Partagez | 
 

 parce que l'argent ne tombe pas encore du ciel... [Cameron]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Lexa Scox
Mutante de niveau 2

Nombre de messages : 270
Date d'inscription : 22/12/2007
Age du personnage : 19 ans
Pouvoirs : exauce les souhaits et détecte les gens sur le point de mourir... pas le genre de pouvoir à responsabilité que l'on s'attend à voir entre les mains d'une ado inconsciente, en fait...
Profession : serveuse (officieusement: strip-teaseuse) // Muse d'artiste torturé
Points de rp : 318

MessageSujet: parce que l'argent ne tombe pas encore du ciel... [Cameron]   Jeu 9 Oct - 19:57

Vendredi soir - 23h30... un soir comme les autres pour Lexa ou quasiment, puisqu'elle se rendait pour la première fois depuis longtemps à son lieu de travail... Le grand bâtiment abritant le Coyote Ugly se dessinait un peu plus devant elle à chaque nouveau pas qu'elle faisait, et la mutante souhaita mentalement être dotée d'un pouvoir de téléportation pour ne plus jamais avoir à subir le sale temps du nord du pays... Abritée sous un parapluie en très très mauvais état, Lexa se frayait un chemin entre les gens pas forcément recommandables qui essayaient de l’aborder pour lui proposer tout un tas de choses dont elle se foutait royalement et essuyait la deuxième pire averse de sa vie, la première remontant à plusieurs jours lorsqu’elle avait dû entrer dans un bar sympa mais blindé de monde… au moins dans sa Russie natale, le froid servait à éviter que les gens ne finissent trempés comme des soupes…

Une fois arrivée devant l’entrée, Lexa eût un peu de mal à refermer son parapluie et fit mine de saluer le vigile qui servait de videur et éconduisait les gens trop saouls pour pouvoir entrer. Lexa finit par entrer et se fraya un chemin dans la foule jusqu’aux coulisses, remarquant que les hommes semblaient particulièrement échauffés par le show que faisait Delinda sur le comptoir du bar… quelle garce !

La mutante quitta son manteau de laine puis s’installa devant une console libre pour se maquiller… peutètre l’une des seules choses qui lui étaient imposées par son travail dans le fond, parce que Lexa essayait de se faire le moins remarquer possible, et détestait attirer l’attention des gens – et des hommes en particulier. Achevant de se maquiller en recouvrant ses lèvres d’un rouge profond, la mutante s’observa dans le miroir et quitta ses vêtements pour enfiler un micro-short en jean noir et un dos nu blanc un peu plus sage, parce qu’il y avait quand même une limite à ce qu’elle pouvait accepter de porter pour divertir les poivrots qui emplissaient l’établissement… Après avoir enfilé une paire de longues mitaines blanches dont elle avait coupé les mains, Lexa se percha sur des talons qui quelques mois plus tôt auraient fini dans une poubelle après avoir provoqué sa chute : Roxy lui avait montré comment se débrouiller avec ce genre d’accessoires de torture, et la mutante maîtrisait assez bien l’exercice à présent, se permettant même d’enlever ses sempiternelles baskets lorsqu’elle allait faire un tour en ville…

Lexa gagna finalement l’arrière du comptoir, prenant le relais d’Anaïs, qui devait à présent aller faire son numéro sur scène. Lexa grimpa sur le comptoir et entreprit de servir la bande de poivrots qui semblaient n’avoir jamais vu de femme barmaid de leur vie tant ils bavaient… un effet de l’alcool, plus que probablement…
La mutante dégagea quelques hommes trop sages à grand renfort de seau d’eau – parce que comme l’avait expliqué Benny, ceux qui réclamaient un verre d’eau devaient se prendre une douche ^^ - et sur les coups de 4 heures du matin, une bagarre éclata entre deux hommes près de la scène où une Coyote effectuait un strip-tease assez glamour… Cherchant les vigiles des yeux, Lexa descendit de son comptoir et prit le chemin de la scène avec la ferme intention de faire sauter quelques dents aux trouble-fête…
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: parce que l'argent ne tombe pas encore du ciel... [Cameron]   Jeu 9 Oct - 20:52

    Il devait être bien minuit passé et on pouvait bien se demandait ce qui avait pu pousser Cameron Fox à être dans ce genre d’endroit qu’était le Coyote Ugly, un bar à strip-tease. Non pas qu’il n’aimait pas les femmes, mais là honnêtement ce n’était pas ce qu’il cherchait et encore moins dans cet état-là. Cameron n’était pas du genre à avoir des préjugés ni même des clichés, mais là le fait se posait à lui, donnait le bâton pour se faire battre si on lui permettait cette comparaison vulgaire. Ainsi, il ne pouvait concevoir qu’on offrait aussi facilement les services de son corps à des deux de QI qu’étaient la grosse majorité des hommes présents dans ce bar. Certes, dans sa vie on pouvait avoir des grosses difficultés financières, d’énormes problèmes d’ordre personnels, mais pour lui rien ne pouvait excuser ce genre de pratique à la limite de … la prostitution. Mais il était prit d’une certaine compassion surtout pour ces femmes, parfois jeunes femmes –pour ne pas dire filles- qui se laissaient aller à des pulsions basses pour pouvoir avoir une rentrée d’argent qui ne suffirait probablement pas les nourrir plus deux quatre jours ou même à se payer une dose de drogue quelconque. Cela le ramena quelque peu à sa situation actuelle et à ce pourquoi il était au Coyote Ugly ce soir-là.

    Cameron devait rendre une thèse à la fin de cette année et il avait pour but d’essayer de comprendre les tenants et les aboutissants du commerce de la drogue et les méfaits qu’elles entraînaient couplées à l’alcool. Sa finalité était de pouvoir faire de la recherche pratique pour contrer efficacement ses fléaux qu’étaient l’alcool et la drogue. Et on ne pouvait pas vraiment dire que le jeune homme était un homme de bureau et de paperasse. Non, homme de terrain il voulait se fournir d’informations à la source et après quelques recherches le Coyote Ugly était selon ses sources le meilleur endroit pour pouvoir mieux appréhender les fruits de ses recherches. Il n’était pas non plus le chercheur à lunettes entrain de disséquer quelque cobaye là entrain d’ouvrir un alcoolique pour savoir ce qu’il y avait à l’intérieur, ça il le savait déjà.
    Mais ce soir il était plutôt du type sociologue qui tentait de comprendre l’un des plus gros faits d’histoire du monde. Ainsi vers les 23h30 il s’était engagé dans les ruelles sombres de la ville avec en tête l’adresse du bar. En chemin l’ambiance des quartiers chauds se présentaient à lui et on pouvait se demandait s’il allait arriver entier au Coyote Ugly. Malgré la pluie on trouvait encore dans ces rues des gusses peu recommandables du genre que Cameron avait déjà eu en urgence à l’hôpital. Mais c’était connu les chiens aboient mais ne mordent pas. Mais il se disait aussi que la quantité d’alcool que représentaient les hommes qu’il rencontrât sur son chemin pouvait tuer un dinosaure mâle.

    Un pas assuré, il était arrivé sans encombre au bar et le vigile le laissa entrer, un léger œil étonné de voir quelqu’un d’encore sobre à cette heure-là. Cameron n’était pas mouillé, puisqu’il avait apporté un parapluie transparent pour qu’il puisse voir la pluie tomber sans que celle-ci ne le mouille. Il s’était ensuite installé à une table non loin du bar et déjà il notait discrètement des infos utiles à sa thèse. Le jeune homme était habillé pour l’occasion d’une chemise blanche et par-dessus une veste à capuche, un jean propre et des baskets du style des rappeurs US. Une première femme vint à sa table, lui demandant et à peine vêtue ce que « le beau lapin voulait boire ». Il réprima une grimace et demanda une boisson peu alcoolisée. Il ne buvait que très rarement de l’alcool il fallait dire, car il partait du principe « un esprit sain dans un corps sain » et surtout qu’il n’avait pas besoin de ça pour s’amuser. Mais ce soir il étai venu « étudier ». Bref, des femmes se déhanchaient devant eux, sur la scène, sur le bar, et si certains hommes n’étaient pas « bourrés » mais regardaient d’un œil pervers les actrices faire leurs shows, d’autres au contraire étaient ronds et criaient et hurlaient des choses et d’autres d’assez rabaissant.

