle appréciait les gestes doux et l'air attentif du mutant, mais elle sentait que ce sentiment était en train de grandir et qu'il n'était peut-être pas dû seulement au pouvoir qu'il lui avait volé et qui le rendait attirant. Mais comment pouvait-elle en être sûre après tout ? Elle n'avait jamais été la victime de son propre pouvoir et avait toujours prié pour que cela n'arrive jamais.

Je...

La jeune femme hésita.

Je peux le bouger, ça va. Ce n'est pas si malheureux que ça que tu ne sois pas médecin... enfin je veux dire... tu es bon chanteur.

Elle réalisa ensuite à quel point son compliment était maladroit. Elle n'arrivait pas à formuler ce genre de choses, ce n'était pas habituel chez elle. Voilà, c'était aussi bête que cela.

Tu as raison, je ne suis sans doute pas assez téméraire pour encaisser la monnaie de ma pièce, mais j'ai une bonne excuse. Si toi tu me frappais tu n'aurais pas vu ma tête voler à travers la ruelle mais tu l'aurais vu faire un tour où deux sur elle-même. C'est...

Elle hésita une seconde à la dire mais mieux valait que Gabriel sache exactement quel pouvoir il avait dans ses mains.

C'est comme ça que j'ai tué mon père, avant de m'enfuir de chez moi il y a quelques années de cela.

Elle baissa les yeux une seconde pour ne pas voir la réaction du chanteur, puis demanda, toujours le regard rivé à leurs pieds.

Je ne sais pas ce que l'on fait maintenant, mais j'aimerais bien que tu me répondes avant que tu ne décides de partir... j'ai été désagréable avec toi et je m'en excuse mais... pourquoi tu... tu t'inquiètes pour mon poignet ? Je l'ai cherché et je ne pense pas que ta culpabilité parce que tu as pris mes pouvoirs sans le vouloir soit suffisante pour... pour te faire oublier à quel point j'ai été odieuse !

Andy le pensait sincèrement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gabriel Davenportt
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 23/08/2009
Localisation : Soho (New York)
Clan : neutre
Age du personnage : 24 ans
Pouvoirs : neutralisation des pouvoirs mutants dans un rayon de 4 mètres + capacité à utiliser au moins l'un des pouvoirs neutralisés
Profession : guitariste, musicien... un "bon à rien", en clair.
Points de rp : 81

MessageSujet: Re: Concert sauvage... [ terminé ]   Jeu 14 Jan - 13:29

    Le coup de sang de Gabriel avait au moins eu le mérite de calmer Andréa et ses petites envies de vengeance suite à ce qu’elle identifiait comme un vol de pouvoirs… Le mutant avait plutôt tendance à considérer cela comme un emprunt, dans la mesure où une fois qu’il se serait éloigné elle récupèrerait le plein usage de son don comme si Gabriel n’avait jamais été présent pour créer des interférences. Alors de là à le traiter de voleur, fallait quand même pas pousser…

    Bouche bée, la jeune femme n’avait par chance rien trouvé à dire lorsque Gabriel s’était mis en tête de s’occuper de son bras blessé ; bras qu’il avait lui-même blessé d’ailleurs, sans savoir que la demoiselle était douée de surforce.

    Les gestes de Gabriel étaient doux et précautionneux. Pas comme ceux d’un médecin à vrai dire parce qu’il n’avait pas fait d’études, mais plutôt comme quelqu’un qui avait déjà connu une blessure à peu près semblable et qui connaissait les tenants et aboutissants de la douleur. Où placer ses doigts, dans quel sens pivoter son avant-bras pour lui faire le moins mal possible, autant dire que la pratique de la défonce valait à Gabriel une expérience certaine en terme de traumatismes de ce type, parce qu’il n’y avait que dans les films que les gens pouvaient se droguer jusqu’à en perdre connaissance et prendre le volant ensuite. Pour l’avoir vécu, Gabriel pouvait certifier que s’il réussissait à marcher après plusieurs shoot, c’était un motif valable pour remercier les rares Dieux veillant encore sur leur création…

    Andréa ne broncha pas durant le rapide examen du mutant, et finit par reprendre la parole avec hésitation. Gabriel plongea ses yeux dans ceux de la jeune femme lorsqu’elle affirma pouvoir bouger son poignet et le relâcha dans la foulée alors qu’elle expliquait que le fait que le mutant ne soit pas mutant n’était pas si dramatique que ça. Gabriel lui adressa un sourire tout ce qu’il y avait de mignon lorsque la jeune femme conclut maladroitement qu’il était bon chanteur…

    Merci, c’est gentil.

