Partagez | 
 

 Réflexion assidus au grès du vent... [fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité


MessageSujet: Réflexion assidus au grès du vent... [fini]   Dim 15 Mar - 21:18

    Chaque petit point de luminosité que nous voyons dans le ciel est pour moi un être partir de cette planète, qui laisse une trace, une marque de sois même, de sa vie passé ici... Un livre ouvert au yeux d'un petit enfant, qu'est ce au yeux du monde ? Un savoir cultivé de siècles en siècles, transmit de nos ancêtres a nous, nouveau de la générations du XXIeme siècle. N'est ce pas grandioses de regarder un enfant apprenant à marcher ? A s'intéresser à toute cette culture qui font de nous des êtres intelligents ? Les voir s'épanouir tout au long de leur vie, c'est bien difficile quand est sur le point de mourir. Quand vous perdez un être cher, que pouvait ressentir, quel sentiment vous a t-il communiqué quand une balle lui a transpercer l'abdomen et troué le poumon droit ? Une violente douleur, sois s'écoutant ne plus respirer, n'entendre plus son coeur battre dans sa poitrine, ne plus rien entendre d'autre que les souvenirs ancien qui viendrons avec vous dans l'au-delà. Dans tout sa, la vie vaut elle la peine d'être vécu, si on sais qu'un jour tout le monde mourra, où qu'on le retrouva ses amis mort au Paradis, ou peut être en enfer ? Avait vous déjà frôler la mort, rester cloîtré a terre, une plaie ouverte laissant échapper un coulis de sang, ce sang qui vous fais vivre par mis les autre de cette planète ? Peut être que Kim la frôler cette mort douloureuse ? Et si cette jeune femme n'aurait jamais put le voir et appelé les secours ? S'il était rester la, voyant sa vie défilé, partir de ses ailes battante, entendant les dernières note de violon ou de piano, pour se dire enfin : " Je suis libérer de ce monde qui n'était pas le mien... "

    Comment écrire la haine ? Comment écrire la peur ? Choisir le faux sentiment qui vous est dit dans un dictionnaire, ou bien le vrai sentiment que vous même explorer de votre conscience ? Tant de questions sans réponse.

    La tête relever, les doigts entremêlait avec les coude dresser sur les cuisses, le menton posé sur ce méli-mélo de doigts, les pensée vagabonde, cherchant réponses a ses questions sans failles. Le vent léger qui vous caresse les joues et le cou, sur lequel vous imaginez parfois les crocs d'un Vampire assoiffé pour extirpé le sang qui aurait du coulé bien plutôt, il y a bien des années. Vêtue d'un manteau noir, sous lequel se trouvent un polo de même couleur, ainsi qu'un pantalon gris et des escarpins cuir noir. Une montre en argent au poignet droit, une gourmette l'accompagnant, de l'autre poignet un bracelet de cuir, avec un sceau, ce sceau étant celui de sa famille... Elle regrettait parfois d'avoir quitter le manoir, cette si belle demeure ou elle avait vécu son enfance total ou du moins douze ans... Un mauvais souvenir qui en gâche bien d'autre.

    Kim, à la fier allure, était posé sur un banc d'un petit parc au sud de New York. Un petit parc qui semblait calme, semblait, le mot et faible... On y serait presque chez sois... Le souffle de Kim était calme et lent, elle était toujours dans sa réflexion, une immense réfléxion... Sa curiosité était bien plus grande a l'égard des jeunes mutants.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sélène Gallio
Mutante de niveau Oméga
{ ADMINISTRATRICE }


Nombre de messages : 14938
Date d'inscription : 03/10/2006
Localisation : Mars Investigations, ou au Pandora's Box
Clan : Damnés
Age du personnage : 25 ans en apparence, mais quelques siècles de plus en réalité...
Pouvoirs : télépathie par contact, ondes mentales, dématérialisation en fumée noire et contrôle des ombres
Profession :
patronne de Mars Investigations, co-gérante du Pandora's Box, égérie glaciale des Damnés. Cambrioleuse à ses heures perdues

Points de rp : 2594

MessageSujet: Re: Réflexion assidus au grès du vent... [fini]   Jeu 19 Mar - 1:52

8h15... Erf !