    D’ailleurs, l’une de ces insultes choqua Cameron qui se retourna pour voir qui avait dit ça. Un homme qui devait avoir un peu plus que son âge, entouré d’une bande d’amis sans aucun doute car ils riaient à sa blague-insulte. Du genre caïd des bas quartiers. L’infirmier laissa échapper un « si vous pouviez la fermer au lieu d’insulter cette femme, sa serait merveilleux ». Ni plus ni moins Cameron n’avait pas cillé et il se retourna à sa table continuer son étude.

    Mais c’était comme si le microcosme autour de lui s’était arrêté. La musique elle continuait, les femmes continuaient aussi, mais l’homme à qui il avait fait la remarque cessa de rire et tous les hommes à proximité. L’étudiant sentit une tape sur l’épaule et lorsqu’il se retourna il se reçu un beau droit dans la figure et le fit aller à terre. Mais il se redressa vivement, le kalaripayyat lui ayant offert de magnifiques reflexes et un corps à presque toutes épreuves. Apparemment, l’homme dont le cerveau n’atteignait pas le QI d’un verre de lait n’avait pas apprécié ses paroles. Tout le monde les regardait maintenant et on avait formé une sorte de cercles autour d’eux. Cameron s’avança vers l’homme avec une rapidité féline et l’instant d’après avait prit son bras pour le tordre et faire s’effondrer l’homme. Deux de ses amis tentèrent de remettre Cameron à sa place, mais il les envoya sur une table la cassant nette en deux. Deux autres parvinrent à le maintenir par les bras et les autres hommes tentaient de calmer les amis du deux de QI. Les femmes criaient qu’on arrête de se battre et il en vit une qui s’approchait d’eux, un air furax sur le visage. Il se dégagea des bras des deux autres hommes et se retrouva proche de la femme qui venait d’arriver.


    « Heu … désolé pour la table je payerai les dégâts … » Une remarque vraiment décalée par rapport à ce qui venait de se produire. Mais Cameron était comme ça, il n’accordait d’importance que ce qui en avait. Déjà un sourire niais s’inscrivait sur son visage, inconscient du danger que pouvait encore représentait les gars non loin de lui. Inconscient ? Non, pas vraiment. L’infirmier était parfait au courant de tout ce qui tournait autour de lui à présent. Il savait qu’il ne sortirait pas si facilement de ce bar et il qu’il faudrait qu’il use sans doute de la force. Chose à laquelle il n’aimait pas recourir dans l’absolu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Lexa Scox
Mutante de niveau 2

Nombre de messages : 270
Date d'inscription : 22/12/2007
Age du personnage : 19 ans
Pouvoirs : exauce les souhaits et détecte les gens sur le point de mourir... pas le genre de pouvoir à responsabilité que l'on s'attend à voir entre les mains d'une ado inconsciente, en fait...
Profession : serveuse (officieusement: strip-teaseuse) // Muse d'artiste torturé
Points de rp : 318

MessageSujet: Re: parce que l'argent ne tombe pas encore du ciel... [Cameron]   Jeu 9 Oct - 21:39

Fendant la foule en direction de l’endroit où des hommes se battaient avec entrain. En plus de son jeu de coude irréprochable, Lexa pu sans trop de souci se servir de ses talons pour écarter les pieds qui ne bougeaient pas assez vite à son goût… Nulle part dans la salle la jeune fille ne parvenait à apercevoir Josh, le vigile qui en temps normal assurait parfaitement son rôle en mettant un terme aux affrontements entre clients et assurait la sécurité des Coyotes contre à peu près tout ce qui pouvait survenir à l’improviste…

Décidée à régler le problème lui-même, Lexa écartait les gens qui la gênaient avec une brusquerie impossible à ignorer. Elle finit par atteindre le lieu de l’empoignade à peu près au moment où un poivrot en balançait un autre en plein sur une table qui se brisa nette sous la force de l’impact, alors que l’homme s’écrasait assez brutalement à terre… Haussant les épaules, Lexa s’approcha encore de quelques pas pour aller calmer tout ce beau monde à l’esprit échauffé – d’ailleurs, certains commençaient déjà à prendre les paris sur l’issue de la bagarre – et la jeune fille ne fut pas vraiment surprise de voir que les combattants ignoraient tout bonnement sa présence en continuant à se battre… L’homme qui avait été jeté sur la table se releva et fut immobilisé par deux poivrots, alors que le colosse s’avançait de nouveau pour lui apprendre les « bonnes manières ». Le jeune homme se dégagea et finit par se retrouver près de Lexa, assurant qu’il paierait pour les dégâts occasionnés… comme si c’était ce qui importait à ce moment précis, fallait vraiment tout apprendre aux hommes décidément ><

Le colosse s’avança de nouveau en faisant tournoyer son poing tout en affichant un air particulièrement menaçant qui ne fit pas franchement trembler Lexa… fallait dire aussi qu’elle avait connu les champs de bataille, les prisons tchétchènes et tout le tralala, alors bon, un gros poivrot qui faisait trois têtes de plus qu’elle n’allait pas la faire déguerpir…
Le colosse abattit finalement son poing sur le jeune homme qui se tenait près de la mutante, et de là où elle était, elle pu constater que l’impact ne lui fit pas du bien… loin de là…

J’vais t’apprendre l’intello, tu vas voir !

Parce que visiblement, qui était jeune et non bourré était forcément un intello pour cette grosse brute… Lexa s’avança d’un pas lorsque le type s’avança de nouveau et intercepta son gros poing lorsqu’il essaya de frapper de nouveau l’autre homme : un habile mouvement vestige du passage de Lexa au sein des forces spéciales lui permit d’utiliser la force de l’homme pour la retourner contre lui, et la mutante pivota sur ses talons avec rapidité, lui tordant complètement le bras après le lui avoir retourné dans le dos, le dissuadant ainsi de faire un mouvement supplémentaire sous peine de le lui briser…

La bande de copains du type à présent maîtrisé par Lexa ne sembla pas décidée à se calmer et deux se jetèrent sur Cameron pour rétablir l’honneur de leur ami, pendant qu’un homme un peu plus grand que Lexa s’approchait d’elle, l’air décidé à montrer à la terre entière qu’une fille ne pouvait pas être capable de se battre correctement…

Put*in, si vous vous calmez pas j’vous jure que j’vous botte le c*l !

La maîtrise de l’anglais de la jeune slave se limitant presque exclusivement à la connaissance d’un nombre impressionnant de grossièreté, Lexa construisit sa phrase un peu comme elle le pouvait, d’autant plus que maintenir en respect le colosse tout en remettant à sa place le type qui approchait risquait de ne pas être de la tarte…

N’apercevant toujours pas le vigile ni même Benny, son patron, Lexa parcourut la foule du regard et hurla quelques mots à Anaïs, qui semblait ne pas trop savoir quoi faire pour aider sa collègue. Autour de l’endroit où se déroulait le bagarre, les gens continuaient de prendre les paris sur l’issue de la confrontation, pariant plutôt cette fois sur les deux brutes qui s’apprêtaient à refaire le portrait de Cameron et à faire sa fête à la strip-teaseuse…
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: parce que l'argent ne tombe pas encore du ciel... [Cameron]   Jeu 9 Oct - 22:36

    Est-ce que Cameron se laissa subjugué une seconde par la beauté sulfureuse de la jeune femme arrivée à ses côtés ? Peut-être que oui ou peut-être que non. Dans le chaos qui y régnait, aussi bien dans le bar que dans son esprit, le jeune homme ne pouvait pas dire si c’était le cas ou non. Toujours était-il que pendant quelques instants il ne pu détacher son regarder de cette jeune femme. Une telle beauté et grâce émanait d’elle qu’il se demandait pourquoi elle travaillait ici. Cette femme paraissait sortir d’un conte de fée en fait, une sorte de belle au bois dormant, sauf que là elle était en rogne. Le jeune homme ne la connaissait pas et pourtant il aurait su dire que dans son regard de braise l’intelligence régnait en maîtresse au contraire trop souvent des autres femmes présentes. Enfin, il ne généralisait pas non plus. Seulement elle, elle semblait avoir quelque chose de spécial. Et ça il n’aurait su le dire au premier coup d’œil. Le regard qu’elle leur lança à lui aussi, lui fit cependant comprendre qu’elle le mettait dans le même panier et il se reçu un coup qui l’envoya par terre.