    Andréa ne semblait pas très à l’aise et même en essayant de faire abstraction de sa gêne, Gabriel ne pouvait s’empêcher de le remarquer. Elle finit par reprendre la parole et par donner raison au mutant en affirmant qu’elle n’était pas suffisamment téméraire pour que Gabriel lui retourne la politesse en la giflant également, avant de conclure que s’il la frappait, sa tête ne décollerait pas mais ferait plutôt deux tours sur elle-même… Gabriel ne pu s’empêcher de penser aux cartoons qu’il regardait étant gosse, dans lesquels ce genre de choses arrivait à peu près toutes les trois minutes. Seulement, la manière dont Andréa relatait la chose laissait entendre que cela n’avait rien de drôle quand on le voyait « en vrai »…

    Elle finit par achever sa phrase après une légère hésitation, et Gabriel fut surpris d’apprendre que son pouvoir avait contribué à tuer son père peut avant qu’elle ne prenne la fuite juste après…

    J’aurais dû m’abstenir de la comparaison avec la tête qui décolle… ça doit pas être un truc facile à vivre.

    Gabriel n’était pas du genre assistante sociale, et de ce fait il ne chercherait pas à en savoir davantage sur ce qui avait entrainé le décès du père d’Andréa. Premièrement, cela ne le regardait pas parce qu’il n’en avait connu aucun des deux à cette époque. Deuxièmement, Gabriel n’était pas réellement intéressé par un récit sanglant à ce moment précis de la journée…

    Andréa avait baissé les yeux au sol, comme pour ne pas croiser un regard accusateur ou lourd de reproches, mais si elle décidait à présent de fixer de nouveau Gabriel elle ne décèlerait rien de ce genre, rien d’autre que ce regard bleu clair perçant qui était le sien.

    La jeune femme expliqua qu’elle ne savait pas ce qu’ils pourraient faire à présent, et interrogea le jeune homme sur ce qui l’avait poussé à s’inquiéter pour son poignet alors pourtant qu’elle s’était montrée particulièrement désagréable avec lui. Gabriel la laissa terminer avant de reprendre la parole, la trouvant tout à coup beaucoup moins antipathique que quelques minutes plus tôt. Etait-ce parce qu’il lui avait une nouvelle fois emprunté son pouvoir, ou était-elle sincère ? Dans les deux cas, cela ne changerait que peu de choses à la réponse du jeune homme.

    J’ai l’habitude de m’en prendre plein la tronche depuis l'âge de 5 ans, donc à ce niveau-là je suis blindé en quelque sorte… On va dire que ma fierté personnelle parvient à présent à rester entière même face aux pires sal*peries.

    Dire que tout glissait sur la peau du mutant était sans doute la meilleure image pour illustrer sa mentalité, mais cela ne voulait pas dire qu’il se laissait marcher dessus pour autant. Bien au contraire…

    Je ne culpabilise pas non plus de t’avoir volé tes pouvoirs, parce que j’ai l’habitude d’emprunter aléatoirement tous ceux qui se présentent… - Gabriel cessa d’observer le poignet d’Andréa et plongea de nouveau ses yeux clairs dans ceux de la jeune femme – Je n’ai en revanche pas l’habitude d’utiliser un pouvoir qui ne m’appartient pas pour blesser… Alors oui je culpabilise, mais pas pour l’emprunt en lui-même ; seulement pour ses conséquences.

    Une attitude blasée, mais au final Gabriel était loin d’être un mauvais bougre. Il fallait juste éviter de lui balancer des phrases toutes faites ou des stéréotypes à la tête, parce que de ce côté là il avait été suffisamment servi tout au long de sa vie... Lorsque les sirènes se rapprochèrent de nouveau et qu'une voiture finit par s'arrêter à une dizaine de mètres pour les appréhender, Gabriel préféra prendre la fuite seul, estimant ainsi qu'il aurait plus de chances de passer inaperçu seul et à pieds que sur une moto rouge et avec une jeune femme un peu trop prompte à juger les gens.

    Elle trouverait bien quelque chose pour leur échapper. Après tout, elle avait sa moto...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gabriel Davenportt
Mutant de niveau 2

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 23/08/2009
Localisation : Soho (New York)
Clan : neutre
Age du personnage : 24 ans
Pouvoirs : neutralisation des pouvoirs mutants dans un rayon de 4 mètres + capacité à utiliser au moins l'un des pouvoirs neutralisés
Profession : guitariste, musicien... un "bon à rien", en clair.
Points de rp : 81

MessageSujet: Re: Concert sauvage... [ terminé ]   Mar 31 Aoû - 23:46


// Message précédent édité pour achever ce rp. //
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Concert sauvage... [ terminé ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Concert sauvage... [ terminé ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men Extended :: NEW YORK CITY :: Zone Industrialo-portuaire :: Entrepôts-