Un début de journée pas spécialement au goût de Sélène, principalement parce qu'en plus d'être forcée de se lever de bonne heure un lundi matin, elle devait "accueillir" à l'agence un agent du Fisc qui souhaitait jeter un oeil à la comptabilité de Mars Investigations, agence qui n'était sienne légalement que depuis 8 mois. Bon, après tout s'il n'avait rien d'autre à f*utre que d'enquiquiner les honnêtes gens, c'était son problème... ou plutôt non, c'était aussi celui de Sélène, puisqu’elle était obligée de renoncer à une matinée originellement dédiée aux travaux dans sa suite du Dakota Hôtel… monde cruel ><

Emergeant difficilement de son lit, Sélène parcourut le trajet menant à la salle de bains quasiment au radar, les yeux mi-clos et sa main droite glissant de long de chaque meuble dont elle connaissait l’emplacement quasi par cœur… La douche fut sans doute le moment le plus agréable des 30 premières minutes qui suivirent l’éveil de la jeune femme, et Sélène finit par s’enrouler dans un drap de bain immense et prit la direction de son dressing trop plein pour lui permettre de s’habiller de manière satisfaisante en moins de 15 minutes.

Après avoir mis la main sur un jean bleu clair et un top blanc, Sélène enfila une paire de bottes en cuir marron à talons vertigineux, se dirigeant ensuite de nouveau vers la salle de bains pour les dernières « finitions »… Ses boucles relevées en un chignon lâche au-dessus de sa nuque, la mutante prit finalement sa veste couleur crème et sa besace marron-chocolat avant de se saisir des clés de l’Aston de son british de petit-ami et de quitter leur villa du bord de mer…

9h35… put*in s’il y a des embouteillages dans Central Park, je vais être en retard…

Ecrasant un peu plus la pédale de l’accélérateur, Sélène gagna de précieuses minutes au fur et à mesure qu’elle dépassait les limitations de vitesse ; à croire qu’elles ne s’appliquaient pas à elle…

**

Environ deux heures plus tard, c’est une Sélène passablement exténuée et exaspérée qui quittait l’agence Mars Investigations, après qu’un employé un peu trop zélé ait quasi fait sciemment des erreurs de calcul pour épingler la mutante pour une soi-disant fraude fiscale… Stratégie à laquelle Sélène avait répondu par son sourire le plus hypocrite, avant de faire venir Robert Scaglia, expert-comptable qui revérifiait systématiquement les comptes faits par Bérénice, elle aussi employée depuis quelques années à l’agence… Donc autant dire que celui qui espérait trouver une erreur faite volontairement risquait de chercher longtemps, particulièrement parce qu’en plus de Sélène et Bérénice, un expert certifié s’assurait du bon équilibre des comptes…

Après avoir envoyé au diable cet employé trop zêlé et avoir avisé son supérieur de son alarmante incompétence, Sélène était donc passée en coup de vent dans l’une des boulangeries françaises qui bordaient Central park, et avait franchi les grilles de l’entrée sud, puis déambulé un peu sur les allées gravillonnées bordées d’arbres, de haies et de fleurs qui dégageaient en ce début de printemps des odeurs très agréables…
Préférant quitter le chemin pour trouver un endroit calme où déguster son déjeuner, la jeune femme traversa une bande de pelouse et bifurqua jusqu’à un petit bosquet situé au pied de deux immenses saules pleureurs qui projetaient une semi-ombre où Sélène avait bien l’intention de s’installer pour pique-niquer tranquillement…

Passant devant un banc sur lequel une jeune femme brune semblait se triturer les méninges dans tous les sens, Sélène ralentit progressivement l’allure lorsqu’elle arriva en vue de la place qu’elle venait de choisir. Ses pas stoppèrent quelques secondes plus tard, et elle jeta un dernier coup d’œil à son portable pour vérifier si personne n’avait commis d’impairs au QG flambant neuf – manquerait plus que quelqu’un y foute le feu, avec ce que ça lui avait coûté ! – et avant qu’elle n’ait eu le temps de la ranger de nouveau dans son sac, un hurlement venant de derrière le bosquet l’incita à se figer…

Une adolescente blonde ne tarda pas à en jaillir comme une furie, remuant les bras dans tous les sens… Cette apparition un peu soudaine avait fait louper à Sélène le plus important de cette scène insolite, à savoir le chien après lequel courrait la jeune blonde ; un petit caniche tout fou-fou qui se dirigeait à présent à vive allure vers Kim et son banc, sa laisse trainant derrière lui… serait-elle suffisamment rapide pour l'attraper, rien n'en était moins sûr ^^

Stupide clebs !