    Même pas mal. Voilà ce qu’il aurait pu dire s’il avait voulut faire le malin. Parce que à partir du moment où il s’était fait agressé, Cameron avait laissé son pouvoir partiellement s’activer. De ce fait, rendant son corps quelque peu mou, cela lui permettait d’absorber les impacts des coups qu’il recevait. Ce coup-là porté dans la nuque aurait du la lui briser, et seule la force du choc l’avait envoyé par terre. Une seconde d’inattention avait suffit pour qu’il se fasse attaquer de nouveau. Pourquoi fallait-il toujours qu’il se mette dans des situations compliquées comme celle-là ? Pourtant à la base il n’avait fait qu’énoncé un fait que beaucoup ici pensait tout bas mais qu’ils n’osaient pas formuler tout haut. Lui était franc de nature et n’avait pas sa langue dans sa poche. Un autre homme civilisé se serait excusé pour avoir dit une telle insulte, mais il fallait se demander si dans ce bar il restait des hommes civilisés. Car ils tenaient tous plus à la bête déchainée avide de sang frais plutôt que de bon businessman. Au moins il aurait du vécu pour sa thèse. Cela n’arrangeait pas pour autant ses affaires car les gars semblaient vouloir en découdre jusqu’à ce qu’il comprenne. Et elle s’en mêla. La jeune femme du bar cria quelque chose qu’il prit immédiatement pour lui, sans prétention aucune.

    Laissant une menace planer sur sa tête quant à ce qu’elle venait d’hurler, il la vit s’occuper de son agresseur, le type aux allures de bûcheron, et avec une telle facilité qu’il en resta pantois tout comme l’assemblée qui déjà lançait des paris sur l’issue de ce qui était devenu un combat, assez inégal certes, mais un combat quand même. Elle en finit vite avec celui qui avait attaqué Cameron et celui-ci eut le temps –comment était-ce possible- d’analyser quelque peu son style de combat. Totalement déplacé et mettant sa vie en danger. L’inconnue savait se battre, c’étai indéniable. Un style de combat militaire à n’en pas douter. Le mutant n’aurait su dire qu’elle armée, certaines techniques se ressemblant assez d’une armée à une autre. Cependant, son style était aussi fluide que brutal. Comme quoi, on lui avait enseigné que l’apparence ne faisait pas la force, et cela s’avérait tous les jours. Dans ce cas là, il avait apprit à ne jamais sous-estimer une femme. D’ailleurs elle allait encore une fois le prouver au vue de sa position de garde et de ce qu’elle criait à nouveau. Mais sa vue fut brisée par deux gusses. Il pesta et s’écarta d’un geste vif pour ne pas recevoir un coup de pied. Il se releva sans difficulté et d’un geste fluide il para un premier coup de poing, cassa le poignet et plaça un atémi entre les côtes du premier homme, tout en donnant un coup de pied en biais dans le genou du deuxième. Le petit crac qui suivait le déboitage du genou ne se fit pas entendre car la musique continuait de courir, mais l’homme tomba à la renverse avec une expression sur le visage qui ne trompa pas le jeune homme. Une sévère allure s’infiltra sur son visage. Il ne riait plus. Pas de la colère ni de la rage. Un visage impassible, mais qui avait quelque chose d’angoissant. Ses mains restées volontairement en garde, mettant justement en garde d’éventuels autres agresseurs. Cameron jeta un coup d’œil à la jeune femme, mais il ne la trouva pas. Où était-elle passée ? En même temps dans le tumulte et l’agitation qui régnait ici, difficile de voir si elle avait pu maitrisait le colosse. Le mutant vit que d’autres hommes bougeaient et il leur fit face.


    « Faites gaffe où vous mettez les pieds les gars … » chuchota t-il près d’eux, un sourire espiègle aux lèvres. L’un d’eux tenta de lui placer un atémi, mais inexplicablement il tomba à la renverse comme ses deux autres camarades. Sans aucune aide ni de la part de Cameron ne de celle de la jeune femme. Enfin si … C’était Cameron qui n’avait craint de faire apparaître trois paires de bras aux pieds des trois hommes pour les faire basculer. Personne n’avait rien vu et de toute façon trop de choses juchaient le sol pour pouvoir y déceler cela. Se retournant il aperçut enfin l’inconnue du bar et au même moment sans se retourner, la tête baissée, il stoppa une chaise qui s’abattait sur lui. Comme une scène au ralenti, il releva la tête pour voir celui qui tenait cette chaise et d’un coup sec tira la chaise et déséquilibrant l’homme qui reçu un coup de genou dans le ventre.

    Cameron avait gardé un visage neutre. Il tourna à nouveau la tête vers elle et fronça les sourcils.


    « Attention derrière vous !! » cria t-il en voyant un autre homme se rapprocher d’elle par derrière, dernier sur vivant de la bande d’amis du premier agresseur. Le combat allait touché à sa fin pour eux …
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Lexa Scox
Mutante de niveau 2

Nombre de messages : 270
Date d'inscription : 22/12/2007
Age du personnage : 19 ans
Pouvoirs : exauce les souhaits et détecte les gens sur le point de mourir... pas le genre de pouvoir à responsabilité que l'on s'attend à voir entre les mains d'une ado inconsciente, en fait...
Profession : serveuse (officieusement: strip-teaseuse) // Muse d'artiste torturé
Points de rp : 318

MessageSujet: Re: parce que l'argent ne tombe pas encore du ciel... [Cameron]   Ven 10 Oct - 18:26

Pauvre homme… c’était bien la première fois que quelqu’un se mangeait un coup de poing par une tierce personne pour avoir fixé Lexa de cette manière, puisque habituellement c’était elle qui devenait violente lorsqu’on se permettait de trop l’observer…

Quoi qu’il en soit, Cameron finit à terre sous le regard approbateur de l’idiot aviné qui venait de le frapper… arff, les mecs >< Lexa quant à elle se chargea de calmer le combattant lorsque Cameron se releva, lui retournant le bras en une contorsion bien pratique pour maintenir les gens un peu douillets en respect… pourquoi en effet vouloir bouger lorsque tout mouvement pour se dégager engendrait une douleur aussi insupportable que celle-ci ? Une excellente question à laquelle le colosse trouva seul la réponse puisqu’il se calma tout seul en gémissant de manière assez ridicule alors que Lexa ne lui avait pas encore cassé le bras… mouais, les mecs ><

Cherchant toujours le vigile du regard, Lexa commençait à pester intérieurement d’être non seulement obligée de servir à moitié nue sur le comptoir et d’EN PLUS maintenir l’ordre dans les rangs des poivrots… En y réfléchissant bien, elle demanderait un supplément à Benny pour avoir empêché que son établissement ne flambe à la fin de l’altercation…
Lexa pensa assez naïvement que tout ce beau monde se calmerait après qu’elle ait réglé son compte au type qu’elle maintenait en respect, mais non ! La chose empira même de manière significative lorsque les amis du type en questions se joignirent à la mêlée pour aller régler son compte à Cameron en groupe, alors qu’un seul homme pas spécialement baraqué s’approchait pour inciter Lexa à relâcher celui dont elle avait contorsionné le bras… comme s’il comptait l’impressionner avec ses petits poings, piouf…
L’endroit était tellement bruyant que Lexa n’entendit pas la mise en garde de Cameron et continuait de scruter la foule pour repérer le vigile qui normalement bossait ici, pensant avoir le temps de faire au moins ça avant que son deuxième assaillant ne fonde sur elle…

Cameron esquiva un coup de pied donné par l’un de ses nouveaux « amis » et riposta avec efficacité, arrachant un gémissement à son premier assaillant alors que déjà, le deuxième approchait en donnant l’impression qu’il allait découper le jeune homme en petits cubes…

Alors toi, mec…

Une lame de couteau ne tarda pas à jaillir de la garde qu’il serrait dans son gros poing, et l’homme se la joua façon Zorro, mais en trois fois moins convaincant, tailladant l’air en espérant très fort atteindre Cameron… Comble de malchance pour Lexa compte tenu de son pouvoir, le vœu de l’homme armé fut exaucé dans la foulée et la lame atteignit Cameron (tu peux être blessé si tu veux ou user de ton élasticité ^^) alors que Lexa relâchait le colosse, diminuée pendant quelques secondes par cette douleur caractéristique qui indiquait qu’un abruti avait fait un vœu et qu’elle venait de l’exaucer… La mutante se mangea un coup de poing en plein visage par l’homme qui s’avançait vers elle et se rattrapa à un parieur qui agitait des billets pour parier sur l’homme qui avait envoyé Cameron à terre…

Un goût de sang désagréable dans la bouche, Lexa essuya d’un revers de main le filet rouge qui s’écoulait à la commissure de ses lèvres avant de littéralement sauter sur l’homme qui l’avait frappée, s’assurant une bonne stabilité avec ses jambes enroulées autour de sa taille et le frappant au visage avec une rage dont peu de gens pourraient croire capable cette ado de petite taille… Le colosse vit au secours de son ami et chercha à écarter Lexa jusqu’à ce qu’il la ceinture, immobilisant ses bras en la serrant contre lui. Cédant à un réflexe tout bête, Lexa balança ses pieds chaussés de talons hauts en avant et envoya valser le deuxième homme, lui brisant sans doute le nez au passage…

Un peu plus loin, les deux assaillants de Cameron s’en donnaient à cœur joie, semblant un peu plus désireux de lui faire regretter son intervention à chaque seconde qui passait. Sans trop comprendre le pourquoi du comment, les deux hommes furent précipités au sol par… en fait ils n’en savaient rien, et le « public » présent ne comprit pas non plus ce qui avait entraîné leur chute alors que pourtant, ils avaient l’avantage sur Cameron… L’un des deux hommes profita du fait que ce dernier cherchait Lexa du regard pour se saisir d’une chaise et amorcer un mouvement pour la fracasser sur lui, mais encore une fois, Cameron para le coup, arrachant un grognement de frustration à son assaillant décidément très maladroit…

Une silhouette massive fendit la foule en direction du lieu de l’ « accrochage » et sépara Lexa du colosse avec fermeté, permettant à la jeune slave de toucher de nouveau terre… Son regard assassin se posa alternativement sur le vigile – qui aurait tout de même pu arriver plus tôt – puis sur le colosse, et la mutante colla son poing dans la figure de l’homme qui avait commencé la bagarre…

La prochaine fois, tu t’accroches à ta put*in d’bière et tu t’tiens tranquille !

Ajoutant un autre coup juste pour bien montrer à tout le monde que c’était elle qui avait le dernier mot malgré l’intervention du vigile, Lexa précipita le colosse à genoux après lui avoir défoncé une rotule… mieux valait éviter de s’en prendre à elle avec l’entrainement au combat qu’elle avait suivi, surtout si on avait l’intention de rester en un seul morceau…
Les parieurs empêchèrent leurs gains sur le dos des perdants et retournèrent à leurs bières alors que le vigile adressait un léger sourire à Lexa, l’air un peu confus de n’être pas arrivé plus tôt…

Désolé Pearl, on avait un problème avec des pseudo-durs à l’entrée…

Essuyant une nouvelle fois le sang qui s’écoulait de sa bouche, Lexa lui adressa un léger sourire…

Tant qu’ya quelqu’un pour fracasser les pifs des clients trop pleins, ça va ^^

En clair même si elle aurait préféré ne pas avoir la bouche dans cet état, Lexa s’était tout de même bien amusée ^^ Du regard elle chercha dans la foule l’homme par qui tout avait commencé…

Rien d’cassé ?

Vu l’état de ceux qui étaient vautrés au sol, il était inutile de leur poser la question… Le vigile évacua les trouble-fête manu militari, tandis que Lexa jetait un œil à sa manucure ruinée, puisque plusieurs ongles avaient cassé net pendant la bataille…

Put*in, j’sais pas comment font les autres pour pas les péter ><

Peu habituée à ce qu’elle considérait comme des « chichis », Lexa comprenait de moins en moins l’utilité de la french manucure...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: parce que l'argent ne tombe pas encore du ciel... [Cameron]   Ven 10 Oct - 19:59

    Cameron essuya d’un revers de la main la petite trace de sang qui était apparue suite à un coup de couteau que lui donna l’un des agresseurs. Il avait dévié le coup qui s’était d’abord dirigé vers son cœur. Il ne l’aurait pas fait, le jeune homme serait présentement étendu par terre et n’aurait même pas pu envoyer les trois autres valser. Cependant, l’indien maitrisait parfaitement son art et vu qu’ils n’attaquaient que un par un, il avait le temps d’organiser une très bonne défense. Ce couteau n’aurait donc pas du le toucher. Etait-ce normal ? Parce que au moment même où Cameron le fit dévier il se passa quelque chose d’imperceptible mais que son esprit hyper-sensible sembla capter. Du surnaturel ? Son esprit médical tenta d’abord de renier cette pensée tandis qu’il envoyait à terre deux hommes et qu’il arrêtait une chaise destiné à être fracasser sur sa tête. Mais il devait bien admettre qu’il y avait eu quelque chose de bizarre l’espace d’une seconde avant qu’il n’envoi l’homme au couteau dans les bras de Morphée. C’est alors qu’il avait cherché la jeune femme du regard et il la trouva, elle finissait de s’occuper du premier agresseur alors qu’un autre colosse semblait lui parler. Le vigile. Cameron reconnut l’homme qui lavait lancé entré dans le bar.

    Poussant un léger soupir il regarda autour de lui. La musique ne s’était pas arrêté, les parieurs se passaient de l’argent certains l’air vraiment déçu que le combat se soit terminé à la faveur de l’inconnue et de Cameron. D’autres déjà reprenaient déjà leurs activités visuelles à reluquer les femmes qui s’étaient remises à danser, un air un peu plus crispé sur leurs visages maquillés. Le jeune homme se dit qu’il devait maintenant partir s’il voulait un jour regagner son lit. Il avait collecté de bonnes informations pour sa thèse. Mais d’abord il voudrait trouver le responsable du bar pour lui faire un chèque pour les dégâts occasionnés. A noter que même s’il ne se savait pas le seul responsable de cette casse, le jeune homme mettait un point d’honneur à endosser l’entière responsabilité. Prit de pitié plus que de compassion pour ces hommes dirigés par le fléau de l’alcool. Il tourna la tête en entendant le vigile. Pearl. Il avait dit Pearl en parlant à la femme. S’appelait-elle comme ça ? C’était un prénom original en tout cas. Cela lui tira un sourire. Mais lorsqu’il la vit qui le regardait et s’adressant à lui, un trouble apparut sur son visage.


    « Oh … moi ? Oui … oui sa va et vous, pas trop de mal ? »
    Bien sûr que non idiot ! Tu as bien vu la façon dont elle avait de se battre, aucun risque que … Il remarqua alors une trace de sang au niveau de sa bouche. Ah si, elle avait été touchée. Sans doute un coup de poing inattendu. Fronçant légèrement les sourcils, il s’approcha d’elle tandis que le vigile emmenait les trouble-fêtes à l’extérieur. Allait-il subir le même sort qu’eux ? Car aux yeux de tous et peut-être même des siens, il savait bien qu’il avait participé à cette bagarre, mais à son niveau juste pour éviter de finir à l’hôpital ; après tout c’était lui qui soignait les gens pas le contraire …
    Le jeune homme veilla cependant à rester sur ses gardes. Si cette femme avait réussit à tenir en respect un homme qui devait avoir deux têtes et demi de plus qu’elle sans vraiment forcer et avec une composition militaire assez originale, il devait tout de même faire attention. D’un geste machinal, il essuya de nouveau d’un revers de la main sa joue rougit par l’afflux de sang. Le souvenir de cette sensation bizarre lui revint en mémoire, mais bon en même temps question bizarre il était un peu hors catégorie avec ses capacités mutantes. Personne n’avait semblait s’en apercevoir et c’était tant mieux pour lui. Il ne voulait pas jeter le discrédit sur les mutants et à fortiori sur l’Institut.