Sélène quant à elle avait collé son sac-repas dans les bras de la blonde essoufflée et avait suivi le chien à grandes enjambées, n'étant absolument pas sûre que l'inconnue sur le banc l'attraperait lorsqu'il passerait à sa hauteur...

_________________
Fear & Desire
~ two sides of a same coin.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cafarnaum.org/

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Réflexion assidus au grès du vent... [fini]   Lun 6 Avr - 16:42

    Et dans cette réflexion assidus, chaque souvenir refaisait surface. Certains la faisait sourire, d'autre la fragiliser et la rendait perplexes de ces propres capacités après toute ces années. Mais de tous ces souvenirs, seul un avait été douloureux, triste et douteux pour Kim. Sa déprime refaisait surface tel un ouragan venu de l'est. New York l'avait réconforter mais ce qui c'était passé lors de sa dernière années de terrain en Afghanistan la marquera au fer rouge à jamais !

    ON/FLASH BACK

    1h du matin, Nord de l'Afghanistan. 6 Avril 2005, Mission de repérage pour l'équipe du jour. Kim et son équipe, avaient reçu l'ordre de tiré s'ils étaient attaqué.

    * Encore un ordre stupide... *

    Penser Kim quant elle avait lut les points à repérer. Dans trente minutes, elle serait sur le terrains avec ces hommes, prêts à effectuer la mission. Bien évidemment, Kim comme chacun des membres de son équipe, préparer leur sac, arme et autre objet dont tous devaient être munis. Voilà maintenant presque huit heures que le soleil c'était couché pour laisser place à la nuit profonde et noir.

    « Aller, On y va les gars !
    - Oui Chef ! »

    Crièrent ils en cœur avant de monter dans les jeeps militaire qui les mèneraient tous au point de départ. Une fois arrivée, le débarquement du commando d'élite fit sont entrer dans un silence complet. Ils avancèrent rapidement, marquant à la bombes les quelques restant de murs démolit par les obus à répétitions. A peine vingt minute passé que déjà les coups de feu entre l'équipe militaire et les renégats s'entrechoquer les uns et les autres à une vitesse phénoménal. Ils n'aurait peut être pas dut s'embarquer dans cette mission car le pire restait à venir.

    « Défendez-vous bande d'abrutis ! »

    Cria Kim au reste de son équipe, qui, s'empressa aussi tôt de faire tomber le dernier bâtiment et les quelques restes de murets encore debout. Kim, sniper la plus expérimenté de son régiment réussis à tuer cinq hommes ennemis. Le coup de grâce arriverai plus tard. L'équipe avancée rapidement tout en tirant pour défendre chaque membre. La seul femme qu'était Kim, fit les repérages sur la zone deux quand plus aucun coups ne fut tirer.

    « En avance, Go go go ! Je veux rentrer au bercail le plus rapidement possible alors on s'magne le cul !
    - Oui Chef ! »

    Pourtant, même s'ils le dirent en cœur, le murmure était présent. Il parvint alors à faire cinq zone, étant les dernière avant celle où ils avançaient. Ils savait parfaitement qu'une fois la mission finit, les hélicoptères de la base viendraient les chercher. Kim fit arrêter ces hommes à cinq cent mètres de la zone six. Elle était la plus grande de toute et compté cinq hectares à son compteur.

    « Chef, pourquoi s'arrête t'ont ? »

    Demanda le sergent, le plus jeune de l'équipe, à Kim. Celle-ci réfléchis, cherchant c'est propres mots, car même elle ne savait pourquoi elle avait donner cet ordre...

    « Mon intuition me dit qu'il va se passer quelques choses de grave... Gardait l'œil ouvert messieurs ! »

    Le sergent se tut et obéit comme le reste des quatre hommes. Ils furent trois plus prudent et le drame arriva. Kim étant devant aurait dut prendre, mais ces lunettes infrarouges lui montrèrent ce qu'elle ne put communiquer à temps à ces hommes, qui marchant çà l'aveuglette, enclencha les mines. La jeune major et chef d'équipe fit un plongeon et fut propulser par l'explosion des quatre mines misent en route au même moment. Elle fit le guet, regarda au alentours puis rapidement chercha les corps. Le jeune sergent eut bien de la chance, quelques égratignures, il l'avait échapper belle, pas leur camarades. Kim vérifia, tous mort... Le sergent était triste.