    « J’aimerais vous dédommager pour les dégâts de ce soir. » dit-il enfin d’une voix gênée, étant parvenu à ses côtés.
    Cette remarque était vraiment décalée, mais Cameron l’était en tout cas. Ce combat ne l’avait ému et ému était là un peu fort, que parce qu’il avait vu les méfaits de l’alcool une énième fois. Il avait fait en sorte de ne pas gâcher leurs vies en les paralysant, ce n’était pas ce qu’il cherchait, juste les remettre à leur place puisqu’ils avaient voulut en faire de même. Puis, encore une fois, il ne pu que s’attrister qu’une jeune femme se trouvât ici entrain de servir des hommes à voir mais aussi à boire. Etait-elle étudiante ? Cette question lui vint en tête comme tant d’autres au vu de ce qui c’était passé. Comment avait-elle apprit ces techniques de combat rapprochés que l’on enseignait exclusivement que dans le corps militaire ? Peut-être après tout qu’elle en était une de militaire, c’était fort possible, mais dans ce cas, il doutait fort qu’elle n’ait pas assez d’argent pour être obliger de venir travailler là. De ce fait, il exclut cette possibilité. Jamais un militaire de cet page aurait eu ces compétences de combat dignes d’un haut gradé expérimenté, mais aussi leur éthique n’aurait jamais permis le travail dans une boîte à strip-tease, enfin sauf sous couverture. Mais là il se dit qu’il allait un peu trop loin.


    « En tout cas vous avez une bonne technique pour mettre ces gens hors service. Pareil que l’armée. Hum enfin … je suis encore une fois désolé pour ça … » dit-il en regardant l’état de la zone de combat. Avait-il fait cette remarque à tout hasard ou cherchait-il à savoir le vrai du faux ? Une chose était sûre, cette femme était spéciale. Et il ne pouvait se douter à quel point. Lui-même dans sa nature de mutant n’aurait su l’en blâmer. La deuxième partie de ce qu’il était plus spontanée moins recherchée. Car le jeune homme rebelle dans l’âme, ne pouvait cependant empêcher son éducation d’interférer et de s’excuser à tout-va.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Lexa Scox
Mutante de niveau 2

Nombre de messages : 270
Date d'inscription : 22/12/2007
Age du personnage : 19 ans
Pouvoirs : exauce les souhaits et détecte les gens sur le point de mourir... pas le genre de pouvoir à responsabilité que l'on s'attend à voir entre les mains d'une ado inconsciente, en fait...
Profession : serveuse (officieusement: strip-teaseuse) // Muse d'artiste torturé
Points de rp : 318

MessageSujet: Re: parce que l'argent ne tombe pas encore du ciel... [Cameron]   Ven 10 Oct - 21:14

Adressant un dernier sourire au vigile, Lexa finit par tomber de nouveau nez à nez avec Cameron. Promenant son regard sur lui, la mutante ne manqua pas de remarquer la légère blessure dont elle était plus que probablement responsable… pas de sa faute aussi si elle était incapable de décider de ne pas réaliser tel ou tel vœu… Essuyant elle-même le sang qui s’échappait de ses lèvres, elle ne pu que conclure qu’ils étaient plus ou moins à égalité du point de vue des blessures…

Cameron parut surpris que Lexa lui demande s’il allait bien, et le mutante le fut tout autant lorsque les rôles s’inversèrent…

Bin… j’ai l’air entière, donc ^^

Lexa eut un léger mouvement de recul lorsque Cameron s’approcha. Sachant par expérience qu’il valait mieux maintenir les inconnus et clients à distance pour éviter des surprises désagréables… Bon, il n’avait pas l’air méchant… il n’avait même pas vraiment l’air dangereux quand on y regardait de plus près, même si la petite slave avait pour habitude de ne jamais se fier à l’apparence des gens pour déterminer leur degré de dangerosité…

L’inconnu renouvela son intention de vouloir payer pour les dégâts occasionnés, et un sourire amusé étira les lèvres de Lexa alors qu’elle observait l’argent des paris changer de mains…

Si Benny t’es pas tombé d’ssus, c’est qu’c’est bon…

Repensant au fait qu’il ne connaissait peutètre pas l’identité du patron des lieux, Lexa s’empressa d’ajouter quelques précisions…

… c’est mon patron…

Son discours était toujours très laconique parce qu’elle n’avait pas encore les connaissances linguistiques nécessaires pour soutenir un grand débat, mais Lexa s’arrangeait toujours pour être comprise au moins un minimum…
Une autre serveuse rejoignit Lexa après s’être faufilée entre les poivrots en essayant d’éviter leurs mains baladeuses et vint lui murmurer quelques mots à l’oreille, désignant du bout de son index un homme qui l’observait de lui, près de l’accès aux coulisses. Lexa adressa un signe de tête à Benny, lui indiquant par ce biais que tout allait bien avant de laisser échapper un long soupir peu après que sa collègue ne se soit éloignée non sans dévorer Cameron des yeux…

J’t’offre un truc à boire ? J’ai fini mon service pour c’soir, l’patron est vach’ment papa-poule…

Un peu d’amertume dans la voix, parce qu’elle aurait bien embrayé sur un autre règlement de compte, mais Benny préférait qu’elle rentre chez elle et revienne en forme le lendemain soir… une vraie crème comme patron, yavait pas à dire ; Lexa était vraiment très bien tombée ^^
Cameron finit par revenir sur la technique de combat de Lexa, expliquant qu’il la trouvait « bonne » pour ce qui était de mettre les gens hors service… Vite, un mensonge…

Bin, l’patron veut pas qu’on s’fasse agresser… alors on toutes suivi plus ou moins assidument un programme d’self défense…

Franchement peu crédible si on tenait compte de l’aisance avec laquelle Lexa avait réglé le compte de ses deux assaillants… Cameron s’excusa une nouvelle fois et Lexa exécuta un mouvement de main pour lui indiquer que ce n’était pas grand-chose…

On a déjà vu pire… là c’est du p’tit bois ^^

Pas exactement l’expression adéquate pour qualifier les dégâts, mais rien d’autre ne lui était venu à l’esprit… enfin mis à part du russe, mais son interlocuteur ne l’aurait probablement pas comprise, comme la majorité des gens qu’elle avait croisés sur le territoire américain…
Essuyant une nouvelle fois le sang qui ne cessait de s’écouler, Lexa fronça les sourcils avec un air franchement exaspéré avant de lever les yeux vers Cameron, qui lui aussi – pour ne pas changer – était plus grand qu’elle d’au moins une tête…

C’est dans quel état ?

Une question pas hyper claire, mais il comprendrait probablement… du moins, Lexa l’espérait…
Peinant à stopper l’écoulement de sang, la mutante se demanda l’espace d’un instant si sa blessure n’était pas plus grave que ce qu’elle pensait…
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: parce que l'argent ne tombe pas encore du ciel... [Cameron]   Sam 11 Oct - 11:16

    La jeune femme, Pearl s’il ne se trompait pas, lança une petite blague, disant qu’elle était entière. Utilisait-elle l’humour pour oublier la bagarre qui venait d’avoir lieu ? Etait-ce illogique après tout, parce lui-même montrait un air décalé qui certes n’était pas sur joué car il l’était vraiment en retrait par rapport à ce qu’il venait de se passait et ce à chaque qu’il lui arrivait ce genre de chose. Cependant cela n’empêchait que son esprit tournait à 1000 à l’heure tentant d’analyser les conséquences de cette petite bataille, les tenants et les aboutissants. Il allait sûrement avoir des représailles s’il venait à traîner de nouveau dans le quartier, mais … cette fille aussi risquait de subir une revanche puisqu’elle travaillait ici, ces hommes sauraient où la trouver. Et même s’il ne doutait pas sur l’issue éventuelle d’un prochain combat, vu ce qu’elle avait fait présentement c’était contre ses principes de la laisser prendre tout à cause de ce qu’il avait fait. Il n’avait pas ce préjugé « les filles sont moins fortes que les garçons » de toute façon il en avait encore une fois ma preuve », mais c’était juste le fait qu’elle allait sûrement prendre toute la rancœur de ces gusses pour lui.

    Elle lui parla d’un homme un certain Benny et lui dit que c’était bon. Le jeune homme supposa qu’il n’aurait pas à payer et cela le gêna considérablement. Car quoi qu’ils en disent, il leur laisserait quelque chose pour palier aux dégâts. Encore plus gêné quand elle lui annonça que ce Benny était le patron du bar. Etait-ce un diminutif ou son prénom véritable ? Non parce que lui par exemple on l’appelait Cameron mais aussi Camy, Cam, Cameroun et il en passait, et depuis qu’il était à l’Institut il avait une sorte de nom de code. On lui avait expliqué que c’était pour ne pas divulguer son identité lors d’éventuelles missions. Il avait alors proposé Shiva, en référence au dieu indien. Mais il fronça les sourcils sachant qu’il se perdait dans des pensées qui n’avaient rien à faire là pour le moment. Surtout qu’une des filles du bar vint murmurer quelque chose qu’il ne capta pas à l’oreille de la jeune femme, et que l’inconnue lui lança un regard de prédatrice qui lui fit monter le rouge aux lèvres. Il n’avait pas l’habitude d’être observer de cette manière et de ce fait comprenait encore moins qu’elles puissent travailler sous ce genre de regards.


    « Eh bien, je ne peux pas refuser je pense. Merci. Mais à charge de revanche. Je m’appelle Cameron. » dit-il en joignant les mains pour former un salut typiquement indien, tout en ayant suivit le doigt de l’autre femme en direction de l’homme qui devait être le fameux Benny. Il s’étonna d’avoir encore ce genre de réaction après quelques années passées ici aux Etats-Unis. Bah c’était logique de toute façon. On avait tous appris une façon de se présenter, de dire bonjour ou merci, pour lui c’était comme ça, pour d’autres c’étaient s’incliner, ou serrer la main. Cela dépendait des cultures et honnêtement il ne rejetterait la sienne pour rien au monde. Sachant que cela pouvait et surprendrait sûrement il ajouta un sourire. Ainsi elle lui payait quelque chose à boire, mais il n’allait pas lui dire qu’il n’aimait pas l’alcool. Cependant, le jeune infirmier veillerait à lui rendre la pareille ce qui impliquait qu’ils se revoient. Et il ne savait pas si elle accepterait après le grabuge de ce soir. M’enfin encore une fois trop de questions.

    Elle finit par répondre, évasivement, à sa question. Un cours de self-défense ? Eh bien elle devait dépasser de loin les autres femmes, car elle semblait avoir un niveau expert dans le domaine. Mais il ne s’y laissa tromper qu’en mots et apparence, car ce genre de pratique ne s’acquérait pas lors de quelques stages d’auto-défense. Lui-même avait commencé tout petit pour avoir cette maitrise du kalaripayyat. Alors il se permettait de douter sur ce qu’elle dit, mais hocha la tête d’un air entendu, un nouveau sourire aux lèvres.


    « On vous a bien entraînées alors. C’est bien. »

    Il se permit de froncer les sourcils, lorsqu’elle lui demanda : « c’est dans quel état ? ». Auparavant il l’avait vu essuyer le sang qui s’écoulait encore de sa bouche et lui s’essuyait la joue. Demandait-elle s’il allait bien et si sa joue s’en remettrait. Peut-être bien, mais un fait attira son attention. Une petite blessure à la bouche ne laissait pas tant de sang s’écouler comme ça. Instantanément l’esprit de l’infirmier revint en lui et il diagnostiqua une blessure peut-être plus grave qu’en apparence. Il se rapprocha un peu plus d’elle, inquiet de sa santé, elle devenait une sorte de patiente.

    « Je suis infirmier. Est-ce que vous me permettez de comprendre votre blessure ? Avez-vous un endroit calme où je pourrais voir ça ? Je ne voudrais pas que par ma faute vous vous retrouviez aux urgences. Ah je souhaite que cela ne soit pas grave ! » dit-il un sourire contrit sur les lèvres. Il allait s’occuper de cela si elle le laissait s’en occuper. Mais vu son tempérament il en avait de quoi douter. Mais en tant qu’infirmier il ne pouvait décemment pas faire comme s’il n’avait rien vu. Sa blessure à lui ne saignait plus abondamment. Le sang s’écoulait goutte à goutte et tendait à se stopper. Il n’y prêtait déjà plus attention.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Lexa Scox
Mutante de niveau 2

Nombre de messages : 270
Date d'inscription : 22/12/2007
Age du personnage : 19 ans
Pouvoirs : exauce les souhaits et détecte les gens sur le point de mourir... pas le genre de pouvoir à responsabilité que l'on s'attend à voir entre les mains d'une ado inconsciente, en fait...
Profession : serveuse (officieusement: strip-teaseuse) // Muse d'artiste torturé
Points de rp : 318

MessageSujet: Re: parce que l'argent ne tombe pas encore du ciel... [Cameron]   Dim 12 Oct - 13:59

Lexa restait silencieuse, se faisant mentalement une remarque d’un genre un peu particulier lorsqu’elle réalisa que le dévisagement devait être le deuxième sport national sur le territoire américain… Pourquoi est-ce que lui aussi la regardait de cette manière sans rien dire ? ça devenait agaçant à la fin ><
Faisant preuve d’un calme hors du commun quand on connaissait ses antécédents, Lexa prit sur elle pour ne pas déclencher une seconde bagarre simplement par pur égoïsme…

Le froncement de sourcils de l’inconnu tira Lexa de ses pensées à peu près au moment où Jessica arrivait pour lui faire passer un message de la part de Benny. Appréciant plus que tout de jouer de ses charmes, la serveuse adressa un regard sans équivoque à Cameron, s’attendant sans doute à ce que ce dernier agisse comme n’importe lequel des clients habituels et entreprenne de laisser trainer ses mains là où – selon Lexa – elles n’avaient strictement rien à faire… Rares étaient en effet les clients qui ne se faisaient pas déchausser quelques dents après avoir tenté de tripoter Lexa contre son gré…

Un sourire amusé étira les lèvres de la jeune slave lorsqu’elle remarqua la teinte rouge que prit le visage de Cameron suite au petit manège de sa collègue… apparemment, c’était la période que qu’avaient choisi les hommes aux âmes sensibles pour venir voir ce qui se passait au Coyote Ugly… Aiden la semaine passée, et maintenant… bon, elle ne connaissait pas son nom, mais cela revenait à peu près au même dans la mesure où le simple regard de la strip-teaseuse avait suffit à lui faire monter le rouge aux joues…
Cameron accepta le verre que lui proposait Lexa et cette dernière coinça une mèche aussi blonde qu’indisciplinée derrière son oreille droite, essuyant de nouveau ce filet de sang qui semblait ne jamais devoir interrompre son écoulement… L’inconnu se présenta finalement, après avoir laissé échapper une expression que Lexa avait déjà entendue mais dont le sens lui échappait totalement…

« A charge de revanche »… mouais…

Répéter phonétiquement ce qu’elle entendait ne lui posait aucun problème, si ce n’était lorsqu’elle ressortait des mots inappropriés au mauvais moment… comme lorsqu’elle avait insulté plus ou moins volontairement un employé de la poste et bien d’autres avant et après lui… Oui, Lexa avait des facilités de compréhension certaines de l’anglais, mais simplement en ce qui concernait l’argot et les insultes… pour ce qui était des expressions politiquement correctes, la mutante surnageait et essayait de comprendre ce qu’on lui disait d’après le contexte… mais là encore, ce n’était pas gagné…
Se décidant à se présenter à son tour, Lexa imita son interlocuteur en joignant elle aussi ses mains…