    « Aller viens, l'hélicoptère arrivent dans moins de dix minutes !
    - Mais.. et... et les autres... ?
    - Ne discutez pas mes ordres Sergent Mardwin !
    - Oui Chef !
    - Balisons la zone
    - Oui Chef ! »

    Ils firent rapidement les croix de repère puis se rejoignirent pour prendre l'hélicoptère arrivant vers eux. Ils se baissèrent puis rejoignirent ainsi l'intérieur de la carcasse de fer avant qu'elle ne s'envole, bien évidemment. Le pilote fut un peu surpris de ne voir que deux des six membres.

    « Où sont les autres ?
    - Mort, ils ont marchés sur des mines
    - D'accord, accrochez vous ! »

    Ils s'accrochèrent puis le pilote put décoller. Une fois rentrer à la base, Kim fit son rapport oralement d'abord à son chef de régiment, puis à l'écrit pour l'administration des missions. Une équipe fut chargé d'aller chercher les restes du commando. La nuit qui suivit fut un véritable calvaire pour Kim. On lui répéter sans cesse que ce n'était pas sa faute et que c'étaient les contraintes de l'armée. Deux mois plus tard, la jeune femme était réexpédié de force au territoire mère...


    OFF/FLASH BACK

    Elle secoua la tête, puis observa les alentours avant de voir accourir près d'elle un caniche en liberté, traînant derrière lui sa laisse noir attaché à son collier. Le jeune chien courra, passa près du banc et Kim n'eut qu'à poser son pied gauche pour qu'il s'arrête d'un arrêt brusque. Elle se leva, pris la boucle de la laisse, s'avança vers la blonde, près du quel une jeune femme à la chevelure brune c'était arrêter net.

    « A laquelle de vous deux appartient ce chien ? »

    La blonde leva l'index, l'autre mains à la bouche. Elle redonna le sac-repas à la brune, proche d'elle et marmonna un « Merci Comme même » ainsi qu'un simple Merci quant elle s'approcha de Kim. Elle sourit en guise de réponse et la propriétaire partie rapidement, reprenant le cour de sa journée. Quant à Kim, son téléphone vint sonner... Elle jeta un coup d'œil et fit la grimace en voyant le Lieutenant Micheals de la Police Criminelle en afficher sur son iPhone...

    « Manquez plus que ça... »

    Elle décrocha, écouta ce qu'il avait à dire. Encore une demande pour aller au restaurant... Il n'en finissait pas de le lui en demander.

    * Les hommes – bon sang – sont tous dragueur les uns que les autres ! *

    Pensa subitement Kim avant de ranger son iPone dans la poche de Slim. Elle jeta un dernier regard – neutre – à Sélène avant de commencer à partir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sélène Gallio
Mutante de niveau Oméga
{ ADMINISTRATRICE }


Nombre de messages : 14938
Date d'inscription : 03/10/2006
Localisation : Mars Investigations, ou au Pandora's Box
Clan : Damnés
Age du personnage : 25 ans en apparence, mais quelques siècles de plus en réalité...
Pouvoirs : télépathie par contact, ondes mentales, dématérialisation en fumée noire et contrôle des ombres
Profession :
patronne de Mars Investigations, co-gérante du Pandora's Box, égérie glaciale des Damnés. Cambrioleuse à ses heures perdues

Points de rp : 2594

MessageSujet: Re: Réflexion assidus au grès du vent... [fini]   Mer 15 Avr - 16:31

    Poursuivant sa course en quête de liberté, le chien fut néanmoins stoppé sans délicatesse par Kim, qu’il n’aurait jamais crue susceptible d’intervenir. Jappant à plusieurs reprises en guise de protestation, le chien ne tarda pas à faire volte-face et à aboyer sur Kim, dans l’espoir un peu fou que ça l’inciterait à le libérer…

    Un peu plus loin, Sélène avait fini par délaisser la maîtresse du chien qui avait déjà imaginé son Pouki passer sous une voiture, mais s’était immobilisée lorsqu’elle avait vu que le chien ne s’échapperait plus à présent… Lorsque Kim demanda à qui appartenait le chien, la blonde se précipita vers elle comme une hystérique, doubla Sélène, et souleva le chien de terre, le serrant contre son cœur tout en lui faisant des papouilles pendant que le chien continuait de grogner à l’intention de Kim… Quelques secondes plus tard, le chien fit néanmoins une léchouille sur la joue de sa maîtresse, et c’est une légère grimace de dégoût sur ses traits qu’elle rejoignit Kim et la blonde, dans les bras de laquelle elle récupéra le sac contenant son repas avant que le tout ne commence à s’imprégner de l’odeur du chien…