Tu peux m’appeler Pearl ^^

Seule règle que la mutante suivait sans se plaindre : s’arranger pour ne pas dévoiler son identité aux clients, sauf si on avait envie de se faire suivre ou de les voir débarquer chez soi… Tenant plus que tout à ce qu’on lui foute une paix royale, Lexa avait eu vite fait de se trouver un nom de scène…
Aucune idée de la signification du geste qu’elle venait d’effectuer avec ses mains, mais peutètre qu’elle apprendrait sa signification par la suite… du moins, si son interlocuteur se montrait pédagogue, ce qui était plutôt rare si on considérait tous ceux qui avaient envoyé boulé Lexa en la prenant pour une sotte…

Cameron hocha ensuite la tête avant d’esquisser un léger sourire, concluant que les employées avaient bien été entrainées… première fois que quelqu’un avalait aussi facilement ce mensonge, Lexa n’en revenait pas…

Avec le métier qu’on fait, vaut mieux rien laisser au hasard…

En rajouter une couche était trop tentant, surtout parce qu’il avait l’air de prendre ce qu’elle disait pour argent comptant avec une naïveté déconcertante… ou alors… ou alors il n’en croyait pas un mot, ce qui n’était pas impossible non plus… Lexa fronça les sourcils à son tour et jaugea son interlocuteur du regard pendant quelques secondes, essuyant à nouveau le sang qui s’écoulait sans discontinuer… ça aussi, ça commençait à être pénible…

Cameron fronça les sourcils suite à la question de Lexa, semblait dans un premier temps indécis quant à la réponse qu’il apporterait. Annonçant ensuite qu’il était infirmier, il lui demanda si elle lui donnait la permission de « comprendre » sa blessure… plusieurs problèmes dans sa question, puisque Lexa n’avait strictement aucune idée de ce que pouvait être un infirmier, et ne savait pas non plus que l’on pouvait comprendre une blessure…

Un infirmier… c’est une sorte de toubib ?

Encore une fois, merci aux clients saouls qui avaient essayé de lui apprendre à parler anglais « correctement »…
Cameron lui demanda ensuite s’il existait un endroit calme où il pourrait l’examiner, et Lexa hocha la tête, esquissant un léger sourire lorsque son interlocuteur conclut qu’il ne voudrait pas la voir finir aux urgences par sa faute…

Si j’finis aux urgences, ça s’ra par la faute d’ces abrutis… que j’sache, c’est pas toi qui m’a tapé d’ssus ^^

Une logique imparable, quoiqu’un peu naïve… Lexa enjamba quelques débris de table que le vigile commençait à fourrer dans un grand sac poubelle et attrapa d’un mouvement rapide et précis le poignet de Cameron, l’entraînant derrière elle à travers la foule de clients qui recommençaient à hurler à l’unisson à mesure que Delinda quittait ses vêtements sur scène… Un vague juron s’imposa à l’esprit de Lexa en ce qui concernait la seule de ses collègues qu’elle ne supportait pas à cause de ses manières de sale gosse gâtée et de sa propension à rabaisser sans cesse les gens qui ne disposaient pas de sa fortune… d’ailleurs, qu’est-ce qu’elle pouvait bien f*utre au Coyote Ugly si elle était vraiment milliardaire ?

Pauv’ c*nne…

Voilà, c’était dit… avec un peu de chance, Cameron n’aurait rien entendu à cause de la musique et des hurlements ambiants.
Ils gagnèrent finalement le couloir qui menait – entre autres – à la fameuse salle dans laquelle les clients les plus pervers rêvaient de terminer la soirée avec les employées, et Lexa s’empressa de refermer la porte de ladite salle après avoir remarqué qu’elle était déjà occupée… S’adossant à la porte pour empêcher que Cameron ne cherche lui aussi à entrer, Lexa esquissa un sourire en coin avant de l’entraîner plus loin, vers les coulisses cette fois…

Une vaste salle abritant des casiers et plusieurs coiffeuses dotés de grands miroirs meublaient la pièce de manière assez chic malgré l’endroit dans lequel la scène se tenait, et ce simple détail montrait assez aisément à quel point Benny prenait soin de ses employées, dans le bon sens du terme… Lexa se tourna de nouveau vers Cameron après avoir vérifié que l’endroit était désert, et elle se planta un peu maladroitement devant lui, semblant attendre qu’il jette un œil à sa blessure…
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: parce que l'argent ne tombe pas encore du ciel... [Cameron]   Jeu 16 Oct - 17:03

    Pearl donc n’était peut-être pas son vrai prénom, vu comment elle lui avait formulé la phrase. Il pouvait l’appeler comme ça … Ce qui à vrai dire laissait implicitement entendre que ce n’était pas son patronyme mais qu’elle ne préférait pas vraiment le divulguer. Normal après tout dans ce genre d’endroit. Cameron était peut-être un pervers sans scrupule, m’enfin … c’était vraiment peu réaliste. Mais c’était le droit le plus entier de la jeune femme de ne pas lui donner son prénom. Lui en tout cas, n’avait rien à perdre où à y gagner, il l’avait donné son prénom. Comme sa il n’y avait pas trop d’ambigüité entre eux. Quoiqu’elle devait sûrement rester sur ses gardes se disant qu’il restait un homme de toute façon. Et elle avait tort si elle pensait cela, car il n’était pas ce genre d’homme, vraiment pas. Et puis son rôle d’infirmier avait prit le pas sur tout le reste, il n’avait plus qu’une chose en tête, c’était de voir comment allait sa mâchoire.

    Il fronça les sourcils lorsqu’elle lui demanda si infirmier c’était une sorte de toubib, sur quoi il hocha la tête avant même d’avoir essayé de comprendre pourquoi elle lui demandait cela. Aucun mot ne sortit de sa bouche si ce n’étaient des balbutiements montrant son étonnement relatif. Etait-elle étrangère pour ne pas comprendre son anglais ? Car infirmier était un mot vraiment basique, que tout le monde connaissait à peu près. Enfin … elle ne se trompait pas non plus, infirmier c’était bien une sorte de toubib, quelqu’un qui assistait généralement un médecin, mais qui avait des capacités de diagnostic et de soin des patients. Donc oui, quelque peu médecin. Mais il ne lui semblait pas que ce ne soit le premier mot qu’elle n’avait pas compris. Lorsque Cameron avait parlé de « charge de revanche » qui voulait dire qu’il lui offrirait lui aussi quelque chose à boire en retour, peu importe quand dans le temps, mais il le ferait. Pearl l’avait répété comme ça avec un léger air absent, et il se demandait maintenant si elle avait aussi compris ou non cette phrase.


    « Heu oui … c’est ça, toubib. » dit-il en parvenant à aligner quelques mots, un léger sourire aux lèvres.

    Elle prit les devants et lui prit le poignet dans un mouvement qui l’étonna encore plus. Il ne pouvait pas vraiment se défaire de cette prise sans s’amocher le poignet. Décidément cette femme avait de quoi étonner. Il la suivit donc, enjambant lui aussi les débris de la bataille encore récente : morceau de table, de chaises, de gusses aussi. Il était étonnant de voir comment les hommes étaient faibles. Enfin, là il parlait essentiellement pour ceux qui avaient recommencés à hurler toutes sortes de choses à la jeune femme qui se déhanchait prestement sur la scène, faisant un show qui pour le coup avait le mérite de pouvoir leur faire oublier ce qui venait de se passer. Près de Pearl il l’entendit marmonner un juron qui lui tira un sourire en coin. Elle ne devait pas être commode sous ses mauvaises jours elle en tout cas. Il devrait peut-être faire gaffe à ce qu’il dirait ou ferait. Certains regards envieux les accompagnèrent jusqu’à ce qu’ils disparaissent de leurs champs de visions. Le jeune homme ne comprit pas vraiment pourquoi certains lui avaient sifflé au passage : « t’as bien de la chance mec ! » Sur quoi il n’avait rien ajouté, juste un froncement de sourcil et un haussement d’épaules.

    Ce fut lorsque Pearl ouvrit la première porte qu’ils rencontrèrent que l’infirmier se remémora la petite phrase entendu avant de quitter le bar en lui-même. Il y avait là un tout autre spectacle qui s’évapora tout de sorte. Pearl avait refermé la porte un sourire en coin sur le visage. Il lui adressa le même et se remit à la suivre à travers les couloirs des coulisses, puisqu’il comprit en arrivant dans une autre pièce qu’il se trouvait là où les femmes devaient se changer et se maquiller. Il n’était jamais venu dans ce genre d’endroit. L’espace était vaste, les commodes dignes des films américains s’alignaient en rang -jeu de lumières, miroirs et paillettes-, recélant toute sorte de matériel de maquillage –boîtes à maquillage, perruques, et divers autres cosmétiques. Il ignorait la plupart de leurs noms et n’essaya même pas de les imaginer. Les porte-vêtements se rencontraient de par et d’autre de la pièce, des quantités de vêtements se côtoyant sur des cintres. Pendant un moment il se cru à Broadway, où plutôt dans un film qu’il avait vu et qui montrait l’envers du décor de la célèbre ville. C’était quand même là un autre univers que la salle du bar. Cette pièce était douillette comparée au reste du complexe.
    Elle se tenait devant lui. Il observa les alentours, avisant un petit lavabo, où il se rinça les mains. L’hygiène avant tout.


    « Bon voyons voir ça … » dit-il en revenant vers elle. Cameron regarda attentivement son visage, notamment la partie qui saignait. Cela venait de la bouche. De l’intérieur. Une sorte d’hématome commençait déjà à bleuir sur la joue et il fronça les sourcils. Le jeune homme vit des sortes de lingettes sur une commode et pendant une fraction de secondes il faillit utiliser son pouvoir pour agrandir sa main et attraper le paquet mais se retint de justesse. Lorsqu’il devait agir vite et soigner, Cameron en oubliait toute autre précaution.

    « Tu as du coton ou quelque chose de propre, comme des compresses ou autre, et aussi de l’aseptisant. Est-ce que sa te fais mal si j’appuie là ? » dit-il en posant deux doigts sur la joue légèrement près de la commissure des lèvres. Si son diagnostic était exact, il faudrait recoudre l’intérieur pour ne pas qu’elle perde plus de sang. Mais là elle devrait aller faire un petit tour aux urgences. Observant une quelconque réaction de la part de Pearl, Cameron attendait de lui dire son analyse. Apparemment il n’avait rien fait à part observer son visage, mais tout son cerveau avait travailleur et chaque petit point, chaque anomalie il l’avait relevait. Notamment les veinules qui se concentraient au niveau de l’hématome naissant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Lexa Scox
Mutante de niveau 2

Nombre de messages : 270
Date d'inscription : 22/12/2007
Age du personnage : 19 ans
Pouvoirs : exauce les souhaits et détecte les gens sur le point de mourir... pas le genre de pouvoir à responsabilité que l'on s'attend à voir entre les mains d'une ado inconsciente, en fait...
Profession : serveuse (officieusement: strip-teaseuse) // Muse d'artiste torturé
Points de rp : 318

MessageSujet: Re: parce que l'argent ne tombe pas encore du ciel... [Cameron]   Ven 17 Oct - 22:18

Cameron ne sembla pas se formaliser plus que ça par le subterfuge plus qu’évident de Lexa… il pouvait l’appeler Pearl, et la tournure de phrase à elle seule indiquait que cela n’était pas son nom… peutètre s’en doutait-il mais au moins, il avait l’intelligence de ne pas mettre le doigt sur ce détail, parce que Lexa serait sans doute devenu bien plus méfiante que ce que c’était déjà…

Lexa promena son regard autour d’elle, puis sur Cameron, retardant le plus possible le moment où elle devrait lui répondre au sujet de la phrase qu’elle n’avait pas comprise… un « infirmier » pour Lexa, si ce n’était pas une sorte de toubib, cela ne lui évoquait rien de connu... Le jeune homme continuait de l’observer avec l’air de chercher à comprendre ce qui laissait Lexa aussi glaciale malgré sa proposition de lui offrir un verre en retour lorsqu’elle aurait un peu de temps…
Confirmant simplement qu’un infirmier était une sorte de médecin, Cameron esquissa un léger sourire qui fit se dessiner à peu près le même sur les lèvres de Lexa, peu avant qu’elle n’attrape son poignet pour l’entraîner dans un endroit calme, comme il le lui avait demandé…

Ne lui laissant pas franchement le choix de la suivre ou non, Lexa fendait la foule en entraînant le jeune homme derrière elle, jusqu’à finalement atteindre une zone moins fréquentée car menant à une salle bien particulière… Sur leur chemin, quelques remarques salées avaient fusé, et quelques hommes avaient tenté de faire remarquer à Cameron la chance qu’il avait d’être entraîné dans l’arrière-salle par la plus farouche des danseuses, et un sourire amusé étira les lèvres de Lexa lorsqu’elle constata qu’il ne se doutait pas une seule seconde de l’endroit où elle l’emmenait…
Arrivée devant la porte en question, Lexa l’ouvrit avec dans l’idée de s’y engouffrer en entraînant le jeune infirmier à sa suite. Ses yeux tombèrent sur une collègue aux prises avec un client, et une fois la surprise passée, Lexa se tourna de nouveau vers Cameron tout en s’adossant à la porte qu’elle avait refermée brusquement… Mieux valait éviter de cohabiter avec une danseuse qui souhaitait arrondir ses fins de mois et un homme trop bourré pour être capable de réfréner ses pulsions primaires…

Choisissant de gagner les vestiaires avec Cameron, Lexa zigzagua entre les bancs et les divers éléments qui trônaient dans l’imposante salle au plafond voûté… Laissant le soin au jeune homme de découvrir le décors peu commun dans lequel quelques jeunes femmes achevaient de se préparer, Lexa lui indiqua d’un mouvement de tête deux bancs en bois qui se faisaient face un peu plus loin, avant de s’y installer elle-même, consentant à se laisser examiner après avoir constaté que l’afflux de sang ne s’arrêterait pas de lui-même…

Cameron approcha après s’être lavé les mains et observa la bouche de la jeune slave avec une attention un peu déconcertante. Contre toute attente, Lexa fit preuve d’un calme peu commun et se laissa faire docilement, observant les sourcils de l’infirmier se froncer de temps à autre en espérant de toutes ses petites forces qu’elle n’avait rien de trop grave… Cameron demanda s’il pouvait obtenir du coton ou quelque chose du même genre qui soit propre, et Lexa entrouvrit la porte d’un placard resté déverrouillé pour y attraper un paquet d’ouate encore fermé. Se penchant un peu plus, la mutante attrapa une grosse mallette roule frappée d’une croix blanche en relief et la tendit à Cameron, remerciant mentalement Benny de prendre autant de précautions pour tout ce qui concernait le bien-être de ses danseuses…

Cameron approcha sa main du visage de Lexa et lui demanda si ce contact lui faisait mal, alors que la mutante levait les yeux vers lui, un peu surprise de ne rien sentir…

J’sens pas grand-chose…

Refermant sa main de manière moins ferme que quelques minutes plus tôt autour du poignet de Cameron, faisant descendre ses doigts de quelques centimètres vers son menton…

C’est là qu’j’ai mal…

Autant lui faire gagner du temps, parce que Lexa commençait à sentir la douleur pulser de manière assez désagréable dans toute sa mâchoire… le type n’y était pas allé de main morte, et Lexa espérait que Cameron pourrait faire quelque chose rapidement…
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: parce que l'argent ne tombe pas encore du ciel... [Cameron]   

Revenir en haut Aller en bas
 

parce que l'argent ne tombe pas encore du ciel... [Cameron]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men Extended :: NEW YORK CITY :: Hell's Kitchen :: Coyote Ugly-