    Merci bien…

    Oui, parce qu’apparemment, la blonde n’avait pas l’air décidée à remercier qui que ce soit… S’adressant cette fois à Kim, Sélène esquissa un sourire aimable…

    Vous avez de bons réflexes ^^

    Ecartant une mêche bouclées de devant ses yeux, Sélène cala un peu mieux son sac contre elle et en profita pour jeter un œil autour d’elle, cherchant une place où s’installer et déjeuner. Un portable sonna finalement, et Kim décrocha, avant de commencer à s’éloigner sans un mot de plus…

    Je sais parfaitement que des siècles me séparent de tous ces gens… mais les règles de politesse n’ont quand même pas changé à ce point !

    L'absence de politesse a l'air d'être la langue nationale...

    Je regrette de plus en plus l'Angleterre...

    Moi aussi... et je n'aurais jamais cru pouvoir dire ça un jour...


    Saluant d’un hochement de tête la blonde qui continuait de papouiller son imbécile de chien, Sélène s’engagea de nouveau dans la pelouse et retourna à peu près à l’endroit qu’elle avait sélectionné un peu plus tôt, avant l’intervention du clebs. Bifurquant vers un gros chêne, la mutante s’installa s’une l’une de ses grosses racines qui sortait de terre, croisant ses jambes avant d’ouvrir son sac pour déguster son repas…

_________________
Fear & Desire
~ two sides of a same coin.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cafarnaum.org/
avatar

Sélène Gallio
Mutante de niveau Oméga
{ ADMINISTRATRICE }


Nombre de messages : 14938
Date d'inscription : 03/10/2006
Localisation : Mars Investigations, ou au Pandora's Box
Clan : Damnés
Age du personnage : 25 ans en apparence, mais quelques siècles de plus en réalité...
Pouvoirs : télépathie par contact, ondes mentales, dématérialisation en fumée noire et contrôle des ombres
Profession :
patronne de Mars Investigations, co-gérante du Pandora's Box, égérie glaciale des Damnés. Cambrioleuse à ses heures perdues

Points de rp : 2594

MessageSujet: Re: Réflexion assidus au grès du vent... [fini]   Lun 25 Mai - 16:34

    Retirant la pellicule de cellophane qui recouvrait la barquette, la jeune femme planta sa fourchette en plastique bleu dans une pomme de terre tout en prêtant la plus grande attention à ce que lui expliquait son interlocuteur… Eric, cela faisait un moment qu’elle n’avait plus eu de nouvelles, et Sélène fut ravie d’apprendre qu’il reviendrait d’Europe dans quelques jours. Quelques banalités furent échangées, chacun promettant à l’autre de ne raconter les choses importantes que lorsqu’ils se verraient en face à face, et Sélène finit par raccrocher son portable, numérotant dans la foulée le numéro de téléphone du portable de Crapaud…

    Le port… un véhicule « propre »… lundi matin…

    Raccrochant après que son interlocuteur ait confirmé qu’il avait bien décodé le message, Sélène glissa quelques morceaux de pommes de terre dans sa bouche. Bien sûr, elle était parfaitement consciente que certaines choses changeraient avec le retour de son vieil ami, comme notamment les possibilités d’alliance avec les Xmens et une éventuelle réduction des pouvoirs qu’elle avait accordés aux membres du Réseau… mais elle ferait son possible pour que les efforts entrepris ne soient pas vains…

    Sélène termina tranquillement son repas tout en gardant un œil sur les 6 beaux mâles torse-nus qui avaient entamé une partie de football un peu plus loin. Profitant également du soleil qui réchauffait sa peau pâle et glacée, la mutante finit par lever le camp après une petite heure passée au calme dans Central Park. Il devait sûrement y avoir une tonne de dossiers à traiter sur son bureau, alors mieux valait ne pas traîner si elle souhaitait rentrer à une heure décente chez elle ce soir…

    (topic terminé)

_________________
Fear & Desire
~ two sides of a same coin.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cafarnaum.org/

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Réflexion assidus au grès du vent... [fini]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Réflexion assidus au grès du vent... [fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men Extended :: NEW YORK CITY :: Central Park :: Parc-